Skip to main content

Full text of "Bibliothèque de l'École des chartes"

See other formats


^^ 





-y- 


■Ma" 






k--- 



A^^r^H^^B^B^PL^ ^^B 


^ 











>^2^ a -^ ^n2ËBri5^5% ^ 



-1^ 



\À 






.>.■•'. ■;V:V:-,ci»5^, 



|f.>; -w'-V; 



ftr.Vj;.i '-''>^--r>:^^ 'VV:^/'!:" 'v 



^■^■^'■^-i^^:^ 


















■^1..- 



>/^, 



f^ri 



^i»l^^ 






T.^7^:;-à;>.x^ 








BIBLIOTHEQUE 

DE L'ÉCOLE 

DES CHABTES 

XLV. 



IMPRIMERIE DAUPELEY-GOUVERNEUR, A. NOGENT-LE-ROTROU. 



BIBLIOTHÈQUE 



DE L'ÉCOLE 

DES CHARTES 



REVUE D'ÉRUDITION 



CONSACRÉE SPÉCIALEMENT A L'ÉTUDE DU MOYEN AGE 



XLV. 

ANNÉE 1884. 




PARIS 

LIBRAIRIE d'Alphonse PICARD 

RUE BONAPARTE, 82 

-1884 



D 

m 



DISPUTATIO 

MUNDI ET RELIGIONIS 



Tel est le vrai titre du long poème que nous allons intégrale- 
ment reproduire. Baie l'intitule à tort : Querela mundi contra 
religione7n. Il est vrai que le monde prend le premier la parole, 
exposant ses griefs contre la religion, c'est-à-dire contre les 
ordres religieux ; mais l'avocat de ces ordres parle ensuite, les 
défend point par point, et le procès se termine par une sentence 
en sa faveur. 

Tous les vers de ce poème rythmique sont de treize syllabes, 
et, quelle que soit la longueur des strophes, tous les vers de 
chaque strophe riment ensemble à la septième ainsi qu'à la 
treizième syllabe. L'auteur n'a pu satisfaire aisément à toutes 
les obhgations qu'il s'était imposées; aussi beaucoup de ses vers 
sont-ils pénibles, obscurs, incorrects. Mais nous les publions 
comme devant intéresser les historiens. Le procès a lieu vers la 
fin du xiif siècle. Le rapide développement qu'ont pris les deux 
ordres nouveaux, l'ordre des Prêcheurs et celui des Mineurs, 
inquiète la société civile, qui se voit enlever toute la fleur de sa 
jeunesse, et elle supplie le pape de vouloir bien ordonner qu'au- 
cun adulte ne pourra désormais entrer en religion sans le con- 
sentement de ses parents. Ce qui importe à l'histoire, ce sont les 
arguments invoqués pour faire valoir cette requête. 

Baie nomme le poète Gui de la Marche et dit qu'il appartenait 
à l'ordre des Mineurs. C'est là ce qu'on lisait en tête d'une copie 
autrefois conservée dans la bibliothèque du coUège de la Reine, 
à Oxford. M. Goxe ne mentionnant pas cette copie dans son cata- 
logue, elle est peut-être aujourd'hui perdue; mais il n'y a pas 



lieu de suspecter l'information que Baie en a tirée. L'historien 
des Mineurs, Luc Wadding, nous fournit d'ailleurs de plus 
amples renseignements sur ce Gui de la Marche. Il n'était pas 
Anglais, comme Baie l'a supposé; il était Français, fils naturel 
de Hugues XII, comte d'Angoulême et de la Marche*, et nous 
lisons dans le Bullaire franciscain^, sous l'année 1291 , une 
bulle du pape Nicolas IV, qui, malgré le vice de sa naissance, 
lui permet de prétendre à toutes les dignités de son ordre, sauf 
au généralat. 

Il existe à Paris deux exemplaires anonymes de cette pièce 
curieuse : l'un, du xiv« siècle, dans le n" 7906 de la Bibliothèque 
nationale; l'autre, du xv'', dont M. Dehsle a fait connaître l'ori- 
gine 3, dans la bibliothèque privée de notre confrère M. Jules 
Desnoyers. C'est sur ces deux copies que nous avons établi notre 
texte. Comme elles diffèrent souvent l'une de l'autre, nous avons 
cru devoir signaler les plus importantes des variantes qu'elles 
nous ont offertes. Le manuscrit de la Bibliothèque nationale sera 
désigné par la lettre A; celui de M. Desnoyers le sera par la 
lettre B. 

B. Hauréau. 



DISPUTATIO MUNDI ET RELIGIONIS. 



MuNDUS. 

Ghristi vicarie, monarcha terrarum, 
Vir matris Ecclesiag, flos patriarcharum ■*, 
Sacrarium gratise, cella Scripturarum, 
Minister justitiœ et meta causarum, 
Meae querimoniae aurem praebe parum. 

Papa beatissime, testante Scriptura, 
Ex te pendent animae et earum cura ; 
Ergo, pater, audi me ; tibi dicam plura, 
Si permittunt lacrymae et cordis pressura, 
Quse mihi saevissime fiunt contra jura. 

1. Wadding, Annal. Minor., aiino 1291, c. 95. 

2. BuUarium francise, t. IV, p. 210. 

3. Notice sur les manuscrits disparus de la bibl. de Tours, p. 

4. Ce vers manque dans A. 



Cœli secretarii et vos cardinales, 
Vos cœlestes radii, doctrinae canalos', 
Pauli quidem socii, Pétri latérales, 
Adstetis propitii, sitis curiales ; 
In fore judicii vos advoco tales^. 

Totam simul flagito curiam Romanam 
Ut in meo piacito se prœstet urbanam ; 
Rem non novam agite, sed justam et planam; 
Tantum pacem quaîsito manere mundanam. 

Papa. 

In libris canonicis invenis expressum 
Quod qui a maleficis se sentit oppressum 
Ad vultum pontificis habeat accessum, 
Qui scriptis authenticis puniet excessum ; 

Ergo, tili, dicito a auibus vexcris 
Et cur magis solito modo conturberis, 
Et, si in proposito procedis ex veris, 
Gonfestim pro libito totus liber eris. 

MuNDUS. 

Sicut sciunt singuli, factus sum a Deo 
Et per fraudera Zabuli distractus ab eo ; 
Sed in fine sseculi, ex crucis trophaeo, 
Jam veniam retuli de peccato meo. 

Ergo quid religio, quid claustrales vittc, 
Inquieto jurgio, conjurata lite, 
Clamant quod deficio, quod non vivo rite, 
Quod ad pœnas venio mortis infinitœ ? 

Minores prœ aliis et Prœdicatores 
Meis desideriis sunt rebelliores, 
Meos vencficiis comparant amores, 
Laudant in ecclesiis mei contemptores. 

Istos, inquam, sentie graves abigeos^, 
Qui de grege proprio toUunt mihi meos, 

1. Manque dans A. 

2. Manque dans B. 

3. Abigeus, latro. Voir Ducange. 



8 

Et statim coUegio suo jungunt eos. 
Hos ergo convenio ut erga me reos. 

Taies in me SBeviunt, in me debacchantur, 
Sermones conficiunt ut me persequantur; 
Vestes adinveniunt ne mei credantur ; 
Qui me plus despiciunt felices putantur. 

In suis cœnobiis juvenes procurant 

Et promissis variis illos assecurant ; 

Suis querimoniis sic eos indurant 

Quod jam de suspiriis parentum non curant. 

Quos volebam facere ducum parallèles, 
Per "vicos incedere video misellos. 
Certe dum angustise exponunt tenellos, 
Lacté matris propriœ decoquunt agnellos. 

Et dum isti pénétrant intima claustrorum, 
Dumque cœlos impétrant, communes cunctorum, 
Dolore diametrant cor patrum suorum. 
Ut quid bona perpétrant auctores malorum? 

Heu pudor! Jam senior infelix ferorum 
Propria transfodior manu filiorum ! 
Istis certe mitior est ira brutorum, 
Quibus esset dignior pœna culiorum^. 

Ergo lux consilii, judex révérende, 
Istius dissidii eventus attende, 
Stateram judicii super hoc appende 
Et finem litigii non ultra protende. 

Papa. 

Quid dicis, religio? Habet se res ita 
Quod talis dissensio de te sit audita : 
Quod infleris odio, quod, pacis oblita, 
Nunc vaces litigiis, malis irretita. 

Religio. 

Abel sacrificio, Abram cœlibatu, 

1. CuUorum pour culeorum. La peiue des parricides était d'être enfermés 
dans des sacs de cuir avec quelque animal malfaisant, et jetés à l'eau. Dans B, 
on lit, au lieu de cutiorum, taleorum. 



Aaron officio, Moyses primatu, 
Si placet, incipio simplici affatu 
Dicere quse sentio de mundano statu ; 

Et, ne sensu proprio nimis abundare 
Dicar, et mendacio sermones inflaro, 
^7olo testimonio sanctorum probare 
Non via sed invio mundum aberrare. 

Mundata per calculum seraph incendentis, 
Jam loquar ad populum obduratco mentis, 
Et per adminiculum lapidum torreutis 
Procedam ad jugulum Goliath ingentis. 

Scio quod opinio Joannis est talis 
Quod tota divisio status mundialis 
Sit fastus, ambitio, libido carnalis, 
Quorum resolutio mors est infernalis. 

Mundum per apostolum confundam expresse, 
Qui dicit diabolum deum ejus esse, 
Ut notet per symbolum, quem habet pênes se, 
Utrumque malivolum et i'raudis impressœ. 

Gamaliel congruit proposito meo. 
Nullus, inquit, destruit quod venit a Deo. 
Mundus transit, deiluit; hoc probare queo. 
Igitur non habuit descensum ab eo. 

Dices mundi vitio, non mundi natur?e, 
Debetur despectio, et sic stant Scripturœ. 
Tamen combinatio est talis mixturîP 
Quod unum ab alio vix recedit pure'. 

Mundus antiphratice mundus nuncupatur, 
Mundus hic erratice jugiter rotatur; 
Sacro quidem codice rébus comparatur, 
Quaî vel sunt maleficne, vel quibus erratur. 

Vidit hune Antonius laqueis retitum, 
Necnon unus aUus facibus ignitum. 
Hune cerrunt exterius fatui melhtum. 
Qui tum posterius trahit ad Gochytum 2. 

1. Celte strophe manque dans B. 

2. Dans B, au lieu de ce vers, on lit celui-ci : 

Sed probant inlerius esse felle litum. 



10 

Hic est locus scandali, turris Babylonis, 
Domus onocrotali, cubile draconis, 
Mundus est fons Tantali, rota Yxionis, 
Labyrinthus Dedali et equus Sinonis. 

Hic est Nabal inscius et Midas auratus, 
Hic Goliath spurius, Demophon elatus, 
Draco babylonius, Gerberon spumatus, 
Hic Absaloa impius, Actseon mutatus. 

Hic est urna Belidum, oUa prophetarum, 
Hic sedes Eumenidum, hic locus pœnarum, 
Hic vicus Gorgonidum, cantus sirenarum, 
Hic antrum Cyclopidum, vallis salinarum. 

Nutu diabolico se Babel erexit, 
Nova redit Jéricho, Gomorrha surrexit, 
Dato Deus arctico, austrum retrovexit, 
Jam se fini trogico aurea connexit'. 

Tantum crescit igitur nefas mundanorum 
Quod fœtor extoUitur ad astra cœlorum. 
Miror quod non solvitur princeps superborum, 
Quod terra non scinditur sub plantis eorum. 

Plus ergo, cum pabulum spiritale dono, 
Imminens periculum in quo sunt expono. 
Pro rosa dant tribulum et malum pro bono , 
Invidise stimulum mihimet appono. 

Juvenes eripio antequam senescant, 
Ut Dei servitio paulatim suescant, 
Ne confecti senio vitiis tabescant 
Et patrum vestigio forsan inhserescant. 

Nec patres de filiis, sed de sese plorent ! 
Si vacarent vitiis forte lecti forent ; 
Ut se dent cœnobiis filios implorent, 
Ut pro culpis propriis et parentum orent ! 

Vocem Ghristi siccine poteris audire? 
Miser, pueros desine ad Christum venire ; 
Qui sua origine filii sunt vise, 
A salutis lumine noli impedire. 

1. Ce vers se lit dans A. Dans B, il y a : 

Jani sese fini tragico laurea conlexit; 
ce qui n'est pas plus intelligible. Le vers de B a d'ailleurs quatorze syllabes. 



Il 

Ganones conimuniter non cessant clamarc : 
Qui proximum graviter viderit peccarc 
Tenetur fideliter ipsum revocare ; 
Alias similiter se monstrat errare. 

Lege quidam veteri fuit imperatum : 
Gum videris oneri asinum subjectum, 
lUum numquam prœteri, sed leva gravatum, 
. Et reddas itineri plene relevatum. 

Quod Achab nefario propheta Thesbites', 
Quod homiui saucio plus Samarites, 
Hoc et mundo facio; sed vilis Thersites 
Reddit pro subsidio cachinnos et lites. 

Pieni sunt sermonibus vici et plateœ, 
Factœ sunt clamoribus raucœ fauces meœ. 
Cunctis probibentibus, nec vox Cananese 
Recedet a faucibus, uec verbum Michese. 

Nullus autem ambigat de vita claustrali 
Quin Dominum diligat ritu speciali. 
Religio religat frœno spiritali, 
Ut ad Deum dirigat gratia finali. 

Primitus religio fuit instituta 
Ut, ab omni vitio prorsus absoluta, 
Grucis beneficio faceret adjuta 
Quod cœli perditio foret restituta. 

Haec est archa typice quam Noe contoxit, 
Scala quam estatice Israël aspexit, 
Nubes quse mirifice Judœos direxit, 
Desertum quo mystice Salvator perrexit; 

Hsec tribus levitica, bfec sancta sanctorum, 
Hœc turris davidica cum gyris armorum, 
Hœc est crux dominica, h;ec est fons hortorum, 
Navis apostolica, salus mergendorum. 

Haec est cœl im lucidum, ha^c micantes stellfe, 
Hœc est vellus roridum, terra fluens melle, 
Hsec hortus Hesperidum, ha^c pomorum cellse, 
Ha?c est manna sapidum, hiec Moysi labellai. 

1 . Le prophète Élie, né à Thisbé. 



12 

MUNDUS. 

Publicanum audio juxta Pharisseum. 
Ego me despicio, tundo pectus meum ; 
Se hic e contrario laudat ante Deum; 
Sed humiliatio subsequetur eum^. 

Si hujus eloquium, pontifex, attendis, 
Jactantiœ vitium solum comprehendis ; 
Sed, si mihi spatium ut loquar impendis, 
Imponam silentium et finem dicendis. 

Antiquis temporibus regularis vita 
Mirandis virtutibus erat insignita, 
Contenta radicibus et pilis vestita ; 
Sed, ut patet omnibus, modo non est ita. 

Degebant in abditis sui primitivi, 
Erant pleni meritis cordis excessivi ; 
Plane nunc advertitis quod derivativi 
Ab eorum semitis sunt valde declivi. 

Isti qui sunt hodie respectu priorum 
Non sunt nisi simiœ respectu virorum ; 
Litis et discordise sit signum istorum, 
Quod intrat quotidie conventus ipsorum. 

Exemplum idoneum habeo Scripturae ; 
Nam sub caput aureum sublimis staturœ, 
Per modum spontaneum lampadis casuree, 
Pedem cerno ferreum et vilis mixturse. 

Monachi antiquitus se legi divinœ 
Subjecere penitus, sed hos paulative 
Csecaverunt redditus et bursse vicinae, 
Et sic, acres primitus, fracti sunt in fine. 

Tamen, sine dubio, nec fratrum Minorum 
Déficit religio, nec Prîedicatorum ; 
Sed credo quod spatio dierum paucorum 
Fugescet devotio et fervor eorum. 

Jam venerunt noviter ordines diversi, 
Multiformi turpiter colore respersi; 

1. On lit dans B, au lieu de ce vers : 

Dei maledictio descendet in eum. 



13 

Turbant mirabiliter vultum universi. 
Utinam totaliter périrent submersi ! 

Religio. 

Laudem non desidero, gloriam non quœro, 
Sed exempla refero pro sciendo vero ; 
Eadem quae numéro fui, sum et ero, 
Et ad idem propero et in idem spero ; 

Sed concedo breviter quod primi patroni 
Possunt multiformiter modernis praBponi ; 
Tamen probabiliter non posset opponi 
Quod isti similiter non sint valde boni. 

Sic mater Ecclesia, sponsa Redemptoris, 
Habuit primordia tam miri fervoris 
Quod videtur alia respectu prioris ; 
Una tamen gratia, una vis amoris. 

Fui virtuosior in statu priore, 
Quia tum propinquior eram cum auctore; 
Tune eram formosior cum essem in flore, 
Modo sum diffusior in fructu majore. 

Jam ab agris venio, commoror in villis, 
Ut edocto iabio prœdicem in illis 
De crucis mysterio et ejus vexillis, 
Exponens in medio librum cum sigillis. 

Et non volo dicere quod multi claustrales 
Sub agnino vellere non sint criminales ; 
Nam qui nolunt fugere "vias mundiales 
Oportet incidere in culpas mortales. 

Et si in tôt millibus sint decem vel centum 
Qui vacent erroribus , qui coudant talentum, 
De ceteris omnibus fiât argumentum 
Quod unum in moribus teneant accentum. 

Nonne plane legimus quod apostolorum 
Fuit duodeàmus dux crucifixorum ; 
Tamen rex altissimus et sanctus sanctorum 
Erat pastor intimus bujus et illorum. 

Dicis quod deûcio, quod ad detrimentum 
Quotidie venio ; sed experimentum 



u 

Habes pro contrario, nam et incrementum 
Ubique suscipio atque fulcimentum. 

Et quod de ordinibus duobus dixisti, 
De mendosis faucibus falsum elicisti. 
Malis tuis gratibus, semper erunt isti 
Veraces prœ omnibus sectatores Christi. 

Tria prœter alia sunt per quse salvantur. 
Primum est penuria supra qua fundantur, 
Secundum scientia in qua profundantur, 
Tertium concordia per quam fœderantur. 

Jam describam paululum ordinem Minorum, 
Qui contemnunt sseculum et culmen honorum 
Et peram et baculum et spem metallorum ; 
Qui sibi per rivulum virtutum et niorum 
Quœrunt habitaculum in regno cœlorum. 
Vestis, pedes, cingulum sunt signum illorum. 

felix tunicula, quœ crucem figuras ! 
Sed felix cordula, quse cœlum mensuras ! 
beata plantula, quœ per vias duras 
Gœlica cubicula corpori procuras ! 

Franciscus italiens fuit bis patronus, 
Vir pauper et modicus et sanctus et bonus ; 
Vix est pagus unicus, \ix est mundi conus* 
Quo non sit authenticus successorum sonus. 

Stigmate qui vario, et intus et foris, 

Fossus, privilégie superni favoris ; 

Non enim cauterio humani laboris 

Fit hsec transformatio, sed per vim ainoris. 

miranda novitas stigmatum Francisci, 
Quod orantis caritas fecit adipisci ! 
nias plagas inclytas facit reminisci 
Quod animas perditas facit revivisci. 

Lapis secundarius hujus fundamenti 
Extitit Antonius, vir tanti momenti 
Quod papa Gregorius loco cognomenti 
Vocavit bunc saepius archara testaraenti. 

1. Coin; voir Ducange, au mot conus. 



13 

Gum autem increbuit fama tanti viri, 
Hœreticus voluit illam experiri, 
Sed vitrum non potuit jactu demoliri 
Per quod idem habuit Gde stabiliri. 

De Prœdicatoribus possem multa fari. 
Pleni bonis moribus sunt et Deo cari ; 
Accincti virtutibus, honestate clari, 
Vacant totis viribus verbe salutari. 

Confesser Dominicus fuit his fundator, 
Totus evangelicus fidei zelator. 
Hic extitit publicus errorum damnator ; 
Sic est factus cœlicus Dei contemplator. 

Petrus, stirps benevola, huic patri successit. 
Hic quasi deicola per mundum incessit, 
Hic commenta subdola, hteresim compressit, 
Trina cum auréola ad cœlum processit. 

Nunc figuras applicem istos praîmonstrantes. 
Duo statum duplicem signabant clamantes 
Seraphim, ad invicem Sanctus triplicantes; 
Trinant et hi simplicem hymnum hymnisantes. 

Hi Caleph. et Josue, qui speculatores 
Sunt terrse mellifluaj atque laudatores ; 
Isti sunt continue botri portatores, 
Nam Christi pra?cipue sunt preedicatores^. 

Hi duœ sunt veteris tubaa Testament!, 
Ut patet in Numéris, ductilis argenti, 
Qui ad domum fœderis nos vocant attenti. 
In his vox prœ ceteris fuit document! . 

Hi sunt, si vis capere, Enoch et Helias, 
Quos de suo latere pra?misit Messias, 
Ut parent summopere sibi rectas vias, 
Et tu, pulso scelere, forte bonus fias. 

Hi servant munditiam corporis et mentis, 
Rigantes Ecclesiam doctrinae fluentis. 
Et per evidentiam exempli moventis, 
Invitant ad gratiam Christi rcsurgentis. 

1. Cette strophe manque dans B. 



^6 

MUNDUS. 

Quanto magis pondéras tuos fundatores, 
Tanto plus vitupéras suos successores ; 
PuUam puUse conféras, moribus non mores ' ; 
Si bene considéras radicem et flores, 
Planum est, dégénéras, née ultra pérores. 

Nam quos ordo ordinat stante Benediclo, 
Nunc caro deordinat, subdens maledicto ; 
Dicam dicam, fascinât sic quosdam Ericto 
Quod ipsos coinquinat thorus in delicto. 

Fit hères vernaculus et castrum ruina, 
Ex columna baculus, sagum de cortina, 
Caminus igniculus et sedes sentina, 
Pro frumento tribulus, pro ordeo spina2. 

Jamjam vellus ovium vertunt in lupinuni, 
Cellam in palatium, solena in caminum; 
Olus in convivium, melotam in linum, 
Man in esum carnium et aquam in vinum^ 
Mutant, uec ofticium attendunt divinum. 
Tunicam in gladium et manum in sinum, 
Salicis refugium repulit Martinum ''. 

Si prodire videris abbates eorum, 
Vadunt cum tôt phaleris et turmis equorum 
Et cum tôt armigeris et turba cursorum. 
Principes hos dixeris vel duces castrorum, 
Non patres putaveris monasteriorum. 

Non possent procedere de villa in villam 
Quin grues scriniferœ prœirent in illam, 
Et habent a latere cuppam et mapellam^. 

Respice canonicos, vide regulares. 
Vide Grandimonticos, attende Templares 
Et alios aliquos, si bene notares, 
Et in foro publicos digne reputares, 
Sensu quasi laicos, victu sseculares. 

t. Ce vers manque dans B. 

2. Cette strophe n'est pas dans B. 

3. Nous lisons ainsi ce vers dans A. Il n'est pas dans B. 

4. Ces deux vers inintelligibles manquent aussi dans B. 

5. Strophe manquant dans B. 



^7 

Ita et barriferi, picse et saccini, 
Babteni, cruciferi atque Guillermini. 
Modo sunt in ûeri, nunc aplant se fini. 
Reputantur miseri, propinquant licrini'. 

Minores similiter atque Jacobitio, 
Quanquam discant jiigiter, quanquam bonse vitœ, 
Et inserti firmiter sint in Christi vite 2, 
Tenebunt communiter modum via? tritne. 

Reliqio. 

Mentiris ut inscius^; rationes certas 
Tradidi superius de hoc et apertas, 
Quod, si sit interius divina paupertas, 
Non erit ulterius peccandi libertas. 

Nec deerunt in ordine sancti Benedicti, 
Qui cum patris nomine non sint benedicti, 
Qui careant crimine et noxa delicti, 
Nec a summo numiue sunt sic derelicti. 

Sunt ordines alii quos et tu supportes; 
Si sunt equi varii, sunt simul et fortes. 
Utcumque supplicii evitabunt mortes, 
Et cœlestis praîmii non erunt exsortes. 

Prœsumptior omnibus, non est modus œquus 
Quod tu de claustralibus proloquaris mœchus. 
Numquid de coloribus judicabit caîcus, 
Sive de saporibus disputabit pecus? 

Proies Parybonica, quid de nobis curas? 
Ut quid, musa Bamica*, Homerum mensuras? 
Orpheus probet musica Dedali structuras, 
Tipbis quoque nautica Apellis picturas^? 

MuNDUS. 

Non est qui ambigeat quod non regularis 
Vita multum habeat boni salutaris ; 
Sed si mihi liceat ut tu confundaris, 
Probo quod praevaleat status sœcularis. 

1. Strophe manquant aussi dans B. Jferini est pcul-ôtre pour Erynni. 
1. Ce vers est ainsi remplacé dans B ; 

Si nunc concorditer vivant satis rite. 

3. Il y a dans B : Mendax et inscius es. 

4. En note : Vilis poêla. 

5. Strophe manquant dans B. 

2 



^8 

Sicut apertissime per Paulum habetur, 
Certanti légitime corona debetur ; 
Ergo cum permaxime sseculo certetur, 
Saeculari animse amplius reddetur. 

Idem dicit : Nubere melius quam uri ; 
Ergo prae eligere debent intraturi 
Statum in quo libère vivant et securi, 
Quam statum ascendere forte ruituri. 

Christus non apparuit sicut eremita, 
Imo esse voluit communis in vita ; 
Gujus signum praebuit edens cum levita. 
Ergo sibi placuit quod essemus ita. 

Quod est difficilius, ut dicit moralis, 
Est et virtuosius ; ergo cum claustralis 
Salvetur facilius quam vir mundialis, 
Non habebit amplius boni virtualis. 

Dare quam accipere magis est beatum ; 
Ergo prœ eligere debes illum statum 
Quo possis dividere summam facultatum 
Et pie reficere famé cruciatum, 
Et ita summopere purgare pcccaium, 
Quam, te facto paupere, putare beatum, 
Panem passim quœrere vicis civitatum 
Atque tuum vivere de quadra magnatum^. 
Turpe est recipere quod est resignatum. 

Quia de perjurio plurimum timetur, 
Omnino juratio cunctis dissuadetur ; 
Igitur religio timenda videtur, 
Cum ejus transgressio gravis reputetur. 

Qui claustrum ingrederis, vales aut non vales 
Portare cum ceteris labores claustrales. 
Si non posse dixeris, claustrum non vult taies, 
Rhedi^ frustra conteris humeros carnales. 

Si te posse proferas onus mandatorum, 
Gur prius non tuleras quam consiliorum ? 
Sine scala proporas ad culmen illorum, 
Turpiter prasposteras modum agendorum. 

1. Les quatre derniers vers ne se lisent pas dans B. 

2. Pour rhedx. 



19 

Si enim cœlestia contemplari velis, 
Per activam expia cor a corruptelis ; 
Sicut, verbi gratia, Israël fidelis 
Post Liae connubia fuit vir Rachelis. 

Nihil ex tristitia aiit necessitate, 

Pauli est sententia. Modo judicate. 

Isli agunt paria, pari caritate : 

Hic agit ex gratia et ex libertate ; 

Alter prœceptoria puisus potestate, 

Et forte contraria sua voluntate. 

Quis horum per omnia agit magis grate? 

Actor est flagitii, non actor virtutis, 
Viam arctans alii, vel ^ sibi, salutis ; 
Ergo, sicut inscii, comparantur brutis 
Qui sese cœnobii involvunt statutis. 

Leges jubent Exodi patres honorare 
Et vitalis commodi victu sustentare. 
Impedit hujusmodi claustrum regulare; 
Ergo sani methodi est non hoc intrare. 

Jésus, Sirac filius, satis manifestât 
Quam sit nefarius qui patrem molestât ; 
Ergo luce clarius non intraudum restât, 
Quando pater proprius assensum non prœstat. 

Paulus ad Ephesios jubet obedire 
Parentibus filios ; ergo non exire 
Debeut lares proprios et claustra subire, 
Cum parentes proprios vident dissentire. 

Mendicantes validi Codice damnantur, 
Ubi falsi languidi taies nominantur^; 
Igitur sunt stolidi qui his sufTragantur, 
Cum pingues et nitidi taies videantur. 

Quaî sunt culpœ pra3Yia debes pra^cavere ; 
Sed quod ex inopia multi deliquere 
Sacra per eloquia poteris habere ; 
Ergo ex penuria non debcs gaudere. 

1. Dans A : non. 

2. Dans B, on lil : 

Quia falsi languidi taies reputantur. 



20 

Salomon, qui docuit rerum veritatera, 
Divitias noluit, neque paupertatem, 
Et médium tenuit, non extremitatem ; 
Ergo vanam innuit ejus caritatem 
Qui per votum renuit omnem tacultatem. 

Esse sapientia melior censetur 
Divitiis socia, ut scriptum habetur ; 
Quae ergo prsecoaia ille promeretur 
Qui dimittit propria quibus juvaretur? 

Qui intras cœnobia, dimissis terrenis, 
Duo jam dispendia faciès egenis ; 
Pauperum exitia juvando non lenis, 
Pauperum suffragia distracturus venis, 
Qui in mundo propria dabas alienis. 

Omnis qui ingreditur est prudens aut stultus. 
Sed stultus, quid nititur in claustrales cultus? 
Ut intrat egreditur ad primos insultus. 
Talis nascens moritur et vivit sepultus. 
Quod si prudens dicitur et homo consultus, 
Si sseculo sinitur fructus erit multus, 
Vitia persequitur et sedat tumultus; 
Nunc autem amittitur in claustris occultus. 

Nunc intrantem cernimus cum magno fervore, 
Gui est mensis septimus meta sua3 morae. 
Ex levi fit azimus et verrais ex flore 
Et tune error ultimus pejor est priore. 

Quilibet dimittere potest monachatum, 
Et libet ascendere ad episcopatum ; 
Non licet descendere, ni sit dispensatum ; 
Igitur priPcellere vides illum slatum. 

Jeronimi lectio monet' quod plangetis, 
Monachus ofÛcio instet, non docentis^; 
Ergo prœdicatio hujusmodi gentis 
Est ex supercilio prœsumptivse mentis. 

Quod si Gliristi cupiunt esse sectatores, 
Gur cathedras ambiunt et quajrunt honores? 



1, Dans B : docel. 

2. Dans B : legent/s. 



2\ 

Jam seipsos faciunt lieri doctores 

Et Rabi recipiunt et scribarum moros. 

Et qui Christo pauperi volunt a(iha3rerc, 
Gur non possunt liberi loculos habere ? 
Qui conformes fieri volunt Paulo vere, 
Cur manuum operi non volunt studere? 

Proho quod hic penitus ordo non durabit, 
Nam si sumit redditus non monachisabit; 
Si non, suos ambitus famés occupabit, 
Cum tandem bumanitus caritas cessabit. 

Décréta cum legibus possem allegare 
Et istis ordinibus multum obviare, 
Nec unum de millibus possem replicare. 
Nunc papae et fratribus placeat dictare, 
Cum buUis patentibus, scriptum salutare, 
Quod nullus se opiLus debeat privare, 
Prohibens juvenibus votum régula re. 

Papa. 

Non in nostra curia talis mos habetur 
Quod uUa sententia statim fulminetur ; 
Sed pars adversaria prius audletur 
Ut patens injuria a}quius mulctetur. 

Quod si scit occurrerc tuis argumentis, 
Et morsus repellere leonini dentis, 
In sole te plectere diei prœsentis 
Volumus, pro scelere tuisque figmentis'. 

Religio. 

Audivi fantasias Helyubizitis, 
Volventis sententias verbis imperitis ; 
Dilatavit fimbrias trufis infinitis. 
Tôt cjus blasphemias quid, patres, auditis? 

Diligenter igitur praedictis inspectis, 
Facile occurritur illius objcctis ; 
Syllogismis utitur elenchis confectis. 
Yel verljis innititur maie- intcUectis. 

1. Celle strophe manque dans B. 

2. Dans B : falso. 



22 

Dicis in principio de magis certando. 
Sed est responsio ita declarando : 
Si major promotio est in triumphando, 
Est tamen prsesumptio in hoc attentando ' . 

Ad idem respondeo : Si majus certamen 
Apud mundum \ideo, est annexa tamen 
Voluptas, et ideo diligis vexamen. 
Pœna quam sustineo purum est gravamen. 

Quod si gaudes prœlio non annexo sibi, 
Saltem est prœsumptio quod tu sistis ibi. 
Peccandi occasio non displicet tibi. 
Non laudi, sed vitio débet hoc adscribi. 

Es Adam cœlestior, fortior Samsone, 
Es David devotior, major Salomone ? 
Quisque fit deterior in tentatione ; 
Tu, quo modo junior sistis in agone? 

Si ergo de génère vis esse victorum 

Et non vis prœcellere vim patrum sanctorum, 

Deberes eradere^ causas peccatorum 

Et multum^ metuere conflictum eorum. 

Dicis quod est nubere melius quam uri. 
Non est sensus litterœ quod plus sint securi 
Quibus libet ^ nubere, alias arsuri. 
Sed Paulus vult dicere quod vadant nupturi 
Qui nolunt attingere gradum cordis puri. 

Multis gravis creditur status castitatis. 
Sed facilis redditur assuescendo satis 
Et gratus efficitur viris temperatis ; 
Et, ut Paulus loquitur, doctor veritatis, 
Christus et compatitur et favet tentatis, 
Nec tentans transgreditur metas pietatis. 

Dicis : Christus veniens sicut nos vivebat. 
Respondeo : Quotiens illa faciebat, 
Infirmis compatiens talem se prœbebat, 

1. Cette strophe manque dans A. 

2. Dans B : debes semper fugere. 

3. Dans B : minus. 

4. Dans B : licet. 



23 

Ut erat expediens illis quos docebat; 
Uesertis esuriens perfectos monebat, 
Sed de templo fugiens infirmos fovebat. 

Ad illud quod dicitur do difficultate, 
Hoc subintelligitur in auctoritate : 
Cum idem efficitur pari caritate. 
Alias non sequitur salva veritate. 

Hoc expiano planius, quod truncum lovare 
Multo difficilius est quam stipem dare. 
Quod id non sit melius non potes negare. 
Sic est mundo potius claustrum introire' ; 
Mundo tamen fortius oportet certare. 

Quod plus valet asseris dator acceptore ; 
Dico quod convinceris glossarum tenore, 
Qua?, paribus ceteris, dicunt illud fore. 
Igitur abuteris notarda majore. 

Ex hoc status statui numquam ada?quatur, 
Quod actus actui prccesse dicatur ; 
Unde nequit argui quod illud sequatur 
Et répugnât sensui quod concludebatur^. 

Dicis de divitibus : Possunt multa dare. 
Multa in pauperibus pacta reformare 
Possunt, et in pluribus jam recompensare^. 
Sunt humiles cordibus et Deum orare 
Discunt, et virtutibus seipsos ornare. 
Bonis spiritualibus possunt abundare. 

Putas vile petere quod est resignatum. 
Hoc in Gbristo paupere fuit exemplatum, 
Qui cœli dimittere voluit primatum 
Et vilem accipere paupertatis statum. 

Ad illud respondeo de vi juramenti. 
Dissimilis ratio patet intuenti; 
Non enim juratio confert facienti ; 
Votum et roligio prosunt profitent!. 

1 . Dans B, ce vers ainsi remplacé : 

Sic et saeclo dignius claustrum regulare. 

2. Cette strophe manque dans B. 

3. Dans B, on lit : Sed ex pluribus pauperes ditare. 



24 

Ad id respondeo : Vales aut non vales. 
Dicam enim valeo, nec jussus légales 
Per claustrum pertranseo, imo leges taies 
Hic melius teneo quam inter mundales, 

Una mecum habeo Rachelem et Liam, 
Sorores possideo Martham et Mariam, 
Binam vitam teneo, ut per binam viam 
Me regno sidereo prseparare sciam. 

Ad id quod objicitur de necessitate 
Respondeo : Dicitur quod ex voluntate 
Qua votum aggreditur et ex libertate 
Gensetur quod sequitur, et fit votum grate. 

Anselmus hune ordinem pulchre protestatur 
Per similitudinem ejus qui secatur; 
Nam iicet gravedinem nolens patiatur, 
Tamen segritudinem vitat et sanatur. 

Sic est ad propositum satis congruenter. 
Multa contra libitum patimur fréquenter, 
Hoc non tollit meritum, quamvis non libenter% 
Nam claustralem habitum sumpsimus gratanter^. 

lUud quod post subditur rotunde negatur^; 
Nam si claustro vivitur via non arctatur, 
Sed arcta eligitur qua cito pergatur, 
Qua3 pulchrior creditur qua minus erratur. 

Nunc oportet solvere ad illud abjectum 
Quod de pâtre paupere fuerat confectum ; 
Ubi possum ponere talem intellectum : 
Multum condescendere debes per affectum ; 
Ut possis succurrere quantum ad effectum, 
Non debes dimittere animÉe profectum ; 
Deus suo munere supplebit defectum. 

Dicis temerarium qui patrem oÊfendit. 
Jeronymus filiura laudare contendit 
Qui matris suspirium nequaquam attendit; 
Sed per patrem proprium conculcatura tendit 
Ad crucis martyrium quod claustrum prœtendit. 

1. Dans B, ce vers est ainsi remplacé : 

Sed tolum ad meritum cedet comniuniler. 

2. Dans B : gaudenter. 

3. Dans B : totum denegaiur. 



25 

Et Pauli sententia sic intelligetur, 
Ut obedientia quœ patri debetur 
Solum in familia regenda notetur; 
Ad cetera omnia nequaquam tenetur. 

Quos ex lege Codicis condemnatos dicis, 
Supple de trutannicis in vite mendicis, 
Quique vacant lubricis et torpent in vicis, 
Non de evangelicis et Dei amicis, 
Et qui apostolicis vos fecundant spicis. 

Dicis quod inopia sit periculosa ' . 
Aut est voluntaria, aut non, sed exosa. 
Sic fit meritoria, est et virtuosa ; 
Si non, caret gratia et sic est damnosa. 

Et frustra proponitur verbum Salomonis. 
Illo libro ioquitur plurium personis ; 
Est quod ibi petitur imperfectionis, 
Ut ipse prosequitur in cauda sermonis. 

Si instes de medio quod placebit ei, 
Jam fiât distinctio inter nos, et rei 
Prima meditatio, id est actus mei, 
Est virtutis ratio in conspectu Dei. 

Similiter solvitur quod inde subnectis : 
Perfectis non Ioquitur, sed minus provectis. 
Quod si loqui dicitur etiam perfectis, 
Hypallage utitur in verbis transvectis. 

Post quod sit dispendium egenis opponis ; 
Sed patet mendacium prolati sermonis, 
Nam negas judicium rectœ rationis 
Si non bonum proprium talibus prœponis. 

Item, qua3stuariis non tantum aufertur ^ 
Quantum modis aliis eisdem confertur. 
Fabiola variis laudibus effertur 
Quod, effusis propriis, mendicasse fortur. 

Ad id quod objicitur : Es prudens vel stultus; 
Utrinque acquiritur et est fructus mullus, 



1. Dans B : perniciosa. 

2. Dans B : offertiir. 



26 

Nam stultus corrigitur per doctrinse cultus, 
Sapiens perficitur meritis suffultus. 

Ad illud respondeo de apostatante. 
Ssepe fit ut, vitio carnis instigante, 
Exit a cœnobio causam non praestante, 
Et Dei judicio pejor est quam ante. 

Status enim ordinum est ut quoddam mare, 
Quod nullum morticinum potest deportare. 
Et quem pater luminum nequit adoptare 
Extra suum terminum sinit evagare. 

Propter hoc fit patulum quod district! simus, 
Et quod nos ad oculum Domino servimus. 
Euntem ad sa^culum oberrare scimus, 
Gordis sui circuium quadrare nequimus. 

Quod postmodum objicis de statu prselati, 
Solvendum pontificis sine veritati. 
Ista de te conficis, ut sic indignati 
Stant ' de beneficiis, contra me turbati. 

Ad illud quod objicis de prœsumptione, 

In processu deficis, cum commissione 

Doceant pontificis ; et qua ratione 

Hos indignos conjicis prœdicatione, 

Quos prudentes conspicis atque fama? bonse? 

Nec illi sunt proprie monachi dicendi 
Quibus leges alise ritusque vivendi ; 
Ut régulée série potest comprehendi, 
Qua datur eximie formula docendi. 

Nec dicas illicitas cathedras illorum. 
Non legunt ut vanitas Rabi ac honorum, 
Sed ut sit auctoritas respectu dictorum^; 
Et si bene cogitas in umbra pannorum 
Quiescunt nunc veritas et verba sanctorum. 

Nam si soli legerent sa-culares isti, 
Jam falsis qu8e dicerent non posset resisti ; 
Pro libito premerent paupertatem Ghristi. 
Ut ab bis désistèrent fuimus admixti. 



1. Sans doute sini. 

2. Dans B : doctorum. 



27 

Ad ilkid de loculis possum respondere. 
Infirmis et parvulis licet hos habere ; 
Non licet discipulis loculis gaudcre, 
Missis sine sacculis et pera et éere. 

Quod dicit historia primos habuisse 
Omnia communia, non dicit fuisse 
Apostolis talia, sed plebi submissœ;, 
Et hanc necessaria illis divisisse'. 

Nec hos manualiter cogas laborare 
Qui studium jugiter habent frequentare; 
Nam Paulus faciliter poterat aptare 
Quod isti pœnaliter habent congregare. 

Nec credas quod finiat status paupertatis. 
Unde suos nutriat Deus habet satis. 
Absit quod deûciat viris timoratis 
Qui solem dimidiat gratis et ingratis ! 

Sancti Job bucellula et manus Thobiœ, 
Et Booz manipula et panis Abdiœ, 
YdriiB farinula et corvus Heliœ 
Ministrabunt singula nunc et illa die. 

Credimus per omnia Paulo promittenti ; 
Dabit et cibaria et semen serenti ; 
Virga tamen praevia, qua sumus conlenti, 
Yalet super millia auri et argenti, 

Hujus imprudentiam ponderate, viri, 

In quorum prîrsentiam prœsumpsit montiri ; 

Peto per justitiam mihi subveniri, 

Per Romanam curiam volens me muniri. 

Ergo, pater omnium et successor Christi, 
Factum prœjudicium patenter audisti ; 
Impone silentium, erubescant isti, 
Abscide liùgium, vultu cédant tristi. 

Ili quidem sunt garruli ha>resum prœcones, 
Gytharistœ Zabuli, gratia* préedones, 
Meae pacis semuli, mei susurrones, 
Discordiae geruli, Gocyti dracones, 



1. Dans B : tribuisse. 



28 

Qui favore populi gignunt quœstiones 
Ut contra me sœculi pugnent nationes. 

Sanctum Job prseterea afflictum affligunt, 
Et lingua viperea dolores infligunt, 
Sartagine aerea Machabeos frigunt, 
Et cum dira lancea confixos configunt. 

Hi statum laudabilem ordinis Minorum 
Prsedicant inutilem et Praedicatorum, 
Vertunt supellectilem Jacob et suorum, 
Quserunt vuitum similem deorum suorum. 

Festucam in aliis oculis videtis 
Et in vestris propriis trabem non sentitis. 
Vos qui cum vermiculis super pectus itis, 
De cœli aviculis judicare scitis. 

Sequuntur discipulos Ghristum habituri ; 
Vobis sinunt sacculos, credunt suo juri; 
Scariotis loculos tenete securi; 
Generate parvulos sicut Epicuri ; 
Melius est singulos nubero quam uri. 

Papa. 

Causa quœ hic vertitur attenter audita 
Jam in parte cernitur quasi expedita; 
Nos et fratres igitur diffinimus ila : 
Quod raundo praeponitur regularis vita. 

Sed debes distinguere breviter et plane. 
Aliud est vivere mundo et mundane ; 
Mundane se gerere non est mentis sanae; 
Mundo mundum fugere vitse christianse. 

Sed remanet qusBstio, taediosa satis. 
Duo sunt in medio paris caritatis. 
Hoc est in cœnobio ; hic, non dubitatis, 
Quo major perfectio quo phis sanctitatis. 

Gedat omne jurgium cum suis loquelis. 
Ponentes silentium utrisque querelis, 
Damus bencûcium responsi fidelis 
Primo, majus précmium reddetur in cœlis. 

Cum quis claustrum eligit, se constringens voto, 
Lignum Deo porrigit, sed cum fructu toto; 



29 

Gum quis munduni diligit, Deum corde toto, 
Deo fructum dirigit, ligiio non amoto. 

Exemplum considéra congruum sermoni : 
Est arbor fructit'era regularis boni 
Voluntas et opéra quse veto deponi 
Soient, et sic cetera poterunt exponi. 

Pro prœiatis loqueris nec erat necesse; 
Non sunt tui generis, supra debent esse, 
Quibus, et non ceteris, sunt claves concessœ, 
A nobis hoc noveris et tibi prodesse^. 

Ceterum, subtilius causam pondérantes, 
Jubemus districtius, in scriptis mandantes, 
Ut, alter alterius onera portantes, 
Non sitis ulterius invicem jurgantes. 

Non est nobis dubiuai an status virtutis 
Sit vita claustralium mundo destitutis ; 
Et, si prœcedentium inhaerent statu tis, 
Praestat eis bravium seternse salutis^. 

Non est vita aliqua, nec aliquis status. 
Qui per apostolica scripta sit probatus, 
Quin in mente deica sit pniaordinatus, 
Quin ducat ad cœlica, quin sit Deo gratus. 

Volentes et numerum horum majorari, 
Jam duximus iterum decreto firmari 
Quod adultura puerum licet tonsurari, 
Et est ei liberum cum bis conversari. 

Regulares etiam qui ad hoc laborant, 
Qui Dei scientiam pueris pérorant, 
Non tantum Ecclesiam Romanam décorant 
Sed et multam gratiam cœlitus explorant. 

Jungimus prioribus quod viri claustrales 
Informent in morilius viros mundiales, 
Qui, conversis vicibus, et atïectuales 
Ministrent claustralibus victus corporales. 

1. Les six strophes qui précèdent manquent dans B. 

2. Cette strophe manque dans B. 



30 

Nec claustrum afficiat motus hujus rei. 
Vult Deus quod sentiat pugnam Jubuzeei. 
Hoc est sinum Goliath; hi sunt Philistaei, 
Qui ut plus proficiat contradicunt ei'. 

Hanc qui contra venerit declarationem 
Incursurum noverit se damnationem ; 
Nec habere poterit relaxationem 
Nisi hic promiserit satisfactionem. 

1. Les trois strophes qui précèdent manquent dans B. 



INVENTAIRE 



DU 

TRÉSOR DU SAINT SIÈGE 

sous BONIFACE VIII 

(1295). 

(Suite i.) 
XXII. 

CANULI AD SACRIFICANDDM. RubnCCl. 

469. — Item, unum canulum^ de auro cum vj. balascis ab uno 
latere, vj. zaffiris, uno smaragldo, et xxiij. perlis et ab alia lolidem; 
sed ubi est smaragldus ab illo latere, ab isto est rubinus-, habet etiam 

1. Voyez le commencement dans notre volume de l'année 1882, p. 276 et 626. 

2. Le chalumeau servit dans l'église jusqu'à la suppression de la communion 
sous les deux espèces, qui, tombée en désuétude dès le sii° siècle, fut expres- 
sément interdite par le concile de Constance (1415). Cet instrument est dési- 
gné dans les textes par plusieurs noms : calamus, fèstula, canniila, sipho, 
pipa, pugillaris. Le bout que l'on trempait dans le calice était large ou fait 
en bouton et l'autre bout qui se mettait dans la bouche était plus petit 
et tout uni; on le tenait renfermé dans un petit sac de toile ou d'étoffe 
fait exprès. Quand le prêtre avait communié , il mettait le gros bout du 
chalumeau dans le calice et le diacre et le sous-diacre s'en servaient à leur 
tour. Le pape communie encore aujourd'hui avec un chalumeau (Voyez D. Giorgi, 
De liturcjia romani pontificis in solcmni celebratione missarum, Monte Fia- 
scone, 1731-1744, 3 vol, in-f'). Malgré la défense du concile de Constance, le 
chalumeau continua à êtrr en usage dans certaines églises de France, notamment 
à Saint-Denis. On trouvera du reste à ce sujet un certain nombre de renvois 
bibliographiques dans les notes que Lescalopier a jointes à sonédilion de Théo- 
phile [Diversarum ortium schedula, p. 291). Il ne subsiste aujourd'hui dans les 
trésors d'église que fort peu de chalumeaux. Nous avions trouvé dans les papiers 
de Montfaucon (Bibl. nat., ms. latin 11907, f" 20) le dessin d'un chalumeau qui 



32 

unum bottonum de opère fili in quibus sunt v. balasci et v. zaffiri 
parvi; pond. j. m. et ij. une. et dimid. 

470. — Item, unum canulum de auro cum duabus manicis etuno 
pomello in quo est de opère nigellato; pond 

A7i. — Item, unum canulum de auro cum duabus manicis de 
opère simplici; pond. iij. quar. 

472. — Item, très canulos cum tribus pomellis de auro; pond, 
iij . une, et dimid. scar. 

XXIII. 

NAPPETA PURIFICATORIA. RubriCa. 

473. — Item, unum nappetum purificatorium ' vel perfusorium 
de auro cum una manica. 

474. — Item, unum aliud purifîcatorium sive nappetum de auro 
cum una manica laboratum ad rosas; pond. vij. m. et j. quar. 

475. — Item, unum aliud purifîcatorium de argento deauratum 
cum manica ; pond. v. une. et dimid. 

XXIV. 

coLATORiA. Rubrica. 

476. — Item, unum colatorium^ de argento deauratum cum duo- 
bus coperculis de argento albo junctis in manica ipsius colatorii cum 

lui avait été envoyé de Herford (Westphalie) ; nous espérions que cet ustensile 
avait élé conservé avec les autres pièces des trésors des églises de cette ville, 
pièces dont quelques-unes sont du plus haut intérêt; mais une lettre de M. Ame- 
1er, pasleur de Saint-Jean de Herford, nous a appris que ce chalumeau n'existait 
plus ; en revanche, il nous a signalé (d'après l'ouvrage intitulé Die Kunst im 
Dienste dcr Kirche, de G. Jacob, p. 189) l'existence d'un chalumeau d'argent 
conservé dans l'église de Wilten en Tyrol. Qu'il nous soit permis de remercier 
ici M. Âmeler de l'extrême complaisance avec laquelle il nous a fourni ces ren- 
seignements. Nous pourrions citer un grand nombre de textes où il est question 
de chalumeaux ; M. de Linas nous en a beaucoup fourni, mais il ne peut entrer 
dans notre plan de faire la monographie de chaque ustensile dont l'inventaire 
du trésor du saint-siège fait mention. On trouvera du reste dans l'excellent 
Glossaire arèhéologique de M. V. Gay (au mot chalumeau) la représentation 
d'un de ces instruments et de nombreux textes se rapportant au même sujet. 

1. Le vase (italien : nappo) au-dessus duquel le prêtre se lave les doigts après 
avoir communié. 

2. La passoire qui servait à passer le vin en le versant de la burette dans 
le calice. 



33 

pomello de auro in extremitate manubrij; pond. ij. m. cL v. une. 
minus quartum. 

477. — Item, unum colalorium de argenlo cum manica totuni 
album; pond, unius m. scar. 

478. — Item, unum colatorium... 

479. — Item, unum colatorium de argento deauratum intus cum 
manica juncta que recluditur; pond. v. une. et iij. quar. 

XXV. 

AMPULLE I)E AURO ET ARGENTO*. RubricCC. 

480. — Item, unam ampullam de auro cum uno eirculo in pede 
de opère ilii, uno in medio et uno in junctura colli, cum quibusdam 
granatellis, zaffirellis et perlis^ in summitate autem est una grossa 
perla; pond. iiij. m. et j. une. et dimid. 

48^. — Item, unam aliam ampullam de auro cum pede et collo 
longo et coperculo in cujus summitate est quidam floricellus; pond, 
iij. m. et iij. une. et dimid. 

482. — Item, duas ampullas de auro; pond. ij. m. et iiij. une. 

483. — Item, duas ampullas de argento deauratas cum pede, 
manicis et coperculis ad iiij. angulos cum esmaltis in medio et junc- 
tura colli; pond. j. m. et v. une. et iiij. quar. 

484. — Item, duas ampullas de argento deauratas cum manicis et 
rostris; pond. ij. m. 

483. — Item, duas alias ampullas do argento deauratas de opère 
simplici cum coperculis tantum; pond. j. m. et iij. une. et dimid. 
48G. — Item, j. ampullam de auro planam ab uno latere; pond... 

487. — Item, duas alias ampullas de argento albo cum coperculo ; 
pond. vij. une. et dimid. 

488. — Item, très alias ampullas de argento albas, cum coperculo; 
pond. vij. une. 

489. — Item, unam ampullam albam de argento cum ventre grosso 
et collo subtili ad tenendum aquam rosaceam vel aliud; pond, 
unius m. 

490. — Item j. ampullam; pond. vj. une. 

1. Les burettes pour la communion, sauf bien entendu len° 489 qui décrit une 
fiole destinée à contenir de l'eau de rose. 

3 



34 
XXVI. 

TABERNACULA DE ARGEXTO. RuhriCtt. 

49^. — Item, unum tabernaculum de argento deauratum cum xvj . 
zaffiris et xij. granatis et vj. rotulis de esmaltis in porno pedis et una 
crucicula cum crucifixo in summitate, cum iiij. granatellis et uno 
turchisco in summitate, cum pisside que est intus, vij. m. et iiij. une. 

492. — Item, unum tabernaculum de argento album cum pede et 
coperculo, et una clavicula cum laqueo rubeo; pond. xiij. une. et j. 
quartum. Bussula' autem que est intus....; pond. ij. une. et ij. 
quar. et dimid. 

XXVII. 

TflURIBULA DE AURO ET ARGENTO. RuhriCtt. 

493. — Item, unum thuribulum de auro cum multis imagini- 
bus, campanilibus, tabernaculis et bestiis relevatis in auro in loco 
ubi pendent catenule, cum iiij. esmaltis; pond. v. m. et iiij. une. et 
dimid. 

494. — Item, conculam^, que est intus, de argento; pond. ij. une. 
et dimid. 

495. — Item , unum thuribulum aureum ad flores et folia cum 
viij. imaginibus in rotulis laboratis ad nigellum; pond. iij. m. et vj. 
une. et dimid. 

496. — Item, unum thuribulum de auro, cum vj. foraminibus 
in piano copercuH factis in modum rose; pond. iij. m. et ij. une. 

497. — Item, conculam, que est intus, de argento; pond. iij. une. 
et iij. quar. 

49S. — Item, unum thuribulum de auro ad vites et flores; pond. 
V. m. et iij. une. et iij. quar.; cum concula. 

499. — Item, conculam, que est intus, de argento, pond 

000. — Item, unum thuribulum de argento deauratum cum iiij. 
draconibus in pede, v. campanihbus, totidem fenestris et totidem 
draconcellis in quibus pendent catenule; pond. viij. m. et j. une. 

30^. — Item, thuribulum de argento deauratum cum uno cir- 

1. Une pixide. 

2. Le pelit récipient destiné à contenir le feu et l'encens. 



35 

culo de floribus et frondibus relevatis in pede, cum multis campani- 
libus et fenestris, fractum 5 cum concula interiori argentea; pond. v. 
m. et vj. une. 

502. — Item, unum thuribulum de argento deauratum cum cani- 
panilibus et fenestris; pond 

503. — Item, unum thuribulum de argento deauratum cum viij. 
foraminibus in coperculo; pond. j. m. et iiij. une. et dimid. 

504. — Item, unum thuribulum de argento album laboratum ad 
vites et folia; pond. ij. m. et vj. une. et dimid. 

505. — Item, unum thuribulum de argento album laboratum ad 
YÏtes et folia; pond. j. m. et vij. une. 

506. — Item, unum thuribulum de argento deauratum cumEvan- 
gelistis et alils imaginibus relevatis; pond. ij. m. et iij. une. 

XXVIII. 

NAVicuLE. Bubrica. 

507. — Item, unam naviculam de argento nigellatam cum imagi- 
nibus relevatis et cocleari cum manica retorla deaurato; pond. iij. 
m. et vj. une. 

508. — Item, unam naviculam de argento deauratam ad compas- 
sus, sine pede; pond. viij. m. et j. une. 

509. — Item, unam naviculam de argento deauratam ; pond. j. m. 
et j. une. et iij. quar. 

5i 0. — Item, unam naviculam de auro ad figuras relevatas ; pond., 
cum cocleari suo, ij. m. et iij. quar. 

5i i . — Item, unam naviculam de nachara cum pede et circulo, 
coperculo de argento ; et est fracta; pond. j. m. et ij. une. 

512. — Item, unam naviculam de ligno et pice^ guarnitam de 
auro cum coralhs et perlis; pond. j. m. et vj. une. 

5^3. — Item, unam naviculam de auro ad esmalta et lapides, cum 

cocleari; pond 

XXIX. 

V'SA AD AQUAM BENEDICTAM. 

5^4. — Item, unum vas de argento ad aquam benedictam cum 

1. Nous renonçons à interpréter cet article; nous ne savons ce que pouvait 
être celte navette « de bois et de poix. » 



36 

aspersorio de argento, cum scutis ad bolinuni ad arma Ursinorum ; 

pond 

515, — Item, unum vas de argento ad aquam benediclam cum 
manico ad bestias et duobus capitibus leonum in juncLuris, cum 
aspersorio; pond. v. m. et ij. une. etdimid. 

XXX. 

CANDELABRA. RubriCtt. 

5J6. — Item, duo magna candelabra ad ponendum coram domino 
in consistorlo et vesperis, cum pede sexangulari et pomis canulorum 
ad esmalta ; pond 

5>l 7. — Item, duo alla candelabra de argento cum pedibus trian- 
gularibus et canulis retortis pro consimili officio; pond. Ij. m. et 
ij. une. 

5-18. — Item, duo candelabra de auro cum pedibus triangularibus 
et pomis ad spicam; pond. xij. m. et iiij. une. et j. quar. 

3^9. — Item, duo candelabra de argento cum pedibus triangula- 
ribus stantia supra iiij. leonibus draconibus, laborata ad vites, folia 
et fragas ad nigellum; pond. xx. m. et ij. une. et dimid. 

520. — Item, duo alla candelabra de argento alba deaurata in 
pomis et juncturis, ad vj angulos; pond. viij. m. et vij. une. 

521 . — Item, duo alla candelabra de argento cum pedibus rotun- 
dis deauratis, cum canulis laboratis ad folia; pond, viiij. m. et vij. une. 

522. — Item, duo candelabra de argento deaurata cum pedibus 
triangularibus ; pond 

323. — Item, duo candelabra de argento cum aliquibus laboreriis 
ad nigellum; pond 

524. — Item, duo candelabra de argento fracta super duobus ele- 
phantibus; pond. v. m. et vij. une. et dimid. 

525. — Item, duo candelabra de argento parva sexangulata, cum 
pomo deaurato; pond. ij. m. et iiij. une. 

526. — Item, duo candelabra de argento quadra cum duobus can- 
delabris per quodlibet et quodlibet stat supra iiij. leonibus; pond 

527. — Item, duas plactas de argento ad ponendum sub ipsis can- 
delabris; pond 

528. — Item, unum candelabrum factum in modum scutelle de 
argento cum tribus pedibus; pond. ij. m. et iij. une. et dimid. 



37 

529. — Ilem, unam lanlhornam^ de argento cum manicaconcava; 
pond 

530. — Item, duo candelabra de argento deaurata cum pcdibus 
rotundis, pond 

53^. — Item, duo magna candelabra cum pedibus rotundis de 
argento, quorum quodiibet liabet tria capita pro pedibus et in piano 
tria scuta ad arma régis Francie et in canulo vij. poma de nicbilo, 
calcidoni[o] et sardonice, et vj. poma de argento retorta cum scutel- 
lis suis; pond 

532. — Item, duo candelabra cum pedibus de argento laborataad 
folia cum opère fdi, et ad bolinum, unum cum xiiij. granatis in cas- 
tonibus et v. zaffiris et xj. perlis, et aliquibus multis aliis granatel- 
lis et turchiscis ; canuli autem et poma sunt de jaspide et cristallo, 
et scutella de argento deaurata et due rosule una cum zaffiro, et alia 
cum granato; aliud non est de simili opère; lamen déficit in pede 
una rosula et duo lapides; pond. xvij. m. et v. une. et dimid. 

533. — Item, duo candelabra cum canulis de jaspide et pomis de 
calcidonio iiij. per quodiibet, cum pedibus de ère deaurato; pond, 
xiij. m. et vij. une. 

534. — Item, duo candelabra de cristallo cum pedibus triangula- 
ribus; in quorum altero sunt iij. granati, iiij. zaffiri et due praxine, 
et vj. perle; in alio vero sunt vj. zaffiri, iiij. praxine, unus granatus 
et vj. perle; pond. xj. m. et ij. une. 

XXXI. 

ANNULI rOXTIFICALES ET SIMPLICES. 

535. — Item, unum annulum pontificalcm de auro cum quinque 
grossis balascis et iiij. perlis; pond. iiij. une. et iij. quar. et dimid. 

536. — Item, unum alium annulum pontiflcalem de auro cum 
uno zaffiro in medio rotundo et iiij. grossis balascis et iiij. perlis; 
pond. iiij. une. et iiij. den. proven. 

537. — Item, unum annulum pontificalcm cum uno grosso 
rubino in medio, et "iij. smaragldis, quorum unus est fractus, et 
iiij. robinis; pond. ij. une. et dimid. et med. quar. etij. den. proven. 

538. — Item, unum annulum pontificalcm cum uno zaffiro in 

1. Une lanterne. 



38 

medio et circa eum sunt duo balasci et duo smaragldi, et xij. perle; 
pond. ij. une. et iij. quar. et dimid. 

539. _ Item, unum annulum pontificalem ad vj. folia cum iiij. 
balascis et iij. zaffiris, et uno fdo de periis; pond. j. une. et iij. 
quart, et iij. den. proven. 

540. — Item, unum annulum pontificalem cum uno smaragldo 
quadro in medio et iiij. aliis minoribus smaragldis et iiij. grossis 
periis circa eum cum uno filo de parvis periis ; pond. j. une. et iij. 
quar. et dimid. et iij. proven. 

54j. _ Item, unum annulum pontificalem cumv. smaragldis non 
multum magnis et iiij. aliis minoribus, laboratum de opère fili ; pond, 
iiij. une. et iij. quar. et ij. den. proven. 

542. — Item, unum annulum pontificalem cum una praxina vel 
smaragldo pingui quadro in medio, qui habet in iiij. angulis iiij. 
perlas et iiij. médias lunas de esmalto et vij. granatellos; pond. ij. 
une. et dimid. et j. den. proven. 

543. — Item, unum annulum pontificalem cum uno smaragldo 
quadro in medio et uno filo perlarum cum vj. foliis de esmalto; pond. 
j. une. et dimid. quar. et ij. proven. 

544. — Item, unum annulum pontificalem anliquum cum una 
praxina sive esmaragldo fracto et xvj. periis; et parle interiori est 
figura episcopi ad nigellum ; pond. j. une. et iij. quar. et ij . den. proven. 

545. — Item, unum annulum pontificalem cum uno grosso zaffiro 
in medio et viij. aliis minoribus circa eum et xxj. perlas grossas; 
pond. iij. une. et dimid. 

546. — Item, unum annulum pontificalem cum uno grosso zaffiro 
in medio et vj. aliis minoribus in vj. foliis circa eum cum uno giro 
de periis; pond. ij. une, et iij. quar. et dimid. et iiij. den. proven. 

547. — Item, unum annulum pontificalem, cum uno zaffiro 
obscuro in medio et iiij. granatis et iiij. praxinis circa eum cum uno 
filo de periis; pond. ij. une. et iij. quar. et dimid. et ij. proven. 

54fi. — Item, unum annulum pontificalem antiquum cum uno 
zaffiro in medio, et iiij. granatis, et iiij. foliis de esmaitis, etvj. per- 
iis, alias laboratum de opère fili; pond. iij. une. et iij. quar. et j. 
den. proven. 

549. — Item, unum annulum pontificalem cum uno zaffiro ubi 
est faciès sudarii' sculpta, cum iiij. granatis et iiij. periis grossis ; 
pond. j. une. et dimid. et iiij. den. proven. 

1. C'est-à-dire un saphir portant gravée en creux la Sainte Face de Véronique ; 



39 

530. — Item, unum annulum pontificalem ciim uno zaffiro oblongo 
in medio, ij. granatis et j. smaragldo et iiij. zaffiris; et est de opère 
fili; pond. iij. une. et j. quar. et iij. proven. 

55-1 . — Item, unum annulum cum uno zaffiro in medio et circa 
eum sunt iiij. granatelli et iiij. zaffirelli et in ultimo est unus circu- 
lus de smaragldis, perlis, lurchiscis; et est de opère fili; pond. ij. 
une. et j. quar. et ij. proven. 

532. — Item, unum annulum cum uno zaffiro grosso olîlongo in 
medio, et duobus circulis de granatellis et smaragldinis; pond. j. 
une. et dimid. et iij. proven. 

553. — Item, unum annulum grossum simplicem cura uno grosso 
zaffiro multum obscuro quasi in modum scuti-, pond. iiij. une. et 
iij. quar. 

554. — Item, unum alium annulum grossum cum uno grosso zaf- 
firo claro sine alio laborerio; pond. iij. une, et ij. quar. et dimid. et 
j. proven. 

555. — Item, unum annulum pontificalem cum uno zaffiro in 
cujus circuitu sunt littere virides; pond. ij. une. et iiij. proven. 

556. — Item, unum annulum pontificalem parvum cum uno rubino 
grosso oblongo circa quem est unus circulus de xvj. smaragldis par- 
vis et interius est laboratus ad nigellum cum una imagine episcopi ; 
pond. j. une. et dimid. 

557. — Item, unum annulum pontificalem cum uno cristallo 
tincto in colore balasci et cum uno circulo in quo sunt iiij. zaffirelli 
iiij. smaragldi et viij. perle-, pond, unius une. 

558. — Item, unum annulum cum uno granato et iiij. perlis gros- 
sis; pond. j. une. et iiij. den. proven. 

559. — Item, unum annulum cum uno granato oblongo et uno 
circulo in quo sunt zaffirelli et smaragldi parvi; pond. iij. quar. et 
dimid. et ij. den. proven. 

560. — Item, unum annulum cum uno granato et iiij. perlis et 
ij. granatellis et duobus turchiscis cum litteris in annulo; pond. 
j. une. 

561. — Item, unum annulum laboratum de opère fili cum uno 
vitro vel cristallo rubeo in modum medie lune; pond. j. une. j. quar. 
et dimid. et j. den. proven. 

562. — Item, unum annulum cum opère fili in quo est unus gra- 

il s'agit par conséquent ici d'une pierre gravée au moyen âge el non d'une pierre 
antique. 



40 

natus grossus, ij. praxine, iiij. zaffirelli et ij. topaci et unum filum 
de perlis; pond. ij. une. et j. qiiar. et dimid, et ij. den. proven. 

563. — Item, unum annulum cum uno amatista grosso et rotundo 
et xxiiij. perlis circa eum in uno giro de rosectis in quibus sunt 
balascuii parvi; pond. iij. une. et quar. et ij. den. proven. 

564. — Item, unum annulum cum uno topacio grosso cum uno 
circulo de opère fili ubi sunt vj. zaffirelli, iiij. balascioli et ij. tur- 
chisci; pond. iij. une. et dimid. 

565. — Item, unum annulum cum uno topacio longo circa quem 
sunt iij. balasci, et iij. zaffîri, et iij. praxine, et iij. perle, cum uno 
circulo de xxxv. perlis grossis; pond. iij. une. et dimid. et med. 
quar. et iiij. den. 

566. — Item, unum annulum cum uno topacio grosso et iiij. per- 
lis grossis in iiij. angulis, laboratum de opère fili; pond. ij. une. et 
iij. quart, et den. iiij. proven. 

567. — Item, unum annulum cum uno topacio rotundo et grosso 
et uno circulo de esmalto viridi ubi sunt iiij. perle; pond. ij. une. et 
ij. quar. et dimid. et ij. den. 

568. — Item, unum annulum pontificalem cum uno topacio claro 
quadro, cum vj foliis de esmalto violaceo et uno fîlo de perlis; pond, 
j. une. et dim. et j. den. proven. 

509. — Item, unum annulum pontificalem cum uno topacio in 
quo sunt alique sculpture^ circa quem sunt iiij. zaffirelli, et iiij. gra- 
nati. pond. j. une. et iij. quar. et dimid. 

570. — Item, unum annulum cum uno topacio obscuro vel poriodo^ 
oblongo et circulo ubi sunt, v. granateli et v. zaffirelli ; pond. j. une. 
et iij. quar. et iij. den. 

57'1. — Item, unum annulum cum uno topacio quadro claro labo- 
ratum ad vites, et nigellum, ubi sunt ij. rosule cum duobuslapillis; 
pond, unius une. et dimid. et iij. den. 

572. — Item, unum annulum cum uno topacio. 

573. — Item, unum annulum amplum rotundum cum uno zaffiro 
parvo in medio in una rotula de esmalto et vj. smaragldis in circulo 
exteriori ac xij. frustris de esmalto et vj. granatellis et vj. turchiscis 
et laboratum de opère fili; pond. iiij. une. et dimid. et j. den. proven. 

574. — Item, unum annulum pontificalem cum uno cameo in 
medio in quo sunt multe imagines albe in campo nigro, circa quem 

1. Un topaze gravé. 

2. Un péridot (periodus), pierre fine d'un vert jaunâtre. 



4^ 

est unus circulas de balascis parvis; in secundo circulo sunl viiij. 
zaffirelli et viij. perle et in circulo ulteriori sunt viij. balascioli et vj. 
perle cum castonibus; pond. ij. une. et dim. et médium quar. et 
V. den. 

575. — Item, unum annulum pontificalem cum uno cameo in quo 
est una figura hominis jacentis et una stans ad capud et alla ad pedes 
ipsius cum una arbore in campo nigro; circa quem est unus circu- 
lus de smaragldis et in alio circulo ulteriori sunt iiij. granati, et iiij. 
zaffiri de Podio et viij. perle in castonibus; pond. iij. une. et med. 
quar. et ij. den. 

576. — Item, unum annulum cum uno cameo magno in quo est 
média imago mulieris tenentis unum florem in cujus summitate est 
unus caput; pond. ij. une. et iij. quar. et j. den. proven. 

577. — Item, unum annulum cum uno cameo in medio in quo est 
unum caput cum barba protensa in campo nigro -, ipse autem annu- 
lus est ad folia relevata cum opère fdi et foliis de esmaltis cum lur- 
chiscis et zaffirellis; pond. iij. une. et iij. quar. et ij. den. proven. 

578. —Item, unum alium annulum cum uno cameo oblongo in 
quo est unum caput quasi album cum una garlanda; in cujus cir- 
cuitu sunt vj. smaragidi et vij. rubinelli-, pond. j. une. et dim. et 
med. quar. 

579. _ Item, unum annulum cum uno cameo nigro in quo est 
unum caput, cum uno circulo ubi sunt ix. smaragidi parvi et x. 
balascioli sive rubinelli ; pond. j. une. et iij. quar. et dim. et ij. den. 

580. — Item, unum annulum pontificalem cum uno cameo parvo 
in medio in quo est imago Virginis cum filio in campo nigro ^ ; circa 
quem est unus circulus de parvis smaragldis; in secundo circulo 
sunt iiij. perle et iiij. balascioli; in ultimo vero circulo sunt iiij. 
balasci, viij. perle et iiij. zaffiri; pond. j. une. et dimid. et ij. den. 

58i . — Item, unum annuluQi parvum cum uno parvo cameo nigro 
in quo est unus homo cum panno supra se ; circulus cujus est de 
perlis, granalellis et smaragldis parvis; pond. ij. quar. et dim. et 
ij. den. 



1. Est-il nécessaire de faire remarquer que ce camée ne représentait peut- 
être pas la Vierge, mais une ligure antique sur laquelle le rédacteur de l'in- 
ventaire a mis ce nom? Toutefois il est à remarquer que le rédacteur de l'inven- 
taire était assez versé dans l'étude de l'antiquité pour reconnaître une ligure 
d'Hercule (n° 619). M. Miintz {les Arts à la cour des papes, II, p. 160-161) a 
déjà signalé ce fait. 



42 

582. — Item, unum annulum ponLificalem cum uno esmalto 
rotundo ubi est imago Virginis cum uno giro deperlis; pond. j. une. 
et j. quar. et dim. et iiij. den. proven. 

583. — Item, rubinum oblungum quo papa utitur; pond 

384. — Item, unum annulum cum robino piano et pulchro magno; 
pond. j. une. et j. quar. 

385. — Item, unum annulum cum uno robino qui habet unum 
obturatum de modico auro; pond. iij. quar. et dim. et iiij. proven. 

386. — Item, unum annulum cum uno balasso quadro; pond, 
dimid. une. et ij. proven. 

587. — Item, unum annulum cum uno balasso quadro; pond, 
dimid. une. larg. 

388. — Item, unum annulum cum balasso quadro ; pond, unius 
quart, et dimid. et j. den. 

589. — Item, unum annulum cum uno balasso non quadro sed 
oblongo; pond. j. quar. et dim. et iiij. proven. scar. 

■ 590. — Item, unum annulum cum balasso oblongo ; pond. j. quar. 
et dimid., et j. d. scar. 

59^ . — Item, unum annulum cum uno balasso quasi in modum 
scuti, cum duobus foraminibus obluratis de auro; pond. j. quar. et 
dimid. et unus den. 

592. — Item, unum annulum cum uno balasso quasi simili pre- 
diclis; pond, unius quar. et dim. et j. den. proven. 

593. — Item, unum annulum cum uno balasso rotundo vel gra- 
nato in quo est sculptus unus Agnus Dei ; pond, unius quar. 

394. — Item, très annulos cum tribus rubinis parvis ; pond, simul 
unius quar. minus dimid. den. 

595. — Item, unum annulum cum uno balasso factum ad modum 
antiquum; pond. dim. une. min. ij. den. 

590. — Item, unum annulum cum uno smaragldo rotundo ; pond..: 

397. — Item, unum alium annulum cum uno smaragldo rotundo 5 
pond 

398. — Item, unum annulum cura uno smaragldo quadro cum 
duabus bestiis ad alas nielatas; pond. dim. une. et ij. den. 

599. — Item, alium annulum cum uno smaragldo in brancis ; pond, 
dim. quar. et ij. den. 

600. — Item, unum annulum quasi accutum cum uno smaragldo; 
pond. j. quar. et dim. et ij. den. strit. 

60 1 . — Item, decem annulos parvos cum parvis smaragldis diver- 
sarum formarum; pond. dim. une. et dim. quar. et j. den. larg. 



43 

602. — Item, unum annulum cum uno zaffiro grosso rolundo-, 
pond. iij. quar. et dimid. et ij. den. 

603. — Item, unum alium annulum cum uno zaffiro; pond, 
unius une. 

604. — Item, unum annulum cum zaffiro-, pond. j. une. et dim. 
quar. et j. den. 

605. — llem^ unum annulum cum uno zaffiro; pond. ij. quar. 
et dim. et iiij. proven, 

606. — Item, unum annulum cum uno zaffiro longo-, pond. j. 
quar. et dim. et unius den. 

607. — Item, unum annulum cum zaffiro quasi simili predicto 
in forma; pond. j. quar. et j. den. 

608. — Item, unum annulum cum zaffiro quasi rotundo; pond. j. 
quar. et iij. den. scar. 

609. — Item, unum annulum cum uno zaffiro quasi quadro ; pond, 
unius quar. et unius den. 

610. — Item, unum annulum cum. zaffiro in quo est sculptum 
unum capud ; pond. j. quar. et iij. den. 

6^^. — Item, unum annulum cum uno zaffiro obscuro quasi viridi 
ad modum medie lune cum branchiis longis ; pond, trium quar. et 
dimid. et j. den. 

612. — Item, unum annulum cum uno zaffiro quadro grosso; 
pond. iij. quar. et iij. den. 

6i3. — Item, tredecim annulos cum xiij zaffiros diversarum for- 
marum et colorum; pond, inler omnes j. une. et iij. quar. et ij. den, 

614. — Item, unum annulum cum uno granato quadro. pond, 
dim. une. 

6-15. — Item, iiij. annulos bone magnitudinis et unum minorem 
cum V. granatis, sed unus de eis vidclur cristallus et est in argento; 
pond, inter omnes j. une. et j. quar. et j. den. 

616. — Item, unum annulum cum uno diamante inclusoin fcrro; 
pond. j. quar. et dim. et duorum den. 

617. — Item, unum annulum cum uno diamante ad vj. angulos; 
pond. iij. den. et dira. 

6^8. — Item, unum annulum amplum cum unacarniolaazurina^ 



1. Il y a ici une erreur; il n'y a pas de cornaline bleue; il s'agit probablement 
de lapis. 



44 

in qua est unus leo qui tenet unam bestiam sub se. pond. j. une, 
minus j. den. 

6^9. — Item, unum annulum cum uno lapide qui est ab uno 
capite quasi rubeus, in medio albus, et in pede quasi crocius, in quo 
est sculptum Hercules, pond. dim. une. et j. den. 

620. — Item, unum annulum cum uno amatista ligato in branchis, 
pond, j, quar. et iij. den. 

621 . — Item, decem annulos cum x. cameis diversorum colorum 
et formarum, cum diversis sculpturis; pond. ij. une. etj. quar. et 
dimid. etj. den. 

622. — Item, iiij. annulos cum iiij. lapidibus rotundis de calcido- 
nio albo et nigro; pond. j. une. et iij. quar. et ij. den. 

623. — Item, ij .annulos cum duobus lapidibus petrudonis^ -, pond, 
iij. quar. et dim. et ij. den. 

624. — Item, duos annulos cum duobus topatiis quadris; pond, 
ij. quar. et v. den. 

623. — Item, unum annulum cum uno topacio de oriente; pond, 
j. quar. et dim. et iij. den. 

626. — Item, unum annulum de argento cum uno nichilo inciso; 
pond. dim. quar. et iij. den. 

627. — Item, duos annulos cum duobus lapidibus qui fuerunt de 
sepulchro Domini; pond. j. quar. et duorum den. 

628'. — Item, unum annulum sine lapide, in medietate retortum; 
pond. j. une. et v. den. 

628^. — Item, unum annulum sine lapide, cum litteris arabicis; 
pond. j. quar. et dim. et unius den. 

628 ^. — Item , unum annulum parvum sine lapide , cum lit- 
teris. 

628'''. — Item, unum zaffirum in modum scuti inclusum in auro 
cum una catenula de argento et duabus perlis ; pond. ij. une. et dim. 
et dim. quar. et ij. den. 

628^. — Item, unum alium zaffirum perforatum cum guarni- 
mento ad apppendendum cum laqueo et theca decorio ; pond. j. une. 
et dim. quar. 

628*"'. — Item, duos annulos cum duabus perlis per quemlibet ad 
tenendum annulum; pond. j. une. et dim. quar. et iij. den. 

1. La même chose que le péridot (?). 



/.5 
XXXII. 

AccDS. Bubrica. 

629. — Item, novem accus ^ de auro cum novem zaffiris, quarum 
sex sunt. pond. j. une. et iij. quar. et dimid. 

630. — Item, duas accus cum duabus grossis perlis, in quarum 
altéra est unus balassus parvus^ pond. ij. quar. et dim. et j. den. 

63^ . — Item, unam aliam accum cum uno granalo perforalo et 
duabus perlis grossis ^ pond, unius quar. et j. den. 

632. — Item, très accus, unam cum uno granato, aliam cum 
période et aliam cum zaftîro parvo claro; pond. iij. quar. dim. et 
ij. den. 

XXXIII. 

LAPIDES CUM CASTONIBUS ET SINE CASTONIBDS. 

633. — Item, xxij. zaffiros de oriente inter grossos, et minutos. 

634. — Item, X. zaffiros viles de Podio. 
633. — Item, vj. balassos non pulchros. 

636. — Item, viiij. amatistos. 

637. — Item, unum calcidonium. 

638. — Item, unum balassum in quo est sculpta média majestas'^, 
et est inclusus in auro cum litteris. 

639. — Item, unam corniolam fractam in uno angulo. 

640. — Item, unam corniolam cum uno capite. 

64 1 . — Ilem, unum cameum inclusum in auro cum uno capite albo. 

642. — Item, xxij. praxinas viles. 

643. — Item, xlv. castoncellos, inter grossos et minutos, quorum 
duo sunt esmaltati ; pond. ij. une. 

644. — Item, xviij. alios castoncellos, inter grossos et minutos, 
in quibus sunt zaffirelli et vilra, et allexandrini^; pond. ij. une. et 
iij. quar. et dim. 

1. Litléralemeat « aig-iilles »; nous dirions aujourd'hui épingles, car il ne 
peut être question ici d'aiguilles pour coudre, mais de tiges de métal aiguës à 
l'une de leurs extrémités et ornées d'une pierre précieuse formant télé à l'autre, 
destinées A fixer les différentes parties du vêtement. 

2. C'est-à-dire une ligure de majesté vue à mi-corps. 

3. Peut-être des rubis. 



46 

645. — Ilem, iiij. castoncellos cum iiij. praxinellis. 

646. — Item, ij. castoncellos cum duobus amatistis. 

647. — Item, vj. rosulas de auro cum novem granatis et aliqui- 
bus perlis et praxinellis ; pond. j. une. et iij. quar. et dimid. 

048. — Item, xxxiij. cristallos, computatis grossis et minutis. 

049, — Item, unum lapidem inclusum in tribus branchis de auro. 
C50. — Item, unum castonura cum uno zaffiro grosso; pond. 

dimid. une. 

651. — Item, unum lapidem de jaspero iji quo est una figura ex 
una parte. 

652. — Item, unam ramam de diaspero cum una catenula de auro. 

653. — Item, tria cornua parvulina guarnita de argento. 

654. — Item, unam ligatiam' in qua sunt amatiste, coralli et 
periodi et alii viles lapides. 

XXXIV. 

NUSCE. Rubrica. 

655. — Item, unam nuscam ^ cum uno lapide in medio ubi est 
sculpta imago Salvatoris in podio nigellato, uno granato in quo est 
sculptum unum capud, uno balasso, sex cristallis tinctis, uno balasso 
parvo, trijjus smaragldis et duobus vitris, quinque perlis grossis, viij. 
perlis minoribus et v. zaffiris minoribus in appendiciis que sunt in 
latere; pond, cum laqueo rubeo duarum. m. vi. une. et dimid. 

656. — Item, unam nuscam cum una aquila in cujus alis et cor- 
pore et cauda sunt iiij. balassi, ... zaffiri et ante pectus tenet cruci- 
culam de ligno vere crucis, et in secundo circulo sunt iiij. pulchri 
et grossi zaffiri et quatuor perle grosse : in extremo vero sunt xij 
balasci cum duabus fîbulis, in quarum qualibet sunt iij. smaragldi 
parvi et iij. perle; pond, cum laqueo ij. m. et v. une. et j. quar. 

657. — Item, unam nuscam cum zaffiro rotundo in medio, cum 
uno circulo circa eum de sraaragldis parvis-, in secundo circulo sunt 
iiij. balassi et iiij. praxine et viij perle; in alio circulo sunt iiij. 
zaffiri grossi et iiij. parvi et viij. perle grosse et in iiij. angulis sunt 

1. Une liasse, un petit paquet. 

2. Le mot nusca s'emploie indistinctement pour désigner un médaillon, un 
ornement d'orfèvrerie ou une agrafe ; ici il s'agit vraisemblablement d'agrafes 
de chapes dont quelques-unes contenaient des reliques. Voyez du Gange, 
v nusca, et Gay, Glossaire archéologique, \° affiche. 



47 

iiij. balasci; pond., cum laqueo, j. m. et iiij. une. et dim. quar. 

658. — Item, unam nuscam cum crucicula de ligno vere crucis in 
medio, et ij. smaragldis, iij. perlis, vi. zaffiris et iiij. balascis cum 
uno laqueo; pond. vij. une. ij. quar. et dimid. 

C59. — Item, unam nuscam cum uno zaffiro in medio et iiij. 
cameis cum iiij. capitibus, iiij. perlis, iiij. smaragldis parvis, iij. 
granatellis, et viij. perlis grossis in rosetis; pond., cum catenula, j. 
m. et iij. une. et dim. 

660. — Item, unam nuscam cum granato in medio, iiij. praxinis, 
iiij. balascis et xij. rosetis de perlis; pond., sine catenula et laqueo, 
iiij. une. scar. 

66^. — Item, unam nuscam que etiam potest esse annulus 
cura uno cameo obscuro in quo est unus capud, cum uno circulo in 
quo suntiiij. balassi, iiij. zaffiri et viij. perle; pond., cum laqueo, 
iij. une, et dim. 

662. — Item, unam nuscam sive crucieulam cum uno balasso in 
medio, ij. smaragldis, ij. zaffiris in branchis; pond., cum catenula, 
iij. une. 

663. — Item, unam nuscam de opère fdi cum uno cameo in medio 
ad capud album cum viij zaffirellis, ij. turchiscis, ij. totapatiis, et 
tribus granatis in branchis; pond., cum laqueo nigro, ij. une. et j. 
quar. 

664. — Item, unam nuscam de opère flli cum uno vitro in medio 
coloris zaffiri et aliquibus aliis granatis, turchiscis j pond., cum cate- 
nula, iij. une. et dimid. 

665. — Item, unam nuscam de auro cum imagine Virginis et 
angeli, et uno circulo de perlis; pond., cum laqueo nigro, unius une. 
et dim. 

666. — Item, unam nuscam de lapide quasi viridi cum imagine 
tenente ensem, cum catenula et guarnimento de argento; pond. j. 
une. et ij. quar. 

XXXV. 

COROXA ET MITRE. 

667. — Item, regnim sive corona' in qua sunt xlviij. balassi 

1. Les articles 667 et 668 décrivent de véritables tiares; dans les autres 
articles, il n'est question que de simples mitres. A propos de la tiare, V'iollet-le- 
Duc {Dictionnaire du, mobilier, IV, 401) dit que, d'après une opinion jjénéra- 
lement répandue, Boniface VIII fut le premier pontife qui mil une seconde 



48 

... in quibus sunt aliqui rubini, el Ixxij. zaffîri, et xlv inter praxinas 
et smaragldos, non computatis parvis smaragldis et balassis, et Ixvj. 
perle grosse. In summitate autem habet unum rubinum grossum ; 
in inferiori aulem parle habet unuracireulum curaesmaltis; caiidas' 
vero habet nigras cum viij. esmaltis per quamhbet pond. xij. m. et 

V. une. 

668. — Item unara mitram magnam cum uno cameo in medio in 
quo est imago mulieris et hominis, et ij. grossis zaffiris, et ij. ahis 
cameiS; uno scihcet cum capite albo, et aho cum duabus imaginibus ; 
et in ipso circulo anteriori et liliis, et titulo^ sunt xx balasci sus et 

couronne sur la tiare, et se demande si les papes en avaient déjà placé une pre- 
mière. Les monuments qu'il a consultés ne lui ont pas donné la solution de 
celte question. Les tiares telles qu'elles sont figurées dans les sculptures du 
portail méridional de Notre -Dame- de- Chartres (xiii'' siècle) n'offrent qu'un 
cercle d'orfèvrerie, mais point de couronne; une peinture représentant Clé- 
ment IV, que Viollet-le-Duc reproduit (p. 400), n'offre également qu'un cercle. 
L'article G67 du présent inventaire, bien qu'il parle d'une corona, ne décrit qu'un 
cercle orné d'émaux et ne dit pas qu'il y eut des lleurons; mais il n'en est pas 
de même, croyons-nous, du n" 668, qui mentionne un cercle accompagné de 
lilia, de Heurs de lis dans lesquelles il est difficile de voir autre chose que des 
lleurons dont l'ensemble constitue une véritable couronne royale. Ce serait donc 
vers la fin du xiii" siècle que la couronne aurait définitivement pris place sur 
la tiare. On voit au musée d'antiquité de Bologne une grande figure de Boni- 
face VIII composée de plaques de bronze clouées ensemble. Cette statue, œuvre 
d'un orfèvre bolonais nommé Manno, fut exécutée en 1301, du vivant même, par 
conséquent, de Boniface VIII (Voyez Perkins, Uistorical Handbook of Italian 
sculpture, Londres, 1883, p. lxi); ce n'est pas à coup sur un chef-d'œuvre, mais 
on est en droit de supposer que l'artiste a reproduit fidèlement sinon les traits du 
pontife, du moins le costume pontifical ; la mitre, en forme de bonnet pointu, est 
ornée de trois cercles fort simples et n'offre point de lleurons. On trouvera du 
reste une détestable gravure de cette siatue dansCicognara, Storiadella scultura, 
atlas, pi. 19. Au contraire, sur son tombeau, placé aujourd'hui dans les grottes du 
Vatican, Boniface VIII est coiffé d'une tiare munie à sa partie inférieure d'un 
large cercle d'orfèvrerie,. sur lequel ])rennent naissance des feuilles trilobées ; 
plus haut sur la tiare on voit un cercle et enfin à l'extrémité un gros boulon. 
Ce tombeau est gravé dans Ciaconius, Vitae et res gestae ponti/icum romanorum, 
I, 812; et dans Cicognara, itt supra, pi. 22. Enfin dans une peinture de Giotto, 
à Sainl-Jean-de-Latran, peinture par conséquent bien poslérieure à la mort de 
Boniface VIII, le pape est coiffé d'une mitre à trois cercles, mais le cercle infé- 
rieur est muni de pointes (Ciaconius, I, 813). De la comparaison de ces divers 
monuments, il résulte que c'est bien à la fin du xiii* siècle que le cercle qui 
décorait la liare est devenu une couronne ; les successeurs de Boniface VIII ne 
tardèrent pas à faire subir la même modification aux autres cercles. 

1. Les fanons. 

2. On n'est pas d'accord sur le sens à attribuer au mot titiUus, quand il s'agit 



49 

longus et xi smaragldi et xxxi perle grosse; a latere vero sunt duo 
grossi zaffiri et ij. parvi balassi, et x. perle, et in rosis anlcrioribus 
sunt duo camei cum ij. capitibus et vj. zaffiri et vj. granati; in cir- 
culo vero posteriori sunt très camei, ij. cum capitibus et unus cum 
equis, et in ipso circulo, et liliis sunt xx. zaffiri, et xviij balassi, et 
unus smaragldusmagnus, etx. parvi et xxvij perle-, et in rosis dua- 
bus sunt ij. camei et vj. zaffiri, et vj. granati ; et in una de caudis 
sunt vj. balassi et vj. zaffiri grossi et viiij. granatelli parvi et viiij. 
zaffirelli et xxvij. perle et v. campanelle; et in alia cauda sunt vj. 
zaffiri et vj. balassi grossi et x. zaffiri minores et viiij. granatelli 
et xxxvij. perle et v. campanelle; pond, ipsa milra cum cartis et 
foderis. xij. m. et una une. 

669. — Item, unam mitram, cum esmaltis rotundis in auro ex 
parte anteriori, cum xxiiij. balassis grossis et xxxij smaragidis, com- 
putatis grossis et minutis. In parte autem posteriori sunt totidem 
esmalta et xxiiij. balassi et xxij. smaragldi, in universo; in cauda 
etiam sunt xx. esmalta rotunaa et xlvij. balassi magni et parvi, et 
Ixv. smaragldi parvi ; pond, autem ipsius mitre cum cartis et foderis 
etiam viiij. m. 

670. — Item, unam mitram de perlis cum iiij. praxinis ex parte 
anteriori, et iiij zaffiris grossis et v. minoribus et xviij granatis, et 
xxviij perlis cum porfilo ad aurum et perlas et granatas et turchis- 
cos. Ex parte vero posteriori habet très zaffiros grosses et vj. alios 
minores, et très praxinas grossas, et xv. granatos et xxvij. perlas; 
in caudis autem sunt viij. grossi zaffiri, vj. praxini. et xj. grossi 
granati, et xxxiij granati minores et Ivj. perle et xij. campanelle; 
pond, ipsa mitra vii. m. et j. une. 

674 . — Item, unam aliam mitram cum vij esmaltis rotundis et 
viij. zaffiris et v. balassis, et iiij. granatis grossis ex parte anteriori. 

d'une mitre ou d'une tiare (Voyez du Cange, v° titulus, 9). Les uns y veulent 
voir un cercle d'or, les autres une bande de métal appliquée sur la face de la 
mitre de haut en bas. Les termes du présent inventaire nous semblent ne pou- 
voir laisser place qu'à celte dernière interprétation. En ell'et, le rédacteur fait 
une différence entre le circulus et le titulus et il ajoute (jue ce titulus est décoré 
dans sa longueur, de haut en bas, de rubis, d'éineraudes et de perles; ce titulus 
ou bande verticale sépare la mitre en deux parties égales ornées chacune, par 
devant et par derrière, de médaillons {rosae) dans lesquels sont enchâssés des 
camées; on ne peut guère être plus explicite. Ce couvre-chef ponlilical partici- 
pait donc de la mitre, puisqu'il était partage dans sa hauteur par une bande 
d'orfèvrerie, et de la tiare, puis(|u'il était muni à sa partie inférieure d'une cou- 
ronne lleuronnée. 

4 



50 

Ex parte vero posteriori habet totidem esmalta et totidem zaffiros 
et vj. granatos et duos balassos; in caudis autem habet xvj. esmalta 
rotunda et xviij. zaffiros et vij. balassos et xj. granatos, cum xij. 
campanellis; pond, autem ipsius mitre est viij. m. 

672. — Item, unam mitram cum frixio ad perlas que habet ex una 
parte xiiij. esmaltos ad rosetas in auro et viiij. balassos et Yiiij. zai- 
firos et vj. smaragldos et xviij. castoncellos de opère fdi cura zaffi- 
ris et granatellis. Et ex alla parte totidem esmalta, et lapides et cas- 
toncellos; in caudis etiam sunt xiiij. esmalta in modum rosarum 
cum xxxij. castoncellis cum opère fili, cum zaffirellis et granatellis; 
pond, ipsa mitra vj. m. 

673. — Item, unam mitram que habet ex parte anteriori vij. 
esmalta rotunda in auro ad médias imagines et in parte superiori 
unum robinum magnum obscurum, et xvj. zaffiros in universo ex 
parte ipsa, et iiij. smaragldos et xij. turchiscos grossos, et v. balas- 
sos, et xviij. granatos. Ex parte vero posteriori habet totidem, et 
xxiiij. zaffîrellos et xvij. granatellos, et xij. turchiscos et unam 
magnam praxinam in summitate, et v. alios minores ; caude vero 
sunt contexte per totum de esmaltis divetsarum formarum cum 
multis zaffiirellis, granatis et perhs et campanellis; pondérât ipsa 
mitra vj. m. et unam une. 

674. _ Item, unam aliam mitram contextam de perlis per totum 
cum vij. esmaltis in modum rosarum, et vj. aliis mediis esmaltis 
viridibus Claris, et xxiiij. smaragldis et xxxv. rubinetis, et ex parte 
posteriori habet totidem, et similia esmalta, et xxxv. smaragldos 
parvos, et xxv. rubinetos; caude etiam sunt contexte per totum 
de perlis , in quibus sunt xx esmalta, computatis integris et me- 
diis, et xxv. smaragldi et xxvj. rubineti; pond, ipsa mitra v. m. et 
iiij. une. 

675. — Item, unam aliam mitram cum frixio contexto de perlis 
in quo sunt ex parte anteriori xj. esmalta rotunda, et xj. castuncel- 
los cum zaffirellis et xj. granatellis. Et pars posterior etiam similis 
in omnibus anteriori, excepto quod déficit unus granatellus; in cau- 
dis vero sunt xviij. esmalta rotunda et xl. castoncelli cum xlv. 
zaffîris et granatis et xij campanellis; pondérât ipsa mitra v. m. et 
V. une. 

676. — Item, unam mitram cum frixio et caudis contextis de 
perlis, que habet in universo xxxiiij esmalta rotunda, et Ixiiij. alla 
circa illara cum fragis inter ipsa esmalta rotunda; pond. iiij. m. et 
V. une. 



51 

677. — Item, unam mitram conlextam per lolum de auro Iratilio 
ad imagines. 

678. — Ilem, x. mitras cum frixis ad aurum Iraccicium et perlas. 

679. — Ilem, très mitras ad circulum cum frixis ad aurum trac- 
cicium. 

680. — Item, duas mitras ad circulum. 

XXXVI. 

ESMALTA. Rubrica. 

681 . — Item, duo esmalta ' magna rotunda que vocantur cheru- 
bini cum pomellis rotundis de argento circa ipsa; pond. xv. m. et 
iiij. une. 

682. — Item, duos canulos de argento cum pomis ad portandum 
ipsos cherubinos; pond. ij. m. et v. une. 

683. — Item, due rotule magne cum xlij. esmaltis in auro. pond, 
ij. m. 

08-^. — Item, duo esmalta rotunda pro cirothecis in auro; in 
quorum uno est historia Resurrectionis, in alio liistoria Purificatio- 
nis; pond. ij. une. et iiij. quar. et dim. 

68:3. — Item, duo esmalta rotunda in argento pro cirothecis ; quo- 
rum quodlibet habet mediam imaginem et circulum de granatellis, 
et zaflirellis et praxinis, et ij. gira de perlis. 

686. — Item, vi. frustra de esmaltis in auro diversarum formarum; 
pond. V. une. 

687. — Item, x. esmalta de auro quadrangularia in modum crucis 
cum diversis imaginibus et fuerunt facta Parisius ; pond. ij. une. et 
iiij. quar. et ij. taren? 

688. — Item, duo esmalta pro duobus cirothecis cum ij. zaffiris 
de oriente in medio, et cum uno circulo de parvis et aliquibus lapi- 
dibus parvis; pond. j. une. et dimid. 

689. — Item, iiij. esmalta auri rotunda cum iiij. mediis imagini- 
bus sanctorum; pond, j, une. et duorum taren. 

690. — Item, unum esmallum rotundum in auro cum historia 
Annuntiationis. 

1. Ces grands émaux ronds étaient sans doute des Jlabella ou éventails destinés 
à la célébration de la messe. Voyez à ee sujet dans la Revue de l'art chré- 
tien, années 1883-1884, un long article de M. de Linas intitulé : les Disques 
crucifères, le Flabellum et l'Umbella. 



S2 

69 1 . — Item, due piastre rotunde pro cirothecis et habet quelibet 
unum robinum in medio, et iiij. zaffiros parvos et multos parvos 
smaraldos, et ij. frixia pro chirothecis de plastis auri cum castoni- 
bus in quibus sunt aliqui lapides, pond. iij. une, et diraid. et ij. 
quar. 

692. — Item, xxviij. esmalta in argento que fuerunt de cupis et 
vasis diversarum formarum; pond. j. m. 

693. — Item, xxvj. esmalta que fuerunt de mitra et sunt diversa- 
rum formarum; pond. iij. une. 

694. _ Item, tria esmalta cum tribus figuris animalium habenti- 
bus capita hominum; pond. ij. une. 

695. — Item, xiij. castoncellos de mitris, in quibus sunt iiij. gra- 
natelli et ij. zaffirelli; pond. iij. quar. 

696. — Item, unum frixium pro altari in quibus sunt xxij. 
esmalta in auro quadra, computatis fractis et amotis, x perle grosse, 
unus balassus et j. granatellus, ij. zaffiri et ij. praxine et ce. cam- 
panelle, et j. granatus, ij. zaffiri; pond. x. m. 

xxxvn. 

CmOTHECE, CUM ESMALTIS ET SINE. RuhricCl. 

697. — Item, unum par chirothecarum cum esmaltis azurinis in 
quorum uno est imago Virginis, et in alio Agnus Dei et pugnalibus 
ad aurum tantum cum perlis. 

698. — Item, unum par cirothecarum cum esmaltis in auro, in 
quorum uno est magestas et in alio Virgo. 

699. — Item, j. par chirothecarum cum duobus esmaltis in auro, 
in quorum uno est média imago Salvatoris et in alio Virginis et 
pugnalibus ad aurum fdatum cum rosetis de esmaltis et bullis ac 
perlis. 

700. — Item, unum par chirothecarum cum esmaltis Parisiensi- 
bus in quorum uno est imago Virginis salutate et in alio cum filo 
[corr. : Filio) cum pugnalibus ad aurum filatum et perlis. 

701. — Item, j. par chirothecarum cum duobus vitris in rotulis 
de auro. 

702. — Item, duo pugnalia pro chirothecis in quibus sunt rosule 
auri cum "vj. esmaltis, zafflreUis et v. perlis. 

703. — Item, duo pugnaha cum viij vitris rubeis et vij. perlis et 
aliis lapillulis. 



53 

704. — Item, xvij. paria chirothecarum anliquarum cum auro et 
serico in pugnalibus, et vj. paria sine aliquo guarnimento. 
703. — Item, duo pugnalia cum figuris ad aurum filatum. 

XXXVIII. 

ICONE DE EBORE. JRubrîca. 

706. — Item, unara yconam de ebore cum imagine béate Virginis 
tenentis Filium in brachio et sedentis in quodam podio sive taberna- 
culo. 

707. — Item, unam iconam de ebore in cujus medio est imago 
béate Virginis cum Filio, et in tabulis quibus clauditur sunt multe 
imagines. 

708. — Item_, unam iconam de ebore in qiia est tota historia Pas- 
sionis. 

709. — Item, unam aliam iconam de ebore in qua est imago Vir- 
ginis cum Pilio et in tabulis multe imagines. 

710. — Item, unam aliam iconam de ebore in cujus medio est 
imago béate Virginis cum Filio in brachio et in tabulis multe ima- 
gines. 

71 -i. — Item, unam aliam iconam de ebore in cujus medio est 
Crucifixus et super eum imago majestatis sedentis et sub eo imago 
Virginis cum Filio, et alie imagines. 

7-12. — Item, unam aliam iconam de ebore in qua est Crucifixus 
cum duabus imaginibus et in tabulis est historia Passionis depicta. 

7^3. — Item, aliam iconam fractam de ebore in cujus medio est 
imago Virginis cum Filio, et in tabulis sunt multe aile imagines 
relevate de historia Passionis. 

TH. — Item, aliam iconam parvam de ebore fractam in qua est 
imago Virginis cum Filio et in tabulis nigris sunt imagines depictc 
ad aurum. 

715. — Item, unam iconam de opère Venetico cum historia Pas- 
sionis sub cristallo, et araatistis, turchiscis et granatis. 

716. — Item, aliam iconam de ebore parvam cum imagine Virgi- 
nis cum filio in brachjo. 

717. — Item, iconam unam de lapide incluso in ligno cum imagi- 
nibus scultis de auro. 

718. — Item, unam labulam guarnitam de laminis argenti in qua 
sunt imagines apostolorum Pétri et Pauli. 



7-1 9. — Item, unam iconam de una tabula in qua est figura Vir- 
ginis cum Filio in brachio. 

720. — Item, unam iconam cum duabus tabulis in una quarum 
est Grucifixus et in alia imago Virginis cum Filio. 

72^ . — Item, unam aliam iconam minorem predicta cum similibus 

figuris. 

722. — Item, unam aliam iconam de opère Veneticorum de una 
tabula in qua est figura majestatis in medio et plures perle, alie 
[figure] in vitro ad aurum^. 

723. — Item, unum repositorium ^ cujusdam crucis duplicis coo- 
pertum de laminis argenti ad esmalta, in cujus coperculo est Gruci- 
fixus et alie imagines et in parte posteriori sunt littere facientes men- 
tionem de ligno vere crucis ; non tamen est ibi. 

724. — Item, unam aliam iconam de una tabula in qua est imago 
Virginis, de opère mosayco^ et est guarnita de argento ad figuras. 

725. — Item, unam parvam iconam de lapide incluso in ligno, 
cum imaginibus scultis de auro. , 

XXXIX. 

ALTARIA VIATICA. RubriCCl. 

726. — Item, unum altare viaticum de diaspro-* viridi et rubeo, 
guarnitum de argento laborato ad nigellum et folia cum vi. zaffiris 
et V. turchiscis. 

727. — Item, unum altare viaticum de diaspro zalda» et rubeo, 
guarnitum de argento deaurato cum historia Abrahe. 

728. —Item, unum altare viaticum de porfiro de viridi, guarnitum 
de argento, in quo sunt viij. imagines in nigello. 

729. — Item, unum altare de diaspero rubeo cum medio albo, 
inclusum in ligno depicto. 

730. — Item, unum altare de diaspero rubeo et aliorum colorum 
inclusum in ligno de opère balistarum^. 

1. C'est-à-dire en verre doré, ou verre églomisé. 

2. Un écrin pour une croix. 

3. Ou musivo, c'est-à-dire en mosa'K|ue. 

4. Jaspe (italien diaspro). 

5. Jaune ou jaunâtre (italien : giallo). 

6. C'est-à-dire du bois dont sont faites les arbalètes. 



b3 

73 i . — Item, unum altare de porfiro rubeo guarnitum de argenLo 
de aurato. 

732. — Item, unum altare viaticum de diaspero rubeo guarnitum 
de ère deaurato. 

733. — Item, unum altare de diaspero rubeo et aliorum colorum, 
in ligno, sine aliquo guarnimento. 

734. — Item, unum altare viaticum de porfiro rubeo guarnitum 
de argento deaurato. 

735. — Item, unum altare de porfiro viridi guarnitum de ère 
deaurato cum litteris. 

XL. 

RELIQUIE SANCTOPiUM. 

736. — Item, capud beati Blasii in quodam repositorio de argento 
deaurato, cum imaginibus relevatis. 

737. — Item , capud beati Luce evangeliste sine aliquo guarni- 
mento. 

738. — Item, manus béate Barbare inquadam cessela^ de argento 
cum imaginibus relevatis. 

739. — Item, ... B. Thome apostoli inclusus in quodam rotundo 
de cristallo guarnito de argento stante supra iiij. pedibus. 

740. — Item, dens béate Marie Magdalene in quodam vasculo de 
cristallo guarnito de argento; positus fuit in aquila quam misit rex 
Anglie. 

741. — Item, duos dentés, unam de costis, et unum os de bracbio 
ipsius béate Marie Magdalene, 

742. — Item, unum os de brachio S" Joannis elemosinarii, 
patriarche Alexandrini. 

743. — Item, unum os de brachio sanctorum xl. martirum. 

744. — Item, de crure béate Basilii. 

745. — Item, unum frustrum de osse brachii Samaritani. 

746. — Item, unum os de cossa et alla frustra S" Zacharie, cum 
quodam vestimenlo nigro. 

747. — Item, de reliquiis S" Hylarii. 

748. — Item, reliquias sanctorum Olimpi et Lini pape, Hylarii 
martyris. S" Andrée apostoli, positas in aquila quam misit rex 
Anglie ; S"^ Constancie in quadam casseta de ebore. 

1. Un reliquaire en forme rte corbeille (italien : cestella). 



56 

749. — Item, reliquias S" Procopii, in uno vasculo de argento. 

750. _ Item, reliquias de Jacob et Sidrac, Misac et Abdenage. 
754. — Item, reliquias S" Brunonis confessons. 

752. — Item, reliquias S" Eustacii et S" Epafitis^ 

753. — Item, reliquias S*' Laurentii, in una paxide lignea. 

754. — Item, reliquias S" Rodos. 

755. — Item, reliquias S" Hipoliti et sociorum ejus. 

756. — Item, reliquias S" Leonis pape. 

757. — Item, de cinere S^' Laurentii martyris. 

758. — Item, infulam^ S" Francisci. 

739. _ Item, reliquias Lini pape et martyris. 

760. — Item, reliquias S" Procopii martyris. 

761. — Item, de capite S'^ Susanne. 

762. — Item, de Sancto Gypriano martyre. 

763. — Item, de S'" Eleutherio episcopo et martyre et de S'" Aus- 
terio, posite in aquilam quam misit rex Anglie. 

764. _ Item, quidam lapis in quo est scriptum : De mensa cène. 

765. — Item, de sepulchro Domini. 

766. — Item, de monte Galvarie. 

767. _ Item, relicpiias S^' Genesii et Girili martyrum et S" Girgi 
Nazareni. 

768. — Item, de Ysaac. 

769. — Item, de S*° Eleutherio. 

770. — Item, de S'° Bartholomeo apostolo. 
11\ . — Item, de S'^ Martina virgine. 

772. — Item, de S*'' Aurea virgine et martyre. 

773. — Item, de pulvere beati Jacobi apostoli. 

774. — Item, de capillis béate Elisabet. 

775. — Item, de S'^ Rufma martyre. 

776. — Item, de S^" Jacobo apostolo, et Thimoteo et Eustachio. 

777. — Item, reliquias sanctorum Panteleimon, Ermolaon guar- 
nitas de argento, litteris arabicis et una calenalla. 

778. — Item, de Sancto Abraam. 

779. — Item, de S<a Headvige. 

780. — Item, de S'° Philippo. 

784. — Item, de capite S" Gregorii et S" Luce evangeliste. 
782. — Item, de vestimentis Domini. 



1. Cet article est répété deux fois. 

2. La chasuble de saint François. 



57 

783. — Item, de S'" Andréa Apostolo. 

784. — Ilem, de cappillis S'« Lucie. 

78o. — Item, de vélo S'" Agnetis-, et unus dens est ibi. 

786. — Item, de pulvere apostolorum Pétri et Pauli. 

787. — Item, reliquias sanctorum Andrée et Bartholomei aposto- 
lorum, et Dyonisii Areopagite. 

788. — Item, reliquias sanctorum martirum Sébastian! et Stephani 
pape, Marchi et Marcelliani et Sisti Pape. 

789. — Item, de pallio^ béate Virginis. 

790. — Item, de S*° Philippe apostolo. 

791. — Item, de S'" Stephano papa et martyre. 

792. — Item, de S'° Sebastiano martyre et de S'" Sixto papa. 

793. — Item, de S'" Marcho et Marcelliano. 

794. — Item, unum os de anca cum pelle, et aliquas reliquias 
sanctorum descript[orum], 

795. — Item, de S''" Diomede et Theodosio. 

Emile Molinier. 



1. Un fragment du voile ou du manteau de Ja Vierge. 



NOTICE 

SUR LES MANUSCRITS 

DE LA 

BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DE PONTARLIER 

(DOUBS). 



La bibliothèque publique de Pontarlier, médiocrement dotée au 
point de vue des ouvrages imprimés tant anciens que modernes, 
possède 22 manuscrits provenant tous, sans exception, de l'abbaye 
cistercienne du Mont-Sainte-Marie * et centralisés en vertu des 
lois de 1790 dans le dépôt du district, devenu plus tard Biblio- 
thèque municipale. Ces manuscrits, souvent mentionnés dans les 
procès-verbaux de visites de l'abbaye, aux xvii*' et xviii" siècles '^ 
répertoriésassez imparfaitement dans l'inventaire des bibliothèques 
monastiques du district de Pontarlier en 1791^, sont inventoriés 
dans un chapitre du Catalogue général de la bibliothèque pontis- 
salienne, rédigé en 1803 par l'ancien conventionnel Jean-Bap- 
tiste Michaud de Doubs^. Mais, depuis la rédaction de ce catalogue 
officiel, dressé en vertu d'un arrêté du sous-préfet Micaud ^, en 

t. Fondée en 1199 dans les défilés du Jura. Les restes de cette abbaye existent 
encore sur le territoire des Granges-Sainte-Marie (canton de Pontarlier). V. dans 
le Bulletin de V Académie de Besançon, 1883, une Notice sur Mont-Sainte- 
Marie et ses monuments, que j'y ai publiée en collaboration avec M. le chanoine 
J.-M, Suchet. 

2. Visites des abbayes de Franche-Comté. Fonds du Parlement de Dôle et de 
Besançon. {Arch. du Doubs.) Série B. 

3. Inventaire dressé par les administrateurs du district de Pontarlier, le 
30 juillet 1791. District de Pontarlier (Domaines). Q. 310 (provisoire). {Arch. du 
Boubs.) 

4. Jean-Baptiste Michaud de Doubs, secrétaire de la Convention, membre des 
diverses assemblées législatives de 1791 à 1799, mort en exil en 1819. 

5. Du 1" prairial an XI (21 mai 1803). Ce catalogue, achevé le 11 vendémiaire 



59 

présence des représentants de l'Etat et de la commune, 20 manus- 
crits sur 42 primitivement enregistrés ont disparu du dépôt. La 
mention assez précise du catalogue de Michaud, dont je transcris 
ci-après des extraits, permettra peut-être de les retrouver quelque 
jour, et de vérifier s'ils sont régulièrement sortis d'un dépôt 
public. En attendant, il m'a paru utile de consigner dans une 
notice détaillée la description des 22 manuscrits qui subsistent, 
et qui, après un récolement récent fait par l'administration muni- 
cipale de Pontarlier*, ont été uniformément foliotés et estampillés, 
conformément aux prescriptions ministérielles-. On trouvera peut- 
être exagérées dans leur minutie, vu l'importance assez restreinte 
d'ouvrages, liturgiques ou théologiques la plupart, compris 
comme date entre le xii" et le xv^ siècle, les notices consacrées à 
ces 22 manuscrits. Le motif qui me les a fait développer davan- 
tage, c'est que ce groupe de manuscrits d'origine exclusivement 
comtoise représente le dernier débris constitué d'une des biblio- 
thèques cisterciennes, jadis célèbres ^ de l'ancien diocèse de 
Besançon ; c'est aussi, d'autre part, qu'il n'est aucun de ces 
manuscrits qui dans son texte ou dans ses notes n'apporte quelque 
détail intéressant pour l'histoire ou l'histoire littéraire de la 
Franche-Comté. J'ai complété ce catalogue par quelques dates 
ou notes sommaires, par des extraits du répertoire de 1803 con- 
cernant les manuscrits perdus, enfin par une table des noms d'au- 
teurs et des titres d'ouvrages compris ou mentionnés dans ses 
deux sections. 

Jules Gauthier. 

an XII (4 octobre 1803) en présence d'Emmanuel Perrenet, receveur du domaine 
et de l'enregistrement, de François-Ferdinand Colin, premier adjoint, de Claude- 
François Quétaud, membre du conseil général de la commune, et de Pierre- 
Antoine Dornier, principal du collège, délégués de la municipalité, fut vérifié et 
signé pour récolement, le 13 janvier 1807, par le maire, M. Demesmay, assisté 
de trois conseillers ou délégués et du rédacteur J.-B. Michaud. 

1. L'administration municipale, soucieuse du développement de la bibliothèque, 
se propose d'agrandir les locaux insuffisants qui lui sont affectés, et de favoriser 
activement son organisation et son accroissement. 

2. A ma demande, ces mesures de conservation ont été appliquées par 
M. J. Mathey, chargé du classement et de l'inventaire des archives de Pontarlier, 
que je prie d'agréer tous mes remerciements pour les bons offices qu'il m'a 
prêtés dans la confection de ce catalogue. 

3. Les plus riches de ces bibliothèques étaient celles de Balernc (Jura) et de 
la Charité (Haute-Saône). Voir Bibliothèque de l'École des chartes, l. XLII, 
p. 19, le catalogue des mss. de la Charité. 



60 

I. 

Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de Pontarlier. (Le numé- 
rotage est celui qui a été appliqué aux volumes, en ^803, par 
J.-B. Michaud de Doubs.) 
j, _ [Ysidori episcopi etimologie.] Vol. in-fol. vélin de 203 feuillets; 
haut de 4^0 mill., large de 273; reliure aisetcuir lisse du xv'^ s.-, 
écrit sur 2 col. avec rubriques rouges et initiales aux encres rouge, 
bleue et violette; quelques lettres ornées ou têtes de chapitres 
grossières, servant de figures au texte : tableau des degrés cano- 
niques de parenté, carte du Monde, etc. — xiv« siècle. 
Incomplet du commencement et de la fin. «... De prosa. Prosa est 

producta oratio et a lege metri — Explicit liber numerorum. » 

Fol. 463 r°, en écriture du xvii^ s., cette note marginale : « A Mon- 
sieur le Révérend abbé de Mon Sainte-Marie, vicaire général de l'ordre 
de Gisteau en ce pays de Bourgongneet guardien. » — Fol. -19-1 r", au 
bas, en écriture du xv^ s. : « Item an l'an : m : cccc : xx et ii fu crié 
la pès an Borgonne la vêle de Noël. » (L'auteur des Recherches sur 
Mont-Sainte-Marie, M. Barthelet, avait lu ainsi cette note : « Tan 
mil iiri° vingt-deux février, la peste en Bourgoigne. » Recherches, 
Pontarlier, 4 858, p. 92.) 

4, _ [Moralia beati Gregorii pape per contemplationem sumpta libri 
triginta quinque.] Vol. in-fol. vélin de \^\ feuillets; haut de 
440 mill., large de 24 2; reliure ais et cuir lisse; écrit sur 2 col., 
rubriques rouges, initiales avec peintures bleue, blanche, noire, 
rouge et verte. — xiii* siècle. (Quelques feuillets coupés au bas, 
quelques initiales ornées enlevées.) 

« Incipit prefacio beati SS. pape in libris Job. Reverendissimo et 
sanctissimo fratri Leandro co-episcopo Gregorius servus servorum 
Dei. Dudum te frater beatissime in Gonstantinopolitana urbe cognos- 
cens (fol. 2 vo]... — Explicit liber sextus decimus pars tercia. Liber 
Montis sancte Marie. Verum est. Amen (fol. 4 60 v°). « Au fol. 464 r° 
on lit la pièce de vers suivante, transcrite à la suite du Commentaire 
de saint Grégoire, par le copiste, un religieux de Mont-Sainte-Marie 
très certainement, qui dédie cette composition à son abbaye : 

« Mons sancte Marie 5 Roga Dominum qui est bonus 

Domus gaude Ne te comprehendat onus, 

Jocundare summa laude Onus enim ultionis 

NuUa maculata fraude. Ire et confusionis 



6i 



Malis manet et non bonis. 

10 Impie Dei voluntatem 
Vanam linquens levitatem 
Ut ipsius majestatem 
Merearis invenire 
Mitigatam die ire 

15 Pieque possis audire : 
a Benedicti nunc venite 
Et ad regnum jam redite 
In quo Yobis panis vite 
Apponetur ut edatis 

20 Quo precepto gaudeatis 
Nec amplius egeatis. » 
Hec si queris obtinere 
Quibus optas non carere 
Istum librum te tenere 

25 Noscas omni cum labore 
Hujus enim libri flore 
Quasi cibi dulcis more 
Golligeris in amore 
Salvatoris cum timoré 

30 Qui te celi ditet rore. 
Istum librum exposuit 
Gregorius ut potuit, 
Gujussensum aperuit 
Ghristus ut sibi placuit. 

35 Qui hoc inde promeruit 
Quia mundum deseruit 
Et ad celi palatia 
Ima convertit studia 



Mundana spernens gaudia. 

40 Presens namque leticia 
Multos trahit ad vicia 
Quos sequitur tristicia, 
Gum a mundi raalicia 
Transcunt ad supplicia 

45 Que semper sunt manentia. 
Ergo lector ne negligas 
Istum librum sed diligas 
Et a te nunquam abigas. 
Hic tuam erigito mentem 

50 Non vanam nec deficientem 
Sed boni studium habentem 
Ut re Dei te ditescas 
Ne inopia languescas 
Si sumere negligis escas 

55 Quas reperire poteris 
Hoc in libro si legeris 
Et intente quesieris. 
Has ergo si studueris 
Edere cum potueris 

60 Et implere contenderis 
Omne quod hic repereris 
Perhenniter ditaberis 
Gum a mundo migraveris. 
Hujus quoque libri scriptoris 

65 Semper memor ac peccatoris 
Ora l'aciem creatoris 
Ut hune gracia Redemptoris 
Salvet de manu Yastatoris. 
Amen. » 



Au fol. ^ 61 v° sont transcrites une « oraison écrite par les anges, » 
la vision d'Ézéchiel et la pièce de vers ci-dessous, de même facture 
et de même écriture que la précédente, traduisant en formules poé- 
tiques les malédictions coutumières lancées contre les voleurs de 
manuscrits par tous les scribes du moyen âge : 

« Liber Montis sancte Marie. » 



« Quisquis hune iibrum tulerit 
Vel furtive subtraxerit 
Opprimatur doloribus 
Gunctis carens honoribus. 
5 Hicvivens semper egeat 
Hicpiam sustineat 



Nec ubertatem videat 
Qua fruatur est gaudeat. 
Qui cum vitam iinierit 
10 Et animam emiserit 
Pena plectatur inferi. 
Hoc etenim sibi debetur 



62 

Qui fur vel raptor hic habetur, Quod si librum reddiderit 

His namque dignus talibus Nobisque restituent 

15 Sit procul ab his omnibus 20 Hune dolor non percutiat 
Qui hoc in habitaculo Qucm scriptum hoc denuntiat. 

Ghristi tenentur vinculo. Amen. » 

Le premier feuillet de garde de ce manuscrit est une charte origi- 
nale de Hugues IV, archevêque de Besançon, contenant une sentence 
par lui rendue en qualité de commissaire du saint-siège dans un procès 
intéressant la collégiale N.-D. de Neuchâlel (Suisse), et indiquant 
[in principio) une bulle de Clément V de janvier ^309 (incomplète). 

5. — [Beati Bernard! Glarevallensis vita et opéra diversa.] Vol. 
moyen format de -133 feuillets, haut de 277 mill., large de -195; 
rehure ais et cuir gaufré du xvi*^ s.; écrit sur 2 col., rubriques 
rouges, initiales rouges et bleues. — xm^ siècle. 

« Incipiunt capitula libri primi in vitam beati Bernardi Glareval- 
lensis abbatis (fol. \ r°). Incipit prefacio Guillelmi [abbatis sancti Theo- 

derici] in vita sancti Bernardi Glarevallis abbatis (fol. 3 r") [le 

second livre Harnault, abbé de Bonnevalx, le tiers et remenant com- 
posa messire JoufTroy, evesque d'Aulsseure, et contient 3 livres 
(note du xv^ s.)]... et pacis desiderata serenitas. Explicit liber secun- 
dus de vita sancti Bernardi abbatis Clarevallis. — Incipit prologus 
in ultimos très libellos de vita sancti Bernardi abbatis Cdarevallis. » 
— « Epistola ad Arnaldum, Bonevalis abbatis^ quiei quedam nenia 
mittens de valitudhie ejus sollicite fuerat sciscitatus. » — « Prefatio 
sancti Bernardi abbatis in vita sancti Malachie Hijberniensis épis- 
copi. Semper quidem opère precum... pari ter regnaturi in secula 
seculorum. Amen. Explicit vita sancti Malachie Hyberniensis épis- 
copi. Hic liber est fmitus, qui scripsit sit benedictus. » Sur le fol. 
62 v° cette note marginale : « Iste Pontius fuit primus abbas Belle- 
vallis' »; au bas du fol. -I33v° ces mots : « Liber béate Marie Virgi- 
nis sancte Marie », tracés par une main du xvn" siècle. 

^0. — Lectionnaire. Vol. moyen format de ^31 feuillets, haut de 
297 mill., large de 209; reliure ais et cuir gaufré; écrit à pleine 
page, rubriques rouges, initiales bleues et rouges, quelques lettres 
ornées débordant la marge. — xiii'' siècle. 



1. Ponce, abbé de Bellevaux (Haute-Saône), 1128-1156. J'ai retrouvé et publié 
en 1882 la tombe et l'inscription renouvelées de cet abbé : Inscriptions cisterciennes 
du diocèse de Besançon, n" 30. {Bullet. de l'Acad. de Besançon, année 1882.) 



63 

Incomplet du commencement et de la fin. « Credo in unum Deum 
Johannem. In illo tempore dixit Jhesus turbis Jiideorum. » 

-15. — Légionnaire. Vol. moyen format de 86 feuillets, haut de 
244 mill., large de ^39-, reliure ais et cuir gaufre, .wi^ s.-, écrit à 
pleine page; rubriques rouges, initiales de môme couleur. — 
xii^-xiiie siècles. 

« Dominica iwQxima in adve,nlu Domini. Lectio epistole beaii 

Pauli apostoU ad Romanos. Fratres scientes quia hora est 

Alia lectio C. B. P. ad Corinthios. Fratres ecce misterlum vobis 
dico. » 

-16. — [Libri IIIP'' dialogorum Gregorii pape. — Vita sancLi Martini. 
— Dialogorum Sulpitii Severi libri très.] Vol. moyen format de 
-140 feuillets, haut de 284 mill, large de -195; reliure ais et cuir 
gaufré; écrit sur une seule colonne jusqu'au fol. \\1 v% sur deux 
colonnes du fol. -H7 v° àla fin; rubriques rouges, Initiales rouges, 
vertes et bleues. — xiii^ siècle. 

Incomplet du commencement et de la fin. «... quipresens seculum 

tota mente reliquerunt michi ad memoriam revocatur Petrus. 

Non valde in Italia aliquorum vitam virtutibus... Greg&rius... si 
ante mortem hostiam ipsis fuerimus. ExplicU liber quartus dialo- 
gorum beati Gregorii pape. » — « Incipit epistola Severi ad Desi- 
derium de vita sancti Martini, Turonensis episcopi. » — « Incipit 
dialogi Severi liber primus. » (Le texte des dialogues de Sulpice 
Sévère s'arrête au chap. 'IS du livre 3 ayant pour titre : « De domo 
Liconcii liberata. Licontius ex vicarius vir fidelis.... ») 

17. —[Vite sanctorum.] Vol. moyen format de 94 feuillets, haut 
de 320 mill., large de 204; reliure ais et cuir gaufré incomplète-, 
écrit sur 2 col., initiales rouges, vertes et noires. — xiii'' siècle. 

Incomplet du commencement et de la fin, « [Incipit vita sancti 
Nicholai.] Incipit simplex relatio cujusdam de transitu ipsius 

sancti Explicit vita sancti Nicholai. » — « Incipit prologus in 

vita sancti Silvestri. » — [Pccssio beafi Vincentii lévite.] — « Inci- 
pit epistola Fausti monachi editoris vite beati Mauri qnam loco pre- 
fationis suo proposuit operi. Incipit vita sancti Mauri. » — « Incipit 
prefatio sancti Jeronimi presbyleri in vita sancti Pauli [primi here- 
mite]. » — « Incipit vita sancti Zosimi et Marie Eyiptiace. » — 
« Incipit vita sancte Marie Magdalene. » — « Incipit vita sancte 
Eufrosine virginis. » — « Incipit passio sancte Cecilie virginis. » 



\ 64 

— « Incipif passio sancte Lucie virginis. « — « Incipit vita et con~ 
versio et passio Eustachii. » — « Miraculum sancti Thome. » 

18. — Missel. Vol. moyen format de ^2^ feuillets, haut de 303mill., 
large de 210; reliure ais et cuir gaufré; écrit sur deux col. dans 
la plus grande partie du manuscrit (fol. I-SS), sur une col. du 
fol. 89 à la fm. Rubriques rouges, initiales rouges et bleues. — 
xiv^ siècle. 

« In adventu Domini. Missain veneratione béate Marie Virginis... 
In vigiliis Pasche. « Sur les feuillets de garde sont des prières de 
diverse nature transcrites aux xiv^ et xv s. Sur le dernier de ces feuillets 
on remarque une « oratio beato Petro de Lucenbour « et cette men- 
tion : « L'an mil iiii^ xliii, ou mois de may, fut comencier de lever 
la ramure neufve de la maison de Salins ^ . In quo tempore erat abbas 
frater Daniel de Calcino. » Dans le texte du missel, au mémento de 
la préface commune, on remarque des traces effacées et lacérées de 
noms de bienfaiteurs. 

19. — Missel. Vol. moyen format de 172 feuillets, haut de 312 milL, 
large de 21 8 ; reliure ais et cuir gaufré, poinçonné de fleurons et 
d'animaux, xv^ s. -, écrit sur 2 col. -, rubriques rouges, initiales 
rouges et bleues. — xiii^ siècle (fin). 

Les feuillets 1 et 169-172 de ce manuscrit, interpolés au xiv^ s., 
portent le 1" le Credo et une messe « in decollatione sancti Joannis 
Baptiste »; les folios 169-172, les offices de saint Edmond, de la 
dédicace de l'église et de la sainte Couronne d'Épines. Le texte pri- 
mitif commence au fol. 2 r» : « Rorate celi desuper » et s'arrête au 
fol. 168 v° aux messes votives « pro adversitate ecclesie, pro presenti 
loco, pro pace «. Sur la seconde garde est collée une note sur papier, 
du XV* s., ainsi conçue : « Le vi« jour de juing mil iin"^ cinquante et 
neuf la chappelle de monseigneur le prince d'Orenges fut dédié et 
consacrez les deux aultez par révérend père en Dieu maistre Anto- 
nine, evesque de Lydon, docteur en théologie de l'ordre des frères 
prescheurs, in presencia dompni DanieUs abbatis^. » L'écriture de 
cette note est identique à celle de l'annotation des gardes du n° 1 8. 



1. La maison dont il s'agit était un hospice ou refuge appartenant à l'abbaye 
du Mont-Sainte-Marie et situé à Salins (faubourg Champtave). 

2. Cette chapelle conliguë au bras droit du transept contenait six magnifiques 
statues funéraires des princes de Cbàlon, converties en chaux en 1793, tandis 
que s'écroulait l'église abbatiale dont il ne reste que des débris insignifiants. 



65 

20. — Missel. Vol. moyen format de i6i feuilleLs, haut de 304 mill., 
large de 2i2; reliure ais et cuir gaufré du x\i" s. ; écrit sur 2 col. 
(moins les fol. 88-93, contenant sur une seule colonne la préface 
écrite en caractères hauts de 8 mill.) ; rubriques rouges, initiales 
vertes, jaunes, rouges et bleues. — xiii''-xiv'' siècles. 

Incomplet du dernier feuillet. « Rorate celi desuper... pro subsi- 
dio terre sancte »... Au Mémento de la préface commune se lisent 
(fol, 91 r") les noms de quelques bienfaiteurs de Mont-Sainte-Marie 
«... episcopi Lingonensis. Joannis comilis Gabilonensis et domine 
Lore et liberorum eorumdem. Sybille quodam domine de Husyes. 
Hugonis du Molinet et antecessorum ejus. Pétri villici de Wauz et 
omnium quoset quashabuit et habet in sua devocione. » Sur le der- 
nier feuillet de garde est la mention suivante, contemporaine des faits 
qu'elle énonce : « En l'an mil cinq cens septente, au mois de decenbre, 
le premier jour et le second, fat un lleve d'eau que jamais les enciens 
disoient qu'il ne les virent cy grande. — En Tan mil cinq cens sep- 
tente et deux, il fut une grande garre contre les Turque et les crétien 
eurent la victoire, don Dieu dylegen soit iohé. » 

21. — Missel. Vol. moyen format de 122 feuillets, haut de 296 mill., 
large de 212; reliure ais et cuir gaufré; écrit à pleine page; 
rubriques rouges, initiales rouges, jaunes, vertes et bleues. — 
xiii*-xiv® siècles. 

Incomplet du commencement et de la fin, quelques feuillets inter- 
polés, notamment un « Gloria in excelsis » du xv^ s., avec musique 
notée (fol. 74 v"). « Dominice quinquagesime... Missa pro defunc- 
tis. » Sur la marge de la préface, au Mémento (fol. 7-1 r») est inscrit 
le nom d'un bienfaiteur, « Johannis Marescot de Fraxino », en carac- 
tères du xiye siècle. 

22. — Missel. Vol. moyen format de -152 feuillets, haut de 312 mill., 
large de 221 ; reliure ais et cuir gaufré; écrit sur 2 col. (moins 
la préface, fol. 81-86, écrite sur \ col.), belles lettres ornées, ini- 
tiales rouges, bleues el jaunes. — xiv^ siècle. 

« In adventu Domini in veneratione béate Marie. Rorate celi 
desuper... Pro presenti loco. — De sancto Edmundo. » La préface 
commune est écrite en pleine page, en caraclèi-es hauts de 7 mill., 



chapiteaux, voussures, colonnes. L'abbé Daniel, dont il est ici question, est 
Daniel de Chaussin (1446-1470). 

5 



66 

hauteur double de celle des caractères du missel. Le Mémento porte 
renvoi à la marge où est cousu un lambeau de parchemin contenant 
en écriture du xiv' s. les mentions suivantes de bienfaiteurs : 
«Mémento... famulorum famularumque tuarum [Johannis comitis 
et Lore comitisse; Sybille quondam domine d'Usyes] ; domini Valcheri 
domini Salinensis; domini Johannis comitis Gabilonis, uxorum et 
liberorum eorundem; domini Johannis de Gabilone fihi ejusdem 
comitis ; domini Huguonis archiepiscopi bisuntini ; domine Margarete 
de Allato; Hugonis dou Muhnet, uxoris et liberorum eorundem; 
dominorum et dominarum et heredum d'Usées-, domini Gyrardi de 
Arguello miiitis, matris et uxoris ejus; domini Hugonis de Cabilone ; 
Cautheline de Salino (fol. 84 r°)^ « Le propre des saints porte en 
marge divers offices interpolés, notamment ceux de saint Biaise, des 
saints Corneille et Gyprien, de saint Edmond, de saint Antoine et des 
Onze mille vierges. Sur le dernier feuillet cette mention : « Estienne 
Oudate », en caractères du xv'' siècle. Le premier feuillet de garde est 
un fragment important, mais fort effacé, d'une bulle du xir siècle, 
adressée « Dilecto filio... arci lausannens. » 

24. — Missel. Vol. moyen format vélin de ^58 feuillets, haut de 
237 mill., large de -163; reliure ais et cuir; écrit sur une seule 
colonne; rubriques bouges, initiales rouges, bleues et jaunes. — 
xiiF-xiv« siècles. 

Incomplet des premiers feuillets ; les fol. l56-^ 58, ajoutés au xv* s., 
portent les offices du Saint Sacrement, de la Visitation, de la Gou- 
l'onne d'épines et de la Transfiguration. « In vigilia Natalis Domini... 
diceritis visionem donec filius hominis a mortuis resurgat. » 
Musique notée ajoutée en plusieurs marges (fol. 5-1 v°, 60 v", 75-78). 

25. — [Glaustrum anime. — Diadema monachorum.] Vol. moyen 
format vélin, de \\\ feuillets, haut de 287 mil!., large de 495; 
reliure ais et cuir ; écrit sur une seule colonne avec charmantes 
lettres initiales aux quatre couleurs : rouge, blanche, bleue et 
verte; rubriques rouges, écriture remarquablement élégante et cor- 
recte. — xiii'' siècle. 

Incomplet des trois premiers feuillets du \^'' quaternion du « Glaus- 
trum anime » comprenant jadis le chap. P'' de cet ouvrage : « ...hos- 
tium incursus repellant... Explicit claustrum anime quatuor conti- 

\. Tous les bienfaiteurs dont la mémoire est ici rappelée sont parfaitement 
connus dans l'histoire comtoise, aucun doute n'est possible sur leur identité. 



«7 

nens libros. Liber Montis sancte Marie. » — « In nomine Domini 
nostri Jhesu Christi hune libellum Smaragdus albas de dii^ersis vir- 
fuiibus coUegit et et nomen Diadema Monachorum imposuit, quia 
sicut gemmis diadema, ita el hic libe/lus fulgei virtutibus. Incipit 
prologus. (D'après la table des chapitres qui se trouve en tête du 
« Diadema », cet ouvrage comprenait •lOO chap. ; il n'en survit que 
37 au complet, le dernier ayant pour titre « De circoncisione vicio- 
rum. )•> Les derniers feuillets, à demi brûlés ou déchirés, ne contiennent 
que des fragments mutilés des chap. 78-93. Au fol. 44 v*, mention 
en marge de « Jean Regnauld dit Baict de Remoray » et de « frère 
Jean Girard de Malpas. «) 

29. — Paraphrase des évangiles. Vol. petit format vélin, de -197 feuil- 
lets, haut de ^68 mil!., large de -136; reliure ais et parchemin; 
écriture cursive à pleine page, une seule rubrique rouge (fol. 89 v°). 
— xiii^ siècle. 

Le texte de cette paraphrase des évangiles, pour tous les dimanches 
et fêtes de l'année, semble complet moins les fol. (de l'ancienne pagi- 
nation) 30, 34, 32-50, 200-20o et les tables dont le dernier feuillet 
est coté « ccviii. » Une triple table récapitulait le verset initial des 
chap., l'application des divers chap. aux principales fêtes de l'année, 
enfin les diverses vertus ou états de l'âme dont traitait chaque para- 
phrase : « Amor, aspice, assumptus, adulator, abstinentia, etc., » 
avec renvois aux folios du manuscrit. Moins deux feuillets, cette table 
a disparu. 

3-1 . — Rituel cistercien, vol. petit format de vélin de 3 et 63 feuillets, 
haut de -182 mill., large de U3; reliure ais et cuir gaufré; écrit sur 
une seule colonne; rubriques rouges, initiales bleues, rouges, 
violettes. — xiv" siècle (avec nombreuses interpolations et com- 
pléments du XVI*) . 

« Ad clerum faciendum ex seculari habitu receptum. Oremus 

dilectissimi et cum spiritu tuo. » Les 3 feuillets de garde (papier) 

qui précèdent le rituel portent en écriture du xvi* s. diverses prières, 
les commandements « de la loy et de saincte église, » « benedictio 
crucis •>•> et « benedictio fontis. » Sur le môme feuillet de garde, en 
écriture du xvii® s. « frère Jaque Nelaton a fait profection le xvij* de 
julet. » Sur la couverture une date : -1333. 

32. — Lectionnaire. Vol. petit format vélin de 9^ feuillets ; haut de 
-196 mill., large de 141 ; reliure ais et cuir gaufré, portant la date 



68 

de 1440; écrit sur une seule colonne, rubriques rouges, initiales 
polychromes. — xii« siècle (fin). 

Le calendrier qui figure en tête du manuscrit est incomplet des 
mois de janvier, février, mars et décembre-, il commence par avril : 
a Aprilis habet diesxxx, lunationem xxiij..., » et finit par « Novem- 
BER... ij kl. [decembris]. Natalis sancti Andrée, apostoli xij le. )> Le 
texte proprement dit du lectionnaire, incomplet du commencement 
et de la fin, commence par : « ... lectio S. Evangein S. Marci » 
et finit par « In die sancti Andrée apostoli. Lectiones ex omelia 
venerabilis Bede presbyteri... et récipient Jhesu. » 

34. — [Johannis Gassiani De institutione monachorum. Golla- 
tiones sanctorum patrum.] Vol. moyen format vélin, de 342 feuil- 
lets, haut de 222 mill., large de -157; sans couverture; écrit sur 
2 col., rubriques rouges-, initiales polychromes. — xiv* siècle. 

Ce manuscrit, qui comprenait primitivement 386 folios, est incom- 
plet des 36 premiers et de plusieurs feuillets intérieurs, outre divers 
feuillets remplacés au xv® s. « [De institutione monachorum]... die 
consumatis matutimis hymnis (fol. 37-123). » — « In Dei nomine 
régula monachorum Egypti a Johanne Gassiano Massilicnsi presby- 
tero conscripta incepit quam Eucherius Lugdunensis episcopus brevi 
conscripsit sermone sicut in hoc continetur volumine. Gollationes 
Moysis, Panucii, Daniehs, Serapionis, Ysaac (fol. 124-225). » — 
« In nomine Domini Ihu Ghristi incipit prefatio beati Johannis Gas- 
siani in septem collalionibus Irium sanctorum palrum quas misit 

sanctis fratribus Honorato et Eucherio Expticit liber collationum 

sanctorum patrum (fol. 246-384). « Le fol. 384 v" (aujourd'hui 341) 
porte en marge cette mention du xv^ s. « Istas collaciones comparuit 
frater Daniel deGalcino abbas Montis sancte Marie. » Sur le fol. 386 r° 
est une oraison prescrite par le pape Innocent... « pro sua tribula- 
tione. » 

40. — Bréviaire bisontin. Vol. petit format vélin de 148 feuillets, 
haut de 1 56 mill. , large de 1 13, dérelié ; écrit sur 2 col. ; rubriques 
rouges; initiales rouges et bleues. — xiv* siècle. 

Incomplet du commencement et de la fin. « Dominicainpassione... 
Sixti episcopi et martyris ipsa die Felicissimi et Agapiti. » On lit 
au bas des fol. 52 v° et 53 r° cette mention de possesseur : « frère 
Symon Melin, prebstre religieux du Mont-Sainte-Marie » {nYif s.). 



69 

IL 

Manuscrits disparus de la bibliothèque publique de Pontarlier 
[Doubs], postérieurement à -1807. (Notices extraites de l'inventaire 
de ce dépôt dressé en l'an XI-XII de la République par l'ancien 
conventionnel J.-B. Michaud de Doubs.) 

(2). — Antiplîonaire. « Un manuscrit in-fol. sur vélin, intitulé « Anti- 
phonale proprium sanctorum ordinis patrum eremitarum sancti 
Augustini ad usum chori pontarliensis, Pontarlii 1720. » (Prove- 
nait des Augustins de Pontarlier.) 

(3). — Office de la Transfiguration. « Un manuscrit sur vélin orné de 
lettres majuscules très belles et qui finit par ces mots : « Fraler 
Franci[s]cus Daulmondus Salinensis religiosus Montis sanctae Mariœ 
olim calazaster divi Anatholii dicti Salinensis hune cantum officii 
Tranfigurationis Domini composuit jussione abbatis sui R. Domini 
Ludovic! de Verno abbatis liujus loci Montis sanctse Mariœ et de 
Gharilate^, anno Domini ^55-1. » 

|4bi3j^ — Moralia Gregorii pape. « Manuscrit sur vélin in-folio, » tome 
second de l'ouvrage catalogué dans la première partie du cata- 
logue sous le n- 4. 

(6). — Graduel. « Un graduel sur vélin in-folio, commençant par 
ces mots : « Etenim sederunt principes et adversum me loqueban- 
tur, » et finissant par ceux-ci : « ante luciferum genuite. » (Cou- 
verture en bois.) 

(7). — Antiphonaire in-fol. vélin. Copié en '^55^ par Pierre Le 
Paige de Rouen, pour les religieux de Sainte-Marie. Note au 
4^ feuillet verso ainsi conçue : « Anno millesimo quingentesimo 
quinquagesimo primo, regnantibus papa Julio, hujusnominis tertio, 
regni sui tertio et Caroio divina favente clementia quinto hujus 
nominis Romanorum imperatore atque Burgundiae duce et comité 
semper augusto, reverendissimus in Cbrislo paler F. Ludovicus 
de Verno abbas et dominus monasteriorum Montis sanctœ Marite 
atque Gharitatis ordinis Gisterciensis hune librum in usum ejus- 
dem monasterii Montis sanctge Mariœ fieri et scribi fecit, per dis- 
cretum virum Petrum Le Paige Rothomagensem presbylerum et 
scribam. » 

1. Louis de Vers, abbé de Mont-Sainte-Marie (1509-1553) et de la Charité 
(1525-1553^. 



70 

(8). — « Antiphonaire, in- fol., -105 feuillets, couvert en bois. » 
(9). — « Antiphonaire à l'usage de l'ordre de Gîteaux, vélin, in-fol., 

200 feuillets ; manque le frontispice -, couvert en bois. » 
(H). — [Nicolaus de Lyra. Commentarius in prophetas.] « Même 
manuscrit sur vélin, in-fol., couvert en bois, contenant une inter- 
prétation latine des prophètes; les premiers feuillets manquent ^» 

(j2). — « Missel sur vélin, in-fol., commençant au recto de la 
première page par : « de solemnitate sacramenti altaris prefatio « et 
finissant par : « per dominum nostrum, etc. » (au verso de la der- 
nière page) . » 

[\%). — « Antiphonaire sur vélin, in-fol., commençant par ces mots 
au recto de la première page : « In nova solempnitate corporis 
Domini nostri, etc. » et finissant par ceux-ci : « et ipse fecit illud 
et aridam »; la suite de l'hymne manque. » 

(U). — [Sermones.] « Manuscrit sur vélin, in-fol., contenant des 
homélies. Les premiers et derniers feuillets manquent. La plupart 
de ceux qui ont échappé aux altérations de la moisissure et des 
insectes sont en mauvais état, couverture en bois. » 

(23). — [Johannis de Abbatisvilla sermones.] « Recueil de sermons 
sur vélin, in-fol., sans couverture. Au commencement, note écrite 
d'une autre main : « Incipiunt sermones magistri Joannis de Abba- 
tisvilla super epistolas et evangelia dominicalia totius anni. Domi- 
nica prima in adventu Domini. Epist. ad Romanos, expositio 
epistole. » 

(26). — [Evangéliaire.] « Les Évangiles, in-8", vélin, vol. incomplet. 
Les premiers mots du premier feuillet qu'on y trouve sont : 
« [anjgelus Domini, » et les derniers : « ab illori. « 

(27). — « Commentaire de l'Ecriture sainte, vélin in-8°, dont les 
premiers et les derniers feuillets manquent. Le ^'''" feuillet de ceux 
qui restent commence à : « tanquam advenas et peregrinos » et 
le dernier finit : « humilis humilem. » 

(28). — « Rituel in-S°, vélin, commençant : « Exorcismus sahs, » et 
finissant : « posciens. » 

(30). — « Recueil de méditations ascétiques, rédigées sur papier. Au 
-l^"" feuillet recto on lit : « A l'usage de Mademoiselle Humbert, 
demeurant à la grande rue, près le puits du Marché à Besançon. » 

1. Mentionné dans l'inventaire du district de 1794. 



7^ 

(33). — « Bréviaire commençant : « humiiiabilur et videbunt omnes. » 
La dernière page est illisible. Les premiers et derniers feuillets 
manquent. » 

(35). — [Biblia.] « Manuscrit vélin sans date, contenant une partie 
de l'Ancien Testament; les premiers et les derniers feuillets 
manquenl. Les premiers mots de ce qui reste sont : « et requeunt, » 
et les derniers : « filii Joachar cepit. « 

(4^). — « Manuscrit vélin, écriture gothique dont le contenu est à 
vérifier. Les premiers feuillets manquent. » 

(42). — c( Manuscrit vélin, écriture gothique dont le contenu est à 
vérifier. Les premiers feuillets manquent. » 

[Ces derniers manuscrits non définis pourraient être « les Dialogues 
de saint Léon » et « une histoire ancienne » mentionnés parmi les 
manuscrits sur véhn de l'inventaire dressé par le district en 1791 ?] 

TABLE DES NOMS D'AUTEURS ET DES TITRES D'OUVRAGES 

COMPRIS DANS LE CATALOGUE DES MANUSCRITS DE PONTARLIER. 

Les noms d'auteurs sont imprimés en romain, les titres d'ouvrages 
en italique. Les chiffres qui suivent les noms d'auteurs ou les titres 
d'ouvrages indiquent le numéro du manuscrit. Les chiffres sans paren- 
thèses se réfèrent aux manuscrits existants (Ife partie du catalogue), 
ceux entre parenthèses aux manuscrits disparus (2® partie). 

Algriu, Jean, d'Abljeville, Ser- Commentaires sur Job, de saint Gré- 

mons (23). goit-e, 4 et (4 bis). 

Ancien Testament, (35). Diadème des Moines \lé\ de Sma- 

Antiphonaires , (2), (7), (8), (9l, ragdus, 25. 

(13). Dialogues de saint Grégoire, 16. 

Aulmont (Frère François d') , de Dialogues de Sulpice Sévère, 16. 

Salins, calligraphe du xvi'^ s., Ecriture sainte (Commentaire sur 

(3). , r), (27). 

Bernard (saint), vie de saint Mala- Étxjmologies[les\, d'Isidore de Séville, 

chie, opuscules, 5. 1. 

Bréviaires, (33), 40. Évangéliaire, (26). 

Gassien, Jean. Institutes monas- Évangiles {Paraphrases des), 29. 

tiques, collations des Pères, Fausle (le moine). Vie de saint 

34. Maur, 17." 

Cloître de Vâme (le), 25. Geoftroi d'Auxerre, Vie de saint 

Collations des Pères, de Gassien, Bernard, 5. 

34. Graduel, (6). 



72 



Grégoire le Grand (saint). Com- 
mentaire sur Job, 4, (4 bis); 
Dialogues, 16. 

Guillaume de Saint-Thierry, Vie 
de saint Bernard, 5. 

Institutes monastiques, de Cassien, 
34. 

Isidore de Séville. Étymologies, 1 . 

Jérôme (saint). Vie de saint Paul, 
ermite, 17. 

Lectionnaires, 10, 15, 32. 

Le Paige (Pierre), de Rouen, cal- 
ligraphe du xvi« s., (7). 

Méditations ascétiques, (30). 

Missels, (12), 18, 19, 20, 21,22,24. 

Nicolas de Lyre, (11). 

Office de la Transfiguration, (7). 

Prophètes (Commentaire sur les), 

(11). 
Rituel, (28). 
Rituel de Citeaux, 31. 
Sermons anonymes, (14). 



Sermons de Jean d'Abbeville, (23). 

Sulpice Sévère. Vie de saint Mar- 
tin de Tours, Dialogues, 16. 

Smaragdus. Le Diadème des moi- 
nes, 25. 
Vies de saints : 

S. Bernard, parGuill. de S. -Thier- 
ry, 5. 

S. Eustache, par Geoffroi d'Au- 
xerre, 5. 

S'e Euphrosine, 17. 

Ste Lucie, 17. 

Ste Madeleine, 17, 

S. Malachie, par saint Bernard, 5. 

S. Martin de Tours, par Sulpice 
Sévère, 16. 

S. Maur, par le moine Fauste, 17. 

S. Nicolas, 17. 

S. Paul, ermite, 17. 

S. Sylvestre, 17. 

S. Thomas, 17. 

S. Vincent, 17. 



LETTRES MISSIVES 



TIREES 



DES ARCHIVES DE BELGIQUE 

CONCERNANT L'HISTOIRE DE FRANCE 
131 7-1 324 ^ 



J'ai rencontré dans la trésorerie des chartes des ducs de Brabant, 
qui fait partie du dépôt des Archives générales du royaume de Bel- 
gique, trois documents originaux qui ofTrent un certain intérêt pour 
l'histoire de France, et que je crois inédits et de nature à pouvoir 
être publiés. Ce sont trois lettres missives sur parchemin apparte- 
nant au premier quart du xiv'' siècle. 

La plus ancienne en date est écrite au nom de Jeanne, fdle du roi 
Louis X, dit Hutin, et de la trop célèbre Marguerite de Bourgogne. 
Je rappellerai ici quelques faits pour montrer à quels événements se 
rattache le document en question. Cette princesse naquit le 28 jan- 
vier ^ 3 1 L Son père se remaria, après la mort violente de sa première 
femme, avec Clémence de Hongrie. Lorsqu'il mourut, le 5 juin I3I(>, 
sa nouvelle épouse était enceinte, et elle accoucha, le^5 novembre 
suivant, d'un fds que l'on baptisa du nom de Jean, et qui mourut 
quelques jours après sa naissance. Philippe, comte de Poitiers, frère 
du défunt roi, avait été désigné par les pairs et les grands feudataires 
pour administrer les royaumes de France et de Navarre, ainsi que 
les comtés de Champagne et de Brie. Dans une convention qui fut 
conclue entre le prince et Eudes IV, duc de Bourgogne, oncle mater- 

1. Nous (levons la communication de ces précieux documents à M. A. Pin- 
chart, chef de section aux Archives du royaume, à Bruxelles, qui les avait 
adressés, avec la notice préliiainaire, à notre confrère M. Jules Guiffrey. 



74 



nel de Jeanne, ce dernier avait exigé que sa nièce lui fût remise pour 
être confiée aux soins de sa grand'mère Agnès, qui vivait encore. Il 
avait été, en outre, arrêté entre eux, immédiatement après la mort 
du roi, que, si la reine douairière donnaitle jour aune fille, le royaume 
de Navarre et les comtés de Champagne et de Brie seraient attribués 
en partage aux filles du roi Louis X, et que celles-ci renonceraient à 
la succession du royaume de France. L'acte est daté du Bois de Vin- 
cennes, le -17 juin -13^6. 

Le 6 janvier 1317, le comte de Poitiers alla se faire couronner à 
Reims, en sa qualité de plus proche héritier mâle de son frère Louis. 
Dans une assemblée des pairs présents à la cérémonie, ilavait été déclaré 
que d'après les lois et la coutume les femmes ne pouvaient succéder à la 
couronne de France. Le duc de Bourgogne, qui était cependant devenu 
le gendre de Philippe par son mariage avec sa fille ainée, au mois de 
septembre de Tannée précédente, protesta hautement contre cette 
décision au nom de sa nièce -, d'autres seigneurs, entre autres Charles, 
comte de la Marche-, Robert, comte de Flandre; Louis, comte de 
Nevers, etc., embrassèrent, dans le principe, le parti de la jeune 
princesse, à qui on n'avait reconnu pour tout héritage que les com- 
tés de Champagne et de Brie. 

Dans la pièce que nous publions sous le n° I, ces actes d'insubor- 
dination sont justifiés. Elle fut rédigée dans l'assemblée des nobles 
de Champagne tenue à Esnon, près de Joigny, et scellée du sceau 
de Jean II, seigneur de cette dernière localité. Elle est datée du 
« vendredi apriès Pasques comenianz, » qui correspond au ^0 avril 
de Tannée i 31 7 évidemment. Pas de suscription, mais il est certain 
que l'exemplaire que nous avons sous les yeux a dià être envoyé à 
Jean III, duc de Brabant et de Limbourg. 

Jeanne adresse cette lettre à ses amis et à ses vassaux. Elle y 
revendique ses droits comme unique héritière de son père. Elle 
déclare que le comte de Poitiers, — c'est ainsi que le roi Philippe est 
désigné, — lui a intimé Tordre de lui rendre hommage, ce qu'elle ne 
peut bonnement faire, eu égard à sa qualité ; qu'elle lui a proposé de 
faire examiner la question dans une assemblée générale des pairs du 
royaume, tant laïcs qu'ecclésiastiques, mais que le comte s'y est cons- 
tamment refusé; qu'il a, au contraire, pris toutes sortes de mesures 
pour fortifier les villes et les châteaux, et donné des ordres à des 
gens de guerre de se tenir prêts à se rendre là où leur présence serait 
jugée utile. En prévision d'une attaque contre ses domaines, la jeune 
princesse invite ses vassaux et ses alliés à ne pas lui être hostiles, et 



75 

à se réunir, équipés et armés, à quelques semaines de là, pour l'aider 
à se défendre. 

Les deux autres documents que j'ai découverts appartiennent à 
l'année I32i; ils ont l'un et l'autre trait aux querelles incessantes 
qui surgissaient en Guyenne et ailleurs entre les sujets des rois de 
France et d'Angleterre. Gomment se sont-ils trouvés dans la posses- 
sion de nos ducs de Brabant, c'est là une question qui ne sera très 
probablement jamais élucidée, et aucune des conjectures que j'ai faites 
ne présente une solution qui puisse être sérieusement acceptée'. 

La première est datée de Toulouse, le dimanche des Brandons, ou 
premier dimanche du Garême, qui correspond au 4 mars de l'an- 
née 1324, à laquelle se rapportent les événements dont il est parlé. 
Voici ce qui était arrivé. La bastide ou maison de campagne du 
prieuré de Saint-Sacerdos, qui relevait directement de la France, 
quoique situé dans l'Agenois, et par conséquent dans le territoire 
appartenant alors à Edouard II, roi d'Angleterre, avait été saccagée et 
incendiée par une troupe de seigneurs, sujets du monarque anglais. 
Parmi eux se trouvait le seigneur de Montpezat, qui fit transporter 
dans son château la majeure partie du butin provenant du pillage. 
Le roi Charles le Bel fît condamner, par contumace, par le parlement 
de Toulouse, plusieurs des coupables au bannissement et à la confisca- 
tion de leurs biens. Déplus, il envoya des troupes à l'effet de s'emparer 
du château de Montpezat. Ge sont les résultats de cette tentative qui 
sont exposés dans la lettre dont je joins ici le texte. Les commis- 
saires qui se présentèrent d'abord pour réclamer l'ouverture du châ- 
teau le trouvèrent défendu par des soldats anglais. L'auteur de la 
missive parle des préparatifs que l'on faisait de part et d'autre en 
vue d'une guerre imminente; elle éclata, en effet, quelques mois 
après, et fournit à Charles, comte de Valois, l'occasion de faire la 
conquête de la Guyenne et de l'Agenois. C'est à ce prince que la lettre 
parait adressée ; elle porte pour suscription : A nostre très chier et 
féal oncle de Valois, et pour signature : Jehan de Trie. Celui-ci 
doit être celui qui fut plus tard comte de Dammartin, par la mort de 
Renaud IV, son frère, décédé sans postérité. La suscription, qui 

1. Les pièces i et m sont marquées au dos du chill're XIX, et dans l'inventaire 
de 1438 (fol. y\f iiij^'^xj v°) cette rubrique est ainsi désignée : « Ung petit far- 
« del de copies en parcliemin de plusieurs lettres patentes et closes d'aucuns 
« seigneurs et danimes du sang royal de France et d'aucuns officiers touchant 
« partage de lilles de France, et autres très anciennes, assez tost après les tres- 
« pas du roy saint Loys; signé par XIX. » 



76 

donne au comte de Valois les noms d'oncle et de féal, ferait attendre 
une lettre de son neveu le roi Charles IV et non d'un particulier. Il y 
a là une anomalie difficile à expliquer. Cette suscription, écrite sur la 
lettre même, est, à ce qu'il semble, de la même main que le texte. 

Le dernier document est une lettre d'Edouard II à Charles IV, datée 
deWestminster, le 7marsdeladix-septièmeannéedeson règne; elleest 
donc postérieure de trois jours à la lettre précédente, et Ton doit sup- 
poser, d'après son contenu, que les événements racontés dans celle-ci 
ne devaient pas encore être connus à la cour d'Angleterre. Le roi 
Edouard, dans un assez long préambule, annonce au roi de France 
qu'il est en bonne santé, et il lui en souhaite autant; il ajoute qu'il 
aura toujours grand plaisir à recevoir de ses nouvelles. Puis il aborde 
le but de sa missive, qui était d'obtenir Fajournement de la procé- 
dure pendante au parlement de Paris' au sujet de la possession 
de quelques territoires enclavés dans les provinces soumises au 
monarque anglais, et entre autres du prieuré de Saint-Sacerdos. Il 
termine en demandant de faire délivrer à Robert d'Echyngham ou 
à maître Bertrand Ferrand, ses mandataires, des lettres de sauf-con- 
duit pour Edmond, comte de Kent, son frère, qui devait se rendre 
en France afm de s'enquérir de ce qui s'y était passé. 

Alexandre Pincbart, 
Chef de section aux Archives du royaume de Belgique. 



I. 

Très chiers sires et amis. Comme madame Jehanne, fille de noble 
recordation nostre chier seigneur Loiys, par la grasce de Dieu jadis 
roy de France et de Navarre, don Dieux ait lame, et sour dou roy 
Jehan, fil doudit roy Loiys, soit demorée seulle et pour le tout hoirs 
des devantdiz son père et son frère, et à ly doie apertenir la succession 
des devantdiz tant par droit devin, de canon et civile comme de cous- 
tumes et usaiges gardez en réaulmes, empires, pairies, principautez et 
baronnies. Et comme par covenances expresses juriées et scellées entre 



1. Dans le recueil de Rymer, t. II, 2° part., p. 92 (3° éd.), on trouve quatre pièces 
émanant du roi Edouard II, et datées du 6 mars 1324, qui se rapportent à celle 
procédure. Il y a, en outre, p. 94, un mandement du roi, du 13 mars de la 
même année, qui enjoint aux ecclésiastiques, nobles et officiers des pays d'outre- 
mer, de prêter assistance aux commissaires qu'il envoie sur le continent pour 
s'enquérir des excès commis à Saint-Sacerdos. 



77 

hauz hommes et puissenz monseigneur Phelippe, fil de roy de France, 
conte de Poitiers, adont regenz les réaulmes de France et de Navarre et 
les contez de Ghampai.^ne et de Brie, et Eudç, duc de Bourgoigne, espé- 
ciauiement dou réaulme^ de Navarre et des contez de Ghampaigne et 
de Brie, desquelles nous vous envoïons le transcrist. Et de ceu havons 
heue plaine délibéracion à grant foison de bon consoil, tant de lais 
comme de clerz, meismement par la coustume de nostre paiis, gardée, 
tenue et approuvée en tel cas autrefoiz. Et lediz cuens de Poitiers nous 
ait mandé que nous entrâmes en sa foi et en son hommaige comme 
haritier des réaulmes de France et de Navarre et des contez de Gham- 
paigne et de Brie, et de ceu se vuille cfforcier, et nous ne le puissions 
pas bonement faire senz noz léaultez enfraindre et senz nous meffuire, 
sicomme il nous senble, pour les raisons dessusdites. Et dairenièrement 
à la jornée de Troies nous requismes à ses messaiges, et autrefoiz l'avons 
requis à ly et à sa gent, et touzjourz vouldriens faire, que li per de 
France, appeliez avec aus des saiges et des bons dou réanime de France, 
tant clerz comme lais, et oiyet les raisons d'une partie et d'autre, se il 
estoit regardé par iceus que nous deussiens entrer en sa foi et en son 
hommaige, nous y entreriens moult volentiers, et feiriens enviers ly ceu 
que nous devrions. Et li messaige nous respondirent que ceu ne ferient-il 
pas, mais amiablement il nous doinroient une jornée à laquelle li cuens 
de Poitiers devoit enfermer le paiis, et monstrer par bones raisons que 
nous deviens entrer en sa foi et demorer, et que à luy apertenoit et non 
à autre. Et nous, qui touzjoursz vouldriens garder le droit de luy et 
d'autrui, la prismes moult volentiers, mais que nous heussiens sauf- 
conduit. Et il nous manda par Monseigneur Gauthier de Ghasteilloa 
que de ly il ne nous doinroit seurté nulle, mais, se nous haviens à faire 
de partie à partie, il la nous doinroit volentiers. Et si nous renvia la 
jornée et alongua de là où elle estoit acordée. Pour quoi li seigneur de 
nostre paiis n'eurent mie consoil de y aler senz bone seurté. Et il ne la 
voult faire, eins se efforce de garnir les bones villes et les chastieaus 
entour nous et de mettre capitaynnes parmi les bones villes et chas- 
tieaus, et avec ceu mande et requiert à toutes manières de genz nobles 
et non nobles, qui à luy veullent obéir, que haitivement et senz délay 
soient garny d'armes et de chevaux pour aler là où il li plaira toutes 
foiz que il lour mandera. Et nous a-l'en doné à entendre que assez 
brièvement apriès ceste Pasque ilavolenté de tenir dommaige à nostre 
paiis et à nous, se il f eut. Pourquoi, très chiers sires et amis, nous vous 
prions et supplions si chièrement comme nous povons, que il vous 
plaise monstrer et prier, de par vous et do par nous, aus seigneurs et aus 
compaignons et aus bones villes de vostre paiis, que ou cas où il nous 
vouldroit courre sus senz voloir que droiz fust faiz par la manière que 

l. Les mots dou réanime sont écrits deux fois. 



78 

dessus est dit, que il ne nous vuillent estre nuisent, quar nuls n'est 
tenuz à aidier à nuUuy contre raison. Et vous, qui estes nostre sires, 
amis, compains et allez, nous vuilliez ceste chose aidier à deffendre et 
à garder noz tierres, noz corps et noz honeurs. Et vous faisons à savoir 
que li dus de Bourgoigne, li contes de Nevers, nous et nostre allé par- 
deçà semonnons et mandons, chascuns en droit soi, au mois de Pasques 
pour nous garder et deffendre, se mestiers est, et pour aidier et secourre 
à nouz compaignons et aliez qui lour vouldroit courre sus. Pourquoi, 
chiers sire, nous vous prions, supplions et requérons sus la foi, amours 
et léaulté que vous havez à nous et nous à vous, que vous vuilliez 
semondre et mander touz noz aliez et compaignons de vostre paiis, en 
ciertain lieu, au cinc semaynnes de Pasques, en chevaus et en armes, en 
manière que se nous haviens mestiers de vous que vous nous peussiez 
secourre et aidier. Et tant en vuilliez faire que nous qui sommes tuit 
vostre en soïens touzjourz mais plus tenu à vous et aus vostres, et 
comme vous vouldreés que nous feissiens pour vous en cas senblable 
ou en greigneur. Et se en aucune chose estiens maul mehu ne que nous 
feissiens riens contre raison, nous le vouldriens délaissier espéciaul- 
ment pour vous et pour le consoil de touz preudes hommes. Très chier 
sire et amis, mandez-nous et commandez vostre volenté, nous sommes 
apparoillié dou faire. Nostre Sires soit garde de vous. Escrist à Esnon, 
le venrredi apriès Pasques comenianz, sous le séel le conte de Joigny. 
De par les nobles de Ghampaigne qui là estoient. 



II. 



Mon très chier et redouté segneur, je vous certefie que pour acomplir 
vostre mandement et la commission que vous m'avez faite de prendre 
les corps des banis que vous savez, qui sunt du duchey de Guyane, et 
de leur biens, et du chastel de Montpesat, j'avoie fait ma semonsse au 
jeudi d'aprez la Saint-Grégoire prochaine, et estoit m'entente d'estre à 
ladite journée à Moessac, pour aler avant en la besoigne. Mez puis ladite 
semonse faite le séneschal de Pierregort m'a envoie ses lettres par quoi 
il m'a certeûé que les commissaires que nous avions envoie audit chastel 
de Montpesat pour savoir se nous y pourrions avoir obéissance, lui ont 
rapporté que audit chastel il ont esté, et y ont trouvé les genz du sire 
de Montpesat qui estoient aval en belle dudit chastel, lesquelles genz 
distrent ausdiz commissaires que moult volentiers il obéiroient à vous 
et à iceulx pour vous, et que il leur déliverroient se il voulroient ledit 
belle dudit chastel, mez plus n'en povoient faire, car les genz du roy 
d'Engleterre tenoient la forterèche dudit chastel ; lesquèles genz du roy 
d'Engleterre qui dedenz estoient distrent tout appertement ausdiz com- 
missaires qu'il n'enterroient endit chastel, et que il le tenoient et gar- 



79 

doieat en la main dudit roy du commandement du séneschal de Gas- 
coigne pourpluseurs malefachons faitez despiécha envers les genz dudit 
roy par ledit sire de Montpesat. Et sachiés, très chier sire, que Icgrant 
séneschal de Gascoigne et celui d'Agoneys, que nous cuidions que s'en 
fussent aies, sunt en pais de Gascoigne, et ont fait crier publiquement 
par toute la terre que touz de au-dessus de l'aage do xiiij anz soient 
près et appareilliez en armes et en harnois, pour aler tantost là où l'en 
les voudra mener, et pour la terre garder et deffendre, et sunt en volonté 
de faire guerre. Et est ceste chose vraie et notaire, car ledit séneschal 
de Pierregort le m'a escript, et si le m'ont dit pluseurs personnes qui 
sunt venuz du païs qui l'ont veu et oy ; et meismement le m'ont dit et 
raporté espies que je y ai envoiez, qui ont veu leur contenement; et 
espécialment le m'a dit le mestre des arbalestiers qui y a esté à la 
requeste dudit séneschal de Pierregort, qui m'a dit et conté tout leur 
afaire, et comment il veulent aler avant, et qui m'a dit comment il v 
fu pris et arresté, et comment l'en lui dist que toutez vos genz qui là 
seroient trouvées seroient prib et pendus, et du commandement du roy 
d'Engleterre , sicomme vous verrez plus plaenement par les lettres 
d'icelui mestre des arbalestier que il vous en envoie. Pourquoi , mon 
très chier et redouté segneur, jen qui voi cest grant esmouvent de 
guerre qui moult puet estre périlleuse, et qui n'ai commission no com- 
mandement de vous, fors tant seuleinent de prendre ledit chastel de 
Monipesat et les autres biens des banis, et les corps , et qui voi que 
tout le duchey s'esmouvra pour ledit chastel deffendre , ne weil mie 
tèle chose emprendre ne aler avant jusquez à tant que j'aie de vous 
autre mandement; et ai pour ceste cause, par le conseil que j'ai eu, 
allongié le jour de ma semonsse jusques à la Mi-Garesme prochaine. Si 
me manderez, se il vous plaist, sur ceu tantost vostre volonté, à laquèle 
je sui touz tamps prest d'obéir, et vous en plaise à ordener hastivement 
et envoïer men responsse en tèle manière que dedenz ledit terme de 
ladite semonsse nous puissons estre aprestez, et que nous puissons cer- 
tainement aler en la besoigne. Très chier ot redouté segneur, se il escon- 
vient que nous aillon avant, nous avons (Dex grâce) assez genz et 
forche pour porter à vos anemis grant damage, mez que nous en aïons 
mandement, nous métrons, mon compaignon et moi, entre ci et le jour 
de la semonsse toute la paine que nous pourrons de desmouver le païs 
à ceu qu'il ne soit contre nous. Et entre deux se nous voïons que nous 
puissons aucune chose faire qui soit à vostre honour, nous le ferons. 
Nostre Sire vous gart l'àme et le corps et vous donst bocne vie. Escript 
à Thoulouse, le diemenche des Brandons. 

Jehan de Trie. 



80 
III. 



Très chier et très amez frère. Por ce que nous savoms< bien que vous 
orriez voluntiers bones novelles de nous, voiliez savoir, très chier et 
très amez frère, que nous estoioms en bone sancté de corps, mercy 
Dieux, au partir de cestes, ce qu'il vous voille touzjours octroier par sa 
puissance, selonc nostre désir; et vous prioms, très chier et très amez 
frère, que de vostre estât, quel totdis voille Dieux que bon soit, la cer- 
tenieté nous voiliez mander si sovent come vous plerra, car nous sûmes 
molt reconfortez totes les foitz que nous en ooms pleissantes novelles. 
Très chier et très amez frère, comme nous vous prissiens autresfoitz 
par noz messages et par lettres souz nostre grant seal, que procès, si 
nul feut comencer par vous, du fait q'est dit estre fait à Seint-Sacerdoc, 
en nostre terre d'Agent, et totes autres choses pendantes en vostre par- 
lement à Parys, touchantes nous, par reson de nostredite duchée, et 
nostre séneschal, conseillers, procurons et noz autres ministres cèles 
parties, vousissiez bonement respiter tant que à un autre parlement ou 
soneaux, tant que à nostre entreveue pour meilleur et plus gracions 
exploit avoir desdites bosoignes, à honneur de vous et de nous; des- 
queux messages nous n'avoms uncore receu nulle certification. Vous 
prioms de rechief, très chier et très amez frère, et requerroms, si ade- 
certes et de cuer come nous pooms, que toutes nozdites bosoignes voil- 
iez bonement respiter, selonc ce que nous vous en avoms avant requis par 
nozditz messages et lettres. Car, très chier et très amez frère, nous nous 
asseuroms tant de vostre grant boimtié que vous ne verriez que nous 
ne les noz feussoms suppris ne sédutz es bosoignes que nous pourront 
toucher vers vous. D'autre part, très chier et très amez frère, pour ce 
que nous envooms procheinement vers vous nostre chier frère et foïal 
Esmon, conte de Kent, pour grosses bosoignes que nous touchent, et 
pour aler outre en nostredite duchée à survéer Testât d'ycèle, et vous 
prioms afîectuosement, très amez frère, que vous voiliez commander 
voz lettres de conduyt sur ce suffisantes pour li et pour ses gentz, et 
meisraes les lettres faire livrer à nostre chier et foïal Robert de Echin- 
gham ou maistre Bertram Ferrant, porteur de cestes, q'il les puisse 
envéer à nous, sicome nous li avons chargez. Très chier et très amez 
frère, le Seint-Espirit vous sauve et garde. Donné souz nostre privé 
seal, à Westmostre, le vij jour de marz l'an de nostre règne xvij™*. 

1. Sic. Cet m se retrouve dans toute la pièce. Celle forme est fréquente dans 
les pièces du même temps publiées par Rymer. 



BIBLIOGRAPHIE. 



Monumenta iachygraphica codicis Parisiensis latmi 27 i 8. Tran- 
scripsit, aduotavit, edidit Guilelmus Scomitz. Fasciculus alter, 
sancti Johannis Chrysostoml de cordis conpunctione libros II 
latine versos continens. Hannoverae, in bibliopolio Hahniano, 1883. 
In-4'', vii-31 pages, ^5 planches phototypiques. 

Dans un précédent volume (année 1882, p. 376) nous avons annoncé 
l'édition que M. le docteur Guillaume Schmitz, de Cologne, a entrepris 
de donner des textes écrits en notes tironiennes dans le ms. latin 2718 
de la Bibliothèque nationale. Un premier fascicule, publié en 1882, con- 
tenait la reproduction phototypique et le déchiftrement du recueil de 
formules et du capitulaire de Louis le Débonnaire qui ont valu une 
grande célébrité au ras. 2718. Le second fascicule, qui vient de paraître, 
est entièrement consacré au texte du traité de saint Jean Chrysostôme 
intitulé De cordis compunctione, qui remplit les fol. 127-134 du ms. 2718. 
A l'édition phototypique, M. Schmitz a joint une lecture courante, dans 
laquelle il s'est attaché à suivre avec une extrême rigueur la notation 
tachygraphique. Ainsi comprise, la publication que nous annonçons 
sera très utile aux paléographes qui voudront s'exercer à la lecture des 
textes tironiens. 

Le travail de M. Schmitz intéresse aussi la critique du traité de 
saint Jean Chrysostôme auquel il a donné ses soins. La version latine 
que nous possédons du livre De cordis compunctione est due, paraît-il, 
au diacre Anien. Dans le fascicule que nous annonçons on trouvera 
non seulement une édition exacte du texte fourni par le ms. 2718 de 
Paris, mais encore les variantes que présentent deux autres copies : le 
ms. 103 de Saint-Gall, du ix^ siècle, et le ms. 1718 de Vienne, du xv^. 

Les observations complémentaires que M, Schmitz a données dans la 
préface de son second fascicule sur le texte des formules et du capitu- 
laire et qui viennent en partie des communications de MM. Zeumer et 
Lehmann montrent le progrès que les études tironiennes ont fait en 
Allemagne dans ces dernières années. 

L. DELfSLE. 

G 



82 

Reproductions photographiques de documents originaux qui reposent 
aux archives de l'Ain. [Par] J. du Marché. Lyon, imprimerie 
Alf. -Louis Perrin et Marinet, \ 879. In-folio, \ 4 feuillets non numé- 
rotés. 

Ce recueil, dont l'existence nous a été tardivement révélée, contient 
la reproduction de douze documents, tous curieux pour l'histoire locale 
et dont plusieurs, notamment une grande bulle de Léon IX, offrent un 
intérêt général. On en jugera par la liste suivante : 

Bulle de Léon IX pour l'abbaye d'Ambronay, 30 avril 1050. 

Sentence arbitrale pour régler un différend entre les chartreux de 
Meyriat et plusieurs tenanciers, 1241. 

Charte de franchises accordée à la ville de Bourg par Gui et Rainaud 
de Bâgé, 1250. 

Confirmation de cette charte par Innocent IV, 11 avril 1251. 

Accord entre Hugues Barater et les chartreux de Meyriat, 1249. 

Charte d'Amédée, comte de Savoie, pour les habitants de Bourg, 1352. 

Lettres patentes du roi Charles VI, portant nomination de Jean de la 
Baume comme garde et gouverneur de la ville de Paris, en remplace- 
ment du duc d'Exeter, 8 juillet 1421. 

Trois lettres d'indulgences accordées à l'église et aux chapelles des 
Dominicains de Bourg, en 1481, 1490 et 1521. 

Lettre du roi Henri II au comte de Montrevel, au sujet des courses 
de quelques gentilshommes de Savoie, 14 avril 1547. 

Fragment d'un terrier de la seigneurie de Messimy, 1530. 

La reproduction de chaque document est accompagnée d'un déchif- 
frement. 

Une telle publication doit trouver place dans toutes les collections 
diplomatiques. En effet, de simples photographies, même quand elles 
n'ont pas exactement les dimensions des pièces originales, sont appelées 
à rendre de grands services à l'étude de la paléographie et de la diplo- 
matique. Nous ne saurions donc assez féliciter M. J. du Marché de son 
entreprise. Puisse-t-il trouver de nombreux imitateurs ! 

L. Delisle. 

Inventaire sommaire des archives du département des affaires 
étrangères. Mémoires et documents. France. Paris, Imprimerie 
nationale, -1883. In-8°, vii-472 pages. 

Le dépôt des archives du ministère des affaires étrangères ne contient 
pas seulement les correspondances et les pièces auxquelles a donne lieu 
la direction des relations extérieures de la France depuis le xvi' siècle 
jusqu'à nos jours. Il renferme aussi beaucoup de documents, très variés 
quant à l'origine et au sujet, tout à fait analogues aux recueils histo- 



83 

riques qui forment ordinairement les fonds de manuscrits dans les 
grandes bibliothèques publiques. 

Tous les manuscrits du département des affaires étrangères, autres 
que les correspondances diplomatiques, ont formé une série qui a reçu 
la dénomination de Mémoires et documents. Ce qui, dans cette série, a 
été rangé sous la rubrique France, constitue une suite d'un peu plus de 
1,883 volumes, dont la variété est telle que, pour en rendre l'usage 
possible, il fallait en faire imprimer un inventaire. On comprend donc 
l'utilité du volume dont nous annonçons aujourd'hui la publication. Il 
nous offre, en effet, la notice sommaire, mais parfaitement suffisante, 
d'environ 1,883 volumes manuscrits qui touchent à tous les points de 
notre histoire. Les documents modernes y tiennent la plus large place, 
mais le moyen âge y est aussi représenté. La lecture de cet inventaire 
s'impose donc à tous ceux qui veulent étudier l'histoire d'après les 
documents originaux. En le dépouillant, ils éprouveront plus d'une 
surprise agréable, surtout pour ce qui concerne l'histoire et l'adminis- 
tration de la plupart de nos provinces. 

Un exemple donnera une idée de la variété des articles de l'inven- 
taire. Entre le n» 230 (Table alphabétique des Mémoires de Saint-Simon, 
écrite de la main même de l'illustre historien) et les n"' 231-239 (Anec- 
dotes historiques tirées des Mémoires de Saint-Simon), on y trouvera, 
sous le n° 230 bis, un beau manuscrit du xin" siècle, contenant la traduc- 
tion française du grand ouvrage de Guillaume de Tyr, continué 
jusqu'en 1231. 

Il n'y a que des éloges à donner au plan adopté pour la rédaction de 
l'inventaire. Les notices en ont été rédigées avec soin et intelligence, 
de façon à bien faire connaître l'origine de chaque volume et la nature 
des renseignements qu'on y peut aller rechercher. Une courte préface, 
dans laquelle est clairement résumée l'histoire du dépôt, et une table 
alphabétique très détaillée, ajoutent encore à l'intérêt et à l'utilité du 
volume. Il est juste de consigner ici les noms des collaborateurs aux- 
quels nous devons ce précieux inventaire : 

Chef de la division des archives : M. Girard de Rialle. 

Chef du bureau historique : M. Hanotaux. 

Commis principal et attaches : MM. le vicomte Menjot d'Elbenne, 
J. Kaulek, Gouault, H. Deloncle, Libois, Quellien. 

Commissaire délégué : M. G. Picot, membre de l'Institut. 

Une telle publication fait honneur à l'administration du ministère 
des affaires étrangères ; elle justifie les espérances qu'avait fait naître le 
décret du 7 février 1880, portant réorganisation de la commission des 
archives diplomatiques. 

L. Delisle. 



84 

Histoire des institutions monarchiques de la France sous les premiers 
Capétiens (987-^^80), par M. Achille Luchaire. Paris, imprimerie 
nationale, Alphonse Picard, libraire- éditeur, 1883. 2 vol. in-S", 
XVI-32S, 372 p. Prix : 15 fr. 

Cet ouvrage considérable se recommande à la fois par les qualités du 
fond et de la forme. Il est appelé à prendre place à côté des meilleurs 
travaux qui aient paru depuis plusieurs années sur l'histoire de nos 
institutions, tels que le beau livre de M. Edgar Loening sur le droit 
ecclésiastique en Gaule ^ et les études, malheureusement inachevées, 
du regretté Jules Tardif, sur la monarchie mérovingienne-. M. Luchaire 
a fait une étude approfondie des monuments originaux de l'histoire de 
France au xi^ et au xii^ siècle ; il a consulté et utilisé, dans une juste 
mesure, les principaux travaux des érudits français et étrangers. Il s'est 
sévèrement astreint à n'invoquer que des documents de l'époque précise 
oîi il a voulu se renfermer, à n'alléguer aucun fait §ur des témoignages 
de seconde main, enfin à tirer des textes tout ce qu'ils disent, mais 
rien de plus, sans faire aucune part aux hypothèses et aux systèmes. Il 
expose les résultats de ses recherches avec l'ordre et la netteté qui sont, 
en ce genre d'ouvrage, les qualités maîtresses de l'écrivain. 

L'ouvrage est divisé en cinq Uvres. Dans le premier, l'auteur traite, 
d'une manière générale, de la royauté capétienne, de ses caractères 
essentiels, de sa transmission, etc. ; dans les trois suivants, des organes 
de la royauté (grands officiers, prévôts, etc.), de ses fonctions (législa- 
tion, juridiction) et de ses relations avec les autres pouvoirs (la féoda- 
lité, le clergé, les communes). Le cinquième livre est consacré à l'étude 
du caractère particulier de chacun des six premiers rois capétiens, de 
la politique et de l'importance historique de chaque règne. 

L'époque des premiers Capétiens est une période de transition ; le 
caractère distinctif des institutions de ce temps n'est donc pas l'origina- 
lité. L'un des mérites de l'ouvrage de M, Luchaire est précisément de 
montrer, plus clairement qu'on ne l'avait fait encore, que ce qu'on 
appelle parfois la révolution de 987 a bien peu changé l'ordre des choses 
en France, et combien la royauté des premiers Capétiens ressemble à 
celle des derniers Carolingiens. Il n'y a pas eu de révolution, comme 
on est porté à se l'imaginer, avec nos idées modernes sur la transmis- 
sion des couronnes, en voyant l'année 987 marquer la fin d'une dynas- 
tie et l'avènement d'une autre. Avant Hugues Capet, on avait déjà vu 

1. Geschichte des deutschen Kirchenrechts, Strassburg, 1878, 2 vol. in-8° : 
I, Das Kirchenrecht in Galiien von Constantin bis Chlodovech ; II, Das Kir- 
chenrecht im Reiche der Merowinger . 

2. Études sur les institutions politiques et administratives de la France, 
Paris, 1881, in-8°. 



85 

sur le trône trois rois étrangers à la famille de Gliarlomagne, Eudes, 
Robert I"'" et Raoul ; le fait est qu'au x" siècle, et longtemps encore après, 
la monarchie était élective et non héréditaire : M. Luchaire le prouve, 
bien qu'il ne l'articule pas d'une façon catégorique. Hugues est arrivé 
régulièrement au trône, par la même voie que ses prédécesseur^, et il n'a 
eu autre chose à cœur que de continuer leur œuvre. Les premiers Capé- 
tiens, comme tous les rois de France, ont combattu la féodalité ; jamais ni 
eux ni leurs sujets n'ont eu l'idée, mise en avant par quelques modernes, 
que leur royauté fût une monarchie « féodale » et que le roi de France 
ne fût que le premier d'entre les barons. L'élection et le sacre donnaient 
au souverain un titre antérieur et supérieur à ceux de la hiérarchie 
seigneuriale. L'Église, la première, reconnaissait et proclamait les droits 
attachés à ce titre sacré ; aussi les six premiers Capétiens, et c'est une 
autre ressemblance entre eux et les Carolingiens, se sont-ils presque 
toujours appuyés sur l'épiscopat. M. Luchaire montre que, jusqu'au 
règne de Philippe.-Auguste, qui fonda l'administration royale par la 
création des baillis, les évèques furent les agents et les représentants 
principaux de la royauté dans les provinces. 

On sait que, pour transformer leur pouvoir électif en monarchie héré- 
ditaire, les Capétiens eurent recours à l'expédient de faire élire et cou- 
ronner chaque fois l'héritier du trône du vivant de son père. M. Luchaire 
insiste avec raison sur cet usage, qui fut suivi par tous les rois, depuis 
Hugues Capet jusqu'à Louis VII, sauf une exception : Louis VI fut élu 
du vivant de Philippe 1'='', mais couronné seulement après sa mort. Le 
couronnement du fils du roi le faisait roi lui-même, et il était en titre 
l'égal de son père ; on disait dès lors « les rois, » au pluriel. On devrait 
peut-être s'habituer à adopter cette manière de parler, qui est celle du 
temps, et aussi à ne plus découper l'histoire de cette époque, comme 
le fait encore même M. Luchaire, en « règnes » comptés de la mort 
d'un roi à celle du suivant. C'est faire commencer le règne de chacun 
assez longtemps après le moment où il a vraiment commencé de régner, 
non seulement de nom, mais souvent aussi de fait : ne voyons-nous 
pas Robert contrecarrer la politique de Hugues Capet, Louis VI, simple 
roi élu, rex designatus, gouverner à la place de son père, affaibli par 
l'âge, et Philippe- Auguste agir de même pendant la dernière année du 
règne de Louis VII ' ? 

Dans le détail, l'exposé de M. Luchaire prête tout au plus à une ou 
deux observations. 1. I, p. 187, l'auteur décrit les formalités de la 
rédaction et de l'expédition d'un diplôme royal, telles qu'elles sont 
mentionnées dans les formules des actes : dictée du texte par le chan- 
celier, lecture publique devant la cour assemblée, apposition du sceau 
et de la signature autographe du roi, etc. Il est permis de croire qu'en 

1. Luchaire, t. 1, p. 131, 137, 139. 



S6 

fait les choses ne se passaient pas toujours avec cette solennité, et que, 
le plus souvent, les diplômes étaient copiés sur une minute plutôt que 
dictés, coUationnés et scellés dans un bureau de chancellerie plutôt 
que devant le roi et sa cour. Dans le chapitre consacré à la justice 
royale, on est étonné de ne trouver aucune mention de la condamna- 
tion des hérétiques d'Orléans par-devant le roi Robert, en 1022; c'est 
un exemple notable de l'exercice de la juridiction criminelle par le roi 
en personne. 

Il ne faut pas terminer cet article sans signaler les utiles appendices 
placés à la fin du second volume. On y trouve, avec des éclaircissements 
sur quelques points particuliers et un certain nombre de pièces inédites, 
une liste des prévôtés royales sous Henri Is"", Philippe !«'', Louis VI et 
Louis VII, des notices biographiques sur neuf conseillers des rois Phi- 
lippe I«'', Louis VI et Louis VII, une liste de 84 procès soumis à la 
cour du roi, de H37 à H80, enfin un tableau des séjours des rois de 
France, année par année, de 997 à 1137, d'après les dates des diplômes. 

Julien Havet. 

Jeanne de France^ duchesse d'Orléans et de Berry, ^ 4 64-^305, par 
M. R. DE Maulde, ancien élève de l'École des chartes, ancien sous- 
préfet, d'après des documents inédits recueillis par l'auteur avec 
la collaboration de MM, Sorin et de la Guère. Paris, H. Cham- 
pion. In-8», xi-486 pages. 

C'est une lamentable histoire que celle de cette pauvre fille de 
Louis XI, disgraciée de la nature, éloignée d'abord de sa mère, puis 
mariée de force au duc d'Orléans, qui ne put jamais la souffrir. L'infor- 
tunée princesse n'a fait de bruit dans le monde que celui qu'y ont sou- 
levé ses malheurs. Le scandaleux procès en nullité de mariage, intenté 
contre elle en 1498 par son mari devenu roi et désireux d'épouser Anne 
de Bretagne, n'aigrit pas cette âme douce, mais accentua ses tendances 
à l'exaltation mystique. La fondation de l'ordre de l'Annouciade, monu- 
ment élevé aux vertus de la Vierge, a valu tardivement à Jeanne le 
titre de « Bienheureuse ». De là toute une série de biographies écrites 
en vue de la canonisation ou dictées par une ferveur religieuse qui s'est 
peu souciée de la vérité historique. 

M. de Maulde a pensé que cette pâle figure de Jeanne gagnerait à être repla- 
cée dans son véritable milieu et il a tenté, non sans succès, de l'éclairer 
d'un jour plus vrai. Pour cela, il s'est adressé à deux séries de docu- 
ments : le procès en nullité de mariage, encore inédit, dont subsistent 
trois expéditions contemporaines, et la procédure de canonisation, qui 
dura de 1614 à 1775. De ces deux témoignages, le premier seul possède 
une véritable valeur, mais son intérêt est grand et M. de Maulde en a 
tiré des détails plus curieux que flatteurs sur Louis XI et son entourage. 



87 

Il y aurait bien quelques réserves à faire sur la façon dont l'auteur a 
essayé de rajeunir son sujet (p. 10, 23, 26, 100, 112, 119, 215, 309, 
377, etc.). Le livre eût gagné à être plus condensé, et il semble que 
M. de Maulde ait eu quelque peine à se dégager de l'intluence de tant de 
pieux biographes, ses prédécesseurs (chap. xi et xn). — • Pourquoi citer 
(p. 339), sans la traiter comme elle le mérite, la fable odieuse des enfants 
de Nemours placés par ordre de Louis XI sous l'échafaud de leur père? 
— C'est au 22 avril 1487, et non 1488, qu'il faut rapporter la lettre de 
Charles VIII à Dammartin, datée des Ponts-de-Gé (p, 204 s.). — Une 
critique plus grave pour unir. M. de Maulde reproche à Charles d'Orléans, 
mort en 1465, certaine lettre d'allure grivoise, imprimée p. 14 d'après le 
ms. fr. 2915 de la Bibliothèque nationale. Or, cette lettre est, à l'exa- 
men, du second quart du xvi^ siècle. Elle est adressée à « Mons"" le Grand 
Maistre » Anne de Montmorency. La reine dont il s'agit est Marguerite 
d'Angouième, reine de Navarre, et Madame Isabeau n'est autre que 
sa belle-sœur, Isabelle d'Albret. Quant au « Charles » qui a signé 
cette épître, peu digne de passer à la postérité, c'est, à n'en pas douter, 
Charles de France, duc d'Angouième, fils de François I". Il naquit en 
1522 et mourut en 1545. 

B. DE Mandrot. 

Louis XVII ^ son enfance^ sa prison et sa mort au Temple^ d'après 
des documents inédits des Archives nationales^ parR. Guaktelauze. 
Paris, F. Didot, <884. 

« La seule manière de traiter un pareil sujet, au point de vue de la 
science, c'est de le reprendre en sous-œuvre, en l'étayant uniquement 
sur des documents authentiques et de bon aloi, en usant de la critique 
la plus rigoureuse, en bannissant avec le plus grand soin tout ce qui, de 
près ou de loin, pourrait toucher au roman. Il ne s'agit plus de faire 
du roman, mais de l'histoire; de faire répandre de nouvelles larmes au 
lecteur, mais de lui prouver enfin que Louis XVII ne s'est jamais évadé 
du Temple, et qu'il y est mort le 8 juin 1795. C'est ce que nous avons 
essayé, non sans quelque confiance d'avoir éclairé le sujet d'une 
lumière définitive. » 

Ainsi s'exprime M. Chantelauze dans son introduction, en rappelant 
les travaux déjà publiés sur le même sujet; et l'on peut dire qu'il a 
à peu près atteint le but qu'il s'était ainsi proposé. Sans doute la 
voie était déjà tracée, et un succès légitime a consacré l'ouvrage de 
M. de Beauchesne, mais il y avait évidemment encore à faire, et la lec- 
ture du nouveau volume le prouve facilement. M. de Beauchesne, en 
dépit de « tant de fils conducteurs qui devaient le mener à la démonstra- 
tion de la vérité, » n'a pas su établir son récit sur des bases assez iné- 
branlables, sur des preuves assez indiscutables. Qu'un pareil sujet 



88 

entraîne le narrateur à rendre son discours éloquent et pathétique, rien 
de mieux ; mais peut-il rien perdre à être soumis à la critique la plus 
minutieuse des faits, et l'œuvre est-elle complète si cette critique fait 
défaut ? — C'est là ce qui fera la supériorité de M. Ghantelauze aux 
yeux de tous ceux qui tiennent avant tout à être éclairés et veulent plu- 
tôt des choses que des mots. Son récit net et précis, sans phrases, qui 
ne s'écarte jamais de son plan, qui veut prouver et non attendrir, qui 
discute et raisonne ce qu'il établit, n'en est, à mon sens, dans l'affreuse 
nudité des faits, que plus attachant et plus pathétique. 

Jusqu'à présent les preuves concluantes, les témoignages indiscutables 
semblaient faire défaut. Les recherches tentées à l'époque où elles 
étaient encore possibles n'avaient jamais été bien loin et n'avaient 
pas amené de résultat. L'historien ne pouvait que suppléer par d'habiles 
conjectures à l'incertitude des faits. — Ainsi, on n'ignorait pas que 
Louis XVIII avait ordonné quelques enquêtes ; mais on ne connaissait 
que celle du cimetière Sainte-Marguerite, et celle qui eut pour but de 
constater l'authenticité du cœur de Louis XVII, gardé par Pelletan, 
toutes deux d'une importance restreinte. — Mais une autre enquête, 
d'une valeur bien autrement précieuse, avait été secrètement menée à 
bien par les ordres du môme Louis XVIII. Dans le dessein de récom- 
penser d'obscurs dévouements à la famille royale, il fit rechercher tous 
les personnages qui, de près ou de loin, avaient vu les prisonniers du 
Temple et leur avaient témoigné respect et sympathie. La mission con- 
fiée au comte Decazes, ministre de la police générale, secondé par le 
comte Angles, préfet de police, fut accomplie en secret, et les pièces 
furent déposées aux Archives, sans que le roi eut songé à s'en faire une 
arme contre l'opposition. Ceci date de 1817, et, depuis, nul n'a connu 
le précieux clossier. Seul, en 1874, un magistrat découvrit, à l'occasion 
du procès Naiindorfî, une des pièces les plus importantes, et l'on s'en 
servit dans l'arrêté comme d'une preuve sans réplique : c'est sur ses 
traces que M. Ghantelauze a pu découvrir l'enquête complète. 

Voici les principaux personnages retrouvés par les agents du comte 
Angles : — Caron, d'abord, le garçon-servant du prince, qui lui appor- 
tait trois fois par jour son repas, et déclara l'avoir fait jusqu'à une 
demi-heure avant sa mort. — Gomin, l'un des derniers gardiens, fort 
apprécié de Madame Royale, qui se fit accompagner par lui à Vienne. 
— Lasne, le dernier gardien, véritable homme de bien. — La veuve 
de Baron, l'ancien porte-clefs du Temple, où il était serviteur du comte 
d'Artois depuis 1777 et où il resta par dévouement pour la famille royale. 
Madame Royale le prit à son service. Lui aussi entrait trois fois par 
jour dans la prison du prince, et cela depuis son arrivée au Temple 
jusqu'à sa mort : c'est d'après ses renseignements que Madame Royale 
composa ses mémoires. — Les docteurs Pelletan et Dumangin^ médecins 
du prince pendant les dernières semaines, et qui firent l'autopsie. — 



89 

La veuve Simon, réfugiée alors aux Incurables, où elle mourut en 1819. 
— Enfin le commissaire civil Damant, de service au Temple le jour de 
la mort du prince, témoin de cette mort, de l'autopsie et des obsèques : le 
procès-verbal de son interrogatoire par le comte Angles et sa relation 
autographe sont particulièrement détaillés'. Il y déclare, comme les 
autres, avoir déjà vu autrefois l'enfant et le reconnaître aisément. Du 
reste, « jamais témoin n'offrit plus de garanties d'honorabilité. » 

Cette enquête est donc le fond des documents nouveaux apportés par 
M. Chantelauze à l'histoire de Louis XVII, et elle suffit, du reste, à 
imprimer à son récit un caractère autrement précis que les précédents. 
D'autres détails inédits importants, tels que la relation de Barras visi- 
tant le Temple, le 9 thermidor, et d'habiles conjectures le complètent. 
Le but principal de l'auteur, c'est de montrer l'identité du Dauphin 
comme prouvée, depuis son entrée au Temple jusqu'à sa mort, par une 
suite non interrompue de témoins de tous les partis. Sur ce point, il 
accumule les détails et les témoignages : visiteurs et gardiens sont una- 
nimes. Tous ont déjà vu l'enfant et le reconnaissent. Les doutes ne sont 
venus que du dehors. Le roman de la substitution s'appuie sur des hypo- 
thèses dénuées de tout fondement. L'autopsie, par exemple, a servi de 
base pour nier l'identité de l'enfant : mais on n'a pas réfléchi que le 
premier Dauphin était mort (le 4 juin 1789) d'une maladie scrofuleuse, 
et que d'ailleurs les conditions particuhèrement odieuses de l'em- 
prisonnement du prince dans les derniers temps devaient inévita- 
blement amener un pareil résultat. L'enfant avait toujours été délicat, 
des détails inédits nous le font connaître, et il ne se remit jamais bien 
de ses premières maladies. 

Une autre fable a été mise en avant, celle de l'enfant muet, que l'on 
aurait substitué au prince ; mais elle tombe d'elle-même, car le mutisme 
de celui-ci n'était rien moins qu'absolu, on en a des preuves sans 
réplique. Enfin d'où vient la légende de l'enlèvement opéré par le 
comte de Frotté ? Elle est tout entière dans un roman de Regnault 
Warin, paru en 1801, sous le titre de : le Cimetière de la Madeleine. 
C'est là que les faux Dauphins ont puisé successivement tous les détails 
d'un fait dont l'idée seule pouvait avoir quelque vraisemblance ; Frotté 
a déclaré lui-même n'avoir jamais été au Temple^. Je n'insiste pas sur 
la mort subite du chirurgien Desault, mise également en avant pour 
prouver l'existence d'un secret, et rien moins que mystérieuse. Bichat 
a donné des détails sur l'autopsie : son maître, depuis longtemps atteint, 
avait été emporté par une fièvre mahgne. 

Reste la dernière question, celle de l'inhumation de Louis XVII. 

1. On trouvera ces deux pièces inédites à la fin du volume. 

2. Ceci avait déjà été étudié minutieusement et démontré par M. de la Sico- 
tière : les Faux Louis XVII, 1882. 



90 

M. Chantelauze la traite dans un chapitre qu'il intitule : les Mystères 
du cimetière Sainte-Marguerite. Mais ici il n'a malheureusement guère 
pu que reproduire les faits rapportés par M, de Beauchesne, et ces faits, 
quelque présomption qu'ils puissent donner, laissent encore place à la 
conjecture. Que le corps ait été placé d'abord au cimetière Sainte-Mar- 
guerite, dans la fosse commune, puis qu'il en ait été retiré, cela est 
hors de doute : mais qu'est-il devenu ensuite ? Louis XVIII fit faire 
une enquête, et une fouille allait même être opérée à l'endroit indiqué 
par le fossoyeur Valentin, quand les efforts malveillants de l'opposition 
et de fausses révélations firent tout arrêter. M. Chantelauze s'efforce de 
démontrer l'invraisemblance de tous ces récits, et insiste sur le témoi- 
gnage très précis de Valentin, témoignage malheureusement incontrô- 
lable et qui n'a pu être apporté que par sa veuve. C'est là, du reste, 
une question secondaire dans le but que M. Chantelauze se proposait 
et qu'il a atteint. Tous ces faits, toutes ces difficultés sont discutés 
à nouveau et éclaircis par lui avec le soin le plus minutieux. Aussi 
n'a-t-il pas de peine à conclure dans un tableau d'ensemble et à faire 
toucher du doigt une dernière fois au lecteur la réalité sans réplique de 
son récit. 

Une des discussions les plus nouvelles et les plus originales du volume 
est celle qui établit nettement quels ont été les desseins de la Conven- 
tion d'une part, et de la Commune de l'autre, pendant l'emprisonne- 
ment du Dauphin. C'est « après mûre réflexion, » et comme le fruit 
d'une conviction profonde que M. Chantelauze présente ses idées sur 
ce sujet, et y revient sans cesse. Il convient donc de les noter ici. 
« D'une part, dit-il, la captivité de Louis XVII empêchait la reconsti- 
tution de la monarchie et paralysait en grande partie l'action du parti 
royaliste, et, d'autre part, il était d'un intérêt immense pour la Conven- 
tion que l'enfant ne mourût pas; car, lui mort, il semblait hors de 
doute que la royauté reprendrait de nouvelles forces dans la personne 
de son successeur. » Aussi ne peut-on admettre que la Convention 
voulût vraiment se défaire du prince : elle tenait au contraire à le gar- 
der en otage, pour empêcher l'avènement du comte de Provence. C'est 
en examinant la conduite de Simon que M. Chantelauze montre l'évi- 
dence du fait. Simon avait fait ses preuves en découvrant la conspira- 
tion de Michonis : quand la Convention le chargea de la garde du 
prince, elle lui confia une mission secrète, celle de préparer les éléments 
du procès criminel de la reine et de Madame Elisabeth, en arrachant 
par la terreur et la violence à l'enfant toutes les déclarations qui pour- 
raient les compromettre, et surtout en lui dictant ce qu'il ne pouvait 
pas même imaginer. De là ces dépositious monstrueuses dont le procès- 
verbal est souillé. Après la mort de la reine, Simon changea de con- 
duite, ne terrorisa plus son élève, chercha à se distraire avec lui, puis, 
n'ayant plus de rôle à jouer, s'ennuya et donna sa démission. 



9i 

Tout autre est la conduite de la Commune, à qui la Convention con- 
fia ensuite le prince, et qui ne garda plus aucun ménagement. 
Louis XVII, regardé jusqu'alors comme prisonnier d'État, se vit traité 
comme le dernier des criminels. A peine âgé de huit ans, on l'eniérme 
dans un cachot où, pendant plus de six mois, la solitude absolue et la 
corruption de l'air le rendent scrofuleux et à peu près idiot. Ce n'est 
qu'au dernier moment que la Convention s'inquiète de son prisonnier 
et tente de l'arracher à la mort; mais, comme elle veut avant tout pré- 
venir un enlèvement, elle redouble de précautions inouïes, sans chan- 
ger le régime de l'enfant. 

J'avoue que l'idée de M. Ghantelauze est fort vraisemblable ; mais 
elle peut encore être discutée, quand ce ne serait que par l'indifférence 
avec laquelle la Convention accueillit la nouvelle de la mort du petit 
roi, et la consternation que cette mort répandit dans le parti royaliste. 
Après cela, la Convention n'a peut-être pas cru devoir suivre jusqu'au 
bout le même plan de conduite. 

En somme, le nouveau livre de M. Chantelauze nous parait remar- 
quable par l'abondance des documents, la précision et la simplicité du 
récit, la discussion logique et serrée, toutes qualités indispensables, 
surtout dans une étude de ces temps si voisins de nous et qui ont besoin 
d'une vue attentive pour être bien saisis. L'auteur avoue avoir quelque 
confiance que son œuvre est définitive; nous le croyons avec lui'. 

H. DE CURZON. 

La Renaissance en France, par Léon Palustre. 9^ et \ 0" livraisons : 

Normandie. 

Les deux fascicules qui viennent de paraître récemment et qui com- 
prennent tous les départements de l'ancienne Normandie terminent le 
deuxième volume de l'ouvrage entrepris par M. Palustre. La région 
du Nord, formant le tiers de la publication, est maintenant complète. 
Ainsi, quand bien même ce beau monument, érigé en l'honneur des 
maîtres français, viendrait à être interrompu par quelqu'un de ces acci- 
dents qui menacent toujours une œuvre de longue haleine, on possé- 
derait déjà un tout complet en modifiant légèrement le titre du livre et 
en intitulant l'ouvrage : la Renaissance dans le nord de la France. Nous 
espérons bien que M. Palustre aura le courage et le temps de mener à 
bonne fin sa glorieuse entreprise. Dans la première des deux livraisons 

1. L'exécution matérielle du volume est satisfaisante. On l'a illustré de quelques 
gravures, qui du reste ne se rapportent qu'aux premiers chapitres : un portrait 
du Dauphin, par M""* Vigée-Lcbrun, et quelques plans et coupes de la tour du 
Temple. Parmi celles-ci, les n"» 5 et 6 sont les plus intéressants, parce qu'ils ne 
se Irouveat que dans la grande publication de Paris à travers les âges, récem- 
ment parue. 



92 

parues depuis peu, l'auteur passe successivement en revue la cathédrale 
de Rouen, la chapelle dite de Saint-Romain, de la même ville, les églises 
Sainte-Marie de Caudebec, Saint-Remy et Saint-Jacques de Dieppe, 
Notre-Dame du Havre, les ruines de l'abbaye de Yalmont, la belle 
église de Gisors, dont les travaux furent dirigés par la famille des 
G'rappin, la façade nord de la cathédrale d'Évreux, due à Jean Cossart, 
l'église de Tillières, qui a servi de type à de nombreuses et remar- 
quables constructions normandes, et celles de Pont-Audemer, d'Ivry- 
la-Bataille, réédifiée vers 1550, du Grand-Andely. Dans l'Orne, 
M. Palustre est arrêté par une chapelle du plus charmant caractère et 
cependant peu connue jusqu'ici, Notre-Dame-de-Pitié, à Longni. Dans 
la ville de Caen, il étudie le chœur de Saint-Pierre et le portail de Saint- 
Gilles, et diverses maisons dont la plus connue porte le nom de maison 
des Gendarmes. Le chœur de Saint-Pierre fut érigé par Hector Sohier, 
arcliitecte de grand mérite, à qui M. Palustre fait honneur de la cons- 
truction des châteaux de Lasson, à 9 kilomètres de Caen, et de Chante- 
loup, dans la Manche. Quelques pages sur le porche de la Sainte-Trinité 
de Falaise et la lanterne de l'église Saint-Pierre à Coutances terminent 
cette livraison. 

Si l'auteur avait rigoureusement suivi les divisions annoncées sur la 
couverture du 9° fascicule, la première livraison consacrée à la Nor- 
mandie devait comprendre les départements de la Seine-Inférieure et 
de l'Eure, tandis que les trois autres départements normands (Orne, 
Calvados et Manche) eussent fourni la matière du dixième fascicule. On 
a vu, par l'énumération des édifices décrits dans la première de ces deux 
livraisons, que cette division un peu arbitraire n'a pas été stricte- 
ment observée. Il en résulte bien quelque confusion. Toutefois nous 
croyons que M. Palustre avait des raisons sérieuses pour agir ainsi. Il y 
a en effet entre les constructions de la même époque et de la même 
province des affinités que le rapprochement seul fait ressortir. Qu'on 
ne s'étonne donc pas de voir reparaître dans le fascicule qui nous reste 
à examiner des villes et des édifices déjà mentionnés dans le précédent. 
Cette dixième livraison débute par une étude générale sur les vitraux 
du xvi« siècle existant encore dans les églises normandes. Ces vitraux 
sont nombreux. On en rencontre dans près de cent églises différentes. 
Ceux de Saint-Patrice et de Saint-Yincent de Rouen méritent particu- 
lièrement l'attention. M. Palustre a retrouvé sur ces verrières les ini- 
tiales d'Engrand et de Jean le Prince, les grands artistes de Beauvais. 
Les verres peints qui se voient à Gisors, au Grand-Andely, à Alençon, 
à Argentan, enfin dans l'abside de Couches indiquent l'existence d'une 
nombreuse école de peintres verriers normands. M. Palustre aurait 
trouvé dans l'ouvrage de M. Le Vaillant de la Fieffé, pubhé en 1873, 
sur les Verreries de la Normandie, les gentilshommes et artistes ver- 
riers norynands, des renseignements précis sur ces vitraux du xvi' siècle. 



93 

Après ce chapitre sur la verrerie, l'auteur revient aux œuvres monu- 
mentales de la Renaissance ; il passe en revue les délicates clôtures des 
chapelles de l'ahhaye de Fécanip, le somptueux tombeau de Georges 
d'Amboise, celui de Louis de Brézé, les fameuses portes en bois de 
Saint-Maclou, une des œuvres authentiques de Jean Goujon, les Kvan- 
gélistes d'Alençon, les boiseries de l'église Saint-Vincent de Rouen et 
de la cathédrale de Bayeux. 

Le château de Gaillon fait l'objet d'un chapitre spécial. Grâce aux 
comptes publiés par M. Deville, on connaît exactement les architectes 
qui Font construit, les artistes qui l'ont décoré. L'École des Beaux- Arts 
a reçu une partie des débris de la somptueuse habitation du cardinal 
d'Amboise, tandis que le Louvre recueillait un certain nombre de 
sculptures venant de cette habitation princière, notamment le Saint- 
Georges combattant le dragon, de Michel Colombe. Après le château de 
Gaillon, M. Palustre étudie un certain nombre de demeures seigneu- 
riales sur lesquelles la Renaissance a laissé son empreinte : le château 
d'O, près de Séez, en partie détruit en 1770, celui de Bainvilliers, près 
d'Harfleur, ceux d'Auffray, entre Yvetot et Yeulettes, de Mesnières, 
aux environs de Neufchâtel, d'Angerville-Bailleul, dans le canton de 
Goderville, de Fontaine-Henri, non loin de Saint-Aubin-sur-Mer et de 
Langrune, de Tourlaville, près Cherbourg, enfin deCharleval, qui n'est 
connu que par les planches de Ducerceau. 

Certains de ces édifices mériteraient de faire l'objet d'une mono- 
graphie détaillée; c'est à peine si M. Palustre peut en donner une 
description concise. Pour bien d'autres, il est réduit à une sèche énu- 
mération. Il n'a pas été question jusqu'ici des vieilles maisons de bois et 
des constructions du xvi^ siècle, encore si nombreuses à Rouen. Elles 
sont groupées dans un chapitre particulier, où l'hôtel du Bourgtheroulde 
tient une large place. Au sujet do ce fameux édifice, M. Palustre cons- 
tate l'identité que présentent les sujets des bas-reliefs surmontant les 
fenêtres du premier étage avec les tapisseries représentant les Triomphes 
de Pétrarque. La remarque est nouvelle ; elle a son prix, car elle 
montre l'influence exercée par les tapissiers et leurs œuvres sur les 
artistes qui les entouraient. 

Le manoir d'Ango, près de Dieppe, sa galerie couverte, son élégant 
colombier, l'hôtel d'Écoville, à Caen, un des chefs-d'œuvre de l'archi- 
tecture française, celui de Than, enfin quelques constructions moins 
importantes font l'objot du dernier chapitre consacré à la Normandie. 

Les planches à l'eau-forte, dues pour la plupart à M. Sadoux, qui a 
emprunté quelquefois le concours de MM. Gaujean et Boulard, sont 
exécutées avec le plus grand soin. Nous signalerons les plus remar- 
quables de ces illustrations : dans la 9° livraison : la façade de l'église 
de Gisors ; une vue générale de l'église de Longni (Orne) ; le chœur de 
l'église Saint-Pierre, à Caen ; une vue des voûtes de la même égUse ; la 



94 

façade du château de Ghanteloup (Manche). Dans la 10^ livraison : le 
tombeau du cardinal d'Amboise, grande planche double ; la porte de 
Saint-Maclou ; l'hôtel du Bourgtheroulde ; l'hôtel d'Écoville. 

Ce dernier fascicule contient aussi la préface de l'ouvrage, les titres 
et tables des tomes I et II, enfin une table analytique de tous les noms 
d'artistes cités dans les deux premiers volumes. Cette table était un 
instrument de recherche indispensable. En effet, le livre de M. Palustre 
sera souvent consulté, car il fait désormais autorité dans la matière. 

Il est juste de louer le luxe typographique de cette publication, qui 
comptera parmi les plus soignées et les plus somptueuses de notre 
temps ; elle fait le plus grand honneur à la maison Quantin. 

Jules GuiFFREY. 

Les Curiosités de Paris, réimprimées d'après l'édition originale 
de \7iG, par les soins de la Société d'encouragement 2)0ur la pro- 
pagation des livres d'art. Paris, Quantin, ^883. Gr. in-8°, 
xx-400 pages. 

L'édition originale des Curiositez de Paris, de 1716, est un petit 
volume sans apparence, assez mal imprimé, plus mal illustré, mais 
portatif. Aussi eut-il un grand succès auprès du public auquel il s'adres- 
sait et qu'effrayait la longueur de l'ouvrage de G. Brice : dès 1719 il 
s'en fit une seconde édition. Une troisième parut en 1760, une qua- 
trième en 1771, enfin une cinquième et dernière en 1778; après quoi 
le Guide de Thiéry, de 1786, hérita du succès et de la vogue de son 
devancier. On peut ajouter que l'ouvrage eut aussi les honneurs de la 
contrefaçon hollandaise et du plagiat allemand. 

La première édition n'avait qu'un volume ; les suivantes en eurent 
deux et furent en général mieux soignées; mais elles sont bien moins 
rares, et du reste moins curieuses pour nous. Aussi est-ce la première 
que l'on vient de rééditer, dans toute son intégrité. Cette belle réim- 
pression es.t précédée d'une introduction des plus nourries, où notre 
confrère M. de Montaiglon établit péremptoirement à qui doit revenir 
la paternité de l'ouvrage. La question était en effet assez délicate. Le 
titre porte : par M. L. B.; et Quérard et Barbier en ont conclu qu'il fal- 
lait y lire le nom de Le Rouge, ingénieur et géographe bien connu à 
cette époque. Mais celui-ci n'a rien écrit avant 1733. De plus, dans un 
passage de l'édition de 1760, l'auteur des Curiositez nous apprend qu'il 
a donné en 1709 un travail intitulé Dénombrement du royaume. Or cet 
ouvrage est certainement de Claude-Marin Saugrain, c'est-à-dire l'édi- 
teur même de notre volume ^. 

1. C'est aussi l'éditeur lui-même qui offre son livre à Louis XV, en lui faisant 
bien remarquer que c'est le premier qui lui soit dédié. 



95 

Si les Curiositez de Paris n'avaient eu d'autre but que d'abréger les 
descriptions ou les histoires de Paris, depuis Gorrozet jusqu'à Brice, 
elles n'auraient pas eu le succès qui les accueillit et on ne se soucierait 
pas tant de les réimprimer. Il n'y faut pas chercher en effet beaucoup 
de renseignements, surtout de détails nouveaux sur les monuments ou 
leur histoire : on perdrait son temps. La concurrence bien modeste que 
Saugrain (it à Brice, puis à Piganiol, portait sur des détails qui devaient 
surtout attirer les curieux et les étrangers : les objets d'art, les tableaux, 
les cérémonies. J'ouvre au hasard, et je lis ceci (p. 150), dans la des- 
cription de la maison du président Le Ragois de Bretonvilliers : « Vous 
y verrez encore un excellent tableau de Michel- Ange (?), c'est Notre- 
Seigneur porté dans le tombeau ; et enfin, dans une antichambre, l'ad- 
mirable et inestimable Descente de croix, peinte par Daniel de Vol- 
terre : ce tableau est estimé le plus excellent que l'on ait en France de 
cet habile Italien. » Voilà des renseignements que l'on ne trouvera pas 
dans Brice ni dans Piganiol. On pourrait encore signaler les descrip- 
tions de Notre-Dame et de la galerie de Rubens au Luxembourg ; aussi 
les détails sur l'Université et sur la procession du recteur, « comparable 
à la cérémonie du Doge de Venise, lorsqu'il va, accompagné du Sénat, 
épouser la mer. » 

J'ajoute que le style est approprié au sujet : il est plus facile et plus 
agréable à lire que beaucoup des ouvrages de ce genre. En somme, mal- 
gré sa grande brièveté, le livre est précieux au point de vue de l'his- 
toire de l'art, et digne des soins que la Société d'encouragement 
lui a donnés. M. de Montaiglon a voulu le rendre encore plus utile en 
y ajoutant une table de tous les artistes cités ; c'est du reste la seule 
adjonction au texte original qu'il se soit permise. 

Le volume comprend encore, ainsi que l'édition de 1716, les curiosi- 
tés de Versailles, Marly, Vincennes, Meudon, Saint-Gloud, Saint-Ger- 
main, Sceaux, Fontainebleau et Saint-Denis ; il y a peu de chose à en 
dire. Puis, une table des rues de Paris, une table analytique, enfin les 
adresses de tous les conseillers d'État. — Un mot au sujet des figures. 
On a tenu à laisser dans le texte les petits bois de Vincent Le Sueur, 
qui en complètent le caractère. Ils sont reproduits en fac-similé et 
paraissent plus nets que dans l'original, mais ils n'en restent pas moins 
fort médiocres et insignifiants. 

H. DE GURZON. 



Guide descriptif du Mont-Saint-Michel , par Edouard Corroyer, 
architecte du gouvernemenl. Paris, Ducher, -1883. PeL. in-8°, 
i 38 pages. 

Description de l'abbaye du Mont-Saint-Michel et de ses abords, pré- 



96 

cédée d'une notice historique, par E. Corroyer. Paris, Dumoulin, 
^1877. In-8°, xvi-437 pages. 

Saint-Michel et le Mont-Saint-Michel ^ par Mgr Germain, l'abbé 
P.-M. Brin et Ed. Corroyer. Paris, F. Didot, 4880. Gr. in-8°, 
552 pages. 

M. Ed. Corroyer vient de publier un nouveau volume sur le Mont- 
Saint-Michel, un Guide simplifié et plus portatif. Sous cette forme l'ou- 
vrage ne dispense pas delà Description publiée en 1877, mais il suffit à 
tous ceux qui ne veulent pas faire une étude spéciale des monuments. 
Nul mieux que M. Corroyer ne pouvait tracer aux touristes et aux visi- 
teurs un itinéraire commode et exact de ce labyrinthe quelque peu 
complexe : il est là chez lui, il a fait son domaine de la célèbre abbaye, 
il l'embellit chaque jour, et de temps en temps il réveille notre curio- 
sité paresseuse et nous presse de venir admirer avec lui le monument 
et les progrès qu'il fait vers son ancienne perfection. 

Yoilà en effet un spectacle qui n'a jamais trompé l'attente de per- 
sonne. Chacun dos nombreux visiteurs qui le contemplent pour la pre- 
mière fois est parti la mémoire remplie des éloges et des récits enthou- 
siastes de ses amis; mauvaise condition pour juger sainement, car 
l'imagination excitée est plus difficile à contenter, ou la froide critique 
plus prompte à se défier de ses impressions. Pourtant tous reviennent 
pénétrés d'une sincère admiration. Que serait-ce si l'abbaye n'était pas 
déchue de son ancienne splendeur ! 

Ce n'est pas une petite affaire qu'une restauration de cette impor- 
tance, surtout dans les circonstances toutes particulières où se trouve le 
Mont-Saint-Michel et après les vicissitudes de toutes sortes qu'il a 
subies. Les chroniques racontent la fondation de l'abbaye en 708, 
par saint Aubert, évêque d'Avranches ; mais ce n'est qu'à partir du 
xi« siècle que nous pouvons suivre son histoire pas à pas. L'église s'élève 
en 1020. La crypte ou galerie de l'Aquilon date de Roger II (1106- 
1122); comme lui, Robert de Thorigni (1154-H86) creuse dans le roc de 
nombreuses substructions. Puis s'étage cette magnifique Merveille, 
commencée par Jourdain en 120.3, et terminée en 1228, d'un seul jet : 
aumônerie, cellier, réfectoire, salle des chevaliers, promenoir, dortoir, 
cloître enfin, tout porte la marque d'une merveilleuse unité. L'entrée 
de l'abbaye, dite Belle-Chaise, date de 1236-1264 ; le chàtelet et les 
défenses de l'entrée, du commencement du xv^ siècle. Enfin le chœur 
de l'église est refait de 1450 à 1521. Mais déjà la ruine avait com- 
mencé son œuvre. La foudre avait détruit le clocher en 1300 et incendié 
l'abbaye en 1850; de nouveaux incendies éclatent en 1564 et en 1594, 
Enfin, sous prétexte de solidité, on abat en 1776 les trois premières 
travées de la nef romane, et vers 1780 on plaque la façade gréco-romaine 
actuelle. Dès lors l'histoire de l'abbaye n'est qu'une longue suite de 



97 

mutilations. Elle devient maison de correction en 18 H, et de plus pri- 
son sous Louis XVIII. Tous les bâtiments, même l'église, sont convertis 
en ateliers ou en logements, établis à l'aide de cloisons; le sanctuaire 
seul du chœur garde son autel. En 1834, un dernier incendie cause de 
si grands dommages à la nef que l'on commence des restaurations fac- 
tices. Enfin, en 1863, la prison est supprimée et le Mont devient pro- 
priété domaniale : l'évoque de Cou tances et Avranches, locataire pour 
neuf ans depuis 1865, rend l'église au culte et nettoie les bâtiments. 

C'est en 1872 que le ministre de l'instruction publique fit étudier 
l'état des monuments et préparer des projets de restauration. Le décret 
du 20 avril 1874 en affecta la propriété à la commission des monuments 
historiques. Désormais il est permis d'espérer une restauration succes- 
sive et complète de ces édifices uniques en France, qui présentent réu- 
nis de si beaux spécimens de l'architecture religieuse, monastique et 
militaire du moyen âge. 

Attaché à cette œuvre si considérable depuis 1872, M. Ed. Corroyer 
a montré que l'on pouvait compter sur lui pour la mener à bien. Ses 
descriptions comme ses dessins et ses projets de restauration sont nets 
et précis. Il s'est passionné pour son sujet : non content de son talent 
d'architecte, il a voulu y joindre une compétence spéciale, par l'étude 
comparée des textes historiques et des documents arcliéologiques et 
lapidaires, étude qu'il a faite minutieusement et pour ainsi dire pierre 
par pierre. En 1873, 1874 et 1875, M. Corroyer a commencé par expo- 
ser au Salon ses principaux dessins ^. Puis, en 1877, il a livré au 
public sa Description de l'abbaye du Mont-Saint-Michel. Ce charmant 
volume ne compte pas moins de 159 figures, dont 5 eaux-fortes de 
L. Gaucherel et un grand plan en couleurs indiquant l'époque des 
diverses constructions. Lancé comme un premier essai, il comprend 
néanmoins déjà un nombre respectable de documents et donne une 
idée suffisamment complète de l'importance et de l'intérêt du monu- 
ment. Après une introduction historique puisée surtout dans le livre de 
dom Huynes^, l'auteur place successivement devant nos yeux les nom- 
breuses merveilles de l'abbaye, rangées dans l'ordre chronologique et 
restaurées pour un moment comme au temps de leur splendeur. Il 
termine par quelques notes pratiques destinées à nous en faciliter la 
visite. 

Quelques années après cette œuvre remarquable, en 1880, parait un 
beau livre : Saint Michel et le Mont-Saint-Michel. L'ouvrage à la fois 



1. N" 1922, 3287 et 3519. Ajoutons que, du premier coup, la 1" médaille lui 
fut décernée, 
f 2. Histoire générale de l'abbaye du Mont- Saint-Michel au péril de la mer... 
composée l'an 1638. Deux mss. autographes à la Bibliothèque nationale. 

7 



98 

religieux^, historique^ et archéologique, est rempli, selon la coutume 
de la maison Didot, de scènes empruntées aux œuvres d'art et aux 
manuscrits, du moyen âge à nos jours : beaucoup sont fort curieuses. 
Il n'y a pas moins de 212 figures et de 4 chromolithographies d'après des 
miniatures, sans compter une photogravure du Saint Michel de Raphaël. 
Bien que n'occupant qu'une place un peu secondaire, le travail de 
M. Corroyer donne au volume un intérêt très sensible. Le fond est à 
peu près le même qu'en 1877, quoique très abrégé, mais les figures sont 
souvent plus grandes, et de plus il y en a un certain nombre de nou- 
velles : une vue de la salle des chevaliers, notamment, et plusieurs des- 
sins du cloître, alors en état de restauration ; puis des documents tirés 
des manuscrits et les croquis de quelques abbayes analogues au Mont- 
Saint-Michel. 

Enfin, ce qui n'était que la partie accessoire et forcément sommaire 
de la Description détaillée, les « notes itinéraires, » M. Corroyer a voulu 
le développer aujourd'hui et en faire un guide de poche, complément 
désormais indispensable de toute visite au mont. Il n'y a que 61 figures, 
mais des plus importantes. Il va sans dire que l'auteur a fait entrer 
dans ce volume tout ce que la Description renfermait d'essentiel : nous 
n'avons pas à y revenir. Mais il est intéressant de noter les faits nou- 
veaux ajoutés par lui aujourd'hui. D'abord voici où en est la restaura- 
tion : avant 1877 on avait repris en sous-œuvre les substructions romanes 
et rétabli quelques remparts. De 1877 à 1881 on a restauré le cloître^. 
En 1880, on a réparé les bastions de la tour Boucle (de l'est) et de la 
tour Gabriel. Depuis 1882 on travaille au dortoir. Enfin il est un 
point sur lequel l'auteur insiste vivement et que nous tenons à relever : 
il s'agit du fameux remblai élevé en 1879. Tout le monde connaît cette 
digue soi-disant protectrice, que personne n'avait demandée, et qui, 
appuyée contre les remparts, les effondre depuis trois ans, sans que l'on 
puisse obtenir d'y porter remède. Tout récemment, au Salon de 1883 
(n° 5395), on a pu voir les dessins où M. Corroyer démontre le fait jus- 
qu'à l'évidence. Il paraît que l'on va enfin détourner la tête de la 
digue, mais c'est déjà bien tard. 

M. Corroyer nous permettra-t-il de lui rappeler, en terminant, cer- 
taine promesse qu'il a faite dans sa préface de 1877, d'une Monographie 
archéologique du Mont-Saint- Michel, où doivent trouver place tant de 



1. Saiyit Michel et le Mont-Saint-Michel dans le plan divin, par Mgr Ger- 
main, évêque de Coutances et Avranches. 

2. Saint Michel et le Mont-Saint- Michel dans l'histoire et la littérature, par 
l'abbé M. -P. Brin, prêtre de Sainl-Sulpice, directeur au grand séminaire de 
Coutances. 

3. M. Corroyer a exposé au Salon de 1879, n" 5484, les dessins et plans qu'il 
a faits à cette occasion. 



99 

documents précieux dont il n'a pu nous donner qu'un avant-goût? Nous 
osons espérer qu'il n'attendra pas, pour satisfaire notre vive curiosité, 
la restauration complète de l'abbaye, qui pourrait bien n'être pas ache- 
vée de longtemps. 

H. DE GURZON. 

Rapport à la Société d'agriculture^ sciences et arts de la Sarthe, au 
nom de la commission chargée d'examiner la restauration récente 
du bas-cuté méridional de la nef de la cathédrale du Mans, par 
M. Robert Triger. 

Malgré sa brièveté, ce rapport contient des vues et des conclusions 
si justes et si opportunes que nous avons pensé utile de les signaler ici. 
Elles sont d'ailleurs d'une application générale. 

Des restaurations, récemment faites à la cathédrale du Mans, avaient 
soulevé de divers côtés des critiques assez vives pour que les sociétés 
savantes locales tinssent à s'en rendre compte par elles-mêmes. Malheu- 
reusement, les observations les plus justes en ce sens ne peuvent être 
faites qu'après coup, quand il n'y a plus de remède. C'est donc avec 
raison que M. Triger insiste sur ce point que, les églises et monuments 
historiques étant du domaine public , il serait bon que « l'opinion 
publique, représentée en pareil cas par les sociétés savantes, ne fût pas 
systématiquement laissée de côté, » et que les projets de restauration des 
architectes eussent une certaine publicité avant d'être exécutés. 

C'est même quelquefois, il faut l'avouer, un véritable droit que 
réclament les sociétés archéologiques du pays. M. Triger rapporte à ce 
propos qu'une inscription ayant été récemment découverte, dans les 
travaux faits au chœur de la cathédrale, on s'empressa de l'envoyer à 
Paris, sans en communiquer la moindre note à ceux-mêmes qu'elle 
devait intéresser le plus, aux archéologues du Mans. 

Voici donc les vœux que la Société de cette ville s'est proposé de 
transmettre à qui de droit : 

« 1° Lorsqu'un projet de restauration aura été adopté en principe, les 
plans et les documents faisant connaître la partie du monument sur 
laquelle porte ce projet, le but général qu'il se propose et tous les 
détails qu'il doit modifier seront déposés à la préfecture du département 
pendant un temps suffisant pour que les sociétés savantes, avisées par 
l'autorité compétente, puissent en prendre connaissance ; leurs obser- 
vations seront jointes au dossier et transmises avec lui au ministère. 

« 2° Lorsqu'un détail quelconque de l'édifice devra disparaître par 
suite de la restauration, le service des architectes diocésains, appelé à 
en conserver le souvenir par dos plans, coupes ou dessins, sera invité à 
déposer un exemplaire de ces plans, coupes ou dessins, aux archives du 
département, à titre de documents historiques. 



^oo 

« 3" Enfin, lorsqu'au cours des travaux une découverte archéologique 
aura été faite, les Sociétés locales compétentes en seront avisées sur-le- 
champ et mises à même, si elles le jugent à propos, de faire étudier 
les objets trouvés. » 

Nous ne pouvons qu'applaudir à ces justes réclamations et souhaiter 
qu'elles obtiennent un jour gain de cause. 

H. DE GURZON. 

Notes de M. de Caumariin, sur la recherche des nobles de la pro- 
vince de Champagne en \ 673, d'' après le manuscrit inédit de la 
Bibliothèque nationale. Paris, H. Champion, i883. In-^2, 'lO^ p. 

Les notes publiées dans ce volume par M. Edouard de Barthélémy 
sont celles que Gaumartin, intendant de Champagne, chargé par un 
arrêt du 22 mars 1666 de la recherche des usurpateurs de noblesse dans 
sa généralité, avait placées en regard de chaque nom pour motiver ses 
décisions. Relevées par d'Hozier, elles forment le complément naturel 
du procès-verbal de la recherche de Champagne imprimé en 1673, à 
Châlons, chez Seneuse, et montrent le soin que Gaumartin apportait à 
l'exécution de cette mission. Elles sont suivies des listes des usurpa- 
teurs condamnés et de ceux qui avaient été provisoirement ajournés. 

En tête de ce petit volume, M. Anatole de Barthélémy a résumé, dans 
une dissertation de quelques pages, les données acquises sur la prétendue 
noblesse maternelle de Champagne, qui a été depuis vingt-cinq ans 
l'objet de nombreuses discussions. Rendant aux textes souvent altérés 
par de fausses interprétations leur véritable sens et en faisant connaître 
de nouveaux, notre savant confrère montre clairement que les droits 
accordés en Champagne aux enfants nés d'un roturier et d'une fille 
noble n'ont jamais eu pour but de leur conférer la noblesse, mais seu- 
lement de les faire jouir de privilèges coutumiers particuliers ; de plus, 
ainsi que cela est dit expressément dans la coutume du Barrois, ils ne 
pouvaient profiter de cette faveur qu'en renonçant à la succession pater- 
nelle. M. de Barthélémy rappelle en même temps que ces privilèges 
offrent une grande analogie avec ceux des monnoyers de Champagne, 
qui se transmettaient à leurs enfants des deux sexes, et qui sont deve- 
nus, dans bien des cas, les titres invoqués par les familles en faveur de 
la noblesse maternelle. 

Un de nos confrères a bien voulu nous communiquer un texte relevé 
trop tard pour que M. de Barthélémy ait pu s'en servir. Dans un manus- 
crit du Grand Coutumier, de la première moitié du xv« siècle (Bibl. nat., 
nouv. acq. fr. 3555), on lit un article de déclarations du conseil rela- 
tives aux francs-fiefs, ainsi conçu : « Et se icellui nonnoble fait aucunes 
acquisicions de fiefz nobles et puis meurt, par quoy sa femme noble 
ait la moitié de icelles acquisicions et leurs enfans l'autre moitié, la 



404 

femme noble ne paiera riens pour sa moitié pour ce qu'elle est noble, 
mais les enfans paieront pour ce qu'ilz ne autres n'acquièrent aucune 
noblesse de par la mère, mais l'en acquiert noblesse de par le père. » 
A la suite de ce texte, on remarque une glose qui ne se trouve pas dans 
les autres manuscrits et qui est ainsi conçue : « Verumptamen, in Gam- 
pania, habent istam consuetudinem : si filius viri innobilis, matris vero 
nobilis, et ipsis mortuis renonciet succession! paterne et adipiscatur 
possessionem materne successionis, poterit tenere feoda materna acsi 
esset nobilis. » 

Comte DE Marsy. 

Le Lettere e le Arti alla corte di Savoia nelsecolo XV. Inventari dei 
caste/fi di Ciatnberi, di Torino e di Ponte d'Ain. -1497-1498. 
Pubblicati sugli originali inediti da Pielro Vayra. Torino, 1883. 
In-8°, 244 p. (Extrait de M iscellanea di storia italiana^ série ii, 
tome VII; volume XXII delà collection.) 

M. Vayra a élégamment rappelé, dans la préface de ce volume, l'uti- 
lité des renseignements consignés dans les anciens inventaires et il a 
exactement indiqué les publications dont les documents de cette espèce 
ont été l'objet en France et en Italie, depuis une quarantaine d'années. 
Les inventaires qu'il vient de mettre en lumière ne sont pas les moins 
intéressants de ceux qui nous sont parvenus. Ils ne contiennent pas 
moins de 1,630 articles, et donnent une juste idée du luxe de la maison 
de Savoie, à la fin du xv» siècle. Nous y avons remarqué la liste de 
plus de 300 livres, la plupart manuscrits. Malheureusement, les rédac- 
teurs des inventaires étaient ignorants ou peu soigneux ; beaucoup des 
notices qu'ils ont enregistrées sont trop vagues ou trop incorrectes pour 
qu'il soit aisé de reconnaître les ouvrages qu'ils avaient sous les yeux. 
M. Vayra a réussi à éclaircir beaucoup de passages douteux, et nous 
devons le féliciter d'avoir aussi bien publié des documents auxquels 
on devra souvent recourir pour étudier des questions littéraires ou 
archéologiques, et pour déterminer le sens exact de termes employés 
dans les vieux inventaires. 

L. Delisle. 

Catalogo délia libreria Pandolfini. Alla libreria Dante in Firenze, 
-1884. In-80, 52 pages. 

Cet élégant livret, dont la publication est due à M. Ed. Alvisi, a pour 
objet la bibliothèque qui est restée dans la famille Pandolfini à Florence, 
depuis le xv« siècle jusqu'au xvni°. Le catalogue qui nous en est ofïert 
aujourd'hui, et que l'éditeur a fait précéder d'une très intéressante pré- 
face, date du commencement du xvi« siècle. On y trouvera beaucoup 



^02 

d'indications très utiles pour l'histoire bibliographique. Mais ce qui 
donne une valeur particulière au Catalogo délia libreria Pandolfini, c'est 
une particularité que M. Alvisi a parfaitement mise en lumière. 

La collection Pandolfini a fourni plus d'un article au fonds Libri; 
c'est de là, selon toute apparence, qu'est venu l'exemplaire de la chro- 
nique de Dino Compagni (n° 443 du fonds Libri), que notre confrère 
M. Paul Meyer a fait intervenir si à propos dans les controverses rela- 
tives à l'authenticité de cet ouvrage. 

A ce propos, M. Alvisi n'hésite pas à donner son avis sur la manière 
dont Libri a formé sa collection de manuscrits; voici comment il 
s'exprime à la p. 17 : « Nell' esilio voile il Libri, in sua difesa, indi- 
care alcune provenienze dei manoscritti venduti, e si giovô délia com- 
pra Pucci; ma di altri, di quelli che formaron la sua privata bibhoteca, 
tacque. Ne potè meglio giustificare il possesso di quelli dell' ultima e 
maravigliosa vendita del 1859, non meno preziosa di quella del 1846, 
che fece perdere ail' Italia ed alla Francia tanti tesori. Ma qualunque 
sia il modo dell' acquisto, è indubitato che fra quel codici ve ne sono 
molti sottratti a pubbliche biblioteche. I francesi furono ben indicati 
dal Delisle... Ne sarebbe difficile di rintracciare anche gli italiani. » 

Un tel témoignage est bon à recueillir. Il s'ajoute à tous ceux qui 
depuis quelques mois se sont produits, principalement en Allemagne 
et en Italie, pour montrer que le fonds Libri est déshonoré par la pré- 
sence d'un grand nombre de manuscrits volés et falsifiés. 

L. Delisle. 

Voyage à Jérusalem de Philippe de Voisins, seigneur de Montaut, 
publié, pour la Société historique de Gascogne, par Ph. Tamizey 
DE Larroqde, correspondant de l'Institut. Auch, 4 883. In-S», 
60 pages. 

Philippe de Voisins, seigneur de Couffoulens, en Languedoc, et de 
Montaut, en Gascogne, partit du château de Montaut le 16 avril 1490 
pour aller visiter les saints Lieux de Palestine, suivi de quelques gens 
de sa maison, commensaux ou serviteurs, parmi lesquels Jean, seigneur 
de Bélesta, écuyer, tenait le premier rang. 11 prit passage à Venise 
avec d'autres pèlerins; il toucha en Crète, à Rhodes, en Chypre, débar- 
qua à Jaffa, reprit la mer en ce même port, après avoir visité Rama, 
Jérusalem, Bethléem, Béthanie et le Jourdain; il revit Chypre, longea 
la côte de Caramanie, visita Corfou et débarqua à Otrante le 15 novembre 
de la même année pour rentrer « à grand joie » en son cher pays, en 
passant par Rome. Bien qu'elle n'ait pas en elle-même une grande 
importance, la relation de son pèlerinage, écrite par l'écuyer Jean de 
Bélesta, méritait d'être publiée; elle prendra certainement sa place dans 
la collection des pèlerinages en terre sainte, préparée par M. le comte 



403 

Riant, qui sera le complément et le commentaire indispensable du 
Recueil des historiens des croisades. Rien ne peut remplacer pour l'in- 
térêt, la curiosité et la sûreté des renseignements concernant les per- 
sonnes, les événements et les lieux qu'ils ont connus, les notions recueil- 
lies par les voyageurs de visu et auditu. 

Comme tous les travaux de M. Tamizey de Larroque, cette publica- 
tion se recommande par la clarté de l'exposition, l'intelligente et 
soigneuse reproduction du texte, les nombreux et savants commentaires 
qui l'éclairant, la rectifient ou en complètent le sens. 

Peut-être n'aurions-nous pas suivi partout les mêmes règles que 
l'érudit et ingénieux éditeur. Peut-être n'adopterions-nous pas toutes 
ses explications. Puisque M. Tamizey de Larroque place l'accent sur 
les mots été, après, pourquoi le refuse-t-il aux adverbes de lieu là et où 
et à quelques autres mots , comme la préposition à ? Puisqu'il est 
reconnu que les scribes, dans les bas temps du moyen âge, traçaient 
presque toujours de la même façon le t et le c, et puisqu'il est vraiment 
impossible de distinguer entre elles l'une et l'autre de ces lettres, pour- 
quoi M. Tamizey de Larroque n'a-t-il pas résolument pris sur lui d'adop- 
ter pour les noms géographiques celle de ces lettres qui rappelle le 
mieux la forme actuelle ou régulière du nom de la localité? Au lieu de la 
« citté de Thoze, » j'aurais donc imprimé : la citté de Choze, qui est Chioggia, 
autrefois Ghiozza, près de Venise (p. 16, 17) ; au lieu de « l'Ascention, » 
j'aurais préféré l'Ascencion (p. 17, 18) ; au lieu d' « Arsenat, » j'aurais mis 
Arsenac (p. 19); car certainement on prononçait ainsi alors, comme 
du temps de Rabelais; au lieu de « Moncolivet, » j'aurais imprimé 
Montolivet, le mont des Oliviers (p. 29). Enfin et surtout, au lieu de 
« Troflb » et « Torfîo », j'aurais préféré imprimer toujours Croffo et Cor/fo, 
qui rappelle bien mieux le vrai nom de l'ile de Gorfou ^. 

Mais j'ai une querelle plus sérieuse à faire à mon savant compatriote. 
Après avoir mentionné le passage de la troupe de M. de Voisins à Bar- 
lète et à Bari, Jean de Bélesta poursuit ainsi : « Et dudict Barlete 
« tirent à la ville de Montelerne, où les gens parlent gascon. » Monte- 
lerne est certainement pour Monteleone. Là n'est pas l'intérêt et la dif- 
ficulté; il est sur le mot gascon. L'idée qu'on pouvait, au xv° siècle, 



1. Sallinas ou Cellines, en Chypre (p. 26 et 37), n'est pas Salamis; c'est le 
petit port de Salines ou des Salines, appelé aussi la Scala, séparé de Larnaca 
par les ruines de Citium. C'est le port habituel où touchent tous les navires se 
rendant en Syrie. Son nom lui vient des grandes salines situées à l'ouest de la 
ville. — 11 serait, ce me semble, préférable d'écrire Al Limasson |ilut()t que Alli- 
niasson (p. 37) et de substituer lùnnagosla à FauiKjosta, comme M. Tamizey de 
Larroque remplace avec raison la mauvaise leçon Traffa par Da/f'a. — Le port 
de Cacahou, sur la côte d'Asie Mineure (p. 30), est le port et Pile de Cacava, à 
l'ouest des ruines de Myra, à l'orient de Castellorizo. 



^04 

parler notre cher patois de Languedoc ou de Provence dans quelque 
partie de l'Italie méridionale a piqué la curiosité et le patriotisme de 
M. Tamizey de Larroque, qui a aussitôt entrepris des recherches 
et une correspondance étendues jusqu'en Italie. Elles n'ont pas 
encore donné des résultats satisfaisants; dans ma pensée, elles ne 
peuvent en donner. Malgré toute ma déférence pour la haute science 
du directeur de la Revue de philologie de Rome, l'existence de colonies 
provençales ou languedociennes dans le midi de l'Italie me paraît, j'ose 
le dire, une chimère. On ne voit nulle raison historique ou commer- 
ciale qui puisse expliquer l'établissement de pêcheurs ou de marchands 
occitaniens dans ces lointains parages, tout à fait en dehors de la sphère 
du petit cabotage. En admettant qu'une galère d'Aigues-Mortes ait laissé 
quelques matelots sur les plages de l'Adriatique méridionale et que ces 
matelots aient refusé de profiter de la première occasion de rapatrie- 
ment, chose presque inadmissible, ces pauvres naufragés, auraient-ils 
eu leurs femmes avec eux, n'auraient pu faire souche nulle part et 
auraient été bientôt absorbés dans le fonds de la population du pays. 
On est là, je crois, sur une fausse piste ; si l'on poursuit, on fera buis- 
son creux. Il faut revenir en arrière et vérifier le point de départ. Y 
a-t-il lisiblement gascon à l'original ? Qu'on veuille bien l'examiner de 
nouveau. Si le mot est écrit tel que le savant éditeur le donne, ce qui 
est probable, c'est une des nombreuses fautes du copiste, et il ne faut 
pas hésiter à la corriger, en substituant grifon. Alors tout s'explique 
naturellement. On a très longtemps parlé grec dans les pays de l'Italie 
méridionale, autrefois la Grande-Grèce. L'usage en est encore conservé 
à Squillace et dans quelques autres localités du golfe. Le regretté Fran- 
çois Lenormant l'a remarqué dans l'un de ses derniers et savants tra- 
vaux [la Grande-Grèce, t. II, p. 427). Je crois que l'usage de cette langue 
est même encore moins accidentel que ne semble le croire F. Lenor- 
mant. J'ai oui dire à Naples qu'on prêchait encore en grec dans quelques 
villages de la Calabre et de la Fouille. 

L. DE Mas Latrie. 



The Forty-fourth annual Report of the deputy keeper of the public 
records (7 August 1883). London, -(883. In-8°, xv-653 pages. 

Les p. 543-638 de ce volume sont remplies par l'analyse des pièces 
copiées sur les rôles français des dix années du règne de Henri V, 
1413-1422. Il y a une grande quantité de documents fort importants 
pour notre histoire pendant cette période. 



405 



LIVRES NOUVEAUX. 



SOMMAIRE DES MATIÈRES. 

Sciences auxiliaires. — Bibliographie, 45, 47, 54, 74, 103, 117; 
bibliothèques, 26, 163; manuscrits, 7; imprimerie, 37. 

Sources. — Chroniques, 4, 9, 17, 112, 156. — Lettres, 79. — 
Mémoires, 30, 38, 88. — Archives, 6, 68, 136, 150; documents, cartu- 
laires, 1, 33, 34, 102, 134, 157, 165. 

Biographie et généalogie, 98, 137. — D'Arezzo, 42; d'Avène, 113; 
Bellièvre, 79; Blanchefort, 109; Davillier, 41 ; Durer, 62, 158; Gaul- 
tier, 114 ; Gutenberg, 37 ; Henri IV, 79 ; Jean le Bon, 157 ; Jean V de 
Champagne, 94; Lucas de Leyde, 62; Montfort, 53; du Mortier, 118; 
Ontkommer, 152; Pétrarque, 7; Philippe le Bel, 139; Raymond VI, 
53; délia Robbia, 35; saint Siviard, 40; Spifame, 115; Valence de 
Minardière, 122; Via, 55 ; Waldeck, 82; Wilgeforthis, 152. 

Géographie, topographie, 110. 

Droit, 8, 29, 52, 60, 61, 76, 77, 141, 148, 151, 154. 

Institutions monarchiques, 64, 100, 145; représentatives, 51; féo- 
dales, 14, 69; judiciaires, 8, 13, 48, 63, 114, 115; financières, 143; 
militaires, 95; communales, 25, 80, 107, 142; industrielles, 19; uni- 
versitaires, 27, 33 ; charitables, 2. 

Religions. — Paganisme, 155. — Judaïsme, 66. — Bible, 16, 117. 
— Catholicisme, 13, 15, 149; papauté et sacré collège, 12, 30, 55, 90, 
139; diocèses et paroisses, 78, 126; ordres, 102; monastères, 40, 109, 
161; prédication, 18; liturgie, 106. — Gatharisme, 53. 

Archéologie, 11, 41, 58, 81, 99, 116, 120, 165. — Architecture mili- 
taire, 172; religieuse, 49,50, 83, 108, 109, 110, 123, 162. — Sculpture, 
35, 42, 162. — Peinture, dessin, 26, 50, 62, 83, 108, 117, 158. — Mobi- 
lier, costume, 75, 85, 92, 169. — Blason, 71, 108, 144, 166, 167. — 
Sphragistique, 71, 146, 147, 150, 160. — Numismatique, 20, 21, 22, 
45, 86,90, 97, 130,160. —Musique, 28, 106, 138, 145, 171. —Jeux, 170. 

Langues et littératures, 98, 131. — Latin, 44, 112. — Langues 
romanes, 65; français, 3, 10, 16, 61, 87,89,124, 125, 133, 135; italien, 
7, 32; provençal, 101, 173; roumanchc, 70. — Langues celtiques, 5. — 
Langues germaniques, 18, 39, 43, 46, 65, 119, 168. 



^06 



SOMMAIRE GÉOGRAPHIQUE. 

Allemagne, 24, 51, 63, 72, 121. — Alsace-Lorraine, 107. — Bade, 
150. — Bavière, 72, 105, 171, — Brunswick, 172. — Hesse, 86.— 
Prusse, 73, 84, 104. — Waldeck, 82. 

Autriche, 4, 132, 154, 

Belgique, 2, 11,29, 34, 45, 88. 

Danemark, 111. 

France, 11, 13, 24, 61, 64, 67, 100, 112, 139, 143, 145, 156. — Anjou, 
20 ; Franche-Comté, 71 ; Lorraine, 95, 170 ; Picardie, 103, 113. — Ain, 
165 ; Allier, 129 ; Ardennes, 25 ; Ariège, 134 ; Aude, 53 ; Aveyron, 110; 
Calvados, 27, 126; Cher, 161; Corrèze, 6, 48; Gôte-d'Or, 144; Drôme, 
36; Eure, 69; Eure-et-Loir, 78; Gard, 123 ; Haute-Garonne, 53 ; Gers, 
68; Loir-et-Cher, 91; Haute-Loire, 159; Loiret, 109; Lot-et-Garonne, 
31; Marne, 162; Haute-Marne, 47; Mayenne, 38, 40; Nord, 83, 153; 
Orne, 56, 93; Pas-de-Calais, 21, 29, 54; Puy-de-Dôme, 75; Rhône, 
120; Savoie, 165; Seine, 8, 41, 42, 58, 77; Seine-et-Marne, 49, 96, 97 ;_ 
Seine-et-Oise, 57, 160; Seine-Inférieure, 14, 92; Somme, 29, 50; Vau- 
cluse, 33, 90; Vienne, 136. 

Grande-Bretagne et Irlande, 5.— Angleterre, 80, 81, 130, 149, 157. 
— Ecosse, 15. — Malte, 102. 

Italie, 9, 35. — Émihe, 59, 74 ; Ligurie, 142; provinces napolitaines, 
20, 140; Piémont, 165; Rome, 12, 30, 116 ; Toscane, 42, 86, 128. 

Pays-Bas, 23. 

Russie, 111. 

Scandinavie, 155. 

Suisse, 1, 108, 137. 

Orient, 22, 102, 140, 146, 147, 164. 

1. Aeltesten (Die) Urkunden von AUerheiligen in Schaffhausen, 
Rheinau und Mûri. Herausgegeben von F. L. Baumann, G. Meyer von 
Knonau und P. Martin Kiem. Mit drei Karten. Basel, Félix Schneider, 
1883. In-8% v-218-98-206 p. (Quellen zur Schweizer Geschichte, heraus- 
gegeben von der AUgemeinen geschichtsforschenden Gesellschaft der 
Schweiz. III. Band.) 

2. Alberdingk Thijm (P. P. M.). De Gestichten van liefdadigheid in 
België, van Karel den Grote tôt aan de xvr- eeuw. Bekroond door de 
Koninkl. Académie van België. Leuven, G. Fonteyn. In-4o, 412 p. 
7 fr. 50 c. 



407 

3. Altfranzoesische (Das) Rolandslied. Text von Châteauroux und 
Venedig YII. Herausgegeben vou Wendelin Foerster. Heilbronn, Heu- 
ninger, 1883. 10-8», xxii-404 p. (Altfranzoesische Bibliothek herausge- 
geben vonD"" Wendelin Foerster. VI. Band.) 10 m. 

4. Annales Ragusini anonymi item Nicolai de Ragnina. Digessit 
Speratus Nodilo. Zagrabiae, Kugli et Deutsch, 1883. In-8", xii-329 p. 
(Monumenta spectantia historiam Slavorum meridionalium. Edidit 
Academia scientiarum et artium Slavorum meridionalium. Vol. XIV. 
Scriptores. Vol. I.) 3 fl. 

5. Arbois de Jubainville (H. d'). Rapport sur une mission littéraire 
dans les Iles-Britanniques. Extrait des Archives des missions scienti- 
fiques et Littéraires, 3"^ série, t. X. Paris, imprimerie nationale, 1883. 
In-8% 62 p. 

6. Archives (les) de la Gorrèze en 1882 et 1883, d'après les rapports 
annuels de l'archiviste départemental, M. Vayssière. Tulle, impr. 
Grauffon, 1883. In-8°, 27 p. 

7. Arrigoni (Louis). Notice historique et bibliographique sur vingt- 
cinq manuscrits, dont vingt-quatre sur parchemin et un sur papier, 
des x», xi8, xii«, xiii« et xiv siècles, ayant fait partie de la bibliothèque 
de François Pétrarque, dont l'un avec des notes autographes du grand 
poète et les vingt-quatre autres très probablement aussi annotés par 
lui, en possession de Louis Arrigoni. Milan, 1883. In-4% 36 p., pi. 

8. AuBERT (Félix). Essai sur l'organisation, les attributions, la com- 
pétence et la procédure civile du parlement de Paris de 1380 à 1419. 
Positions de la thèse soutenue le 21 janvier 1884. Paris, Alphonse 
Derenne, 1884. In-8% 38 p. 

9. Balzani (U.). Le Grenache italiane nel medio evo descritte. Milano, 
Hoepli. In-16, xiv-311 p. 4 1. 

10. Bartsgh (Karl). Ghrestomathie de l'ancien français (vui^'-xv* s.), 
accompagnée d'une grammaire et d'un glossaire. Cinquième édition 
corrigée et augmentée. Leipzig, F. G. W. Vogel, 1884. In-4°, viii p., 
col. 1-496, p. 497-516, col. 517-748. 10 m. 

11. Bastelaer (D.-A. van). L'Époque franque, au point de vue des 
archéologues, n'est pas la même en France et en Belgique. Mens, 
Hector Manceaux. In-S», 60 p. 1 fr. 

12. B.VYET (Gh.). Les Élections pontificales sous les Carolingiens au 
vni» et au ix= siècle (757-885). Extrait de la Revue historique. Paris, 
1884. In-8'', 43 p. Ne peut être mis en vente. 

13. Beauchet (Ludovic). Origines de la juridiction ecclésiastique et 
son développement en France jusqu'au xu^ siècle. Paris, L. Larose et 
Forcel, 1883. In-8°, 127 p. Extrait de la Nouvelle Revue historique de 
droit français et étranger. 



408 

14. Beaucousin (L.-A.). Histoire de la principauté d'Yvetot. Ses rois, 
ses seigneurs. Rouen, Gh. Métérie; Yvetot, Am. Delamare, 1884. 
In-8°, vni-345 p. 

15. Bellesheim (Alphons), Geschichte der katholischen Kirche in 
Schottland von der Einfùhrung des Christenthums bis auf die Gegen- 
wart. I, von 400 bis 1560 (mit zwei geographischen Karten) ; II, von 
1560 bis 1878. Mainz, Franz Kirchheim, 1883. 2 vol. in-8°, xxiv-496, 
xvi-582 p. 20 m. 

16. Berger (Samuel). La Bible française au moyen âge. Étude sur 
les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d'oïl. 
Mémoire couronné par l'Institut. Paris, imprimerie nationale, librairie 
H. Champion, 1884. In-8% xvi-450 p. 

17. Bernays (Isaac). Zur Kritik karolingischer Annalen. Strassburg, 
K. J. Trûbner, 1883. In-8% 194 p. 4 m. 

18. Berthold von Regensburg, Franziskaner-Ordenspriester. Predig- 
ten auf die Sonn- und Festtage des Kirchenjahres, zeitgemaess bear- 
beitet von Fr. Goebel. Regensburg, Georg Joseph Manz, 1884. 2 vol. 
in-8% 445, 443 p. 8 m. 

19. Blanc (Hippolyte). Le Compagnon des corporations de métiers et 
l'Organisation ouvrière du xiii" au xvin« siècle. Paris, au secrétariat de 
l'Association catholique, 1883. In-8'', 25 p. Extrait de V Association catho- 
lique du 15 novembre 1883. 

20. Blangard (Louis). Gillats ou Carlins des rois angevins de Naples. 
Extrait de la Revue numismatique, 3« série, t. I, 3^ tr. 1883, p. 432-446. 
Paris, impr. de l'Étoile. In-8'', 15 p. 

21. Blangard (Louis). La Maille d'argent de Fauquembergue au type 
de la dame au faucon. Marseille, typ. Barlatier-Feissat, 1883. In-S», 3 p. 

22. Blangard (Louis). Le Saiga mérovingien dérive de la silique 
byzantine. A M. Laugier, conservateur du médaillier de Marseille. 
Marseille, typ. Barlatier-Feissat, décembre 1883. In-8°, 4 p. 

23. Blok (P. J.). Eene hollandsche Stad onder de bourgondisch- 
oostenrijksche heerschappij. Eerste gedeelte. 'S-Gravenhage, Martinus 
Nijboir, 1883. In-8<', 168 p. 

24. Blume (E.). Quellensaetze zur Geschichte unseres Volkes. I. Band. 
Urzeit. Merowingische Zeit. Karolingische Zeit. Coethen, Otto Schulze, 
1883. In-8°, vn-462 p. 5 m. 50 pf. 

25. BoNVALOT (Edouard). Le Tiers État d'après la charte de Beaumont 
et ses filiales. Ouvrage couronné par l'Académie de Stanislas. Paris, 
Alphonse Picard ; Nancy et Metz, Sidot, 1884. In-8'', xxv-557-88 p. 12 fr. 

26. Bouchot (Henri). Les Portraits aux crayons, des xvi« et xvii^ s,. 



^09 

conservés à la Bibliothèque nationale (1525-1646). Notice, catalogue et 
appendice. Ouvrage honoré d'une souscription du ministère de l'ins- 
truction publique et des beaux-arts. Avec deux portraits en fac-similé. 
Paris, H. Oudin, 1884. In-8% 412 p., 2 planches. 

27. BouRMONT (le comte Amédée de). La Fondation de l'université de 
Caen et son organisation au xv^ siècle. Gaen, impr. F. Le Blanc-Hardel, 
1883. In-S", 347 p. Extrait du Bulletin de la Société des antiquaires de 
Normandie. 

28. Brambach (W.). DieMusiklitteratur des Mittelalters bis zur Bliithe 
der Reichenauer Saengerschule (500-1050 n. Chr.). Karlsruhe, 1883. 
In-4o, 27 p., 1 planche. 2 m. 

29. Brassart. Le Duel judiciaire du comte de Fauquembergue et du 
seigneur de Sorel (Mons, 29 juin 1372). Avec des notes sur les comtes 
de Fauquembergue. Saint-Omer, impr. H. d'Homont, 1884. In-8°, 43 p. 
Extrait du t. XIX des Mémoires de la Société des antiquaires de la 
Morinie. 

30. Burchardi (Johannis) Argentinensis capelle pontificie sacrorum 
rituum magistri Diarium sive Rerum urbanarum Gommentarii (1483- 
1506). Texte latin publié intégralement pour la première fois, d'après 
les manuscrits de Paris, de Rome et de Florence, avec introduction, 
notes, appendices, tables et index, par L. Thuasne. Tome II (1492-1499). 
Paris, Ernest Leroux, 1884. Gr. in-8o, 720 p. 

31. Gabié (Edmond). Goutumes de Lafox, octroyées par Sicard Ala- 
man en 1254. Agen, impr. V^ Lamy, 1883. In-S», 27 p. 

32. Ganzoniere (il) di Pietro Jacopo de lennaro. Godice cartaceo del 
XV secolo, pubblicato per la prima volta, con prefazione e note di 
Giuseppe Barone. Napoli, tip. A. Morano, 1883. In-8°, 428 p. 6 1. 

33. Gartulaire de l'université d'Avignon (1303-1791), publié avec une 
introduction et des notes par le docteur Victorin Laval. Avignon, 
Seguin frères, 1884. In-8'', cx-476 p. 

34. Gartulaire des comtes de Hainaut, de l'avènement de Guil- 
laume II à la mort de Jacqueline de Bavière, publié pai' Léopold Dcvil- 
1ers. Tome II. Bruxelles, impr. F. Hayez, 1883. In-4", 624 p. (Collec- 
tion de chroniques belges inédites, publiée par ordre du gouvernement.) 

35. Gavallucci (J.) et Emile Molinier. Les Délia Robbia, leur vie et 
leur œuvre, d'après des documents inédits. Suivi d'un catalogue de 
l'œuvre des Délia Robbia en Italie et dans les principaux musées de 
l'Europe. Paris, librairie de l'Art, 1884. In-4% 289 p. 30 fr. 

36. Ghevalier (le D"- Ulysse). Notice historique sur le Mont-Galvaire 
de Romans. Montbéliard, impr. P. Hoffmann, 1883. In- 8°, 31 p. 
Extrait du Bulletin d'histoire ecclésiastique et d'archéologie religieuse des 
diocèses de Valence, Digne, Gap, Grenoble et Viviers, livr. 16, 17 et 20. 



37. Glaudin (A.). Un nouveau Document sur Gutenberg. Témoignage 
d'Ulric Gering, le premier imprimeur parisien, et de ses compagnons, 
en faveur de l'inventeur de l'imprimerie. Paris, typ. A. Quantin. Gr. 
in-8% 4 p. Extrait du Livix. 

38. Collection de documents historiques inédits ou rares concernant 
le département de la Mayenne. Mémoires concernant la ville de Laval, 
par Frin du Guyboutier. Manuscrit de la bibliothèque de Laval publié 
par E. Moreau. Laval, impr. L. Moreau, 1883. In-8% 19 p. 

39. GosrjN (P. J.). Altwestsaechsische Grammatik. Erste Haelfte. 
Haag, Martinus Nijhoff, 1883. In-S", vm-H6 p. 

40. CouANiER DE Launay (E.-L.). Vie de saint Slviard, abbé d'Anille. 
Dédiée à Sa Grandeur monseigneur l'évêque de Laval. Laval, S. Chail- 
land, 1884. In-8o, 71 p. 

41. CouRAJOD (Louis). Le Baron Charles Davillier et la Collection 
léguée par lui au musée du Louvre. Dessins par Ludovic Letrône. 
Paris, E. Pion, Nourrit et Ci% 1884. In-4'', 29 p. Extrait de la Gazette 
des beaux-arts, septembre 1883. 

42. CouRAjOD (Louis). Le Buste de Jean d'Arezzo au musée du 
Louvre. Paris, 1883. In-8% 21 p. Extrait des Mémoires de la Société 
nationale des Antiquaires de France, t. XLIII. 

43. Cruegeu (Johannes). Der Entdecker der Nibelungen. Frankfurt 
a/M., Rûtten und Loening, 1883. In-8», 47 p. 1 m. 

44. Cruindmeli sive Fulgharii Ars metrica. Beitrag zur Geschichte 
der karolingischen Gelehrsamkeit. Zum Erstenmal herausgegeben von 
D' Joh. Huemer. Wien, Alfred Hoelder, 1883. In-8o, vni-52 p. 

45. CuMONT (Georges). Bibliographie générale et raisonnée de la numis- 
matique belge. Bruxelles, impr. Fr. Gobbaerts. In-8'', 472 p. 15 fr. 

46. Cynewulfs Elene mit einem G-lossar herausgegeben von Julius 
Zupitza. Zweite Auflage. Berlin, Weidmann, 1883. In-S", vn-80 p. 
1 m. 60 pf. 

47. Daguin (Arthur). Bibliographie haute-marnaise. Catalogue d'ou- 
vrages et de pièces concernant le département de la Haute-Marne, 
offerts à la bibliothèque départementale Barotte par Arthur Daguin. 
Paris, H. Champion, 1883. In-8% 129 p. 

48. Decoux-Lagoutte (Edouard). Notes et Documents pour servir à 
l'histoire des juridictions royales en Bas-Limousin. 1462-1790. Tulle, 
impr. Crauffon, 1883. In-8% 167 p. 

49. Delaforge (E.). Anciennes Chapelles. Melun et environs. Melun, 
impr. E. Drosne, 1884. In-16, 26 p. 

50. Delignières (Em.). Les Retables de l'église Saint-Paul d'Abbe- 



Mi 

ville et de l'église du Crotoy. Extrait des Mémoires de la Société d'ému- 
lation d'Abbeville. Abbeville, impr. G. Paillart, 1883. In-S», IG p, 

51. Deutsche Reichstagsakten. VIII. Deutsche Reichstagsakten unter 
Kaiser Sigmund. Zweite Abthcilung 1421-1426 herausgegeben von 
Dietrich Kerler. Auf Veranlassung Seiner Majestaet des Koenigs von 
Bayern herausgegeben durch die historische Commission bei der 
koeniglichen Académie der Wissenschaften. Gotha, Friedrich Andréas 
Perthes, 1883. In-4", iv-551 p. 

52. Documents pour l'histoire du processus per inquisitionem et de 
Vinquisitio heretice pravitalis. (Signé : Ad. Tardif, Fr. Balme.) In-8", 
12 p. Extrait de la Nouvelle Revue historique de droit français et étranger. 

53. Douais (G.). Soumission de la vicomte de Carcassonne par Simon 
de Montfort et la Croisade contre Raymond VI, comte de Toulouse. 
Août 1209. Avril 1211. Paris, Alphonse Picard, 1884. In-8'', 70 p. 

54. Dramard (E.). Tables des Bulletins et Mémoires publiés par la 
Société des antiquaires de la Morinie. Saint-Omer, typ. H. d'Homont, 
1883. In-8°, 124 p. 

55. Duhamel (L.). Un Neveu de Jean XXII. Le cardinal Arnaud de 
Via. Tours, impr. Paul Bousrez. In-S", 39 p., 1 planche. Extrait du 
Bulletin monumental, 1883. 

56. Dumaine (l'abbé L.-V.). Tinchebray et sa région au Bocage nor- 
mand. Tome I. Jusqu'aux états généraux de 1789. Paris, H. Champion, 
1883. In-8% rx-539 p. 

57. Durand (Alp.), Grave (E.). La Chronique de Mantes, ou Histoire 
de Mantes depuis le ix'^ siècle jusqu'à la Révolution. Mantes, impr. du 
Petit Nantais, 1883. In-8°, vii-597 p., planches. 10 fr. 

58. Du Sommerard (E.). Musée des Thermes et de l'hôtel de Gluny. 
Catalogue et description des objets d'art de l'antiquité, du moyen âge 
et de la Renaissance, exposés au musée. Paris, hôtel de Cluuy, 1883. 
In-8% xxni-692 p. 

59. Effemeridi storiche di Parma, ordinate da L. P. Parte I. Dai 
tempi più antichi al secolo xv. Parma, tip. San Paolo. In-16, 148 p. 2 1. 

60. Epitome (Die) Exactis regibus. Mit Anhaengen und einer Ein- 
leitung : Studien zur Geschichte des roemischen Rechts im Mittelalter, 
herausgegeben von Sy Max Gonrat (Gohn). Berlin, Weidmann, 1884, 
In-8°, ccGun-224 p. 14 m. 

61. Établissements (les) de saint Louis, accompagnés des textes pri- 
mitifs et de textes dérivés, avec une introduction et des notes, publiés 
pour la Société de l'histoire de France par Paul Vioilet. Tome III. 
Textes primitifs. Textes dérivés. Notes. Paris, Henri Loones, 1883. 
In-8°, 379 p. (Société de l'histoire de France, vol. 214.) 9 fr. 



112 

62. Evrard (W,). Lucas de Leyde et Albert Durer. La vie et l'œuvre 
de Lucas de Leyde, son école, ses gravures, ses peintures, ses dessins, 
catalogues et prix de ses ouvrages. 1470-1830. Bruxelles, G.-A. Yan 
Trigt. In-8°, 830 p. 15 fr. 

63. Fischer (Ernst). Die Landfriedensverfassung unter Karl IV. 
Goettingen, G. Calvoer, 1883. In-S», 134 p. 2 m. 40 pf. 

64. Flammermont (Jules). De concessu legis et auxilii tertio decimo 
sîBCulo ante facultatem litterarum Parisiensem disputabat. Parisiis, 
Alphonse Picard, 1883. In-8°, 121 p. 

65. Franz (Wilhelm). Die lateinisch-romanischen Elemente im 
Althochdeutschen. Strassburg, Karl J. Trûbner, 1884. In-8«, 79 p. 
1 m. 80 pf. 

66. Friedlaender (M. H.). Zur Geschicbte der Blutbeschuldigungen 
gegen die Juden im Mittelalter und in der Neuzeit (1171-1882). Nach 
den Quellen dargesteUt. Séparât- Abdruck aus D"" A. BrûU's a Populaer- 
wissenschaftlichen Monatsblaettern ». Frankfurt am Main, H. L. Broen- 
ner, 1883. In-8", 32 p. 70 pf. 

67. Gantier (Victor). Rénovation de l'histoire des Francks. Bruxelles, 
office de publicité. In-8% 252 p. 5 fr. 

68. Gardère (Joseph). Inventaire sommaire des archives hospita- 
lières antérieures à 1790. Hospice de Gondom (Gers), Auch, impr. 
Cocharaux, 1883. In-4'. 

69. Gardin (Alex,), Les Anciens Seigneurs de Menneval. Bernay, 
impr. V« Alfred Lefèvre, 1883, In-8', 12 p. 

70. Gartner (Th.), Raetoromanische Grammatik. Heilbronn, Hen- 
ninger, 1883. In-8', xlviii-208-4 p. (Sammlung romanischer Grarama- 
tiken.) 5 m. 

71. GAUTmER (Jules). Les Sceaux et les Armoiries des villes et bourgs 
de Franj:he-Gomté. Besançon, impr. Dodivers, 1883, In-8°, 26 p. 
Extrait du Bulletin de V Académie de Besançon. 

72. GiSEKE (Paul). Die Hirschauer waehrend des Investiturstreites, 
Gotha, Friedrich Andréas Perthes, 1883. In-8°, 173 p. 3 m. 

73. Grùnhagen (G.). Geschichte Schlesiens. Erster Band : Bis zum 
Eintritt der habsburgischen Herrschaft 1-527, Gotha, Friedrich Andréas 
Perthes, 1884. In-8'>. Paraît par livraisons de 80 p. chacune, à 
1 m. 20 pf. 

74. GuAiTOLi (Paolo). Ricordanze patrie. Miscellanea di notizie car- 
pigiane. Vol. I. Bibliografia storica carpigiana. Garpi, Policarpo Guai- 
toli, 1883. In-16, vni-349 p. 2 1. 

75. GuÉLON (l'abbé P. -F,), Un Reliquaire romano-byzantin. Lecture 
faite à la séance du 7 décembre 1882. Extrait des Mémoires de l'Aca- 



H 3 

demie. Clermont-Ferrand, impr. Ferdinand Tliibaud, 1883. In-8% 8 p., 
2 planches. La couverture imprimée porte : le Reliquaire de l'église 
d'Augnat. 

76. GuÉTAT (J. -Edouard). Histoire élémentaire du droit français depuis 
ses origines gauloises jusqu'à la rédaction de nos codes modernes. 
Paris, L. Larose et Forcel, 1884. In-8», xix-604 p. 10 fr. 

77. GuiLHiERMOz (Paul). Le Droit de renonciation de la femme noble, 
lors de la dissolution de la communauté, dans l'ancienne coutume de 
Paris. Nogent-le-Rotrou, impr. Daupeley- Gouverneur, 1884. In-8°, 
12 p. Extrait de la Bibliothèque de l'École des chartes, t. XLIV, 1883. 

78. Hauréau (B.). Mémoire sur quelques chanceliers de l'Eglise de 
Chartres. Paris, imprimerie nationale, 1883. In-4°, p. 63-122. Extrait 
des Mémoires de V Institut, Académie des inscriptions et belles-lettres. 

79. Henri IV (Lettres inédites du roi) au chancelier de Bellièvre. 1603. 
Paris, impr. Jouaust et Sigaux, 1883. In-8°, 79 p. Imprimé à douze 
exemplaires. 

80. Historical (the) Charters and constitutional Documents of the city 
of London. With an introduction and notes, by anantiquary. London, 
Whiting, 1884. In-8°, xLvm-338 p. 10 s. 6 d. 

81. HoDGETTS (J. Frederick). OlderEngland, illustratedby the Anglo- 
Saxon antiquities in the British Muséum, in a course of six lectures. 
London, Whiting, 1884. In-8% xv-188 p. 6 s. 

82. HoFFMEiSTER (Jacob Christoph Cari). Historisch-genealogisches 
Handbuch ûber aile Grafen und Fùrsten von Waldeck und Pyrmont 
seit 1228. Cassel, Gustav Klaunig, 1883. In-S», x-113 p. 2 m. 50 pf. 

83. HuGHER (Eugène). Restauration des vitraux de l'église de Solre- 
le-Chcàteau (Nord). Tours, impr. Paul Bousrez. In-S", 15 p. Extrait du 
Bulletin monumental, 1883. 

84. Jagobs (Eduard). Geschichte der in der preussischen Provinz 
Sachsen vereinigten Gebiete. Erste Lieferung. Gotha, Friedrich Andréas 
Perthes, 1883. In-8% vin-80 p. 1 m. 

85. Jacquemart (Albert). Histoire de la céramique. Étude descriptive 
et raisonnée des poteries de tous les temps et de tous les peuples. 
Ouvrage contenant 200 figures sur bois par H. Catenacci et J. Jacque- 
mart, 12 planches gravées à l'eau-forte par Jules Jacquemart et 
1,000 marques et monogrammes. Seconde édition. Paris, Hachette, 
1884. Gr. in-8% 751 p. 25 fr. 

86. Joseph (Paul). Historisch-kritische Beschreibung des Bretzen- 
heimer Goldguldenfundes (vergraben um 1300). Nebst einem Yerzeich- 
niss der bisher bekannten Goldgulden vom Florentiner Gepraege. Mit 
2 Tafeln Abbildungen. Mainz, V. v. Zabern, 1883. In-8°, 96 p. Publié 

8 



MA 

aussi dans la Zeitschrift des Vereins zur Erforschung (1er rheinischen 
Geschichte und AUerthûmer zu Mainz, vol. III. 2 m. 50 pf. 

87. JouANGOux (J.-Bte). Histoire de la langue française. Amiens, typ. 
T. Jeunet, 1883. In-12, 132 p. 

88. La Hamayde (Pierre de). Le Livre noir du patriciat tournaisien 
ou Mémoires de Pierre de la Hamayde, écuyer, seigneur de Warnave 
et de Gamaraige, annotés et publiés par le comte du Chastel de la 
Howarderie-Neuvireuil. Douai, L. Crépin; Paris, Dumoulin; Gand, 
Camille Vyt, 1883. In-8% 110 p. Extrait des Souvenirs de la Flandre 
wallonne, année 1883. 

89. Lange (August). Der vocalische Lautstand in der franzoesischen 
Sprache des 16. Jahrhunderts nach den Zeugnissen der alten Gram- 
matiker und den Grundsaetzen der neueren Phonetik dargestellt. 
Elbing, G. JVIeissner, 1883. In-8', 46 p. 1 m. 50 pf. 

90. Laugier (J.). Monnaies inédites ou peu connues de papes et légats 
d'Avignon appartenant au cabinet des médailles de Marseille. Tours, 
impr. Paul Bousrez, sans date. In-8o, 31 p. Extrait des comptes 
rendus du congrès tenu à Avignon, en septembre 1882, par la Société 
française d'arcbéologie. 

91. La Vallière (H. de). Notice sur la Motte-Maindrai. Blois, impr. 
Lecesne, 1883. In-8% 36 p., plan. 

92. Le Breton (Gaston). Le Musée céramique de Rouen. 20 planches 
par Gh. Goutzwiller, héliogravure Dujardin. Rouen, E. Auge, 1883. 
In-8% 61 p. 

93. Lecoeur (Jules). Esquisses du Bocage normand. Précis historique, 
races, mœurs et coutumes, patois, proverbes et dictons, etc.; agricul- 
ture, commerce et industries; logements, nourriture, costumes, tradi- 
tions, légendes religieuses; monuments mégalithiques, etc.; légende de 
la reine Mathilde. Gondé-sur-Noireau, L. Morel, 1883. In-8°, 408 p. 

94. Ledru (l'abbé Ambroise). Notes et Documents sur Jean V de 
Champagne, dit le Grand-Godet, Mamers, typ. G. Fleury et A. Dangin, 
1883. In-8°, 32 p. Extrait de la Revue historique et archéologique du 
Maine, 1883. 

95. Lepage (Henri) . Sur l'organisation et les institutions militaires 
de la Lorraine. Paris, Berger-Levrault, 1884. In-8'', vii-444 p., planches. 

96. Le Paire (Jacques-Amédée). Les Sièges de Lagny-sur-Marne. 
Meaux, A. Le Blondel, 1883. In-8% 29 p. 

97. Lex (Léonce). Note sur un denier inédit de Ghâteau-Landon 
attribuable à Louis VII (1137-1180). Paris, impr. de la Revue de numis- 
matique, 1884. In-8% 3 p. 

98. Long (Harry Alfred). Personal and Family Names. A popular 



un 

monograph on the origin and history of the nomenclature of the présent 
and former times. London, Hamilton, Adams and Ce; Glasgow, 
Thomas D. Morison; Edinburgh, John Menzics, 1883. In-8% 3G2 p. 5 s. 

99. LoNGPÉRiER (A. de). OEuvrcs, réunies et mises en ordre par 
G. Schlumberger. Tome IV. Moyen âge et Renaissance, l'^ partie 
(1837-1858). Paris, Ernest Leroux, 1883. In-8% 415 p., vni planches. 

100. LuGHAiRE (Achille). Histoire des institutions monarchiques de la 
France sous les premiers Capétiens (987-1180). Paris, imprimerie 
nationale, librairie Alphonse Picard, 1883. 2 vol. in-8°, xvi-328, 372 p. 
15 francs. 

101. Mahn (A.). Die epische Poésie der Provenzalen. Erster Band. 
Einleitung. Girartz de Rossilho. Berlin, F. Diimmler, 1883. In-8°, 
xxxn-16 p. 1 m. 50 pf. 

102. Malteser Urkunden und Regesten zur Geschichte der Tempel- 
herren und der Johanniter herausgegeben von D' Hans Prutz. Miin- 
chen, Theodor Ackermann, 1883. In-8", iv-128 p. 5 m. 

103. Marsy (le comte de). Bibliographie picarde. IV. Amiens, typ. 
Delattre-Lenoel, 1883. In-8°, 37 p. Extrait de la Picardie, revue histo- 
rique, archéologique et littéraire, juillet-août 1883. 

104. Materialien zur rheinischen Provinzialgeschichte. Herausgege- 
ben von Richard Pick. I. Band. 1. Heft : Die Stadt und das ehemalige 
Amt Rheinberg. Bonn, Habicht, 1883. In-8% xvn-133 p. 2 m. 

105. Mayer (Phil. Manfred). Geschichte der Burggrafen von Regens- 
burg. Miinchen, Gustav Himmer, 1883. In-8'', 85 p. 3 m. 

106. Meister (Karl Severin). Das katholische deutsche Kirchenlied 
in seinen Singweisen von den friihesten Zeiten bis gegen Ende des 
siebzehnten Jahrhunderts. II. Band. Auf Grund aelterer Handschriften 
und gedruckter Quellen bearbeitet von Wilhelm Baeumker. Freiburg 
im Breisgau, Herder, 1883. In-S", ix-411 p. 8 m. 

107. Metzger (A.). La République de Mulhouse, son histoire, ses 
anciennes familles bourgeoises et admises à résidence depuis les ori- 
gines jusqu'à 1798. Bâle, H. Georg. In-S", 138 p. 5 fr. 

108. Meyer (Hermann). Die schweizerische Sitte der Fenster- und 
Wappenschenkung voni xv. bis xvn. Jahrhundert. Nebst Verzeichniss 
der Ziircher Glasmaler von 1540 an und Nachweis noch vorhandener 
Arbeiten derselben. Eine kulturgoschichtiiche Studie. Frauenfeld, 
J. Huber, 1884. In-8% xx-384 p. 

109. Michel (Edmond). Tombeau de l'abbé de Blanchefort, dans 
l'église de l'ancienne abbaye de Ferrières (Loiret). Extrait de la Gazette 
des beaux-arts (août 1883). Paris, A. Quantin, et Orléans, Herluison, 
1883. Gr. in-8°, 6 p. 



HO. MoLiNiER (A.). La Sénéchaussée de Rouergue en 1341. Extrait 
de la Bibliothèque de l'École des chartes, t. XLIV, 1883. Paris, 1883. 
In-8°, 40 p. 

111. MoLLERUP (W.). Daenemark's Beziehungen zu Livland vom 
Verkauf Estland's bis zur Aufloesung des Ordensstaats (1346-1561). 
Mit Genehmigung des Verfassers aus dem Daenischen iiljersetzt von 
Woidemar Ruberg. Berlin, Franz Siemenroth, 1884. In-8% 171 p. 
3 m. 60 pf. 

112. Monumenta Germaniae historica, etc. Scriptores rerum Mero- 
vingicarum. Edidit Societas aperiendis fontibus rerum Germanicarum 
medii aevi. T. I. Gregorii Turonensis Opéra. Ediderunt W. Arndt et 
Br. Krusch. Pars I. Historia Francorum. Insunt IV tabulae. Hanno- 
verae, Hahn, 1884. In-4'', vni-450 p. 14 m. 

113. MoREL (l'abbé), curé de Chevrières (Oise). La Maison d'Avène de 
Fontaine et de Roberval. Amiens, typ. Delattre-Lenoel, 1883. In-S", 
38 p. Extrait de la Picardie. Lu à la Société historique de Compiègne, 
en juillet 1883. 

114. Moulin (H.). Portraits judiciaires. Claude Gaultier, avocat au 
parlement, 1590-1666. Paris, Charavay, 1884. In-8'', 15 p. 

115. Moulin (H.). Portraits judiciaires. Jacques et Raoul Spifame, 
1495-1566. Paris, Charavay, 1884. In-8% 15 p. 

116. MiiNTZ (E.) e A. L. Frotingham jun. Il Tesoro délia basilica di 
S. Pietro in Vaticano dal xiii al xv secolo, con una scelta d'inventarii 
inediti. Roma, Società romana di storia patria, 1883. In-80, 139 p. 
Extrait de VArchivio délia Società romana di storia patria, vol. VI. 

117. MuTHER (Richard). Die aeltesten deutschen Bilder - Bibeln. 
Bibliographisch und kunstgeschichtlich beschrieben. Miinchen , Max 
Huttler, 1883. Gr. in-8% 68 p. 1 m. 50 pf. 

118. Neuvireuil (le comte de). Généalogie de la famille du Mortier, 
dressée sur titres. Tournai, Vasseur-Delmée, 10 septembre 1883. In-80, 
16 p. 3 fr. 

119. New (a) English Dictionary on historical principles; founded 
mainly on the materials coUected by the Philological Society. Edited 
by James A. H. Murray, LL. D., président of the Philological Society, 
with the assistance of many scholars and men of science. Part L 
A.-Ant. Oxford, Glarendon press, 1884. Gr. in-4% xvi-352 p. 12 s. 6 d. 

120. NiEPCE (Léopold). Archéologie lyonnaise. Les chambres de mer- 
veille ou cabinets d'antiquités de Lyon depuis la Renaissance jus- 
qu'en 1789. Lyon, Henri Georg, sans date. Gr. in-8°, 219 p. 

121. NiTzscH (Karl Wilhelm). Geschichte des deutschen Volkes bis 



zum Augsburger Religioûsfrieden. Nach desson liinterlassenen Papiorcn 
und Vorlesungen herausgegeben von D»" Georg Matthaei. In drei Baen- 
den. I : Geschichte des deutschen Volkes bis zum Ausgang der 
Ottonen. II : Geschichte des deutschen Volkes im eilften und zwoelften 
Jahrhundert. Leipzig, Dunckcr und Humblot, 1883. 2 vol. in-8°, 
xvin-372, x-344 p. 14 m. 40 pf. 

122. Notice et Documents généalogiques sur la famille de Valence de 
Minardière. Paris, E. Schlesinger, 1883. In-4'', 179 p. Non mis dans 
le commerce. 

123. Notice sur l'église Saint-Baudile. 2^ édition, revue et augmentée. 
(Signé : F. D.) Nîmes, impr. P. Jouve, 1883. In-8o, 84 p. 

124. Nyrop (Kristoffer). Den oldfranske Heltedigtning (histoire de 
l'épopée française au moyen âge, accompagnée d'une bibliographie 
détaillée). Forœget Udgave af en med Universitetets Guldmedalje pris- 
belœnnet Afhandling. Kœbenhavn, G. A. Reitzel, 1883. In-8», xi-491 p. 

125. Paris (Gaston). Études sur les romans de la Table ronde. Lan- 
celot du Lac. Extrait de la Romam'a, t. XII. Paris, 1883. In-S», 
p. 459-534. 

126. Pépin (le D"" J.). Notice sur la paroisse Saint-Gilles de Gaen. 
Ouvrage renfermant un grand nombre de documents inédits et orné de 
nombreuses lithographies. Gaen, impr. V^ A. Domin, 1884. In-S», ix-176p. 

127. Périgot (Gh.). Histoire du commerce français. Paris, Eugène 
Weill et Georges Maurice, 1884. In-16, 511 p. 

128. Perrens (F. -T.). Histoire de Florence depuis ses origines jusqu'à 
la domination des Médicis. Ouvrage qui a obtenu, en 1883, le grand 
prix Jean Reynaud décerné par l'Institut (Académie des sciences 
morales et politiques). Tome VI. Paris, Hachette, 1883. In-8% 525 p. 
7 fr. 50 c. 

129. PiNGUET (Henri), Histoire de Bourbon-l'Archambault. Moulins, 
Amant Gouvreul, 1883. In-8o, 111-IO8 p. 

130. Ponton d'Amécourt (le vicomte de). Monnaies de l'heptarchie 
anglo-saxonne. Un Triens de Winchester (royaume de Wessex). Lettre 
au rév. professeur Samuel Lewis. Paris, Société de numismatique, sans 
date. In-8°, 18 p. Extrait de l'Annuaire de la Société française de numis- 
matique et d'archéologie, année 1883. 

131. Prato (Stanislao). L'Orma del Leone. Racconto orientale consi- 
derato nella tradizione popolare. Saggio critico. Extrait de la Bomania, 
t. XII. Parigi, F. Vieweg, 1883. In-8», p. 535-565. 

132. Proekl (Vinzenz). Geschichte der koeniglichen Stadt Karlsbad 
historisch, statistisch und topographisch dargestellt. Karlsbad, Hans 
Feller, 1883. In-8°, iv-379 p. et gravures. 



133. Rajna (Pio). Le Origini dell' epopea francese indagate. Firenze, 
G. G. Sansoni, 1884. In-8°, xiii-550 p. 8 1. 

134. Reconnaissance de la châtellenie de Roquefixade. [10 avril 1672.] 
Foix, typ. veuve Pomiès, 1883. In-8'', 15 p. Tiré à six exemplaires, 
dont deux pour les collections nationales. 

135. Recueil général et complet des fabliaux des xiii« et xiv^ siècles, 
imprimés ou inédits, publiés avec notes et variantes, d'après les manus- 
crits, par MM. Anatole de Montaiglon et Gaston Raynaud. Tome V. 
Paris, librairie des Bibliophiles, 1883. In-8'>, 415 p. 10 fr. 

136. Rédet (L.). Inventaire des archives de la ville de Poitiers. 
Partie antérieure à 1790. Dressé en 1842 par feu M. L. Rédet, archi- 
viste du département de la Vienne, et publié en 1883 par la Société 
des antiquaires de l'Ouest, avec le concours du conseil municipal de 
Poitiers et par les soins de M. Richard, archiviste de la Vienne, et de 
M. Gh. Barbier, conservateur-adjoint de la bibliothèque publique de 
Poitiers. Poitiers, impr. Tolmer, 1883. In-8'', 386 p. 

137. Répertoire des familles vaudoises qualiQées, de l'an 1000 à 
l'an 1800, par G., M. et G. Lausanne, G. Bridel. In-12, 226 p. 6 fr. 50 c. 

138. RiTTER (A. G.). Zur Geschichte des Orgelspiels im 14. bis 18. 
Jahrhundert. Erste Lieferung. Leipzig, Max Hesse, 1884. In-4», 24-16 p. 
L'ouvrage formera 2 vol., dont un de musique, et paraîtra en 20 livrai- 
sons à 1 m.; par souscription, l'ouvrage complet, 17 m. 

139. RocQUAiN (Félix). Philippe le Bel et la bulle « Ausculta fili ». 
Paris, Alphonse Picard, 1883. In-8'', 27 p. Extrait de la Bibliothèque de 
l'École des chartes, t. XLIV. 

140. RoMANO (Giacinto). Saggio intorno aile relazioni tra l'Italia 
méridionale e Tunisi sotto i re normanni, svevi ed angioini fino 
air anno 1336. Salerno, tip. Nazionale. Extrait de la Cronaca du lycée 
royal de Monteleone. 

141. Ross (Denman W.). The Early History of land-holding among 
the Germans. London, Trùbner, 1883. In-8°, v-274 p. 

142. Rossi (G.). Statuti del comune di Gastellaro dell' anno 1274. One- 
glia, tip. Ghilini, 1883. In-16, 14 p. Per nozze Sanguinetti-Rossi. 

143. RoussET (Auguste). Histoire des impôts indirects, depuis leur 
établissement aux premiers temps de la monarchie jusqu'à leur recons- 
titution à l'époque impériale. Gomplétée, annotée et publiée par Henry 
Louiche-Desfontaines. Paris, Arthur Rousseau, 1883. In-8'', ix-390 p. 
9 francs. 

144. Saint Père (G.). Etude historique sur les armoiries de la ville 
de Dijon. Paris, H. Champion, sans date. In-S", 39 p. 

145. ScHLETTERER (H. M.). Studieu zur Geschichte der franzoesischen 



U9 

Musik. I. Geschichte der Hofcapelle der franzoesischen Koenige. Ber- 
lin, R. Damkoehler, 1884. In-8'', xii-236 p. 6 m. 

146. ScHLUMBERGER (G.). Cinq Sceaux de l'époque byzantine. Sceaux 
de Gabriel, exousiocrator d'Alanie, de Michel, prince du Vaspouracan, 
de Théophano, archontissa de Russie, de Pierre, archôn de Dioclée 
(Monténégro), et de Trasemund, roi des Vandales. Extrait de la Revoie 
numismatique, 3« série, t. I, Is"" trim. 1883, p. 447-458. Paris, impr. de 
V Étoile, 1883. In-8% 12 p. 

147. ScHLUMBERGER (G.). La Vierge, le Christ, les Saints sur les sceaux 
byzantins des x«, xi» et xii^ siècles. Extrait des Mémoires de la Société 
nationale (les antiquaires de France, t. XLIV. Paris, 1883. In-8°, 28 p. 

148. Sghmidt (Friedrich Gustav Adolfj. Handelsgesellschaften in den 
deutschen Stadtrechtsquellen des Mittelalters. Breslau, Wilhelm Koeb- 
ner, 1883. In-8% 96 p. (Untersuchungen zur deutschen Staats- und 
Rechtsgeschichte herausgegeben von D'Otto Gierke. XV.) 2 m. 40 pf. 

149. ScHMiTz (Maximilian). Derenglischeinvestiturstreit. Als Anhang : 
Die Quellen und ihr Abhaengigkeitsverhaeltnis. Innsbruck, Wagner, 
1884. In-S», Yi-116 p. 2 m. 80 pf. 

150. Siegel von Urkunden aus dem grossherzoglich badischen Gene- 
ral-Landesarchiv zu Karlsruhe herausgegeben von D' Friedrich von 
W^eech. Aufgenommen und in Lichtdruck hergestelltvon J. Bœckmann 
in Karlsruhe. Erste Série. Frankfurt a. M., HeinrichKeller, 1883. In- 
foL, 9 p., 30 planches. 30 m. 

151. SiLBERscHMiDT (Willy). Die Gommenda in ihrer friihesten 
Entwicklung bis zum xiii. Jahrhundert. Ein Beitrag zur Geschichte 
der Commandit- und der stillen Gesellschaft. Mit einem Vorwort von 
Prof. D'' L. Goldschmidt. Wûrzburg, Adalbert Stuber, 1884. In-8», viii- 
142 p. 3 m. 50 pf. 

152. Sloet (L. a. J. W. baron). De heilige Ontkommer of Wilge- 
forthis. En geschiedkundigonderzoek. 'S Gravenhage, Martinus Nijhoff, 
1884. In-8% 94 p., 8 planches. 

153. Smyttere (P.-J.-E. de). La Bataille du val de Cassel de 1328. 
Lille, impr. L. Danel, 1883. In-8°, ix-155 p., 1 planche. 

154. Statuta et leges civitatis Buduae, civitatis Scardonae et civitatis 
et insulae Lesinae. Opéra prof. Simeonis Ljubic. Zagrabiae, Kugli et 
Deutsch, 1882-1883. Li-8°, ix-6I8 p., pi. (Monumenta historico-juridica 
Slavorum meridionalium. Edit Academia scientiarum et artium Sla- 
vorum meridionalium. Pars I. Statuta et leges. Vol. IIL) 4 fl. 50 kr. 

155. Stephens (George). Prof. L. Bugge's Studies on Northern mythol- 
ogy shortly examined. With many illustrations. Edinburgh, Williams 



^2o 

and Norgate, 1883. In-8°, p. 289-414, 1-55. Overprint from « Mémoires 
de la Société royale des antiquaires du Nord », Copenhague, 1882-4. 8 s. 

156. Succession (la) de Charlemagne. Charles le Chauve. 840-877. 
Extraits du diacre Florus, des annales de Fulde, des annales de Saint- 
Bertin, etc., publiés par B. Zeller. Ouvrage contenant 12 gravures. 
Paris, Hachette, 1883. In-16, 187 p. 50 c. 

157. Testament du roi Jean le Bon et Inventaire de ses joyaux à 
Londres, publiés d'après deux manuscrits inédits des Archives natio- 
nales par Germain Bapst. Paris, impr. A. Lahure, 1884. In-8'', 53 p. 

158. Thausing (Moriz). Durer. Geschichte seines Lebens und seiner 
Kunst. Mit Illustrationen und Titelkupfer. Zweite verbesserte Auflage 
in zwei Baenden. I, Leipzig, E. A. Seemann, 1884. In-S», xvi-384 p. 
10 m. 

159. Theillière (l'abbé). Étude historique sur le canton de Bas-en- 
Basset. Bas-en-Basset, l'auteur, 1883. In-12, 326 p. 3 fr. 

160. Thomas (Léon). Numismatique et Sigillographie pontoisiennes. 
Pontoise, impr. Amédée Paris, 1883. In-8°, 45 p., 1 planche. 

161. Toulgoët-Tréanna (le comte de). Histoire de Vierzon et de l'ab- 
baye de Saint-Pierre, avec pièces justificatives, plans, sceaux, monnaies 
seigneuriales. Paris, Picard, 1884. In-8°, xn-536 p. 15 fr. 

162. Tourneur (l'abbé). Histoire de Job à la cathédrale de Reims. 
Interprétation d'un groupe de statues au portail nord. Lecture faite à 
l'Académie de Reims (mai 1882). Reims, imprimerie coopérative, 1883. 
In-8'', 33 p. 

163. Une Bibliothèque de chanoine au xv^ siècle. Saint-Omer, impr. 
H. d'Homont, sans date. In-8°, 20 p. Extrait de la 128« livraison du 
Bulletin historique de la Société des antiquaires de la Morinie. 

164. Vaux (le baron Ludovic de). La Palestine. Ouvrage illustré par 
M. P. Chardin et M. C. Mauss. Paris, Ernest Leroux, 1883. In-S", ii- 
527-xxxv p. 

165. Vayra (Pietro). Le Lettere e le Arti alla corte di Savoia nel 
secolo XV. Inventari dei castelli di Ciamberî, di Torino e di Ponte 
d'Ain, 1497-98, pubblicati sugli originali inediti. Torino, I. Vigliardi, 
1883. In-8", 244 p. Extrait de la. MisceUa?iea di storiaitaliana, t. XXII, 
VII de la 2« série. 

166. Wappenalbum der graeflichen Familien Deutschlands und Oe- 
sterreich-Ungarns etc. Herausgegeben von M. Gritzner und Ad. M. Hil- 
debrandt. Erste Lieferung. Leipzig, T. 0. Weigel, 1883. In-8% in- 
10 feuillets. 2 m. 

167. Warnegke (F.). Heraldisches Handbuch fiir Freunde der Wap- 



V2i 

penkunst, sowie fur Kùnstler und Gewerbetreibende bearbeitet und 
mit Beihûlfe des kgl. preuss. Cultus-Ministeriums herausgegeben. Mit 
313 Handzeichnungea von E. Doepler d. J. 3. Auflage. 2. Abdruck. 
Frankfurt a. M., Wilhelm Roemmel, 1884. In-4°, vi-52 p., xxxii pi. 
18 mark. 

168. Weinhold (Karl). Mittelhochdeutsche Grammatik. Zweite Aus- 
gabe. Paderborn, Ferdinand Schoeningh, 1883. In-8% xn-604 p. 8 m. 

169. Weiss (Hermann). Kostûmkunde. Geschichte der Tracht und 
des Geraeths. Zweite, gaenzlich umgearbeitete Auflage. II. Band : Ko- 
stûmkunde. Geschichte der Tracht und des Geraeths im Mittelalter vom 
4. bis zum 14. Jahrhundert. Zweite, gaenzlich umgearbeitete Auflage. 
Mit 367 Figuren in Holzschnitt und 8 farbigen Tafeln. Stuttgart, Ebner 
und Seubert, 1883. In-8°, xxvni-625 p., 8 planches. 16 m. 

170. Wiener (Lucien). Recherches sur l'industrie cartière en Lor- 
raine. Nancy, René Wiener, 1884. In-8% 80 p., fac-similés. Extrait 
des Mémoires de la Société d'archéologie lorraine. 

171. WiLHELMS (Die Musik) vonHirsghau. Wiederherstellung, Ueber- 
setzung und Erklaerung seines musik-theoretischen Werkes von Hans 
Millier. Frankfurt a. M., B. G. Teubner in Leipzig, 1883. In-4", xxiv- 
85 p., 5 pi. 

172. WiNTER (L.). Die Burg Dankwarderode zu Braunschweig. Ergeb- 
nisse der im Auftrage des Stadtmagistrats angestellten baugeschicht- 
lichen Untersuchungen. Mit 83 in den Text eingedruckten Abbildun- 
gen und 20 Lichtdruck-Tafeln. Braunschweig, Joh. Heinr. Meyer, 1883. 
In-fol., 80 p. et planches. 

173. ZoRzi (Der Troubadour Bertolome) herausgegeben von Emil 
Levy. Halle, Max Niemeyer, 1883. In-8% 91 p. 2 m. 40 pf. 



CHRONIQUE ET MÉLANGES. 



Le rapport suivant a été adressé à M. le ministre de l'instruction 
publique par M. Delisle, président du conseil de perfectionnement de 
l'École des chartes : 

« Le 21 et le 22 janvier 1884, le conseil de perfectionnement de 
l'École des chartes, assisté des professeurs, a procédé à l'examen et à 
la discussion des thèses que quatorze élèves avaient présentées pour 
obtenir le diplôme d'archiviste paléographe. Une seule thèse a été jugée 
insuffisante et a entraîné l'ajournement du candidat. 

« Le travail le plus complet et le plus achevé qui ait été soumis au 
conseil est celui que M. Prou a consacré aux coutumes de Lorris et à 
leur propagation aux XIl^ et XIII^ siècles. 11 présente à la fois un intérêt 
juridique et historique; on y a loué le choix des documents, la bonne 
disposition des matières et la critique avec laquelle beaucoup de textes 
obscurs ont été expliqués. La thèse de M. Prou deviendra prochaine- 
ment un bon livre, dans lequel sera définitivement traité un important 
chapitre de l'histoire du tiers état en France. 

« L'étendue du sujet choisi par M. Félix Aubert : l'organisation, les 
attributions, la compétence et la procédure civile du parlement de Paris 
de 1380 à 1419^ exigera encore des recherches considérables pour épuiser 
les sources d'information et pour mettre en ordre les résultats de l'en- 
quête. Mais l'auteur nous a montré que la tâche dont il s'est chargé 
n'est pas au-dessus de ses forces. Pendant le temps qu'il a passé à 
l'École, il a dépouillé, avec méthode et inteUigence, tous les registres du 
règne de Charles VI. Il a parfaitement compris quelle était l'organisa- 
tion du parlement à la fin du xiv^ siècle et quelles règles de procédure 
y étaient suivies pour les affaires civiles. Il lui reste à étudier par quels 
degrés on était arrivé à l'état qu'il a décrit. L'ouvrage qu'il nous a 
présenté sera, à vrai dire, une histoire du parlement au xiii" et au 
XIV* siècle. 

« La thèse de M. Georges Guigue, sur les Tard-Venus en Lyonnais, 
Forez et Beaujolais de 1356 à 1369, mérite elle aussi d'être publiée. Elle 
éclaire, en etîet, d'un jour nouveau, plusieurs épisodes de la guerre de 
cent ans. M. Guigue a compulsé avec grand profit les collections de 
Paris, de Lyon et de Dijon. Tous les renseignements qu'il y a recueillis 



123 

ont aisément trouvé leur place dans le cadre qu'il s'était tracé ; il y fera 
encore entrer sans peine ceux qu'il pourra se procurer en achevant l'exa- 
men des archives de la Gôte-d'Or et en étudiant une chronique inédite, 
qui sera, espérons-le, hientôt mise à sa portée. 

« L'essai de M. Brutails sur l'élection et l'organisation des corps muni- 
cipaux dans le sud-ouest de la France aux Xllh et XIV^ siècles se recom- 
mande par de sérieuses qualités; c'est le résultat de longues recherches 
au cours desquelles l'auteur a recueilli et comparé beaucoup de textes. 
Les examinateurs ont loué la finesse d'interprétation dont il avait sou- 
vent fait preuve ; mais ils ont regretté qu'il n'eût pas mieux délimite le 
champ de ses études et donné plus d'unité à son travail. 

« M. Bougenot a été heureusement inspiré en prenant pour sujet 
d'études la première période de l'histoire des états de Bourgogne. Les 
documents qu'il a tirés des dépôts de Paris ont été habilement choisis, 
correctement copiés et judicieusement employés; mais les témoignages 
des historiens contemporains ont été trop négligés et le jugement porté 
sur l'administration de Philippe le Hardi est beaucoup trop sévère. 
L'influence des états sur l'administration financière a été fort conve- 
nablement mise en lumière ; mais l'organisation même des états n'a 
pas été suffisamment définie et nous sommes encore fort mal rensei- 
gnés sur les rapports de ces assemblées avec le parlement de Bour- 
gogne. 

« L'histoire de la foire du Lendit était un bon sujet de thèse et 
M. Roussel en a tire un excellent parti. L'origine et l'organisation de 
cette foire, qui a longtemps tenu une place considérable parmi nos ins- 
titutions commerciales, ont été soigneusement examinées. L'auteur a 
mis en œuvre des renseignements qui n'avaient pas encore été produits 
et a mieux compris que ses devanciers plusieurs documents connus 
depuis longtemps. L'édition qu'il a préparée du Dit du Landit sera 
supérieure à celles que nous possédons ; M. Roussel y a introduit plu- 
sieurs corrections qui n'avaient pas encore été proposées et dont la jus- 
tesse est incontestable. 

« M. Lempereur s'est occupé de l'organisation du chapitre cathédral 
de Laon. C'est un travail méthodique et consciencieux sur un sujet un 
peu étroit. L'auteur a bien connu et compris les pièces des archives 
locales ; mais, pour terminer son travail, il devra se rendre un compte 
exact des principes qui dominent la matière. 

« Le tableau des institutions de la ville de Mézières qu'a tracé M. Lau- 
rent ne comportait pas de grands développements, surtout pour la par- 
tie ancienne. Le cartulaire qui en a fourni les principaux éléments ne 
se recommande ni par l'importance, ni parla variété, ni par la date des 
documents qu'il renferme. M. Laurent ne s'est pas moins fait un devoir 
d'en préparer une édition avec un soin méticuleux dont nous avons dû 
lui tenir compte. L'ensemble de sa thèse forme un bon morceau d'his- 



^24 

toire locale et apporte quelques traits nouveaux à l'histoire des institu- 
tions municipales dans le nord-est de la France. 

« M. Marais a pensé, avec raison, que la diplomatique de Philippe le 
Bel méritait d'être l'objet d'une monographie. Mais il n'avait mesuré ni 
l'étendue, ni la délicatesse du sujet. Le temps lui a manqué pour recueil- 
lir un assez grand nombre d'observations et nous n'avons guère eu à 
examiner qu'un programme des matières qui auraient dû être traitées. 
« Les questions archéologiques présentent encore plus de difficultés 
que les questions diplomatiques, aussi sont-elles rarement choisies par 
les jeunes gens qui poursuivent le diplôme d'archiviste paléographe. 

« Aussi M. de Cessac a-t-il fait preuve de courage en étudiant les 
églises romanes de l'ancien diocèse de Limoges. Il a visité et décrit beau- 
coup de monuments, mais il n'a pas assez pris soin de relever les plans 
des édifices; il n'a pas recouru aux textes des chroniques, qui lui 
auraient fourni des jalons solides pour reconnaître le terrain sur lequel 
il opérait ; il aurait dû concentrer ses investigations sur les églises les 
plus caractéristiques, dont l'examen lui aurait fait éviter des erreurs 
d'appréciation et des longueurs dans la description des monuments 
secondaires. 

« La thèse de M. Bisson de Sainte-Marie nous fait rentrer dans le 
domaine historique proprement dit. C'est une histoire du duché d'Athènes 
et de la baronnie d'Argos, depuis 1204 jusqu'en 1464. Il restait peu de 
découvertes à faire sur un sujet qui a été abordé de différents côtés en 
France et en Allemagne. M. Bisson de Sainte-Marie a le mérite d'avoir 
bien coordonné et d'avoir complété sur plusieurs points les recherches 
de ses devanciers. 

« M. Farges a intitulé sa thèse : Étude sur les chartes communales de 
l'Auvergne. En réalité, les documents dont il s'est occupé sont des chartes 
de coutumes et de franchises plutôt que des chartes de communes. Il y 
a des lacunes considérables. Les examinateurs, qui en ont signalé plu- 
sieurs, ont regretté que l'auteur n'ait indiqué ni les circonstances qui 
ont amené la concession des chartes, ni les modifications successives 
dont l'explication doit être recherchée dans les changements du régime 
politique appliqué à l'Auvergne. 

« Le traité d'Andelot, que M. Deloncle a pris pour sujet de thèse, ne 
pouvait guère former la matière d'un travail original, du genre de ceux 
qui doivent être traités à l'École des chartes. Le candidat a beaucoup 
trop diminué l'importance historique du traité de 587 et plusieurs des 
propositions qu'il a développées ont dû être critiquées comme hasar- 
dées ou paradoxales. 

« En résumé, le conseil de perfectionnement a été satisfait des 
épreuves dont je viens d'avoir l'honneur de vous rendre compte ; il a 
trouvé qu'une bonne moitié des thèses soumises à son examen consti- 
tuent des travaux recommandables, qui feront honneur à l'École quand 



^25 

ils seront publiés après avoir subi une dernière révision. Après avoir 
combiné les résultats de l'épreuve des tbèses avec ceux des examens 
subis aux mois d'avril et de juillet 1883, il a décidé que les jeunes gens 
dont les noms suivent vous seraient présentés pour obtenir le diplôme 
d'archiviste paléographe... » 

Conformément aux conclusions de ce rapport , ont été nommés 
archivistes paléographes, par arrêté du 11 février 1884, dans l'ordre de 
mérite suivant : 
MM. 

1. Prou (Jean-Maurice), né à Sens (Yonne) le 20 décembre 1861; 

2. Brutah^s (Élie-Jean- Auguste), né à Viviez (Aveyron) le 21 décembre 
1859; 

3. BouQENOT (Étienne-Symphorien), né à Ghâteaurenaud (Saône-et- 
Loire) le 14 janvier 1856; 

4. AuBERT (Joseph-Félix), né à Paris le 2 novembre 1859; 

5. Roussel (Ernest-Victor-Henri), né à Etouy (Oise) le 3 octobre 1862; 

6. Lempereur (Paul -Louis -Napoléon), né à Rocquigny (Aisne) le 
6 janvier 1859; 

7. GuiGUE (Marie-Georges-Eugène), né à Trévoux (Ain) le 8 novembre 
1861; 

8. Marais (Louis-Paul), né à Paris le 20 mai 1859; 

9. Laurent (Jean-Paul), né à Dommery (Ardennes) le 21 juillet 1860; 

10. Rebière de Gessag (Jean-Marie-Paul), né à Saint-Sulpice-le-Gué- 
rétois (Creuse) le 8 août 1860 ; 

Hors rang : MM. Bisson de Sainte-Marie (René-Marie-Antonin), 
né à Philippeville (Algérie) le 2 septembre 1857 ; 
Deloncle (Antoine-Benoit-Henri), né à Montauban le 12 juillet 1861; 
Farges (Paul-Marie-Louis), né à Aurillac (Cantal) le 12 octobre 1858. 

— Par arrêté du 26 janvier 1884, notre confrère M, Cicile a été 
nommé attaché au ministère des affaires étrangères, à la suite d'uu con- 
cours où il avait obtenu le deuxième rang, sur vingt-cinq candidats 
admis à concourir. 

— Par arrêté du 29 février, notre confrère M. Henry Martin, sous- 
bibliothécaire à l'Arsenal, a été nommé bibliothécaire à la même biblio- 
thèque. 

— Par arrêté du 7 mars, notre confrère M. Ulysse Robert, inspecteur 
général des bibliothèques populaires, a été nommé bibliothécaire hono- 
raire à la Bibliothèque nationale. 

— Par arrêté du 11 mars, notre confrère M. Rébouis a été nommé 
sous-bibliothécaire à la bibliothèque de l'Université. 

— Un projet de loi portant annulation au budget ordinaire du minis- 



^26 

tère de l'intérieur, exercice 1884, d'un crédit de 41,356 fr. et ouverture 
au budget ordinaire du ministère de l'instruction publique et des beaux- 
arts, l''^ section, exercice 1884, d'un crédit supplémentaire de la même 
somme, a été présenté à la chambre des députés, le 31 janvier 1884, 
par les ministres de l'instruction publique et des beaux-arts, de l'inté- 
rieur et des finances, avec l'exposé des motifs dont la teneur suit : 

« Messieurs, une loi du 7 messidor an II avait réuni dans un même 
service les archives nationales et départementales. Cette loi n'a jamais 
reçu son exécution. Les archives nationales ont été placées dans les 
attributions du département de l'instruction publique; les archives 
départementales, communales et hospitalières ont été comprises dans 
les attributions du département de l'intérieur. 

« Cette séparation présente à plusieurs points de vue des inconvé- 
nients tels que la nécessité de revenir à la réunion dans un même ser- 
vice de toutes les archives qui existent en France a été reconnue par 
tout le monde. 

« Aussi, après une entente entre le ministre de l'intérieur et le 
ministre de l'instruction publique, on a préparé un projet de décret, qui 
ne pourra recevoir son exécution que lorsque la mesure aura été approu- 
vée par les chambres. 

« En faisant passer du département de l'intérieur au ministère de 
l'instruction publique un personnel composé exclusivement d'archivistes 
paléographes, on réalisera un progrès sérieux, car on réunira sous une 
direction unique tous les dépôts d'archives existant en France. 

« D'un autre côté, cette mesure sera favorable aux archivistes placés 
dans les services départementaux. Pendant leur séjour à l'École des 
chartes, ils ont tous relevé du ministère de l'instruction publique, et, 
une fois nommés, ils continuent, en raison dû caractère spécial de leurs 
travaux, à entretenir avec lui les rapports les plus fréquents. 

« A tous les points de vue, le projet de rattachement dont il s'agit 
paraît donc indispensable et l'on ne saurait trop insister pour qu'il soit 
adopté. 

(( Pour en assurer la réalisation, nous avons l'honneur de vous pro- 
poser, messieurs, de décider : 1° que, sur les crédits ouverts au minis- 
tère de l'intérieur, au titre du budget de l'exercice 1884, une somme 
de 41,356 fr. est et demeure annulée aux chapitres suivants : 

« Chap. 1". — Traitement du ministre et personnel de l'administra- 
tion centrale 20,556 fr. 

« Chap. VI. — Inspections générales administratives . 20,800 

« Somme égale .... 41,356 fr. 

2° Qu'il est ouvert au ministère de l'instruction publique et des 

beaux-arts, au titre de la l'^ section (service de l'instruction publique), 



^27 

du budget ordinaire de l'exercice 1884, des crédits supplémentaires 
montant à 41,356 fr. et répartis par chapitres, ainsi qu'il suit : 

« Ghap. le"". — Traitement du ministre et personnel de l'administra- 
tion centrale 20,556 fr. 

« Ghap. xxxni. — Service général des bibliothèques . 20,800 

« Total égal 41,356 fr. 

« Il sera pourvu aux crédits supplémentaires ci-dessus au moyen des 
ressources générales du budget ordinaire de l'exercice 1884. » 

La loi proposée a été adoptée par les deux chambres, promulguée 
le 19 mars et publiée au Journal officiel du 20 mars, dans les termes 
suivants : 

« Art. 1er. — guj. les crédits ouverts au ministre de l'intérieur, au 
titre du budget ordinaire de l'exercice 1884, une somme de 41,356 fr. 
est et demeure annulée aux chapitres suivants : 

« Ghap. i^r. — Traitement du ministre et personnel de l'administra- 
tion centrale 20,556 fr. 

« Ghap. VI. — Inspections générales administratives . 20,800 

« Somme égale 41,356 fr. 

« Art. 2. — Il est ouvert au ministre de l'instruction publique et des 
beaux-arts, au titre de la première section (service de l'instruction 
publique) du budget ordinaire de l'exercice 1884, des crédits supplé- 
mentaires montant à 41,356 fr. et répartis par chapitres ainsi qu'il suit : 

« Ghap. i"''. — Traitement du ministre et personnel de l'administra- 
tion centrale 20,556 fr. 

« Ghap. xxxni. — Service général des bibliothèques . 20,800 

« Total égal 41,356 fr. 

« Il sera pourvu aux crédits supplémentaires ci-dessus au moyen 
des ressources générales du budget ordinaire de l'exercice 1884. » 

Enfin , on lit dans le Journal officiel du 26 mars un rapport au 
président de la République et deux décrets, ainsi conçus : 

« Paris, le 21 mars 1884. 
a Monsieur le président, 

« Nous avons l'honneur de vous demander de transférer au ministère 
de l'instruction publique le service des archives départementales, com- 
munales et hospitalières, placé, jusqu'ici, dans les attributions du 
ministre de l'intérieur. 

« La loi du 7 messidor an II a réuni dans un même service les 
archives nationales et départementales. Celte loi n'a jamais reçu une 
complète exécution. Les archives nationales ont été placées dans les 
attributions du département de l'instruction publique ; les archives dépar- 
tementales, communales et hospitahères ont été comprises dans les 
attributions du département de l'intérieur. 



-128 

« Cette séparation présente à plusieurs points de vue des inconvé- 
nients tels que la nécessité de réunir à nouveau dans un même service 
toutes les archives qui existent en France est aujourd'hui reconnue par 
tout le monde. 

« En faisant passer du département de l'intérieur au ministère de l'ins- 
truction publique un personnel composé exclusivement d'archivistes 
paléographes, on réalisera un progrès sérieux, car on placera sous une 
direction unique tous les dépôts d'archives existant en France. 
'^ « D'un autre côté, cette mesure sera favorable aux archivistes appar- 
tenant aux services départementaux. Pendant leur séjour à l'Ecole des 
chartes, ils ont tous relevé du ministère de l'instruction publique, et, 
une fois nommés, ils continuent, en raison du caractère spécial de leurs 
travaux, à entretenir avec lui les rapports les plus fréquents. 

« En résumé, depuis une quinzaine d'années, les archives nationales 
ont été attribuées à l'instruction publique. On a jugé avec raison que 
des documents qui présentent le plus haut intérêt historique rentraient 
dans les attributions de ce département. 

« Le ministère de l'intérieur avait conservé les archives départemen- 
tales, communales et hospitalières, ce qui constituait une anomalie 
qu'il importe de faire cesser. 

« La Belgique et l'Italie, sous l'inspiration des lois françaises, ont 
établi chez elles une administration unique pour toutes les archives. 
La France, chez qui cette réunion avait été décrétée depuis l'an II par 
un acte de la Convention, était moins avancée que certaines nations 
voisines. 

« En rattachant au ministère de l'instruction publique les archives 
départementales, communales et hospitalières, il sera possible d'utiliser 
les inspecteurs chargés de les vérifier pour la visite des bibliothèques, 
qui dans l'état actuel, à cause de l'insuffisance du personnel, ne 
peuvent être qu'imparfaitement surveillées. Le ministre de l'instruction 
publique ne dispose, en effet, que d'un inspecteur pour toutes les biblio- 
thèques savantes et d'un inspecteur pour les bibliothèques scolaires et 
populaires de la France. Les archives et les bibliothèques paraissent 
présenter assez d'affinités pour que leur tenue puisse être contrôlée par 
les mêmes fonctionnaires. En réunissant les inspecteurs des archives à 
ceux des bibliothèques, ou fera, sans augmentation de dépenses, visiter 
plus fréquemment les unes et les autres et les deux services y gagneront. 

« Si vous approuvez, monsieur le président, nos propositions, nous 
vous prions de vouloir bien assurer l'exécution de la loi votée par les 
chambres et promulguée le 20 mars 1884, en revêtant de votre signa- 
ture les deux décrets ci-joints : l'un transfère au ministère de l'instruc- 
tion publique (direction du secrétariat) le service des archives départe- 
mentales, communales et hospitaUères ; l'autre nomme quatre inspecteurs 
généraux des bibliothèques et archives. 



129 

« Yenillez agréer, monsieur le président, l'hommage de notre pro- 
fond respect et de notre dévouement. 

« Le ministre de l'intérieur, 

« Waldeck-Rousseau. 
« Le ministre de l'instruction publique 
et des beaux-arts, 
« A. Fallières. » 

« Le président de la République française, 

« Sur le rapport des ministres de l'intérieur et de l'instruction publique 
et des beaux-arts, 
« Vu la loi du 20 mars 1884, 

« Décrète : 
« Art. {^'. — • A partir du \^^ janvier 1834, le service des archives 
départementales, communales et hospitalières et le service d'inspection 
qui s'y rattache sont distraits du ministère de l'intérieur (direction du 
secrétariat et de la comptabilité) et transférés au ministère de l'instruc- 
tion publique et des beaux-arts (direction du secrétariat). 

« Art. 1. — Aucune modification ne pourra être apportée par le 
ministre de l'instruction publique et des beaux-arts au règlement du 
6 mars 1843 sur les archives départementales, et en général à toutes 
les prescriptions relatives au classement, à la communication et à la 
suppression des dossiers administratifs des préfectures, sous-préfec- 
tures, mairies et hospices, sans un accord préalable avec le ministère 
de l'intérieur. 

« Art. 3. — Les ministres de l'intérieur et de l'instruction publique 
et des beaux-arts sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exé- 
cution du présent décret. 

« Fait à Paris, le 21 mars 1884. 

« Jules Grévy. 
« Par le président de la République : 
« Le ministre de l'intérieur, 
« Waldeck-Rousseau. 

« Le ministre de l'instruction publique 
et des beaux-arts, 

« A. Fallh'ores. » 

« Le président de la République française, 

« Sur le rapport des ministres de l'intérieur et de l'instruction publique 
et des beaux-arts, 

« Vu la loi du 20 mars 1884, 

« Décrète : 
« Art. 1". — M. Baudrillart, membre de l'Institut, inspecteur géné- 
ral des bibliothèques, est nommé inspecteur général des bibliothèques 
et archives. 

9 



^30 

« M. Servois, inspecteur général des archives, est nommé inspecteur 
général des bibliothèques et archives. 

M. Lacombe, inspecteur général des archives, est nommé inspec- 
teur général des bibliothèques et archives. 

a M. Ulysse Robert, inspecteur général des bibliothèques populaires 
et scolaires, est nommé inspecteur général des bibliothèques et archives. 

« Art. 2. — Ces nominations auront leur effet à partir du l^r janvier 
1884. 

« Art. 3. — Le ministre de l'instruction publique et des beaux-arts 
est chargé de l'exécution du présent décret. 

« Fait à Paris, le 21 mars 1884. 

« Jules Grévy. 
« Par le président de la République : 
« Le ministre de l'instruction publique 
et des beaux-arts, 
« A. Fallières. » 

— Notre confrère M. Rosenzweig, archiviste du département du Mor- 
bihan, est mort le 29 janvier 1884, à l'âge de cinquante-trois ans. Notre 
confrère M. l'abbé Chauffier a consacré à sa mémoire, dans la Revue de 
Bretagne et de Vendée (numéro de février 1884), une notice nécrologique 
dont nous reproduisons la plus grande partie : 

« M. Louis-Théophile Rosenzweig, archiviste du Morbihan, est décédé 
le 29 janvier, dans sa villa de Kervenic, près Vannes. Bien qu'il n'ap- 
partînt pas à la Bretagne par sa naissance et son éducation, néanmoins 
nous devons le compter comme une des célébrités littéraires de notre 
province. Venu, jeune encore, à Vannes, il consacra sa vie entière à 
l'étude des archives du Morbihan, si fécondes en renseignements pour 
notre histoire locale et fort ignorées avant son séjour parmi nous. 

« M, Rosenzweig naquit à Paris le 6 juillet 1830, et fit ses études au 
lycée Gharlemagne. 11 suivait depuis quelques années les cours de cet 
établissement, lorsque des malheurs de famille faillirent interrompre ses 
études. Son père perdit tout d'un coup presque toute sa fortune. Loin de 
se décourager, et quoique bien jeune encore, son fils se plaça comme 
répétiteur et couvrit ainsi par ses propres ressources les frais de son 
éducation, tout en aidant son père, avec le concours de son demi-frère, 
alors officier de marine. Formé à la rude école du malheur, il contracta 
dès lors ces habitudes modestes et sérieuses qui ne se démentirent jamais. 

« Ses études terminées avec succès, sur le conseil de ses maîtres, il 
entra à l'École des chartes. Là il se fit remarquer par une application 
constante, et forma son esprit à cette critique sévère, à cette exactitude 
minutieuse, qui donnèrent ensuite tant de valeur à ses moindres travaux. 

« Il n'avait pas encore terminé les trois années réglementaires de 
l'École que déjà le directeur lui proposait une place d'archiviste dans 
trois préfectures, parmi lesquelles se trouvait la préfecture du Morbi- 



l.3^ 

han. Les archives de ce département étaient dans le plus grand désordre. 
Tout était à faire, non seulement à la préfecture de Vannes, mais encore 
dans tous les établissements et dans toutes les communes du Morbihan. 
De plus, les études historiques, surtout celles qui ont rapport au moyen 
âge, étaient le partage d'un bien petit nombre d'habitants de la cité 
vannetaise, dont les richesses archéologiques trouvaient peu d'apprécia- 
teurs à cette époque. 

« Ces difficultés, au lieu de rebuter le jeune élève de l'École des 
chartes, ne firent qu'exciter son zèle ; il se décida à venir dans la Bre- 
tagne, alors si éloignée de la capitale, et le l""" mai 1855 il entrait en 
fonctions comme archiviste du Morbihan. Ce ne fut seulement que 
quelques mois après, le 13 novembre 1855, qu'il soutint sa thèse d'ar- 
chiviste paléographe. Il avait pris pour sujet : De- l'office de l'amiral en 
France, du XI 11^ au XVII I^ siècle. 

« Travailleur infatigable, il se mit aussitôt à l'ouvrage. Les archives 
du Morbihan se trouvaient alors entassées dans les combles de l'an- 
cienne préfecture de Vannes, et l'archiviste n'avait même pas un 
endroit convenable où il pût travailler en repos. De plus, de nombreuses 
lacunes se faisaient remarquer dans plusieurs séries. Grâce à la bien- 
veillance de ses chefs, dont il sut gagner bien vite l'estime et l'affection, 
le local qui lui était consacré fut transformé, l'ordre s'établit dans le 
service des archives et il parvint à y faire rentrer des dossiers impor- 
tants qui en étaient sortis. 

« Il dressa, dès lors, l'inventaire des juridictions royales, seigneu- 
riales et ecclésiastiques du Morbihan, travail aride, qui lui fournit la 
matière d'un fort volume. Il terminait l'inventaire des registres parois- 
siaux de baptêmes, mariages et sépultures antérieurs à 1790, lorsque la 
mort est venue le frapper. 

« Homme de goût et juste appréciateur des œuvres d'art, M. Rosen- 
zweig donna asile dans son cabinet à plusieurs tableaux que des raisons 
politiques avaient chassés du salon de la préfecture. Ce fut ainsi qu'il 
conserva la toile représentant la pose de la première pierre du monu- 
ment de la Chartreuse par M™^ la duchesse d'Angoulême. 

« Ce premier travail accompli, il se mit à inspecter les archives com- 
munales et hospitalières du département. Il parcourut à plusieurs 
reprises le vaste territoire du Morbihan, mettant lui-même tout en 
ordre, ne reculant devant aucune fatigue, aucun ennui et s'efforçant de 
faire comprendre, quelquefois non sans peine, la nécessité d'un travail 
peu apprécié de quelques-uns de ses administrés. 

« Il profita de ses nombreuses excursions pour visiter jusqu'aux 
moindres bourgades, s'éclairant des rares travaux des archéologues du 
pays, se faisant guider souvent par de pauvres petits pâtres, afin de voir 
par lui-même chaque objet et de pouvoir en donner une exacte descrip- 
tion. Ce fut alors qu'il visita presbytères, manoirs et châteaux, dcman- 



i32 

dant à tous les renseignements historiques qu'ils pouvaient lui fournir, 
ne se rebutant de rien lorsqu'il s'agissait de ses chères études. Aussi, 
après chaque voyage, quelle abondante moisson de notes, de dessins ne 
rapportait-il pas ! 

« A partir de l'année 1859, il publiait le résultat de ses incessantes 
recherches dans le bulletin de la Société polymathique de Vannes, sous 
le nom de Statistique archéologique du Morbihan. Quelques années après, 
en 1863, Timprimerie impériale en donnait une seconde édition, sous le 
titre de Répertoire archéologique du département du Morbihan. En même 
temps il préparait un second travail, aussi apprécié, qu'il publia en 
1870 ; c'était son Dictionnaire topographique du département du Morbihan. 
Ces deux œuvres, les plus importantes de M. Rosenzweig, ne l'empê- 
chèrent pas de faire paraître en même temps des notices très intéres- 
santes sur les archives hospitalières, départementales et communales 
du Morbihan. Ces articles, remplis de renseignements très curieux, 
parurent dans VAnnuaire du Morbihan à partir de 1860. En 1863, il 
mettait au jour une notice sur la Chartreuse d'Auray et le Monument 
de Quiberon. 

« A côté de ces travaux, nous devons mentionner un grand nombre 
de mémoires publiés, depuis 1857, dans le bulletin de la Société poly- 
mathique, et sept notices lues à la Sorbonne depuis 1861, parmi les- 
quels nous citerons : Le Diner du Chevalier. — Les Potiers du pays de 
Rieux. — Du droit de Quintaine. — Le Jubilé de 1652. — La Médecine 
de nos pères. — Borne de Saint- Mériadec, en Plumergat. — Quelques 
ordonnances de police à Vannes {1650-i735) et particulièrement celles qui 
concernent les murailles, les fontaines, les écoliers. — Mémoire sur les 
ordres religieux militaires du Temple et de l'Hôpital, leurs établissements 
et leurs églises, observés dans le département du Morbihan. — Lettre d'un 
soldat breton à sa mère (1682). — Note relative à la sépulture ancienne 
trouvée dans le cimetière d'Arradon. — Note sur une fouille faite sous 
un grand lech de la commune de Plouharnel. — Fragments manuscrits 
d'un romaH de chevalerie. — Excursion archéologique à Saint-Gildas de 
Rhuys, en novembre 1871. — Les Cacous de Bretagne. — Les Prévôts féo- 
dés en Bretagne. — Le Prieuré de Locmaria, en Plumelec. — Découvertes 
archéologiques de la commune de Guer : Vabbaye, le château de Couédor, 
le prieuré de Saint- Etienne. — Étude sur les anciennes circonscriptions 
paroissiales du Morbihan. — Notice sur les lechs bretons. — L'Épigraphie 
du Morbihan. — Les Fontaines du Morbihan. — Monuments funéraires 
du Morbihan. — Mémoires sur les croix de pierre du Morbihan. 

« Ces travaux furent justement appréciés par l'autorité, qui s'empressa 
de récompenser leur auteur en lui décernant tour à tour les décorations 
d'officier d'académie, d'officier de l'instruction publique et, enfin, de 
chevalier de la Légion d'honneur. 

« Depuis plusieurs années , le ministère de l'instruction publique 
l'avait nommé son correspondant pour les travaux historiques. 



133 

« En examinant la liste que nous venons de publier, on peut voir à 
quelle spécialité se livrait M. Rosenzweig. En élève de l'Ecole des chartes, 
il se rendait compte des difficultés que présentent les études historiques. 
Pour lui, comme pour tous ses collègues, l'histoire ne peut être écrite 
qu'au jour où la plupart des questions particulières auront été élucidées. 
Véritable pionnier de l'histoire, l'archiviste établit les points de repère, 
pose les jalons qui guideront un jour celui qui pourra recueillir les fruits 
de tant de recherches pour en faire un tout harmonieux ; travail modeste, 
mais qui trouve sa récompense dans cette satisfaction que l'on ressent 
lorsque l'on a porté la clarté dans une question, trop souvent l'objet des 
erreurs et des préjugés les plus grossiers. 

« Tel fut M. Rosenzweig. Outre ces études particulières, il préparait 
une œuvre considérable, qui devait rendre à notre pays des services 
signalés. 

« En faisant le classement de ses archives, en inspectant les dépôts 
des archives communales, il prônait copie de toutes les chartes qui 
intéressaient l'histoire du département du Morbihan. A ces nombreux 
documents était venue se joindre la copie de pièces importantes que lui 
avait fournies la générosité éclairée de nombreux châtelains du pays. Il 
s'était mis également en rapport avec tous ses collègues qui pouvaient 
lui procurer des documents précieux pour compléter ce beau travail. 
Déjà M. Rosenzweig y mettait la dernière main, déjà il en ébauchait, 
croyons-nous, une préface des plus savantes, lorsque ce besoin impérieux 
de descendre aux moindres détails, cet excès d'exactitude qu'il appor- 
tait en tout le firent encore retarder cette précieuse publication. Elle 
devait porter le nom de Cartulaire du Morbihan. Elle aurait été le fruit 
de plus de vingt années d'un travail incessant et journalier. 

« Ces précieux documents, dont plusieurs sont inédits, ont été recueil- 
lis avec une filiale sollicitude par sa veuve et ses enfants. Puissions- 
nous voir cette grande œuvre mise entre les mains du public. Mais qui 
pourra apporter dans ce travail cette précision , cette clarté de style 
qui le caractérisaient, cette science profonde des usages et des coutumes 
de notre pays qu'il possédait à fond ? 

« Tout en travaillant à cette œuvre importante, M. Rosenzweig ne 
cessait de se montrer pour tous ceux qui venaient le consulter l'homme 
aimable et complaisant à l'excès. Il passait des heures entières à mettre 
sur la voie des recherchci; que l'on voulait faire dans ses archives, pro- 
longeant même, presque tous les jours, ses heures de bureau pour 
mieux servir les personnes qui s'adressaient à lui. Mais, employé intègre, 
savant consciencieux, il observait rigoureusement son devoir et ne ces- 
sait de poursuivre de ses avertissements ceux qui, sans falsifier l'his- 
toire, n'apportaient point dans leurs études cette précision qui peut 
jeter de la lumière sur une question controversée. Bien plus, lorsqu'il 
venait à connaître quelque supercherie littéraire, sa conscience se révol- 
tait et il se mettait en devoir de rendre à chacun ce qui lui appartenait. 

9^ 



134 

Aussi, clans les luttes qui trop souvent partagent les sociétés de pro- 
vinces, le vit-on toujours ne prendre part pour aucun parti, mais aussi 
ne ménager à personne la vérité : c'est ainsi qu'il sut mériter l'estime 
de tous. 

« Longtemps il fut le secrétaire et plusieurs fois le président de la 
Société polymathique du Morbihan, et, sous son énergique et intelli- 
gente direction, cette Société prospéra toujours. Il eut l'honneur et le 
bonheur de présider le cinquantième anniversaire de sa fondation... » 

— L'Académie des inscriptions et belles-lettres a entendu, dans sa 
séance du !«'• février 1884, la lecture du rapport fait au nom de la com- 
mission des antiquités de la France, sur les ouvrages envoyés au con- 
cours de l'année 1883, par M. Alexandre Bertrand. Nous détachons de 
ce rapport les passages suivants : 

« Si l'Académie fait le plus grand cas des travaux de longue haleine, 
elle prise fort aussi les œuvres moins étendues, résultat de recherches 
consciencieuses qui se dissimulent pour ne laisser voir que le fruit de 
sagaces méditations. h'Essai sur le gouvernement de la dame de Beaujeu 
a ce caractère. La seconde médaille est accordée au petit volume de 
215 pages dont l'auteur est M. Pélicier. 

« L'Essai sur le gouvernement de la dame de Beaujeu est un curieux 
chapitre de notre histoire nationale, chapitre à peine ébauché, jusqu'ici, 
par nos historiens. J^e portrait d'Anne de Beaujeu, l'exposé de sa 
politique, y sont tracés de main de maître. L'importance et le caractère 
de la politique de la fille de Louis XI n'étaient sans doute pas mécon- 
nus, mais, sur le détail de son gouvernement, sur les ressorts qu'elle 
avait si habilement fait mouvoir, planait une regrettable obscurité. Peu 
de périodes de notre histoire sont aussi pauvres en renseignements con- 
temporains. 

« M. Pélicier a dû dépouiller un grand nombre de pièces d'archives 
manuscrites, y découvrir les renseignements épars qu'elles renferment, 
les rapprocher des rares témoignages recueillis dans Commines et dans 
la chronique de Jaligny, combiner ces données diverses en les contrô- 
lant réciproquement en vue de combler cette lacune de l'histoire écrite. 
Il y a pleinement réussi. La commission lui a su gré non seulement 
de ce qu'il dit, mais du soin mis à dissimuler les efforts qui l'ont con- 
duit au but. Ces efforts se devinent sans s'étaler : coquetterie de bon 
goût, bien rare chez un historien érudit et dont vous apprécierez le 
mérite. 

« Après une indication et une appréciation rapide des sources où il 
a puisé, l'auteur tire des documents patiemment réunis un exposé lumi- 
neux du gouvernement habile, ferme, mais peu scrupuleux de Madame 
Anne. Les traits plus ou moins sympathiques du caractère de la régente 
sont mis en relief avec une netteté qui inspire confiance. La place que 
doit occuper légitimement dans le souvenir des hommes cette digne 



435 

fille de Louis XI y est judicieusement déterminée. A la fin du volume, 
nous nous sentons suffisamment renseignés sur l'action puissante d'Anne 
de Beaujeu, qui, suivant l'expression de Michelet, « mettait autant de 
« soin à cacher le pouvoir que d'autres mettent à le montrer. » On con- 
naissait les résultats de sa politique. M. Pélicier en a mis, pour ainsi 
dire, la trame à nu. 

« Le style du récit est simple, vif, clair. L'auteur ne cherche pas 
l'effet; il l'obtient par la disposition seule des idées, en les dégageant 
de tout accessoire inutile. On lira avec plaisir cette savante étude, à 
laquelle seront obligés de recourir tous ceux qui voudront, désormais, 
raconter le règne de Charles VIIL 

K MM. Auguste et Emile Molinier, qui obtiennent la troisième 
médaille, sont bien connus de vous. L'œuvre envoyée par eux au con- 
cours sous le titre de Chronique normande du 1/7" siècle est digne de 
leurs œuvres précédentes. Non seulement la Chronique, comme édition, 
est entièrement satisfaisante, ce qui n'est pas un faible mérite, mais 
les auteurs ont su en extraire tout le suc et mettre le fruit de leur tra- 
vail à la disposition de tous. 

« Qu'est-ce que la Chronique normande ? Le titre pourrait égarer. La 
Chronique n'est, en effet, ni exclusivement ni même spécialement con- 
sacrée à la Normandie. L'épithète qui la qualifie rappelle que l'auteur 
était ou passait pour être Normand. Ce Normand avait parcouru une 
grande partie de la France. La Normandie, toutefois, est ce qui l'inté- 
resse le plus. 

« La Chronique commence en 1297 et se termine en 1371. Mais elle 
n'a d'originalité qu'à partir de 1328 ou même de 1345. Simple compi- 
lation jusque-là, elle prend alors l'importance d'un document de pre- 
mier ordre ayant parfois le caractère d'une source unique. L'auteur a 
été témoin oculaire des événements. Il y a été souvent mêlé lui-môme. 
Malheureusement le récit est sec, monotone, sans aucun mérite litté- 
raire, de lecture difficile. Les sentiments personnels du narrateur, qui 
devraient animer son style, y percent si peu que les éditeurs ont eu 
grand'peine à éclairer de quelques lueurs sa figure effacée. 

« De cette chronique sèche et monotone, MM. Auguste et Emile 
Molinier, tout en la reproduisant scrupuleusement dans sa forme 
médiocre, ont su faire un excellent livre d'histoire. Ils ne se sont pas 
contentés d'en donner un texte exact coUationné sur les manuscrits ori- 
ginaux avec indication de toutes les variantes : ils l'ont encadrée outre 
une introduction, modèle d'érudition patiente et d'ingénieuse méthode, 
et un sommaire détaillé où tous les faits mentionnés par le chroniqueur 
sont non seulement relevés, mais contrôlés par d'autres témoignages. 
Les dates sont établies avec soin. Sur chacun des personnages figurant 
dans le récit sont fournis des renseignements précieux, souvent nouveaux. 
Tous les noms de lieu sont identifiés. Il y a là une œuvre personnelle, 



un complément de la Chronique, à vrai dire plus précieux que la Chro- 
nique elle-même. Une bonne table de noms d'hommes et de lieux ter- 
mine ce volume, qui réunit à l'intérêt du fond le mérite de l'exécution. 
Les historiens futurs du xiv" siècle auront souvent à citer le travail de 
MM. Auguste et Emile Molinier. L'Académie les devance dans l'expres- 
sion de reconnaissance qu'ils devront aux éditeurs. » 

— L'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen avait mis 
au concours, pour le prix Lair, le sujet suivant : la Poésie française en 
Normandie au 1K« et au XVI'' siècle. L'Académie proroge cette question 
à l'année 1885. Le prix est porté à 1,500 fr. Les mémoires devront par- 
venir francs de port à M. Armand Gasté, secrétaire de l'Académie, rue 
Élie-de-Beaumont, 5, à Caen, au plus tard le 31 décembre 1884. Ils 
porteront une épigraphe ou devise, répétée dans un billet cacheté qui 
contiendra le nom de l'auteur. L'Académie ne rend aucun des manus- 
crits qui ont été soumis à son examen ; mais les auteurs ont la liberté 
d'en faire prendre des copies. 

— Notre confrère M. Georges Grassoreille, archiviste de l'Allier, 
vient de commencer la publication d'une Revue bourbonnaise, histo- 
rique, artistique et archéologique, qui forme tous les mois un élégant 
fascicule de 32 pages in-S», orné de deux planches. Signalons dans le 
premier numéro la publication (avec fac-similé) d'une inscription chré- 
tienne, trouvée à Saint-Victor, près MontluQon, et jusqu'ici inédite, 
l'épitaphe de Sigegonde (vi<' siècle) : 

t VmC REQVIESGIÏ FAMO 
LA i5ï SIGGEGONDIS VIXIT 
ANNUS XX VIIII D EFUNC 
TA EST VIII KAL IVNIAS 

— Le catalogue des manuscrits grecs, latins et italiens de l'antique 
abbaye de Grottaferrata, près Rome, en cours de publication depuis 
l'an dernier, est maintenant terminé et vient de paraître en un volume 
grand in-4o de 537 pages, sous le titre de : Codices Cryptenses seu abba- 
ticB CryptcB Ferratsd in Tusculano digesti et illustrati cura et studio 
D. Antonii Rocchi, etc. Tusculani, typis abbatise Gryptœ Ferratœ (36 fr. 
franco). L'auteur promet pour la lin de l'année des Prolégomènes éten- 
dus qui compléteront cette savante |iublication; ces prolégomènes seront 
distribués gratuitement aux souscripteurs. 

CALENDRIER PORTATIF DU XV' SIÈCLE. 

Dans notre précédent volume (p. 569) nous avons fait connaître un 
calendrier portatif du xiv« siècle analogue à un autre calendrier sur 
lequel Géraud avait jadis publié une notice. Un troisième document du 
même genre se trouve en ce moment à la librairie Arrigoni, à Milan. 



]^7 

Il y en a une description sommaire, accompagnée d'un fac-similé, dans 
le fascicule intitulé l'Omnium des livres précieux, par Louis Arrigoni, 
Milan, 32« catalogue (Milan, 1884, in-S"), p. 20, article 101. 

Ce calendrier consiste en 12 feuilles de parchemin, qui se replient sur 
elles-mêmes de façon à former un petit volume, n'ayant pas plus de 
0"'095 de hauteur et 0'"032 de largeur. A en juger d'après le fac-similé, 
c'est un travail italien de la fin du xv' siècle. 

RECHERCHES SOUS UNE TACHE D'ENCREE 
(photogénie et photochimie.) 

« Il y a des taches d'encre célèbres, celles notamment de P.-L. Cou- 
rier sur des manuscrits précieux de la bibliothèque de Strasbourg et de 
celle de Florence 2, taches qui ont provoqué la colère des bibliophiles 
tant et si bien que le ministre de l'intérieur se mêla de la querelle, très 
disposé qu'il était de sévir contre le spirituel critique, du reste très mal 
en cour, et pour cause. Mais il ne s'agit pas ici de maculations incons- 
cientes produites par un savant traduisant un poème grec, ou copiant 
une édition exceptionnelle, ni d'une œuvre de Ronsard biffée tout entière 
par Malherbe sous prétexte d'en signaler les fautes. 

« Plus sérieusement, sous une tache d'encre accidentelle ou volon- 
taire, sous un trait de plume très accentué, comme sous une large 
maculation produite par une écritoire renversée, et même sous une 
correction légère, on peut avoir un grand intérêt à faire reparaître un 
engagement, une signature, un mot, un numéro d'ordre, une somme, 
un chiffre, etc., en partie effacés ou entièrement disparus. 

« Un problème de ce genre m'a été soumis dernièrement dans une 
affaire grave. Les questions à résoudre étaient importantes et nom- 
breuses ; importantes d'abord, car elles avaient trait à une somme con- 
sidérable (pli de 50,000 fr.) volée dans une administration publique^. 

1. Nous reproduisons, d'après le recueil intitulé : Lyon scientifique et indus- 
triel, n" (lu 1""' janvier 1884, p. 305 et suiv., le commencement d'un article de 
M. Ferrand, qui peut fournir des indications utiles aux bibliothécaires et aux 
archivistes. 

2. Strasbourg, 1802. Courier, en faisant ses recherches, répandit sur un magni- 
fique exemplaire d'Alhéné? un encrier qu'il avait pris jiour un poudrier. Ail- 
leurs, à Florence, 1809, bibliothèque de San-Lorenzo, maculation d'un manus- 
crit de Longus, Daphnis et Chloé, précisément dans le premier livre, dont il 
n'existe trace dans aucune édition, dans aucun autre manuscrit. L'auteur de la 
faule s'en accusa, en laissant, à coté des vingt mots couverts, cette note : « Un 
morceau de papier, posé par mégarde pour servir de marque, s'est trouvé 
taché d'encre; la faute en est tout à moi, qui ai fait cette étourderie, en foi de 
quoi je l'ai signé : Courier. Florence, 10 novembre 1809. » 

3. liureau de poste des Terreaux, à Lyon. 



J38 

Il s'agissait aussi de confusions semées par des inscriptions de chiffres 
ajoutés à d'autres, de responsabilités enfin réparties sur plusieurs per- 
sonnes, alors qu'il ne devait y avoir qu'un coupable ; questions nom- 
breuses ensuite, car, sous une tache d'encre très prononcée, il fallait 
pouvoir relire la somme ou numéro d'ordre effacé, et peut-être préala- 
blement corrigé, dans un bureau où trois employés faisaient usage de 
trois écritoires diversement pourvues. 

« En conséquence, l'expert était chargé de dire notamment : 

« Si la tache d'encre était accidentelle ou volontaire; 

« Laquelle des trois encres constituait la maculation ? 

« Laquelle des trois encres avait servi à l'inscription des chiffres 
sous-jacents? 

« Quelle était celle affectée à une correction probable ? 

« Quelle main, d'autre part, avait enfin tracé ceci ou cela ? etc., étant 
donnés divers exemples d'écritures et de chiffres. 

« Un tel questionnaire, s'étendant à d'autres recherches non moins 
complexes sur des chiffres isolés, fait assurément le plus grand honneur 
à la science, car lui parler ainsi, c'est ne pas douter d'elle ; mais épi- 
neuse devient la situation de l'interprète. 

« Déterminer la nature des trois encres différentes était le premier 
devoir à remplir; le second, comme conséquence, devait consister à 
chercher un réactif capable de les distinguer dans leur état d'isolement, 
et, au besoin, dans leur état de superposition, ce qui nécessitait bien 
quelque hardiesse. 

« Rcactio7is chimiques étahlissant la nature différente des encres employées 
dans l'espèce. — Or, l'emploi varié de réactions directes ou successives : 
acides, alcalines, oxydantes, réductrices et d'autres modificateurs, avec 
sels d'alumine, sels métalliques divers, allait, en édifiant sur le carac- 
tère dominant de chacune de ces encres, démontrer que celle portant le 
n» 1, ou encre de la tache, était composée avec de l'extrait de campèche, 
de l'alun, de la gomme et du chromate de potasse ; celle du n° 2, avec 
du gallate ferriqueet ferreux; celle du n» 3, avec un mélange des deux 
précédentes. 

« Convertir la première en rose avec un acide et faire intervenir la 
complémentaire ou coloration verte légère, c'était en grande partie 
annihiler la couleur sombre en la convertissant en gris clair plus ou 
moins dominé de rose et surtout de vert, mais en tout cas profondé- 
ment anéantir sa nuance primitive. Or, le résultat était bientôt telle- 
ment obtenu dans mes épreuves préalables, faites en dehors de la pièce 
suspecte, c'est-à-dire avec les encres saisies, que la maculation ou les 
écritures de la pièce n' 1, dues au violet bleuté, disparaissaient dans 
une teinte vert clair. Mais, en second lieu, comment respecter les tracés 
des deux autres encres ? Un ferricyanure exaltait le noir de l'écriture 
n» 2, encre Ramboz, et nuançait autrement, c'est-à-dire en vert, les 



^39 

caractères de l'encre n» 3, sans altérer, dans ces deux derniers cas, les 
traits dans leurs formes même les plus déliées. 

« Le même réactif acidulé, verdàtre par lui-même (1 p. d'acide chlo- 
rhydrique, 2 p. de ferricyanure et 7 p. d'eau), devait remplir les trois 
conditions voulues. En effet, un libellé quelconque était-il tracé avec 
l'encre n" 2, encre réputée et déjà très noire, puis abandonné à la des- 
siccation et recouvert d'une tache d'encre n° 1, dite de l'administration, 
c'est-à-dire violettée, de la tache suspecte ? le réactif intervenant enle- 
vait la tache seule et mettait à nu les chiffres sous-jacents, apparais- 
sant très noirs et distincts dans un milieu jaunâtre plus ou moins verdi. 

« Le dessous était-il dû à l'encre n° 3 ou mixte, constituant toute la 
somme ou seulement une correction faite avec cette dernière ? Les traits 
reparaissaient nettement et franchement verts. 

« La réaction voulue était donc trouvée ; mais, applicable dans deux 
cas, elle pouvait être compromettante dans un troisième. Ainsi, avec 
n° 1 sous n° 1, tout était effacé ec confondu, tache et traits quelconques ; 
la confusion pouvait alors être grande, car la pièce à conviction était 
peut-être dans ce cas, et l'expert s'exposait à la détruire d'un seul coup 
de pinceau, destruction toujours grave en soi, même après résultat con- 
cluant; cependant la tentation était grande, car non seulement on avait 
d'abord deux chances affirmatives sur trois avec les deux dernières 
espèces d'encres résistantes, et finalement, en comptant bien, on avait 
dans l'effacement total la signification d'un double emploi de l'encre 
délébile n" 1 ; mais, dans ce dernier cas, a-t-il été dit, le risque était 
redoutable, car, ajoutons-nous, l'on avait la certitude de l'existence d'une 
inscription sous-jacente. 

« Ainsi armé, mais pour une éventualité seulement, n'avait-on rien 
de mieux à faire ? Or, le mieux était absolument nécessaire, car la 
nature de l'encre allait être connue, il est vrai, mais avec le danger 
encouru restaient l'ignorance de la somme et celle de l'existence ou non 
de la correction supposée. 

« Un succès moins laborieux et autrement complet allait trancher la 
question et surtout assurer la conservation intégrale de la pièce à con- 
viction. 

« Intervention photographique. — La tache d'encre au campêche était 
un peu violettée, ai-je dit, et le violet est plus ou moins photogénique, 
alors que le bleu l'est absolument, et les encres diverses soumises à 
mon examen devaient avoir autant de propriétés photochimiques diiïé- 
rentes^ ; l'emploi de la photographie pouvait donc intervenir utilement 

1. Comme exemples de ces propriétés photogéniques et pholochimiques très 
distinctes, j'avais sous les yeux une coUeclion de timbres-poste que J'ai fait 
photograpliier dans une autre expertise, pour la recherche de traces d'oblitéra- 
tion sur des timbres lavés et rerais en circulation. 



440 

et le résultat , quoique susceptible d'être prévu , ne s'est pas moins 
manifesté d'une façon surprenante. En effet, dès la première épreuve, 
la tache d'encre n'est pour ainsi dire pas venue et les chiffres sous- 
jacents sont nettement sortis, apparaissant tous avec leurs formes carac- 
téristiques, révélant et une inscription première due à un même auteur 
et une correction saillante qu'une autre main avait fait subir, notam- 
ment au dernier chiffre (voir la photographie, n° 1 bis). Le cliché ou 
négatif doit être observé aussi, car il est encore plus remarquable que 
l'épreuve positive même. C'est ainsi que l'on y distingue très bien la 
somme 1,200 primitive et sa conversion en 1,203, alors que la première 
de ces sommes est le numéro d'ordre d'un pli simplement recommandé, 
enregistré à l'entrée et au départ, et que le deuxième numéro obtenu 
par correction et dissimulation est celui d'un pli de 50,000 fr. chargé et 
dérobé, dont l'inscription était vainement cherchée sur le livre de sortie. 
D'autres chiffres, que l'on voit barrés en noir par notre réactif vert, 
avaient été ajoutés pour parfaire la confusion, et le numéro d'ordre 
important, après adultération, avait été noyé sous une tache d'encre 
très épaisse. 

« Le soleil peintre, dessinateur, chimiste, physicien, le soleil, qui sait 
avec plus de puissance fouiller et dissiper les ombres, avait à lui seul 
plus éclairé la justice que l'aurait pu faire le plus habile investigateur. 

« Il avait en quelque sorte enlevé le voile en refusant la tache et livré 
les chiffres sous-jacenls, en même temps qu'il déterminait la nature des 
encres plus ou moins photochimiques, et décelait ainsi les procédés de 
la fraude. De par lui, enfin, il était intéressant de pouvoir simultané- 
ment présenter d'une main le dessus obscur de la tache conservée, et, 
de l'autre, le dessous de la tache, pour ainsi dire enlevée, mis en relief 
et éclairé... » 



NOTE SUR UN MANUSCRIT 



DE LA 



BIBLIOTHÈQUE D'ABEZZO 



Ayant eu l'occasion de voyager dernièrement en Italie, je me 
suis arrêté quelques heures dans la petite ville toscane d'Arezzo, 
où je désirais voir un manuscrit récemment découvert, au sujet 
duquel une brève communication avait été faite à l'Académie des 
inscriptions le 25 janvier dernier. Ce manuscrit contient le traité 
De mi/ste/'iis de saint Hilaire de Poitiers, cité par saint Jérôme 
au chapitre 100 de son Liber de scriptoribus écoles iasticis, et 
que l'on considérait comme perdu. 11 renferme en outre deux 
hymnes et un assez long fragment d'un Voyage en Orient, dont 
personne n'avait eu connaissance jusqu'ici et dont le rédacteur 
paraît avoir vécu du iV au v^ siècle. J'avais espéré y rencontrer 
aussi quelques écrits relatifs aux études que je poursuis actuelle- 
ment sur divers saints de la Gaule mérovingienne. Mon espoir a 
été déçu ; mais les opuscules que l'on y trouve n'en sont pas moins 
fort dignes d'attention. Ils doivent être prochainement tous publiés 
à Rome ; je pense cependant qu'il ne sera pas sans intérêt pour les 
lecteurs de notre i?eyi(e d'en connaître dès maintenant le contenu. 

La collection où se trouve notre manuscrit ne fait pas partie 
d'un dépôt public ; elle est la propriété d'une confrérie laïque, qui, 
d'ailleurs, en accorde libéralement l'accès aux travailleurs. Le 
directeur de cette bibliothèque, M. le chevalier Gamurrini, bien 
connu par les remarquables travaux d'érudition qu'il publie depuis 
de nombreuses années, et auquel nous devons cette importante 
découverte, m'a, sur ma demande, autorisé à consulter le manus- 
crit en question. Qu'il me soit permis de lui exprimer ici toute 
ma gratitude pour la bienveillance qu'il m'a témoignée en cette 
circonstance et pour la parfaite libéralité avec laquelle il m'a 

40 



U2 

laissé prendre connaissance des textes qu'il venait de mettre au 
jour. 

Le recueil dont il s'agit portera au catalogue actuellement en 
préparation le n° VI, 3. Sur la couverture, qui consiste en un 
très vilain cartonnage moderne, est inscrit le titre : S. Hilarii 
Opéra, ms. Le texte, écrit à longues lignes, et entièrement, ce 
me semble, de la même main, comporte 207 mill. de haut, sur 
138 mill. de large. L'écriture offre les caractères de celle des 
manuscrits du Mont-Cassin et me paraît dater du milieu du 
xp siècle. Le recueil compte en tout 37 feuillets : les 13 pre- 
miers sont consacrés au traité De mysteriis ; les ff. 14 et 15 
aux deux hymnes; les 22 derniers feuillets au Voyage en 
Orient. 

Le traité I)e mysteriis, qu'une rubrique attribue effectivement 
à saint Hilaire : Finit tractatus mysteriorum sancti Hilarii 
episcopi, ab Adam usque ad Noe, deinde Abrae, Ysaac, 
Jacob, Moysi et Osée prophète et Helie, ce traité, disons- 
nous, se compose de deux livres, dont le premier est au moins trois 
fois plus étendu que le second. Dans notre manuscrit, le commence- 
ment du livre T'" manque, mais, autant qu'il est permis d'en juger, 
la lacune n'est pas considérable, car, aux premières lignes du pre- 
mier feuillet, l'auteur en est à expliquer le but de son ouvrage : 
Et quia hoc libello visuni est ostendere 07nnem^ in singulis 
quibusque et viris et rébus adventus sui [Dom. J. C] et 
predicationis sue et passionis et resurrectioyiis tanquam in 
imaginem in sjjeculo proferri, non transcursim memorabo 
aliqua, sed quibusque temporibus universa tractabo, ab 
Adam et quo humani generis sciencia permittitur inchoa- 
turus. Saint Hilaire rappelle alors l'iiistoire d'un certain nombre 
des personnages de l'Ancien Testament et cherche à démontrer 
que leur oeuvre n'est que le prélude de celle accomplie par Jésus- 
Christ. Ce traité, d'un intérêt exclusivement théologique, ne nous 
arrêtera pas davantage. N'était le renom de son auteur, il méri- 
terait à peine les honneurs de l'impression. Quant aux deux 
hymnes qui le suivent, l'un est peut-être aussi de saint Hilaire, 
l'autre est l'œuvre d'une femme qui ne se nomme pas, et que je 
n'ai pu jusqu'ici identifier. Tous deux sont également des œuvres 
purement religieuses. 

1. Peut-êU'e omen, quoique ce soit abrégé ainsi : ome. 



J'en viens maintenant à l'opuscule par lequel se termine le 
manuscrit, et dont l'importance dépasse de beaucoup celle des 
écrits dont il vient d'être question. C'est, je l'ai dit, le récit 
d'un voyage en Orient. L'auteur en est une femme qui a 
parcouru en personne et dans un but de dévotion , religionis 
causa, les diverses régions qu'elle décrit. Son nom n'est point 
donné et il sera difficile de le déterminer d'une façon certaine. 
Elle était en relations intimes avec les religieuses d'un monas- 
tère situé probablement dans une localité voisine du Rhône, et 
elle a composé son livre pour l'instruction et l'édification de ces 
religieuses : Je désire, dit-elle souvent, que mes sœurs sachent 
telle ou telle chose. Elle compare le cours de l'Euphrate à celui 
du Rhône : Eufrates habens impetum sicut habet fluvius 
Rodaiius, nisi quod maior est Eufrates. Je ne connais moi- 
même pour ces premiers siècles de notre ère que deux abbayes de 
femmes dans les pays voisins du Rhône : l'une est celle que 
sainte Césarie, la sœur de l'évêque saint Césaire, avait fondée à 
Arles dans la première moitié du vi'' siècle; l'autre, mentionnée 
avec son abbesse Marie dans une inscription qui semble dater de 
la fin du v" ou du vi'' siècle, se trouvait à Narbonne^ Il est pos- 
sible que ce soit à l'un de ces monastères que notre auteur ait 
adressé son livre, il est possible même qu'elle ait été l'abbesse ou 
la protectrice de l'un d'entre eux. Deux opinions que je for- 
mulerai plus loin sur l'époque de la rédaction du texte et sur la 
personnalité de notre voyageuse excluraient la première de ces 
hypothèses, au moins en ce qui concerne l'abbaye d'Arles, et ne 
cadreraient pas avec l'idée que l'auteur aurait fait partie d'une 
congrégation monastique, soit en qualité d'abbesse, soit comme 
simple religieuse. Mais, pour juger de la valeur de ces opinions, 
il importe que le lecteur soit rais au courant du contenu de notre 
texte. Je vais donc résumer brièvement le récit et faire connaître 
aussi succinctement que possible l'itinéraire parcouru. 

Disons tout d'abord que l'écrit est en grande partie mutilé. Le 
commencement et la fin manquent ; au milieu, plusieurs feuillets 
ont été arrachés. Malheureusement les fragments perdus renfer- 
maient sans doute des renseignements fort intéressants. On peut, 
en efiet, conclure d'un passage de ce qui nous reste que la voya- 
geuse était partie de Constantinople, qu'elle avait traversé l'Asie 

1. Le Blant, Inscript, chrët. de la Gaule, n" 615; l. II, p. 461. 



Mineure tout entière, et il est certain qu'elle avait décrit la Bithy- 
nie, la Galatie et la Cappadoce, dans la partie perdue de son récit. 
Il est en outre permis de supposer que de l'Asie Mineure elle avait 
gagné la Syrie, la Palestine, Jérusalem, et que son voyage à tra- 
vers ces contrées se trouvait également raconté en détail dans 
cette première partie. En effet, au commencement du fragment 
conservé dans notre manuscrit, nous voyons l'auteur quitter 
l'Egypte, revenir en terre sainte, s'arrêter à Jérusalem, traver- 
ser tout le nord de la Palestine et gagner Antioche, sans presque 
rien nous raconter de ce qu'elle a vu sur son chemin depuis le mont 
Sinaï jusqu'en Syrie . Il paraîtrait fort extraordinaire qu'elle eût com- 
plètement négligé de visiter les lieux illustrés par l'histoire du 
Sauveur, et plus extraordinaire encore qu'elle n'en eût rien dit dans 
son récit. Peut-on supposer surtout qu'elle ait de parti pris renoncé 
à décrire en détail Jérusalem, le Golgotha, le saint sépulcre, le 
mont des Oliviers, tous les sanctuaires enfin que la cité sainte 
offrait à la dévotion et à la curiosité du pèlerin ? On verra plus 
loin que les feuillets arrachés au milieu du livre ne devaient pas, 
selon toute vraisemblance, être consacrés aux diverses localités 
dont il vient d'être question. Ce n'est là, bien entendu, qu'une 
hypothèse; mais ce qui est certain, au contraire, c'est que cette 
première partie perdue contenait une description de l'Egypte. 
Quelques allusions rétrospectives qui se trouvent dans le^ frag- 
ment conservé ne laissent aucun doute à ce sujet. De l'Egypte 
la voyageuse va au Sinaï et les premières lignes de notre texte 
nous la montrent arrivée en vue de la montagne : Interea 
ambulantes pervenimus ad quenda^n locum ubi sex tamen 
montes illi inter quos ibamus aperiebant et faciebant val- 
lem... et trans vallem apparebat ynons sanctus Dei Syna. 
Les voyageurs, ajoute-t-elle, qui passent en cet endroit, ont l'ha- 
bitude de se mettre en prière aussitôt qu'ils aperçoivent la mon- 
tagne sainte. C'est ce qu'elle fait elle-même, puis elle reprend sa 
route. La vallée qui se trouve au pied du Sinaï est, nous dit-elle, 
longue de 16,000 pas. C'est là que séjournèrent les Hébreux et 
qu'ils adorèrent le veau d'or pendant que Moïse était sur la mon- 
tagne. L'auteur décrit la contrée ; elle parle de sa visite aux divers 
monastères qui s'y trouvent et où elle est assez bien reçue, salis 
huinane, de son ascension au Sinaï, cum grandi labore, quia 
pedibus me ascendere necesse eral, quia pr or sus nec in sella 
ascendi poterat . Au sommet, d'où la vue s'étend à la fois sur 



l'Egypte et la Palestine, sur la mer Rouge, sur la mer Parthênique, 
qui baigne Alexandrie, et sur le pays des Sarrasins, se trouve 
une petite église : In eo ergo loco est una ecclesia non grandis, 
quoniam et ipse locus, id est sammitas montis, non satis 
grandis est. La voyageuse et ses compagnons visitent l'inté- 
rieur de l'édifice; lorsqu'ils en sortent, les prêtres leur donnent 
des eulogies et leur offrent des fruits du pays , puis les mènent 
voir les curiosités de la montagne, et en particulier la caverne 
où demeura Moïse. Au pied du Sinaï, on leur montre l'endroit du 
buisson ardent et les fondements des habitations construites par 
les Hébreux lors de leur séjour dans cette contrée. Du Sinaï, les 
voyageurs, au lieu de se diriger directement sur la Palestine en 
traversant le désert, se rendent à Cles)na,Si l'extrémité nord de la 
mer Rouge, et de là hArabia^, dans la terre de Gessen. Comme 
la route est peu sûre, des soldats qui sont chargés de la garde du 
pays les accompagnent d'étape en étape, de Castro ad cas- 
trum, jusqu'à Belseson^, sur la mer Rouge. C'est là, dit notre 
texte, que les Hébreux virent l'armée de Pharaon qui les pour- 
suivait ; c'est dans cette même contrée que se trouve la ville de 
Pithom, bâtie par eux et maintenant appelée Héro. Héro pos- 
sède une église et plusieurs monastères, que nos voyageurs n'ont 
garde de négliger. Ils passent aussi vers l'ancienne Ramessen, 
d'où toute habitation a disparu et sur l'emplacement de laquelle 
on ne voit plus qu'une grande pierre surmontée de deux statues 
taillées, dit-on, par les Israélites et représentant Moïse et Aaron. 
Un grand sycomore, qui fut, à ce qu'on assure, planté par les 
patriarches, se trouve tout auprès. A Ramessen, ils trouvent 
révêque d'Arabia, qui est venu à leur rencontre. C'est un homme 
déjà vieux, très affable et très hospitalier pour les pèlerins, 

D'Arabia, où ils arrivent la veille de l'Epiphanie, nos voyageurs 
renvoient à leur garnison les soldats romains qui leur ont servi 
d'escorte : Nos autem inde Jani remisimus milites qui nobis 
pro disciplina romana auxilium prebuerant qiiandiu per 
loca suspecta ambidaveramus . La terre de Gessen, où se 
trouve Arabia, est merveilleusement fertile, elle produit en abon- 
dance la vigne etlebalsame. L'auteur déclare n'avoir jamais rien 

1. Je ne trouve cette localité sur aucune carte et dans aucun itinéraire. 

2. Sans doute Beel-Sephon, qui se trouve effectivement sur la mer Rouge, à 
l'endroit où les Hébreux l'ont passée. 



146 

VU de plus admirable que cette région. Elle la traverse en deux 
jours de marche, en suivant en sens inverse la route parcourue 
par les Hébreux à leur sortie d'Egypte, route qu'elle connaît déjà 
pour l'avoir prise à l'aller, arrive à Tanis, où, dit-elle, est né 
Moïse, puis à Péluse, et atteint enfin les frontières de la Palestine. 
A partir de là jusqu'au moment où elle retrouve et quitte défini- 
tivement Jérusalem, on a quelque peine à se rendre bien compte 
de son itinéraire. Aux termes de son récit, elle aurait été tout droit 
à Jéricho et de Jéricho dans la ville sainte ; elle en serait repartie 
peu après, aurait gagné les rives du Jourdain à l'endroit où Josué 
l'a franchi, aurait passé le fleuve près d'une localité qu'elle 
appelle Libidda ou Liviada et où, dit-elle, on voitencoreles restes 
du camp des Israélites, se serait rendue ensuite sur l'emplacement 
de Sodome, aurait passé vers la colonne de sel, alors recouverte 
par la mer ; elle aurait ensuite visité Esebon et serait enfin 
retournée à Jérusalem. 

Il suffit de jeter les yeux sur une carte pour apercevoir l'étran- 
geté d'un semblable voyage et l'on peut douter qu'il se soit 
effectué de cette façon. Je serais plutôt porté à croire qu'en 
quittant l'Egypte la voyageuse s'est portée vers la partie méri- 
dionale de la mer Morte, où se trouvaient en effet Sodome et la 
colonne de sel, que de là, se dirigeant vers le nord-est, elle a été 
passer par Esebon, puis que, tournant alors vers l'occident, elle 
est venue traverser le Jourdain, qu'elle s'est ensuite rendue à 
Jéricho et enfin à Jérusalem. Quoi qu'il en soit, elle ne fit, semble- 
t-il, qu'un court séjour dans cette dernière ville, où elle était arri- 
vée pendant la semaine sainte et où elle avait assisté aux cérémo- 
nies religieuses dans les églises du Mont-des-Oliviers, du Calvaire 
et de la Résurrection. Elle la quitta bientôt pour reprendre la 
route du nord et après avoir encore visité quelques localités de la 
Palestine {Carnia\ où elle prie auprès du tombeau de Job; 

1. On a cherché le tombeau de Job en plusieurs endroits. Le plus accrédité se 
trouve dans la Trachonite, près de la source du Jourdain, entre les villes de 
Théman, Suele et Naamath, au N.-O. de Belhsaïde. Il y a près de là une localité 
du nom de Carnaïm qui pourrait bien être le Carnia en question. Peut-être 
cependant faut-il idenlifler notre Carnia avec un autre Carnaïm qui se trouve 
plus au sud, dans le territoire de l'ancienne demi-tribu de Manassé, ou avec un 
Camion situé dans la même région, non loin des rives du Jabock. Le choix de 
l'un de ces deux derniers emplacements concorderait mieux avec les données du 
récit. Cependant, comme l'itinéraire de notre voyageuse présente d'autres anoma- 
lies, je pense qu'il vaut mieux ne pas trancher la question d'une façon péremptoire. 



^/<7 

Salem, où on lui montre le tombeau de Melchisédec ; l'emplace- 
ment de la vigne de Naboth), elle arriva dans une vallée qu'elle 
nomme Corra * et où, dit-elle, séjourna le prophète Elie. Ici le 
récit se trouve interrompu par l'absence de quelques feuillets, et 
lorsqu'il reprend nous trouvons les voyageurs sur le point de 
quitter Antioche. De cette viUe ils prennent la route de la Méso- 
potamie et traversent la province Augusto-Fratensis {Au- 
gusta Eufratensis). Ils s'arrêtent à Gerapolis [Hierapolis), 
métropole de cette province, puis gagnent l'Euphrate, passent à 
Batane (Batanis), ville très peuplée : Ipsa etiam civitas 
habundans multitudine hominwn est, nam et miles ibi sedet 
cimi tribuno suo. De Batane, ils se rendent à Edesse, et com- 
mencent par visiter l'église, qui, dit la voyageuse, est bâtie sur 
un nouveau modèle : Ecclesia autem ibi, que est ingens et 
valde pulchra et nova disposiiione est, vere digna est esse 
domus Dei. Ils vont aussi voir le martyrium de saint Tho- 
mas, et aliquanta ipsius S. Thomae ibi legimus. L'évêque 
d'Edesse reçoit nos pèlerins avec une grande courtoisie ; il se met 
à leur disposition pour les conduire au travers de la ville et com- 
mence par les introduire dans l'ancien palais du roi Abgar. Là, il 
montre à notre vovageuse un coffre en marbre brillant comme 
une perle, qui servait au prince de trésor et d'archives et sur 
lequel l'on pouvait voir son portrait. Il leur donne ensuite de 
nombreux renseignements sur l'histoire du roi Abgar et finit par 
leur lire solennellement la lettre que J.-C. lui avait, dit-on, écrite 
en réponse à celle qu'il avait reçue de lui. La page consacrée à 
ce récit est certainement l'une des plus intéressantes du livre, et 
je regrette de n'avoir pu la transcrire en entier. 

En quittant Edesse, la voyageuse se rend à Cliaran, petite 
ville près de laquelle se trouve le puits où Rebecca abreuvait ses 
chameaux lorsque le messager d'Abraham vint la demander en 
mariage pour Isaac. Elle y arrive la veille de la fête du martyr 
saint Helpidius, dont l'église est bâtie sur l'emplacement de la 
maison d'Abraiiam. A l'occasion de la solennité de ce jour, tous 

1. Peut-être la vallée du torrent de Kérith, qui se jette dans le Jourdain non 
loin de Salem, et où demeura Élie. Il y a également un peu au sud de Sichcm 
une localité du nom de Corea, qu'il faut peut-être identifier avec le Corra de 
notre récit. Dans ces deux cas, il faudrait supposer que la voyageuse, au lieu 
de continuer directement sa route, a fait de Salem un crochet dans la direction 
du sud. 



14S 

les moines et tous les solitaires de Mésopotamie sont accourus 
dans la ville. L'auteur s'en félicite grandement, car cette cir- 
constance lui permet de voir ces pieux ermites, dont plusieurs lui 
sont connus de réputation. Dans le voisinage de Charan, elle se 
fait montrer les tombeaux de Nacor et de Bethuel et tous les 
lieux célèbres de l'histoire des patriarches. Puis elle revient à 
Antioche, va de là en Cilicie, visite Tarse et Pontepolis 
(probablement Pompeiopolis), Corico (Coricus), Séleucie, 
qui possède une fort belle église, enfin Sainte-Thêcle, située sur 
un coteau voisin. De là les voyageurs se rendent a Mansocrena^ 
sur le mont Taurus, et, traversant de nouveau toute l'Asie 
Mineure, arrivent' à Chalcédoine, puis à Constantinople, d'où ils 
sont partis. Le reste du récit est consacré à l'énumération de 
quelques-uns des sanctuaires et des églises de cette dernière ville 
et, autant que j'ai pu m'en rendre compte dans un examen malheu- 
reusement trop rapide, à la description des cérémonies de l'église 
de Jérusalem. Je rappelle ici que la fin du texte est mutilée ; il est 
difficile de savoir combien de feuillets manquent en cet endroit. 
Ce court aperçu du contenu de notre texte ne peut assurément 
donner au lecteur qu'une idée très imparfaite de l'importance de 
cet écrit. L'intérêt qu'il off"re pour l'histoire des premiers siècles 
de l'Église réside d'ailleurs plus encore dans certains détails 
topiques que dans le fond même du récit. J'ai déjà signalé plu- 
sieurs de ces particularités au cours de mon résumé ; j'en indique 
ici quelques-unes d'une portée plus générale. Il est certain d'abord 
que notre voyageuse n'était pas la première venue, c'était une 
personne influente. Partout où elle passe, lesévêques, les moines, 
les prêtres s'empressent de lui rendre hommage et de se mettre à 
son service; les soldats eux-mêmes lui font escorte, et il est 
vraisemblable qu'ils n'eussent pas ainsi quitté leur poste si le 
pèlerin n'avait pas été muni d'ordres donnés en haut lieu. Il 
est utile aussi de remarquer que dans chacune des villes qu'elle 
traverse, même en Cilicie et en Mésopotamie, se trouvent des 
communautés chrétiennes. Sur sa route elle rencontre à chaque 
instant des moines, des églises, des sanctuaires. En nul endroit, 
sauf peut-être à Cliaran, en Mésopotamie, elle ne paraît avoir vu 

1. Sur les confins de la Cappadoce el de la Cilicie, entre Tarse et Pylas (cf. 
Yltinéraire de Bordeaux à Jérusalem, dans les lUnera et descripUones T. S., 
éd. Tobler el Molinier : Genevae, Fick, 1877 ; I, p. 13). 



149 

d'adeptes des religions antiques. Chose curieuse, la voyageuse 
ne donne le nom d'aucun des personnages avec lesquels elle 
est entrée en relation. L'évêque d'Édesse, par exemple, avec 
lequel elle eut le temps de faire bonne connaissance, n'est jamais 
désigné que sous le titre à'episcopus civitatis. Il en est de 
même des autres prélats qu'elle rencontra sur sa route. On peut 
donc supposer qu'elle rédigea son voyage assez longtemps après 
son retour, non sur des notes, mais d'après ses souvenirs, et 
qu'un bon nombre de circonstances s'étaient déjà effacées de son 
esprit. Ce fait expliquerait également le peu de netteté de cer- 
taines descriptions et les bizarreries que l'on remarque dans 
certaines parties de l'itinéraire. 

Quant à fixer d'une manière un peu exacte l'époque du voyage 
et de la rédaction du texte, cela est fort difficile. Je vais cependant 
essayer de déterminer au moins approximativement les deux dates 
extrêmes entre lesquelles on peut les placer. De ce que l'auteur 
désigne l'ancienne Byzance sous le nom de Constantinople, on 
doit conclure forcément que la composition du récit est posté- 
rieure à l'empereur Constantin. Ceci d'abord établi, je puis pré- 
ciser davantage et induire d'une phrase, peu correcte, il est vrai, 
mais cependant suffisamment compréhensible de notre texte 
qu'elle est aussi postérieure à l'année 368. En effet, l'évêque de 
Gharan, répondant à une question de la voyageuse, lui dit ceci : 
Locus ille, fhlia, quem requiris, décima mansione est hinc 
intus in Perside : nam hic usque ad Nisibin mansiones sunt 
quinque et inde usque ad Ur, que fuit ciritas Chaldeoriun, 
alie mansiones sunt quinque. Sed modo ibi accessi Roma- 
norum non est, totam enim Perse tenent. Hec autem pars 
orientalis appellatur que est in confinimn Romanorum et 
Persarum. Nisibe, prise en 72 av. J.-C. par LucuUus, avait 
été rendue aux Perses par l'empereur Jovien en 363, et depuis 
lors ne fit plus d'une façon durable retour à l'Empire. L'évêque 
de Charan paraît ignorer qu'elle en ait jamais fait partie ; on 
peut donc supposer qu il vivait assez longtemps après l'époque où 
la reddition aux princes Sassanides avait eu lieu'. Je ne puis aller 
plus loin dans la détermination de cette première date. Pour 
la date la plus récente, je n'ose même pas être aussi affirmatif. 



1. La phrase est un peu ambiguë, cl le mot ibi ne se rapporte peut-être 
qu'à Ur. Dans ce cas notre argumentation tomberait. 



150 



En effet, le seul indice qui nous permette d'en dire quelque chose 
n'est que très imparfaitement concluant; le voici : parmi les 
églises de Constantinople dont notre auteur a l'occasion de parler, 
on ne voit point le nom de Sainte-Sophie, dont la construction 
fut commencée sous Justin V et terminée sous Justinien en 537. 
Assurément, si l'édifice eût existé, il y avait grand'chance pour 
qu'il fût au moins mentionné. Mais, je le répète, le silence de 
notre auteur à son sujet n'a pas une portée décisive et je ne 
le donne en aucune façon pour un argument sans réplique. 
J'avais espéré que la mention de certains évêchés d'Orient pour- 
rait me fournir quelque indication moins vague ; mais ce que l'on 
sait de l'époque de leur fondation ne m'a rien apporté d'utile pour 
la question spéciale dont je viens de m'occuper. 

En admettant comme suffisamment étahhes les deux dates que 
nous proposons, on est tout naturellement porté à se demander si, 
parmi les femmes dont lapersonnalité nous est connueetqui, durant 
cette période d'un siècle et demi environ, partirent des pays d'Oc- 
cident pour visiter les lieux saints et parcoururent à cette occasion 
les contrées voisines de la Palestine, ne se trouverait pas celle qui 
nous occupe. J'en sais pour ma part une dizaine qui purent accom.- 
plir un pèlerinage identique à celui de notre voyageuse ; mais ce 
que nous connaissons de leur histoire ne concorde pas suffisamment 
avec les renseignements du récit pour qu'il soit permis de trancher 
péremptoirement la question en faveur de l'une d'elles. J'ignore 
si M. le chevalier Gamurrini aura été plus heureux que moi dans 
cette recherche, qui s'est évidemment imposée à son esprit; sa 
compétence en ces matières fait qu'il a bien des chances de pou- 
voir résoudre le problème. Je lui suggérerai cependant une 
hypothèse à laquelle une étude plus minutieuse lui permettra peut- 
être de donner la solidité qui lui manque encore. 

Supposant qu'il fallait chercher notre auteur parmi les prin- 
cesses de la maison impériale d'Orient ou d'Occident, j'ai pensé à 
la fameuse Galla Placidia, fille de l'empereur Théodose le Grand, 
qui passa près de trois années (de 412 à 414) en Provence, et en 
particulier à Narbonne, avec le roi des Visigoths AtaùLf, qui, 
plus tard, exilée, vint à Constantinople où elle resta deux ans 
(423 à 424) et qu'une tradition relatée dans un office de l'église 
d'Ancône, rédigé probablement au xiv' siècle, fait en effet aller 
à Jérusalem ^ Bien des circonstances rendent cette hypothèse 

1. AA. SS. BoUand. Mai, t. 1, p. 441. 



151 

vraisemblable. Je rappelle celles que j'ai mentionnées plus 
haut sur le caractère quasi officiel dont devait être revêtue la 
voyageuse; l'on doit y ajouter peut-être le fait d'inscriptions 
liél3raïques qui se trouvaient sur le tombeau de Placidia, encore 
existant à Ravenne au siècle dernier*. Mais, d'une part, le texte 
qui mentionne le voyage de la princesse en terre sainte n'est en 
aucune façon digne de foi, et d'autre part ce que l'on sait de son 
séjour à Constantinople rend assez douteuse l'idée d'une absence 
prolongée durant ce laps de temps. Quant à penser que le pèleri- 
nage aurait eu lieu pendant la longue période où Galla Placidia 
gouverna l'empire d'Occident comme tutrice de son fils Valen- 
tinien III , cela me semble assez peu naturel et je crois qu'il n'y a 
pas lieu de s'arrêter à cette supposition. Néanmoins, tout en recon- 
naissant que la mention d'un pèlerinage de Placidie à Jérusalem 
se trouve consignée dans un écrit absolument légendaire, peut- 
être est-il permis de regarder comme authentique, ou du moins 
comme digne d'être pris en considération, le renseignement spé- 
cial qui nous intéresse, renseignement qui peut avoir été puisé 
dans un document plus ancien par le rédacteur de l'office 
d'Ancône. C'est pour cela que j'ai cru ne pas devoir le passer 
complètement sous silence. J'ajoute en terminant que notre texte 
(peut-être le manuscrit même que nous possédons) a dû être 
connu de Pierre Diacre et utilisé par lui pour la composition de 
son De locis sanctis. Des phrases presque identiques se trouvent 
en effet dans les deux écrits. Ce que l'auteur du xu® siècle dit de 
l'Egypte, tiré probablement du récit de notre voyageuse, permet 
de combler dans une certaine mesure l'une des lacunes que j'ai 
signalées plus haut. 

C. KOHLER. 



1. Proceedings of llie Soc. of biblical archxology, nov. 1881-juin 1882, 
pp. 77-79. 



CATALOGUE 

DU FONDS BOURRÉ 

A LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE i 

[Suite.) 



592. — ^ 3 janvier U69. Montils les Tours. — Lettres de Louis XI 
attriijuant à Jean de Ladriesclie, nommé président en la Chambre 
des comptes, les gages que touchait Bertrand de Beauveau, s"" de 
Précigny, son prédécesseur, et à celui-ci comme compensation, 
outre les gages de conseiller en lad. Chambre des comptes, que tou- 
chait Ladriesche, 500 1. t. sur les -1,200 attribuées au premier, 
comme concierge du Palais. L 56. 

593. — 4 février 1469. Montilz lez Tours. — Mandement de 
Louis XI à Antoine Raguier, de payer à Regnault du Ghastellet, 
bailli de Sens, la somme de -1,500 1. t. mise sus en l'élection d'Alen- 
çon, pour le payement de 25 petites payes, chargées de la garde du 
château d'Alencon, à partir du ■i'^" janvier ^460 seulement, au lieu 
du 1" avril précédent, comme il l'avait ordonné d'abord. N 78. 

594. — Requête de M'"'' de Villequier et d'Odet d'Aydie, sire de 
Lescun, au roi Louis XI, pour être payés de leurs pensions^. M 4. 

595. — Mandement de Louis XI à André Briçonnet, de payer, 
sur les deniers de la Chambre, à Charles de Bigny, écuyer d'écurie, 
247 l. t. qui lui sont dues pour six mois, échus le 3-1 mars précé- 
dent. 45. 

1. Voyez t. XLIV, année 1883, pp. 26 et 301. 

2. Odet d'Aydie était rentré en grâce et avait pris des engagements envers 
Louis XI dès le 7 février 1469. Dupuis, ouvr. cit., I, 223. 



433 

596. — Lettre de G. PicarL à Jean Bourré, relativement à Thi- 
baut le Silleur, qu'il a fait prendre et conduire au roi, à l'impôt que 
le duc de Guienne a levé sur les gens de Lesdiguières, à l'imposition 
foraine de Rouen, etc. \ A •IS. 

597. — il avril [U69]. Montils lez Tours. — Lettre missive de 
Louis XI à Bourré. E 92. 

598. — -13 mai -1469. Mailly, — Mandement de Louis XI à Jean 
Raguier, iîls de feu Antoine Raguier, de payer à Regnault du Ghas- 
tellet, bailli de Sens, la solde de 'i lances fournies, pour les mois de 
juillet, août et septembre précédents. 6. 

599. — « Mémoire des choses à expédier par le roy » pour les 
affaires de Guienne^'. H <s<s, 89, 

600. — 4 8 avril -1469. — Quittance donnée par le prieur de 

Rochenoire au diocèse de Viviers, Laurent de à Jean Briçonnet, 

d'une somme de 3,700 écus ordonnancés par Jean Bourré^ que le 
roi lui a donnés à porter à N.-D. de Bonne-Espérance, en Brabant. 
H 80. 

601. — Tours. — « S'ensuit la vesselle, que maistre Guillaume 
Girart avoit en garde, appartenant à l'évesque de Verdun 2, laquelle 
il a baillée à Jehan de Beaunc, par l'ordonnance du roy, le xv" jour 
de juing, l'an mil GGGG soixante neuf. « I 36. 

602. — [-1469.] — « C'est la vesselle que Martin de Pouchet a 
baillée à Jehan en garde et dépost pour le roy, laquelle vesselle lui 
avoit esté baillée par Jehan de Flandres et Robert le Fort en garde, 
dont il dit avoir baillé sa cedulle ausdits de Flandres et le Fort, et 
appartenoit icelle vesselle à l'évesque de Verdun, » H 13. 

603. — 20 juin -1469. Amboise. — Mandement de Louis XI à 
Jean de Beauveau, de remettre à Jean Briçonnet une somme de 
4,337 1. 40 s. t. sur les biens de l'évêque d'Angers, Balue, qu'il a en 
sa garde. 7. 

604. — 5 juillet [4 469]. — Lettre missive de Louis XI à Bourré. 
E 17. 

1. CeUe lettre se place entre le mois d'avril 1469, date de la cession de la 
Guienne à Charles de France, et le 24 mai 147'^, date de sa mort. 

2- Pendant la possession de la Guienne par Charles de France (avril 1469- 
24 mai 1472). 

3. Guillaume de Haraucourl, arrêté en même temps et pour les mêmes motifs 
que Balue, en 1469. 



^54 

605. — -10 août ^1469. Benays. — Mandement de Louis XI aux 
généraux des finances, de faire payer par Mathieu Beauvarlet, rece- 
veur général des finances sur et outre les rivières de Seine et Yonne, 
une somme de 250 1. t. à Pierre Duvivier, greffier des généraux de 
la justice des aides à Paris, pour sa pension de l'année. 8. 

606. — [Été U69?] — Lettre missive de Louis XI à son frère. 
192. 

607. — ^8 septembre 1469. — Engagement pris par Louis XI de 
servir, pendant quatre ans, à Guillaume de Montfalcon, chevalier, 
chargé de « besogner » aux états des finances de Languedoc, une 
pension annuelle de 2,000 1. t. à partir du V' septembre précédent, 
« pour faire rediffier ses maisons, qui lui ont esté abatues durant les 
divisions et à l'occasion d'icelles. » 8. 

608. — [Après le ^8 septembre 1469.] —Mandement de Louis XI 
à Pierre du Refuge, général des finances, de faire payer à Michelet 
Gaillard, ancien officier de la reine Marie d'Anjou, 4,000 1. t. sur 
les 5,000 qui lui sont encore dues d'une créance de 9,000 1. t. qu'il 
avait contre ladite reine, créance dont la concession du duché de 
Guicnne, sur lequel elle était assignée^, à Charles de France, avait 
empêché le paiement. 9. 

609. — [Après le 18 septembre 1469.] — Quittance donnée par 
Loys Toustain, secrétaire du roi, à Martin Chatorru, clerc de Jean 
Bourré, d'une somme de 300 écus d'or, prêtée par ledit Bourré au 
roi, pour le remboursement de diverses personnes qui lui avaient 
avancé de quoi payer les officiers du duc de Guienne, lorsque Louis XI 
et son frère se trouvaient ensemble à Coulanges les Royaux ^ 
85. 

610. — 8 octobre. Paris. — Lettre missive de BourHer au roi, 
pour lui annoncer l'autorisation donnée à cinq Lombards d'exercer 
l'usure dans la ville de Tournay, au préjudice des usuriers déjà 
autorisés dans ladite ville, et qui payaient pour cela 300 1. t. par 
an, ce qui a motivé une enquête de la part des officiers royaux éta- 
blis à Tournay 2. G 69. 

1. L'entrevue de Louis XI avec son frère eut lieu à CouIanges-les-Royaux, le 
18 septembre 1469. 

2. Des lettres du G mars 1469, Ord. des Rois de Fr., XVII, 191, avaient autorisé 
à Tournay l'établissement d'une table d'usure, qui doit être celle dont les pos- 
sesseurs protestaient contre l'autorisation de cinq nouveaux Lombards. 



611. — -16 octobre iA69. Amboise. — Mandement de Louis XI à 
Pierre de Refuge, général, des finances, de faire payer sur les deniers 
de Jehan de la Loère, receveur général du Languedoc, une somme 
de 4 1,000 1. 1. nécessaires à Michelet Gaillard pour payer les « gaiges 
des Escotz (Écossais) et la creue des hommes de nostre garde. » 
O40. 

612. — -18 octobre H69. La Rementeresse. — Lettre missive 
d'Yvon du Fou à Louis XI, relative à la promesse qu^il avait faite 
au roi de n'admettre dans le château de Lusignan « homme plus fort 
que lui (Yvon du Fou) réservé vostre personne », et priant Louis XI 
de faire asseoir de nouveau sur les revenus de Poitou les 1,000 écus 
qui avaient été rayés de sa pension. G -130. 

613. — 2 novembre ^469. Amboise. — Mandement de Louis XI 
à Jehan Herbert, général des finances, de faire payer par Mathieu 
Beauvarlet une somme de 50 écus d'or à Guillaume de Berlioz, che- 
valier de Liège, venu vers le roi à Amboise. OU. 

614. — 27 novembre -1469. Amboise. — Mandement de Louis XI 
à Pierre de Refuge, général des finances, de faire payer par Jehan 
de la Loère, receveur général de Languedoc, pour l'année commen- 
cée le ^" septembre précédent, à Michel Martuns, écuyer, prévôt de 
Saint-Sébastien, \ 00 écus d'or, restant dus sur la somme de 300 écus, 
gages de sa lance fournie. ^2. 

615. — 27 novembre 1469. Amboise. — Mandement de Louis XI 
à Jehan Herbert, receveur général des finances, de faire payer par 
Mathieu Beauvarlet, receveur sur et delà les rivières de Seine et 
Yonne, la somme de 100 écus, sur 300, dus à Michel Martuns, pré- 
vôt de Saint-Sébastien, pour les gages de sa lance fournie. 0-13. 

616. — 26 décembre 4469. Montils lez Tours. — Mandement de 
Louis XI aux généraux des finances de tenir compte à Jehan de la 
Loère, receveur des finances de Languedoc, d'une somme de -1 00 écus 
d'or sur le revenu dudit pays, par lui avancés au roi, et de 948 1. 
-15 s. t. pour 690 écus, prix de 46 « oyseaulx sacres, » achetés par 
celui-ci à « Jehan de Valenche, marchant de Valence la Grant. » 
14. 

617. — 29 décembre -1469. Montils lez Tours. — Mandement de 
Louis XI aux généraux des finances, de faire payer à Jehan de la 
Loère, trésorier et receveur général de Languedoc, 687 1. -10 s. t. 
pour 500 écus par lui prêtés au roi. ^6. 



196 

618. — 29 décembre -1469. Montils lez Tours. — Mandement de 
Louis XI aux généraux des finances, de faire rembourser, sur les 
revenus de Languedoc, à Pierre de Refuge, une somme de 500 écus, 
par lui prêtés au roi, et valant 687 1. •JO s. t. 16. 

619. —Décembre 1469. Montils lez Tours. ~ Quittance de 1 ,452 1. 
18 s. 6 d. t. donnée par Louis XI à Mathieu Beauvarlet, receveur 
général des finances, « oultre et delà les rivières de Seine et Yonne, » 
sur le produit des greniers à sel de Nemours, Nogent-sur-Seine et 
Saint-Florentin. 15. 

620. — [Après le 18 septembre 1469.] — « S'ensuit les lieux qui 
demeurent au roy, en la jugerie de Rivière, située au diocèse de 
Gomminge, deçà la rivière de Garonne, de costé de Thoulouse, qui 
ont esté expressément réservées par le roy, en faisant le bail de 
monsieur de Guienne, son frère... » I 9. 

621. — Don fait par Louis XI à Charles de France, son frère, des 
terres du comte d'Armagnac, au delà de la Garonne, à l'exception 
de la terre et seigneurie d'Aure, qu'il se réserve'. H 85. 

622. — « S'ensuyvent les dons faiz à Monsieur d'Arminhac, depuis 
que le roy luy restitua ses terres, jusques à ce qu'on les a mises en 
la main du roy. » I 57. 

623. — [1469.] — Requête de Ricole d'Anglade, pour être indem- 
nisé des dépenses par lui faites pour la défense et les fortifications 
de Ghâteauculier contre M. d'Armagnac 2. M 24. 

624. — 1469. — Mandement de Louis XI à André Briçonnet, de 
payer à son panetier, Jacques de la Conseure, 41 1. 5 s. t. par mois, 
à compter du 1" octobre précédent. 71 . 

625. — « Parties à recouvrer sur les grenetiers qui s'ensuivent, 
tant sur le droit de gabelle du roy, que des creues de c. s. iiii 1. t. 
de l'année finie le derrenier jour de septembre mil GGGGLXIX. » 
Q117. 

626. — Lettres de Louis XI ratifiant l'érection faite par son frère, 



1. Ce fait se rattache à la saisie, faite en 1469 par Dammartin, au nom de 
Louis XI, des seigneuries du comte d'Armagnac, convaincu encore une fois de 
conspiration. V. la Chronique scandaleuse. 

2. Il faut rapporter, selon moi, ces mesures de défense aux actes d'hostililé 
et de brigandage commis par le comte d'Armagnac, et qui motivèrent la cam- 
pagne de Dammartin en Rouergue. V. la Chronique scandaleuse. 



^^>7 

le duc de Guienne, au profit de Louis de Luxembourg, comte de 
Saint-Pol, des terres et seigneuries de Marans, l'Ile de Rhc, Queue 
de Vache, le Pion, l'Aleu, l'Ourmeu, Pourras, Esnaude, en comté de 
Marans. L 67. 

627. — Requête de Jean de Daillon, s' du Lude, Pierre d'Oriole, 
Gilbert de la Fa3'ette, Guillaume de Gerisay, au roi Louis XI, pour 
obtenir la moitié de la confiscation des personnes dénoncées par 
Johannot de Havas, à l'exception de MM. de Nemours et d'Armagnac' , 
et pour faire nommer Guillaume de Gerisay receveur des deniers de 
ladite confiscation. M 34. 

628. — -12 janvier [-(470]. Paris. — Lettre de de Beauvau à 

M. de Vaux 2, pour qu'il obtienne le maintien du chapitre d'An- 
gers dans ses anciens privilèges, pour lui annoncer qu'il a saisi en 
Rouergue 3,000 fr. que le comte d'Armagnac prétendait s'attribuer, 
en se servant du nom du roi-, lui demander 300 fr. pour les répara- 
lions du château de Saint-Germain, et lui faire connaître les négocia- 
tions engagées entre les gens du roi et ceux du duc de Bretagne. 
E49. 

629. — o février ^470. Amboise. — Mandement de Louis XI aux 
généraux des finances, de faire payer en deux versements, l'un de 
-14, 86^ 1. 17 s. t., l'autre de -10,000 1. t., l'argent nécessaire à Noël 
Le Barge, trésorier des guerres, pour l'année commencée le -1" jan- 
vier précédent. 2. 

630. — 20 février -1470. Amboise. — Mandement de Louis XI à 
Pierre de Refuge, général des finances, de payer à Noël Le Barge, 
trésorier des guerres, outre les 24, 86^ 1. 17 s. t. déjà ordonnées sur 
les finances de Languedoc, une autre somme de 10,000 1, t. pour 
l'année commencée le -1" janvier précédent. 3. 

631. — 20 février -1470. Amboise. — Mandement de Louis XI 
aux généraux des finances, de faire payer par Jehan de la Loère, 



1. En 1469, à la suite de la révolte du comte d'Armagnac, dans laquelle le 
duc de Nemours avait été compromis, lui aussi, leurs biens à tous deux furent 
confisqués. Duclos, ouvi: cit., II, 222-224. 

2. Bourré était seigneur de Vaux. Cette lettre est au moins antérieure à la 
mort de Jean d'Armagnac, tué à Lecloure, le 5 mars 1473; il semble même 
qu'elle se rattache à ses brigandages de l'année 1469; quant aux négociations 
mentionnées dans celte lettre, ce doivent être celles qui aboutirent aux confé- 
rences d'Angers le 15 février 1470. Dupuy, ouvr. cit., l, 242. 

u 



458 

receveur général des finances, à Nicolas Malingre, huissier de la 
Chambre des comptes, une somme de 16,665 1. -i^ s. 8 d. t., pour 
les gages de ladite Chambre, pendant l'année commencée au'l«'" octobre 
précédent. 4. 

632. — 22 février 4 470. Tours. — « Ce que le trésorier des 
guerres a à paier en Normandie, en ceste présente année, comman- 
cée le premier jour de janvier darrenier passé, monte, ce qui s'en- 
suit. » I 97. 

633. _ 26 février 'l 470. Tours. — Lettre de Flamengà Louis XI, 
pour accuser un déficit ^ G 89, 90. 

634. — 27 février 4470. Amboise. — Mandement de Louis XI 
aux généraux des finances, de faire payer par Jehan de la Loère, 
receveur général des finances de Languedoc, une somme de f ,200 1. t. , 
dus à Geoffroy de Chabanne, lieutenant du duc de Bourbon en Lan- 
guedoc, pour sa pension de l'année commencée lei"' septembre 4469. 
N4. 

635. _ Février 1470. — Mandement de Louis XI à Noël Le Barge, 
trésorier des guerres, de payer à Jehan Gholet de la Gholetière 
30 1. t. pour l'année courante, par mois, et par lance fournie. -1 . 

636. — Février 4 470. Amboise. — Mandement de Louis XI aux 
généraux des finances, de faire payer à Nicolas d'Anjou, marquis du 
Pont, 8,000 1. t. sur les 4 2,000 1. t. de sa pension, pour l'année 
commencée le 4*'' octobre 4 469. 3. 

637. — Février [4470]. Ghinon. — Lettre de Garguesalle à 
Louis XI, pour lui demander d'autoriser la levée d'un aide, destiné 
« es réparacions des chasteaux de Ghinon^. » G 49. 

638. — 9 mars [4470]. Amboise. — Lettre missive de Louis XI 
à Bourré. D 94. 

639. — 26 mars 4 470. Montils lez Tours. — Mandement de 
Louis XI aux généraux des finances, de faire payer par Pierre Dujar- 
din, receveur des restes dus par Nicolas Bourracier, à raison de cer- 



1. Il est questioa de la cession de la Guienne à Charles de France, qui avait 
eu lieu au mois d'avril précédent. 

2. Garguesalle cite la présence récente du roi à Turpenay, où Louis XI se 
trouva, en efl'et, le 31 octobre 1469 : « deux escuz pour donner à ung homme, 
qui enseigna aud. seigneur le sanglier jprè5 Turpenay. » B. N., ms. fr. 6758, 
f° 69 r". 



tains droits mis en Languedoc, 275 1. t. dues à Martin Leroy, pour 
une avance par lui faite au roi. 5. 

640. — 26 mars ^470. Montils lez Tours. — Mandement de 
Louis XI aux généraux des finances, de faire payer par Pierre Dujar- 
din, receveur des restes dus par Nicolas Bourracier et autres, à rai- 
son de certains droits mis en Languedoc, une somme de 400 1. t., 
donnée à Martin Leroy, pour marier une de ses fdles. N 5. 

641. — ^1470. — Mandement de Louis XI à André Brieonnet, de 
payer à Jean Chausson, prêtre chapelain et sommelier ordinaire de 
son échansonnerie, 400 écusd'or, pour ses gages de février et mars. 
2. 

642. — [Mai U70.] Amboise. — Lettres par lesquelles Louis XI, 
à l'occasion du mariage de sa fdle Anne avec Nicolas, marquis du 
Pont, lui donne la vicomte de Thouars et les seigneuries de Mauléon 
etdeBerrie^. L 22-24. 

643. — [1470.] — Lettre missive de Louis XI à Louis Berthelot, 
lieutenant du prévôt des maréchaux de France, et à Macé Leclerc. 
125. 

644. — ... [-1470]. Rouen. — Lettre de... à Bourré, sur l'arme- 
ment des navires des ports de la Manche. A 8. 

645. — 28 mai [^470]. — Lettre de Noël Le Barge à Louis XI, à 
d'Oriole et à Bourré, sur les réclamations des gens de guerre, qui se 
plaignaient d'avoir été payés en faible monnaie, et touchant la 
demande des commissaires du roi sur le gouvernement des gens 
d'armes et compagnies, de 400 1. t., qu'ils disaient leur avoir été 
promises par le roi. B 2. 

646. — 5 juin [1470]. Saint-Mars de la Jaille. — Lettre de Jac- 
quet Raboteau à Bourré, pour lui annoncer que Warwick a pris la 
mer, « à grant armée d'Anglois, » mais qu'on ne sait où il descen- 
dra. F 24. 

647. — Pentecôte, ■lO ju'n [^470]. Toulouse. — Lettre missive de 
la Loère « à nos très honnorés seigneurs, » relativement à la levée 
de 6,000 fr. , pour le payement des gages du Parlement de Toulouse, 
et à l'invasion des monnaies étrangères, celles d'Espagne et du 
Béarn notamment, qui ne valaient pas celles de France-. E 78. 

1. Ce projet de mariage n'eut pas de suite et Anne de France épousa, le 
13 novembre 1473, Pierre de Bourbon, sire de Beaujeu. 

2. La Pentecôte tombait le 10 juin en 1470, c'est le seul motif que j'aie do 



J60 

648. — [1470.] — Ordres de Louis XI relativemajit à la conduite 
à tenir à l'égard du comte de Warwick^ l 20. 

649. — [1470.] — Lettre missive de Louis XI au grand écuyer, 
au général Raguier, et au greffier. G 88. 

650. — Jeudi 14 juin [1470]. Honfleur. — Lettre de... à Louis XI 
sur la restitution des objets enlevés par les gens du comte de War- 
wick aux Bourguignons, et sur la promesse faite par les officiers du 
duc de Bourgogne de « ne faire guerre à nulz de voz subgectz. mais 
seulement faire guerre et prendre les navires de monseigneur de 
Warwick. » G 101. 

651. — 19 juin [1470]. Amboise. — Lettre missive de Louis XI 
au trésorier? B 4. 

652. — 29 juin [1470]. Lettre missive de Bourré à Louis XI sur 
les payements à faire aux comtes de Warwick et de Glarence. G 23. 

653. — [1470.] — Fragment de lettre adressée au nom du roi, 
aux comtes de Warwick et de Glarence, à l'occasion de leur débar- 
quement en France. G 9. 

654. — [1470.] — « G'est ce qui est à faire pour la restitucion 
des biens et marchandises prinses par les Angloys sur les subgectz 
de monsieur de Bourgogne. » H 39 et 91. 

655. — [1470.] — a G'est ce que monsieur l'admirai (Louis, 
bâtard de Bourbon) requiert au roy pour réparer le hàble de Hon- 
fleur. » J 6. 

656. — [1470.] — « L'evesque de Saint-Brieuc et monsieur 
l'amiral escripvent qu'ilz ont advisé faire assembler... » I 14. 

657. — 6 juillet [1470]. Pouencé. — Lettre de Guillaume Picart 
à Jean Bourré, conseiller et maître des Comptes du roi, sur les 
réclamations des Bretons en payement des dépenses de Warwick. 
F 20. 

658. — [1470.] — Lettre de... à Louis XI sur les fonds fournis 
au comte de Warwick. G 5. 



placer cette lettre en cette année; en 1464, la même coïncidence se produit, 
mais je crois plutôt à la première date, parce que de la Loère, trésorier général 
de Languedoc depuis 146'J environ, eut plus d'occasion, à partir de ce moment, 
de s'occuper de questions de finances que dans les fonctions de secrétaire du roi 
qu'il remplissait auparavant, et notamment en 1464. 

1. Warwick descendit en France au mois de mai 1470. Plusieurs des pièces qui 
précèdent, comme de celles qui suivent, se rapportent à cet événement. 



164 

659. — [4470.] — « S'ensuiL le nombre de l'artillerie que M. de 
Varvhic a fait retenir à Rouen. « H 42. 

660. — 8 juillet [4470]. Valognes. — Double des lettres écrites 
par le comte de Warwick à Bourré, pour lui demander 6,000 écus, 
nécessaires à « l'entretènement de ses navires, tant de ceuk qui 
sont par deçà, que deceulx qui sont à Honnefleu, et autres lieux... » 
D 8. 

661. — 43 août [4 470]. — Lettre de... à Bourré sur les payements 
à faire au comte de Warwick. H 52. 

662. — 43 août [4 470]. Garentan. — Lettre de Bourré à Louis XI 
sur le payement et le départ du comte de Warwick. G 47. 

663. — [Mardi 24 août 4470.] Valognes. — Lettre de Tanneguy 
du Ghâtel, vicomte delà Bellière, è DuPlessis Bourré, sur le paiement 
des gens du comte de Warwick. D 6. 

664. — [4470.] — Lettre missive de Louis XI à son cousin... ? 
G 43r3. 

665. — [4470.] — Lettre des nobles et autres du pays de Cou- 
lances et d'Avranches à « hault et puissant, et nostre très bonnouré 
et doublé seigneur... » pour lui annoncer qu'ils ont envoyé vers 
Monsieur l'amiral (Louis, bâtard de Bourbon), « nobles hommes, 
Guyon, seigneur d'Esbiars, et le marquis de Mauny, » pour se 
plaindre des excès de gens de guerre. J 24. 

666. — Vendredi 34 août [4470]. Barfleur. — Lettre du sire de 
Craon, Tanneguy du Ghâtel, de Daillon, du Ghaslellet, à Bourré, sur 
le paiement des gens de guerre. E 48. 

667. — 4 septembre [4 470]. —Lettre de Tanneguy du Ghâtel, de 
Daillon et Du Fou à Bourré, pour lui demander 40,000 écus, néces- 
saires au comte de Warwick, pour payer une nef achetée à Dieppe. 
E 49. 

668. — [4 470.] — Indication d'ordres à expédier pour les prépara- 
tifs du passage de Warwick en Angleterre. G 4 74. 

669. — 7 octobre [4470]. Toulouse. — Lettre de Gaston du Lyon, 
sénéchal de Toulouse, à Bourré, pour obtenir la délivrance du don à 
lui fait par le roi des restes des jugeries de Rivière, Verdun, et du 
comté d'Armagnac ^ F 50. 

1. Il est dit dans cette lettre que le roi, étant à la Guieixke, avait fait ce don 



Î62 

670. — 22 octobre [1470]. Lyon. — Lettre de... à Louis XI lui 
annonçant qu'il a condamné à une amende de •! 0,000 1. t. Thomas- 
sin deGrimault, coupable d'être allé et d'avoir envoyé des marchan- 
dises aux foires de Genève, que celui-ci a pris soin de mettre ses 
biens en sûreté, et qu'il a été impossible de rien saisir chez lui, mais 
qu'il a été arrêté, et que, comme il est riche de 40,000 ducats, il n'y 
a rien à craindre, surtout si le roi permet qu'on le lui envoie ; que des 
condamnations ont été prononcées contre des marchands coupables 
du même fait, jusqu'à concurrence de ^ 0,000 francs, ce qui permettra 
de payer plusieurs sommes mandatées par le roi; qu'il y aurait lieu 
de payer aux commissaires et sergents employés à ces poursuites 
les \ ,000 ou i ,200 francs qui leur sont dus, et que le roi, à cet effet, 
aurait tout intérêt à dégager la couronne de M. du Perche (René 
d'Alençon) pour le prix de 6,000 francs contre lequel elle a été 
engagée et qui est bien inférieur à sa valeur réelle ^ CHS. 

671. — Déclaration du chapitre de Saint Laud d'Angers, qu'il a 
fait célébrer en l'honneur de la Sainte Croix, du 25 août U69 au 
*.) novembre -1470, une messe à l'intention du roi, et les jours de 
« l'exaltacion et invencion sainte croiz, une messe à note sollempnelle, 
à diacre et soubzdiacre. » M Ai . 

672. — 42 novembre [^^♦70]. Lettre missive de Louis XI à son 
frère (le duc de Guienne). G -139. 

673. — Novembre U70. Montils lez Tours. — Mandement de 
Louis XT à Alexandre Septre, de faire livrer à Loys Damours, son 
valet tranchant, sur les fonds de son argenterie, pour 30 écus d'or 
de draps de soie et de laine, destinés à son habillement. -18. 

674. — 2 décembre 4470. Amboise. — Mandement de Louis XI à 

à Gaston du Lyon; or le roi se trouva en effet à la Guierclie au mois de mars 1470 ; 
d'autre part, la confiscation définitive des terres saisies sur le comte d'Armagnac 
fut prononcée par arrêt du parlement de Toulouse du 7 septembre 1470. 

1. Défense avait été faite aux marchands du royaume, par lettres du 20 octobre 
1462, de fréquenter les foires de Genève : Ord. des R. de Fr., XV, 571. Elle fut 
renouvelée le 14 novembre 1467 : Privilèges des Foires de Lyon, Lyon, 1647, 
Guillaume Barbier, in-4'>, p. 36. Je crois qu'il faut adopter pour la présente 
lettre la date de 1470, à laquelle cette défense était encore en vigueur, en 
raison de la mention qui y est faite d'un nommé Guillon, que divers passages 
des registres municipaux de Lyon nous montrent en cette même année 1470 en 
fort mauvais termes avec le Consulat, « étant cause de promouvoir et susciter 
plusieurs procès, debatz, divisions et séditions en ladicte ville. » 11 septembre 
1470. Archives de la ville de Lyon, BB 15, f° 118 r". 



I(i3 

Noël Le Barge, trésorier des guerres, de payer au s"- de Sainl-Gha- 
mans le quartier de ses gages de juillet dernier, bien qu'il n'ait 
pas paru à la montre. G ^09. 

675. — 8 décembre f '«70. — Échange consenti par Marguerite 
d'Amboise, femme de Louis delà Trémouille, et autorisée par lui, de 
ses seigneuries de Marans et de l'île de Rlié, sauf les droits de la 
veuve de Louis d'Amboise à une indemnité, contre les seigneuries de 
Vierzon ou d'Issoudun, à son choix et à celui de ses héritiers, plus 
une somme de < 0,000 écus d'or. L 29, 30. 

676. — ^0 décembre 1470. Amboise. — Lettres par lesquelles 
Louis XI assigne à Charles d'Anjou, comte du Maine, son oncle, un 
revenu annuel de 1,200 1. t. sur le quart du sel de Poitou, en com- 
pensation du comté de Guise et de la seigneurie de Novion en Thié- 
rache, dans lesquels il avait la gabelle des greniers et chambres à sel 
de Thiérarche, Guise, Vervins, Aubentois et Marie, ledit comté de 
Guise et la seigneurie de Novion en Thiérache ayant été cédés par le 
roi au comte de Saint-Pol, à l'occasion de son mariage avec Marie de 
Savoie, sœur de la reine. L 67. 

677. — 13 décembre [1470]. Amboise. — Lettre missive de 
Louis XI à... D 102. 

678. — Samedi 15 décembre [1470]. — Lettre missive de à 

Louis XI sur le siège d'une place, et pour demander la confiscation 
des assiégés ^ G 82. 

679. — 24 décembre 1470. Amboise. — Mandement de Louis XI 
aux généraux des finances, de faire payer par Mathieu Beauvarlet, 
receveur des finances sur et delà les rivières de Seine et Yonne, 
100 1. t. à la veuve de Jehan Planczon, en son vivant grenetier de 
Chàteau-Gontier, comme reliquat des 700 1. t. accordées par le roi 
audit Planczon, pour avoir empêché, pendant la guerre du Bien 
Public, la ville de Chàteau-Gontier de tomber au pouvoir des Bre- 
tons. 19. 

680. — « Kstat fait f/ar le roi à Jehan Basire, maistre de sa mon- 
noye de Saint-Lô, commis à recevoir la somme de trente mille escus 
d'or, que sont tenus paier audit seigneur les gens des trois estaz de 



1. 11 ne peut être question ici que de l'expédition dirigée contre Jean d'Ar- 
magnac, qui est du reste mentionné dans la lettre. Le 15 décembre tombait un 
samedi en l'année 1470. 



164 

ses pais et duchié de Normandie, par traiclé et composicion faicte 
entre eulx avecques ledit seigneur, l'année finie en décembre mil 
CGGG soixante et dix, pour rachat et admortissement de l'émolument 
de la composicion des francs fiez et nouveaulx acquestz, et autres 
choses que icellui seigneur a quictées par ses lectres audit pais, et 
laquelle somme de xxx"" escuz sera distribuée etpaiée par ledit Jehan 
Basire, tant par descharge du changeur du trésor, que mandemens 
et ceduUes signées de la main du roy, nostre seigneur, pour ce. » 
Q 84, 85. 

681. — « Assiecte de la taille mise sus en Normandie, duchié 
d'Alençon^ et conté du Perche, pour ung an, commençant le premier 
jour de janvier MGGGGLXX (v. st.), montant, comprins les fraiz de 
la convencion et les creues, iiii" xx™ v^ in^x v 1. t. » P 44. 

682. — Mandement de Louis XI à Martin Le Roy, de payer, pour 
l'année commençant en octobre ^470 et finissant en septembre 147J, 
à Victor Ghanoine, brigandinier, la somme de 275 1. t., pour 25 bri- 
gandines neuves, livrées par lui aux maire et échevins de Tours. N i . 

683. — Requête de M. de Puygny à Louis XI, pour être maintenu 
en jouissance de la pension que lui faisait le duc de Calabre sur la 
Ghèze le Vicomte et Olonne, et de la capitainerie dudit lieu de la 
Ghèze'. M 40. 

684. — 4 janvier [I47'l]. Montils lez Tours. — Lettre missive de 
Louis XI à « son amé et féal. » N 65. 

685. — 26 janvier iJiH. Paris. — Mandement de Louis XI aux 
généraux des finances, de faire payer par le receveur général de 
Languedoc, Jehan de la Loère, sur les greniers de Béziers, Narbonne, 
Péziac, Maison et Marcilhan, 2,000 l. t. encore dues à Michelet Gail- 
lart sur la créance de 4,000 1. t. qu'il avait contre la reine Marie 
d'Anjou. a. 

686. — 4 février i 47-1 . Gompiègne. — Lettre missive de Louis XI 
à Bourré. E 2. 

687. — 10 février ^47^. Gompiègne. — Don fait par Louis XI à 
EusLachc Sallemon, bachelier en décret, de la prébende de Saint- 
Quentin en Vermandois, vacante par la mort de M'= Mathieu Buytart. 
M 38. 

688. — 24 février H7i. Gompiègne. — Mandement de Louis XI 

1. Le duc Jean de Calabre était mort à Barcelone, le 16 décembre 1470. 



^65 

au lrésorier[de Dauphinéjde trouver à assigner en Daupbiné 1 ,200 1. l. 
de rente, pour « Madame Saincte Marie Magdelcine, » et -1 ,200 pour 
« Monseigneur Sainct Claude. » H 49. 

689. — Requête de Guérin de Groing, bailli de Saint Pierre le 
Mouticr, à Louis XI, pour être payé des ^,200 t'r. de sa pension, 
comme capitaine de la garde du roi, des frais d'entretien de 40 com- 
battants, par lui menés dans deux voyages, dont l'un à Amiens\ et 
de 25 combattants menés à Montargis, pendant trois ans et demi, et 
des réparations du Pont Sainte Maxence. M 36. 

690. — 2 mars [-1471]. Ham. — Lettre de M. de Beaumont à Jean 
Bourré et Pierre d'Oriole, les engageant à venir à Ham, et leur 
annonçant la présence des Bourguignons à Picquigny^. E 34. 

691. _ 8 mars [-1471]. Grenoble. — Lettre de Claude Cot, tréso- 
rier de Daupbiné, à Bourré, conseiller et M« des Comptes du roi, 
pour lui annoncer qu'il faut assigner sur les revenus du Lyonnais 
les dons faits par le roi à l'abbaye de Saint-Claude, et sur les revenus 
de la sénéchaussée de Beaucaire, ceux faits à celle de Sainte-Made- 
leine^, et qu'il a reçu une lettre du roi, lui ordonnant de payer, sur 
-1,200 fr. auparavant attribués au feu duc de Caiabre, la pension de 
M'"« de Savoie''. H 48. 

692. — 8 mars [f47-{]. Grenoble. — Lettre de Claude Cot, tréso- 
rier du Daupbiné, à Louis XI, pour lui annoncer l'envoi de l'état des 
revenus du Daupbiné, sur lesquels Louis XI avait assigné ses dons 
à Sainte-Madeleine et à Saint-Claude^. C 65. 

693. — ]2 mars U7I. — « Mémoire à George Reton, de requérir 
et demander au Roy, nostre seigneur, la conflscation de Milot Gar- 
nier Le roy estant à Roye a commandé ce que dit est dessus, au 

1. Cette ville fut reprise sur le duc de Bourgogne, en février 1471, par Dam- 
marlin. V. Quicherat, Un Manuscrit interpolé de la Chronique scandaleuse, 
Bib. de l'Éc. des ch., 4"= sér., I, 429. 

2. Louis XI était à Haïr, le 2 mars 1471. Le mardi suivant, indique ici comme 
la dernière limite de son séjour, tombe le 5 mars, mais le roi y resta jusqu'au 7. 
Sur la campagne du duc de Bourgogne dans celle région, voir la Chronique 
scandaleuse à celle année. 

3. Voir ci-dessus, n° 685, le mandement du 24 février 1471 relatif à ces deux 
dons. 

4. Jean d'Anjou, duc de Caiabre, fils du roi René, était mort le 16 décembre 
1470, à Barcelone. 

5. Voir ci-dessus, n" 688. le nuiiidement du 24 février l'ul. La pièce n" 692 
n'est qu'une copie, dont la minute se trouve dans le même registre C, f" 71. 



cas qu'il ne l'ait donné à autre paravantle jourd'hui. Fait le xii«jour 
de mars l'an mil GGCG soixante dix. » Bourré. ^8. 

694. — 27 mars ['I47^]. — Lettre missive de Louis XI à Bourré 
et à d'Oriole. E i . 

695. — 25 avril. Vernon. — Lettre de Jacquelin Trousseau à 
Bourré, pour lui donner des nouvelles du Dauphin, et lui demander 
le chiffre de sa pension '. A 6. 

696. — Avril ^47^. Montils lez Tours. — Mandement de Louis XI 
aux généraux des finances, de faire payer à Jean Raguier, receveur 
des aides en Normandie, la somme de 702 1. 2 s. -H d. t. par lui 
dépensée en argenterie pour le roi. 20. 

697. — i] mai ['I47'l]. Grenoble. — Lettre de Claude Cot, tréso- 
rier du Dauphiné, à Bourré, accusant réception de deux lettres du 
roi, dont l'une du 24 février précédent, signée Bourré, relative aux 
dons faits à Sainte-Madeleine et à Saint-Claude 2. A 20. 

698. — 26 mai ['I47J]. — Lettre de Vasco de Sousa à Louis XI, 
pour demander des lettres lui attribuant la confiscation de messire 
Jehan de Saint Ligier, dit Mauroy, compromis dans la ligue du Bien 
Public, et un mandement de 200 écus, pour les fortifications de Creil, 
que le roi lui avait ordonné de faire réparer, lors de son dernier 
voyage à Amiens^. D 70. 

699. — 30 mai [^47^]. — Lettre missive de Louis XI au lieute- 
nant du gouverneur de Roussillon. 60. 

700. — Mai \ 47^ . — Mandement de Louis XI à Jean Briçonnet, 
receveur général, de payer à Philippe, bâtard de Longueval, 412 1. 
>I0 s. t. en 300 écus d'or, sur les •IjOOO dont le roi a fait don audit 
Philippe. 23. 



1. Cette lettre est postérieure au 30 juin 1470, date de la naissance de 
Charles VIII, et antérieure, à ce qu'il semble, à l'établissement de Bourré auprès 
de lui, en qualité de gouverneur, vers le 6 mars 1478. 

2. V. ladite lettre à la date du 24 février 1471, n° 688. 

3. Cette lettre, comme l'indique son contenu, est postérieure à la ligue du 
Bien Public, à la suite de laquelle Amiens avait été rendue au duc de Bourgogne 
avec les autres villes de la Somme, par le traité de Contlans, le 5 octobre 1465; 
cette ville ne fut reprise par Dammartin, au nom de Louis XI, qu'au mois de 
février 1471, et le roi s'y trouva au moins du 14 au 18 avril de cette même 
année ; c'est donc postérieurement à cette dernière date, et très probablement 
en cette année 1471, qu'il y a lieu de placer la présente lettre. 



^67 

701. — 20 juin i '»7^. Paris. — Mandement de Louis XI aux géné- 
raux de ses finances, défaire payer par Mathieu Beauvarlet, receveur 
général des finances sur et deçà les rivières de Seine et Yonne, à 
Jehan de la Brosse, « fèvre, » demeurant à Paris, une somme de 
75 1. t. pour 500 pelles ferrées, destinées à son artillerie. 24. 

702. — 25 juin m\. Paris. — Mandement de Louis XI à ses 
généraux des finances, de faire rembourser à M" François Halle, 
avocat au Parlement, une somme de i ,000 écus par lui avancés au 
roi. 24. 

703. — 25 juin -1471. Paris. — Assignations de gages et de pen- 
sions. Q 26. 

704. — 5 juillet iATi. — Mandement de Louis XI à Jehan de la 
Loère, receveur des finances de Languedoc. (Illisible, tant V écriture 
est effacée.) 25. 

705. — 21 juillet -I47f, Tours. — Mandement de Louis XI aux 
généraux des finances, de faire payer par Jehan de la Loère, rece- 
veur général des finances de Languedoc, •1,200 1. t. à Hugues de 
Bournazel, pour sa pension de l'année suivante. 26. 

706. — 21 juillet 1471. Tours. — Mandement de Louis XI à 
Jehan Herbert, général des finances, de faire payer par le receveur de 
la composition ordonnée en Languedoc, à cause de la révocation des 
francs fiefs et nouveaux acquêts, la moitié de ladite composition au 
comte dauphin d'Auvergne, outre ses pensions, pour l'indemniser 
des frais de sa dernière campagne contre les Bourguignons. 27. 

Suit un mandement de Jehan Herbert, donné en exécution de 
celui du roi. 

707. — 21 juillet 1471. Montils-lez-Tours. — Mandement de 

Louis XI à , lui notifiant quïl a donné à Jehan Herbert une 

somme de 1,000 écus pour la construction d'une maison à Mont- 
pellier, sur la composition des francs fiefs et nouveaux acquêts en 
Languedoc. 28. 

708. — 3 août 1471. Amboise. — Mandement de Louis XI à 
Jehan de la Loère de remettre à Jehan Briçonnet 12,000 1. t. pour le 
fait de son office, à prendre sur le produit de l'emprunt fait en Lan- 
guedoc. 28. 

709. — 10 août [1471]. Tresbes ? — Lettre de Loys Nyvart à 
Bourré, relativement à la pension que touchait le duc Jean de 



^68 

Calabre sur le produit du tirage du sel, à la part de l'empire ' . R 93, 

710. — 9 septembre [147-1]. Saint-Quentin. — Lettre de Jehan Le 
Prince à Louis XI, pour lui annoncer l'avancement rapide des forti- 
fications de Saint-Quentin ^. C 78. 

711. — [147-1 ?] — Requête de au roi Louis XI, tendant à 

obtenir l'envoi en Catalogne et en Roussillon d'une commission 
chargée d'y constater l'existence de mines d'argent et de plomb, et 
d'en rapporter des échantillons au roi ^. M 63. 

712. — 26 septembre 1471. Saint-Florent-lès-Saumur. — Man- 
dement de Louis XI au général des finances de Languedoc, de faire 
payer au Parlement de Toulouse les gages de l'année finissant le 
31 octobre suivant, montant à 6,000 1. t., et ceux de l'année sui- 
vante, montant à une somme égale. 29. 

713. — 7 octobre -147-1. Vendôme. — Mandement de Louis XI à 
Jehan Herbert, général des finances, de faire payer à son cham- 
bellan, le sire de Châteauneuf de Bertheroux, une somme de 200 1. 1. 
que le trésorier du Languedoc a refusé de lui payer, parce qu'elle ne 
figurait pas dans son état de Tannée -1470-H7-1. 30. 

714. — 24 octobre [-1471], Châtiilon. — Lettre missive du comte 
de Foix, prince de Viane, à Louis XI, pour se plaindre des soupçons 
dont il est l'objet, et lui annoncer l'arrivée prochaine de Gorbairan, 
sieur de la Roche, chargé de les dissiper ■*. G 39. 

715. — 27 octobre 4471. Orléans. — Mandement de Louis XI à 
Jehan Herbert, général des finances, de faire payer par Jehan de la 
Loère, receveur général des finances de Languedoc, à Michelet 
Gaillard, 42,077 1. t. pour les gages, « monteures et creues des Escoz 
et hommes d'armes de nostre garde. » 32. 

716. — Jour de Toussaint (l^"" novembre) [4471]. Villefranche-en- 

1. Jean d'Anjou^ duc de Calabre, était mort à Barcelone, le 16 décembre 1470. 

2. Une lettre missive de Louis XI, en date du 19 janvier [1471], avait ordonné 
de fortifier cette place, reprise sur le duc de Bourgogne le 10 décembre 1470 : 
Quicherat, Un Manuscrit interpolé de la Chronique scandaleuse, Bibl. de 
l'Éc. des f/i., 4° sér., I, 427. 

3. Peut-être cette requête se rattache- t-elle à l'ordonnance de septembre 1471 
relative aux mines, et dans laquelle précisément il est fait mention de celles de 
Catalogne : Ordonn. des Bois de Fr., XVIII, 446. 

4. Le comte de Foix avait été dénoncé par Olivier Le Roux, envoyé du roi en 
Espagne, qui s'était arrêté, pour le voir, à Mont-de-Marsan. Duclos, ouvr. cit., 
II, 317, 322. 



^69 

Rouergue. — Lettre de Lardit de Bar, sénéchal de Rouergue, en 
réponse à une lettre du roi, lui annonçant l'arrivée du sénéchal de 
Toulouse, porteur d'instructions à son adresse, et pour lui faire 
connaître le départ du sire de Gaucourt, qui retourne auprès du 
roi^. G 37. 

717. — Lettre de Louis XI chargeant Guillaume de Compaing, 
archidiacre, et Jehan Raguire, son secrétaire, de se rendre à Rome 
pour demander au pape Sixte IV de maintenir dans sa vigueur le 
serment par lequel le duc de Guienne s'était engagé à ne pas épouser 
Marie de Bourgogne ^. L ^3. 

718. — [Après le ^2 novembre ou décembre ^147^.] Paris. — 
Demande adressée par Gaulers à Louis XI de l'office de contrôleur 
des finances, vacant par la mort de Guillaume Lauvergnat^, pour 
obtenir la prompte exécution d'un jugement rendu à son profit contre 
un nommé Jacques de Croix, et pour signaler la résistance faite par 
les habitants de Gaen à l'exécution d'une sentence qui condamnait 
un nommé Jehan Lesens à une amende de 000 1. parisis. G 121. 

719. — ^7 novembre ^47^. Blois. — Mandement de Louis XI à 
Jehan Herbert, général des finances, de faire payer par Jehan de 
la Loère, receveur général des finances de Languedoc, à Jehan Bri- 
çonnet, receveur général des finances, une somme de 3,000 1. t. 
« pour subvenir aux menuz affaires, qui de jour à autres nous sur- 
viennent. )) 33. 

720. — 26 novembre ^47^. Montils-lez-Tours. — Mandement de 
Louis XI ordonnant aux généraux des finances de décharger Jehan 
Briçonnet d'une somme de i ,000 écus d'or avancée par sire Jehan de 
Pompadour, pour payer Dammartin, auquel on l'avait promise lors 
de la reddition du château de Rodelle. D 80. 

721. — 9 décembre -147'!. Montils-lez-Tours. — Mandement de 
Louis XI aux généraux des finances d'imputer sur les recettes de 
Me Jehan de la Loère, receveur général de Languedoc, la somme de 
5,750 L t. affectée par Jacques de Moulins, argentier et maître de la 
chambre aux deniers de la reine, aux dépenses de sa charge. 34. 

1. Du 3 au 16 octobre 1471, Louis .\1 ne bougea presque pas de Venùôme, où, 
suivant Lardit de Bar, avait été écrite la lettre à laquelle il répond. 

2. Le Recueil Legrand, B. N., f. fr. 0978, f° 99, renlerme une copie de cette 
pièce, datée du 4 novembre 1471. 

3. Guillaume Lauvergnat vivait encore le 15 mars 1471, comme il résulte 
d'une missive de Louis XI de celte dernière date, où il est meulionué. 



no 

722. — U7^. Falaise. — Condamnation par contumace du nommé 
€hristophe Jehan, atteint et convaincu du crime de fausse monnaie, 
au bannissement et à la perte de ses biens. J 54-55. 

723. — Lettre de à relativement à Michel de Lagrange, 

marié à la nièce de Morvilliers, au voyage à Rome de Patrix Fouc- 
quart, du sénéchal de Périgueux, et d'un chapelain dudit Morvil- 
liers ^ G 99. 

724. — [Fin de ]A7].] — Lettre missive de Louis XI aux sieurs 
Dubois et Albert. (jU. 

725. — un. — Mandement de Louis XI à Pierre d'Oriole d'ap- 
pointer à son secrétaire, Glérembaut de Ghampange, l'augmentalion 
de -10 1. t. par mois accordée à Robert Salmon, canonnier ordinaire 
du roi. N 72. 

726. — [^ 47-1 .] — Lettre missive de Louis XI aux habitants de 
Tours. H 64. 

727. _ Janvier ^472. — Mandement de Louis XI aux trésoriers 
de France de faire payer par Gilles Cornu, changeur du Trésor, à 
Aubert Pavez, 300 1. t. pour ses gages de deux années échues en 
décembre 147^. 20. 

728. — 7 janvier -1472. — Serments de Guillaume de Hangest et 
de RauUn Cochinart de garder loyalement pour le roi, le premier, la 
place de Saint-Dizier, le second celle de Sainte-Menehouldt. G 130. 

729. — 13 janvier 1472. — Promesse de Guillaume du Chastelet, 
seigneur de Saint- Amand et capitaine de Grissy en Bassigny, de 
bien et « loyaument » garder ladite place, et de n'y mettre homme 
qui puisse porter dommage au roi. E 65. 

730. — 15 janvier 1472. Amboise. — Mandement de Louis XI 
aux généraux des finances de faire payer par Jehan de la Loère, 
receveur général des finances de Languedoc, une somme de 17,223 1. 
11 s. t. à Martin Le Roy, pour les dépenses de l'écurie. 47. 

731. _ [^472.] — Minutes de mandements, dont deux ou trois 
raturées ; celle qui ne l'est pas commence par ces mots : « Gomme 

1. Cet envoi fait par Morvilliers d'un de ses chapelains à Rome se rapporte, 
comme les lettres du roi du 4 novembre 1471 (n° 717 ci-dessus), aux démarches 
faites par le duc de Guienne pour être relevé de son serment de ne pas épouser 
Marie de Bourgogne. 



par rentencion que nous avons de nous servir el aider de nostrc 
cousin, le sire de Labret^ » Le dispositif manque. G 59. 

732. — 28 janvier 1472. Montils-Iez-Tours. — Engagement pris 
par Louis XI de respecter la convention passée avec le sire d'Al- 
bret. G 28. 

733. — 30 janvier -1472. Amboise. — Engagement pris par 
Louis XI de payer à Jehan Delur, dit Chancelier, une somme de 
2,000 écus pour le récompenser de ses services. 2-1 . 

734. — « Assiette de la taille mise sus en Normandie, pour l'année 
commençant en janvier MGGCGLXXI (v. st.), montant, comprins les 
frais, iiiic XXI™ m"^ xii 1. t. » P 45. 

735. — 7 février -1472. Amboise. — Mandement de Louis XI aux 
généraux des finances de faire payer par Jehan de la Loère, receveur 
des finances de Languedoc, la pension de 2,000 1. t. accordée à 
Charles d' Amboise, seigneur de Charenton, dont 800 de crue. 23. 

736. — 9 février -1472. Amboise. — Mandement de Louis, XI à 
Jehan de la Loère de payer, par exception, sur ses finances de Lan- 
guedoc, à Charles d'Amboise, seigneur de Charenton, les 2,000 1. t. 
de sa pension de la présente année, et les 2,000 1. t. à lui données 
pour reconstruire son château de Chaumont. 22. 

737. — \i février -1472. Amboise, — Mandement de Louis XI à 
Jehan Herbert, général des finances de Languedoc, de payer à Noël 
Le Barge une somme de 2,000 1. t. pour les nobles de Roussillon. 
K 79. 

738. — ^^ février ^472. Amboise. — Mandement de Louis XI à 
Jehan Herbert, receveur général des finances en Languedoc, de faire 
payer par Jehan de la Loère à Pierre de la Touche la somme de 
^00 écus. I 38. Au v" du même feuillet, une lettre de Jehan Herbert 
à de la Loère lui ordonnant de payer à Pierre de la Touche ladite 
somme de 100 écus. 

739. — 13 février ^472. Tours. — Lettre de Guillaume Gousinot 
à Louis XI relativement aux mines -. G 75. 



1. Voir la pièce suivante, n» 732. 

2. CeUe leUre se rapporte évidemment à l'ordonnance de septembre 1471 sur 
les mines, car cette dernière est signée Flameng , c'est-à-dire du secrétaire 
auquel, suivant la présente lettre de Cousinot, la rédaction en avait été confiée. 
Il y a donc lieu, croyons-nous, de placer cette lettre en 1472, cinq mois environ 



-172 

740. — 28 mars ^1472. Tours. — Quiltance donnée par Mathieu 
Beauvarlet à Bourré d'une somme de ^,200 écus d'or (-1,650 I. t.), 
à employer pour une fondation en l'église de Saint-Marcou, au dio- 
cèse de Léon. 1-128. 

741. — 7 avril [-1472]. Tours. — Lettres des gens du Conseil du 

roi à pour lui donner leur avis sur la nécessité de tenir les gens 

d'armes sur pied, quoiqu''il fût question d'une prolongation de 
trêve ^ H ^ . 

742. — 30 avril [^472]. Plessis-du-Parc. — Lettre missive de 
Louis XI au gouverneur du Roussillon et à Tanneguy du Ghâtel. D 38. 

743. — 3 mai [U72]. Cognac. — Lettre d'Yvon du Fou à Louis XI 
annonçant la capitulation de Cognac, où commandait le sire d'Archiac, 
qu'il lui envoie sous bonne garde, et sollicitant pour celui-ci l'indul- 
gence royale; il lui annonce en même temps le supplice prochain, à 
Bordeaux, de l'abbé de Saint- Jean 2. 0-18. 

744. — 3 mai -1472. Plessis-du-Parc. — Mandement de Louis XI 
aux généraux des finances de Languedoc, de faire payer par Loys 
Nyvart, trésorier et receveur général des finances de Languedoc, sur 
les ^ 0,000 1. t. accordées au roi par les états de cette province, 
au mois d'avril précédent, une somme de -1,200 1. t. de pension à 
Claude de Montfalcon, écuyer. 36. 

745. — 6 mai [-1472]. Plessis-du-Parc. — Lettre missive de 
Louis XI à Tanneguy du Ghâtel. F 34. 

746. — 7 mai [-1472]. Plessis-du-Parc. — Lettre missive de 
Louis XI à Tanneguy du Châtel. D 40. 

747. — - 9 mai [U72]. Plessis-du-Parc. — Lettre missive de 
Louis XI à Tanneguy du Châtel. D 46. 

après l'ordonnance que, suivant l'expression de Cousinot, « il avait pieu naguières 
au Roy commander. » Ordonn. des B. de Fr., XVI, 176. 

1. Une trêve avait été conclue à Amiens, le 4 avril 1471, entre Louis XI et le 
duc de Bourgogne, pour durer jusqu'au 5 juillet suivant; le 4 juillet 1471, elle 
fut prorogée jusqu'au 1" mai 1472; le 7 avril 1472, il était question de la pro- 
roger encore : un nouvel armistice fut, en effet, conclu ; il devait durer du 
1"^' mai au 15 juin 1472, mais la mort du duc de Guienne, en mai 1472, 
fournit à Charles le Téméraire une occasion de le rompre brusquement; le 
11 juin, il assaillit la ville de Nesle, dont la garnison fut massacrée. B. N. ms. 
fr. 3887, f 128. 

2. Une lettre missive de Louis XI, en date du 7 mai 1472, témoigne qu'il ne 
vit pas de bon œil l'indulgence dont Yvon du Fou avait fait preuve pour le 
sire d'Archiac, compromis dans les menées du duc de Guienne. 



748. — ^A mai [^472]. Plessis-du-Parc. — Lettre missive de 
Louis XI à Tanneguy du Ghûtel et au sire de GrussoL D 42. 

749. — -15 mai [-1472]. Plessis-du-Parc. — Lettre missive de 
Louis XI à Tanneguy du Ghâtel et au sire de GrussoL D 44. 

750. — 25 mai []472]. Rouen. — Lettre missive de Guillaume 
Picard à Bourré sur la mort du duc de Guienne, et sur les prépa- 
ratifs de défense en Normandie contre une invasion du duc de Bour- 
gogne ^ G -14. 

751. — Demande de lettres d'affranchissement en faveur des offi- 
ciers du feu duc de Guienne ^. M 90. 

752. — Jeudi Tours. — Lettre de J. de Tartas à Bourré, lui 

annonçant qu'il s'est rendu à Tours, avec les députés de la ville de 
Poitiers, où règne une épidémie, pour obtenir des lettres de perpé- 
tuation en faveur du Parlement de cette dernière ville, et lui 
remettre 2,000 fr. pour le roi ^. F ]2i. 

753. — 29 mai ■1472, — Serment prêté par Paillard d'Urfé, Loys 
Sorbier, M. de Dampierre, François de Clermont, etc., sur le chef de 
Saint-Eutrope. I 56. 

754. — Fragment de lettre ou de mémoire qui semble relatif à 
l'enquête ouverte au sujet de la mort du duc de Guienne. G 99. 

755. — Requête de Richard de Badefol à Louis XI, pour obtenir de 
lui 500 réaux, en compensation des 500 qu'il s'était engagé à payer 
au roi Charles YII, pour la châtellenie de Gasaux, afin de pouvoir 
subvenir aux dépenses qui lui avaient été imposées par les obstacles 
mis à sa jouissance par le feu duc de Guienne. M 62. 

756. — Requête de à Louis XI pour obtenir que sa pension 

fût portée à J ,200 fr., pour être payé des 800 fr. à lui appointés par 
le feu duc de Guienne et de ses frais de voyage en Espagne. M 86. 



1. V. sur la campagae dvi duc de Bourgogne en Normandie la Chronique 
scandaleuse. Elle s'ouvrit après la levée du siège de Beauvais par Cliarles le 
Téméraire, le "2î juillet 1472. 

2. Je réunis ici tous les documents qui, comme celui-ci, se placent après la 
mort du duc de Guienne, le 24 mai 1472, et qu'il ne m'est pas possible de dater 
d'une manière plus précise. 

3. La démarche dont il est ici question est antérieure aux lettres du 1" juin 
1472, par lesquelles Louis XI rétablissait à Bordeaux le Parlement qui avait été 
transféré à Poitiers, après la cession de la Guienne à Charles de Franco. Ord. 
des R. de Fr., XVII, 511. 

42 



474 

757. — Requêtes diverses relatives aux paiements restés en souf- 
france par suite de la mort du duc de Guienne. I 53. 

758. — « Ce que monsieur le seneschal de Xaintonge avoit de 
monsieur de Guienne. » I 65. 

759. — Requête de [du Bouchage] ? à Louis XI pour obtenir le 
mandement des restes dus à feu Mgr de Guienne, c'est à savoir les 
jugeries de Verdun, de Rivière et du comté d'Armagnac, qui lui 
ont été attribuées. 77 ^ 

760. — [4 472.] — Requête du sire d'Albret au roi pour obtenir 
l'assignation de sa pension en Limousin ou en Périgord, l'élévation 
de cette même pension, qui, depuis trois ans, avait été diminuée de 
-1/200 1. t., la réduction à 900 1. t. des 1,700 1. t. de crue, sur ses 
sujets d'Agenois et de Bazadais, enfin la prestation d'hommage de 
qui de droit pour les châtellenies de Lineuil et de Gapdueil, au besoin 
par un arrêt du Parlement de Bordeaux ^. G 4 64. 

761. .— Mai -1472. Plessis-du-Parc. — Mandement de Louis XI 
aux maire et échevins de Tours de faire bailler et délivrer par les 
« armuriers et brigandiniers » de leur ville trois « arnois complets 
de solde et de mesure, avecques six brigandines garnies de salades. » 
36. 

762. — [4 472.] — « Memoyre de monsieur de Bochage de dire au 
roy que monsieur le seneschal de Poictou m'y avoit enchargé de 
dire 3. » G 467. 

763. — 44 juin 4472. Saint-Florent. — Don fait par Louis XI à 
Du Bouchage des terres du comte d'Armagnac, qui avaient été 
d'abord attribuées au feu duc de Guienne. 37. 

764. — 24 juin [4472]. Ghalonne. — Lettre missive de Louis XI 
aux gouverneurs de Roussillon et d'Anjou. D 25. 

765. — 24 juin [4472]. Ghalonne. — Lettre missive de Louis XI 
au duc de Bourbon et aux « vielz gouverneurs. » D 24 . 



1. V. ci-dessous, n° 763, les lettres de Louis XI faisant droit à cette demande, 

2. Le sire d'Albret entendait se faire payer sa résistance aux offres du duc de 
Guienne pour l'entraîner dans une coalition contre Louis XL Duclos, ouvr. cit., 
II, 335. La requête doit être postérieure au 1" juin 1472, puisqu'il est question 
de recourir au Parlement de Bordeaux, rétabli par lettres royales de cette der- 
nière date. 

3. Relatif à l'expédition de Charles le Téméraire dans l'Ile-de-France et la 
Normandie, pendant l'été de 1472. 



766. — [ÉLé de '1472.] — Lettre missive de Louis XI au bailli de 
Dreux. 21 . 

767. — 28 juillet [1472]. Au Champ, près le Las. — Lettre 
de Grussol à Bourré, trésorier , sur le payement de ses gens de 
guerre '. F 32. 

768. — 31 juillet [^472]. Ghâteau-Gontier. — Lettre de Grussol à 
Bourré pour lui demander un mandement astreignant les habitants 
de Ghâteau-Gontier à faire le guet, pendant qu'il s'absentera lui et ses 
hommes. F 43. 

769. — 6 août [1472]. La Guierche. — Lettre missive de Louis XI 
à Bourré. 43. 

770. — ^ 3 août \ 472. Rome. — Bulle du pape Sixte IV à Louis XI 
relative aux grâces expectatives, aux causes bénéficiâtes, aux levées 
de subsides sur le clergé, suivie d'un bref au roi relativement à une 
ambassade que celui-ci avait envoyée à Rome. L ^ et 2. 

771. — -15 août [1472]. Monteseur. — Lettre missive de Louis XI 
au chancelier, à d'Oriole et à Bourré. D 48. 

772. — Dimanche -16 août [-1472]. Laval. — Lettre de Pierre 
d'Oriole et de Jean Herbert à Jean Bourré pour lui annoncer que le 
roi a demandé xvii<^ f., « tant pour la fortiffication de la place d'An- 
cenys, que pour rompre l'Ysle. » E Si. 

773. — 28 août [1472]. Ghâteau-Gontier. — Lettre du sire de 
Grussol à Bourré lui rappelant que MM. de Bueil, de la Forest et 
lui^ lui ont écrit pour lui demander le payement de leurs gens 
d'armes. F 29. 

774. — 6 septembre -1472. Les Ponts-de-Gé. — Mandement de 
Louis XI à Pierre Mandonnier, commis au payement des gen- 
tilshommes de son hôtel, de payer à Bertrand de Linicres, mis en la 
place de Johannot de Bedueil, la somme de 200 écus d'or pour ses 
gages du mois. 37. 

1. II semble que cette lettre se rattache à la défense de IJeauvais, qui venait 
de finir par la retraite de Charles le Téméraire, le 22 juillet 1472; dans tous les 
cas, elle est antérieure au mois d'août 1473, date de la mort de Crussol. Jl est 
à remarquer que Crussol donne ici à Bourré le titre de trésorier, quoiqu'il ne 
le fût pas encore ; il n'était pas le seul à commettre cette erreur, où il y a peut- 
être une intention de ilatlerie. 

2. V. ci-dessus, n" 767. 



\7i} 

775. — \\ septembre -1472. — « Coppie des appoinctements des 
logeiz des gens de guerre en Roussillon. » K 8^ . 

776. — [U72.] — « Mémoire à monsieur le maistre d'ostel Phi- 
lippe Guerin, de ce qu'il a à dire à monsieur de Ghastillon, de par 
leroy ^ » G 36. 

777. — [^472.] — « qu'il essaye de se saisir des places qui 

sont en Ghampoigne, tenues du roy par ceulx qui tiennent le parti 
de Bourgongne. » J 50. 

778. — [i472.] — « Mémoire depescher Philippe Guerin pour s'en 
aller devers Monsieur de Ghastillon, pour lui dire et remonstrer, 
comme il a sceu la prise de Monsaujon... » I 47. 

779. _ [^472.] — Mandement de Louis de Laval à Guillaume 
Godet de payer à Pierre le Barbier une somme de ^3 s. 9 d. t. pour 
un voyage de Châlons à Reims, pour le service du roi. 66. 

780. — [Après -1472.] — Requête de François, comte de Dunois, 
à Louis XI, pour être payé de sa pension de -12,000 1. et obtenir une 
partie des bois d'Arqués et deGauny, pour reconstruire Longueville^, 
un subside de 500 1. t. à lever sur ses terres de Vouvant et de Par- 
thenay pour réparer ces deux places, enfin une indemnité pour les 
ravages commis dans sa terre de Havrech quatre ans auparavant. 
G ^37. 

781. — 6 octobre [1472]. La Roche-aux-Aulbins. — Mandement 
de Louis XI à Bourré de payer au sénéchal de Toulouse ce qui lui 
avait été attril)ué sur les « restes deuz » au feu duc de Guienne. A -I . 

782. — -13 octobre [-1472]. Le Plessis-Baudoin. — Lettre missive 
de Louis XI à Bourré. F 34 , 

783. — 4 6 octobre -1472. — Reçu donné par Jean de Beaune, 
marchand de Tours, à Jehan Plouvier, marchand, demeurant à 
Valence, de la somme de 2. 891 l. 14 s. 2 d. t. à compte sur 5,000 1. t. 



1. V. la Chronique scandaleuse : « En ces entrefaites, aucuns tenans le party 
dudil de Bourgogne, comme le comte de Roussi, (ils dudit connestable, et autres 
de leur party, tinrent les champs au pays et marches de Bourgogne, et se vinrent 
espandre et loger en la comté de Tonnerre, où ils ne trouvèrent aucune résis- 
tence. Et en gastant et détruisant pays, vinrent jusques à Joigny, qui fut fort 
secouru par les gens du roy et ne l'eurent point, et puis s'en allèrent vers 
Troyes, boutans feu es granges et villages. » 

2. Longueville avait été brûlée pendant la campagne du duc de Bourgogne en 
Normandie, au mois d'août 1472. Chron. scand. 



477 

que ledit Plouvier doit au roi, et dont ledit de Beaune s'engage à lui 
faire donner quittance. J -{24. 

784. — 28 octobre [4472]. Villeloin. — Lettre missive de Louis XI 
à Tanneguy du Ghâtel. D 23. 

785. — 30 octobre [4472]. Amboise. — Lettre missive de Louis XI 
à Yvon du Pou. H 26. 

786. — Octobre 4472. Amboise. — Mandement de Louis XI à Noël 
Le Barge, trésorier des guerres, de payer à Jehan le Tondeur, son 
canonnier, 4 46 1. 7 s. 6 d. t. à compte sur les 426 1. t. qui lui sont 
dues pour transport d'artillerie en Saintonge. 38. (Ge document 
est en double exemplaire.) 

787. — 6 novembre 4472. — Quittance du chapitre de Saint- 
Aignan d'Orléans à Jehan Briçonnet, conseiller et receveur des 
finances, de la somme de 43 1. 3 s. 4 d. t. à lui donnée par le 
roi. F 74. 

788. — 43 novembre [4472]. Pouans (Pouencé?). — Lettre missive 
de Louis XI à Tanneguy du Ghàlel. D 4. 

789. — 46 novembre 4472. — Lettres des moines de Saint-Hubert 
en Ardenne à Bourré, trésorier de France \ pour lui annoncer l'ar- 
rivée prochaine du prieur de Périers, chargé de leurs affaires, et le 
recommander à sa bienveillance. F 42. 

790. . — Assignation des pensions de Lescun, Souplainville et 
Odet d'Aydie, frère dudit Lescun ^. H 29. 

791. — 7 décembre [4472]. La Ferté-Bernard. — Demande de.... 
à Louis XI d'une indemnité pour les dégâts causés par la guerre 
dans le comté de Guise ^. G 80. 

792. — 9 décembre 4472. Dinechien. — Lettres par lesquelles 
Louis XI accorde au sire de Soupplainville les offices de maire de 
Bayonne et de prévôt d'Acqs, la seigneurie de Saint-Scver, une 
somme de 6,000 écus e'. une pension de 4,200 fr. 39. 

793. — 9 décembre 4 472. Montils-lez-Tours. — Mandement de 



1. Encore à cette date, Bourré n'était pas trésorier de France. 

2. Le 26 novembre 1472 fut conclu le traité en vertu duquel furent accordés 
les avantages énoncés dans ce document. Dupuy, o\ivr. cit., I, 319, 320. 

3. Le plaignant doit être le comte de Saint-Pol, connétable de France, auquel 
le roi avait, en 1466, à l'occasion de son mariage avec Marie de Savoie, fait 
céder le comté de Guise par Charles d'Anjou, comte du Maine. V. ci-dessus n" 676. 



ns 

Louis XI aux généraux des finances, de faire payer par Jehan de la 
Loère à Jacques Demoulins une somme de 3,750 1. t. pour subvenir 
aux dépenses de l'argenterie et de la chambre aux deniers de la reine. 
Suit un mandement de ladite somme de Jehan Herbert à Jehan de 
la Loère, en exécution de l'ordre du roi. 34. 

794. — H décembre -1472. Dinechien, près le Puy Belliart. — 
Mandement de Louis XI à ses trésoriers de faire payer par Dreux 
Budé, sur les revenus du sceau de la chancellerie, à Guion Ridereau, 
son valet de chambre, 37 1. -10 s. t., et à George de Sars, son veneur, 
^00 1. t., pour leur entretien. 40. 

795. — 46 décembre ^472. Le Puy-Belliart. — Mandement de 
Louis XI aux généraux des finances de faire payer par Jehan Bri- 
çonnet, receveur général des finances, à Patrix Foucart, sénéchal de 
Saintonge, -1,000 1. t. par an que lui donnait le feu duc de Guienne, 
en sa qualité de chambellan. 4-1. 

796. — 23 décembre 1472. Mortagne. — « Double du povoir 
donné à messieurs le gouverneur de Roussillon et maistre Guillaume 
de Gerisay, pour besoigner avec messieurs et dame de Montsoreau, » 
.... au sujet du mariage de leur fille, Hélène de Jambes, avec Phi- 
lippes de Gommines, en faveur duquel mariage le roi donne auxdits 
sieur et dame 22,000 écus d'or et rembourse audit Gommines tout 
ce qu'il a dépensé pour l'acquisition de la terre d'Argenton. J 84-83. 

797. — 24 décembre [-1472]. Mortagne. — Lettre missive de 
Louis XI à Tanneguy du Châtel. D -13. 

798. — 26 décembre [U72]. Mortagne. — Lettre missive de 
Louis XI à Tanneguy du Ghâtel. D -14. 

799. — [-1472.] — Requête du sénéchal de Saintonge pour être 
maintenu en jouissance des 100 fr. de gages que lui donnait le duc 
de Guienne pour la garde du château de Saint-Jean-d"Angély, et 
d'une autre somme de ^00 fr. pour son lieutenant. M 7. 

800. — Mandement de Louis XI aux généraux des finances de 
faire payer, pour le comte dauphin d'Auvergne, une somme de 
i,330 1. t. à Jehan Quotier, « marchant, suivant la court, à cause 
de drapz de soye et de laine, de lui prins par les gens dud. comte 
daulphin. » E -l-l. 

801. — -1472. — Engagement pris par Louis XI, de faire 

remettre à Noël Le Barge, trésorier des guerres, 2,000 1. 1. assignées 



179 

sur les finances de Languedoc, « pour le paiement de certain nombre 
de gens nobles du pais de Roussillon. » G \69. 

802. — [^'572.] — Requête de Thierry de Lenoncourt à Louis XT, 
pour être maintenu en possession des seigneuries de Nancret, de 
Bertanha, de Gastelnau et de la Barrera, qu'il tenait du duc de 
Guienne. M 34. 

803. — [^472.] — Mandement de Louis XI aux généraux des 
finances de faire décharger par le changeur le receveur ordinaire de 
Paris, pour l'année commencée le 24 juin 1472, de la somme de 
428 1. t. ordonnées par le roi pour la sainte chapelle de Paris. 3 UA. 

J. Vaesen. 
{A suivre.) 



PHILIPPE LE BEL 



ET 



LA MAISON DE LUXEMBOURG 



Le comte de Luxembourg, qui devint empereur sous le nom 
d'Henri VII, paraît être le premier personnage de sa famille qui 
ait eu avec la France des relations dignes d'être historiquement 
constatées. Ce n'est pas à dire qu'il ait par lui-même joué un rôle 
considérable dans nos affaires, quoiqu'il ait mis à néant un des 
plus grands projets de Philippe le Bel. Mais c'est le père de ce 
fameux roi Jean de Bohême, le plus fidèle et le plus glorieux des 
alliés de la France ; il n'est donc pas sans intérêt de rechercher 
dans le père l'explication des sympathies du fils. En outre, un 
frère d'Henri VII, Baudouin de Luxembourg, a eu, lui aussi, dans 
sa jeunesse, quelques relations avec la cour de France, et nous 
savons que le roi Jean alla souvent puiser dans les souvenirs et les 
conseils de son oncle des inspirations pour sa politique française. 
Nous noterons donc les principaux faits qui rattachent à la France 
Henri et Baudouin de Luxembourg ; ces faits ont du reste l'avan- 
tage d'être le point de départ de l'illustration de leur nom. 

C'est en efiet à des influences françaises qu'Henri de Luxem- 
bourg doit les commencements de sa fortune. 11 résulte des 
témoignages contemporains qu'il passa une grande partie de sa 
jeunesse à Paris, dans l'entourage royal; et, si l'on en croit cer- 
tain chroniqueur, ce serait Philippe le Bel en personne qui l'au- 
rait armé chevalier. En tout cas, il est hors de doute qu'il fut 
marié par les soins d'une reine de France, la veuve de Philippe 
le Hardi*. D'autre part, on retrouve dans les débris de nos 



1. Alb. Mussalus. ap. Muralori, lib. XVI, rub. 3. — Wurth-Paquet, Table 



archives quelques traces de ses fréquents séjours à Paris et de 
ses relations avec la noblesse du royaume*. Mais ce qui surtout 
prouve combien la France imprima profondément sa m.arque sur 
Henri, c'est que ce prince, absolument Allemand par sa naissance 
et par le rang suprême auquel il parvint, ne parla jamais bien 
d'autre langue que la nôtre ; et l'on vit ce spectacle assez curieux 
d'un empereur d'Allemagne qui, quoique Allemand, ne savait pas 
l'allemand et dont la chancellerie rédigeait même les diplômes en 
français^. 

En reprenant l'ordre chronologique des événements , nous 
voyons que, dès 1294, Philippe le Bel, sur le point d'entrer en 
campagne contre les Anglais dans le midi de la France, fît avec 
Henri de Luxembourg un traité aux termes duquel il s'engageait 
à lui payer annuellement 500 livres tournois de rente à titre de 
fief héréditaire, en retour de l'hommage-lige promis à lui et à ses 
successeurs par le comte de Luxembourg. Celui-ci recevait en 
outre 6,000 livres tournois pour défrayer et solder un contingent 
de 200 armures de fer destiné « a défendre le roïaume de France 
contre le roi d'Angleterre, ses allés et ses aidans, et generaument 
contre touz sans excepter nullui^. » Cette convention fait partie 
d'une série de traités analogues passés alors par Philippe avec 



chron. des chartes et dipl. d'Henri VU, dans les Publ. de la Soc. arch. de 
Luxembourg, XVII, 4. — Bertholel, Hist. de Luxembourg, V, 293 et lxxvi. — 
"Wurlh-Paquet, loc. cit., p. 61, n" 127. 

1. Archives nationales. Trésor des chartes, J G08. 

2. Un chroniqueur bien informé, Alb. Mussalus, nous apprend qu'Henri se 
servait dans la vie privée de Yidtoma Gallicum (cité dans les Publ. de la Soc. 
arch. de Luxembourg, ibid., introd., p. 27). Les comptes de sa maison, dont il nous 
reste des fragments fort intéressants, étaient tenus en français et supputés, du 
moins jusqu'à son couronnement à Rome, en monnaie de France. « Contes Gile 
[de le Marcelle] trésorier de despens d'ostol le Roy, du ix jour de février l'an 
MCCC et XI, qu'il entrai on l'offisse... jukes à l'entrée d'avril, l'an MCCC et 
XII... » {Acta Henrici VL, collecta a F. Bonainio, Florence, 1877, in-S"; 
V part., p. 293 et suiv., n"' 183 à 189.) Enfin, M. "Wurth-Paquet, qui a parti- 
culièrement étudié la diplomatique d'Henri VII, nous a déclaré n'avoir jamais 
vu un acte en allemand émané de cet empereur. Cf. Recherches sur les relut, 
politiques de la France avec l'Allemagne (Bibl. de l'Éc. des hautes études), 
par M. Leroux, p. 1.33 et note 1. 

3. Pontoise, novembre 1294 (Arch. nat., Trésor des chartes, J 608, n"' 4 et 
6). Le comte de Luxembourg faisait des réserves en faveur de l'empereur, des 
archevêques de Cologne et de Trêves, du comte de Flandre, etc., en raison de ses 
liens féodaux. 



^182 

un certain nombre de princes allemands, pour les empêcher de 
suivre l'exemple de l'empereur, leur suzerain, gagné par l'or du 
roi d'Angleterre, Mais il n'est pas établi qu'Henri ait pris la 
moindre part à l'expédition dont il s'agit. 

Peu de temps après, le comte de Luxembourg envoya à Paris 
le plus jeune de ses deux frères, Baudouin, alors âgé de treize 
ans, pour étudier aux écoles ^ Baudouin y resta d'abord cinq 
ans. C'est dans cet intervalle qu'eurent lieu les célèbres états de 
1302. Le comte de Luxembourg, vassal du roi de France, y fut 
convoqué ; il prit part aux assemblées, et son nom figure au pre- 
mier rang des grands feudataires qui apposèrent leur sceau à 
l'adresse des nobles contre Boniface VIII^. 

La guerre de Flandre, qui survint, sépara un instant Philippe 
le Bel et le comte de Luxembourg : dans la convention de 1294, 
Henri avait eu soin de ne pas s'engager contre le comte de 
Flandre. Mais, après l'affaire de Mons-en-Puelle, il fut un des 
premiers à proposer la paix. En même temps, il faisait retourner 
à Paris le jeune Baudouin, qu'il en avait rappelé au début des 
hostilités. Ce fut même l'occasion d'un nouveau traité, par lequel 
le comte de Luxembourg promettait, pour lui et pour son frère, 
de garder les alliances conclues avec le roi de France. En retour, 
il semble que Philippe ait réussi à apaiser une querelle entre le 
duc de Brabant et le comte Henri^. 

A la fin de 1305, l'archevêque de Bordeaux, Bertrand de Got, 
fut couronné pape à Lyon. Cette cérémonie attira, comme l'on 
sait, dans la ville un très grand nombre de seigneurs, parmi les- 
quels nous retrouvons Henri de Luxembourg dans la suite du roi 
de France"*. On ne peut admettre qu'il ait entrepris ce lointain 
voyage uniquement pour baiser la mule du nouveau pape. D'autre 
part, il pouvait aisément alléguer un prétexte pour décliner l'in- 
vitation du roi. Qui est-ce qui aurait pris garde à l'absence 
du comte de Luxembourg? Mais, quoique Baudouin n'eût 

1. Gesta Baldevint de Luczenburch, lib. I, c. viii, ap. Baluze, Miscellanca, 
édit. de Lucques, I, 313. 

2. Dupuy, Preuves du différend de Philippe le Bel avec Boniface VIII, p. 60. 

3. Chron. comitum Fland., ap. Corpus chron. Fland. Bruxelles, 1857, I, 
178. — Wurth-Paquet, loc. cit., p. 118, n" 418 et p. 116. — G. de Fracheto, 
dans le Rec. des hist. de France, XXI, 25. ~ Jean de Saint-Victor, ibld., 644. 

4. Wurth-Paquet, loc. cit., p. 119. 



fS3 

que vingt ans et ne fût encore qu'un écolier, Henri rêvait déjà 
pour lui une haute situation en Allemagne : il voulait en faire un 
électeur ecclésiastique, et cela valait la peine d'aller à Lyon, 

Il y avait dans cette ambition un sens politique qui n'échap- 
pera à personne. Un électorat ecclésiastique, quel qu'il lut, devait 
étendre l'influence luxembourgeoise, non seulement sur les pays 
rhénans, mais encore sur toute l'Allemagne, en faisant pour la 
première fois entrer en ligne de compte dans une élection impé- 
riale l'opinion de la maison de Luxembourg. Et en s'appuyant 
sur l'amitié de Philippe le Bel pour forcer la main du pape, Henri 
se montrait habile. Mais le pape refusa. 

Soit qu'il fiât préparé à un premier échec, soit qu'il dissimulât 
ses sentiments, le comte de Luxembourg ne paraît pas s'être 
affecté de cette déconvenue. Il prit patience, soignant la popula- 
rité qu'il avait acquise sur les bords du Rhin et attendant une 
occasion plus favorable. L'événement prouva qu'il n'avait pas eu 
tort, car, grâce à l'archevêque de Mayence, grand ami de sa 
famille S un courant sympathique à Baudouin s'établit peu à peu 
en Allemagne, et, le 7 décembre 1307, celui-ci fut élu archevêque 
de Trêves. 

Le roi et la reine de France témoignèrent leur contentement de 
l'élévation de leur jeune hôte ; comme il n'avait pas l'âge cano- 
nique, ils s'employèrent auprès du pape pour obtenir les dispenses 
nécessaires ^ Baudouin de son côté ne voulut pas quitter Paris 
sans faire au roi une promesse solennelle de foi et de loyauté, en 
reconnaissance de l'hospitalité et des services qu'il en avait reçus ^. 
Quand il s'agit d'hommes politiques de la valeur de Philippe le 
Bel, il faut regarder au delà des sentiments et des parchemins. 
En aidant Baudouin à monter au siège électoral de Trêves, il avait 
réfléchi qu'il augmentait la dette de la maison de Luxembourg 
envers lui; nous ne tarderons pas à voir dans quelles circons- 
tances il comptait en exiger le paiement. Cependant, si l'on 
admet (ce qui n'est pas invraisemblable) que, dès ce moment, 
Henri avait résolu de tirer tout le profit possible de son alliance 
avec Philippe, sans aller jusqu'à dire que le roi de France fit un 
pas de clerc en cette occasion, nous reconnaîtrons tout à l'heure 

1. Gallia christ iana, V, 492. 

2. Joannes Victoriensis, ap. Bœhnier, Fontes rer. germ.. I, 358. 

3. Paris, avril 1308 (Bibl. nat., fonds latin, 10910, p. 237). 



184 

qu'il trouva son maître dans la personne du comte de Luxem- 
bourg. 

Mais, auparavant, il convient d'examiner une question assez 

intéressante. 

Jean de Luxembourg, le fils unique du comte, était né le 
10 août 1296. Son historien dit qu'il fut envoyé à Paris par son 
père pour y perfectionner son éducation ; il assure même qu'il fut 
élève de l'Université de cette villes 

Dans le silence des textes et devant la difficulté d'accorder les 
dates, nous pouvons tout d'abord retrancher de cette assertion 
ce qui est relatif à l'Université de Paris ^. Quant à un séjour de Jean , 
pendant sa première jeunesse, au milieu du monde turbulent qui 
s'agitait alors à la cour du roi de France, il nous paraît plus accep- 
table. Du moins il expliquerait assez bien certaines particularités 
de l'existence aventureuse de ce prince. Le souvenir du roi Arthur 
et de la Table-Ronde, vestige caractéristique d'une éducation féo- 
dale française, poursuivit le roi de Bohême dans des jours de désen- 
chantement et lui valut, appliqué à la réalité de la vie, autant de 
mécomptes que de réputation^ D'autres présomptions peuvent se 
tirer de l'exemple de son père, qui fut élevé en France et y entre- 
tint presque jusqu'à sa mort des relations très avantageuses et 
très suivies ; de la présence de Baudouin, oncle de Jean, à Paris 

1. Schœtter, Johann, Graf v. Luxemburg. und Kœnig v. Bœhmen. Lux., 
Buck, 1865, 2 vol. ia-8» ; I, 58 et 59. 

2. Schœtter n'appuie son affirmation que sur un passage d'un écrivain 
moderne, Barrou {Du rôle de la famille dans l'éducation, p. 239). Diiboulai 
{Hhi. univ. Par., passim) qui fait souvent allusion à la présence de Charles de 
Bohême, fils du roi Jean, à l'Université de Paris, ne mentionne nulle part celle de 
Jean. L'exemple du fils ne prouve rien. Charles de Bohême vécut à Paris dans 
des conditions particulières qu'il serait trop long d'exposer ici, mais qu'on retrou- 
vera dans la Vita Karoli IV... ap. Bœhmer, Fontes, I, 233 et suivantes, — 
dans le Chron. Pulkavx, ap. Dobner, Monumenta Mstor.Bœmisc, III, — dans 
le Chron. aulx regisc, ibid., V, 389. D'ailleurs ce prince parle lui-même dans ses 
Mémoires des connaissances qu'il avait acquises comme d'une nouveauté pour 
son rang. Si son père l'avait précédé dans les Écoles de Paris, il n'eût pas man- 
qué de le dire. Un autre témoin intime de la vie de Jean, le poète français 
Guill. de Machaut, qui suivit le roi de Bohême à travers toute l'Europe pendant 
la plus grande partie de l'existence de celui-ci, ne parle pas davantage de ce 
fait qui l'eût doublement intéressé, comme Français et comme littérateur. 
Enfin, dans les sources, rien n'indique que le roi Jean ail été particulièrement 
lettré. 

3. Chron. aul. reg., ibid., V, 371. 



185 

à cette époque ; enfin de l'usage assez répandu d'y envoyer les 
jeunes seigneurs étrangers. Voilà pourquoi nous placerions vers 
ce temps (1307 ou 1308) le premier séjour en France du futur 
roi de Bohême. Plus tôt, il eût été trop jeune; plus tartl, son 
père, brouillé avec Philippe le Bel, ne l'y eût pas laissé. D'ail- 
leurs, dès 1310, il était roi et prenait le chemin de son royaume. 

Quoi qu'il en soit, Baudouin se trouvait encore en France ^ 
lorsqu'il apprit par l'archevêque de Mayence la nouvelle de l'as- 
sassmat de l'empereur Albert. On savait que le roi de France se 
préparait à entrer en lutte avec les Habsbourg 2, et, en présence 
des deux puissantes familles qui allaient se disputer la couronne 
impériale, le prélat prévoyait l'hésitation des électeurs ; il crai- 
gnait aussi pour l'indépendance de l'Allemagne les suites d'une 
élection française. Dans ces conjonctures, il proposait à son jeune 
collègue d'unir leurs efibrts en faveur d'Henri de Luxembourg. 

Si l'on veut bien se rappeler la situation de celui-ci vis-à-vis 
de Philippe le Bel, il n'est pas difficile de deviner les sentiments du 
roi de France à l'annonce de cette candidature. Depuis longtemps 
Philippe avait formé le dessein de faire passer le sceptre de Charle- 
magne dans sa maison. Charles de Valois, son frère, par son 
mariage avec une Courtenay, se prétendait des droits à l'empire 
grec : réunir sur la tête de ce prince les deux couronnes impé- 
riales, c'était s'acheminer vers une monarchie universelle dont 
le titulaire définitif serait le roi de France. Tout semblait concou- 
rir à la réussite de ce plan. Le levier des élections impériales, le 
pape, était dans la main de Philippe, matériellement et morale- 
ment^. D'un autre côté, la crainte de voir trop souvent la même 
famille à la tête de l'Allemagne était un sentiment facile à exploi- 
ter. Les pressantes intrigues du roi de France à Avignon et en 

1. Gesta Trevir., édit. Wy';tenbach, II, 188. 

2. Musée des Archioes nationales, p. 164, 11° 303. — Trésor des chartes, 
JJ 42, n»' 99, 100 et 101. — Villani, VIII, 436. 

3. Du moins Philippe le Bel élait aulorisé il le croire. Mais on sait (et nous 
en avons une preuve particulière ici) que Bertrand de Gol fit toujours tout ce 
qu'il put pour alléger sa chaîne. Une de ses tentatives les plus intéressantes et 
les moins connues est une protestation qu'il formula, n'étant encore qu'arche- 
vêque de Bordeaux, en plein Conseil du roi, tendant à taire admettre qu'il n'était 
pas tenu au serment de lidélilé envers le roi de France pour son archevêché 
(du mercredi avant Pâques, 1302; Archives de la Gironde, G 245). 11 y a là 
un double personnage qu'il n'est pas inutile de faire ressortir. 



^86 

Allemagne \ l'embarras du pape et des électeurs allaient certai- 
nement donner gain de cause à Charles de Valois, lorsque la 
candidature imprévue d'Henri de Luxembourg vint anéantir ces 
trop belles espérances. 

Pour Clément V, c'était une occasion unique de se créer contre 
le joug de Philippe une sérieuse protection ; il n'eut garde de la 
laisser échapper. Aussi l'échec de Charles de Valois ne doit être 
attribué qu'au pape^. Effrayé des périls dans lesquels la supré- 
matie universelle du roi de France devait jeter la domination 
pontificale, Clément fit secrètement savoir aux électeurs qu'il 
regardait le comte de Luxembourg comme le seul candidat admis- 
sible pour la tranquillité de tous. L'opinion du pape, énergique- 
ment appuyée par les archevêques de Mayence et de Trêves, 
prévalut , et Henri fut proclamé roi des Romains à Renz, le 
15 novembre 1308. 

Quoi qu'on en ait dit 3, Phili^^pe le Bel considéra toujours cette 
élection comme un affront et une ingratitude, et il mit tout en 
œuvre pour susciter des difficultés au nouvel empereur. Un 
curieux document du temps nous le montre en effet, dès les pre- 
miers jours qui suivirent l'avènement d'Henri VII, cherchant à 
entraver la confirmation que Clément V voulait faire de son 
élection. La nouvelle que des ambassadeurs du roi de France 
arrivaient à Avignon, porteurs d'instructions relatives aux 

1. Conférences de Poitiers ealre le pape et Philippe le Bel. Joannes Parisien- 
sis, ap. Baluze, Vitx pp. aven., I, 6. — Arch. nat., Trésor des chartes, JJ 42, 
n" 101 et 102. — Cf. Leroux, Recherches, p. 128. 

2. Art de vérifier les dates, 'i" éd., I, 313. 

3. « Ils (les électeurs) s'entendirent... pour donner la couronne impériale au 
comte de Luxembourg, brave chevalier, n'ayant guère que son épée... N'ayant 
pu faire de son frère un empereur, Philippe voulut se faire un ami du nouveau 
César; il le reconnut avec empressement, le félicita de son avènement et entama 
des négociations pour conclure un traité d'amitié et d'alliance... » (Boutaric, 
la France sous Philippe le Bel, p. 409.) Ce passage d'un savant livre appelle 
deux observations : 1° le comte de Luxembourg était peut-être un brave chevalier; 
il s'était signalé à la bataille de Wœringen, dix-huit ans auparavant. Mais nous, 
croyons que ce souvenir a tenu moins de place dans les préoccupations des 
électeurs que l'avis motivé du pape et les intrigues du parti luxembourgeois; 
2° Philippe le Bel n'avait pas à se faire un ami, même politique, d'un homme 
qui lui était attaché depuis longtemps par des liens d'amitié et par des traités, 
et nous pensons tout au contraire qu'il lui devint ennemi, très ouvertement. 
Toutes les querelles que Philippe s'empressa de chercher à Henri VIL querelles 
qu'il nous reste à noter, le prouvent sans peine. 



^87 

affaires d'Allemagne, mit en émoi tout le comtat. Poursuivi par 
le souvenir de Boniface VIII et de Nogaret, le pape craignait un 
nouvel attentat de la part des émissaires de Philippe. Après avoir 
pris toutes sortes de précautions dilatoires, il finit cependant par 
leur donner audience et leur déclara que les engagements d'Henri 
de Luxembourg garantissaient le repos de l'Église et l'apaise- 
ment de l'Italie ^ . 

Philippe subit ce qu'il ne pouvait plus empêcher. Il trouva une 
sorte de compensation dans la réunion de la ville de Lyon à la 
couronne ; ensuite il essaya de soustraire le comté de Bourgogne, 
les royaumes d'Arles et de Vienne à la suzeraineté impériale. 
Ces affaires donnèrent lieu à des négociations qui se traînèrent 
péniblement et dans lesquelles nous vojons Clément V s'inter- 
poser très activement, mais sans influence ^ Plus tard, lors- 
qu'Henri alla se faire couronner à Rome et chercha à ramener 
dans l'obéissance diverses principautés italiennes, il souleva 
contre lui le roi de Sicile Robert d'Anjou. Dans la correspondance 
qu'il échangea à ce sujet avec le pape, il est à remarquer que le 
roi de France se préoccupe moins du sort de son cousin Robert 

1 . Lettre de l'évêque de Bayeux et autres ambassadeurs du roi de France 
auprès du pape Clémeat V, rendant compte de leur mission (Arch. nat., J 908). 

2. Par un acte daté du 23 janvier 1310, Philippe nomme ses représentants 
pour s'entendre avec ceux d'Henri au sujet de toutes leurs discordes présentes 
et futures, et en particulier au sujet du comté de Bourgogne. — Les représen- 
tants d'Henri VH sont institués par acte du 26 avril suivant. — Le 2G juin, on 
convient de reconnaître ainsi qu'auparavant le comté de Bourgogne comme fief 
de l'Empire et de régler ultérieurement les autres difficultés. — Le 1'=' mai 1311, 
Clément V écrit au roi de France que l'empereur ne parait pas disposé à lui 
céder les royaumes d'.^rles et de Vienne. — Le 17 juin, Henri VII annonce qu'un 
traité d'alliance a été conclu entre lui et Pliilippe le Bel; entre autres clauses, 
on y voit que le fils du roi^ comte de Bourgogne, prêtera hommage à l'empe- 
reur pour son comté, conformément à la tradition. — Ces conventions sont con- 
firmées, à la date du 23 -"eptembre, par de nouvelles lettres impériales. — 
Cependant, le 18 décembre. Clément V écrit à Henri pour le prier de lui retour- 
ner avec ses modifications certaines lettres relatives à une nouvelle alliance 
entre le roi de France et lui, lettres dont le pape lui-même avait réglé la teneur. 
Communiquées à Philippe, elles avaient reçu son approbation; mais Henri avait 
cru devoir en changer des fermes et des articles. (Pardessus, Table chron. des 
dipL, VIII, 186, 174, 178, 192, 196 et 201. — Acta Benrici VII a F. Boaainio 
collecta... 1"-' part., n" 132, p. 209.) Voir aussi aux archives du Doubs (série B, 
2) des lettres d'Henri VII de cette même année 1311, par lesquelles il déclare 
consentir à recevoir l'hommage de Philippe le Bel pour le comté de Bourgogne, 
dès qu'il sera de retour d'Italie, où il va se faire couronner empereur. 



-188 

que du passage en terre sainte, compromis selon lui, si l'empe- 
reur parvient à mettre la main sur la Sicile'. Il est trop aisé de 
voir dans ces manœuvres la rancune d'un joueur malheureux. 
Mais ce qui rendrait plus grave devant l'histoire la conduite de 
Philippe envers l'empereur d'Allemagne, c'est le soupçon d'em- 
poisonnement qui plana sur la mort mystérieuse d'Henri VIT à la 
suite d'une communion (24 août 1313). On peut se faire une idée 
de la persistance de l'opinion publique à cet égard, en constatant 
que, plus de trente ans après l'événement, Jean de Luxembourg 
se crut obligé de témoigner par un acte écrit en faveur d'un frère 
prêcheur désigné comme l'instrument du crime-. Les ténèbres qui 
enveloppent les causes de cette mort ne s'éclairciront pas. En 
pleine crise des templiers et au cours d'une campagne qui avivait 
en Italie les haines entre Guelfes et Gibelins, les contemporains 
ne sont pas assez calmes pour qu'on puisse trouver dans leurs 
récits une accusation nettement fondée contre Phihppe le Bel. 
D'ailleurs la terre qui venait de recevoir la dépouille de l'empe- 
reur se rouvrit bientôt pour celle du roi de France, et la brusque 
entrée de ces deux personnages dans le passé n'a pas manqué de 
donner lieu à des légendes dont l'histoire a mission de se défier. 

Eugène Welvert. 

1, Chron. aui. veg., loc. cit., V, 313, 314 et suivantes. — 13 mai 1313 : Lit- 
lera? Ph. ad Clenientem pp. V, quibus eum iteratis precibus rogat quatenus 
Henricum Roraanoium imperatorem Rob. régis Sicilise exhereditionem armis 
persequi propouentem sic celeriter réprimât, ut pacis pulchritudo servetur, 
negotiumque passagii terrœ sanctae, quod alias fieri posse ipse non crédit, impe- 
diri aut turbari non debeat (Pardessus, ibid., 242). 

2. Cette lettre, datée du château de Mehun-sur-Yèvre (Cher), 17 mai 1346, a 
été publiée par Baluze, Miscellanea, I, 326. 



TESTAMENT 



JACQUES DE TARENTE 



DERNIER EMPEREUR DE GONSTÂNTINOPLE 



EN FAVEUR DE LOUIS D'ANJOU (13 Juillet 1383), 



La France, au xiii^ siècle, avait eu un mouvement d'expansion mer- 
veilleux dans le bassin de la Méditerranée. Aux établissements de 
Syrie et au royaume de Chypre étaient alors venus s'ajouter un 
empire français de Gonstantinople, une principauté de Morée, un 
duché d'Athènes, plus tard un royaume de Sicile et de Naples, tan- 
dis que le roi de France s'annexait un riche territoire sur le golfe de 
Lyon. J'oserais presque dire, avec Muntaner et Villani, que la Grèce 
fut alors la plus brillante des provinces françaises, après le Parisis. 
Au xiv^ siècle notre domination recule et s'efface peu à peu dans ces 
régions. Déjà les Musulmans ont repris les derniers restes du 
royaume de Jérusalem, et les Grecs d'Asie-Mineure ceux de l'empire 
latin; les Almogavares de Catalogne et d'Aragon, qui de bonne 
heure avaient ravi la Sicile aux Français, leur enlèvent encore le 
duché d'Athènes en ^3M et sont sur le point de leur enlever aussi 
la Morée en 131:3. Louis de Bourgogne recouvre sur eux ce pays 
presque aussitôt, mais la race italienne va maintenant en tenter 
la conquête d'une manière plus adroite, en se substituant petit à 
petit et pacifiquement à l'élément gaulois, que la France, envahie par 
les Anglais, repliée sur elle-même, n'entretient plus nombreux et 

13 



^90 

dominant par des émigrations fréquentes, comme au xiii^ siècle ^ 
La domination des Angevins de Naples y favorisait ces incessantes 
infiltrations italiennes; dans l'Italie méridionale, l'élément français 
qui ne se renouvelait plus guère tendait également à disparaître 
insensiblement, absorbé dans l'élément indigène. 

L'expédition de Louis d'Anjou, vers la fin de ce siècle assez triste 
pour nous, représente comme un dernier regain d'expansion de la 
France vers le Levant, et c'est là ce qui lui donne un intérêt parti- 
culier. On put croire un instant que le fils du roi Jean, l'oncle de 
Charles VI, allait infuser un nouveau sang français à la monarchie 
angevine de Naples, franciser à nouveau la Grèce et renouer les liens 
qui la rattachaient assez étroitement à notre pays lorsqu'y régnaient 
les Villehardouin et les De la Roche. Or, le testament que nous 
publions fut un des principaux motifs d'encouragement pour le duc 
d'Anjou dans son entreprise. 

Les provinces d'Élide, d'Achaïe et de Messénie, misérables débris 
de cette principauté jadis si puissante et bien amoindrie à présent par 
le retour offensif des Grecs contre les descendants affaibUs de leurs 
conquérants, reconnaissaient bien en principe Tautorité presque 
nominale des princes de Naples, mais les compétitions des nombreux 
prétendants qui s'acharnaient à agiter le pays rendaient cette autorité 
intermittente et mal assurée. Louis d'Anjou fut un de ces compéti- 
teurs; dès le -19 septembre ^370, comme on le voit par un acte 
conservé aux Archives nationales 2, il avait acheté à Isabelle de 
Majorque la moitié des seigneuries qu'elle possédait ou sur les- 
quelles elle avait des prétentions, entre autres l'Achaïe ou la Morée. 
Un autre prétendant, Jacques de Baux, agit avant lui et entra en 
compétition avec la maison royale de Naples, mais ne fit que lui pré- 
parer les voies. Fils de François de Baux, duc d'Andria, et de Mar- 



1. « Egli (le priace d'Achaïe, Geoffroy II de Villehardouin) aveva continuamente 
nella corte sua 80 cavallieri a spiron d'oro a suo slipeiidio, oltre che li dava le 
cose necessarie , talchè venivano cavallieri di Franza, di Borgogna e sopra 
tuUo di Campagna, d'onde egli era nativo, in la Morea per seguirlo. Altri veni- 
vano per traUenersi, altri per pagar loro debiti, altri per inalfalti per loro com- 
messi. » (Sanudo, hloriaUel regno di Romania, éd. Hopf, p. 101.) — « Tos- 
temps de puys han haudes mullers dels raillors casais de França... per que 
hom deya que la pus gentil cavalleria del mon era de la Morea ; e parlaven axi 
bell frances corn dins en Paris. » (Muntaner, éd. Buchon, c. 261 .) 

2. Section administrative, P. 1354 b, n° 865. 



^9^ 

guerile d'Anjou-Tarente, sœur de l'empereur lalin titulaire Philippe 
de Tarente, Jacques avait succédé à ce dernier dans les titres d'em- 
pereur de Gonstantinople, despote de Romanie, prince de Tarente et 
d'Achaïe. La reine Jeanne de Naples avait bien d'abord roussi à le 
frustrer de ses deux principautés, mais il était parvenu à les recou- 
vrer lorsqu'il mourut prématurément, dès ^383, dans son château 
de Tarente. C'était le dernier des empereurs titulaires de Byzance, 
descendants de Baudouin de Gourtenay. Son testament, daté du 
-15 juillet ^383, se trouve aux Archives de Paris avec l'acte cité plus 
haut. Bien que tenté de désigner son père François de Baux comme 
son héritier, il préféra se conformer à ce principe du droit du moyen 
âge, d'après lequel les biens propres ne doivent point remonter d'une 
ligne à l'autre, et désigna Louis d'Anjou, qui avait déjà commencé 
l'expédition depuis longtemps méditée. Mais l'oncle du roi de France 
mourut dès l'année suivante, dans le royaume de Naples, sans avoir 
poussé jusqu'en Morée, car il n'avait même pu mener à bonne fin 
son entreprise d'Italie. La Grèce échappa définitivement à la France; 
l'expédition avortée de Louis d'Anjou était le dernier espoir de ceux 
qui souhaitaient de la revoir française comme jadis. Les soudarts de 
la grande compagnie navarraise, que Jacques de Tarente avait lan- 
cée sur la principauté d'Achaïe, restèrent les véritables maîtres de 
tout ce qui en subsistait encore, et, tandis que les Acciaiuoli s'empa- 
raient du duché d'Athènes, que Venise mettait la main sur l'Argo- 
lide, en Morée un troisième ban de conquérants latins vint se super- 
poser ainsi à l'ancienne couche demi-effacée de l'aristocratie française 
et à celle de l'aristocratie italienne qui s'y était en grande partie 
substituée, en attendant que l'élément grec reprit le dessus complè- 
tement dans le Péloponnèse et en éliminât décidément tous ces élé- 
ments parasites. 

Voici le texte du testament, d'après le vidimus des Archives ^ : 



In nomine Domini, amen. Tenore presentis publici instru- 
ment! pateat universis quod, anno Domini millésime trecentesirao 
nonagesimo secundo, surapto a Pascate more gallicane, die penul- 
tima mensis Aprilis, indiciene décima quinta, pontificatus sanc- 

1. Section administrative, P. 1354 b, n° 872. 



^92 

tissimi patris ac domini nostri domini démentis, digna Dei pro- 
videncia pape septimi , anno decimo quarto , ego , Robertus 
Cocherelli, Redonensis diocesis publicus apostolica et impérial! 
auctoritate notarius subscriptus, in testium infrascriptorum pre- 
sencia, vidi, tenui et palpavi ac de verbo ad verbum legi quasdam 
patentes litteras inclite memorie Jacobi, Dei gratia imperatoris 
Constantinopolitani, Romanie dispoti, Achaye et Tarenti prin- 
cipis, sanas siquidem et intégras ac omni prorsus vicie et suspi- 
cione carentes, ut prima facie apparebat ; in fine quarum littera- 
rum, videlicet in margine, post subscripcionem notarii publici 
ibidem scripti et ante subscripcionem testium tune presencium 
ibidem, in eisdem litteris eraut et sunt affixa cum cordulis cana- 
pis in cera alba et rubra duo sigilla seu impressiones duorum 
sigillorum, unius videlicet quadrati majoris et alterius rotundi 
minoris, ipsius domini imperatoris et ad arma ipsius, in cujus qui- 
dem sigilli quadrati circonierencia erant scripta ista vocabula : 
Sigillum Jacobi imperatoris Constantinopolitani, Acliaye 
et Tarenti principis, et subsequenter post appositionem dicto- 
rum sigillorum erant et sunt scripte subscripciones testium qui 
présentes erant ad contenta in litteris memoratis, prout et per 
modum qui inferius continetur. Quarum quidem litterarum ténor 
de verbo ad verbum sequitur et est talis : 

« Jacobus, Dei gratia imperator Gonstantinopolitanus, Roma- 
nie despotus, Achaye et Tarenti princeps, universis présentes 
litteras inspecturis tam presentibus quam futuris. Quoniam Deus 
statuit hominem mori, qui suo proprio filio non pepercit, et mors 
omnia mordens neccessitatis modo omnem superat silogismum, 
excepciones non recipit et dilaciones aliquas non admittit ; cum 
videamus viros strenuissimos, principes potestate terribiles tota 
die mori, et ille sub quo frémit mundus, quem tremunt populi et 
provincie aliène formidant, subito moritur et in pulverem vilissi- 
mum redigitur, mortis nostre festinantis preambulos prospicimus, 
de morte siquidem certissimi sumus, nichil tamen nobis incertius 
hora mortis : propter quod in nostro et cujuslibet sapientis animo 
suspecta merito débet esse. Hoc enim in nostre mentis acie salu- 
briter revolventes, et quod nos, sicut placuit illi qui sanat et 
medetur, infirmitate vexemur corporea, mente tamen et intel- 
lectu Altissimi gracia recteet sane vigemus, adtollendam omnem 
discensionis materiam que procurante cunctorum malorum inten- 



403 

tore posset imposterum exoriri de nostro imperio Constantinopo- 
litano ac de principatibus Achaye et Tarent! et dispotatu Romanie 
ac omnibus dorainiis et terris ad nos spectantibus ex successione 
clare memorie domine Margarite de Tarento, imperatricis Cons- 
tantinopolitane, domine et matris nostre reverendissime, dispo- 
nere et decernere ac declarare volentes ad quem, si nos decedere 
contingent, spectant et debeant pertinere; notum facimus quod, 
licet multi nobis suaserint quod dictum imperium et dominia 
atque terras alias dimitteremus inclito domino domino Francisco 
de Baucio, duci Andrie, domino patri nostro, nos autem necces- 
situdine sanguinis ad ipsum pre ceteris mundi dominis deberemus 
mundana et carnali affectione astringi, tamen nolentes nostram 
animam que corpore et rébus est omnibus preferenda in boc ali- 
qualiter agravare, cognoscentes aperte quod ista omnia ex suc- 
cessione prefate quondam clare memorie domine matris nostre et 
ipsius materne linee ad nos pervenerunt, et, ex quo Deo placuit, 
sine liberis vel aliis successoribus legitimis a nobis descendenti- 
bus quoad dicta dominia secundum juris disposicionem decedi- 
mus, et sic proximior in gradu nos ex parte materna contingens 
serenissimus princeps dominus Ludovicus, régis quondam Fran- 
corum natus, dux Calabrie, Andegavie et Turonie Cenomanieque 
cornes, reverendus dominus et consanguineus noster, cui tercio 
gradu consanguinitatis astringimur, presencium tenore decerni- 
mus et declararaus prefata imperium, principatus, dispotatum et 
alla dominia et terras ad eumdem serenissimum principem et 
dominum dominum Ludovicum ducem spectare et pertinere, quan- 
tum in nobis est et ad nos spectat et pertinet, predicta omnia 
imperium, principatus et dispotatum et alia dominia eidem relin- 
quimus, damus et concedimus ; ita quod, postquam Deo placuerit 
quod subducti fuerimus ab bumanis, imperium, principatus et 
dispotatus ac omnia alia dominia et terras et jura predicta cum 
omnibus juribus et pcrtinenciis suis que ex successione materna 
et ipsius materne linee ad nos pervenerunt, ad ipsum dominum 
Ludovicum ducem pertineant et debeant pertinere ; mandantes 
tibi, egregio viro Nicolao de Volanciis, nostri liospicii senes- 
callo, expresse quatinus custodiam nostri castri Tarenti in te assu- 
mens, quam tibi ex nunc tradimus, illud debeas diligenter et 
fideliter custodire ad honorem prefati serenissimi principis reve- 
rendi domini et consanguine! nostri et illud ac alias terras nostras 



194 



non tradere, nisi in manibus dicti domini seudeputandipereum, 
et voluraus ac tibi mandamus quod eidem domino Ludovico duci, 
domino et consanguineo nostro reverendo, recommandare debeas 
Magdalenam et Ecaterinam, nostras filias naturales, ut ipsas 
juxta honorera siium et nostrum debeat tractare et tractari facere 
et nuttriri, et cura fuerint etatis nubilis ipsas facere maritari decen- 
ter et honorabiliter juxta condicionem ipsarum ; et quia nostro 
magno sigillo presencialiter nos careraus, in testimonium et fidem 
ac perpetuam memoriam preraissorum et prefati domini Ludovici 
ducis ac omnium aliorum et singulorura quorum interest seu 
interesse poterit cautelam, présentes nostras litteras fieri fecimus 
et nostri quadrati sigilli et vicii jussimus nunimine roborari. 

« Actum et datum in nostro castro Tarenti, anno Domini mil- 
lesimo trecentesimo octuagesimo tercio , indicione sexta , die 
quinto decimo mensis Julii, presentibus egregiis et nobilibus viris 
domino Roberto Facchipecoro, milite, nostri hospicii senescallo, 
et Nicolao antedicto, Pandulfo comité de Salerno, Jacobo de 
Lutta, cubiculariis, abbate Johannoto Siripandi de Tarento, 
familiaribus nostris dilectis ad premissa vocatis per nos et specia- 
liter rogatis. Ego Cittus Theotinus de Neritono, familiaris dicti 
domini imperatoris, pro predictis vocatus interfui et présentes 
litteras manu propria scripsi, anno et mense, die, loco et indi- 
cione predictis. Ego Nicolaus de Blanciis, imperialis senescallus, 
qui super predictis interfui et me subscripsi. Ego Robertus Facbi- 
pecorus miles, imperialis senescallus, qui super predictis interfui 
et me subscripsi. Ego abbas Johannotus Suripandi de Tarento, 
qui super predictis interfui et me subscripsi. Ego Jacobus dé- 
menti de Lucta, imperialis familiaris, qui super predictis interfui 
et me subscripsi. Signum crucis proprie manus Pandulfi, comitis 
de Salerno, iUicitatoris, scribere nescientis, qui super predictis 
interfuit et subsignavit. » 

Actum et extractum fuit, et est presens transsumptum de dic- 
tis originalibus litteris, et facta est collatio fidelis de hujusmodi 
transsumpto cum originalibus litteris antedictis per me notarium 
publicum subscriptum in villa Andegavensi, in domo habitacionis 
mee, subanno, die, mense, indicione et pontificatu predictis, pre- 
sentibus venerabilibus et discretis viris magistro Petro de Muro, 
licenciato in decretis, archipresbitero de Ludio, Andegavensis 
diocesis, et Johanne Frenouleau, presbitero Pictavensi, ac Matheo 



i9b 

Textoris, clerico Andegavensis diocesis, testibus ad premissa 
vocatis specialiter et rogatis. 

Et quia ego, Robertus Cocherelli, Redonensis diocesis publi- 
ons apostolica et imperiali auctoritate iiotarius juratus, dictas 
litteras impériales originales sanassiquidem et intégras, sigillatas 
et coDsignatas prout et per modum quod superius fit mencio, 
vidi, tenui, palpa vi atque legi, ideoque presens transsumptum et 
contenta in eo de ipsis litteris originalibus , prout de A^erbo ad 
verbum superius transcribuntur, fideliter extraxi manuque pro- 
pria scripsi ; et quia eciam facta per me una cum testibus superius 
nominatis légitima collacione de dictis originalibus litteris, ad 
transsumptum predictum invicem concordantur , ideo ipsum 
transsumptum in ha ne publicam formam redegi et publicavi, et 
hic me subscripsi signoque meo solito signavi, requisitus suffi- 
cienter, in testimoniura premissorum. 

R. BissoN DE Sainte-Marie. 



BIBLIOGRAPHIE. 



Catalogue of the collection of autograph letters and historical docu- 
ments formed between \ 8G5 and i 882 bij Alfred Morrison, compiled 
and annotated unter the direction of A. W. Thibaudeau. Vol. I. 
A-G. Printed for private circulation, ^1883. In-folio. 
Depuis une vingtaine d'années, M. Alfred Morrison ne recule devant 
aucun sacrifice pour se procurer les lettres autographes et les autres 
documents historiques qui se font remarquer, par leur valeur intrinsèque 
et par leur rareté, dans toutes les grandes ventes de Paris et de Londres. Il 
s'est ainsi formé une collection dontla composition fait honneur à son goût 
et qui lui assure une place distinguée parmi les amateurs du xîx" siècle. 
Nous n'en parlerions cependant pas dans la Bibliothèque de l'Ecole des 
cliartes, si M. Alfred Morrison, animé des plus libérales intentions, ne 
venait pas d'associer tous les curieux à la jouissance de son trésor. Tel 
est en effet le but qu'il s'est proposé et qu'il est certain d'atteindre en 
faisant imprimer un catalogue dans lequel toutes les pièces de son cabi- 
net sont analysées, souvent publiées textuellement et même reproduites 
en fac-similés héliographiques'. Il a été secondé dans cette louable 
entreprise par M. A. W. Thibaudeau, quia réussi à faire du catalogue 
de la collection de M. Morrison un recueil auquel les curieux et les cri- 
tiques auront fréquemment à recourir. 

Le premier volume, dont un exemplaire vient d'être offert à la Biblio- 
thèque nationale, se compose de 265 pages et de 59 planches hors texte. 
Il ne contient que les pièces classées sous les trois premières lettres de 
l'alphabet. On peut juger par là de l'étendue de l'ouvrage et du nombre 
de documents dont on y trouvera l'indication ou le texte. 

La plupart de ces documents datent du xvi^ siècle et des trois siècles 
suivants. Mais il y en a plusieurs qui remontent à des époques plus 
éloignées, et ce ne sont pas les moins dignes d'attention. Je citerai 
notamment plusieurs mandements ou lettres de Charles VI, Charles VII 

1. La plupart des fac-similés ont été exécutés à Paris. 



197 

et Charles VHP, et une lettre adressée par Anne de France, dame de 
Beaujeu, à madame de Soubise. On me pardonnera de reproduire en 
entier, d'après un fac-similé qui vaut l'original, la longue lettre que René 
d'Alenoon écrivit à Louis XI, en 1481, au moment où il venait d'être 
emprisonné dans le château de Ghinon : c'est une page curieuse de 
l'histoire du règne de Louis XI 2. 

« Mon très redoubté et souverain seigneur, je me recommande à 
vostre bonne grâce tant et si très humblement comme je puis. Et vous 
plaise savoyr, mon très redoubté et souverain seigneur, que moy estant 
le jour saint Lorens^ à la Roche Talebot, où j'estoye venu pour m'esbatre 
et de là m'en aller à Brulon et chasser en la forest de Gharnye, vindrent 
la nuyt et le matin mons. de Créant et d'autres gens ])eaucop, tant gens 
de guerre que peuple, me demandant, et ont dit que je m'en alloyes en 
Bretaigne, et m'ont prins et amené icy et enfermé dedens le château, 
mon très redoubté et souverain seigneur. Je requis, ossi tost qu'i 
m'eurent mené à la Flèche, d'aller devers vous, ce qu'i n'ont voulu 
soufrir, ne d'y envoyer, mon très redoubté et souverain seigneur. 

« Il est vray que, moy estant à la Flèche, ung matiu, comme j'alloye 
à la messe à Nostre-Dame, à pié, housse, mon petit cor au cou, pour 
aller à la chasse, et estoye seul et n'avoyes rencontré nulz de mes gens 
an la rue, et deux de mes pages acoururent après moy, qui me virent 
où j'alloye à la chasse, et avoyes ung petit lévrier qui se demeura 
en la rue et entra en queque maison; je renvoyé ung des pages le quérir, 
et l'autre avancer Ollivier le Beauvoysien, pour ce que, avant que laysser 
courre, je luy vouloyes montrer unne maison que j'ay faitte eu Bel 
Acours de la Flèche, et unne fontainne que je y ay fait venir oprès 
d'ung moulin. Vint ung homme à moy qui avoyt unne robe tannée et 
une gibesière noyre, et vint rudement à moy, et me dist : « Tenés ces 
lettres, et ne les monstres à personne. » Je les prins et les mys en mon 
pongnet, et tousjours allé mon chemin à Nostre-Dame et ouyr la messe, 
et là vindrent mes gens. 

« Après la messe, je monté à cheval et allé à l'asemblée, et ainxy que 
ceulx qui estoyent moy s'amusèrent à la fontainne, j'allé en unne 
petite gallerye qui est en la maison lire les lettres, et y avoyt : 



1. Une légère erreur s'est glissée dans la lecture du post-scriptum autographe 
qui terniiue la Icllre de Charles VIII, datée de Courcellcs, le 17 août. Ce post- 
scriptum doit être ainsi rétabli : « Mons. du Plesys, et vous mastre Jaques, 
despeschés cecy du tout yncontynaut; car se rae piayt ansyn. Charles. » 

2. Ce que les historiens modernes ont dit de l'arrestation de René d'Alençon 
paraît avoir été emprunté à la procédure, dont il existe un assez grand nombre 
de copies et dont Bry de la Clergerie a publié des extraits en 1621 dans ses 
Additions aux Recherches d'Alençon et du Perche. 

3. Le 10 août 1481. 



198 

« Mons. du Perche, on dit ycxj que vous avetz par deux foyx baillé de 
Vargent à Péan Gaudin pour porter en Bretaigne et que vous en vouliés 
aller après vostre argent. Et a donné le roy puissance à mons. du Lude, s'y 
treuve que vous ayés baillé l'argent à Péan Gaudin et qu'i l'ayt porté en 
Bretaigne, devons iirendre. Dieu vous gart de ses maints. Pour ceste heure 
vous ne sarés point qui nous sommes. 

« C'est ce qui estoyt en la lettre. Et à l'asemblée se vint trouver mons. 
de Créant. Monseigneur, quand je vy cela, je fu bien esbahy de pencer 
que je fusse si fort en vostre maie grâce que vous m'eussiés abandonné 
joucques à là. J'eu grant doubte pour la haynne que mons. du Lude me 
portoyt. Car i povoyt trouver que j'avoye preste douze cens escus au dit 
Péan, et qu'i les avoyt portés en Bretaigne. Mays, monseigneur, je 
vous jure la foy et serment de mon corps, et ainxi me vueule estre Dieu 
aydant à ravoyr vostre bonne grâce, qui est la chose du monde que plus 
je désire, que ce ne fut oncques à ceste intention. Monseigneur, cela me 
fist si piteux de penser estre hay de vous que je ne povoyes courre après 
le serf, et laisser courre les aultres. Et à la fin, ainxi que je me pour- 
menoyes par la forest, le sieur du Port avecques moy, revint la meute 
passer par oprès de nous, et je fiz oter le trayt à mon petit limier, et 
l'ameuté o les aultres, et le suyvy joucques à minuyt, et le seigneur de 
Créant avecques moy, que je rencontré en la forest ; et couchasmes luy 
et moy en ung village qui s'apelle les Quartes. Et ne me voulu point 
desabiller, de peur qu'i vint la lettre que j'avoye eu pongnet. 

« Monseigneur, le lendemain au soyr, à la Flèche, vint Chantelou à 
moy, et me dist que l'oste de la Teste noyre de Chasteaugontier luy avoyt 
mandé qu'i failloyt qu'i parlast à luy ou à moy en toute diligence, et 
qu'i failloyt que je y pourveusse incontinent. Je me pensé que c'estoyt 
de mesme ce que on m'avoyt escript, et me doubtoye qu'i ne chausist 
à mons. du Lude, mays qui me fist unne honte, et concluaye en moy 
mesme : « I trouvera que je baillé cest argent à Péan, et qu'i la porté en 
« Bretaigne ; i me prendra. » 

« Ainxi que j'estoye en ceste peur, i me souvint que ung nommé 
Jehan du Pont m'avoyt dit à Beaumont qu'il avoyt à aller devers mons. 
de la Hunaudaye, et me disoyt que, si j'escripvoyes à mons. de la 
Hunaudaye, que i me donneroyt bien, se luy sembloyt, unne belle lisse 
blanche qu'il avoyt. Je le remys sur le propos, et luy demandé où estoyt 
mons. de la Hunaudaye, et où i le trouveroit. I me dist qu'i ce tenoyt 
tousjours à Nantes. Vray est que je pensoyes à éviter la main démons, 
du Lude, et pensoyes de mander à ma seur, et luy pryer qu'elle s'en 
allast à la Guierche, et qu'elle fist la malade, et qu'elle m'escripsist que 
je l'alasse veoyr, et que j'aroye bonne occasion d'y aller, car si elle 
mouroyt, la Guierche seroyt mienne. Toutefoyz, je me pensoyes que je 
n'y seroyes pas sceurement, car les Bretons me hayoyent à cause 
d'Alençon, et auxi qu'i n'y a que deux ans que j'avoye les moyens et 



^99 

entreprinses de prendre Fougères, et eust esté fayt s'i vous eustpleu et 
ne tint qu'à vous. Il est vray que je prié au dit Jehan du Pont qu'i mist 
peinne de savoyr si par deçà on me vouloyt prendre si je me retiroyes 
en Bretaingne, et je y seroye en sceureté, et si me feroyentnul mal, et 
qu'i le sceust comme de luy mesme, et qu'i trouvast façon d'en entrer 
en paroUes o mons. de la Hunaudaye ou avecques missire Poncet. 
Mais, monseigneur, que je m'en allasse je ne le pensoye point, et eusse 
attendu le retour de mes gens que j'avoye envoyé devers vous veoyr si 
j'eusse esté ainxi en vostre malle grâce comme l'on disoyt, et, monsei- 
gneur, par le dempnement de mon arme, jen'uz oncques voulante d'aller 
devers le duc ni de fayre alliance ne jamays service à autre qu'à vous 
et à monseigneur. 

« Mon très redoubté et souverain seigneur, je vous supply très hum- 
blement qu'i vous plaise de vostre begnigne grâce me pardonner ce que 
je vous pourraye avoyr offencé en cecy, et avoyr pitié de moy, et que 
je puisse usser mes jours en vostre service, et, mon très redoubté et 
souverain seigneur, de touz les biens de ce monde ne me chault mays 
qu'i vous plaise que je vous puisse veoyr et user ma vie en vostre bonne 
grâce et en bien (?) avecques vous, priant Dieu, mon très redoubté et 
souverain seigneur, qu'i vous doint bonne vie et longue. 

« Escript an vostre chasteau de Chinon, de la main de 

« Vostre très humble et très obéissant serviteur et subget, 

« René d'Alençon. » 

Le rédacteur du catalogue (p. 12) a considéré cette pièce comme une 
lettre autographe signée (A. L. S.). Je suis porté à croire que c'est sim- 
plement une copie, et j'explique ainsi la note collationnée par moi..., 
qui se lit au bord inférieur de la dernière page. Dans tous les cas, 
l'authenticité ne m'en semble pas douteuse, et le signe qu'on a ajouté à 
côté de la signature est celui que M. Quicherat considérait comme 
propre aux pièces du cabinet du chancelier Pierre Doriole. 

Il faut attribuer, je crois, la même origine à un sauf-conduit délivré 
à Louis XI par Charles le Téméraire et qui soulève une question assez 
délicate. En voici le texte, d'après le fac-similé héliographique qui 
forme la planche 47 : 

« Monseigneur, très humblement en vostre grâce je me recommande, 
vous merchiant, monseigneur, du cardinal qu'il vous a pieu m'anvoier, 
lequel m'a dist le désir qu'avés de me voir, dont, monseigneur, en toute 
humylité je vous remerchye; auquel sur ceste matier et autres je ly a 
déclaré mon intenction, comme par ly le pourrés, s'il vous plest, savoir, 
et pourez seurement venyr, aler et retourner, vous supliant, monsei- 
gneur, qu'il vous plese recevoir du cardinal les dictes matiers par la 
manyere que je ly ai baillies, laquelle il vous déclarera. Monseigneur, 



200 

je prye à Dieu qu'il vous doinst bonne vie et longue. Escript de la 
main de 

« Vostre très humble et très obéissant subjet, Charles. » 

Suivant le rédacteur du catalogue (p. 194), ce serait là le sauf-conduit 
que Charles le Téméraire envoya au roi Louis XI pour la célèbre entre- 
vue de Péronne, en 1468. J'avais d'abord pensé que ce sauf-conduit était 
celui dont MM. Bordier et Lalanne ont ainsi parlé dans le Dictionnaire 
des pièces autographes volées (p. 92) : « Il y a peu d'années encore, un 
volume de la Bibliothèque nationale (9675 b, mss. fonds Baluze) conte- 
nait une des pièces les plus intéressantes de notre histoire, l'original du 
sauf-conduit déhvré par Charles le Téméraire à Louis XI, lors de 
l'entrevue de Péronne. Ce document original, dont M. Michelet avait 
publié un fragment en 1834 {Hisl. de France, VI, 266), a disparu depuis 
cette époque. « 

Le ms. français 5041, qui est bien le ms. de Baluze jadis coté 9675 b, 
ne renferme pas en effet le sauf-conduit que Michelet déclare y avoir 
remarqué. Mais le volume ne m'a pas semblé avoir subi de mutilations, 
et je doute qu'il ait jamais renfermé la pièce dont il s'agit ici. Il doit y 
avoir là une méprise, qu'il ne sera peut-être pas impossible d'expliquer. 

Michelet parle d'un sauf-conduit délivré le 8 octobre 1468 et dans 
lequel se trouvaient ces mots : « Vous y pouvez venir, demourer et 
séjourner et vous en retourner seurement es lieux de Chauny et de 
Noyon à vostre bon plaisir... « Il ajoute en note : « I/original du sauf- 
conduit fut reconnu pour écrit de sa main par son frère le grant bâtard, 
par ses serviteurs intimes Bitche et Crèvecœur et par son ancien secré- 
taire Guillaume de Gluny. Cette pièce si précieuse est conservée à la 
Bibliothèque royale, ms. Baluze, 9675 b. » 

De cette note il faut, je crois, simplement conclure que Michelet avait 
vu à la Bibliothèque, dans un manuscrit de Baluze, !e texte du sauf- 
conduit annexé à une procédure qui avait pour objet de faire constater 
par le grand bâtard de Bourgogne, par Bitche, par Crèvecœur et par 
Guillaume de Cluny que Charles le Téméraire avait lui-même écrit le 
sauf-conduit du 8 octobre 1468, contenant la phrase : « Vous y pouvez 
venir, demourer et séjourner et vous en retourner seurement es lieux de 
Chauny et de Noyon à vostre bon plaisir... » Or, nous avons dans un 
manuscrit de Baluze, jadis coté 9675 c (et non pas 9675 b), aujourd'hui 
n° 5042 du fonds français, fol. 4-14, une pièce portant la marque des 
papiers du chancelier Doriole, et qui est intitulée : « Mynute de l'examen 
touchant la cedule que le feu duc Charles de Bourgogne bailla au Roy 
pour aller à Péronne ^. » C'est un procès-verbal, dans lequel il est cons- 

1. Voyez l'édition des Mémoires de Comraynes donnée par Lenglet du Fresnoy, 
t. III, p. 18. 



204 

taté que messire Anthoine, sieur de Crcvecœur, messire Guillaume de 
Biches, messire Guillaume de Clugny< et messire Anthoine, grand 
bâtard de Bourgogne, avaient reconnu que le duc Charles avait lui- 
même écrit et signé une cedule à eux représentée en original et ainsi 
conçue : 

« Monseigneur, très humblement en vostre bonne grâce je me recom- 
mande. Monseigneur, se vostre plaisir est venyr en ceste ville de Peronne 
pour nous entrevoir, je vous jure et promet par ma foy et sur mon hon- 
neur que vous y povez venir, demeurer et séjourner, et vous en retour- 
ner seulement es lieux de Chauny ou de Noyon à vostre bon plaisir, 
toutes les foiz qu'il vous plaira, franchement et quittement, sans ce que 
aucun empeschement de ce faire soit donné à vous ny nulz de voz gens 
par moy ne par autre, pour quelconque cas qui soit ou puist avenir. En 
tesmoing de ce, j'ay escript et signé ceste cedulle de ma main, en la 
ville de Peronne, le vni" jour d'octobre, l'an mil [quatre cens] soixante 
et huit. 

« Vostre très humble et très obéissant subgect, Charles. » 

A n'en pas douter, voilà le document qu'a consulté Michelet, et rien 
ne nous autorise à supposer qu'on ait enlevé de notre manuscrit fran- 
çais 5041 l'original du sauf-conduit déhvré le 8 octobre 1468 à Louis XI 
par Charles le Téméraire. 

Le lecteur aura remarqué combien le sauf-conduit possédé par 
M. Morrison diffère du sauf-conduit inséré dans la procédure qui est 
conservée à la Bibliothèque nationale. B y a là un problème assez diffi- 
cile à résoudre, qui se recommande à l'attention des historiens du règne 
de Louis XL 

Les exemples qui viennent d'être rapportés montrent quelles ressources 
nous offre la collection de M. Morrison. Je n'ai plus qu'à rendre justice 
à la loyauté avec laquelle le catalogue a été rédigé. Les dates des pièces 
et les noms des destinataires ont toujours été exactement indiqués. De 
cette façon, en parcourant les articles du catalogue, il est aisé de recon- 
naître l'origine de beaucoup do pièces que des mains coupables ont jadis 
fait sortir de nos dépôts publics. Beaucoup de documents qu'a recueillis 
M. Morrison viennent de la Bibliothèque nationale, des Archives natio- 



1. La déposition de Guillaume de Clugny, protonotaire du pape et adminis- 
trateur perpétuel de levéché de Térouane, en date du 29 mai 1478, contient une 
observation fort curieuse sur la signature de Charles le Téméraire : « Environ 
l'an mil CCCC soixante et unze, le dit Charles de Bourgogne mist ung petit 
chiffre derrière la lettre de G, première lettre de son nom et signature, ce qu'il 
n'avoit accoustumé de faire par avant. Et lui demanda le dit qui deppose pour 
quoy il avoit adjousté à sa signature le dit chiffre; et il luy respondil qu'il 
l'avoit fait aûn qu'il feust plus diflicille à contrefaire. » 



202 

nales, de la bibliothèque de l'Observatoire et surtout du ministère des 
affaires étrangères. Nous devons savoir gré à M. Morrison de nous avoir 
fait connaître les pièces que nous avons perdues. Nous devons surtout 
le remercier d'avoir mis en lumière beaucoup de textes dont les histo- 
riens et les littérateurs de tous les pays ne manqueront pas de tirer 
profit. Il a été heureusement inspiré le jour où il a chargé M. Thibau- 
deau de préparer un catalogue, trop étendu et trop somptueux pour 
qu'on puisse le proposer comme modèle, mais qui excitera l'admiration 
des amateurs et qui rendra de grands services aux hommes d'étude. 

Léopold Delisle. 

Lex Bibuaria et Lex Francorum Chamavorum. ex Monumentis Ger- 
maniae historicis recusae. Edidit Rudolphus Sohm. Hannoverae, 
Hahn, -1883. In-8% U6 p. Prix : 2 m. 40 pf. 

La loi ripuaire, qui ne le cède en importance, pour l'histoire des ori- 
gines de notre ancien droit, qu'à la loi salique, n'avait pas encore été 
l'objet d'une édition critique. On était réduit à se servir des textes 
imparfaits imprimés dans les recueils de Herold, de Lindenbrog, etc., 
et en dernier lieu dans le Corpus iuris Germanici antiqui de Ferd. Walter. 
Le savant le plus compétent, M. R. Sohm, vient enfin de donner une 
nouvelle édition de cette loi dans la grande collection des Monunienta 
Germaniae (série in-folio, Legum t. V, p. 185 et suivantes). On a eu la 
bonne idée de tirer à part cette édition en un petit volume in-octavo, 
peu encombrant et facile à acquérir. 

Dans une introduction latine fort claire, à laquelle on ne peut repro- 
cher que de donner peut-être parfois une solution trop nette à des 
problèmes encore obscurs, M. Sohm s'est attaché à analyser la com- 
position de la loi ripuaire, à en distinguer les diflérentes parties et à 
assigner à chacune sa date. Ses conclusions sont les suivantes : 

Les titres 1 à 31 de la loi (suivant le numérotage usuel) ont été 
écrits au commencement du vi« siècle ; ils présentent des dispositions 
originales du droit ripuaire, non influencé par le droit salique ; 

Les titres 32 à 56, les paragraphes 2 à 8 du titre 60 et les titres 63 et 
64 ont été écrits dans la seconde moitié du vi' siècle; cette partie est 
imitée, pour la forme et pour le fond, de la loi salique ; 

Les titres 57, 58, 59, le paragraphe 1 du titre 60 et les titres 61 et 62 
sont les divers articles d'une constitution royale, insérée dans la loi à 
la tin du vi« siècle ; 

Les titres 65 à 79 ont été écrits au vii« siècle et les titres 80 à 89 au 
commencement du viii^ siècle. 

Parmi les manuscrits, M. Sohm distingue deux classes, qu'il désigne 
par les lettres A et B. Les manuscrits A dérivent d'un texte non divisé 
en titres, qui est de l'époque mérovingienne; les manuscrits B repré- 



203 

sentent une rédaction carolingienne, améliorée au point de vue de la 
latinité et divisée en 91 titres. L'édition présente ces deux textes en 
regard, la rédaction A en gros texte en haut des pages, la rédaction B 
en petit texte au-dessous. Dans la rédaction A, l'éditeur a introduit, 
pour faciliter les recherches, la division traditionnelle en 89 titres, sub- 
divisés en paragraphes, mais il invite le lecteur à ne pas oublier que 
ce numérotage n'a aucune authenticité : « Lectori autem benevolo 
observandum est, titulorum atque capitum numéros a me additos esse 
et in lege Ribuaria explicanda pro non scriptis habendos esse. » Le lec- 
teur se rappellerait mieux cet avertissement, si l'on avait pris soin de 
mettre entre crochets ces numéros parasites de titres et de paragraphes, 
ou, mieux encore, de les reléguer dans les marges. 

A la suite de la loi ripuaire, M. Sohm a donné la loi des Francs Cha- 
maves, dont on avait déjà une édition suffisante publiée par E.-Th. 
Gaupp en 1855, mais dont on sera néanmoins bien aise de retrouver ici 
le texte, revu sur les deux manuscrits. 

Julien Ha VET. 



Société des lettres , sciences et arts des Alpes-Maritimes. Cartu- 
laire de l'abbaye de Lérins, publié sous les auspices du ministère 
de l'instruction publique^ par MM. H. Moris, archiviste des Alpes- 
Maritimes, et Edm. Blanc, bibliothécaire de la ville de Nice. Pre- 
mière partie. Saint-Honorat de Lériiis, imprimerie du monastère, 
Paris, Champion, -1883. In-4'', ui-Vi pages. 

Après le cartulaire de Saint- Victor de Marseille, avec lequel il a plus 
d'un point de ressemblance, le cartulaire de Lérins est peut-être le plus 
important de la Provence. Transmis après la suppression de l'abbaye, 
en 1787, à i'évèché de Grasse, il resta caché avec les papiers de l'évêché 
jusqu'en 1850, où M. F. de Lasteyrie le retrouva. Il fait aujourd'hui 
partie des archives de Nice. M. l'abbé Tisserand en avait dressé une 
copie en 1865; une édition du cartulaire avait été entreprise par notre 
confrère M. de Flamare, alors archiviste des Alpes-Maritimes, et une 
première livraison distribuée en 1882 (in-8o, 164 p.); enfin, MM. Moris 
et Blanc viennent de réaliser le projet de publication depuis longtemps 
formé par la Société des lettres, sciences et arts des Alpes-Maritimes. 

Le volume qu'ils nous donnent comprend les chartes du xx^ au 
xn^ siècle, c'est-à-dire l'Ancien Cartulaire, ils nous promettent un 
second volume (JSouveau Cartulaire) qui sera formé de chartes origi- 
nales du xiii« au xviii^ siècle. 

1. La comparaison de la charte n° 198 avec l'original a été omise par les 
éditeurs. 



204 

Les éditeurs ont placé avant le Cartulaire une introduction en 
52 pages; nous allons en faire ressortir les points principaux, après 
quoi nous présenterons quelques observations sur l'ensemble et sur les 
détails de l'édition. 

Le manuscrit du Cartulaire de Lérins se compose de 152 folios, plus 

10 folios ajoutés après le xvn^ siècle; l'écriture, jusqu'au folio 144, n'est 
pas des premières années du xm" siècle, comme le disent les éditeurs, 
mais elle est au moins du milieu du xn« siècle; ensuite elle varie à 
chaque page (chap. i^r). Les éditeurs déclarent qu'ils ont reproduit 
fidèlement le texte; les seules additions qu'ils aient faites sont les 
numéros des chartes et leur date, quand ils ont pu l'établir. 

Par suite d'une erreur dans la reliure des cahiers du Cartulaire, la 
signature H se trouve avant la signature F; les éditeurs ont rétabli 
l'ordre ancien, ce qui fait une différence avec la copie de M. l'abbé 
Tisserand, aujourd'hui conservée à la Bibliothèque nationale (lat. 
nouv. acq., n° 1155). 

On sait l'intérêt qu'il y a à pouvoir comparer un cartulaire avec les 
originaux ; les éditeurs n'en ont réuni malheureusement que 22 ; ils les 
divisent en deux classes (chap. in). Les premiers, au nombre de 13, ne 
présentent pas de différences importantes avec le Cartulaire et les édi- 
teurs ne font que les mentionner. Les seconds, qui en diffèrent notable- 
ment, sont au nombre de 9, et on les trouvera reproduits en partie dans 
l'introduction. Sur ces 9 chartes, 4 sont un peu plus complètes dans 
l'original; 3 au contraire, sont plus développées dans le Cartulaire; la 
date du n° 313, indiquée comme manquant dans le Cartulaire, se trouve 
cependant sous le numéro suivant. Nous relèverons un fait singulier à pro- 
pos du n» 218, c'est que la date de l'original est fautive et que la vraie 
date se trouve dans le Cartulaire. Ce chapitre appelle deux remarques. 

11 est à regretter que les éditeurs aient cru devoir placer les col- 
lations des originaux avec le Cartulaire dans leur introduction, au 
lieu de les rapprocher des textes eux-mêmes qu'elles rectifient ou com- 
plètent. En second lieu, il est un peu étonnant que sur 364 chartes ils 
n'aient retrouvé que 22 originaux. Sont-ils bien sûrs de ne pas en 
avoir laissé échapper quelques-uns ? Il en est au moins un que nous 
pouvons leur indiquer, et qui a été publié avec un fac-similé par un de 
leurs prédécesseurs aux archives des Alpes-Maritimes, M. de Flamare. 
C'est la donation faite à l'abbaye de Lérins, par un seigneur nommé 
Constantin, de l'église de Saint-Saturnin-de-Briançonnet; elle se trouve 
dans le Cartulaire imprimé (n° 194) sous la date approximative de 
997-1027. Or, l'original publié fournit, outre plusieurs variantes et 
additions importantes , la date complète ainsi conçue : « Data xv ka- 
lendas novembris, per manum Adriani notarii, anno millesimo XX 
secundo ab incarnatione Domini, epacta xn, indictione xv, régnante 
Rodulfo rege. Domino Jhesu Christo in perpetuum régnante cunctaque 



205 

gubernantc nobilissime. Amen », c'est-à-dire 18 octobre 1022. (Musée 
des archives départementales, Paris, impr. nat., 1878, p. 44-46, et fac- 
similé, planche XVI.) 

Quant à la chronologie (chap. iv), les éditeurs font le? remarques 
suivantes : Sur 364 chartes, il y en a 451 qui sont datées d'une façon 
certaine. Les dates exprimées par la mention de l'année sont générale- 
ment exactes, en tenant compte toutefois de la différence du comput. 
Au xi^ siècle, les moines de Lérins faisaient commencer l'année au 
25 mars. La mention des années du règne d'un prince offre moins de 
certitude, les rédacteurs des chartes ayant souvent confondu les divers 
princes du pays, au point de faire de Rodolphe III, roi de Provence et 
d'Arles, un empereur d'Allemagne et un comte de Provence. Les 
autres notes chronologiques n'offrent aucun secours pour la détermina- 
tion des dates ; l'indiction est très souvent inexacte. La comparaison 
du Cartulaire avec les originaux explique comment certaines dates ne 
peuvent se comprendre, c'est qu'elles manquent dans les originaux et 
que ce sont les scribes qui les ont ajoutées, croyant donner plus d'au- 
thenticité aux actes. 

Passant à la diplomatique proprement dite (chap. v), les éditeurs 
examinent les éléments des chartes, parmi lesquels ils signalent les 
invocations, qui se composent soit de textes de l'Écriture, soit de 
réflexions de philosophie religieuse, avec quelques citations des lois 
romaines ou franques ; et les formules comminatoires, accompagnées la 
plupart du temps de menaces de peines pécuniaires ; les amendes 
varient de 1 à 100 livres d'or. Le Cartulaire de Lérins est conforme à 
celui de Saint-Victor de Marseille en ce qui concerne les sceaux, qui y 
sont rarement mentionnés. 

La langue des chartes est le bas-latin mêlé de roman (chap. vi) ; les 
règles les plus vulgaires de la syntaxe n'y sont point observées, et, à cet 
égard, le Cartulaire ne diffère point des originaux, comme cela arrive 
pour les Cartulaires de Cluny, par exemple ; quelquefois la phrase est 
moitié en latin, moitié en roman vulgaire : c'est dans ce dernier lan- 
gage que sont toujours formulés les serments de lidélité. Les éditeurs 
présentent quelques remarques intéressantes sur la langue parlée à 
Lérins au xi^ siècle, langm. qui offre des analogies avec le sous-dialecte 
actuel de Grasse. 

Le style des chartes est lourd et incorrect (ch. vn); on peut citer 
deux passages en prose rythmée; les citations des saintes Ecritures 
sont très nombreuses, les éditeurs en ont fait une liste qui remplit trois 
pages. 

Les noms de personnes (chap. vni) appartiennent à la nomenclature 
provençale et diffèrent peu de ceux des Cartulaires de Saint-Victor et 
de Grenoble. On y remarque trois éléments principaux : 1» l'élément 
romain; 2° l'élément lombard ou tudesque; 3° l'élément romano-pro- 

14 



206 

vençal [Bocatorta, Maladreiz, Pagan, etc.). Quelquefois les individus 
étaient distingués entre eux par des surnoms. Les femmes sont dési- 
gnées par leurs prénoms et quelquefois par des surnoms. 

Les noms de lieux ou lieux-dits sont empruntés à la langue romano- 
provençale et étaient sans doute de formation nouvelle à l'époque oii 
fut rédigé le Gartulaire. Parmi les mots particuliers au pays on peut 
citer lona, cavité remplie d'eau; fons, en provençal fous; fornels, four- 
neau; balmetta, grotte; castellaret, petit château-fort; petra longa, mil- 
liaire ou menhir, etc. 

D'autres noms de lieux et presque tous les noms de localités sont 
plus anciens et proviennent des langues primitives du pays, tels que 
pey et poi (bas-latin podium) ; loubeira, forêt épaisse, de loub, radical 
primitif. 

Le chapitre ix est consacré aux mesures de poids, de capacité, aux 
mesures de longueur et aussi aux monnaies assez nombreuses, parmi 
lesquelles on remarque les sous Raimondin, Othonien, de Melgueil et 
de Pavie. Aux renseignements assez rares sur la valeur des animaux 
et des denrées que leur offrait le Gartulaire (chap. x), les éditeurs ont 
eu l'idée de joindre ceux qu'ils ont tirés des statuts de Fréjus et d'un 
registre des archives municipales de Vence pour le xiv^ siècle. Ces sta- 
tuts, dressés sur l'ordre de Raimond Bérenger, comte de Provence, par 
Romée de Villeneuve, ministre de Raimond, et trois de ses collègues, 
ont aussi fourni des qxtraits relatifs à la condition des personnes et 
des terres, surtout en ce qui concerne les rapports des barons et des 
chevaliers avec le comte de Provence. Il semble résulter de l'ordonnance 
municipale de Vence sur le commerce que la réglementation de cette 
matière, au xiv^ siècle, appartenait aux communes. 

Le dernier chapitre (xn<=) est réservé aux divisions territoriales bien 
connues : le pagus, avec ses synonymes [comitatus, diocesis, episcopatus)^ 
Vager ou le territorium, le castrum, la villa, enfin le inansus ou mas. 

Les éditeurs remarquent que le mot colonia ne se rencontre pas dans 
le Gartulaire de Lérins. Ils signalent comme termes propres au pays : 
la ferragia, sorte de clos pour les plantes et les fruits verts; la vinea, 
qui a le sens de propriété rurale, sans habitation, dont la culture n'est 
pas déterminée. Les éditeurs, à l'exemple du Gartulaire de Saint-Victor, 
qu'ils ont quelquefois rectifié, ont groupé toutes les localités citées dans 
le Gartulaire en comtés, au nombre de 24, dont ils ont indiqué les 
limites. Ils y ont joint la liste des chevauchées extraite des statuts de 
Fréjus, et celle des hommes qui devaient être fournis par chacune des 
villes du comté de Vence, en vertu d'un accord de 1392. 

Le Gartulaire est suivi d'appendices et d'index. 

Les appendices comprennent : 1° la liste des archevêques et évêques 
de la province d'Embrun et celle des abbés du monastère de Lérins, du 



207 

ix« au xiye siècle; 2° la première ligne de chacune des chartes. Les index 
ou tables sont au nombre de quatre. 

1° L'Index chronologicus, rédigé en latin, supplée à l'insuffisance des 
titres des chartes, qui ne se composent quelquefois que d'un seul mot. 
La charte la plus ancienne est datée d'environ l'an 798', la plus récente 
est du 22 mars 1430. La chronologie aurait pu être serrée d'un peu 
plus près. Ainsi le n° 5, donation faite à Aldebert, abbé de Lérins, est 
attribué au xi^ siècle; mais l'abbaye ayant eu deux abbés de ce nom, 
l'un de 1046 à 1066, Fautre de 1066 à 1101, sans que la charte se rapporte 
plus à l'un qu'à l'autre, elle aurait dû être datée de 1046 à 1101. 

2° U Index nominum, fort développé, remplit les pages 391 à 435, soit 
45 pages à 3 colonnes. Cette table se borne à énumérer les noms, sans 
indiquer le rôle que les personnages jouent dans les actes, s'ils sont 
donateurs, vendeurs ou simples témoins. Nous y avons relevé des sur- 
noms bien étranges, qui étonnent à bon droit les éditeurs, car ils n'ont 
jamais existé. Deiis de Levita et Levita (Dens de), n'est-il pas tout sim- 
plement Deusde levita'^? Germimdus, noniine Indise, doit se lire ainsi: 
Gennundus nomine, in die dedicationis ecclesie (n° 222). 

Quant à Vindex rerum, qui occupe les pages 437 à 445, nous avons à 
regretter que les éditeurs n'aient point placé à côté des mots relevés 
quelques explications qui n'auraient pas été inutiles pour des termes tels 
que arbores suweres, brazaria, riibianus (qui est peut-être un nom de 
lieu), ou pour des expressions dont le sens, dans le Gartulaire de Lérins, 
n'est pas le même qu'ailleurs, comme les mots gadium au sens de 
donation (nos 14^21, 70, 71, etc.), placitum, au sens d'accord (n» 135, etc.). 
On remarque d'autre part, dans la même table, l'absence de mots 
importants tels que sponsalitium ecclesix (n" 61), consecratio altaris 
(n° 'i{\), jusiurandum (passim), testamentum (n"^ 137, 225), etc. 

Le Dictionnaire géographique rédigé en français est beaucoup meilleur; 
les éditeurs paraissent avoir pris pour modèle celui qui accompagne le 
Gartulaire de Saint-Yictor de Marseille; les identifications, que nous 
n'avons pas les moyens de discuter, nous semblent avoir été faites avec 
soin, même pour les lieux-dits, au moins pour la Provence. 

Nous sommes, obligé de faire des réserves pour quelques chartes que 
nous avons pu étudier ph.s à fond. Ainsi le mot Carasiacus, comme 
porte la table, et mieux Carisiacus (n° 290), n'est pas Grécy, chef-lieu 
de canton de l'arrondissement d'Abbeville, comme le pensait le P. Labbe; 
c'est Quierzy, sur l'Oise, ainsi que l'a démontré Mabillon dans une savante 
dissertation [De re diplomalica , p. 258). Drivas vetusta n'est pas Brioude, 

1. Malheureusement celte pièce est fausse, comme il a élé démontré dans la 
Romania, t. V, p. 246, note 1. 

•2. Cf. le Gartulaire de Saint- Victor, où l'on trouve les formes Beodaius, 
Danodadus, Deidonus, Demde, Dieude, Donadeus et Deusdedit. 



208 

mais Vieille -Brioude (arrondissement et canton de Brioude). C'est 
Etienne de Vieille-Brioude, de l'ancienne famille de ce nom, qui donna 
ou confirma à Saint-Honorat de Lérins l'église de Saint-Just près 
Brioude, vers l'an 1054. — Saint-Just d'Auvergne (ch. 276), chapelle sur 
le territoire de Luciac. Luciac n'existe plus; c'est l'ancien nom du lieu 
sur lequel a été élevée la chapelle de Saint-Just, qus ah incolis appel- 
laiur Luciag (Cartulaire de Brioude, n" 323). Disons à ce propos que le 
nom imprimé ch. 271 Glasparus) abbas Brivatensis doit être une erreur, 
car ni dans la période indiquée (1073-1086), ni jamais il n'y a eu à 
Brioude d'ahbé de ce nom, d'après le Gallia Christiana. — Geraldus de 
Rufiag, Ruffiac, commune du canton de Saint-Flour : c'est Roffiac qu'il 
fallait dire; il y a eu, en effet, une famille de ce nom. Geraud de Roffiac 
vivait en 1059 (Dict. hist. et stat. du Cantal, t. V, p. 112), etc. 

Il est regrettable que les éditeurs n'aient pas étudié la nature des 
actes au point de vue de la diplomatique : ils auraient reconnu que 
ceux des papes, bulles et simples lettres apostoliques sont au nombre 
de 23; le premier se rapporte au pontificat de Grégoire VII, en 1080, le 
dernier à celui d'Urbain V, 1362 (no^ 340, 271, 331, 291, 301, 332 à 334, 
292, 300, 290, 294, 23, 293, 292 bis, 11, 297, 321, 324 à 328). En fait 
d'actes royaux, on ne peut guère citer qu'un diplôme de Louis le 
Débonnaire {n° 248) donné à Aix-la-Chapelle le 3 janvier 824 (c'est 
825 qu'il faut lire, cf. Vaissette, I, 62, et D. Bouquet, VI, 540), et par 
lequel il confirme les donations faites à Lérins par le comte d'Arles 
Leybulfe ; le Cartulaire renferme deux chartes de ce même comte n"s 247 
et 249, quelques donations faites par des évêques; toutes les autres pro- 
viennent de simples particuliers; beaucoup donnent leurs biens au 
moment d'entrer en religion; un d'eux se donna corps et âme à saint 
Honorât en 1142 (n° 110). 

Les actes concernant le droit privé sont rares; on peut citer deux tes- 
taments (n°= 225 et 137), mais il n'y a aucun contrat de mariage; les 
actes relatifs à la féodalité sont assez nombreux : ce sont des concessions, 
ventes ou reprise de fiefs, et surtout des serments de fidélité faits à l'abbé 
(nos 355^ 75, 79, 339, etc.). 

Les éditeurs ont joint à leur volume un fac-similé d'une page du ms. 
original et une petite vue de l'abbaye de Lérins, telle qu'elle était au 
xn« siècle, d'après la chronologie des saints de Lérins, par Barralis. 

En somme, on doit savoir gré aux éditeurs d'avoir enfin réalisé la 
publication depuis si longtemps attendue du Cartulaire de Lérins. Il 
complète en effet heureusement, surtout au point de vue géogra- 
phique, les données fournies par celui de Saint-Victor de Marseille 
et offre aux philologues des textes importants. 

L'édition elle-même, dans laquelle un examen attentif nous a fait 
reconnaître quelques défauts et des lacunes, n'en est pas moins un 
travail estimable et utile. Il appartient maintenant aux éditeurs de 



209 

profiter du second volume qu'ils nous promettent, pour rectifier et 
compléter le premier, s'il y a lieu, et pour appliquer une méthode 
plus sévère à l'établissement du texte et à la confection des tables du 
Nouveau Cartulaire. 

A. Bruel. 



Bidlaire de l'abbaye de Saint-Gilles, suivi d'une notice historique 
sur l'abbaye, le grand prieuré et la paroisse de ce nom., par 
M. l'abbé Goiffo\. Nimes, impr. P. Jouve, ^S82. In-S», 355 et 
202 pages. 

La principale partie de ce volume se compose du texte de 187 actes 
pontificaux, dont 153 sont antérieurs au xiv<^ siècle. La plupart étaient 
restés inédits. M. l'abbé Goiffon, qui les a datés, publiés et annotés 
avec soin, les a tirés presque tous d'un ancien bullaire de Saint-Gilles 
conservé à la Bibliothèque nationale, n" 11018 du fonds latin, et d'une 
collection de 144 bulles originales, que M. Hector Mazer a offerte en 1839 
à la fabrique de l'église paroissiale de Saint-Gilles. Indiquer la nature 
d'un tel recueil, c'est en faire entrevoir l'importance. Nous en recom- 
mandons la lecture à tous ceux qui s'occupent de diplomatique ponti- 
ficale, et, à titre d'exemple, nous signalerons une lettre de Nicolas IV, 
du 14 février 1291. L'abbaye de Saint-Gilles voulait donner une exten- 
sion excessive à un privilège que le pape Clément IV lui avait accordé, 
et elle s'en prévalait au préjudice des hospitaliers et des templiers. Nico- 
las IV n'admit pas les prétentions des moines ; pour prévenir une 
interprétation trop large, il fit observer que son prédécesseur, originaire 
de Saint-Gilles, avait dû traiter avec une excessive bienveillance l'ab- 
baye de sa ville natale, et que, d'ailleurs, le privilège au sujet duquel on 
discutait ne se trouvait pas dans le registre où il aurait dû être inséré 
suivant l'usage de la cour romaine : « Attendentes etiam quod origo et 
conversatio hujus modi dictum predecessorem Glementem sic munire 
valide, sic largiQue, sic insuper honorare dictum monasterium iuduxe- 
runt, cum de hujusmodi suo privilegio, de quo ab aliquibus de nostra 
curia sive in regesto ipsius predecessoris Clementis, in quo, juxta morem 
Romanorum pontificum, talis privilegii ténor inseri debuerat, solerti 
super hoc indagatione premissa, non potuerit haberi copia vel alla 
memoria inveniri'... » Voilà un précieux témoignage à ajouter à ceux 
que M. Elle Berger^ a recueillis sur le caractère de l'enregistrement des 
bulles au xni* siècle. 

La notice qui forme la seconde partie du volume n'est pas une his- 
toire complète et définitive de Saint-Gilles ; mais elle fournit beaucoup 

1. P. 195 du Bullaire. 

2. Pages XVI et suiv. de l'introduction aux Registres d'Innocent IV. 



210 

de renseignements utiles. Nos lecteurs seront contents d'un emprunt 
que nous allons y faire, à la p. 12. C'est le texte d'une inscription trou- 
vée en 1877 et relative à la fondation de la Madeleine de Saint-Gilles : 

Anno dorainice incarnacionis MGLVIII, ii nonas februarii, 
Boneta et filii ejus, Johannes Gornutus et Guillelmus Jordanws, 
(/edcrunt, pro animabus suis, Domino Deo et Sancte Marie Magdalene 
iferram in qua hec ecclesia fundata est, cum domibus et pertinenciis 

suis. Hanc 
É?onacionem fecerunt in manibus Gislaberti, instituris predicte ecclesie, 
quijiroraml eis ut habitatores hujus loci, présentes et futuri, 
singulis annis in perpetuum in predicta die faciant septem missas 

celebrare 
pro amraabus predictorum donatorum et eorum parentum 
et omnium /?delium defuntorum dicti loci^ f . 

A la rigueur, cette' inscription peut entrer dans la série des chartes 
lapidaires, pour l'étude desquelles il convient de renvoyer au mémoire 
de M. Deloye, inséré en 1846 dans la Bibliothèque de l'École des chartes''^. 

La publication de M. l'abbé Goiffon se recommande donc par les plus 
sérieuses qualités, et je n'ai pas la pensée de la déprécier en soumettant 
ici à l'éditeur quelques observations de détail. 

P. 3. La bulle de Benoît II, de l'année 685, est évidemment une 
pièce apocryphe. L'observation en a déjà été faite par M. Robert, à la 
p. Lin de la préface de la Vie de saint Gilles, publiée par MM. Gaston 
Paris et Alphonse Bos, en 1881. Les auteurs de la nouvelle édition des 
Regesta pontificum Romanorum (p. 242, n° 2127) ont marqué du signe 
des pièces fausses cette bulle de Benoît II. 

P. 95 et 112. L'éditeur a eu tort de laisser de côté les souscriptions 
qui sont au bas de deux privilèges d'Alexandre III et d'Innocent III, 
conservés en original à Saint-Gilles. 

P. 112 et 113. Les deux lettres d'Innocent III placées sous la date 
du 18 avril 1212 sont en réalité du 18 avril 1211. 

P. 177. Dans les souscriptions d'un privilège de Clément IV, un 
article a été altéré. Au lieu de Ego Ancher frater Sancte Praxedis pres- 
biter cardinalis, il faut lire : Ego Ancherus tituli sancte Praxedis p. c. 

P. 93 de la Notice. Le marché conclu en 1261 avec un architecte, 
pour achever l'église de Saint-Gilles, qui est indiqué à la p. 93, d'après 
une note informe des Bénédictins, est en original aux archives du Gard 



1. Les parties restituées par M. l'abbé Goiifon sont imprimées en lettres 
italiques. 

2. 2*^ série, t. III, p. 31-42. 



2U 

et a été publié dans la Revue des Sociétés savantes (6« série, t. YIII, p. 122), 

avec un commentaire de J. Quicherat. 

Je termine ce compte-rendu en avertissant que plusieurs bulles de 

Saint-Gilles furent envoyées à Paris en 1679 pour être déposées dans 

la bibliothèque de Golbert. Elles sont aujourd'hui à la Bibhothèque 

nationale, dans la collection de Baluze. M. l'abbé Goiffon n'a connu ces 

pièces que par des copies assez médiocres qui en furent faites en 1679 

et qui sont restées à Saint-Gilles. La plus curieuse est un privilège 

d'Urbain II, du 18 /évrier 1095, au bas duquel sont les souscriptions 

de beaucoup des prélats qui assistèrent au concile de Plaisance; elle 

est reproduite dans la série lithographiée des fac-similés de l'École des 

chartes. t t-^ 

L. Delisle. 

Das Urkundemresen Karls IV. und seiner Nachfolger (1340-1437), 
Von Theodor Lindner. Stuttgart, J. G. Cotta, ^882. In -8% 
vni-222 p. Prix :7 m. 

M. Lindner a examiné un grand nombre de diplômes des souverains 
allemands qui se sont succédé depuis Charles IV jusqu'à Sigismond. Il 
en a tiré, sur la diplomatique de ces princes, beaucoup d'observations 
précises, qu'il expose avec méthode et clarté. Ce volume sera consulté 
utilement, non seulement par les érudits d'Allemagne, mais aussi par 
ceux de nos départements de l'Est, dont les archives peuvent contenir 
des diplômes sortis de la chancellerie impériale. 

L'auteur a publié en appendice quelques pièces justificatives, parmi 
lesquelles il faut citer les trois suivantes : 

Thionville, 14 décembre 1346; acte en français : Charles IV, roi des 
Romains et de Bohême et comte de Luxembourg, promet à Arnoul 
d'Arlon de ne pas aliéner ou engager sans son consentement les villes 
d'Ivois (aujourd'hui Carignan) et de Virton ; 

Cologne, 17 février 1349 : Charles IV donne à Baudouin, archevêque 
de Trêves, les biens des juifs tués en Alsace et ailleurs et les amendes 
et confiscations encourues pour le meurtre desdits juifs; 

Mayence, 8' février 1354 : Charles IV confirme à l'archevêque de 
Trêves la possession de la charge d'archichancelier de l'Empire dans le 
royaume d'Arles et en Gaule, avec les droits qui y sont attachés. 

P, 56 et 57, M. Lindner insiste sur les modifications que le temps fait 
parfois subir à la couleur des lacs de soie des sceaux. La soie verte 
devient jaune, la jaune brune, etc. La teinture noire brûle la soie et la 
détruit, en sorte que les nombreux actes scellés sur lacs noirs et jaunes, 
aux couleurs de l'Empire, n'ont conservé le plus souvent que la soie 
jaune. Il faut se défier des accidents de ce genre, lorsqu'on a à décrire 
les lacs auxquels est suspendu le sceau d'un acte. 

En comparant le sceau employé par Charles IV, lorsqu'il n'était 



2^2 

encore que roi des Romains, et celui du roi Wenceslas, son fils, 
M. Lindner est arrivé à la conviction que ces deux sceaux n'en font 
qu'un : on a adapté pour le fils le sceau du père, en changeant seule- 
ment le nom dans la légende, mais sans toucher à l'effigie royale. Cet 
exemple doit mettre en garde contre une confiance trop absolue dans 
la ressemblance des portraits gravés sur les sceaux. 

Julien Havet. 

Étude historique et archéologique sur la roue des juifs depuis le 
XII I" siècle^ par Ulysse Robert. Extrait de la Revue des études 
juives, tome VI. Paris, A. Durlacher, 1883. In-S", 23 p., { planche 
en couleur et 3 fig. dans le texte. 

On sait qu'à partir du commencement du xni" siècle et jusqu'aux 
temps modernes, les juifs d'Occident furent généralement soumis à 
l'obligation de porter sur leur vêtement un signe extérieur destiné à les 
distinguer des chrétiens. On sait aussi que ce signe était ordinairement 
un cercle d'étoffe de couleur, plein ou évidé, désigné sous le nom de 
roue ou de rouelle. Notre confrère M. Ulysse Robert a cru avec raison 
qu'il serait intéressant de déterminer précisément, d'une part, l'époque 
à laquelle fut établie, dans' chaque pays, l'obligation pour les juifs de 
porter la roue ; d'autre part, quelles furent, suivant les temps et les lieux, 
la forme, la matière, la couleur, les dimensions de ce signe. Il a con- 
sulté à la fois des textes, tels que des statuts, règlements ou ordonnances 
des autorités ecclésiastiques et civiles de France, d'Espagne, d'Italie, 
d'Allemagne, et des monuments figurés, surtout des miniatures de 
manuscrits, où sont représentés des juifs. La brochure n'a qu'une ving- 
taine de pages, mais ces pages sont pleines de faits et d'indications 
précises. Ce travail pourra, comme le dit l'auteur, fournir aux archéo- 
logues des éléments utiles pour la détermination de l'origine et de la 
date des monuments où l'on verrait des juifs représentés avec la roue. 

Cinq figures, dont deux en couleur, reproduisent quatre peintures de 
manuscrits, où se voit très clairement le signe distinctif des juifs, et un 
modèle de roue annexé à une ordonnance de 1551, rendue par le roi des 
Romains Ferdinand pour la ville de Haguenau. M. Robert a relevé aussi, 
dans l'ouvrage d'Amador de los Rios sur les juifs d'Espagne, la mention 
d'une bulle de 1415, à laquelle était joint un modèle de roue; malheu- 
reusement la demande de renseignements qu'il a adressée à ce sujet aux 
archives de Tolède est restée sans réponse. 

M. Robert déclare qu'il recevra avec reconnaissance les renseigne- 
ments nouveaux qu'on voudra bien lui communiquer sur l'usage qui 
fait l'objet de cette curieuse monographie. Il est à souhaiter que cet 
appel soit entendu. 

Julien Havet. 



243 

Mittheilungen des Institut a fur oeslerreicliische Geschichisforschung . 
Uiiter Mitwirkung von Th. Sickel, M. Thacsiïvg und H. R. v. 
Zeissberg redigirt von E. Mùulbacuer. IV. Band. Innsbruck, 
Wagner, 1883. In-8% viii-664 p., S planches ^ 

Ce volume contient les articles suivants : 

Recherches sur l'histoire de l'Empire au xin^ siècle, par J. Ficker 
(suite) : V, les fils du roi Manfred ; VI, le mariage de Conradin; VII, la 
renonciation d'Alphonse de Gastille à l'Empire; VIII, les lettres du 
pape contre l'empereur Otton IV, en 1210 et 1211 ; IX, l'invasion de 
Renaud de Spolète dans les États de l'Église, en 1228; X, la nomina- 
tion de l'archevêque de Cologne, Conrad, en qualité de légat du pape, 
en 1249. — La chronique rimée de Styrie et l'interrègne autrichien, par 
A. Huber. — Le cadavre romain de 1485, par H. Thode; la découverte 
du cadavre romain de 1485, par Chr. Hiilsen. — Études critiques sur 
l'histoire de Bohême, par J. Loserth. — Etudes sur le Miroir de Saxe, 
par H. -M. Schuster. — Matthias de Neuenbourg ou Albert de Stras- 
bourg? par A. Huber. — Notae historicae Altorfenses, par Al. Schulte. 
— Catalogue des diplômes impériaux conservés aux archives de Vérone, 
par C. Cipolla : II, de Henri V à Conradin. — Le portail occidental de 
la cathédrale de Vienne, description et histoire, par Paul Mùller (avec 
6 planches et 14 figures dans le texte). — Les catégories nobiliaires 
selon la coutume de Styrie, par 0. v. Zallinger. — Recherches sur la 
diplomatique pontificale, d'Alexandre IV à Jean XXII (1254-1334), par 
W. Diekamp. ■ — La Vita Ileinrici imperatoris, par A. Busson. — Les 
opérations de Charles d'Anjou, avant la bataille de Tagliacozzo, par 
G. Kôhler, avec une réplique de J. Ficker. — La monnaie à Vienne, 
pendant le premier quart du xv^ siècle, par K. Schalk. — Courtes com- 
munications : le manuscrit du Liber diurnus, par Th. Sickel ; le serment 
des juifs d'Augsbourg, par 0. v. Zallinger; mentions inscrites sur les 
pages laissées en blanc dans des registres publics, par K. Schalk; 
quelques sources perdues de l'histoire de Carinthie, par .\. v. Jaksch ; 
le trésor et la bibliothèque d'Ober-Altaich, vers le milieu du xii^ siècle, 
par O. Redlich; les registres angevins des archives de Naples, par 
A. Fanta ; le manuscrit o.-iginal de la chronique de Konigshofen, par 
Al. Schulte; la captivité du roiEnzio à Bologne, par C. Cipolla; rensei- 
gnements biographiques sur J. Unrest, par A. v. Jaksch ; les archives 
du chapitre de Sarzana, par E. v. Ottenthal ; une lettre du D'' J. Eck au 
roi Ferdinand P', par H. Zimerman. 

1. Outre ce volume, la rédaction des Miitfieilungen a fait paraître, en 1883, 
le premier fascicule d'une série complémentaire, dont les livraisons y)araîtront, 
selon l'abondance des matières , à des intervalles plus ou moins éloignés et 
formeront une collection distincte. 



2^4 

La plupart de ces travaux traitent des questions qui n'intéressent 
guère que l'histoire de l'Allemagne ou de l'Autriche-Hongrie ; on me 
permettra de ne pas m'y arrêter. Les quelques renseignements qu'on 
peut recueillir dans plusieurs d'entre eux, par exemple dans les péné- 
trantes recherches de M. Ficker, sur certains détails de l'histoire de 
France, seront relevés dans une des prochaines livraisons du Répertoire 
des travaux historiques. Je voudrais signaler seulement trois ou quatre 
articles, d'une façon plus particulière, aux lecteurs de la Bibliothèque de 
l'École des chartes. 

M. Th. Sickel annonce qu'un hasard heureux lui a permis de retrou- 
ver et d'examiner (pendant une demi-heure seulement), le 9 mai 1881, 
aux archives du Vatican, le manuscrit du Liber diurnus, que M. de 
Rozière n'a pu consulter lorsqu'il préparait son édition et qu'on croyait 
perdu. C'est un volume marqué au dos de la reliure Code. CCCX, et plus 
bas XI, 91, sur le plat N. 5 Hhhhh. 97 ex capsula X, sur la garde codex 
138. En reproduisant ces indications avec leur demande, d'autres 
savants pourront sans doute à l'avenir, pense M. Sickel, obtenir com- 
munication du manuscrit et en examiner le texte à loisir. 

M. Diekamp continue ses minutieuses et patientes recherches sur la 
diplomatique pontificale (voy. ci-dessus, t. XLIII, p. 688). Il étudie 
cette fois les pontificats d'Alexandre IV et de ses successeurs, jusqu'à 
Jean XXII inclusivement. On remarquera notamment dans son article 
des observations détaillées au sujet des mentions de taxes inscrites sur 
les actes et destinées à indiquer les sommes payées pour en obtenir 
l'expédition (p. 507 et suivantes). 

M. A. Schulte a trouvé dans une histoire manuscrite de l'abbaye 
d'Altorf (Basse-Alsace), écrite en 1748 par le P. Amand Trens et con- 
servée aux archives de la Basse- Alsace, quelques extraits d'un manus- 
crit d'Altorf, aujourd'hui perdu, qui contenait des notes historiques sur 
les événements du xii% du xiii^ et du xiv« siècle. La plus ancienne note 
copiée par le P. Trens se rapporte à l'an H 32, la plus récente à 1334. 
M. Schulte publie le texte de ces notes très brèves, qui fournissent 
quelques renseignements pour l'histoire locale de l'Alsace. 

M. Thode propose une hypothèse ingénieuse, trop ingénieuse sans 
doute, comme on va le voir, sur la célèbre tête de cire du musée de 
Lille, attribuée jadis à Raphaël. Selon lui, ce portrait de jeune fille pré- 
sente à la fois des caractères qui rappellent l'antiquité et des caractères 
qui rappellent le xv« siècle. Il lui semble voir là le portrait d'une 
ancienne Romaine, sculptée par un Italien de la Renaissance. Il cherche 
donc oii et quand un Italien de la Renaissance a pu avoir l'occasion de 
faire le portrait d'une Romaine de l'antiquité. Il trouve, dans quelques 
chroniques romaines du xv' siècle, qu'en avril 1485, des ouvriers, en 
creusant le sol près de la voie Appienne, à six milles de Rome, décou- 
vrirent le cadavre, momifié et parfaitement conservé, d'une jeune fille 



2<5 

d'une beauté, admirable. Elle paraissait âgée de douze à quinze ans. 
D'après une épitaphe, trouvée, disait-on, au môme lieu, plusieurs vou- 
laient que ce fût la tille de Gicéron. Elle fut exposée quelque temps au 
palais des Conservateurs, où une foule innombrable vint la voir, mais 
bientôt le pape la fit enlever de nuit, transporter hors des murs et 
enterrer on ne sait où. Eh bien, demande M. Thode, la tête de Liliane 
serait-elle pas un portrait de cette jeune Romaine, sculpté par un de 
ceux qui purent la voir au palais des Conservateurs en 1485 ? N'est-ce 
pas elle aussi qui est représentée dans un dessin de VAlbertina de 
Vienne, où plusieurs critiques, et avec eux M. Thode, croient recon- 
naître le môme modèle que dans la tète de Lille ? 

Cet article a suggéré à M. Hùlsen l'idée d'étudier d'une manière 
approfondie l'histoire de la découverte de ce cadavre momifié, qui causa 
une si grande admiration à Rome en 1485. Les résultats auxquels il 
arrive ne sont pas favorables à la supposition de M. Thode. En rappro- 
chant et en comparant, avec plus d'exactitude que son devancier, les 
divers récits qui nous sont parvenus sur cette découverte, il montre que 
la plupart de ces récits ont exagéré la merveilleuse conservation du 
cadavre. Selon l'un des témoignages les plus dignes de foi, on ne savait 
même si c'était le corps d'un homme ou celui d'une femme. Parmi ceux 
qui disent que c'était une femme, les uns rapportent qu'elle paraissait 
âgée de douze ans, d'autres de vingt-quatre. Aucune épitaphe, en réalité, 
ne fut trouvée avec le corps, en sorte qu'on ignore à quelle antiquité 
pouvait remonter l'ensevelissement. Enfin, selon un témoignage expli- 
cite, plusieurs artistes voulurent copier les traits de la jeune Romaine, 
mais le corps fut enlevé avant qu'aucun d'eux eût pu exécuter ce des- 
sein. Il est donc chimérique d'espérer trouver quelque part un portrait 
de cette jeune fille (si c'était une jeune fille) et il est téméraire de cher- 
cher là l'explication de la tête de cire de Lille et du dessin de l'Alber- 
tina qu'on prétend en rapprocher. 

Rappelons qu'en 1882, avant la publication des articles de MM. Thode 
et Hùlsen, notre confrère M. Courajod avait soumis à la Société natio- 
nale des antiquaires de France, au sujet de la tête de Lille et du 
dessin de Vienne, une autre hypothèse. Selon M. Courajod, nous aurions 
dans ces deux monuments le portrait d'une jeune personne dont le 
visage aura été moulé après sa mort, suivant un usage très com- 
mun en Italie au xv^ siècle; le dessin de l'Albertina représenterait 
le masque de plâtre obtenu au moyen de ce moulage ; la tète de Lille 
serait une empreinte du même moulage, retouchée et modifiée par un 
sculpteur 1. 

1. Quelques Monuments de la sctilpture funéraire des XV' et XVP siècles, 
par Louis Courajod. Dessins par Ludovic Letrône. Paris, 1882. In-S", 28 p. 
Extrait des procès-verbaux de la Société nationale des antiquaires de France. 



246 

L'article de M. Thode est accompagné de deux belles héliogravures, 

dont l'une reproduit le dessin de l'Albertina et l'autre la tète de cire 

du musée de Lille, vue de profil à gauche. 

Julien Havet. 



Variétés historiques, par Paul Marchbgàï. Les Roches-Barilaud, i884. 
In-8°, 370 pages. 

Sous ce titre, M. Paul Marchegay vient de faire paraître un volume 
dans lequel ont été artificiellement réunis vingt-quatre morceaux, 
primitivement imprimés soit dans la Bibliothèque de l'École des 
chartes, soit dans différents recueils de l'ouest de la France. Nos lecteurs 
connaissent de longue date la critique qui préside à tous les travaux de 
notre confrère ; ils ont eu souvent l'occasion d'apprécier le tact avec 
lequel il choisit les documents, et l'intérêt qu'il en sait faire jaillir. Il 
nous suffira donc de reproduire et de dresser ici la table chronologique 
du contenu de ce nouveau volume de mélanges. 

1080-1255. Le prieuré de Saint-Laurent-sur-Sèvre en Bas-Poitou, 
p. 191. 

1099-1789. Recherches sur les seigneurs dé Tiffauges en Bas-Poitou, 
p. 107. 

1099 et 1104. Dotation et dédicace de l'église de Saint-Nicolas de la 
Ghaise-le-Vicomte, en Bas-Poitou, p. 165. 

1121. Charte en vers latins composée par Hilaire, disciple d'Abailard 
et chanoine du Ronceray d'Angers, p. 357. 

1141-1142. Le voyage à Rome d'Ulger, évêque d'Angers, et le château 
de Dangé, p. 104. 

1147-1201. Quatre chartes inédites des anciens vicomtes de Thouars, 
p. 325. 

1238-1299. Douze chartes originales et inédites en langue vulgaire 
du centre et de l'ouest de la France, p. 335. 

1274-1514. Quatre pièces du chartrier de Thouars, concernant l'An- 
jou et le Maine, p. 313. 

1335. Actes de notaires concernant l'histoire du droit criminel en 
Saintonge, p. 291. 

1453. Présent d'un coffret en vermeil fait par la ville d'Angers à 
Madeleine de France, fille de Charles VII et de Marie d'Anjou, p. 97. 

1455. Assemblée pour la réparation des canaux du marais de Luçon 
en Bas-Poitou, p. 182. 

1459. État du revenu de l'évêché de Dol en Bretagne, p. 151. 

1476-1481. Trois lettres inédites de Louis XI aux chapitre de la cathé- 
drale, gens d'église, bourgeois et évêque d'Angers, p. 99. 

1488-1593. Lettres originales des rois de France aux maires et éche- 
vins d'Angers, p. 231. 



2n 

1494-1514. Notes sur l'exploitation du charbon de terre en Anjou, 
p. 203. 

1524 et 1203. La chapelle de la RouUière et rAumôiierie de la Tri- 
nité en la paroisse d'Olonne, p. 301. 

1526-1527. Meurtre de deux prêtres qui chassaient dans les garennes 
du seigneur de Sainte-Néomaye, en Poitou, p. 353. 

1596-1598. Cinq lettres missives de Louise- Julienne, Elisabeth, 
Maurice, Henri et Gharlotte-Brabantine de Nassau, enfants de Guil- 
laume le Taciturne, prince d'Orange, p. 183. 

1599-1631. Recherches sur les poésies de mesdemoiselles de Rohan- 
Soubise, p. 251. 

1745. Inhumation des protestants au xviii« siècle, p. 319. 

1792. Documents relatifs à la déportation en Espagne de prêtres 
angevins et manceaux, p. 1. 

1794. Le sabre de l'École de Mars du musée archéologique de Nantes, 
p. 207. 

M. Marchegay avait déjà publié en 1857 et en 1872 deux recueils du 
même genre, intitulés l'un Notices et Documents historiques, l'autre Notices 
et Pièces historiques. Dans l'avis placé en tête du volume que nous 
annonçons, l'auteur prend congé de ses lecteurs, et les avertit que les 
Variétés historiques seront sa dernière publication. Nous espérons bien- 
qu'il n'en sera rien : la Bibliothèque de l'École des chartes, n'en dou- 
tons pas, aura encore à enregistrer plus d'un travail de M. Marchegay, 
qui a été l'un des fondateurs de notre recueil en 1839, et qui en est 
resté l'un des collaborateurs les plus actifs et les plus assidus. 

L. Delisle. 



LIVRES NOUVEAUX. 



SOMMAIRE DES MATIERES. 

Sciences auxili.vires. — Épigraphie, 194. — Paléographie, diploma- 
tique, 224. — Bibliographie, 177; manuscrits, 219, 234. 

Sources, 177. — Chroniques, 185, 197. — Vies de saints, 216, 230. 
— Archives, 178, 225. — Chartes, 228. 

Biographie et généalogie, 200. — D'Ayrenx, 180; Béatrice, 174; 
Braque, 229; saint Clair, 206; Dampierre, 210; Dante, 174, 
Egbert, 219; Fabri, 180; Falaise, 212; as Feives, 201; sainte Gène- 



218 

viève, 216, 230; GirartdeRoussillon, 196; Guilbert, 183; le Juif errant, 
217; Maximilien I^"", 227; Mondor, 209; Pierre l'Ermite, 211; Tabarin, 
209; saint Ursin, 181. 

Institutions, 189, 192, 193, 197, 198, 215, 218. 

Religion. — Église catholique : diocèses, 183, 206; ordres, 184, 200, 
231, 232; monastères, 185, 188. 

Archéologie, 222. — Architecture, 186. — Sculpture, 214. — Pein- 
ture, 205, 219, 233. — Mobilier, 202. — Blason, 192. — Numisma- 
tique, 203, 226. 

Langues et littératures, 217, 234. — Latin, 175, 190, 216, 230. — 
Langues romanes, 204; français et provençal, 179, 196,221; italien, 
174. — Langues germaniques, 187, 191, 235. 

SOMMAIRE GÉOGRAPHIQUE. 

Allemagne, 199, 227. — Bade, 233. — Prusse, 219, 226, 228. 

France, 198. — Berry, 181; Bretagne, 200, 206; Dauphiné, 232; 
Franche-Comté, 184; Normandie, 190; Picardie, 221. — Ain, 182,220; 
Aube, 210; Bouches-du-Rhône, 195; Calvados, 212; Cantal, 188; Eure, 
185; Gironde, 183; Hérault, 189, 213; Isère, 207; Haute-Loire, 218; 
Loire-Inférieure, 206; Lot-et-Garonne, 180; Meuse, 194; Seine, 192, 
201, 209, 214, 229 ; Seine-Inférieure, 176 ; Somme, 178, 208. 

Grande-Bretagne et Irlande. — Angleterre, 186, 197, 203, 223, 234. 

Italie, 177, 193, 215, 224, 225. 

174. Alighieri (Dante). La Vita nuova illustrata con note e preceduta 
da uno studio su Béatrice per Alessandro d'Ancona. Seconda edizione 
notevolmente accresciuta. Pisa, libreria Galileo già Nistri, 1883. In-8», 
Lxxxvm-259 p. 5 1. 

175. Anonymi de situ orbis libri duo. E codice Leidensi nunc pri- 
mum edidit Maximilianus Manitius. Stuttgardiae, J. G. Cotta, 1884. 
In-8°, xv-98 p. 5 m. 

176. AuvRAY (l'abbé Emmanuel). Notice sur Bosc-Bérenger , com- 
mune de la Seine-Inférieure. Rouen, Ed. Fleury, Ch. Métérie; Saint- 
Saens, J. Binet, 1884. In-S", vni-85 p., 1 plan. 

177. Bindi (Vincenzo). Fonti délia storia abruzzese. Suppleraento aile 
Biblioteche storico-topogra fiche degli Abruzzi di G. Minieri-Riccio ed 
A. Parascandolo, composto sulla propria coilezione. Napoli, G. de Ange- 
lis, 1884. In-8°, vi-115 p. 

178. BoGA (Louis), Rendu (Armand). Inventaire -sommaire des 
archives départementales antérieures à 1790. Somme. Tome I«^ 



219 

Archives civiles. Série A. Actes du pouvoir souverain et domaine 
royal, W^ l à 66. Série B. Cours et juridictions, n°^ 1 à 1664. Amiens, 
imprimerie picarde; aux archives de la préfecture; librairie Hecquet; 
Abbeville, Prévost, 1884. In-4°, xiv-1 5-439 p. 

179. BouRciEz (Edouard). Faculté des lettres de Bordeaux. Cours com- 
plémentaire de langue française. Année scolaire 1883-84. Origines et 
formation de l'ancien français, l''^ leçon (12 novembre 1883). Bordeaux, 
impr. G. Gounouilhou, 1884. In-8% 23 p. 

180. BouRROussE DE Laffore (Julcs de). Archives du château d'Augé. 
Généalogies des maisons de Fabri et d'Ayrenx. Bordeaux, impr. 
G. Gounouilhou, 1884. In-8», 191 p. 

181. Brimont (le baron Thierry de). Saint Ursin, son apostolat dans 
le Berry et son culte. Bourges, impr. Pigelet et Tardy, 1884. In-8'', 
137 p., 1 plan. 

182. Brossard (Joseph). Description historique et topographique de 
l'ancienne ville de Bourg, capitale de la province de Bresse. Bourg-en- 
Bresse, Authier et Barbier, 1883. In-8°, 251 p. 

183. Callen (l'abbé J.). L'Entrée solennelle des archevêques de Bor- 
deaux. Etude historique. Avec portrait et biographie de Mgr Guilbert. 
Bordeaux, Feret, 1883. In-8'', 30 p., 1 planche. 1 fr. 

184. Castan (Auguste). Les Origines de la chevalerie franc-comtoise 
de Saint -Georges, Extrait des Mémoires de la Sociélé d'émulation du 
Doubs, séance du 11 août 1883. Besançon, impr. Dodivers. In-8'', 16 p. 

185. Chronique du Bec et Chronique de François Carré, publiées 
d'après les manuscrits 5427 et 5428, f. lat., de la Bibliothèque natio- 
nale, par l'abbé Porée. Rouen, Gh. Métérie, 1883. Ia-8% xxvii-287 p. 
Publication de la Société de l'histoire de Normandie. 12 fr. 

186. Clark (Geo. T.). Mediœval military Architecture in England. 
With illustrations. London, Wyman, 1884. 2 vol. in-8", xn-49l, ix-548 p. 
1 1. 11 s. 6 d. 

187. Dahn (FeHx). Germanische Studien. Berlin, Otto Janke, 1884. 
In-S", 327 p. (Ba\isteine. Gesammelte kleine Schriften von Félix Dahn. 
6. Reihe.) 7 m. 

188. Delmas (l'abbé). Le Monastère de Sainte-Claire-de-Boissct et sa 
translation à Aurillac, 1323-1625. Paris, impr. Jouaustet Sigaux, 1884. 
In-8", vi-i02 p. 

189. Duboughet (A.). Les Anciens Diplômes de l'école de médecine 
de Montpellier. Étude historique d'après des documents originaux. 
Montpellier, Camille Coulet; Paris, A. Delahaye et E. Lecrosnier, 1884. 
In-8'', 42 p. Extrait de la Gazette hebdomadaii'e des sciences médicales, 
février et mars 1884. 



220 

190. Etienne de Rouen. Le Dragon normand et autres poèmes, publiés 
par M. Henri Omont. Rouen, Gh. Métérie, 1884. In-8% 260 p. Publi- 
cation de la Société de l'histoire de Normandie. 

191. Franck (Jobannes). Etymologisch Woordenboek der nederland- 
sche taal. Uitgegeven onder toezicbt van D'' P. J. Gosijn. 1" aflevering. 
'S-Gravenhage, Martinus Nijhoff, 1884. In-8°, 128 col. Paraîtra en 8 ou 

9 livraisons à 90 cents. 

192. Franklin (Alfred). Les Armoiries des corporations ouvrières de 
Paris, Paris, 1884. In-8°, 52 p. Extrait des Mémoires de la Société de 
l'histoire de Paris et de V Ile-de-France, t. X, p. 127-178. Ne peut être 
mis en vente. 

193. Geffroy (A.). L'École française de Rome. Ses premiers travaux. 
Antiquité classique. Moyen âge. Paris, E. Thorin, 1884. In-8°, 104 p. 
Extrait du Compte rendu de l'Académie des sciences morales et politiques. 

194. Germain (L.). Inscription d'autel du xv" siècle à Marviile (Meuse). 
Sans lieu ni date. In-8'', 7 p. Extrait du Journal de la Société d'archéo- 
logie lorraine, février 1884. 

195. Gilles (L). Les Voies romaines et massiliennes dans le dépar- 
tement des Bouches-du-Rhône. Avignon, Seguin ; Paris, Ernest Tho- 
rin, 1884. In-8'', 270 p., 1 planche. 7 fr. 50 c. 

196. GirartdeRoussillon, chanson de geste traduite pour la première 
fois par Paul Meyer. Paris, H. Ghampion, 1884. In-8°, cgxxxv-351 p. 8 fr. 

197. Griffjths (Arthur). The Ghronicles of Newgate. New édition. 
London, Ghapman and Hall, 1884. In-8% xii-596 p. 16 s. 

198. Hanotaux (Gabriel). Origine de l'institution des intendants des 
provinces, d'après les documents inédits. Paris, Ghampion, 1884. In-8°, 
387 p. 7 fr. 50 c. 

199. Hartfelder (Karl). Zur Geschichte des Bauernkriegs in Siidwest- 
deutschland. Stuttgart, J. G. Gotta, 1884. ln-8°, viii-476 p. 7 m. 50 pf. 

200. HoziER (d'). Les Chevaliers bretons de Saint-Michel, depuis la 
fondation de l'ordre, en 1469, jusqu'à l'ordonnance de 1665. Notices 
recueillies par le comte d'Hozier, publiées, avec une préface et des 
notes, par Gaston de Garné. Nantes, Vincent Forest et Emile Grimaud, 
1884. In-8», xxxix-477 p. 

201. Inventaire du mobilier de M^ Guillaume as Feives. Signé : 
Henri Stein. Nogent-le-Rotrou , impr. Daupeley-Gouverneur. In-8% 

10 p. Extrait du Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile- 
de-France, novembre-décembre 1883. Ne peut être mis en vente. 

202. Jacquemart (Albert). Histoire du mobilier. Recherches et notes 
sur les objets d'art qui peuvent composer l'ameublement et les collec- 
tions de l'homme du monde et du curieux. Avec une notice sur l'au- 



22\ 

teur par M. H. Barbet de Jouy. Ouvrage contenant plus de 200 eaux- 
fortes typographiques, procédé Gillot, par Jules Jacquemart. Seconde 
édition. Paris, Hachette, 1884. Gr. in-8% iv-667 p. 30 fr. 

203. Kenyon (Robert Lloyd). The Gold Coins of Eugland, arrangcd 
and described : being a sequel to Mr. Hawkins' Silver Coins of England, 
by his grandson. Principally from the collection in the British Muséum, 
and also from coins and information communicated by J. Evans, esq., 
président of the Numismatic Society, and others. London, B. Quaritch, 
1884. In-8", 209 p., xxiii planches. 1 1. 4 s. 

204. KoERTiNG (Gustav). Encyklopaedie und Méthodologie der roma- 
nischen Philologie mit besonderer Berùcksichtigung des Franzoesischen 
und Italienischen. I. Theil. Erstes Buch : Eroerterung der Vorbegrifîe. 
Zweites Buch : Einleitung in das Studium der romanischen Philologie. 
Heilbronn, Henninger, 1884. In-8°, xvi-244 p. 4 m. 

205. KoLB (H.). Glasmalereien des Mittelalters und der Renaissance. 
Original-Aufnahmen. Heft I. Stuttgart, Konrad Wittwer, 1884. In-fol., 
6 p., 6 planches. Paraîtra en 10 livraisons à 10 m. 

206. La Borderie (Arthur de). Études historiques bretonnes. Saint 
Clair et les origines de l'église de Nantes selon la véritable tradition 
nantaise. Rennes, J. Plihon, 1884. In-8°, 48 p. 

207. Lacroix (l'abbé F. -M.). Histoire de Saint-Romain, canton de 
Crémien, en Daiiphiné. Lyon, impr. X. Jevain, 1884. In-4°, 62 p. 

208. Ledieu (Alcius). Études d'histoire locale. Sièges et prises de 
Saint- Valéry. Abbeville, impr. E. Caudron, 1883. In-16, 95 p. 

209. Le Paulmier (le D')- Mondor ot Tabarin, seigneurs féodaux. 
Paris, 1884. In-8°, 16 p. Extrait des Mémoires de la Société de l'histoire 
de Paris et de l'Ile-de-France, t. X, p. 179-190. Ne peut être mis en vente. 

210. Maistre (l'abbé). Dampierre. Antiquités nationales, françaises, 
européennes, etc. Origine des plus puissantes dynasties qui ont occupé 
et qui occupent encore les divers trônes des nations civilisées. Histoire 
de la maison de Dampierre, renfermant les généalogies de plusieurs 
familles nobles, les faits les plus mémorables des anciens barons, comtes, 
princes, chefs militaires, sortis de cette maison ; parmi lesquels on dis- 
tingue : les chefs de la famille royale de France, les gouverneurs des 
Flandres, des Pays-Bas, etc. ; leurs illustres descendants, alliés aux 
premières maisons nobles; la vie de plusieurs saints, s'y rattachant; 
le tout justifié par preuves authentiques et divisé en 10 livres. Paris, 
Victor Palmé, 1884. In-8°, 412 p. 

211. Marsy (le comte de). Pierre l'Hermite, son histoire et sa légende. 
Amiens, typ. de Delattre-Lenoel, 1884. In-8°, 35 p. Extrait de la Picar- 
die, revue historique et littéraire, novembre et décembre 1883. 

212. Mériel (Amédée). Casier nominal du xi« au xvii<= siècle. Maison 



222 

de Falaise. Supplément à l'Armoriai et Noblesse. Notes détachées. Bel- 
lème, impr. E. Ginoux, 1883. In-8°, H6 p. 

213. MoLiNiER (A.). Étude sur la réunion de Montpellier au domaine 
royal (1349). Paris, 1884. In-8% 54 p. Extrait de la Bévue historique. 
Ne peut être mis en vente. 

214. MoLiNiER (Emile). Deux Plaques d'ivoire au musée du Louvre. 
Extrait de la Gazette archéologique , tome IX. Paris, A. Lévy, 1884. 
In-4°, 12 p., 1 planche. 

215. MoLJiENTi (P. G.). La Dogaressa di Venezia. Torino, Roux e 
Favale, 1884. In-8% vii-384 p. 5 1. 

216. Narbey (l'abbé C.). Quel est le texte de la Vie authentique de 
sainte Geneviève. Étude critique suivie de sa Vie authentique et de 
la traduction. Extrait du Bulletin d'histoire et d'archéologie du diocèse 
de Paris, avril 1884. Paris, Poussielgue, 1884. In-8°, 88 p. 

217. Neubaur (L.). Die Sage vom ewigen Juden. Untersucht. Leipzig, 
J. G. Hinrichs, 1884. In-8% vn-132 p. 3 m. 60 pf. 

218. Ordonnance de Louis XI, sanctionnant des articles arrêtés entre 
les consuls et les habitants du Puy-en-Velay pour l'administration de 
cette ville (Montils-lès-Tours, novembre 1469), publiée par Augustin 
Ghassaing. Paris, L. Larose et Forcel, 1884. In-8% 15 p. Extrait de la 
Nouvelle Bévue historique de droit français et étranger. 

219. Picturae codicis Egberti in bibliotheca publica Treverorum 
asservati nunc primum publici iuris factae cura Francisci Xaverii Kraus. 
Die Miniaturen des Codex Egberti in der Stadtbibliothek zu Trier. In 
unveraenderlichem Lichtdruck. Herausgegeben von Franz Xaver Kraus. 
Freiburg im Breisgau, Herder, 1884. In-4'', 27 p., lx planches. 36 m. 

220. PoLEiNs (Claude-François de), procureur-général au parlement 
de Dombes (1699-1723). Abrégé de l'histoire de la souveraineté de 
Dombes. Publié pour la première fois, d'après le manuscrit des Archives 
nationales, par Joseph Nouvellet. Lyon, impr. Mougin-Rusand, 1884. 
In-4'', xx-96 p. 

221. Ratoux (le bibliophile). Essai sur les trouvères picards. Abbe- 
ville, impr. E. Caudron, 1883. In-12, 27 p. 

222. Reusens (le chanoine). Éléments d'archéologie chrétienne. 
Deuxième édition, revue et considérablement augmentée. Tome I«''. 
l""*^ partie, illustrée de 261 gravures sur bois. Louvain, l'auteur, Ch. Pee- 
ters, 1884. In-S", 272 p. L'ouvrage complet en 2 vol., d'environ 500 p. 
chacun, 18 fr. 

223. RoGERs (James E. Thorold). Six Centuries of work and wages. 
The history of English labour. London, W. Swan Sonnenschein, 1884. 
2 vol. in-8% 591 p. 



223 

224. Russi (Michèle). Paleografia e Diplomatica de' documenti délie 
provincie napolitane. Napoli , F. Furchheim , 1883. xvii-200 p. , 
20 planches. 10 1. 

225. Santoni (M.). L'Archivio notarile di Camerino ricomposto (h1 
ordinato nel 1883. Camerino, tip. Mercuri, 1883. In-16, 32 p. 

226. Tergast. Die Mùnzen Ostfrieslands. le- Theil. Bis 1466. Mit in 
den Text gedruckten Abbildungen. Emden, W. Haynel, 1883. In-S", 
xn-160 p. 4 m. 50 pf. 

227. Ulmânn (Heinrich). Kaiser Maximilian I. Auf urkundlicher 
Grundlage dargestellt. ï" Band. Stuttgart, .1. G. Gotta, 1884. In-8% 
xviii-870 p. 14 m. 

228. Urkundenbuch der Stadt Duderstadt his zum Jahre 1500. Heraus- 
gegeben von D"" Julius Jaeger. l^s Heft. Hildesheim, August Lax, 1883. 
In-8°, 160 p. 4 m. 

229. Valois (Noël). Notes sur la révolution parisienne de 1356-58. La 
revanche des frères Braque. Paris, Alphonse Picard, 1883. In-8", 
31 p. Extrait des Mémoires de la Société de f histoire de Paris et de l'Ile- 
de-France, t. X, p. 100-126. Ne peut être mis en vente. 

230. ViDiEU (l'abbé). Sainte Geneviève, patronne de Paris, et son 
influence sur les destinées de la France. Paris, Firmin-Didot, 1884. 
In-4o, xxiv-413 p., planches. 

231. ViGNAT (Eugène). Les Lépreux et les Chevaliers de Saint-Lazare 
de Jérusalem et de N.-D. du Mont-Garmel. Orléans, II. Herluison, 
1884. In-8°, ix-456 p., planches. 

232. Visites faites dans les prieurés de l'ordre de Cluny du Dauphiné 
de 1280 à 1303, publiées par J. Roman. Montbéliard, irapr. P. Hoff- 
mann, 1883. In-8o, 19 p. Extrait du Bulletin d'histoire ecclésiastique et 
d'archéologie religieuse des diocèses de Valence, Digne, Gap, Grenoble et 
Viviers, 4« année, 2' et 3' livraisons. 

233. Wandgemaelde (Die) in der S. Georgskirche zu Obcrzell auf der 
Reichenau aufgenommen von Franz Baer. Mit Unterstïitzung der 
grossherzoglich badischen Regierung herausgegeben von D"" Franz 
Xaver Kraus. Freiburg in^ Breisgau, Herder, 1884. In-fol., vni-23 p., 
XVI planches. 36 m. 

234. Ward (H. L. D.). Catalogue of romances in the departmcnt of 
manuscripts in the British Muséum. Vol. I. The British Muséum, 1883. 
In-8°, xx-955 p. 

235. Wright (Thomas). Anglo-Saxon and old English Vocabularies. 
Second édition. Edited and coUated by Richard Paul Wiilcker. Lon- 
don, Trûbner, 1884. 2 vol. 111-8», xx p., 813 col., 485 p. 1 I. 8 s. 



CHRONIQUE ET MELANGES. 



Le bureau et les commissions de la Société de l'École des chartes ont 
été ainsi composés pour l'année 1884-1885 : 

Président : M. Adolphe Tardif. 

Vice-président : M. Rodolphe Dareste. 

Secrétaire : M. Léon Lecestre. 

Secrétaire-adjoint : M. Paul Guilhiermoz. 

Trésorier : M. Alexandre Tuetey. 

Commission de publication de la BlblioUièque de l'École des Charles : 
membres ordinaires, MM. Delisle, R. de Lasteyrie, II. Omont; membres 
suppléants, MM. Julien Havet, Noël Valois. 

Commission de comptabilité : MM.,Bruel, Dupont, Rocquain. 

— Le président de la République française, 

Sur le rapport du ministre de l'instruction publique et des beau.\;-arts, 

Vu les articles 2 et 3 du décret du 9 mars 1852, 

Vu la délibération du conseil de perfectionnement de TÉcole natio- 
nale des chartes du 28 janvier 1884, 
Décrète : 

Art. 1". — En cas de vacance d'une chaire à l'École nationale des 
chartes, l'assemblée des professeurs et le conseil de perfectionnement pré- 
sentent deux candidats; l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 
présente également deux. Le ministre peut, en outre, proposer au choix 
du président de la République un candidat désigné par ses travaux. 

Art. 2. — Le ministre de l'instruction publique et des beaux-arts est 
chargé de l'exécution du présent décret. 

Fait à Paris, le 22 avril 1884. 

Jules Grévv. 
Par le président de la République, 

Le ministre de l'instruction publique 
et des beaux-arts, 

A. Fallières. 

— Par arrêté du ministre de l'instruction publique, M. Arthur Giry 
a été chargé de suppléer M. de Mas Latrie, professeur de diplomatique 
à l'École des chartes, pendant le semestre d'été de l'année 1883-1884. 

— Par décret du 19 avril 1884, notre confrère M. Jules Guiffrey a été 
nommé chevalier de la Lésion d'honneur. 



225 

— Notre confrère M. Léon Maître a été nommé officier de l'instruc- 
tion publique. 

— L'Académie française vient de décerner les prix Gobert à deux de 
nos confrères : le premier prix à M. Léon Gautier, auteur de la Cheva- 
lerie, ouvrage déjà connu de tous nos lecteurs et dont un compte rendu 
sera publié dans notre prochain cahier; le second à M. René de Maulde, 
auteur de Jeanne de France^ que nous avons annoncé dans la précédente 
livraison de la Bibliothèque de V École des chartes (p. 86). 

— Le 18 décembre 1883, notre confrère M. Jules Flammermont a 
soutenu, devant la faculté des lettres de Paris, ses thèses pour le doc- 
torat es lettres. Les sujets étaient les suivants : 

De concessu legis et auxilii tertio decimo sœculo; 
Le Chancelier Maupeou et les Parlements. 

M. Flammermont a été, à l'unanimité, déclaré digne d'obtenir le 
grade de docteur. 

— Le 18 janvier 1884, notre confrère M. Antoine Thomas a soutenu, 
devant la faculté des lettres de Paris, ses thèses pour le doctorat es 
lettres. Les sujets étaient les suivants : 

De Joannis de MonsteroUo vita et operihus. sive de Romanarum litlcra- 
rum studio apud Gallos instaurato Carolo VI régnante ; 

Francesco da Barberino et la Littérature provençale en Italie au 
moyen âge. 

M. Thomas a été, à l'unanimité, déclaré digne d'obtenir le grade de 
docteur. 

— Le P. de Smedt vient de commencer la publication d'un Catalogus 
codicum hagiographicorum bibliothecx regix Bruxellensis. Ce catalogue 
raisonné, qui forme une annexe des Analecla Bollandiana, contient, 
outre une description détaillée des manuscrits, un grand nombre de 
textes hagiographiques inédits. 

— Sous le titre de Collezione fiorentina di far-simili paleografici grcci 
e latini, MM. Girolamo Vitelli et Gesare Paoli, professeurs au H. Isiiluto 
di studi superiori de 'Florence, viennent de commencer la publication 
d'une série de fac-similés héliographiques des plus beaux manuscrits 
des archives et bibliothèques de Florence. 

La première livraison contient : . 

Section grecque. 

I. Saint Jean Ghrysostôme, a. 943 [S. Marco 687]. 

IL Saint Grégoire de Nazianze, a. 1091 [Laur. 7, 'Ik]. 
m. Théodoret, a. 1105 [Gonv. Soppr. 39]. 
IV. Oppien, a. 1687 [Laur. 31, 3]. 

V. Dion Ghrysostôme, a. 1328 [Gonv. Soppr. 114]. 



226 

VI. Opuscules théologiques, a. 1385 [S. Marco 684]. 
VII. Évangéliaire en onciale, ix« s. [Laur. 6, 21]. 
VIII. Lucien, x« s. [Conv. Soppr. 77]. 

IX. Eschyle, xi" s. [Laur. 32, 9]. 
X. Clément d'Alexandrie, xi^ s. [Laur. 5, '3]. 

XL Aristote, xi^ s. [Laur. 72, 5]. 
XII. Démosthène, xi" s. [Laur. 59, 9]. 

Section latine. 

1. Orose, en onciale, vi^ s. 

2. Tacite, minuscule, ix« s. 

3. Roman d'Apollonius, lombard., x« s. 

4. Boèce, Gonsol. Phil., irland., xn* s. 

5. Liber juris Florentinus, xiii^ s. 

6. Bréviaire bénédictin, 1326. 

7. Livre de Sidrach, 1382. 

8. Tommaso da Gapua, Summa dictaminis, xiv' s. 

9. Horace, xiv* s. 

10. M. Sanuto, Sécréta fidelium Crucis, circa 1452. 

11. Document rédigé à Chioggia (bail d'une saline), 1270. 

12. Lettres originales de Pétrarque. 

On trouvera dans les livraisons suivantes des fac-similés de l'Héro- 
dote, du saint Denys l'Aréopagite (en onciale), du Grégoire de Nazianze 
de Florence et de YEtymologicum Florentinum de M. Miller; dans la 
série latine, du Virgile, de la Bible, des Pandectes, du Tite-Live et de 
l'Ovide de la Laurentienne , du Pline de la Riccardiana, du Dante del 
Poggiali, etc., etc. 

Cette collection, qui doit se composer de 300 fac-similés, paraîtra en 
12 fascicules grand in-folio, chez Lemonnier, à Florence, au prix de 
50 fr. le fascicule. 

— L'assemblée générale annuelle de la direction centrale des Monu- 
menta Germaniae a eu lieu à Berlin les 2, 3 et 4 avril 1884. Nous 
empruntons au rapport publié à cette occasion les renseignements rela- 
tifs à l'état des publications. 

Volumes publiés pendant l'année 1883-1884 : 

Auctores antiquissimi (in-40), t. V, pars 2, D. Magni Ausonii opuscula, 
rec. C. Schenkl; t. VI, pars 1, .Q. Aurelii Symmachi quae supersunt, éd. 
0. Seeck; t. VI, pars 2, Alcimi Ecclicii Aviti Viennensis episcopi opéra 
quae supersunt, rec. R. Peiper; 

Scriptores rerum Merovingicarum, t. I, pars 1, Gregorii Turonensis 
opéra, éd. W. Arndt et Br. Krusch, 1, Historia Francorum (in-4o); 

Scriptores, t. XIV (in-fol.) ; 

Vita Anskarii auctore Rimherto, accedil Vita Himberti, rec. G. Waitz 
(in-8«); 



Leges, t. V, fasc. 2 (in-fol.); 

Lex Ribuaria, etc. (voy. ci-dessus, p. 202); 

Capitularia regum Francorum, t. I, pars 2 (voy. notre tome XLIV, 
année 1883, p. 503) ; 

Poetae Latini aevi Carolini, rec. Ern. Dummler, t. II, p. 1, 2 (in-4»); 

Neues Archiv der Gesellseliaft fur altère deutsche Geschichtshunde . 
vol. IX (in-8°). 

Volumes en préparation : 

Auctores antiquissimi. — Sous presse, Fortunat, 2« partie, œuvres en 
prose, publiées par M. Ivrusch; Ennodius, par M. Vogel, presque 
achevé; Sidoine Apollinaire, par M. Lûtjohann, interrompu par la 
maladie de l'éditeur. Les travaux préparatoires de M. Birt, pour Glau- 
dien, touchent à leur terme. Cassiodore, par M. W. Meyer, sera achevé 
vers Pâques 1885. 

Scriptores rerum Merovingicarum. — Le tome I'='' se complétera par 
les Miracles de Grégoire de Tours, le tome II contiendra la chronique 
dite de Frédégaire et les Gesta Francorum, publiés par M. Krusch. 

Gesta pontificum Romanorum. — De nouvelles recherches dans les 
collections de manuscrits sont encore nécessaires. 

Scriptores. — Le tome XV comprendra des Vitae de l'époque caro- 
lingienne et postérieures, publiées par M. Holder-Egger, dont le texte 
est en grande partie prêt pour l'impression. Le tome XXVII (extraits de 
chroniques anglaises du xn" et du xm° siècle, par MM. Pauli et Lieber- 
mann) est en partie imprimé. 

Gesta Friderici I, édition in-8o, en partie imprimée. 

Deutsche Ghroniken. — L'édition de la Kaiserchronik, par M. Schrô- 
der, a subi une interruption, mais va être reprise; ensuite viendra 
Enenkel, publié par M. Strauch. M. Lichtenstein espère donner cette 
année la chronique rimée de Styrie, d'Ottokar. 

Leges. — M. Sohm s'occupe d'une édition de la loi salique, M. Bore- 
tius du tome II des capitulaires, M. Frensdorff des coutumes municipales. 
La suite des recueils de formules, publiés par M. Zeumer, s'imprime. 
M. Weiland espère livrer à l'impression cette année la nouvelle édition 
des lois impériales (Leges, t. II). 

Diplomata. — Les diplômes d'Otton I'"', publiés par M. Sickel, sont 
imprimés; il ne manque que l'index, dressé par M. von Ileinemann. 
D'abondants matériaux ont été recueillis pour la collection des diplômes 
d'Otton II et d'Otton III. M. Winkelmann achève le tome II des Diplo- 
mata imperii, ouvrage publié avec le concours de la direction des 
Monumenta. 

Epistolae. — Sous presse, Registrum Gregorii Magni , publié par 
M. Ewald; lettres d'Innocent IV, recueillies par Pertz et M. Mau, 
publiées par M. Rodenberg. M. Lôwenfeld publiera séparément les 
lettres pontificales conservées au Musée britannique. 



228 

Antiquitates. — M. Traube est chargé de préparer le tome III des Poetae 
Latini aevi Carolini. L'impression des registres de confraternité de 
Saint-Gall, de Pfaefers et de Reichenau, par M. Piper, est presque 
achevée. M. Baumann publiera les obituaires de la région aléman- 
nique, M. Herzberg-Frànkel ceux des anciens diocèses bavarois dont 
le territoire s'étend sur l'Autriche. 

La direction des Monumenta signale, en terminant, les bibliothèques 
étrangères qui lui ont libéralement accordé le prêt de leurs manuscrits, 
et au premier rang desquelles figure notre Bibliothèque nationale. 

— Nous venons de recevoir le prospectus d'un grand recueil de fac- 
similés de bulles de papes qui va paraître à Stuttgart, sous la direction 
de M. Julius von Pflugk-Harttung. Il est intitulé Chartarum ponti- 
ficum Romanorum Specimina. L'ouvrage est publié par le libraire 
W. Kohlhammer. Nous nous empressons de reproduire les termes du 
prospectus : 

« De toutes les chancelleries du moyen âge, la chancellerie papale 
est de beaucoup la plus riche en documents. Auprès d'elle, toutes les 
autres, même celles des empereurs, sont bien effacées. Le nombre des 
documents qui en sont émanés est surtout étonnant, et grand aus.si 
est le nombre de ceux qui sont falsifiés sous le nom des papes. Les 
documents authentiques et ceux qui sont falsifiés tous ont trait à toutes 
les affaires de la vie publique et privée. 

« On peut donc considérer comme une entreprise à la hauteur du 
sujet l'essai actuel d'exposer par des fac-similés exacts le développe- 
ment de la généralité des documents pontificaux, dès l'époque la plus 
reculée jusqu'à l'apogée et à l'abaissement de la papauté, soit jusqu'à 
l'an 1200, sous le pontificat d'Innocent UI. 

« L'étendue de l'ouvrage comprendra environ cent planches. Cepen- 
dant, comme la quantité des matériaux existant en documents authen- 
tiques des papes est extraordinaire, il fallait choisir entre deux méthodes : 
reproduire peu de documents en entier, ou reproduire beaucoup de parties. 

« Après mùrc réflexion, l'auteur s'est décidé pour un système mixte, 
c'est-à-dire reproduire des documents complets en petit nombre, mais 
une quantité d'autant plus grande de fragments, choisis cependant pour 
donner une idée suffisante du document complet. 

« Sept années de travaux préparatoires et plus de mille calques ont 
permis à l'auteur de faire un choix très soigné. 

« Pour satisfaire entièrement à toutes les exigences, on publiera jus- 
qu'au milieu du xii» siècle, apogée de la papauté, le plus grand nombre 
possible de monogrammes, d'initiales et une grande collection de sceaux 
de plomb. 

« Pour la conclusion, on publiera également des fac-similés des docu- 
ments falsifiés, pour montrer à quel point on est parvenu dans l'art de 
la falsification des documents authentiques. 



22î) 

n Outre le profit scientifique, on retirera donc un avantage pratifiue : 
la connaissance des pièces authentiques et celle des pièces falsifiées. 

« La livraison ci-jointe donnera une idée de l'entreprise. 

« La moitié de l'ouvrage, comprenant environ cinquante planches, 
touche à sa fin et sera puhliée dans le courant du mois de mai. 

« Le prix de chaque planche sera d'environ 1 mark (1 fr. 20). 

« Dans un plus grand ouvrage explicatif, l'auteur donnera un exposé 
scientifique de toutes les matières qui s'y rapportent. 

« L'Académie royale des sciences de Berlin a prêté son appui à l'en- 
treprise, ce qui est la meilleure preuve de son importance. » 

A ce prospectus, qui indique nettement la nature du recueil de 
M. Julius von Pflugk-Harttung et l'intérêt qu'il offrira pour l'étude de 
la diplomatique pontificale, sont jointes trois planches, qui donnent une 
idée très favorahle de l'entreprise, quoique les fac-similés soient des 
calques lithographiques et non pas des reproductions héliographiques. 

Sur la première planche sont les formules initiales et finales de quatre 
bulles du pape Léon IX, tirées de diverses archives d'Italie. La seconde 
planche nous offre le commencement et la fin de deux bulles de Gré- 
goire VII, empruntées à deux fonds français, ceux de l'abbaye de Baume 
et de l'église de Saint-Omer. La troisième est la reproduction inté- 
grale d'un privilège accordé par Galixte II au monastère de Fulda. 

CINQUANTIÈME ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION DE LA 
SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DE FRANGE. 

A l'occasion du cinquantième anniversaire de sa fondation, la Société 
de l'histoire de France a fait imprimer un volume qui sera mis en dis- 
tribution à peu près en même temps (jue paraîtra cette livraison. Il est 
dédié à M. Desnoyers, qui a constamment dirigé les travaux de la 
Société, en qualité de secrétaire, depuis l'année 1834, et dont la bien- 
veillance et l'activité ont été si fréquemment appréciées par les membres 
de la Société de l'École des chartes aussi bien que par ceux de la Société 
de l'histoire de France. Ce volume est intitulé : Notices et Documents 
publiés poitr la Société de l'histoire de France, à l'occasion du cinquantième 
anniversaire de sa fondation, avec une introduction par M. Ch. Jourdain, 
de l'Institut. Nous reproduisons la table des morceaux contenus dans 
ce volume, dont la préparation et l'exécution font honneur au zèle de 
M. de Boislisle, secrétaire adjoint, et de M. Dupont, archiviste-tréso- 
rier de la Société. 

I. Aii^ siècle. Manuscrits en lettres onciales de VIJistoria Francorum 

de Grégoire de'Tours, par M. Henri Omont. 
IL vni«-xne siècles. Notice sur le plus ancien obituairc de ral)baye de 

Saint-Germain-des-Prés, par M, Auguste Long non. 



230 

III. xi^ siècle. La continuation d'Aimoin et le manuscrit latin 12711 

de la Bibliothèque nationale, par M. Siméon Luge. 

IV. 1028-1033. Poème rythmique d'Adelman de Liège sur plusieurs 

savants du xi^ siècle, publié par M. Julien Havet. 

"V. xii" siècle. Les courtes annales du Bec, par M. Léopold Delisle. 

VI. 1116-1216. Le cartulaire de Durbon, par M. Joseph Roman. 

VIL 1165. Un poème inédit de Pierre Riga sur la naissance de Phi- 
lippe-Auguste, par M. H. -François Delaborde. 

Vin. 12 septembre 1213. Récit en vers de la bataille de Muret, publié 
par M. A. Molinieb. 

IX. 1204. La chronique d'Hélinand, moine de Froidmont, par M. Léo- 

pold Delisle. 

X. 1282. Déposition de Charles d'Anjou pour la canonisation de saint 

Louis, publiée par M. le comte Riant. 
XL 22 janvier 1292. Une charte de Philippe de Beaumanoir, publiée par 

M. Paul ViOLLET. 

XII. 1350. Le manuscrit de la Prattica délia Mercatura de B. Pegolotti, 

par M. le comte de Mas Latrie. 
Xin. 1377, 1389, 1402. Trois chartes à vignettes, par M. E. Dupont. 

XIV. 1416-1417. Un épisode de la domination des Armagnacs à Paris, 
document transcrit par feu Léopold Pannier et annoté par M. A. 

DE BOISLISLE. 

XV. 1428. Cahier de doléances des députés de Languedoc, publié par 
M. le marquis de Beaucourt. 

XVI. 1487-1488. La correspondance du roi Charles VIII avec le parle- 
ment de Paris pendant la guerre de Bretagne, par M. Arthur 

DE LA BORDERIE. 

XVII. 1494-1520. Quelques lettres missives extraites des archives de 
la maison de Gonzague, par M. Armand Basghet. 

XVIII. 25 août 1527. La succession du connétable de Bourbon, par 
M. le comte de Luçay. 

XIX. 22 avril 1531. La cour des enfants de France sous François I^--, 
par M. le baron de Ruble. 

XX. 1577 et 1645. Deux pièces extraites de la collection Godefroy, 
par M. Ludovic Lalanne. 

XXI. 1595. Une lettre de Villeroy sur l'attentat de Jean Ghastel, publiée 
par M. Baguenault de Pughesse. 

XXII. Mai 1606. Lettre de la duchesse de la Trémoille sur la mort 
de Madame du Plessis-Mornay, publiée par M. A. de Boislisle. 

XXIII. 1614. Doléances des habitants de Paris aux états généraux, 
publiées par M. G. Picot. 

XXIV. 1628. Une lettre de Ph. Fortin de la Hoguette au roi Louis XIII, 
publiée par M. Tamizey de Larroque. 



231 

XXV. 1630. Lettres ot discours de Sully sur le projet de républi([ue 
chrétienne, publiés par M. le marquis de Vogiié. 

XXVI. 1643-1645. Cinq lettres de Turenne au duc d'Enghien, com- 
muniquées par M. le duc d'Aumale. 

XXVII. 15 mai 1673. Mémoire de Jean du Bouchet sur la charge de 
maréchal général, publié par M. le comte G.-J. de Cosnac. 

XXVIII. 1759. Plan d'une invasion en Angleterre, publié par M. le 
comte Edouard de Barthélémy. 

XXIX. 8 mai 1763. Mémoire du duc de Praslin sur les affaires do 
Pologne, avec les observations du comte de Broglie, publié par 
M. le duc DE Broglie. 

XXX. 1790-1801. Lettres du bénédictin dom Brial à l'abbé Lespine, 
publiées par M. Léopold Delisle. 

Cette simple liste fait entrevoir l'intérêt du volume, dont un exem- 
plaire, tiré sur papier exceptionnel, a été remis le 20 mai, en séance 
solennelle, à M. Jules Desnoyers. L'impression en a été faite à Nogent- 
le-Rotrou, chez M. Daupeley, dont nous n'avons pas à faire l'éloge aux 
lecteurs de la Bibliothèque de l'École des chartes. 

L'ÉCOLE DE PALÉOGRAPHIE AU VATICAN. 

Par un Motu proprio en date du l'='' mai, Léon XIII a promulgué un 
règlement spécial pour les archives du Vatican et a institué une école 
de paléographie et d'histoire comparée. Le saint-père a confié l'exécu- 
tion de sa volonté au cardinal Hergenrœther, archiviste du saint-siège, 
auquel il a adressé la lettre suivante : 

Monsieur le cardinal. 

L'importance particulière des études historico-critiques pour la 
défense de l'Église et du siège apostolique nous a déterminé, dès le 
commencement de notre pontificat, à ouvrir aux recherches des hommes 
d'étude les archives du Vatican. Nous avons disposé tout d'abord qu'un 
cardinal de la sainte Église en prendrait la direction, avec la mission de 
donner une impulsion efficace à l'étude des monuments historiques et 
aux méthodes apologétiques. Nous avons autorisé le cardinal archiviste 
à apporter, pour la commodité des érudits, certains tempéraments à 
l'ancienne discipline des archives pontificales, et nous avons ordonné 
qu'une salle d'étude contiguë serait ouverte à l'usage de ceux qui aiment 
à s'appliquer à l'examen critique des vieux documents. 

Ce n'est pas tout : témoin de l'abus qui se fait de l'histoire au détri- 
ment de la vérité et de la religion, nous nous sommes proposé d'en 
provoquer l'étude impartiale, et par notre lettre du 18 août 1883 nous 



232 

avons fait appel au zèle et à la science de trois illustres membres du 
sacré collège, pour qu'ils s'emploient, avec le concours d'hommes dis- 
tingués, à des travaux historico-apologétiques, en se basant sur les 
actes authentiques du pontificat et de l'Église, explorés dans leurs 
sources mêmes. 

Mais, pour rendre cette étude encore plus fructueuse, nous avons 
résolu d'ouvrir auprès des mêmes archives une école spéciale de paléo- 
graphie et d'histoire comparée, au moyen de laquelle le jeune clergé 
pourra s'enrichir comme il convient des trésors d'une solide érudition 
et se perfectionner dans les exercices de la saine critique. En même 
temps, il nous a paru que le moment était venu de donner à nos 
archives une organisation plus conforme à leur but, par des règles 
appropriées de discipline intérieure et extérieure, et nous avons ordonné 
qu'un nouveau règlement fût élaboré. 

Ce règlement, sanctionné par notre Motu proprio spécial du l^"" mai 
courant, établit les règles qui devront régir dorénavant les archives 
mêmes, la salle d'étude et l'école d'histoire et de paléographie, et nous 
nous reposons sur vous, monsieur le cardinal, pour en assurer la com- 
plète exécution. 

Donné dans notre palais du Vatican, le 15 mai 1884. 

LÉON XIII, Pape. 



LES ARCHIVES DE PAMPELUNE. 

Notre confrère M. Brutails, ayant reçu de l'École des hautes études 
l'une des bourses de voyage de la ville de Paris, s'est rendu cà Pampe- 
lune pour rechercher dans les archives de la chambre des comptes de 
Navarre les documents concernant l'histoire de France. Nous extrayons 
les passages suivants du rapport qu'il vient d'adresser au président de 
la section d'histoire et de philologie de l'École des hautes études : 

« Les archives de la Navarre se trouvent dans deux salles du palais de 
la députation; dans l'une sont installées les archives générales des 
Certes ; l'autre renferme les archives de la chambre des comptes. 

« Les premières n'offrent pour nous qu'un faible intérêt; elles sont 
d'ailleurs presque entièrement modernes; je dois y signaler en passant 
les manuscrits des Annales et des fnvestigations du P. Moret et 
deux registres de correspondance de l'ordonnateur en chef des armées 
françaises en 1812. L'étranger n'est guère attiré dans cette salle que 
par le musée historique que l'on y a créé ; les Navarrais, en effet, ont 
rassemblé là une collection d'objets qui rappellent le passé de leur pays : 
un fragment des chaînes célèbres qui défendaient l'accès de la tente du 
chef maure à la bataille de las Navas de ïolosa, des bannières qui 
ont aussi leur histoire, des coins de monnaies, la liat/a dont Mina se 



233 

servait pour défoncer la terre quand il était agriculteur, son moule à 
balles, sa lunette de campagne, etc. 

« Les archives de la chambre des comptes, qui n'étaient guère connues 
jusqu'à présent que par les renseignements qu'y a puisés Yanguas jjour 
son dictionnaire des antiquités de la Navarre', sont surtout composées, 
ainsi que leur nom l'indique, des comptes des divers ofliciers et des 
pièces justificatives produites à l'appui; mais bien d'autres documents 
ont grossi ce fonds, et ce ne sont pas les moins intéressants parmi les 
titres innombrables renfermés dans les deux cents tiroirs et les cinq 
cent cinquante volumes de ce dépôt. C'est ainsi que sur les rayons des 
archives ont pris place les cartulaires de la chancellerie royale, un 
exemplaire du Fuero gênerai qui peut remonter au xiv"^ siècle, les 
quarante-cinq volumes in-folio des faveurs royales octroyées aux Navar- 
rais, depuis leur réunion à la Gastille jusqu'à l'abolition de la chambre 
des comptes, etc. 

« Ces archives ne tirent pas seulement leur intérêt de leur proximité 
de notre frontière ; les rapports entre la France et la Navarre ont été 
plus intimes que ne le sont en général les relations d'un peuple avec 
les peuples voisins : non seulement une portion de notre territoire a 
fait partie de ce royaume jusqu'au commencement du xvi^ siècle, mais 
encore, au xni<= siècle et au commencement du xiv% quand le comte de 
Champagne, Thibaut le Chansonnier, eut succédé à Sanche le Fort sur 
le trône de Pampelune, et surtout quand Philippe le Bel eut épousé 
l'héritière de ce trône, la Navarre devint presque une province française, 
et à chaque instant nous retrouvons dans les monuments de son his- 
toire le nom de nos compatriotes, que la confiance ou la faveur royales 
plaçait à la tète de l'administration. Quelques années après, on sait 
quelle part Charles le Mauvais prit à toutes les luttes contre Charles V 
et quel contingent ses sujets fournirent aux armées des envahisseurs, 
qui eussent été réduites à l'impuissance si elles n'avaient pu se recru- 
ter dans les régions situées entre l'Èbre et la Garonne. 

« Les cartulaires ont d'abord attiré mon attention; deux d"entre eux 
remontent au xni«= siècle ; ce sont les cartulaires de Thibaut le' et de 
Philippe le Hardi ; les trois autres sont du xiv^ siècle ; mais le plus 
grand nombre des pièces contenues dans les uns et dans les autres date 
du xn° siècle. J'y ai pris quelques fors locaux, des privilèges de villes 
et tous les documents concernant les communautés de la Basse-Navarre 
et les familles de cette même contrée, comme les d'Agramont, les de 
Luxe et autres, qui jouèrent un rôle imporlant dans les armées cuntre 
lesquelles s'illustra du, Guescliu : de ce dernier et de son cousin, Olivier 
de Mauny, j'ai transcrit deux chartes d'hommage au roi de Navarre. 

1. Yanguas y Miranda, Biccionario de antigùedades del reino de Navarra, 
Pampelune, 1840-1849, 4 vol. in-4". 



234 

« L'un de ces cartulaires, celui de Charles le Mauvais, l'enferme presque 
exclusivement des lettres du roi et de son conseil aux officiers chargés 
de l'armement et de la défense du pays; les plus anciennes sont du 
mois d'octobre 1365, les plus récentes du mois d'avril de l'année sui- 
vante. On y voit quelle activité et quelle énergie parfois inhumaine 
Charles déploya pour faire face aux difficultés de tous genres qui l'as- 
saillirent durant cette courte période : guerre étrangère, menaces d'in- 
vasion, et, qui plus est, pénurie du trésor au moment même où il 
fallait mettre en état les forteresses et solder une armée de mercenaires. 

« Après les cartulaires, j'ai étudié les pièces détachées gardées dans les 
tiroirs. 

« Le tiroir numéro 1 présente une belle collection de chartes de cou- 
tumes, la plupart du xn' siècle; dans l'impossibilité où j'étais de les 
transcrire toutes, j'ai fait un choix et me suis borné aux plus intéres- 
santes. 

« Puis j'ai abordé le règne de Charles le Mauvais et j'ai pu poursuivre 
mes recherches jusqu'à l'année 1370. Parmi les chartes nombreuses que 
j'ai examinées, deux ou trois seulement ont été données par Secousse 
dans le tome II de son Mémoire. Sous Charles le Mauvais, le nombre des 
documents s'accroît subitement et dans des proportions étonnantes ; un 
grand nombre, il est vrai, sont dénués d'intérêt ; mais combien jettent 
un jour nouveau sur l'histoire et les institutions de ces temps malheu- 
reux ! C'est le budget du bayle de la Bastide-Glairence, avec un cha- 
pitre spécial de recettes pour les « couteaux tirés » ; ce sont des 
demandes en réduction d'impôts, présentées par les habitants de la terre 
de Cise, dont les récoltes ont été détruites et les maisons brûlées par 
trois invasions en un an ; ce sont les plaintes des laboureurs abandon- 
nant leurs villages, par ordre du roi, pour s'enfermer dans les villes 
fortes ; les montres de gens de guerre s'embarquant pour la Normandie; 
les budgets des diverses administrations ; les passeports et lettres de 
franchise des ambassadeurs, etc. La plupart de ces documents ont trait 
aux affaires militaires ; ils permettent d'étudier la composition des com- 
pagnies navarraises et le système de recrutement, j'allais dire d'embau- 
chage de ces troupes de pillards cosmopolites ; on y saisit l'origine, on y 
suit les développements des mesnadas ou rentes constituées par le roi 
en faveur des seigneurs et des chefs de bandes ; on y constate une fois 
de plus le caractère d'égoïsme et de rapacité des armées de cette époque, 
pour qui la guerre n'était plus un devoir sacré, mais une lucrative 
industrie. 

« Les actes se rapportant aux relations diplomatiques sont naturellement 
assez rares : on rencontre cependant dans les tiroirs quelques-uns de 
ces traités solennels, de ces serments d'amitié dont Charles le Mauvais 
fut si prodigue ; en général, ces pactes conclus entre Espagnols n'inté- 
ressent qu'indirectement la France ; il n'en est pas de même, par 



235 

exemple, de la cession consentie par Philippe de Valois de plusieurs 
terres en Languedoc, à l'occasion du mariage d'Agnès de Navarre avec 
le comte de Foix, des traités intervenus entre le roi de Navarre et le 
sire d'Albret, d'un passeport délivré à Charles le Mauvais par le prince 
de Galles, pour lui permettre de voyager avec cinq cents hommes de 
cheval dans les provinces anglaises, des chartes d'hommage des barons 
français ou étrangers, comme Raymond de Montant, sire de Mussidan, 
Guillaume Londelo, Normand de Suintfort, Eustache d'Auberchicourt, 
etc. >) 



CONFESSIONS DE FOI DES EGLISES ORIENTALES. 

Sous le règne de Louis XIV, pir l'intermédiaire de M. de Nointel, 
ambassadeur à Constantinople (1670-1679), un certain nombre de con- 
fessions de foi des églises orientales avaient été envoyées en France et 
remises à Antoine Arnauld, pour servir à son livre de la Perpétuité de 
la foy. La plupart de ces attestations entrèrent tôt ou tard dans la 
Bibliothèque du roi, mais quelques-unes, remises à la fin du xvir« siècle 
par le fils de M. de Nointel à l'abbé de Fourcy, furent données par 
celui-ci à son abbaye de Saint- Wandrille, et sont aujourd'hui dans la 
bibliothèque de la ville de Rouen (ms. U. 1). La note suivante, mise 
au xvni« siècle en tête de ce manuscrit, dit tout au long par suite de 
quelles circonstances il est entré dans la bibliothèque de Saint- VS^an- 
drille et en indique exactement le contenu. 

H. Omont. 

Ces papiers, qui sont la plupart des originaux , imprimés à la fin de 
la Perpétuité de foy, des attestations que l'on fit venir de différentes 
églises catholiques, ont été donnés à M. l'abbé de Fourcy, abbé de 
Saint-Wandrille, par M. de Nointel, fils de M. de Nointel, ambassadeur 
pour la France à Constantinople dans le temps que l'on fit venir ces 
attestations. Il remit à M. l'abbé ces papiers dans le temps qu'il partit 
pour monter sur un vaisseau de la flotte de M. le maréchal de Tourville, 
en 1689 ; il y périt. Il avait dit à M. l'abbé qu'il lui donnait ces papiers 
en cas qu'il vint à mourir. M. l'abbé de Fourcy les a donnés à la biblio- 
thèque de son abbaye de Saint-Wandrille après les avoir fait traduire par 
les plus habiles gens qu'il a pu trouver en ces différentes langues : 

1° Lettres patentes pour un interprète de l'ambassadeur de France à 
Constantinople en 1648 (fol. 2). 

2o Lettres de confirmation d'un Timar des cuirassiers du grand Sei- 
gneur (fol. 5). 

3° Témoignage de Nicolas, évoque de Jérusalem, en mars 1G71 (gr.- 
lat., fol. 8). 



236 

4° Témoignage venu de Gonstantinople en octobre 1671 (gr.-lat., 
fol. 18). 

5° Autre témoignage, en octobre 1671 (gr.-lat., fol. 22). 

6° Témoignage du monastère de Saint-Georges, en octobre 1671 (gr.- 
lat., fol. 26). 

7» Témoignage du patriarche directeur et supérieur de l'église armé- 
nienne à Gonstantinople, le 31 juillet 1671 (lat., texte grec enlevé, 
fol. 30). 

8" Témoignage de l'ambassadeur de Pologne à Gonstantinople, en 
septembre 1671 (original, fol. 23). 

9° Le témoignage de la communauté de Péra à Gonstantinople, avec 
toutes les signatures (original, fol. 27). 

10" Le témoignage de l'évêque de Galamine , donné à Galate en 
aoust 1671 ; il est double (original, fol. 37 et 55). 

11» Gertificat de mort donné à Gonstantinople à une famille et des 
sacremens receùs (original, fol. 39). 

12° Témoignage du résident de Gènes à Gonstantinople sur la croyance 
des Grecs, donné à Gonstantinople en aoust 1671 (original, fol. 41). 

13» Gopie d'une épitafe à Gonstantinople (gr.-lat., fol. 43). 

14° Plan des casernes des janissaires, avec la désignation des lieux 
en turc et en françois (manque). 

iibis Gonfession de foi du patriarche Arménien de Gonstantinople, 
1671 (en double, fol. 46 et 49). 

14 ter Profession de foy de l'église Arménienne, traduite en françois 
par monseigneur David Wartabiet, archevêque de Nicotie, en l'année 
1749 (fol. 53). 

15° Autre témoignage pour l'église grece donné à Andrinople en 
octobre 1671 , avec signature et caché , trouvé depuis et non rehé (ori- 
ginal, fol. 57). 



COMPTE 



DU 



TRÉSOR DU LOUVRE 

(TOUSSAINT 1296). 



Philippe-Auguste, Louis VIII, Louis IX, Philippe le Hardi avaient, 
ce semble, à Paris un seul trésor, déposé au Temple. Philippe le Bel, 
le premier, en eut deux, Tun au Temple, l'autre au Louvre. Edgard 
Boutaric, qui a établi ce fait, n'a pu fixer avec certitude la date de la 
création du trésor du Louvre ; il dit seulement que la plus ancienne 
mention qu'il en ait rencontrée est de l'an ^297 '. Depuis la publica- 
tion du tome XXIII du Recueil des historiens^ on sait qu'il faut au 
moins reculer cette date d'un an, car les éditeurs de ce volume ont 
retrouvé et réimprimé un court fragment du compte des trésoriers 
du Louvre pour le terme de ':: Saint-Jean de l'an 121)6^. Voici un 
fragment plus étendu d'un compte semblable, pour un autre terme 
de la même année, celui de la Toussaint. 

Le rôle, probablement original, de ce compte est ccnservéà Londres, 
au Musée britannique, dans la série dite Additional Charters^ 
n" ■13,94^. Il a été donné au Musée par M. S.-Leigh Sotherby, le 
6 avril I85.S. Il se compose actuellement de deux feuilles de parche- 
min, cousues bout à bout, larges l'une et l'autre de 0'"33:j, longues, 
la première de 0'"50, la seconde de 0"'38. Les comptes sont écrits au 
recto du rôle, celui de la recette sur la première feuille, celui de la 

1. Edgard Boutaric, la France sous Philippe le Bel (Paris, 1861, in-S"), p. 229. 

2. Delà Roque, Traité du ban et de Varriereban (Paris, 1676, in-S"), preuves, 
p. 134: Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXIII, p. 786. 

46 



238 

dépense sur la seconde ; mais celui-ci est manifestement incomplet, 
car il donne pour la dépense un total fort inférieur à celui de la 
recette, ce qui n'est pas croyable. Il y a eu sans doute une troisième 
feuille cousue à la suite de la seconde et aujourd'hui perdue. Au 
verso des deux feuilles est donné le détail de quelques articles des 
comptes inscrits au recto (art. 9, G7, 68, 69, ^137). 

Ce texte vient s'ajouter aux nombreux documents financiers que 
nous possédons sur le règne de Philippe le Bel, et dont les uns 
sont déjà imprimés' et les autres attendent encore la publication^. 
Aucun de ces documents ne nous ofTre un tableau complet des 
dépenses et recettes du royaume. En effet, le roi, outre ses deux tré- 
sors de Paris, avait une caisse dans chaque bailliage ou sénéchaussée. 
L'agent financier de chacune de ces circonscriptions, bailli, sénéchal 
ou receveur, était chargé à la fois d'encaisser les recettes échues au 
roi dans son ressort et d'acquitter les dépenses que le roi assignait 
sur sa caisse; il ne versait aux trésors royaux que l'excédent de sa 
recette sur sa dépense, s'il y en avait. Pour avoir le mouvement 
complet des finances royales en un an, il faudrait donc pouvoir réu- 
nir et combiner, pour une même année, les comptes des deux trésors 
du roi à Paris et ceux de chaque bailliage et de chaque sénéchaussée. 
Il est à craindre que les documents qui nous ont été conservés ne 
fournissent pas les éléments nécessaires pour ce travail. 

Mais, indépendamment de cette question, les comptes présentent 
un intérêt de plus d'un genre. Ils sont notamment utiles à cause des 
détails précis qu'ils fournissent en grand nombre sur les choses 
et les hommes du temps où ils ont été écrits. Celui que je publie 
aujourd'hui contient beaucoup de mentions relatives à des per- 
sonnes dont le nom est connu dans l'histoire ou figure dans 
les textes déjà imprimés. Le moment n'est pas venu d'essayer de 
réunir et de coordonner les renseignements positifs qui nous ont 
été conservés sur chacun de ces personnages, célèbres ou obscurs, 
du règne de Philippe le Bel ; ce travail ne pourra être fait utilement 

1. Compte des trésoriers du Louvre, Saint-Jean 129G, Recueil des historiens, 
XXIII, 786.— Comptes de l'hôtel du roi, 1282-1286, ibld., XXII, 430, 469; 1301- 
1302, XXII, 502; 1303-1304, .\X1I, 535; 1307-1308, XXII, 545, 555. — Compte des 
baillis, Toussaint 1285, XXII, 623. — Comptes de décimes, 1289, XXI, 546; 1313, 
XXI, 550. — Subsides pour l'ost de Flandre, 1304, XXI, 564; 1314, XXI, 567, etc. 

2. Journal du trésor, du 17 mars 1298 au 16 mars 1300 et du 15 avril au 
31 décembre 1301, Bibl. nat., ms. lat. 9783. — Comptes des baillis, 1299, etc., 
ms. fr. 10365. — Table des comptes de Robert Mignon, ms. lat. 9069, etc. 



239 

qu'après la publication de plusieurs documeiiLs qui sont encore iné- 
dits, notamment du journal du trésor, des années 1298 à -1301, 
conservé à la IJihliothèquc nationale (ms. lat. 97S3). On ne trouvera 
donc ici que le texte du compte du trésor du Louvre, pour le terme 
de la Toussaint de l'an 429C, publié sans commentaire et suivi seu- 
lement d'un index détaillé des matières et des noms propres. 

Trois articles du compte se rapportent à la dépense de l'hôtel du 
roi et à celle de la reine et de ses enfants (^33■^3r)). Il n'est donc pas 
rigoureusement exact, comme l'avait cru Boutaric, que le trésor du 
Louvre fût destiné uniquement à subvenir aux dépenses de l'Etat et 
celui du Temple aux dépenses de la maison du roi ', 

On remarquera, dans les détails de la recelte, la série des articles 
consacrés aux prêts faits au roi (310-341), notamment par des ban- 
quiers italiens, et à la levée des impots du centième et du cinquan- 
tième^ (3/«2-349 et 350-^36). En ce qui concerne le cinquantième, il 
résulte de ce compte que dans les bailliages autres que celui de Paris 
on payait cette taxe entre les mains du bailli ou receveur, tandis 
que dans le bailliage de Paris chaque locaUté versait directement sa 
contribution au trésor du Louvre. 

D'après le fragment de compte do ^29(), réimprimé dans le dernier 
volume du Recueil des historiens^ l'un des termes auxquels les tré- 
soriers du Louvre rendaient leurs comptes était la Saint-Jean 
(24 juin). Ici nous avons le compte du terme de la Toussaint 
(■!" novembre). Ce compte devrait donc s'appli(|uer, semble-t-il, à la 
période de ^30 jours comprise du 24 juin au \" novembre. Cepen- 
dant, les gages payés aux officiers du roi y sont calculés pour 
-1 37 jours (art. {(SI et suivants). Peut-être le terme dit de la Tous- 
saint répondait-il à l'octave de cette fête (8 novembre) . 

J'ai fait des divers articles du compte autant d'alinéas séparés, 
auxquels j'ai donné des numéros d'ordre. J'ai substitué (sauf dans 
les dates) des chiffres arabes aux chiffres romains; j'ai disposé les 
chiffres des sommes d'argent en trois colonnes, pour les livres, sous 
et deniers, et ainsi je n'ai pas eu à reproduire, après ces chiffres, les 
abréviations /., s., d.. qui les suivent chaque fois dans le rôle 
manuscrit. 

Julien Hàvet. 

1. La France sous Philippe le Bel, p. 230. 

2. Voir sur ces impôts IJoutaric, la France sous Ph. le Bel, p. 258 cl suiv. 



240 



0. s. xGvr 



Recepta Parisiensium. 

De balliviis : 

1. Parisiensi 

2. Silvanectensi 

3. Viromandensi 

4. Ambianensi cum terra Guisnensi 

5. Senonensi 

6. Aurelianensi 

7. Bitaricensi 

8. Turonensi 

Summa 



d. 



9. De preposituris 

3. 

Summa 



Partes a tergo 



43 


7 


5 


4,479 


5 


3 


1,627 


» 


6 


4,298 


18 


10 


1,569 


17 


10 


408 


18 


9 


2,160 


39 


2 


5,538 


2 


9 


20,127 


10 


6 


8,018 


7 


11 


28,145 


18 


5P. 



10. De debito magistri Rogeri de Medunta, deifuncti, per 
Johannem de Yilleta, militem 100 » » 

11. De domino Radulpho de Brulhi, pro residuo compoti sui 
de scacario Pasche XGVP » 117 1 

12. De debito magistri Pétri de Cirilli 150 » » 

13. De piscibus stagni Moreti captis a Furseo piscatore pro 
domino Ludovico primogenito régis , apud Fontembliaudi , per 
predictum Petrum 12 13 » 

14. De garnisione vini capta, per eundem P. 35 » » 

15. De episcopo Agatensi, pro recognitione fîdelitatis in crea- 
tione sua, pro una marcha argenti vel austure » 40 » 

16. De abbate Sancti Germani de Pratis, pro flnatione décime 
et mutui 100 » » 

17. De debito magistri Guillelmi au rifabri 50 » » 
et de veteri argento sibi tradito 37 13 » 

18. De magistro Johanne de Ghevri, pro residuo expense sue 
de via Rome 62 8 J 



■2U 

19. De abbatia Clare Vallis, pro quibusdam amortisationi- 
bus 297 12 » 

20. De financia acquisitorum per ecclesias ballivie Senonensis, 
par Theobaldum Armigeri 240 » » 

21. De denario libre apud Latiniacum super Maternam 

<S0 » » 
et apud Montevrayn, Checiacurn, Cantum Lupi, Couchas et 
Gavernas versus Latiniacum 27 4 » 

et Remis, per Renaudum du Cavech 666 11 » 

22. De Johanne de Mornajo armigero, pro rechato terre 
Ville Nove que fuit Johannis de Aquis 160 » » 

23. De emenda Ade Wagnon de Lauduno 288 » >■> 

24. De décima personarum ecclesie ballivie Bituricensis, per 
Petrum Lombardum receptorem ibidem 697 7 2 

25. De financia seu amortisatione abbatiset conventus Sancti 
Medardi Suessionensis, pro terra quam emerant a Symone de 
Vento 400 » » 

26. De abbate et conventu Sancti Johannis in Vineis Suessio- 
nensis, pro financia acquisitorum suorum 48 » » 

27. De hernesiis veteribus venditis, per Thomassinum de 
Nealpha » 40 » 

28. De financia acquisitorum in ballivia Viromandensi, per 
dominum Evrardum Porion et Lisiardum le Jaune 

330 » » 

29. De financia acquisitorum abbatis et conventus de Britho- 
lio 100 » » 

30. De Henrrico de Nans, pro amortisatione cujusdam feodi 
quod vendidit abbati Sancti Fusciani in Bosco et capellanis Béate 
Marie Ambianensis, per Leonardum le Sec 160 » » 

31. De debito quod Haquinus de Manlia Judeus petebat in 
judicio a Guiardo de Herbovilla armigero 30 » » 

32. De episcopo Claromontensi et abbate et conventu Sancti 
Yllidii Claromontensis, pro confirmatione cujusdam composicionis 
inter ipsos 100 » » 

33. De Leonardo le Sec de Ambianis, per Petrum de Coquerel, 
pro bonis captis in quinquenavibusAnglicorum 245 15 » 

34. Desigilloregis, perepiscopumDolensem 710 » » 

35. De bonis episcopi Vincestrie que erant apud Templum 
Parisius, per Guillelmum de Hangest seniorem 440 » » 



242 

36. De domino Adam de Cardineto, pro denariis sibi traditis 
par Guillelmum Flammingi et socios suos 200 » » 

37. De domino Johanne de Helly, pro denariis sibi traditis 
per Luparam 32 » » 
et per cameram denariorura 32 » » 
et per Guillelmum Flammingi et socios suos 160 » » 

38. De domino Galtero de Capella, pro denariis sibi traditis 
per diversas partes 60 » » 

39. De villa Lauduni, per Renerum de la Bêle custodem ibi- 
dem 3,697 8 3 

40. De emenda Aelidis dicte Facete de Lauduno et Alberici et 
Johannis filiorum ejus, pro suspitione violationis ecclesie Laudu- 
nensis 800 » » 

41. De lanis et coriis captis in pluribus navibus, per Michae- 
lem de Navarra 700 » » 

42. De monetis forefactis in ballivia Viromandensi, per Renau- 
dum du Cavecli 9 12 » 

43. De décima ejusdem ballivie in diocesi Noviomensi, pro 
primo anno, per magistrumHenrr. de Gauchi 120 12 9 

44. De debito Radulphi de Medonta clerici, per magistrum 
Johannem de Sancto Justo 25 » » 

45. De debito domini Pétri de Chambli patris, per eundem 
Johannem 206 11 8 

46. De deffectu equorum ballistariorum, per eundem Johan- 
nem 18 4 » 

41'. De vadiis Joliannis de Hyenvilla plus computatis, per eun- 
dem Johannem 21 3 9 

48. De vadiis Johannis Accurrii retentis pro debito patris sui, 
per eundem Johannem 12 5 6 

49. De magistro Stephano de Lemovicis, per eundem Johan- 
nem 48 10 » 

50. De Petro Rollandi, Thoma Godin et aliis mercatoribus 
Lemovicensibus 341 9 5 
per eundem Johannem. 

51. De magistro Guillelmo de Erqueto, pro residuo cujusdam 
financie 34 » » 
per eundem Johannem. 

52. De majore Rothomagi, pro Guarino de Garreriis 

80 » » 
per eundem Johannem. 



2/. 3 

53. De abbate Sancti Crispini Majoris Suessionensis, pro sen- 
tentia, per eundem Johannem 10 » » 

54. De abbatissa Béate Marie Suessionensis, pro eodem, per 
eundem Johannem 10 » » 

55. De 20 modiis avene granarii Meleduni, per compotum 
Pétri Genciani, per eundem Johannem 86 9 » 

56. De avena granarii Aurel., per eundem J. 41 12 » 

57. De avena granarii de Dordano, pro 15 modiis 2 sextariis 

80 38 » 
per eundem Johannem. 

58. De avena granarii de Stampis, pro 22 modiis 

77 » » 
per eundem Johannem. 

59. De avena granarii Pissiaci, pro 7 modiis 11 sextariis 
1 mina 31 16 8 
per eundem Johannem. 

60. De piscibus stagni Petre Fontis, per eundem Johannem 

23 12 » 

61. De vinis garnisionis Gaufridi Cocatriz, pro 759 modiis 
8 sextariis, 40 s. pro modio 1,519 » » 
per eundem Johannem. 

62. Deeadem garnisione, pro 82 modiis 2 sextariis, 48 s. pro 
modio 196 2 » 
per eundem Johannem. 

63. De eadem garnisione, pro 23 modiis 2 sextariis, 60 s. pro 
modio 69 7 6 
per eundem Johannem. 

64. De 10 doHis vini ejusdem garnisionis computatis ad her- 
nesia Omnium Sanctorum erogatis in elemosina 80 >■> » 
per eundem Johannem. 

65. De denariis executionis Jacobi Louchart de Atrebato leva- 
tis per magistrum Johannem Clersens 64,400 116 » 

66. De redditibus senescalcie Pontivi, per Jacobum Mayngot 
receptorem ibidem 968 17 9 

67. De mutuis quorum partes sunt a tergo 41,329 4 4 

68. De centesima 15,708 2 4 
Partes a tergo. 

69. De quinquagesima 116,810 8 4 
Partes a tergo. 



70. De debito defuncti Johannis de Aquis, per ejus execu- 
tores 649 14 11 



Summa ^ 254,275 19 3P. 

Recepta Turonensium. 

7 1 . De comité Drocensi, pro excambio facto cum domino Cham- 
bleii Petro milite, pro tercio 166 13 4 

72. De monetagio monete facte Parisius, per Betinum Cauci- 
nel 2,057 4 4 
et per Renerum Flammingi 17,836 15 » 
et per Giiillelmum Flammingi 2,500 » » 
et per Petrum de Medunta et Fascliium Lombardum, de moneta- 
gio auri 22,066 5 » 

73. De bustis monete auri, per magistrum Petrum la Reue 

416 5 » 

74. De monetagio monete facte apud Tornacum, per Henrri- 
cum et Jeronimum de Lacu fratres 7,558 8 9 

et per Guillelmum Flammingi et socios suos 20,384 7 7 

75. De monetagio monete facte apud Montem Ferrandi, per 
Martinum Marci 148 » » 

et apud Monsterolium Bonin, per Bernardum Remundi 

6,900 » » 
et apud Summidrium, per Sornatum Caucinel 2,568 12 6 
et apud Matis[c]onum, per Guidonem de Torne Mare 

4,000 » » 
et apud Tholosam, per Bernardum Rascassol et Bernardum Car- 
bone! 15,000 » » 

76. Deabbate Sancte Genovefe Parisiensis, pro décima trien- 
nii pro Aragonia 30 » » 

77. De eodem abbate, pro décima quadriennii pro Aragonia, 
quam receperat ab abbate de Ferreriis 200 » » 

78. De décima triennii pro Aragonia senescalcie Bellicadri, 
per recep tores ibidem 329 » » 

79. De legatis indistinctis ibidem, per eosdem 180 30 7 

80. De décima concessa pro subsidio regni Francie a personis 
ecclesiasticis ibidem, per eosdem 3,397 » 6 

81 . De décima ordinis Cluniacensis pro subsidio ejusdem regni, 
in ballivia Arvernie, per Girardum Gliauchat 1,208 18 » 



82. De décima non exemptorum in diocesi Claromontensi, pro 
eodem, per eiindem Girardum 064 12 » 

83. De tallia Judeorum, pro Vivando et Donnardo de Royon 
Judeis, per eundem Girardum 100 » » 

84. De subventione personarum ecclesie pro regno Francie in 
diocesi Rothoraagensi, per Baldoinum Poutrel, pro magistro 
Guillelmo Vassal collectore 1,400 » » 

85. De eadem subventione sub (sic), per ballivum Rothoma- 
gensem 1,115 » » 

et in diocesi Lexoviensi, per eundem ballivum 1,360 13 6 

86. De deffectibus servientum castelli Bone Ville, per eundem 
ballivum Rothomagensem 39 13 9 

87. Dedenariis recuperatis a marinariis qui iverunt a Leura 
Parisius pro vadiis suis petendis, pro expensis eorum solutis 
quibusdam creditoribus suis, per eundem ballivum 

1,223 19 5 

88. De cambio monete argenti apud Harefleu, per eundem 
ballivum 100 » » 

89. Dedenariis captis a Bichio et Mouscheto, per eundem bal- 
livum, ad opus navigii 2,750 » » 

90. De denariis captis a ballivo Caleti Adam Halot, per eun- 
dem ballivum Rothomagensem, pro eodem 2,722 10 » 

9 1 . De garnisionibus régis que erant apud Harefleu et Hon- 
nefleu et Toucam, de quibus Johannes de Hospitali clericus 
habet computare, traditis quibusdam marinariis in solutionem 
vadiorum, per eundem ballivum 2,110 10 » 

92. De residuo vadiorum debitorum quibusdam marinariis 
quorum nomina ballivus tradidit in scriptis magistris curie 

6,724 3 1 
per eundem ballivum. 

93. De fînatione Judeorum in ballivia Rothomagensi, per Bal- 
doinum Poutrel 2,000 » » 

94. In vicecomitatu Vernolii, per Guillelmum d'Espovilla 

129 » » 
et per Johannem de Furno ibidem 20 » » 

95. In balliviis Cadomensi et Constanciensi, per Johannem le 
Hanapier 2,307 3 1 

96. In ballivia Bituricensi, per Petrum Lombard um recepto- 
rem ibidem 1,691 10 » 



216 

97. In ballivia Viromandensi , per Yietum d'Aupegart 
Judeum 200 » » 

et per Renaudum du Cavech 195 » » 

98. In baUivia Ambianensi, per Jocetum de Pontisera 
Judeum 43 » » 

99. In ballivia Caleti, per predictum Jocetum, pro Salomone 
de Blangi 125 » » 
et per Bartholomeum Blanc Baston 1,311 » 10 

100. In prepositura Parisiensi, per Danielem Glericum 

140 15 » 

101. In ballivia Senonensi, per Theobaldum Armigeri 

628 6 6 

102. In balliviis Campanie, per Jocetum de Pruvino 

805 » » 
et per Vivandum de Trecis 260 » » 

103. In ballivia Aurelianensi, per Egidium Cassine 

2,200 » » 

104. In ballivia Turonensi, per Johannem Gandehart 

463 » » 

105. De predicta iSnatione Judeorum, per Julianam dictara 
Ami Diu, pro Kaloto Judeo 150 » » 

et per Guill. Perrerium, pro eodemKaloto 1,562 10 » 
et per Vietum d'Aupegart Judeum, pro eodem Kaloto 

97 10 » 

106. De Judeisdotalicii defuncte regine Margarite, per Johan- 
nem. le Paylle de Corbolio 267 » » 

et per Danielem Glericum 130 » » 

107. De Gabriele Judeo de Garnoto, per Renaudum Barbou 
juniorem, ballivum Rothomagensem, pro veteri, diu est 

150 » » 

108. De Peregrino de Sancto Paulo in Gaturcino, pro com- 
positione facta super bassa justicia Gampi Arnaldi et de Anci- 
nade 100 » » 

109. De nundinis Gampanie, per Florencium de Roya magi- 
strum earum 800 » » 

110. De passagio lanarum apud Andelot, per P. Folet 

437 10 » 

111. De eraenda seu finatione Donati de Vellut de Florencia 

600 » » 



112. De forefactura Oliveri de Vintemille, per Guillelmum 
Pétri Becucii 20 » » 

113. De Amelio de Villari milite, domino de Salis, pro con- 
firmatione alte justicie de Salis 100 » » 

114. De decano et capitulo Suessionensibus, pro emptione 
terre de AmbliniacoetjdeKalacumappendiciis 4,250 » » 

115. De villa Cathalani, pro relaxatione denarii de libra, per 
magistrum Philippum Conversum, Petrum Viarium de Silvanecto 
et Guillelmum Thiboudi 9,900 » » 

116. De regalibus Cenomanie, per Richardum Bouroudi et 
Symonem Medicum 200 » » 

117. De episcopo Ebroicensi, domino Nicholao, pro quibus- 
dam convencionibus 4,000 » » 

118. De Petro de Melet receptore Pictavensi, pro denariis 
quos receperat a Petro Lombardo receptore Bituricensi 

10,000 » » 
et a Girardo Chauchat receptore Arvernie 7,300 » » 
et a senescallo Pictavensi 8,646 14 2 

119. De redditu comitis Guellensis capto super regem et non 
soluto eidem comiti, determinis Ascensionis, Omnium Sanctorum 
et Candelose XGV° et Ascensionis XCVP 1,733 6 8 

120. De senescallo Pictavensi, domino Johanne de Sancto 
Dionisio, pro denariis sibi traditis per comitem Attrebatensem 

500 » » 
et per Symonem Arcuarium 900 » » 

et per magistrum Johannem de DomnoMartino 1,700 » » 
et per Johannem de Hospitali clericum 1,900 » » 

et per Petrum de Melet receptorem Pictavensem 700 » » 
et per Egidium capellanum Ruphi de Sulhi 63 15 » 

et per majorem et communiam Pictavenses, pro finatione sua ne 
irent hac vice in exercitum 500 » » 

et per receptorem focagii pro expulsione Judeorum de Pict[avia] 

3,300 » » 

121. Deballivia Trecensi, per recep tores Campanie, pro fine 
compoti sui Omnium Sanctorum XCV° 10,016 6 10 

et de ballivia Vitriaci 580 119 3 

et de ballivia Calvi Montis 2,793 15 » 

1 22. Item deballivia Trecensi, per eosdem receptores, de ter- 
mine Omnium Sanctorum XCVP 11,261 » 22 

et de ballivia Vitriaci 12,495 14 6 



248 

123. De redditu Anselli de Castaneto, de terminis Omnium 
Sanctorum XCVo et Ascensionis XCVF, capto super regem et 
non soluto, quia capit in ballivia Aurelianensi, ut dicit, equa- 
liter 30 » » 

124. De magistro Petro la Reue, pro nimis soluto quibusdam 
stipendiariis galearum 99 11 6 

125. De senescalcia Pictavensi, détermine Ascensionis XGVI° 

11,815 6 9 

126. De ballivia Arvernie, de eodem termino, de tempore 
Johannis de Tria 8,400 78 4 

et de termino Omnium Sanctorum post 5,090 5 2 

127. De senescalcia Carcassonensi, de termino Ascensionis 
XCVr 2,835 11 8 



Summa 264,214 14 5T. 

Valent 211,371 15 6ob.P. 

128. De ballivo Rothomagensi , pro fine compoti sui de scaca- 
rio Sancti Michaelis XCVr 20,334 12 6 

129. De ballivo Caleti 13,680 108 11 

130. De ballivo Cadomensi 13,791 2 10 

131. De ballivo Constanciensi 18,199 » 21 

132. De ballivo Vernolii 5,465 10 » 
videlicet per Vernolium 1,615 1. 3 s. et per Vernonem 
1,112 1. 5 s. 1 d. et per Gisorcium 2,738 1. 23 d. 



Summa tocius scacarii 71,475 16 »T. 

Valent 57,180 12 9ob.P. 



Summa totalisrecepte ad Parisienses 550,974 6 » P. 



133. Expensa hospicii régis 72,020 9 1 

134. Expensa regine 4,830 10 1 

135. Expensa liberorum 4,366 12 11 

Summa 81,217 12 IP. 



249 

ExpENSA Parisiensium. 
Ad hereditatem. 

136. Abbatissa Gerciaci, pro tercio 129 14 10 

137. Heredes Rooniaci (partes a tergo), pro feodo Locharum, 
pro toto 600 » » 
et pro feodo Alenconis, pro toto 100 » » 

138. Canonici capelle régis Parisius, pro medietate 

350 » » 
et pro missa de defunctis, pro medietate 4 » » 

139. Gapellanus Sancti démentis in capella régis inferiori, 
pro medietate 6 » » 
et pro capellania domini Odonis quondam capellani Vicennarura, 
pro medietate » 100 » 

140. Gapellanus S. Blasii ibid., pro medietate 10 » » 

141. Domus Dei Parisiensis, pro medietate 180 » » 

142. Monachi Regalis Mcmtis, pro tercio 120 » » 

143. Dominus Stephanus de Monte Sancti Johannis, pro feodo 
Feritatis Alesie, pro toto 100 » » 

144. Johannes de Charableio miles, pro toto 40 » » 

145. Stephanus de Bien Fayte miles, pro feodo Virzonis, pro 
toto 40 » » 

1 46 . Guillelmus de Haricuria miles , pro tercio CG 13 4 

147. Très capellanie fundate in ecclesia Sancti Dionisii, pro 
medietate 30 » » 

148. Templum, pro redditu empto a Petro de Ghambleio milite, 
domino de Viermes, pro medietate 38 13 6 

149. Gapellanus Sancti Germani in Laya, pro tercio 

10 » » 

et pro roba, pro toto » 60 » 

150. Gongregatio cecorum Paris., pro tercio 10 » » 

151. Gapitulum V[er]nonense, pro {sic) 

152. Gapellanus altaris Sancti Micliaelis in ecclesia Béate 
Marie de Ghambleio, pro medietate 10 » » 

153. Gauffridus de Perona, pro toto 30 » » 

154. Furseus ejus filius, pro toto 10 » » 

155. Dionisius de Valenc, pro tercio feodi Montis Fortis, pro 
toto 20 » » 



250 



156. Lanfrancus Tartarus de Janua , pro toto 100 » 

157. Symon de Roseyo, pro medietate 10 » 



Summa 2,023 » 20P. 

Ad mtam. 

158. Dorainus Johannes de Falvi, protercio 333 6 8 

159. Episcopus de Bethléem, dominus Hugo, pro medietate 

100 » » 

160. Nicliolaus de Peracio miles, pro toto 100 » » 

161. Magister Stephanus li Aasiez, pro medietate 

91 12 » 

162. Theobaldus de Corbolio, pro medietate 20 » » 

163. Beatrix soror quondam thesaurarii Huberti, pro tercio 

4 » » 

164. Johannes de Caprosia, 5 s. per diem, usque ad XIIP diem 
Jidii inclusive, qua obiit » 100 » 

Summa 653 18 8P. 

Alla eœpensa. 

165. Renaudus Barbou senior, pro vadiis, pro tercio 

221 6 8 

166. Magistri monetarum duo, Betinus CaucineUi et Johan- 
nes Decimarii, pro tercio 133 6 8 

167. Renaudus de Aula clericus monetarum, 3 s. per diem 

20 11 » 

168. Venditores boscorum très, videlicet Johannes Venatoris, 
Stephanus de Bien Fayte miles, quilibet 10 s. per diem, et Johan- 
nes de Bovilla miles, 6 s. per diem 178 2 » 

169. Mensuratores boscorum duo, Adam Bouchart et Johan- 
nes Britonis, quihbet 4 s. 6 d. per diem 61 13 » 

170. Piscatores très, videlicet Furseus de Perona, 3 s. per 
diem 20 11 » 
Judocus Roart, 2 s. per diem 13 14 » 
et Johannes de Calceya, 12 d. per diem 6 17 » 
et pro cremento de 6 d. per diem per 99 dies » 49 6 

171. Giletus Rougel luparius, pro se, familia, equis et cani- 
)3us, 8 s. 10 d. per diem 60 10 2 



25f 

etpro rauba sua, pro medietate' » 50 » 

et pro roba trium servientum, pro toto, equaliter 7 10 >■> 

172. Johannes Butin luparius, 2 s. per diera 13 14 » 
et pro roba , pro medietate » 50 » 

173. Colinus lotrarius, 18 d. per diem 10 5 6 
et pro roba , pro toto » 40 » 

174. Magister PetrusdeCondeto, pro vadiis 109 12 » 

175. Magister Gauffridus de Templo, pro vadiis 

109 12 » 

176. Magister Johannes Clersens, pro vadiis 91 4 » 

177. Dominus Symon de Baillolio, pro vadiis 41 2 » 

178. Jacobus de Luceto clericus, pro vadiis 41 2 » 

179. Johannes de Lillariis, pro vadiis 41 2 » 

180. Magister Sancius, pro vadiis 28 16 » 

181. Operatorium Lupare, per Gilibertum 37 14 8 
et per Johannem Galteri ibidem 50 15 » 

182. Stephanusfaber ibidem, pro misiis 34 8 » 

183. Stephanus de Caméra, pro eodem 25 » 10 

184. Operatorium Montis Argi, per Guillelmum attiliatorera 
ibidem 29 2 » 

185. Clerici compotorum 26 » » 

186. Domina Lucia de Gibelet, pro medietate 50 » » 
ad voluntatem. 

187. Lupelli 10 et aquila una » 55 » 

188. Magister Johannes Clersens, pro nunc mittendo 

140 » » 
et pro denariis sibi traditis apud Rothomagum pro eundo ad 
regem 16 » » 

189. Johannes de Lillariis clericus, pro residuo compoti sui 

10 8 5 

190. Dominus Riidulphus de Brulheyo, pro expensis per 
45 dies Parisius usque ad diem Mercurii post Nativitateni beati 
Johannis 40 » » 

et pro expensis faciendo inquestas super prepositum Parisiensem 
et servientes cura magistro Johanne Ducis per 30 dies usque ad 
Assumptionem béate Marie 27 » » 

191. Magister Guillelraus aurilaber, pro misiis suis, de ter- 
mino Ascensionis XGVP et duobus terminis precedentibus 

178 5 3 
et pro platellis ad fructum faciendis 80 » » 



252 

et pro duobus ciphis, altero auri et altero argenti, quos rex émit 
ab ipso 240 11 » 

192. Jehenotus de Vallibus filius quondam Odardi Rebracj'-e 
de Ponte Sancte Maxencie, pro boscis suis per gentes régis ven- 
ditis per errorem et sibi restitutis 20 » » 

193. Magister Guido de Nogento in Bassigneyo, pro via Bri- 
tannie pro quinquagesima 20 » » 

194. Item 24 » » 

195. Girardus de Maria, pro eodem ibidem 8 » » 

196. Petrus Chevalier, pro eodem ibidem 16 » » 

197. Magister Guillelmus cantor Milliaci et Renaudus de 
Giresmo, pro denariis sibi traditis per receptorem Bituricensem 
pro negocio quinquagesime 94 » » 

198. Magister Michael de Codreyo et Nicholaus Caillet, pro 
fine compoti sui de expensis faciendo colligi quinquagesimam in 
bailivia Viromandensi 28 8 2 

199. Dominus Robertus de Freauvilla presbiter et magister 
Philippus le Mastin, pro fine compoti sui de expensis faciendo 
colligi quinquagesimam in senescalcia Bellicadri 28 16 11 

200. Magister Baldoinus Alani, pro eodem in bailivia Turo- 
nensi cum Guillelmo Otran 31 » 19 

201. Guillelmus Otran, pro eodem ibidem 9 5 7 
et pro negocio centesime ibidem 8 6 6 

202. Dominus Galterus canonicus capelle régis Parisius, pro 
operibus capelle Vicennarum 100 » » 
nona die Julii. 

203. Idem, pro expensis puerorum capelle, usque ad domini- 
cam post Sanctum Albinum, et pro roba eorum Omnium Sancto- 
rumXGV» 99 18 » 
et pro uno breviario facto pro rege 107 10 » 
XXV^ die Augusti. 

204. Idem, pro expensis scolarium, beguinarum et converso- 
rum, per 60 septimanas, usque ad dominicam ante Magdalenam 
XCVP 397 11 9 

205. Idem, pro operibus Lupare 50 » » 
XIX'' die Octobris, et pro operibus et conversis 100 » » 
ultima die Octobris. 

206. Egidius de Lauduno, quondam prepositus Montis Desi- 
derii, pro denariis sibi redditis, quos habebat in deposito in abba- 



253 

cia Sancti Eligii Noviomensis, captis et redditis régi in compotis 
Omnium Sanctorum XCV° 77 16 » 

207 . Magister capelle régis Parisius, pro neccessariis ejusdem 
capelle et percameno 180 100 » 

208. Dominus Philippus capellanus episcopi Dolensis, pro 
litteris boscorum, usque ad Pascham XGVl-^ 16 7 » 

209. Stephanus et Egidius Apelot frdtres de Giemo, pro 
denariis quos solverunt de mandato régis Stephano de Messilles 

27 5 » 

210. Magister Guillelmus de Lavercines, pro uno equo mor- 
tuo et alio reddito curie, de via ad computandum de décima pro 
subsidio regni in provincia Senonensi 20 » » 

211. Magister Johannes Ducis, pro expensis factis faciendo 
inquestas super servientes régis 40 » » 

212. Idem et Johannes de Sancto Leonardo prepositus Pari- 
siensis, pro expensis factis pro negocio régis 40 » » 

213. Dominus Johannes de Atrebato, pro centesima terre sue 
in balhvia Bituricensi levata et sibi restituta, per Petrum Lom- 
bardum receptorem Bituricensem, in diversis partibus 

252 19 3 

214. Et pro mutuis hominum suorum de Maceyo in eadem 
ballivia, sibi restitutis, per eundem Petrum, videlicet pro Guil- 
lelmoleCousturieret Johanneâhosuo equaliter 48 » » 

215. Honoratus illuminator, pro hbris régis illuminatis 

20 » » 

216. Dominus Johannes de Chintrellis ballivus Masticonensis, 
pro denariis redditis régi pro rotellis Judeorum per très annos et 
alias redditis régi per compotum Bichii 44 5 6 

217. Prepositus Parisiensis, pro solvendo domum Egidii de 
Aureliano captam pro coquina régis Parisius 72 » » 

218. Petrus de Remis valletus régis, pro via Burgundie 

10 » 
219.SymonPicardi,missusapudBellicadrum 10 » » 

220. Guillelmus de Hangesto junior, ballivus Cadomensis, 
pro negocio régis 100 » » 

221. Episcopus Dolensis, pro toto residuo mutui quodfecerat 
régi, sibi reddito 660 » » 

222. Filie Dei Parisienses, super pensione sua, ex niutuo 

80 » » 
IIIP die Septembris, et XXV'' die Septembris 80 » » 

il 



254 

223. Magister pueororura {sic) capelle régis Parisius, pro 
eorum neccessariis, in duabus partibus 90 » » 

224. Johannes de Malla,pro vadiis suis, de tempore preterito 

100 » » 

225. Antelinusde Varignies et Johannes castellanus Nigelle, 
milites, pro expensis factis in assisia terre domini Ludovic! fra- 
tris régis 300 » » 

226. Magister Guillelmus de Gisorcio, missus ad partes Aure- 
lianenses pro centesima 20 » » 

227. Frater Petrus de Paredo, prior de Cliesa, missus pro 
negocio régis 100 » » 

228. Magister Robertus Foyson et Symon de Marchesiis 
miles, inquisitores in ballivia Silvanectensi, pro denariis sibi tra- 
ditis, per Guillelmum de Sancto Vincencio 100 » » 

229. Magister Symon Boel, missus in predictam balliviam 
Silvanectensem pro negocio quinquagesime, per eundem Guillel- 
mum 60 » » 
in tribus partibus. 

230. Johannes Majoris de Argentolio, pro eodem ibidem, per 
eundem Guillelmum 60 » » 

231. Symon et Johannes predicti, pro eodem ibidem, per eun- 
dem Guillelmum 60 » » 

232. Abbas Joyaci, thesaurarius, pro expensis factis in via 
apud Magdunum super Ligerim pro negocio régis 9 » » 
et apud Pruvinum pro mutuis procurandis 14 » » 
et apud Trecas pro eodem 25 » » 

233. Stephanus Haudri, pro burello ad computandum in 
caméra denariorum, per ïhomassinum 4 16 » 

234. Magister Laurencius de Monte Forti et Arnulphus Mer- 
lini, pro residuo expense sue de via Viromandie et Flandrie pro 
quinquagesima 92 13 » 

235. Girardusbarillarius, provinis emendis 500 » » 

236. Magister Stephanus de Susi archidiaconus Brugensis, 
missus ad electionem Cameracensem 30 > » 

237. Guillelmus de Ripperia miles, pro palliis Nativitatis 
XGV" et Penthecostes XGVP 10 » » 

238. Idem, inquisitor in ballivia Senonensi, pro denariis sibi 
traditis, per Theobaldum Armigeri receptorem ibidem, in tribus 
partibus 200 » » 



255 

239. Idem Guillelmus et raagister Radulphus de Mellento, pro 
eodem ibidem, per emidem Theobaldum 80 » » 

240. Archidiaconus Aurelianensis, magister Johannes, pro 
eodem ibidem, per eundem Theobaldum, in quatuor partibus 

200 » » 

241. Dominus Robertus Régis canonicus Sancti Quintini, 
missus in predictam balliviam Senonensem pro negocio quinqua- 
gesime . 62 10 » 

242. Idem Robertus et Symon Payen, pro eodem ibidem 

32 » » 

243. Magister Petrus de Bello Monte, pro eodem 

12 » » 
per predictum Theobaldum. 

244. Item cantor Milliaci Guillelmus, pro eodem in ballivia 
Bituricensi, per Petrum Lombardum receptorem ibidem 

88 » » 

245. Magister Renaudus de Giresmo, per eundem Petrum, 
pro eodem ibidem 184 » » 

246. Predicti cantor et Renaudus, pro eodem ibidem, per 
eundem Petrum 40 » » 

247. Cornes Sancti Pauli, dominus Guido, pro vadiis suis, 
antequam esset buticularius Francie, per 65 dies, 4 s. per diem 

13 » » 

et postquam fuit buticularius, cum rege, per 93 dies, 25 s. per 
diem 116 5 » 

et sine rege, apud Sanctum Quintinum, per 87 dies, usque ad 
diem Lune in crastino Sancti Martini hyemalis, 60 s. per diem 

261 » » 

248. Magister Johannes de Forest, pro expensis suis in sca- 
cario Sancti Michaelis p3r 24 dies, 4 s. per diem 26 4 » 

249. Jacobus Louchart de Attrebato, pro mutuo sibi reddito, 
per magistrum Johannem Clersens 3,200 » » 

250. Gauffridus Cocatriz, pro garnisionibus faciendis, per 
eundem Johannem 2,000 » » 

251. Item dominus Galterus de Capella, pro operibus, per 
eundem Johannem 500 » » 

252. Johannes Arrode, pro denariis sibi traditis, per eundem 
Johannem 2,600 » » 

253. Executores Jacobi Louchart predicti, pro quibusdam 



256 

litteris domini P. Grignart redditis eisdem executoribus, per 
eundem Johannem Clersens 300 » » 

recuperandas super executores predictos. 

254. Magister Robertus de Politisera, pro denariis sibi tra- 
ditis, per eundem Johannem, pro negocio régis 80 » » 

255. Monachi de Frigido Monte, pro garnisionibus captis ab 
ipsis, per eundem Johannem 68 » » 

256. Idem Johannes Clersens, proexpensis suis per lÔOdies, 
procurando peccuniam de testamento Jacobi Louchart predicti 

167 2 » 
et pro hernesiis, nunciis missis et ahis neccessariis 46 1 1 8 
et pro vectura denariorum de dicto testamento 80 74 10 
et pro uno palafredo et uno summario mortuis in prosecutione 
dicti testamenti 40 » » 

et pro salario cujusdam tabellionis, cujusdam clerici, quatuor 
servientum, et pro scriptura 104 » » 

257. Operatorium Meleduni, per Petrum le Vache 

60 10 » 

258. Thesaurarii, pro Htteris et nunciis missis pro negocio 
régis pluries per diversa loca a tempore quo inceperunt officiura 
thesaurarie usque ad istos compotos Omnium Sanctorum XGVI" 

87 » 6 
et pro pargameno et incausto » 68 10 

et pro operibus armariolorum apud Luparam, seris, clavibus et 
aliis minutis 20 16 » 

259. Johannes Wuyde Rue de Compendio, pro denariis tra- 
ditis Martino Pethiot pro garnisionibus faciendis Rothomagi, de 
quibus idem Martinus conputavit 17 4 » 

260. Abbas Joyaci, IVater Henrricus, thesaurarius, super 
expensas suas a tempore quo incepit officium 500 » » 

Summa 17,400 67 9 P.^ 



1. Ce total est erroné; il faudrait 17,903 1. 7 s. 9 d. C'est la seule faute d'addi- 
tion qui soit dans tout ce compte. 



257 

(Verso.) 
COMPOTUS THESAURARIORUM LUPARE 

DE TERMINO 0. S. XGVI". — ni"^ 



Prepositure 


8,018 


7 


IIP. 


videlicet : 








261. Parisius 


6 


7 


11 


262. Mons Letherici 


196 


12 


2 


263. Gonessa 


92 


9 


2 


264. Castrum Forte 


70 


» 


7 


265. Corbolium 


239 


3 


2 


266. Pissiacum 


60 


13 


9 


Summa 


665 


6 


9 


267. Silvanectum 


211 


7 


4 


268. CalvusMons 


32 


6 


8 


269. Pontisera 


210 


19 


9 


270. Bellus Mons et Asnerie 


107 


7 


3 


271. Pons Sancte Maxencie 


129 


5 


1 


272. Compendium 


171 


10 


6 


273. Bestisiacum et Verbria 


316 


12 


7 


274. Petra Fons 


327 


17 


11 


275. Chosiacum et Thorota 


146 


2 


8 


Summa 


1,653 


9 


9 


276. Viromandia : Laudumim 


499 


13 


3 


277. ViEa Nova Régis in Belvacinio 


100 


» 


» 


278. Mons Desiderii 


72 


10 


8 


279. Roya 


449 


15 


» 


280. Sanctus Quintinus et Ribemons 


236 


9 


2 


281. Calniacum 


89 


6 


8 


282. Perona 


496 


13 


10 


Summa 


1,944 


8 


7 



258 



283. Ambiani 327 17 2 

284. Bella Quercus 300 25 4 

285. Dullendium 69 18 8 

286. Monsterolium et Sanctus Richarius 351 2 8 



Summa 1,050 3 10 



287. Senonis 519 2 3 

288. Pontes super Yonam 32 » » 

289. Granchie 6 13 4 

290. Villa Nova juxta Senonis 225 7 8 

291. Vallis Maura, Fossa Maura, R[i]v[e]ria et Maalejum 

40 » » 

292. Chesayum, Lissiacum et Voos 78 9 2 

293. Dooletum 7 10 » 

294. Flagiacum 30 » » 

295. Loretum in Boscagio 25 » » 

296. Dymons 30 » » 

297. Nemosium 38 10 8 

298. Moretum 160 61 » 

299. Samesiiim 20 » » 

300. Gressium et Capella 69 5 » 

301. Meledimum 25 7 11 

302. Castellatum 46 13 4 

303. Castrum Nantonis 170 14 6 

Summa 

304. Aurelianum 

305. Castrum Novum 

306. Novilla 

307. Curciacum 

308. Vitriacum 

309. Burgus Novus 

310. Boscus Communis 

311. Evra 

312. Hyenvilla 

313. Mons Argi 

314. Gepeyum 

315. Lorriacum 

Summa 
Summa totalis, ut prius 8,018 7 11 



1,527 


14 


10 


792 


4 


10 


12 


14 


4 


31 


13 


4 


13 


6 


8 


10 


» 


» 


4 


13 


4 


30 


2 


4 


4 


» 


12 


152 


» 


» 


58 


15 


8 


20 


» 


» 


47 


12 


8 


1,177 


4 


2 



259 

Demutuis 41,329 4 4 P. 

videlicet : 

316. De Aelide de Baayllon, per Renaudum du Cavech 

62 » » 
XXV* die Junii, in crastino Nativitatis beati Joliannis. 

317. De Johanne de Sancto Verano 200 » » 
XXVI* die Junii. 

318. De Corbolio et castellania ibidem, pro prima medietate, 
600 1. V* die Julii, et XIIIL-^ die Augusti 412 1., et XXV^ die Se- 
ptembrisl001.,etIIPdieOctobris881.Summa 1,200 » » 

319. De residuo mutuorum factorum a burgensibus Rotho- 
magi nominatis a tergo compoti ballivi Rothomagensis Pasche 
XCVP, 820 1. Tur. XVP die Julii et alias 656 » » 
per ballivum. 

320. De villa Parisius, per Nivardum 72 » » 
XVP die Augusti. 

321. De Goberto Sarraceni de Lauduno 300 » » 
XVII* die Augusti. 

322. De Johanne Richomme de Cathalano 1,000 1. Tur. 
Valent 800 » » 
Par. XIX^ die Augusti. 

323. De Dulchio Manier, de societate Bardorum de Florencia, 
500 1. Tur. Valent 400 » » 
Par. XXV* die Augusti. 

324. De Bindo Escarche, de societate Cerdorum Alborum de 
Florencia, 500 1. Tur. 400 » » 
tune. 

325. De Ouberto Jonte, de societate Cerdorum Nigrorum de 
Florencia, 500 1. Tur. 400 » » 
tune. 

326. De Lappo Piti, de societate Mozorum de Florencia, 
500 1. Tur. 400 » » 
XX VP die Augusti. 

327. De ballivia Silvanectensi, per GuiUelmum de Sancto 
Vincencio, 556 1. XX VP die Augusti, et XXVIIF'^ die Octobris 
150 1. 3 s. Summa 706 3 » 

328. De Alpicio Dyan, de societate Scotorum de Placencia, 
per dictum Vidaume, 2,000 1. Tur. 1,600 » » 
XXVIP die Augusti. 



260 

329. De Renero de Passu de Florencia, per dictum Vidaume, 
600 1. Tur. 480 » » 
tune. 

330. De Girardo Capon. , Guidone Cavassole, Lanceloto d' An- 
goyssole et Johanne de Vantiduno, pro se et aliis campsoribus 
de Placencia, 3,500 1. Tur. 2,800 » » 
XXX^ die Augusti. 

331. De dicto Bons Gayne Lombarde 500 1. Tur. 

400 » » 
Par. tuDc. 

332. De societate Petrucie 1,000 1. Tur. 800 » » 
tune. 

333. De societate Clarencium de Pistorio 2,000 1. Tur. 

1,600 » » 
tune. 

334. De Lappo Piti, de societate Scale, 800 1. Tur. 

640 » » 
ultima die Augusti. 

335. De societate Spine de Florencia, per Renuchium Hugo- 
nem, 2,000 1. Tur. 1,600 » » 
IIIP die Septembris. 

336. De Adam Halot, per Bartholomeura Blanc Baston, 
1,017 1. 8 s. 6 d. Tur. tune et alias 813 18 10 

337. De villis Attrebati et Corbeye, per Galterum Loth et 
Thomam Rustici procuratores Bichii et Mouscheti, 9,547 1. 
10 s. Tur. (partes apud raagistros per cedulam) ; valent 

7,638 » >•» 
XXV'^ die Septembris. 

338. De villa et castellania Pissiaci, per Hugonem de Passu, 
1,0601. prima die Octobris, et XX^ die Octobris 4051., et ultima 
die Novembris 99 1. Summa 1,564 » » 

339. De Roberto et Baldo Crispini fratribus de Atrebato 
7,300 1. VP die Octobris, et XVP die Octobris 863 1. , et 
XXP die Octobris 1,830 1. Summa 9,993 » » 

340. De villa et castellania Pontisare, per Guillelmum de 
Ruella, j ,800 1. XVIIP die Octobris, et XVIP die Novembris 
700 1., et ultima die Novembris 135 1. 2 s. 6 d., et per Johan- 
nemMinerii, XXIIP die Octobris, 2,600 L, etXVIPdie Novem- 
bris 450 1., et ultima die Novembris 39 1. Summa 

5,724 2 6 



261 

341. De Vernone et castellania ibidem, per Guillelraum 
d'Espovilla, 100 1. Tur. 80 » » 

VIP die Novembris. 



Summa totalis, ut prius 41,329 4 4P. 



Decentesima 15,708 2 4P. 

videlicet : 

342. De prepositura Sancti Quintini, per Renaudum du 
Cavech, pro magistro Henrrico de Gauchi, 106 s. XXV^ die 
Junii, et XXP die Octobris 00 1. Summa 65 6 » 

343. De prepositura Montis Desiderii, per Egidium de Lau- 
duno quondam prepositum ibidem, 120 1. 13 s. XP die Julii, et 
X* die Octobris 38 1. 15 s. Summa 159 8 » 

344. De ballivia Rothomagensi, per ballivum, 592 1. 11 s. 
4 d. Tur. 474 » 13 
XVP die Julii. 

345. De ballivia Bituricensi, per Petrum Lombardum rece- 
ptorem ibidem 248 8 10 
IIP die Augusti. 

346. De Balneolis Sancti Eblandi 7 10 » 
XVIP die Septembris. 

347. De vicecomitatu Cadomensi, per Johannem le Hana- 
pier, 200 1. Tur. 160 » » 
XVIIP die Julii. 

348. De ballivia Gisorcii, per Guillelmum d'Espovilla, 740 1. 
Tur. 592 » » 
XXVIP die Septembris. 

349. De ballivia Ambianensi, per Galtherum Loth et l'iio- 
inam Rustici procuratores Bicliii et Mouscheti, 17,315 1. 10 s. 
G d. Tur. (partes apud magistros per cedulam) XXV die Se- 
ptembris; valent 13,8521. 8s. 5 d.; et XXVP die Octobris, per 
magistrum Herricum de Gauchi, 149 1. Summa 

14,000 28 5 



Summa totalis, ut prius 15,708 2 4 



262 

De quinquagesima 116,810 8 4P. 



videlicet : 

350. De parrochia de Meudon, de Sevré et de Villa d'Avray 

42 » » 
XXV* die Junii incrastino Nativitatis beati Johannis. 

351. De Arcolio 12 16 » 
tune. 

352. De Lupicenis 17 » » 
tune. 

353. De Sancto Clodoaldo 18 1. tune, et XIX* die Septem- 
bris 4 1. Summa 22 » » 

354. De Fossis et de Bello Fonte 37 » » 
tune. 

355. De Calvimontello 7 » » 
tune. 

356. De Darenciaeo » 75 » 
XXVI'-^ die Junii. 

357. De Burgello 7 » » 
tune. 

3*58. De Croissiaco » 40 » 

tune. 

359. De S. Marcello, Laorcenis et Murellis 14 » » 
tune. 

360. De Haubervillari et Capella 50 10 » 
tune. 

361. De Crepieordio et Curia Nova 12 » » 
tune. 

362. De villa Saneti Dionisii, per Johannem de Marolio et 
Stephanum de Solario 160 1., et per Egidium Rigot et Nieholaum 
de Medunta 100 1., et per Johannem Patart et Henrrieum de 
Vaudernant 36 1., tune totum. Summa 296 » » 

363. De Espiers 20 » » 
XXVIP die Junii. 

364. De Corbolio 48 » » 
tune. 

365. De Royssiaeo 16 1. tune, et XIX* die Septembris 8 1. 
Summa 24 » » 

366. De Fraxinis juxta Burgum Régine et Villa Millan 

» 60 » 
tune. 



263 

367. DeGonessa, Tilleyoet Vaudernant 23 » » 
tune. 

368. De Cormeliis, Feritate, Montiniaco et Francovilla in 
dominio abbatis Sancti Dionisii 80 » » 
XX VHP die Junii. 

369. De Balneolis Sancti Erblandi 36 1. timc, et XVII'^ die 
Septembris 100 s. Summa 41 » » 

370. De Allodiis Régis versus Pissiacum 17 » » 
tune. 

371. De Orliaco 67 1. 10 s. XXIX^ die Junii, et XXP die 
Septembris 80 1. Summa 147 10 » 

372.DeSorenisetdePuteauscumpertinenciisl6 » » 
ultima die Junii. 

373. De Antoniaco et prepositura ibidem 52 1. 11 s. tune, et 
XVIIP die Septembris 28 1. 10 s. Summa 80 21 » 

374. De Villa Pieta 8 » » 
tune. 

375. De Laiaco et Civilliaco 19 12 » 
tune. 

376. De Puteolis, Castaneto et Jaygniaeo 7 » » 
tune. 

377. De Bouconval 
tune. 

378. De Jassignioc 
tune. 

379. De Maciaco 
prima die Julii. 

380. De Argentolio 
ir^ die Julii. 

381. DeGargiis, Ermonovilla, Bonolio, Setayns et Dugniaco 

6 » » 
tune. 

382. DeMoneiaco Novo 6 » » 
tune. 

383. De Petra Ficta et Sancto Leodegario 24 » » 
tune. 

384. De Longo Piro et Moneiaco Veteri 6 » » 
tune. 

385. De Vemarç 10 » » 
tune. 



» 


45 


8 


8 


32 


» 


110 


» 



264 

386. De Malliacola Vile 16 » » 
tune. 

387. De Parisius in parrochia Sanctorum Lupi et Egidii 

60 » » 
IP die Julii. 

388. DeRungiaco 8 4 » 
IIP die Julii. 

389. De Villa Nova Régis 18 » » 
IIIP die Julii. 

390: De Villaribus super Briacum 11 14 » 

tune. 

391. De VillarileBel 30 » » 
tune. 

392. De Ghavenolio versus Pissiacum 11 5 » 
tune. 

393. De Sancto Leodegario in Laya et de Hanemont 

13 » » 
tune. 

394. De Pentino et parrochia ibidem 19 4 » 
tune. 

395. De Vitriaco, Yvriaeo, Thioys, Grignon et Choysi 

116 » » 
tune. 

396. De Sercellis 60 » » 
VIP die Julii. 

397. DeLusarchiis 40 » » 
tune. 

398. De Sancto Germano in Laya 40 » » 
tune. 

399. De Cauda, Pontaz et Amboysa 20 » » 
tune. 

400. De Jablines 9 12 » 
XIP die Julii. 

401. De Marolio et Stagno subtus Marliacum Castrum et de 
Fourqueus 49 2 » 
tune. 

402. De Monte Martirurn, Cligneneourt et quadam parte Vil- 
lete Sancti Lazari 23 » » 
XVIP die Julii. 



265 

403. De Pissiaco et parrochia ibidem, Mesnilio, Quarreriis et 
quadam parte Archeriarum 50 » » 
XIX^ die Julii. 

404. De Mesnilio Alberici 22 » » 
XX^ die Julii. 

405 . De Mesnilio Domine Rancie 16 » » 
tune. 

406. De Ferreriis juxta Latiniacum super Maternam 

» 100 » 
XXP die Julii. 

407. De Capella versus Sanctum Dionisium 23 1. XX VP 
die Julii, et XXIIIP die Sepiembris 13 1., et ultima die Octo- 
bris 7 1. Summa 43 » » 

408. De villa Sancti Cfermani de Pratis, Vanvis et Yssiaco 

40 » » 
ultima die Julii. 

409. De Yverniaco » 115 2 
prima die Septembris. 

410. De Ruolio juxta FeritatemAncoul 4 IG » 
tune. 

411. De Feritate Ancoul 48 1. tune, et XXV^ die Septem- 
bris 80 1. Summa 128 » » 

412. De Vinantes » 60 >-> 
IP die Septembris . 

413. De Juliaco 8 » » 
tune. 

414. De Sancto Maxirao et Vinolio 40 1. tune, et XIX=' die 
Septembris 141. 8 s. Summa 54 8 » 

415. De Montigyer et parrochia ibidem » 64 1 
tune. 

416. De Nantolheto » 68 » 
tune. 

417. De parrochia Ayssone et villa Gorbolii in eadem parro- 
chia 52 » » 
IIIP die Septembris. 

418. DePalacioloetChamplant 11 2 » 
XIII' die Septembris. 

419. De Charrona » 107 3 
Xllir^ die Septembris. 



266 

420. De Marliaco Castro 40 10 » 
XV" die Septembris. 

42 1 . De Gastaneto et Alneto versus Burgum Régine 

32 » » 
XVIP die Septembris. 

422. De Geaus le Grant et Geaus le Petit et Plesseyo 

» 60 » 
XVIIP die Septembris. 

423. De Fossatis et Varenna 22 » » 
tune. 

424 . De Villa Nova subtus Doranum Martinura 12 » » 
XIX'' die Septembris. 

425. De Gampiniaco versus Fossata 13 » » 
tune. 

426. De Fontaneto versus Vicennas 8 » » 
XX" die Septembris. 

427. De Germiniaco 9 12 » 
XXIP die Septembris. 

428. De Triaco le Port et Danciaco 7 1. 5 s. 4 d., et de quo- 
dam vico de Triaco qui est ad usus Gampanie 104 s. 9 d. tune. 
Summa 

429. De Iciaco et Ghangiaco 
tune. 

430. De Limolio et parrochia ibidem 
tune. 

431. De Gompenso et Gondeto 
XXIII" die Septembris. 

432. De Varetes 
XX VU" die Septembris. 

433. De Thius subtus Domnum Martinum 
ultima die Septembris. 

434. De Ghristolio 
XVIir* die Octobris. 

435. De Kala 
XXIP die Octobris. 

436. De Armenteriis prope Meldis 
XXVI" die Octobris. 

437. De Malo Regardo 
tune. 



12 


10 


1 


28 


16 


» 


» 


50 


» 


6 


» 


» 


20 


16 


>> 


14 


10 


» 


30 


» 


» 


23 


» 


» 


15 


4 


» 


14 


» 


» 



267 

438. De Domunculis 44 8 » 
XXVIII' die Octobris. 

439. De Mitriaco, Moyriaco et ViUa ad Asinos 40 » » 
tune. 

440. De Joyaco super Morayn 16 » » 
tune. 

441. De Phauresmouster in Bria eum pertinenciis 

34 » » 
tune. 

442. De Cella in Bria, Villari Templi et Ramato Villari 

19 4 » 
tune. 

443. De Villari super Morayn 10 » » 
III" die Novembris. 

444. De Villa Nova Saneti Georgii 6 10 » 
tune. 

445. De ballivia Silvanectensi, per Guillelmum de Sancto Vin- 
ceneio, 2,357 1. Vr* die Julii, et XXVI" die Augusti 152 1. 
7 s. 1 d., et XXVIIP die Oetobris in duabus partibus 1,573 1. 
4 s. 11 d. Summa 4,080 52 » 

446. De ballivia Viromandensi, per Renaudum du Cavech, 
2,158 1. XXV" die Junii, et XXX" die Julii, per eundem 
Renaudum, 1,900 1. 78 s., et IX' die Augusti, per eundem 
Renaudum, 3001., et XXP die Oetobris, per eundem Renaudum, 
1,144 1. 12 d. — In prepositura Montis Desiderii, per Gilibertum 
Boyvin, 102 1. XXIX" die Julii, et X" die Octobris, per eundem 
Gilibertum, 78 1. 5 s. — In prepositura Lauduni, per Herricum 
Liziardi, 480 1. XXVI" die Julii, pro Goberto Sarraceni,^ et 
VI" die Augusti 798 1., per Odardum Sarraceni, et XVII" die 
Augusti, per eundem Odardum, 4201., et IIP die Novembris, 
per eundem Odardum, 942 1. — Summa 8,326 4 » 

447. De ballivia Ambianensi, per Arnulphumde Gambio, pro 
Symone de Groyaco, 635 1. XXIX" die Julii, et II" die Septem- 
bris 1,1081. Summa 1,743 » » 

448. De senescallia Pontivi, per Jacobum Mayngot 

140 » » 
II" die Augusti. 

449. De ballivia Senonensi, per Theobaldum Armigeri, 
2,2601. X" die Julii, et XIX" die Septembris 1,742 1. 2 s., et 
XXII" die Novembris 1,620 1. 10 s. 10 d., XXIII" die Novem- 
bris 4,440 1. 4 s. 9 d. Summa 10,068 17 7 



268 

450. De ballivia Aurelianensi, per Egidium Cassine, 15,758 1, 
15 s. 5 d. XXV-^ die Septerabris, et XVIP die Octobris 845 1. 
4 d. Summa 16,600 75 9 

451. De ballivia Bituricensi, per Petrum Lombardum rece- 
ptorem ibidem, 5,068 1. XV^ die Julii, et XX VHP die Julii 
825 1. 15 s., et IIP die Augusti 9,348 1. 16 s. 2 d. Summa 

15,242 11 2 

452. De ballivia Rothomagensi , per ballivum Renaudum 
Barbou juniorem, 21,677 1. 13 s. 9 d. Tur. XVP die Julii. 
Valent 17,342 3 » 

453. De ballivia Cadomensi, per Johannem le Hanapier, 
5,000 1. Tur. XP die Julii, et XVIir^ die Julii 10,406 1. 8 s. 
1 d. Tur., et prima die Septembris 140 1. Tur., et VU' die 
Novembris 180 1. 29 s. 2 d. Tur. Summa 15,727 I. 17 s. 3 d. 
Tur. Valent 12,580 45 10 

454. De ballivia Gisorcii, per Guillelmum d'Espovilla rece- 
ptorem, 2,020 1. XVIIP die Julii, et IP die Augusti 2,000 1., et 
X^ die Septembris 62 1., et VP die Octobris 3,200 1. Summa 

7,280 40 » 

455. De ballivia Arvernie, per Girardum Chauchat recepto- 
rem ibidem, 20,512 1. 17 s. 2 d. Tur. XIIP' die Novembris. 
Valent 16,410 5 9 

456. De senescallia Pictavensi, per Petrum de Melet rece- 
ptorem ibidem, 5,3071. 15 s. 10 d. Tur. XXVP die Novembris. 
Valent 4,246 4 8 

Summa quinquagesime, ut prius 116,810 8 4P. 



457. Heredes Rooniaci, pro feodo Locliarum, pro toto, 606 1. , 
et pro feodo Alenconis, pro toto, 100 1. Summa 700 » » P. 

videlicet : 

458. Cambellanus de Tanquarvilla , dominus Robertus, 
ratione uxoris sue 540 » » 

459. Guillelmus d'Erneval, similiter ratione uxoris sue Ydo- 
nie 80 » » 

460. Dominus Ghambleii Petrus miles, similiter ratione 
uxoris sue domine Ysabelle 80 » » 

Summa ut prius. 



INDEX 



Abréviations : B., Beatus, Beata. — Cf., confer. — Gomm., com- 
mune. — S., Saint, Sanctus, Sancta, etc. — S.-et-M., Seine-et-Marne. 
— S.-et-O., Seine-et-Oise. — V., voyez. 

Chaque localité fait en général l'objet de deux articles, l'un au nom 
employé dans le texte, l'autre (ordinairement plus détaillé) au nom 
usité aujourd'hui ; quand ces deux articles devraient se suivre immé- 
diatement, le premier est omis. Les noms de lieux qui sont précédés en 
français de l'article le, la, les, sont classés alphabétiquement au mot 
suivant. 

Pour le groupement géographique des noms de lieux qui figurent à 
cet index, v. les mots Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, 
Italie, Pays-Bas. 

Les noms d'hommes et de choses n'ont été portés dans l'index, en 
général, que sous la forme latine employée dans le texte du compte. 

Pour le groupement chronologique des dates exprimées dans le compte, 
V. les mots Februarius, Martius, Maius, Junius, Julius, Augustus, 
September, October, November, December. 



Aasiez (Stephanus li), 161. 

Abbas S. Grispini Majoris Sues- 
sionensis, .53 ; S. Dionisii, 368 ; 
de Ferreriis, 77 ; S. Fusciani in 
Bosco , 30 ; S. Genovefe Pari- 
?iensis, 76, 77 ; S. Germani de 
Pratis, Ifi; Joyaci, Henrricus , 
thesaurarius, 232, 260. — Ab- 
bas et conventus de Britholio, 
29; S. Johannis in Vineis 
Suessionensis, 26; S. Medardi 
Suessionensis, 25; S. YUidii 
Glaromontensis, 32. 



Abbatia Clare Vallis, 19 ; S. Eli- 
gii Noviomensis, 206. 

Abbatissa B. Marie Suessionen- 
sis, 54 ; Gerciaci, 136. 

Accurrii (.Tohannes) et pater, 48. 

Achères (S.-ct-O.), Archerie, 403. 

Acquisita, 20, 26, 28, 29. 

Ada Wagnon de Lauduno, 23. 

Adam Bouchart, 169; de Cardi- 
neto, 36 ; Halot, 90, 129, 336. 

Adamville ou la Varenne (Seine, 
comm. de S.-Maur-les-Fossés), 
Varenna, 423. 

IN 



270 



[Ademarus de Gros] episcopus 

Glaromontensis, 32. 
-^gidius, V. Egidius, Giletus. 
Aelis de Baayllon, 316 ; dicta Fa- 

ceta de Lauduno, 40. 
Agde (Hérault) : Agatensis epi- 
scopus [Raimundus], 15. 
Ai.sne, v. Ambleny, Chauny, 

Laon, Laversine, Marie, Ribe- 

mont, S. -Quentin, Soissons, 

Suzy. 
Alani (Baldoinus), 200. 
Alberici (Mesnilium), le Mesnil- 

Aubry, 404. 
Albericus filius Aelidis dicte Fa- 

cete de Lauduno, 40. 
Albi (Gerdi) de Florencia, 324. 
Albinus (S.) [^^ mars], 203. 
Alençon (Orne) : feodum Alenco- 

nis'i 137, 457-460. 
Alesie (Feritas), la Ferté-Alais, 

143. 
AUuets-le-Roi [les] (S.-et-O.), Al- 

lodia Régis versus Pissiacum, 

370. 
Alnetum versus Burgum Régine, 

Aulnay, 421. 
Alpicius Dyan, 328. 
Alta justicia de Salis, 113. 
Altare S. Michaelis in ecclesia de 

Ghambleio, 152. 
Ambianensis, d'Amiens, 4, 30,98, 

349, 447. 
Ambiani, Amiens, 283. — De 

Ambianis (Leonardus le Sec), 

30, 33. 
Ambleny' (Aisne), Ambliniacum, 

114. 
Amboysa, Ormesson, 399. 
Amelius de Villari, dominus de 

Salis, 113. 



Ami Diu (Juliana), 105. 

Amiens (Somme), Ambiani, 283. 
— Ambianensis ballivia, 4, 98, 
349, 447, cf. 283-286 ; capellani 
B. Marie, 30. — De Ambianis 
(Leonardus le Sec), 30, 33. 

Amortisationes, 19, 25, 30. 

Ancinade, S.-Amans-de-Lursi- 
nade (?), 108. 

Ancoul (Feritas), la Ferté-sous- 
Jouarre, 410, 411. 

Andelot (Haute-Marne), 110. 

Anglais (les), Anglici, 33. — Gf. 
Winchester, 35. 

Angoyssole (Lancelotus d'), 330. 

Ansellus de Gastaneto, 123. 

Antelinus de Varignies, 225. 

Antony (Seine), Antoniacum, 373. 

Apelot (Egidius, Stephanus) de 
Giemo, 209. 

Aquila, 187. 

Aquis (Johannes de), 22, 70. 

Aragon (1'), Aragonia, 76-78. 

Archerie, Acbères, 403. 

Archidiaconus Aurelianensis, Jo- 
hannes, 240 ; Brugensis, Ste- 
phanus de Susi, 236. 

Arcolium, Arcueil, 351. 

Arcuarius (Symon), 120. 

Arcueil (Seine), Arcolium, 351. 

Argenteuil (S.-et-O.) , Argento- 
lium, 380. — De Argentolio 
(Johannes Majoris), 230, 231. 

Argentum, 15, 17, 88, 191. 

Argi (Mons), Montargis, 184, 313. 

Armariolorum opéra, 258. 

Armentières (S.-et-M.), Armente- 
rie prope Meldis, 436. 

Armigeri : Guiardus de Herbovil- 
la, 31; Johannes de Mornayo, 



1. Ea juillet 1296, le roi vendit au chapitre de Soissons ses domaines d'Am- 
bleny et de Chelles, pour 4,250 livres de petits tournois. (Cartulaire du cha- 
pitre, aux archives de l'Aisne, fol. 7. — Communication de M. Matton, archi- 
viste de l'Aisne.) 



27^ 



22. — Armigeri (Theobaldus), 
20, 101, 238-240, 243, 449. 

Arnaldi (Campus), Gamparnaud, 
108. 

Arnouville-lez-Gonesse (S.-et-O.), 
Ermonovilla, 381. 

Arnulphus de Gambio, 447 ; Mer- 
lini, 234. 

Arras (Pas-de-Calais), villa Attre- 
bati, 337. — De Atrebato, At- 
trebato (Jacobus Louchart), 65, 
249, 253, 256; (Johannes), 213, 
214; (Robertus et Baldus Gri- 
spini), 339. 

Arrode (Johannes), 252. 

Artois : Attrebatensis cornes [Ro- 
bertus], 120. 

Arvernia, Auvergne, 81-83, 118, 
126, 455. 

Ascensio [MGGIXGV" [12 mai], 
119; [MCqXGVI» [3 mai], 119, 
123, 125-127, 191. 

Asinos (Villa ad), la Villette-aux- 
Aulnes, 439. 

Asnières-sur-Oise (S.-et-O.), As- 
nerie, 270. — V. Royaumont. 

Assisia terre Ludovici fratris re- 
gis, 225. 

Assumptio B. Marie [15 août], 190. 

Atrebato (de), v. Arras. 

Attiliator : Guillelmus, 184. 

Attrebatensis, d'Artois : cornes, 
120. 

Attrebatum, de Attrebato, v, Ar- 
ras. 

Aube, V. Glairvaux, Troyes. 

Aubervilliers ou les Vertus (Sei- 
ne), Haubervillare, 360. 

Aude, V. Garcassonne. 

Augustus, 203, 318, 320-334, 345, 
445, 446, 451 ; v. Assumptio. 

Aula (Renaudus de), 167. 

Auluay (Seine, comm. de Ghâte- 
nay), Alnetum versus Burgum 
Régine, 421. 

Auppegard (Seine-Inférieure). — 



D'Aupegart (Vietus), Judeus, 
97, 105. 

Aurelianensis, d'Orléans : archi- 
diaconus, Johannes, 240 ; balli- 
via, 6, 103, 123, 450, cf. 304- 
315; partes Aurelianenses, 226. 

Aurelianum, Orléans, 56, 304. — 
De Aureliano (Egidius), 217. 

Aurifaber : Guillelmus, 17, 191. 

Aurum, 72, 73, 191. 

Austur, 15. 

Auvergne : Arvernie ballivia, 81, 
126, 455; ballivus, Johannes 
de Tria, 126 ; receptor, Girar- 
dus Ghauchat, 81-83, 118, 455. 

Avena, 55-59. 

Avray (Villa d'). Ville- d'Avray, 
350. 

Ayssona, Essonnes, 417. 

Baayllon (Aelis de), 316. 

Bagneux ( Seine ) , Balneoli S. 
Eblandi, S. Erblandi, 346, 369. 

Bailleul-sur-Thérain (Oise), v. 
Froidmont, 

Baillolio (Symon de), 177. 

Bailly-Romainvilliers (S.-et-M.), 
V. Romainvilliers. 

Baldoinus Alani, 200; Poutrel, 
84, 93. 

Baldus Grispini de Atrebato, 339. 

Ballistarii equi, 46. 

Ballivie, 1-8 : Ambianensis,4, 98, 
349, 447, cf. 283-286; Arvernie, 
81, 126, 455 ; Aurelianensis, 6, 
103, 123, 450, cf. .304-315; Bi- 
turicensis, 7, 24, 96, 213, 214, 
244-246, 345, 451; Gadumensis, 
95, 453 ; Galeti, 99 ; Galvi Mon- 
tis, 121 ; Gampanie, 102 ; Gon- 
stanciencis, 95; Gisorcii, 348, 
454; Parisiensis, 1, cf. 261-266; 
Rothomagensis, 93, 344, 452 ; 
Senonensis, 5, 20, 101, 238- 
243, 449, cf. 287-303 ; Silvane- 
ctensis, 2,228-231, 327, 445, cf. 



272 



267-275; Trecensis, 121, 122; 
Turonensis, 8, 104, 200, 201 ; 
Viromandensis, 3, 28, 42, 43, 
97, 198, 446, cf. 234, 276-282; 
Vitriaci, 121, 122. 

Ballivus Arvernie, Johannes de 
Tria, 126; Cadomensis, Guillel- 
mus de Hangesto junior, 130, 
220; Caleti, Adam Halot, 90, 
129, 336 ; Constanciensis, 131 ; 
Masticonensis , Johannes de 
Chintrellis, 216; Rothomagen- 
sis, Renaudus Barbou junior, 
85-92, 107, 128, 319, 344, 452; 
Vernolii, 132. 

Balneoli S. Eblandi, S. Erblandi, 
Bagneux, 346, 369. 

Barbou (Renaudus) junior, balli- 
vus Rothomagensis, 107, 452, 
cf. 85-92, 128, 319, 344 ; vêtus, 
senior, 107, 165. 

Bardi de Florencia, 323. 

Barillarius : Girardus, 235. 

Bartholomeus Blanc Baston, 99, 
336. 

Bassa justicia, 108. 

Bassigny (le). — Nogentum in 
Bassigneyo , Nogent - Haute - 
Marne, 193, 194. 

Baston (Barth. Blanc), 99, 336. 

Beatrix soror tbesaurarii Huberti, 
163. 

Beatus Johannes, B. Maria, v. Jo- 
hannes, Maria. 

Beaucaire (Gard) , Bellicadrum , 
219 : Bellicadri senescalcia, 
78-80, 199. 

Beaumont- sur -Oise (S. -et-0.), 
Bellus Mons, 270. — Cf. 243. 

Beauquesne (Somme), Bella Quer- 
cus, 284. 

Beauvoisis (le). — Villa Nova Ré- 
gis inBelvacinio, laVilIeneuve- 
le-Roi, 277. 

Becucii (Guillelmus Pétri), 112. 

Béguine, 204. 



Bel (Villare le), Villiers-le-Bel, 

391. 
Bêle (Renerus de la), 39. 
Belgique, v. Bruges, Flandre, 

Tournai. 
Bella Quercus, Beauquesne, 284. 
Bellefontaine (S.-et-O.), Bellus 

Fons, 354. 
Bellicadrum, Beaucaire, 78-80, 

199, 219. 
Bellus Fons, Bellefontaine, 354 ; 

Mons, Beaumont-sur-Oise, 270. 

— De Bello Monte (Petrus),243, 
Belvacinium, le Beauvoisis, 277. 
Bernardus Carbonel, 75 ; Rascas- 

sol, 75 ; Remundi, 75. 
Béthisy-S. -Pierre (Oise), Bestisia- 

cum, 273. 
Bethléem (Nièvre, comm. de Cla- 

mecy) : episcopus de Bethléem, 

dominus Hugo, 159. 
Betinus Caucinel, Caucinelli, 72, 

166. 
Bichius, 89, 216, 337, 349. 
Bien Fayte (Stephanus de), 145, 

168. 
Bindus Escarche, 324. 
Bituricensis, de Bourges, 7, 24, 

96, 118, 197, 213, 214,244-246, 

345, 451. 
Blanc Baston (Barth.), 99, 336. 
Blangi (Salomo de), 99. 
Blasius (S.) in capella régis Pari- 

sius, 140. 
Boel (Symon), 229, 231. 
Boiscommun (Loiret), Boscus 

Gommunis, 310. 
Bona capta in navibus Anglico- 

runi, 33 ; episcopi Vincestrie, 

35. 
Bona Villa, Bonneville-sur-Tou- 

ques, 86. 
Bone Gayne, Lombardus, 331. 
Bonin (Monsterolium), Montreuil- 

Bonnin, 75. 



273 



Bonneuil (S.-et-O.), Bonolium, 
381. 

Bonneville- sur-Touques (Calva- 
dos), Bona Villa, 86. 

Bonolium, Bonneuil, 381. 

Boscagio (Loretum in), Lorrez-lc- 
Bocage, 295. 

Bosci, 168, 169, 192, 208. 

Bosco (S. Fuscianus in), S.-Fus- 
cien, 30. 

Boscus Gommunis, Boiscommun, 
310. 

Bouchart (Adam), 169. 

Bouqueval (S.-et-O.), Bouconval, 
377. 

Bourges (Cher) : Bituricensis bal- 
livia, 7, 24, 96, 213, 214, 244- 
246, 345, 451 ; receptor, Petrus 
Lombardus, 24, 96, 118, 197, 
213, 214, 244-246, 345, 451. 

Bourget [le] (Seine), Burgellum, 
357. 

Bourg-la-Reine (Seine), Burgus 
Régine, 366, 421. 

Bourgneuf (Loiret, comm. de 
Loury ? cf. Rec. des hist. de Fr., 
XXII, 572, n. 1), Burgus No- 
vus, 309. 

Bourgogne (la), Burgundia, 218. 

Bouroudi (Richardus), 116. 

Bovilla (Johannes de), 168. 

Boyvin (Gilibertus), 446. 

Bretagne : via Britannie, 193-196. 

Breteuil-sur-Noye (Oise) : abbas 
et conventus de Britholio, 29. 

Breviarium, 203. 

Bria, la Brie, 441, 442. 

Briacum, Bry-sur-Marne, 390. 

Brie (la), Bria, 441, 442. 

Britannia, la Bretagne, 193-196. 

Britholium , Breteuil - sur - Noyé , 
29. 

Britonis (Johannes), 169. 
Bruges (Belgique) : Brugensis ar- 
chidiaconus, Stephanus de Susi, 
236. 



Brulhi, Brulheyo (Radulphus de), 

11, 190. 
Bry-sur-Marne (Seine). — Villaria 

super Briacum , Villicrs-sur- 

Marne, 390. 
Barellum, 233. 
Burgellum, le Bourget, 357. 
Burgenses Rothomagi, 319. 
Burgundia, la Bourgogne, 218. 
Burgus Novus, Bourgneuf, 309 ; 

Régine, Bourg-la-Reine, 366, 

421. 
Busta monete, 73. 
Buticularius : Guido, cornes S. 

Pauli, 247. 
Butin (Johannes), 172. 
Gaen ( Calvados ) : Cadomensis 

ballivia, 95, 453; ballivus, Guil- 

lelmus de Hangesto junior, 130, 

220; vicecomitatus, 347. 
Gaillet (Nicholaus), 198. 
Galceya (Johannes de), 170. 
Galetum, v. Caux. 
Galniacum, Chauny, 281. 
Calvados, v. Bonneville-sur-Tou- 

ques, Gaen, Ronfleur, Lisieux, 

Touques. 
Calvimontellum , Chaumontel, 355. 
Galvus Mons, Ghaumout-cn-Bas- 

signy, 121; Ghaumont-en-Ve- 

xin, 268. 
Gambellanus de Tanquarvilla, Ro- 

bertus, 458. 
Gambio (Arnulphus de), 447. 
Cambium monete, 88. 
Cambrai (Nord) : Cameracensis 

clectio, 236. 
Caméra denariorum, 37, 233. 
Caméra (Stephanus de), 183. 
Cameracensis, de Cambrai, 236. 
Gampania, la Champagne, 102, 

109, 121, 122, 428. 
Gamparnaud (Tarn -et -Garonne, 

comm. de la Française), Cam- 
pus Arnaldi, 108. 



274 



Campiniacum versus Fossata, 
Ghampigny-sur-Marne, 425. 

Campsores de Placencia, 330. 

Campus Arnaldi , Gamparnaud, 
108. 

Gandelosa [MCC]XGV» [2 févr.], 
119. 

Ganes, 171. 

Canonici, 138: Galterus, 202-205; 
Robertus Régis, 241, 242. 

Gautor Milliaci : Guillelmus, 197, 
244, 246. 

Gantus Lupi, Ghanteloup, 21. 

Capella régis Parisius, la Sainte- 
Ghapelle, 138-140, 202-205, 207, 
223; Vicennarum, 202. — Ga- 
pella : la Ghapelle-la-Reine , 
300; la Ctiapelle-Saint-Denis, 
360, 407. — De Gapella (Galte- 
rus), 38, 251. 

Gapellania Odonis capellani Vi- 
cennarum, 139; capellanie in 
ecclesia S. Dionisii, 147. 

Gapellanus altaris S. Michaelis in 
ecclesia de Ghambleio, 152; S. 
Blasii, 140 ; S. démentis in ca- 
pella régis inferiori, 139; epi- 
scopi Dolensis, Philippus, 208; 
S. Germani in Laya, 149; Ru- 
phi do Sulhi, Egidius, 120; 
Vicennarum, Odo, 139. — Ga- 
pellani B. Marie Ambianensis, 
30. 

Gapitulum V[er]nonense, 151 ; et 
decanus Suessionenses, 114. 

Gapon. (Girardus), 330. 

Gaprosia, Chevreuse. — De Gapro- 
sia (Johannes), 164. 

Carbonel (Bernardus), 75. 

Garcassonne (Aude) : senescalcia 
Garcassonensis, 127. 

Gardonnois [le] (Somme). — De 
Gardineto (Adam), 36. 

Garnoto,Ghartres (Gabriel de), 107. 

Garreriis (Guarinus de), 52. 

Carrières -sous -Bois (S. -et-0., 



comm. du Mesnil-le-Roi), Quar- 

rerie, 403. 
Cassine (Egidius), 103, 450. 
Gastanetum : Ghàtenay (Seine), 

421; (S.-et-O.), 376. — De Ga- 

staneto (Ansellus), 123. 
Castellania Gorbolii, 318; Pissia- 

ci, 338 ; Pontisare, 340 ; Ver- 

nonis, 341. 
Castellanus Nigelle : Johannes, 

225. 
Gastellatum, le Ghâtelet-en-Brie, 

302. 
Gastellum Bone Ville, 86. 
Gastrum Forte, Ghâteaufort, 264 ; 

(Marliacum), Marly-le-Roi, 401, 

420; Nantonis, Ghâteau-Landon, 

303 ; Novum, Ghâteauneuf-sur- 

Loire, 305. 
Gathalanum, Ghâlons-sur-Marne, 

115. — De Gathalano (Johannes 

Richomme), 322. 
Gaturcinum, le Quercy, 108. 
Gaucinel, Gaucinelli (Betinus), 72, 

166; (Sornatus), 75. 
Cauda, la Queue-en-Brie, 399. 
Caux [le pays de] (Seine-Inférieu- 
re) : Galeti ballivia, 99; ballivus, 

Adam Halot, 90, 129, 336. 
Gavassole (Guido), 330. 
Gavech (Renaudus du), 21, 42, 97, 

316, 342, 446. 
Gaverne versus Latiniacum, Gou- 
vernes, 21. 
Geaus le Grant et Ceaus le Petit, 

Sceaux, 422. 
Geci Parisienses, 150. 
Gedula, 337, 349. 
Gelle-sur-Morin [la] (S. -et- M.), 

Gella in Bria, 442. 
Genomania, le Maine, 116. 
Gentesima, 68, 201, 213, 226, 342- 

349. 
Gepoy (Loiret), Cepeyum, 314. 
Gerdi Albi de Florencia, 324 ; Ni- 

gri, 325. 



275 



Ghaintreaux (S. -et -M.). — De 
Chintrellis (Johannes), ballivus 
Masticonensis, 216. 

Ghâlons-sur-Marne (Marne), Ga- 
thalanum, 115. — De Cathala- 
no (Johannes Richomme), 322. 

Ghambly (Oise) : dominas Gliam- 
bleii, Petrus, miles, 71, 460 ; ec- 
clesia B. Marie de Ghambleio, 
152. _ De Ghambli, de Gham- 
bleio (Johannes), 144; (Petrus), 
pater, 45 ; (Petrus), miles, do- 
minus de Viermes, 148. 

Ghampagne (la), Gampania, 102, 
109, 121, 122,428. 

Ghampigny- sur -Marne (Seine), 
Gampiniacum versus Fossata, 
425. 

Ghamplan (S.-et-O.), Ghamplant, 
418. 

Ghangis (S.-et-M.), Ghangiacum, 
429. 

Ghanteloup (S.-et-M.), Gantus Lu- 
pi, 21. 

Ghapelle-la-Reine [la] (S.-et-M.), 
Capella, 300. 

Ghapelle-S. -Denis [la] (Paris), Ga- 
pella, 360, 407. 

Gharonne (Paris), Gharrona, 419. 

Ghartres (Eure-et-Loir). — De 
Garnoto (Gabriel Judeus), 107. 

Ghâteaufort (S.-et-O.), Gastrum 
Forte, 264. 

Ghâteau-Landon (S.-et-M.), Ga- 
strum Nantonis, 303. 

Ghâteauneuf-sur-Loire (ijoiret), 
Gastrum Novum, 305. 

Ghâtelet-en-Brie [le] (S.-et-M.), 
Gastellatum, 302. 

Ghàtenay (Seine), Gastanetum, 
421 ; (S.-et-O.), 376. — De Ga- 
staneto (Ansellus), 123. 

Ghauchat (Girardus), 81-83, 118, 
455. 



Ghaumont - en - Bassigny (Haute- 
Marne) : ballivia Galvi Montis, 
121. 

Ghaumont-en-Vexin (Oise), Gai- 
vus Mons, 268. 

Ghaumontel (S.-et-O.), Galvimon- 
tellum, 355. 

Ghauny (Aisne), Galniacum, 281. 

Ghavenay (S.-et-O.), Ghavenolium 
versus Pissiacum, 392. 

Gheciacum, Ghessy, 21. 

Ghelles (Oise <), Kala, 114; (S.-et- 
M.), 435. 

Ghenoise (S.-et-M.), v. Jouy-l' Ab- 
baye. 

Gher, v. Bourges, Massay, Vierzon. 

Ghéroy (Yonne), Ghesayum, 292. 

Ghesa (prior de) : Petrus de Pare- 
do, 227. 

Ghesayum, Ghéroy, 292. 

Ghessy (S.-et-M.), Gheciacum, 21. 

Ghevalier (Petrus), 196. 

Ghevilly (Seine), GiviUiacum, 375. 

Ghevreuse (S.-et-O.). — De Ca- 
prosia (Johannes), 164. 

Ghevri (Johannes de), 18. 

Ghintrelli, Ghaintreaux. — De 
Ghintrellis (Johannes), 216. 

Ghoisy-au-Bac (Oise), Chosiacum, 
275, 

Ghoisy-le-Roi (Seine), Ghoysi, 395. 

Ghristolium, Gréteil, 434. 

Giphi, 191. 

Girilli (Petrus de), 12-14. 

GiviUiacum, Ghevilly, 375. 

Glairvaux-sur-Aube (Aube), Glara 
Vallis, 19. 

Glamecy (Nièvre), v. Bethléem. 

Glara Vallis, Glairvaux-sur-Aube, 
19. 

Glarencium (societas) de Pistorio, 
333. 

Glaromontensis, de Glermont-Fer- 
rand, 32, 82. 



1. V. ci-dessus, Ambleny. 



276 



Glaves, 258. 

Clemens (S.) in capella régis infe- 

riori, 139. 
Clericus (Daniel), 100, 106. 
Glericus, 256; monetarum, Renau- 
dus de Aula, 167. — Clerici 
compotorum, 185. — Jacobus 
de Luceto, 178; Johannes de 
Hospitali, 91, 120; Johannes 
de Lillariis, 179, 189 ; Radul- 
phus de Medonta, 44. 
Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme): 
Glaromontensis diocesis , 82 ; 
episcopus, 32 ; S. YUidius, 32. 
— Cf. Montferrand, 75. 
Clersens (Johannes), 65, 176, 188, 

249-256. 
Glignancourt (Paris), Glignen- 

court, 402. 
Glodoaldus (S.), S.-Gloud, 353. 
Gluny (Saône-et-Loire) : Glunia- 

censis ordo, 81. 
Gocatriz (Gauffridus, Gaufridus), 

61-64, 250. 
Godreyo (Michael de), 198. 
Golinus lotrarius, 173. 
Gollector subventionis personarum 
ecclesie : Guillelmus Vassal, 84. 
Gomes Attrebatensis [Robertus], 
120; Drocensis [Johannes], 71; 
Guellensis [Renaudus], 119; 
S. Pauli, dominus Guido, 247. 
Gommunia Pictavensis, 120. 
Gommunis (Boscus), Boiscom- 

mun, 310. 
Gompans (S.-et-M.), Gompensum, 

431. 
Gompiègne (Oise), Gompendium, 
272. — De Gompendio (Johan- 
nes Wuyde Rue), 259. 
Gompositio, 32, 108. 
Gompotus ballivi Rothomagensis, 
128, 319; Bichii, 216; Johannis 
de Lillariis, 189; Michaelis de 
Godreyo et Nicholai Gaillet, 
198; Pétri Genciani, 55; Ra- 



dulphi de Brulhi, 11; recepto- 
runi Gampanie, 121 ; Roberti 
de Freauvilla et Philippi le Mas- 
tin, 199. — Gompotorum clerici, 
185. — Gompoti Omnium San- 
ctorum, 206, 258, p. 257. 
Gomputandum (burellum ad), 233; 
(via ad) de décima, 210 ; de gar- 
nisionibus, 91. 
Gonches (S.-et-M.), Gonche, 21. 
Gondeto (Petrus de), 174. 
Condetum, près Gompans (S.-et- 

M.)? 431. 
Gonfirmatio, 32, 113. 
Gongregatio cecorum Parisiensis, 

1.50. 
Gonstanciensis , de Goutances : 

ballivia, 95; ballivus, 131. 
Gonventiones, 117. 
Gonventus, v. Abbas. 
Gonversi, 204, 205. 
Gonversus (Philippus), 115. 
Goquerel (Petrus de), 33. 
Goquina régis, 217. 
Gorboil (S.-et-O.), Gorbolium, 265, 
318, 364, 417. — De Gorbolio 
(Johannes le Paylle), 106; 
(Theobaldus), 162. 
Gorbie(Somme),villaGorbeye,337. 
Gorbolium, de Gorbolio, v. Corbeil. 
Goria capta, 41. 
Cormeilles-en-Parisis (S.-et-O.), 

Gormelie, 368. 
Gourcy-aux-Loges (Loiret), Gur- 

ciacum, 307. 
Gourneuve [la] (Seine), Guria No- 
va, 361. 
Gousturier (Guillelmus, Johannes 

le), 214. 
Goutances (Manche) : Gonstan- 
ciensis ballivia, 95 ; ballivus, 
131. 
Creatio episcopi Agatensis, 15. 
Greditores marinariorum, 87. 
Crementum vadiorum, 170. 
Grepicordium, Grèvecœur, 361. 



277 



Créteil (Seine), Christolium, 434. 
Crèvecœur (Seine, comm. de la 

Courneuve), Grepicordium, 361. 
Grispini (Baldus, Robertus) de 

Atrebato, 339. 
Grispinus (S.) Major Suessionen- 

sis, S.-Crépin-le-Grand, à Sois- 
sons, 53. 
Groissy (S.-et-O.), Groissiacura, 

358. 
[Gros (Ademarus de)] episcopus 

Glaromontensis, 32. 
Groyaco (Symon de), 447. 
Gurciacum, Gourcy- aux -Loges, 

307. 
Guria Nova, la Gourneuve, 361. — 

Gurie magistri, 92; curie reddi- 

tus equus, 210. 
Gustos Lauduni : Renerus de la 

Bêle, 39. 
Dammartin-en-Goële (S.-et-M.), 

Domnus Martinus, 424, 433. — 

De Domno Martino (Johannes), 

120. 
Dancy (S.-et-M., comm. de Tril- 

port), Danciacum, 428. 
Daniel Glericus, 100, 106. 
Darenciacum, Drancy, 356. 
Débita, 10, 12, 17, 31, 44, 45, 48, 

70. 
Decanus et capitulum Suessionen- 

ses, 114. 
December, voy. Nativitas. 
Décima, 16, 24, 43, 76-78, 80- 

82, 210. 
Decimarii | Johannes), 166. 
Deffectus, 46, 86. 
Defuncti : Johannes de Aquis, 22, 

70 ; Johannes de Gaprosia, 164; 

Margarita regina, 106; Rogerus 

de Medunta, 10. — Missa de 

defunctis, 138. — Cf. Mortui. 
Dei domus 141 ; filie, 222. — Ami 

Diu (Juliana), 105. 
Denarii capti, 89, 90, 206; levati, 



65; recepti, 118; recuperati, 87; 
redditi, 206, 216; soluti, 209; 
traditi, 36-38, 120, 188, 197, 
228, 238-240, 252, 254, 259. — 
Denariorum caméra, 37, 233; 
vectura, 256. — Denarius libre, 
de iibra, 21, 115. 

Deposito (denarii in), 206. 

Desiderii ( Mons ) , Montdidier , 
206, 278, 343, 446. 

Dicta Ami Diu (Juliana), 105; 
Faceta (Aehs), de Lauduno, 40. 

Dictus Bone Gayne, Lombardus, 
331 ; Vidaume, 328, 329. 

Diem (per) : 6 d., 170; 1 s., 170; 
1 s. 6 d., 170, 173; 2 s., 170, 
172; 3 s., 167, 170; 4 s., 247, 
248; 4 s. 6 d., 169; 5 s., 164; 
6 s., 168, 177-179; 8 s. 10 d., 
171; 10 s., 168; 16 s., 174,175; 
1 1. 5 s., 247; 3 l.,247. 

Diocesis Glaromontensis, 82; Le- 
xoviensis, 85 ; Noviomensis, 43 ; 
Rothomagensis, 84. 

Dionisius (S.), S. -Denis-sur-Seine, 
362 : dominium abhatis S. Dio- 
nisii, 368; ecclesia S. Dionisii, 
147. — Gapella versus S. Dioni- 
sium, la Ghapelle-Saint-Dcnis, 
407, cf. 360. — De S. Dionisio 
(Johannes), senescallus Picla- 
vensis, 118, 120. 

Dionisius de Valenc, 155. 

Diu (Juliana Ami), 105. 

Dixmont (Yonne), Dymons, 296. 

Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) : 
Dolensis episcopus [Thcobaldus 
de Pouancé], 34, 208, 221. 

Dolia vini, 64. 

DoUot (Yonne), Dooletum, 293. 

Domina Lucia do Gibelet, 186; 
Ysabella uxor Pétri domini 
Ghambleii, 460. 

Domine Rancie (Mesnilium), le 
Ménil-Amelot, 405. 

Dominica post S. Albinum [4 mars 



278 



1296], 203; ante Magdalenam 
[15 juillet 1296], 204. 

Dominium abbatis S. Dionisii, 
368. 

Dominug Adam de Gardineto, 36; 
Chambleii, Petrus , 71, 460; 
Evrardus Porion , 28 ; Galterus 
canonicus capelle régis, 202-205; 
Galterus de Capella, 38, 251 ; 
Guido, cornes S. Pauli, buticu- 
larius Francie, 247; Hugo epi- 
scopus de Bethléem, 159; Johan- 
nes de Atrebato, 213, 214 ; 
Johannes de Chintrellis, 216; 
Johannes de S. Dionisio , se- 
nescallus Pictavensis, 118, 120; 
Johannes de Falvi, 158; Johan- 
nes de Helly, 37 ; Ludovicus 
frater régis, 225 ; Ludovicus 
primogenitus régis, 13; Ni- 
cholaus, episcopus Ebroicensis, 
117; Odo capellanus Vicenna- 
rum, 139; P. Grignart, 253; 
Petrus de Chambli, 45 ; Philip- 
pus capellanus episcopi Dolen- 
sis, 208 ; Radulphus de Brulhi, 
de Brulheyo, 11, 190; Robertus 
de Freau villa, 199 ; Robertus 
Régis, 241, 242 ; Robertus, cam- 
bellanus de Tanquarvilla, 458; 
de Salis, Amelius de Villari, 
113; Stephanus de Monte S. 
Johannis, 143 ; Symon de Bail- 
lolio, 177; de Viermes, Petrus 
de Ghambleio, 148. 

Domnus Martinus, Dammartin- 
en-Goële, 424, 433.— De Domno 
Martino (Johannes), 120. 

Domuncul., Maisoncelles (?), 438. 

Domus Dei Parisiensis, 141 ; Egi- 
dii de Aureliano, 217. 

Donatus de Vellut de Florencia, 
111. 

Donnardus de Royon, 83. 

Dooletum, Dollot, 293. 

Dordanum, Dourdan, 57. 



Dotalicium regine Margarite, 106. 

DouUens (Somme), Duliendium, 
285. 

Dourdan (S.-et-O.), Dordanum, 
57. 

Drancy ( Seine ) , Darenciacum, 
356. 

Dreux (Eure-et-Loir) : Drocensis 
cornes [Johannes], 71. 

Du, V. Le. 

Ducis (Johannes), 190, 211, 212. 

Dugny (Seine), Dugniacum, 381. 

Dulchius Manier, 323. 

Duliendium, DouUens, 285. 

Durfort (Tarn-et-Garonne), v. S.- 
Paul-de-Brugues. 

Dyan (Alpicius), 328. 

Dymons, Dixmont, 296. 

Eblandi, Erblandi (Balneoli S.), 
Bagneux, 346, 369. 

Ebroicensis, d'Évreux, 117. 

Ecclesia S. Dionisii, 147 ; Laudu- 
nensis, 40; B.. Marie de Gham- 
bleio, 152. — Persone ecclesie, 
24, 84, 85. — Acquisita per ec- 
clesias, 20. 

Ecclesiastice persone, 80. 

Egidius Apelot de Giemo, 209; de 
Aureliano, 217 ; Cassine, 103, 
450; de Lauduno, 206, 343; 
Rigot, 362 ; Ruphi de Sulhi ca- 
pellanus, 120. — SS. Lupus et 
Egidius, S.- Leu- et- S.- Gilles 
(Paris), 387. — Cf. Giletus. 

Electio Cameracensis, 236. 

Elemosina, 64. 

Eligius (S.) Noviomensis, S.-Éloi, 
à Noyon, 206. 

Emenda, 23, 40, 111. 

Emptio terre, 25, 114. 

Épiais-lez-Louvres (S.-et-O.), Es- 
piers, 363. 

Episcopus Agatensis [Raimundus] , 
15; de Bethléem, dominus Hu- 
go, 159; Glaromontensis [Ade- 
marus de Gros], 32; Dolensis 



271) 



[Theobaldus de Pouancé], 3't, 
208 , 221 ; Ebroicensis, domi- 
nus Nicholaus, 117; Vincestrie 
[Johannes de Pontisera], 35. 

Bpouville (Seine- Inférieure). — 
D'Espovilla (Guillelmus), 94, 
341, 348, 454. 

Equi, 46, 171, 210, 256. 

Erblandi, Eblandi (Balneoli S.), 
Bagneux, 346, 369. 

Ermonovilla, Arnouville-lez-Go- 
nesse, 381. 

Erneval (Guillelmus d'), 459. 

Erqueto (Guillelmus de), 51. 

Errorcm (per) vendit! bosci, 192. 

Escarche (Bindus), 324. 

Espagne, v. Aragon, Navarre. 

Espiers, Épiais-lez-Louvres, 363. 

Espovilla, Épouville (Guillelmus 
d'j, 94, 341, 348, 454. 

Essonnes (S.-et-O.), Ayssona, 417. 

Étampes (S.-et-O.) : granai-ium de 
Stampis, 58. 

Étang-la- Ville [1'] (S.-et-O.), Sta- 
gnum subtus Marliacum Ca- 
strum, 401. 

Eure, V. Évreux, Gisors, Har- 
court, Verneuil-sur-Avre, Ver- 
non. 

Eure [1'] (Seine-lnf.) , v, Leure. 

Eure-et-Loir, v. Chartres, Dreux, 
Janville. 

Evra, Yèvre-Ie-Chàtel, 311. 

Evrardus Porion, 28. 

Evreux (Eure) : episcopus Ebroi- 
censis, dominus Nicholaus, 117. 

Excambium, 71. 

Executio, executores, 65, 70, 253. 

Exempti (non), 82. 

Exercitus, 120. 

Expense, 18, 87, 133-260, 457-460. 

Expulsio Judeorum, 120. 

Faber : Stephanus, 182. 

Faceta (Aelis) de Lauduno, 40. 

Falvi (Johannes de), 158. 

Familia Gileti Rougel, 171. 



Faremoutiers (S.-ct-M.), Phau- 
resmouster in Bria, 441. 

Faschius Lombardus, 72. 

Faubourg-S. -Germain [le] (Paris), 
villa S. Germani de Pratis, 408. 

Fayte (Stephanus de Bien), 145, 
168. 

Februarius, v. Candelosa. 

Feoda, 30, 137, 143, 145, 155, 457. 

Feritas, la Frette, 368 ; Alesie, la 
Ferté-Alais, 143; Ancoul, la 
Ferté-sous-Jouarre, 410, 411. 

Ferrandi (Mons), Montferrand, 75. 

Ferrières-en-Brie (S.-et-M.), Fer- 
rerie juxta Latiuiacum super 
Maternam, 406. 

Ferrières-Gàtinais (Loiret), Fer- 
re rie, 77. 

Ferté-Alais [la] (S.-et-O.), Feritas 
Alesie, 143. 

Ferté-sous-Jouarre [la] (S.-et-M.), 
Feritas Ancoul, 410, 411. 

Ficta ( Petra ), Picrrelitte - sur- 
Seine, 383. 

Fidelitatis recognitio, 15. 

Filie Dei Parisienses, 222. 

Filii Aelidis Facete de Lauduno, 
Albericus, Johannes, 40 ; Gauf- 
fridi de Perona, Furseus, 13, 
154, 170 ; Guillclmi le Coustu- 
rier, Johannes, 214; Odardi 
Rebracye, Jehenotus de Valli- 
bus, 192; régis, Ludovicus, 13. 

Financia, 20, 25,26,28,29, 51. 

Finatio, 16, 93-105, 111, 120. 

Flagy (S.-et-M.), Flagiacum, 294. 

Flammiugi (Guillelmus), 36, 37, 
72, 74 ; (Renoms), 72. 

Flandre (la), Fiandria, 234. 

Florence (Italie). — De Floren- 
cia (Donatus de Vellut), 111; 
(Renerus de Passu), 329. — 
Societas Bardorum, 323; Cer- 
dorum Alborum, 324; Cerdo- 
rumNigrorum, 325 ; Mozorum, 
326 ; Spine, 335. 



280 



Florencius de Roya, 109. 

Focagium, 120. 

Folet (P.), 110. 

Fonds-de-S. -Léger [les] (S.-et-O., 
comm. deS.-Germain-en-Laye), 
S. Leodegarius in Laya, 393. 

Fons (Bellus), Bellefontaine, 354; 
(Petra), Pierrefonds, 60, 274. 

Fontainebleau (S.-et-M.), Fons- 
bliaudi, 13. 

Fontenay-sous-Bois (Seine), Fon- 
tanetum versus Vicennas, 426. 

Forefacte monete, 42. 

Forefactura, 112. 

Forest (Johannes de), 248. 

Forte (Castrum), Châteaufort, 264. 

Fortis (Mons), 155. — De Monte 
Forti (Laurencius), 234. 

Fossa Maura, Fosse-More, 291. 

Fossata, S.-Maur-les-Fossés, 423, 
425. 

Fosse-More (Yonne, comm. de 
Theil - sur - Vannes ; cf. Quan- 
tin, Dict. top. du clép. de V Yonne, 
55), Fossa Maura, 291. 

Fosses (S.-et-O.), Fosse, 354. 

Fourqueux (S.-et-O.), Fourqueus, 
401. 

Foyson (Robertus), 228. 

Française [la] (Tarn-et-Garonne), 
Y. Camparnaud. 

France (la) : Francie regnum, 
80-82, 84, 85; buticularius, 
Guido, comes S. Pauli, 247. — 
V. Rex, Regina ; — Auvergne, 
Bourgogne, Bretagne, Cham- 
pagne, Flandre, Maine, Orléa- 
nais, Poitou, Quercy, Verman- 
dois; —Aisne, Aube, Aude, Cal- 
vados, Cher, Eure, Eure-et-Loir, 
Gard, Garonne (Haute-), Hé- 
rault, Ille-et-Vilaine, Indre-et- 
Loire, Loiret, Manche, Marne, 
Marne (Haute-), Nièvre, Oise, 
Orne, Pas-de-Calais, Puy-de- 
Dôme, Saône-et-Loire , Seine, 



Seine-et-Marne, Seine-et-Oise, 
Seine-Inférieure, Somme, Tarn- 
et-Garonne, Vienne, Vienne 
(Haute-), Yonne. 

Franconville- la -Garenne (S.-et- 
0.), Francovilla, 368. 

Frater Henrricus, abbas Joyaci, 
thesaurarius, 232, 260: Petrus 
de Paredo, prior de Ghesa, 227j 
régis, Ludovicus, 225. — Fra- 
tres : Henrricus et Jeronimus de 
Lacu, 74 ; Robertus et Baldus 
Crispini de Atrebato, 339; Ste- 
phanus et Egidius Apelot de 
Giemo, 209. 

Fraxini juxta Burgum Régine, 
Fresnes-lez-Rungis, 366. 

Fréau ville (Seine-Inférieure). — 
De Freauvilla (Robertus), 199. 

Fresnes-lez-Rungis (Seine), Fra- 
xini juxta Burgum Régine, 366. 

Frette [la] (S.-et-O.), Feritas, 368. 

Froidmont (Oise, comm. de Bail- 
leul-sur-Thérain) : monachi de 
Frigido Monte, 255. 

Fructum (platelli ad), 191. 

Furno (Johannes de), 94. 

Furseus de Perona, filius Gaul- 
fridi, piscator, 13, 154, 170. 

Fuscianus (S.) in Bosco, S.-Fus- 
cien, 30. 

Gabriel Judeus de Carnoto, 107. 

Galearum stipendiarii, 124. 

Galteri (Johannes), 181. 

Galterus canonicus capelle régis, 
202-205 ; de Capella, 38, 251 ; 
Loth, 337, cf. 349. 

Galtherus Loth, 349, cf. Galterus. 

Gandehart (Johannes), 104. 

Gard, v. Beaucaire, Sommières. 

Garges (S.-et-O.), Gargie, 381. 

Garnisiones, 14, 61-64, 91, 250, 
255, 2.59. 

Garonne (Haute-), v. Toulouse. 

Gauchi (Henrricus, Herricus de), 
43, 342, 349. 



284 

Gauffridus, Gaufridus Gocatriz , 
61-64,250; de Perona, 153,154; 
de Templo, 175. 
Gayne (Bone), 331. 
Genciani (Petrus), 55. 
Gênes (Italie). — De Janua (Lan- 

francus Tartarus), 156. 
Genovefa (S.) Parisiensis, Sainte- 
Geneviève, à Paris, 76, 77. 
Gentes régis, 192. 
Georgii (Villa Nova S.), Ville- 

neuve-S. -Georges, 444. 
Gerciacum, Jarcy, 136. 
Germanus (S.) de Pratis, S.-Ger- 
main-des-Prés, 16; villa S. Ger- 
mani de Pratis, le Faubourg- 
S.-Germain, 408. — S. Germa- 
nus in Laya, S.-Germain-en- 
Laye, 149, 398. 
Germigny - rÉvêque ( S.-et-M. ), 

Germiniacum, 427. 
Gibelet (Lucia de), 186. 
Gien (Loiret). — De Giemo (Ste- 
phanus et Egidius Apelot), 209. 
Giletus Rougel, 171. — Cf. Egi- 
dius. 
Gilibertus, 181; Boyvin, 446. 
Girardus barillarius, 235; Gapon., 
330; Ghauchat, 81-83, 118, 455; 
de Maria, 195. 
Giresmo (Renaudus de), 197, 245, 

246. 
Gisors (Eure), Gisorcium, 132: 
ballivia , 348 , 454 ; receptor , 
Guillelmus d'Espovilla, 94, 341, 
348, 454, — De Gisorcio (Cruil- 
lelmus), 226. 
Gobertus Sarraceni de Lauduno, 

321, 446. 
Godin (Thomas), 50. 
Gonesse (S.-et-O.), Gonessa, 263, 

367. 
Gouvernes (S.-et-M.), Gaverne 

versus Latiniacum, 21. 
Granaria, 55-59. 
Grauchie, Grange-le-Bocage, 289. 



Grande-Bretagne, v. les Anglais, 

Winchester. 
Grange-le-Bocage (Yonne), Gran- 

chie, 289. 
Grant (Geaus le). Sceaux, 422. 
Grasville-Sainte-Honorine (Scine- 

Inférioure), v. Leure. 
Grés (S.-et-M.), Gressium, 300. 
Grignart (P.), 253. 
Grignon (Seine, communes de 

Thiais et Orly), 395. 
Guarinus de Garreriis, 52. 
Gueldre (Pays-Bas) : Guellensis 

comes [Renaudus], 119. 
Guiardus de Hcrbovilla, 31. 
Guido Gavassole, 330; de Nogen- 
to in Bassigneyo, 193, 194 ; co- 
mes S. Pauli, buticularius Fran- 
cie, 247; de Tome Mare, 75. 
Guillelmus attiliator , 184; au- 
rifaber, 17, 191 ; le Gousturier, 
214; d'Erneval, 459; de Erque- 
to, 51 ; d'Espovilla, 94, 341, 348, 
454 ; Flammingi, 36, 37, 72, 74 ; 
de Gisorcio, 226 ; de Hangest 
senior, 35 ; de Hangesto junior, 
130, 220; deHaricuria, 146; de 
Lavercines, 210; Milliaci can- 
tor, 197, 244, 246; Otran, 200, 
201; Perrerius, 105; Pétri Be- 
cucii, 112; de Ripperia, 237-239; 
de Ruella, 340 ; ïhiboudi, 115; 
Vassal, 84; de S. Vincencio, 
228-231, 327, 445. 
Guisncs-en-Galaisis (Pas-de-Ca- 
lais) : terra Guisnensis, 4. 
Halot(Adam), 90, 129, 336. 
Hanapier (Johannes le), 95, 347, 

453. 
Hanemont, Hennemont, 393. 
Hangest, Hangesto (Guillelmus 
de), senior, 35 ; junior, 130, 220. 
Haquinus de Manlia, 31. 
Harcourt (Eure). — De Haricuria 
(Guillelmus;, 116. 



282 



Harfleur (Seine-Inférieure) , Hare- 

fleu, 88, 91. 
Haricuria, Harcourt (Guillelmus 

de), 146. 
Haubervillare, Aubervilliers, 360. 
Haudri (Stephanus), 233. 
Havre [le] (Seine-Inf.), v. Leure. 
Hay [l'J (Seine), Laiacum, 375. 
Helly (Johannes de), 37. 
Hennemont (S.-et-O., comm. de 

S. - Germain- en -Laye), Hane- 

mont, 393. 
Henrricus, Herricus de Gauchi, 

43, 342, 349 ; abbas Joyaci, the- 

saurarius, 232, 260; de Lacu, 

74 ; Liziardi, 446 ; de Nans, 30; 

de Vaudernant, 362. 
Hérault, v. Agde. 
Herbeville (S.-et-O.). — De Her- 

bovilla (Guiardus), 31. 
Heredes Rooniaci, 137, 457-460. 
Hereditatem (expensa ad), 136- 

157. 
Hernesia, 27, 64, 256. 
Herricus, v. Henrricus. 
Heure [I'] (Seine-Inf.), v. Leure. 
Hieronymus, v. Jeronimus. 
Homines Johannis de Atrebato, 

214. 
Honfleur (Calvados), Honnefleu, 

91. 
Honoratus illuminator, 215. 
Hospitali (Johannes de), 91, 120. 
Hospitium régis, 133. 
Ilubertus thesaurarius, 163. 
Hugo episcopus de Bethléem, 

159; de Passu, 338; (Renu- 

chius), 335. 
Hyenvilla, Janville, 312. — De 

Hyenvilla (Johannes), 47. 
Iciacum, Ussy, 429. 
lUe-et-Yikine, v. Dol. 
Illuminator : Honoratus, 215. 
Incaustum, 258. 

Indre-et-Loire, v. Loches, Tours. 
Inferior (capella régis), 139. 



Inqueste, 190, 211. 
Inquisitores, 228, 238. 
Issy-sur-Seine (Seine), Yssiacum, 
408. 

Italie, V. Lombardus , Florence, 
Gènes, Pistoia, Plaisance, Rome, 
Yintimille. 

Iverny (S.-et-M.), Yverniacum , 
409. 

Ivry-sùr-Seine (Seine), Yvriacum, 
395. 

Jablines (S.-et-M.), 400. 

Jacobus Louchart de Atrebato, 
Attrebato, 65, 249, 253, 256; de 
Luceto, 178 ; Mayngot, 66, 448. 

Jagny (S.-et-O.), Jaygniacum , 
376. 

Janua, Gênes (Lanfrancus Tarta- 
rus de), 156. 

Janville (Eure-et-Loir), Hyenvilla, 
312. — De Hyenvilla (Johannes), 
47. 

Jarcy (S.-et-O., comm. de Varen- 
nes) : abbatissa Gerciaci, 136. 

Jassignioc, Jossigny, 378. 

Jaune (Lisiardus le), 28. 

Jaygniacum, Jagny, 376. 

Jehenotus de VaUibus filius 
Odardi Rebracye de Ponte S. 
Maxencie, 192. 

Jeronimus de Lacu, 74. 

Jocetus de Pontisera, 98, 99 ; de 
Pruvino, 102. 

[Johanna] regina, 134. 

Johannes Accurrii, 48 ; Aelidis 
Facete de Lauduno filius, 40 ; de 
Aquis, 22, 70; Arrode, 252; de 
Atrebato, 213, 214; Aurelianen- 
sis archidiaconus, 240 ; de Bo- 
villa, 168; Britonis, 169; Butin, 
172 ; de Galceya, 170; de Gapro- 
sia, 164; deGhambleio, 144; de 
Ghevri, 18; de Ghintrellis, 216; 
Clersens, 65, 176, 188, 249-256; 
G. le Cousturier filius, 214; 
Decimarii, 166; de S. Dionisio, 



283 



senescallus Pictavensis , 118 , 
120; de Domno Martino, 120; 
Drocensis cornes, 71 ; Ducis, 
190, 211, 212; de Falvi, 158; 
de Forest, 248; de Furno, 94; 
Galteri, 181; Gandehart, 104; 
le Hanapier, 95, 347, 453 ; de 
Helly, 37; de Hospitali, 91, 
120 ; de Hyenvilla, 47 ; de S. 
Justo, 44-64 ; de S. Leonardo, 
prepositus Parisiensis, 190, 212, 
217 ; de Lillariis, 179, 189; Ma- 
joris de Argentolio, 230, 231; 
de Malla, 224 ; de Marolio, 3G2; 
Minerii, 340; de Mornayo, 22; 
Nigelle castellanus , 225 ; Pa- 
tart, 362 ; le Paylle de Gorho- 
lio, 106; [de Pontisera] episco- 
pus Vincestrie, 35; Richommc 
de Cathalano, 322; de Tria, 
126 ; de Vantiduno, 330 ; Vena- 
toris, 168; de S. Verano, 317; 
de Villela, 10; Wuyde Rue de 
Compendio, 259. — S. Johannes 
in Vineis Suessionensis, S.- 
Jean-des-Vignes, à Soissons, 
26. — Stephanus de Monte S. 
Joliannis, 143. — Nativitas B. 
Johannis, 190, 316, 350. 

Jonte (Oubertus), 325. 

Jossigny (S.-et-M.), Jassignioc, 
378. 

Jouy-l'Abbaye (S.-et-M., comm. 
de Ghenoise) : abbas Joyaci, 
Henrricus, thesaurarius, 232, 
260. 

Jouy-sur-Morin (S.-et-M.), Joya- 
cum super Morayn, 440. 

Judei : Donnardus de Royon, 83 ; 
Gabriel de Garnoto, 107; Ha- 
quinus de Maniia, 31 ; Jocetus 
de Pontisera, 98, 99 ; ? Jocetus 
de Pruvino, 102; ? Juliana Ami 
Diu, 105; Kalotus, 105; ? Salo- 
mo de Blangi, 99 ; Vietus d'Au- 
pegart, 97, 105; Vivandus de 



Royon, 83 ; ? Vivandus de 
Trecis, 102. — Judei dotalicii 
rcgine Margarite, 106. — Judeo- 
rum expulsio, 120 ; finatio, 93- 
105; rotelle, 216; tallia, 83. 

Judicium, 31. 

Judocus Roart, 170. 

Juilly (S.-et-M.), Juliacuni, 413. 

Juliana Ami Diu, 105. 

Julius, 164, 202, 318, 319, 343, 
344, 347,379-408,445-447, 449, 
451-454 ; v. Dominica. 

Junior (Guillelmus de Hangesto), 
ballivus Gadomensis, 130, 220 ; 
(Renaudus Barbou), 107, 452, 
cf. Ballivus Rothomagensis. 

Junius, 316, 317, 342, 350-378, 
446; V. Mercurii, Nativitas. 

Justicia alta, 113; bassa, 108. 

Justo (Johannes de S.), 44-64. 

Kala, Ghelles (Oise), 114; (S.-et- 
M.), 435. 

Kalotus Judeus, 105. 

La, V. Le. 

Lacu (Henrr. et Jeron. de), 74. 

Lagny (S.-et-M.), Latiniacum su- 
per Maternam, 21, 406. 

Laiacum, l'IIay, 375. 

Lancelotus d'Angoyssole, 330. 

Lane, 41, 110. 

Lanfrancus Tarlarus de Janua, 
156. 

Laon (Aisne), Laudunum, 39, 
276, 446 : Laudunensis ecclesia, 
40 ; custos, Renerus de la Bêle, 
39. — De Lauduno (Ada Wa- 
gnon), 23; (Aelis dicta Faceta) 
et Albericus et Johannes filii 
ejus, 40; (Egidius), 206, 343; 
(Gobertus Sarraceni), 321, 446. 

Laorcene, Lourcine, 359. 

Lappus Piti, de societate Mozo- 
rum de Florencia, 326 ; de so- 
cietate Scale, 334. 

Latiniacum super Maternam, La- 
gny, 21, 406. 



284 



Laudunensis, Laudunum,v. Laon. 
Laurencius de Monte Forti, 234. 
Laversine (Aisne ou Oise?). — 
De Lavercines (Guillelmus), 210. 
Laye [la forêt de] (S.-et-O.). - 
In Laya : S. Germanus, S.-Ger- 
main-eu- Laye, 149, 398; S. Leo- 
degarius, les Fonds-de-S. -Lé- 
ger, 393. 
Lazari (Villeta S.), la Villette 

(Paris), 402. 
Le Gousturier (Guillelmus, Johan- 
nes), 2 1 4 ; le Hanapier( Johannes) , 
95,347, 453; le Jaune (Lisiardus), 
28 ; le Mastin (Philippus), 199 ; 
le Paylle de Gorbolio (Johannes), 
106; ie Sec (Leonardus), 30, 33 ; 
le Vache (Petrus), 257. — Li 
Aasiez (Stephanus), 161. — Du 
Cavech (Reuaudus), 21, 42, 97, 
316, 342, 446. — La Bêle (Re- 
nerus de), 39; la Reue (Petrus), 
73, 124. 
Legata, 79. 
J^emovicenses, de Limoges : mer- 

catores, 50. 
Lemovicis, Limoges (Stephanus 

de), 49. 
Leodegarius (S.), S.-Léger-de-Gas- 
senville, 383; in Laya, les 
Fonds-de-S. -Léger, 393. 
Leonardo (Johannes de S.), prepo- 
situs Parisiensis, 190, 212, 217. 
Leonardus le Sec, 30, 33. 
Letherici (Mons), Montlhéry, 262. 
Leure, l'Eure ou l'Heure (Seine- 
Inférieure, communes de Gras- 
ville - Sainte - Honorine et du 
Havre), Leura, 87. 
Lexoviensis, de Lisieux, 85. 
L'Hay (Seine), v. Hay. 
Li, V. Le. 
Liberi régis, 135. 
Libre, de libra (denarius), 21, 115. 
Libri illuminati, 215. — Brevia- 
rium, 203. 



Ligerim ( Magdunum super), 
Meung-sur-Loire, 232. 

Lillers (Pas-de-Calais). — De Lil- 
lariis (Johannes), 179, 189. 

Limeil-Brévannes (S.-et-O.), Li- 
molium, 430. 

Limoges (Haute- Vienne) : Lemo- 
vicenses mercatores, 50. — De 
Lemovicis (Stephanus), 49. 

Limolium , Limeil-Brévannes, 430. 

Lisiardus le Jaune, 28. 

Lisieux (Calvados) : Lexoviensis 
diocesis, 85. 

Lissiacum, Lixy, 292. 

Littere, 208, 253, 258. 

Lixy (Yonne), Lissiacum, 292. 

Liziardi (Herricus), 446. 

Loches (Indre-et-Loire) : feodum 
Locharum, 137, 457-460. 

Loire (la). — Magdunum super 
Ligerim, Meung-sur-Loire, 232. 

Loiret, v. Boiscommun, Bourg- 
neuf, Gepoy, Châteauneuf-sur- 
Loire, Courcy-aux-Loges, Fer- 
rières-Gâtinais , Gien, Lorris, 
Meung-sur-Loire, Montargis, 
Neuville-aux-Bois, Orléans, Vi- 
try-aux-Loges, Yèvre-le-Ghâtel. 

Lombardus (Bone Gayne), 331; 
(Faschius), 72; (Petrus), rece- 
ptor Bituricensis, 24, 96, 118, 
197, 213, 214, 244-246, 345, 451. 
— V. Italie. 

Longperrier (S.-et-M.), Longus 
Pirus, 384. 

Lorrez-le-Bocage (S.-et-M.), Lo- 
retum in Boscagio, 295. 

Lorris (Loiret), Lorriacum, 315. 

Loth (Galterus, Galtherus), 337, 
349. 

Lotrarius : Golinus, 173. 

Louchart (Jacobus) de Atrebato, 
Attrebato, 65, 249, 253, 256. 

Lourcine (Paris), Laorcene, 359. 
Loury (Loiret), v. Bourgneuf. 



285 



Louveciennes (S.-et-O.), Lupice- 

ne, 352. 
Louvre [le] (Paris), Lupara, 37, 

181, 182, 205, 258, p. 257. 
Luceto (Jacobus de), 178. 
Lucia de Gibelet, 186. 
Ludovicus frater régis, 225 ; pri- 

mogenitus régis, 13. 
Lune dies in crastino S. Martini 

hyemalis [12 nov. 1296], 247. 
Lupara, le Louvre, 37, 181-183, 

205, 258, p. 257. 
Luparii : Giletus Rougel, 171 ; 

Johannes Butin, 172. 
Lupelli, 187. 

Lupi (Gantus), Ghanteloup, 21. 
Lupicene, Louveciennes, 352. 
Lupus et Egidius (SS.), S.-Leu-et- 

S.-Gilles (Paris), 387. 
Lursinade [S.-Amans-de-] (Tarn- 

et-Garonne, comm. de Moissac)? 

Ancinade, 108. 
Luzarches (S.-et-O.), Lusarchie, 

397. 
Maaleyum, Malay-le-Roi, 291. 
Maceyum in ballivia Bituricensi, 

Massay, 214. 
Maciacum, Massy, 379. 
Màcon (Saône-et-Loire), Mati- 

s[c]onum, 75 : Ballivus Masti- 

conensis, Johannes de Chintrel- 

lis, 216. 
Magdalena [22 juillet], 204. 
Magdunum super Ligerim, Meung- 

sur-Loire, 232. 
Magister Baldoinus Alan", 200; 

Gaulïridus de Templo, 175; 

Guido de Nogento in Bassi- 

gneyo, 193, 194; Guillelmus 

aurifaber, 17, 191 ; Guillelmus 

de Erqueto, 51 ; Guillelmus de 

Gisorcio, 226; Guillelmus de 

Lavercines, 210; Guillelmus 

Milliaci cantor, 197, 244, 246; 

Guillelmus Vassal, 84 ; Henr- 

ricus, Herricus de Gauchi, 43, 



342, 349 ; Johannes Aureliancn- 
sis archidiaconus , 240 ; Johan- 
nes de Chevri, 18 ; Johannes 
Glcrsens, 65, 176, 188, 249-256 
Johannes de Domno Martino 
120; Johannes Ducis, 190, 211 
212; Johannes de Forest, 248 
Johannes de S. Justo, 44-64 
Laurencius de Monte Forti 
234 ; Michael de Codreyo, 198 
Petrus de Bello Monte, 243 
Petrus de Girilli, 12-14 ; Petrus 
deCondeto, 174 ; Petrus la Reue 
73, 124 ; Philippus Conversus 
115; Philippus le Mastin, 199 
Radulphus de Mellento, 239 
Renaudus de Giresmo, 197, 245 
246 ; Robertus Foyson, 228 ; Ro 
bertus de Pontisera, 254 ; Roge 
rus de Medunta, 10 ; Sancius 
180 ; Stephanus li Aasiez, 161 
Stephanus de Lemovicis, 49 
Stephanus de Susi archidiaco 
nusBrugensis, 236; SymonBoel, 

229, 231. — xMagister capelle 
régis Parisius, 207 ; nundina- 
rum Gampanie, Florencius de 
Roya, 109 ; puerorum capelle 
régis, 223. — Magistri curie, 
92; monetarum, Betinus Gau- 
cinelli, Johannes Decimarii, 
166, cf. 72 ; partes apud ma- 
gistros, 337, 349. 

Maine (le), Genomania, 116. 

Maisoncelles (S.-ct-M., canton de 
Goulommiers)? Domuncul.,438. 

Maius, v. Ascensio, Penthecoste. 

Major Pictavensis, 120 ; Rotho- 
magi, 52. — Major (S. Grispi- 
nus) Suessioncnsis, S. Grépin- 
le-Grand, à Soissons, 53. 

Majoris (Johannes) de Argentolio, 

230, 231. 

Malay-lc-Roi ou le-Petit (Yonne), 

Maaleyum, 291. 
Malla, Marie? (Johannes de), 224. 

19 



286 



Malliacum la Vile, Marly-la-Vil- 

le, 386. 
Malum Regardum , Mauregard , 

437. 
Manche, v. Goutances. 
Mandatum régis, 209. 
Manier (Dulchius), 323. 
Manlia, Maule-sur-Maudre (Ha- 

quinus de), 31. 
Mantes-sur-Seine (S.-et-O.). — De 

Medonta, Medunta (Nicholaus), 

362 ; (Petrus), 72 ; (Radulphus), 

44 ; (Rogerus), 10. 
Marcellus (S.), S.-Marcel (Paris), 

359. 
Marcha argenti, 15. 
Marchesiis (Symon de), 228. 
Marci (Martinus), 75. 
Mare (G-uido de Torne), 75. 
Mareil-Marly (S.-et-O.), Marolium, 

401. — ?DeMarolio(Johannes), 

362. 
Margarita, defuncta regina, 106. 
Maria (B.), Notre-Dame : Ambia- 

nensis, 30; de Ghambleio, 152; 

Suessionensis, 54. — B. Marie 

Assumptio [15 août], 190. 
Marinarii, 87,91, 92; cf. 124. 
Marie (Aisne). — De Maria (Gi- 

rardus), 195. — Cf. Malla. 
Marly-la-Ville (S.-et-O.), Mallia- 
cum la Vile, 386. 
Marly-le-Roi (S.-et-O.), Marlia- 

cum Gastrum, 420. — Stagnum 

subtus Marliacum Gastrum , 

l'Étang-la-Ville, 401. 
Marne, v. Ghàlons - sur - Marne, 

Reims, Vitry-en-Perthois. 
Marne (la). — Latiniacum super 

Maternam, Lagny, 21, 406. 
Marne (Haute-), v. Andelot, Ghau- 

mont - en - Bassigny , Nogent- 

Haute-Marne. 
Marolio (Johannes de), 362. 
Marolium, Mareil-Marly, 401. 
Martinus Marci, 75 ; Pethiot, 259. 



— Domnus Martinus, Damraar- 
tin-en-Goële,120,424, 433.— S. 
Martinus hyemalis [11 nov.], 
247. 

Martirum (Mons), Montmartre, 
■ 402. 

Martius, v. Dominica, Pascha. 

Massay (Gher), Maceyum in bal- 
livia Bituricensi, 214. 

Massy (S.-et-O.), Maciacum, 379. 

Masticonensis, de Mâcon, 216. 

Mastin (Philippus le), 199. 

Maternam (Latiniacum super), 
Lagny, 21, 406. 

Matis[c]onum, Mâcon, 75. 

Maule-sur-Maudre (S.-et-O.). — 
De Manlia (Haquinus), 31. 

Maura (Fossa), Fosse-More, 291 ; 
(Vallis), Vaumort, 291. 

Mauregard (S.-el-M.), Malum Re- 
gardum, 437. 

Maxencie (Pons S.), Pont-Sainte- 
Maxence, 192, 271. 

Maximus (S.), S.-Mesmes, 414. 

Mayngot (Jacobus), 66, 448. 

Meaux (S.-et-M.), Meldis, 436. 

Medardus (S.) Suessionensis, S.- 
Médard, à Soissons, 25. 

Medicus (Symon), 116. 

Medietate (pro), 138-141, 147, 
148, 152, 157, 159, 161, 162, 
171, 172, 186, 318. 

Medonta, Medunta (de), Mantes- 
sur-Seine : Nicholaus, 362 ; Pe- 
trus, 72; Radulphus, 44; Ro- 
gerus, 10. 

Meldis, Meaux, 436. 

Meledunum, Melun, 55, 257, 301. 

Melet (Petrus de), 118, 120, 456. 

Mellentum, Meulan. — De Mel- 
lento (Radulphus), 239. 

Melun (S.-et-M.), Meledunum, 55, 
257, 301. 

Ménil-Amelot [le] (S.-et-M.), Mes- 
nilium Domine Rancie, 405. 

Mensuratores boscorum, 169. 



287 



Mercatores Lemovicenses, 50. 

Mercurii dies post Nativitatem B. 
Johannis [27 juin 1296], 190. 

Merlini (Arnulphus), 234. 

Mesnil-Aubry [le] (S.-et-O.), Mes- 
nilium Alberici, 404. 

Mesnil-le-Roi [le] (S. - et- 0.), 
Mesnilium, 403. 

Mesnilium Domine Rancie, le 
Ménil-Amelot, 405. 

Messilles (Stephanus de), 209. 

Meudon (S.-et-O.), 350. 

Meulan (S.-et-O.). — De Mellen- 
to (Radulphus), 239. 

Meung-sur-Loire (Loiret), Magdu- 
num super Ligerim, 232. 

Michael de Godreyo , 198 ; de 
Navarra, 41. — S, Michael 
[MGC]XGVI» [29 sept.], 128- 
132, 248. — Altare S. Michaelis 
in ecclesia de Ghambleio, 152. 

Milites : Amelius de Villari, 113 
Antelinus de Varignies, 225 
Guillelmus de Haricuria, 146 
Guillelmus de Ripperia, 237- 
239; Johannes de Bovilla, 168; 
Johannes de Ghambleio, 144 ; 
Johannes Nigelle castellanus, 
225; Johannes de Villeta, 10; 
Nicholaus de Peracio, 160; Pe- 
trus de Ghambleio, dominus de 
Viermes, 148; Petrus dominus 
Ghambleii, 71, 460; Stephanus 
de Bien Fayte, 145, 168; Symon 
de Marchesiis, 228. 

Millan (Villa), Villemilan, 366. 

Milly (S.-et-O.) : Milliaci canlor, 
Guillelmus, 197, 244, 246. 

Mina avene, 59. " 

Minerii (Johannes), 340. 

Minuta, 258. 

Misie, 182, 183, 191. 

Missa de defunctis, 138. 

Mitry (S.-et-M., comm. de Mi- 
try-Moryi, Mitriacum, 439. 

Modii, 55, 57-59, 61-63. 



Moissac (Tarn-et-Garonne), v. S.- 
Amans-de-Lursinade. 

Monachi, 142, 255. 

Monciacum Novum, Moussy-le- 
Neuf, 382; Vêtus, Moussy-le- 
Vieux, 384. 

Moneta, monete, monetagium, 
42, 72-75, 88, 166, 167. 

Mons Argi, Montargis, 184, 313; 
(Bellus), Beaumont-sur-Oise, 
243, 270; (Galvus), Ghaumont- 
en - Bassigny, 121; (Galvus), 
Ghaumont-en-Vexin, 268; De- 
siderii, Montdidier, 206, 278, 
343, 446; Ferrandi, Montfer- 
rand, 75; Fortis, 155, 234; 
(Frigidus), Froidmont, 255 ; S. 
Johannis, 143 ; Letherici, Mont- 
Ihéry, 262 ; Martirum, Mont- 
martre, 402; (Regalis), Royau- 
mont, 142. 

Monsterolium, Montreuil-sur-Mer, 
286; Bonin, Montreuil-Bonnin, 
75. 

Montargis (Loiret), Mons Argi, 
184, 313. 

Montdidier (Somme), Mons Desi- 
derii, 278, 343,446: prcpositus, 
Egidius de Lauduno, 206, 343. 

Monte Forti (Laurencius de), 234. 

Monte S. Johannis (Stephanus de), 
143. 

Montevrain (S.-et-M.), Montc- 
vrayn, 21. 

Montferrand (Puy - de - Dôme , 
comm. de Glermont-Ferrand), 
Mons Ferrandi, 75. 

Montgé ( S.-et-M. ), Montigyer, 
415. 

Montigny-lez-Gormeilles (S.-el- 
0.), Montiniacum, 368. 

Montigyer, Montgé, 415. 

Montiniacum, Montigny-lez-Cor- 
meilles, 368. 

Montlhéry (S.-et-O.), Mons Le- 
therici, 262. 



288 



Montmartre (Paris), Mons Marti- 

rum, 402. 
Montreuil-Bonnin (Vienne), Mon- 

sterolium Bonin, 75. 
Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) , 

Monsterolium, 286. 
Morayn (Joyacum super), Jouy- 

sur-Morin, 440; (Villare super), 

Villiers-sur-Morin, 443. 
Moret-sur-Loing (S.-et-M.), Mo- 

retum, 13, 298. 
Morin (le), v. Morayn. 
Mornayo (Johannes de), 22. 
Mortui equi, 210, 256. — Cf. De- 

functi. 
Mory (S.-et-M., comm. de Mitry- 

Mory), Moyriacum, 439. 
Mouschetus, 89, 337, 349. — Cf. 

Bichius. 
Moussy-le-Neuf (S.-et-M.), Mon- 

ciacum Novum, 382. 
Moussy-le-Vieux (S.-et-M.), Mon- 

ciacum Vêtus, 384. 
Moyriacum, Mory, 439. 
Mozi de Florencia, 326. 
Mureaux [les] (Paris, près N.-D.- 

des-Gliamps; cf. Guérard, Car- 

tulaire de l'église N.-D. de Paris, 

IV, 402), Murelli, 359. 
Mutua, 16, 67, 214, 221, 222, 232, 

249, 316-341. 
Nans (Henrricus de), 30. 
Nantolhetum, Nantouillet, 416. 
Nantonis (Gastrum), Ghàteau-Lan- 

don, 303. 
Nantouillet (S.-et-M.), Nantolhe- 
tum, 416. 
Nativitas [MGGJXGV" [25 déc], 

237 ; B. Johannis [24 juin], 190, 

316, 350. 
Navarre. — De Navarra (Michael), 

41. 
Naves, navigium, 33, 41 , 89, 90, 124. 
Nealpha (Thomassinus de), 27. 
Neccessaria, 207, 223, 256. 
Negocium centesime, 201 ; quin- 



quagesime, 197, 229-231, 241- 

246; régis, 212, 220, 227, 232, 

254, 258. 
Nemours (S.-et-M.) , Nemosium, 

297. 
Nesle (Somme) : Nigelle castella- 

nus, Johannes, 225. 
Neuville-aux-Bois (Loiret), Novil- 

la, 306. 
Nicholaus Gaillet, 198 ; episcopus 

Ebroicensis, 117 ; de Medunta, 

362; dePeracio, 160. 
Nièvre, v. Bethléem. 
Nigella, Nesle, 225. 
Nigri (Gerdi) de Florencia, 325. 
Nivardus, 320. 
Nogent-Haute-Marne ou Nogent- 

le-Roi (Haute-Marne). — De 

Nogento in Bassigneyo (Guido), 

193, 194. 
Nomina, 92. 
Notre-Dame, B. Maria : Ambia- 

nensis, 30; de Ghambleio, 152; 

Suessionensis, 54. 
Nova (Guria), la Gourneuve, 361 ; 

(Villa), V. Villa Nova. 
November, 338, 340, 341, 443, 

444, 446, 449, 453, 455, 456 ; v. 
Lune dies, Omnes Sancti. 

Novilla, Neuville-aux-Bois, 306. 

Noviomensis, de Noyon, 43, 206. 

Novum (Gastrum), Ghâteauneuf- 
sur-Loire, 305; (Monciacum), 
Moussy-le-Neuf, 382. — Novus 
(Burgus), Bourgneuf, 309. 

Noyon (Oise) : Noviomensis dio- 
cesis, 43 ; abbacia S. Eligii, 
206, 

Nuncii missi, 256, 258. 

Nundine Gampanie, 109. 

October, 205, 318, 327, 338-340, 
342, 343, 349, 407, 434-442, 

445, 446, 450, 454. 

Odardus Rebracye de Ponte S. 

Maxencie, 192; Sarraceni, 446. 

Odo capellanus Vicennarum, 139. 



289 



Officium thesaurarie, 258, 260. 

Oise, V. Béthisy-S. -Pierre, Bre- 
teuil-sur-Noye, Chambly, Chau- 
mont-ea-Vexin, Chelles, Choi- 
?y-au-Bac, Compiègne, Froid- 
mont , Laversine , Noyon , 
Pierrefonds, Pont-Sainte-Ma- 
xence, Senlis, Thourotte, Ver- 
berie, la Villeneuve-le-Roi. 

Oliverus de Vintemille, 112. 

Omnes Sancti [l""" nov.], 64 : 
[MCG]XGV», 119, 121, 123,203, 
206; [MCG]XGVI°,122,126,258, 
p. 240, 257. 

Opéra, 202, 205, 251, 258. 

Operatorium Lupare, 181-183 ; Me- 
leduni, 257; Montis Argi, 184. 

Ordo Gluniaccnsis, 81. 

Orléanais (F), partes Aurelianen- 
ses, 226. 

Orléans (Loiret), Aurelianum, 56, 
304 : Aurelianensis archidia- 
conus, Johannes, 240 ; ballivia, 
6, 103, 123, 450, cf. 304-315. — 
De Aureliano (Egidius), 217. 

Orly (Seine), Orliacum, 371. — 
V. Grignon. 

Ormesson (S.-et-O.), Amboysa, 
399. 

Orne, v. Alençon. 

Otran (Guillelmus), 200, 201. 

Oubertus Jonte, 325. 

P. Folet, 110; Grignart, 253. 

Palacioluna, Palaiseau, 418. 

Palafredus, 256. — Cf. Equi. 

Palaiseau (S.-et-O.), Palaciolum, 
418. 

Pallia, 237. 

Pantin (Seine), Pentinum, 394. 

Paredo (Petrus de), prior de Gbe- 
sa, 227. 

Pargamenum, 258, cf. 207. 

Paris (Seine), Parisius, 35, 72, 87, 
138, 190, 202, 207, 217, 223, 
261, 320, 387 : Parisiensis 
ballivia, 1, cf. 261-266; congre- 



gatio cecorum, 1.50; domus Dei, 
141; filie Dei, 22^; prepositura, 
100, 261 ; prepositus, Johannes 
de S. Leonardo, 190, 212, 217. 
— Parisienses, 1-70, 127, 132- 
460.— V. la Ghapelle-S.-Denis, 
Gharonne, Glignancourt, le Fau- 
bourg-S. -Germain, Lourcine, le 
Louvre, Montmartre, les Mu- 
reaux, S.-Germain-des-Prés, S.- 
Leu-et-S. -Gilles, S. -Marcel, la 
Sainte-Ghapelle , Sainte-Gene- 
viève, le Temple, la Villette. 

Parrochia Ayssone, 417 ; Limolii, 
430 ; SS. Lupi et Egidii Pari- 
sius, 387 ; de Meudon, 350; de 
Montigyer, 415; Pentini, 394; 
Pissiaci, 403. 

Partes, 9, 38, 67-69, 137, 213, 223, 
229, 238, 240, 337, 349, 445. — 
Partes Aurelianenses, 226. 

Pascha [MGG]XGVI° [25 mars], 
11, 208, 319. 

Pas-de-Galais, v. Arras, Artois, 
Guisnes - en - Calaisis, Lillers , 
Montreuil-sur-Mer, Royon, S.- 
Pol-sur-Ternoise. 

Passagium lanarum, 110. 

Passu (Hugo de), 338 ; (Renerus 
de), de Florencia, 329. 

Patart (Johannes), 362. 

Pater Johannis Accurii, 48 ; (Pe- 
trus de Ghambli), 45. 

Paulus (S.), S.-Pol-sur-Ternoise, 
247. — De S. Paulo in Gatur- 
cino, S.-Paul-de-Brugues? (Pe- 
regrinus), 108. 

Payen (Symon), 242. 

Paylle (Johannes le) de Gorbolio, 
106. 

Pays-Bas, v. Gueldre. 

Peccunia, 256. 

Pensio filiarum Dei, 222. 

Penthecoste [MGG] XGVI°[1 3 mai] , 
237. 

Pentinum, Pantin, 394. 



200 



Peracio (Nicholaus de), 160. 
Percamenum, 207, cf. 258. 
Peregrinus de S. Paulo in Gaturci- 

no, 108. 
Péronne (Somme), Perona, 282. 
— De Perona (Furseus), filius 
Gauffridi, 13, 154, 170; (Gauf- 
fridus), 153, 154. 
Perrerius (Guillelmus), 105. 
Persone ecclesie, 24, 84, 85; ec- 

clesiastice, 80. 
Pethiot (Martinus), 259. 
Petit (Geaus le). Sceaux, 422. 
Petra Ficta , Pierrefitte-sur-Seinc, 
383; Fons, Pierrefonds, 60,274. 
Petrucie (societas), 332. 
Petrus de Belle Monte, 243; de 
Ghambli pater, 45; de Cham- 
hleio miles , dominas de Vier- 
mes, 148; dominus Chambleii, 
71, 460 ; Chevalier, 196 ; de Gi- 
rilli, 12-14; de Gondeto, 174; de 
Goquerel, 33 ; Genciani, 55 ; 
Lombardus, 24, 96, 118, 197, 
213, 214, 244-246, 345, 451 ; de 
Medunta, 72; de Melet, 118, 
120, 456 ; de Paredo, prior de 
Ghesa, 227; la Reue, 73, 124; 
de Remis, 218; RoUandi, 50 ; le 
Vache, 257 ; Viarius de Silva- 
necto, 115. — Guillelmus Pétri 
Becucii, 112. 
Phauresmouster in Bria, Fare- 

moutiers, 441. 
Philippus capellanus episcopi 
Dolensis, 208; Gonversus, 115; 
le Mastin, 199. — V. Rex. 
Picardi (Symon), 219. 
Picta (Villa), Villepinte, 374. 
Pictavensis, de Poitiers, 118, 120, 

125, 456. 
Pict[avia], le Poitou (?), 120. 
Pierrefitte-sur-Seine (Seine), Pe- 
tra Ficta, 383. 
Pierrefonds (Oise), Petra Fons, 
60, 274. 



Pirus (Longus), Longperrier, 384. 

Piscatores : Furseus de Perona, 

filius Gauffridi, 13, 154, 170; 

Johannes de Galceya, Judocus 

Roart, 170. 

Pisces, 13, 60. 

Pissiacum, Poissy, 59, 266, 338, 

370, 392, 403. 
Pistoia (Italie) : societas Glaren- 

cium de Pistorio, 333. 
Piti (Lappus), de societate Mozo- 
rum de Florencia, 326 ; de so- 
cietate Scale, 334. 
Plaisance (Italie), Placencia, 328, 

330. 
Platelli ad fructum, 191. 
Plessis-Piquet [le] (Seine), Ples- 

seyum, 422. 
Poissy (S.-et-O.), Pissiacum, 59, 
266, 338, 403. — Versus Pis- 
siacum : AUodia Régis, les 
AUuets-le-Roi, 370; Ghaveno- 
lium, Ghavenay, 392. 
Poitiers (Vienne) : Pictavensis re- 
ceptor, Petrus de Melet, 118, 
120, 456 ; senescalcia, senescal- 
lia, 125, 456; senescallus, Jo- 
hannes de S. Dionisio, 118, 120; 
major et communia, 120. 
Poitou [le] (?), Pict[avia], 120. 
Pons S. Maxencie, Pont-Sainte- 
Maxence, 271. — De Ponte S. 
Maxencie (Odoardus Rebracye), 
192. 
Pontault (S.-et-O.), Pontaz, 399. 
Pontes super Yonam, Pont-sur- 
Yonne, 288. 
Ponthieu (le), Pontivum, 66, 448. 
Pontoise (S.-et-O.), Pontisara, 
Pontisera, 269, 340. — De Pon- 
tisera (Jocetus), 98, 99; [Johan- 
nes] episcopus Vincestrie, 35; 
(Robertus), 254. 
Pont-Sainte-Maxence (Oise), Pons 
S. Maxencie, 271. — De Ponte 



294 



S. Maxencie (Odarclus Rebra- 

cye), 192. 
Pont-sur- Yonne (Yonne), Pontes 

super Yonam, 288. 
Porion (Evrardus). 28. 
Port (Triacum le),' Trilport, 428. 
[Pouancé (Theobaldus de)] episco- 

pus Dolensis, 34, 208, 221. 
Poutrel (Baidoinus), 84, 93. 
Pratis (S. Germanus de), S.-Ger- 

main-des-Prés, 16; (villa S. Ger- 

mani de), le Faubourg-S. -Ger- 
main, 408. 
Prepositure, 9, 100, 261-315, 342, 

343, 373, 446. 
Prepositus Montis Desiderii, Egi- 

dius de Lauduno, 206, 343 ; Pa- 

risiensis, Johannes de S. Leo- 

nardo, 190, 212, 217. 
Presbiter : Robertus deFreauvilla, 

199. 
Primogenitus régis : Ludovicus, 

13. 
Prior de Chesa : Petrus de Pare- 
do, 227. 
Procuratores Bichii et Mouscheti, 

337, 349. 
Prosecutio testamenti, 256. 
Provincia Senonensis, 210. 
Provins (S.-et-M.), Pruvinum, 

232. — De Pruvino (Jocetus), 

102. 
Pueri capelle régis, 203, 223. 
Puiseux-lez-Louvres (S.-et-O. ), 

Puteoli, 376. 
Puteaux (Seine), Puteaus, 372. 
Puteoli, Puiseux-lez-Louvres, 376. 
Puy-de-Dôme, v. Glermont-Fer- 

rand, Montferrand, Saint- Alyre. 
Quadriennii décima, 77. 
Quarrerie , Carrières - sous - Bois, 

403. 
Quercus (Bella), Beauquesne, 284. 
Quercy (le), Caturcinum, 108. 
Queue-en-Brie fia] (S. - et - 0.), 

Gauda, 399. 



Quinquagesima, 69, 193-201, 229- 
231, 234, 241-246, 350-456. 

Quintinus (S.), S. -Quentin, 241, 
242, 247, 280, 342. 

Radulphus de Brulhi, de Bru- 
Iheyo, 11, 190; de Medonta, 
44; de Mellento, 239. 

[Raimundus] episcopus Agatensis, 
15. 

Ramatum Villare, Romainvil- 
liers, 442. 

Rancic (Mesnilium Domine), le 
Ménil-Amelot, 405. 

Rascassol (Bernardus), 75. 

Rauba, roba, 149, 171-173, 203. 

Rebracye (Odardus) de Ponte S. 
Maxencie, 192. 

Recepta, 1-132, 261-456. 

Receptor Arvernie, Girardus Chau- 
chat, 81-83, 118, 455; Bituri- 
censis, Petrus Lombardus, 24, 
96, 118, 197, 213, 214, 244-246, 
345, 451; focagii, 120; Gisorcii, 
Guillelmus d'Espovilla, 94, 341, 
348, 454; Pictavensis, Petrus 
de Melet, 118, 120,456; Pontivi, 
Jacobus Mayngot, 66, 448 ; Se- 
nonensis, Theobaldus Armigeri, 
20, 101, 238-240, 243, 449. — 
Receptores Campanic, 121, 122; 
senescalcie Bellicadri, 78-80. 

Rechatum terre, 22. 

Recognitio fidelitatis, 15. 

Redditus, 66, 119, 123, 148. 

Regalia Cenomanie, 116. 

Regalis Mons, Royaumont, 142. 

Regardum (Malum), Maurogard, 
437. 

Regina [Johanna], 134;Margarita, 
106. — Burgus Régine, Bourg- 
la-Reine, 366, 421. 

Reginaldus, v. Renaudus. 

Régis (Robertus), 241, 242. — V. 
Rex. 

Regnum Francie, 80-82, 84, 85, 
210. 



292 



Reims (Marne), Remis, 21. — De 
Remis (Petrus), 218. 

Relaxatio denarii de libra, H 5. 

Remis, Reims, 21, 218. 

Remundi (Bernardus), 75. 

Renaudus de Aula, 167 ; Barbou 
junior, ballivus Rothomagensis, 
107, 452, cf. 85-92, 128, 319, 
344 ; vêtus, senior, 107, 165 ; 
du Gavech, 21,42, 97, 316, 342, 
446; de Giresmo, 197, 245, 246; 
Guellensis cornes, 119. 

Renerus de la Bele, 39; Flam- 
mingi, 72; de Passu de Flo- 
rencia, 329. 

Renuchius Hugo, 335. 

Residuum compoti, 11, 189; ex- 
pense, 18, 234; financie, 51;mu- 
tuorum, 221, 319; vadiorum, 92. 

Reue (Petrus la), 73, 124. 

Reuil (S.-et-M.), Ruolium juxta 
Feritatem Ancoul, 410. 

Rex [Philippus] : ciphos émit, 
191. — Régis Allodia versus 
Pissiacum, les Alluets-le-Roi 
370; capella, 138-140, 202-205 
207, 223; coquina, 217 ; frater 
Ludovicus , 225 ; garnisiones 
91; gentes, 192; hospicium 
133; liberi, 135; libri, 215, cf 
203; mandatum, 209; nego- 
cium, 212, 220, 227, 232, 254 
258 ; primogenitus, Ludovicus 
13; servientes, 211; sigillum 
34; valletus, Petrus de Remis 

. 218; Villa Nova, Villeneuve-le 
Roi, 389; Villa Nova in Belva 
cinio, la Villeneuve-le- Roi, 277 
— Régi redditi denarii, 206 
216 ; facta mutua, 16, 67, 214 
221, 222, 232, 249, 316-341. — 
Ad regem (denarii pro eundo) 
188 ; super regem captus reddi- 
tus, 119, 123. — Cum et sine 
rege (vadia buticularii), 247; 
pro rege factura breviarum, 203. 



Ribemont (Aisne), Ribemons, 

280. 
Richardus Bouroudi, 116. 
Richarius (S.), S.-Riquier, 286. 
Richomme (Johannes) de Catha- 

lano, 322. 
Rigot (Egidius), 362. 
Ripperia (Guillelmus de), 237-239. 
Rivière (la), prévôté à ou près 

Pont-sur-Vannes (Yonne ; cf. 

Rec. deshist. de Fr., XXIII, 812), 

R[i]v[e]ria, 291. 
Roart (Judocus), 170. 
Roba, rauba, 149, 171-173, 203. 
[Robertus] Attrebatensis comes, 

120; Grispini deAtrebato, 339; 

Foyson, 228; de Freauvilla, 

199; de Pontisera, 254; Régis, 

241, 242; cambellanus de Tan- 

quarvilla, 458. 
Rogerus de Medunta, 10. 
Roissy (S.-et-O. ), Royssiacum, 

365. 
Rollandi (Petrus), 50. 
Roma, Rome, 18. 
Romainvilliers (S.-et-M., comm. 

de Bailly-Romainvilliers), Ra- 

matum Villare, 442. 
Rome (Italie), Roma, 18. 
Rooniacum, Rosny - sur - Seine, 

137, 457-460. 
Roseyo (Symon de), 157. 
Rosny-sur-Seine (S.-et-O.) : here- 

des Rooniaci, 137, 457-460. 
Rotelle Judeorum, 216. 
Rouen (Seine-Inférieure), Rotho- 

magum, 188, 259 : Rothoma- 
gensis ballivia, 93, 344, 452; 

ballivus, 85-92, 107, 128, 319, 

344, 452 ; burgenses, 319 ; dio- 

cesis, 84, 85 ; major, 52. 
Rougel (Giletus), 171. 
Roya, Roye, 109, 279. 
Royaumont (S.-et-O., commune 

d'Asnières-sur-Oise) : monachi 

Regalis Mentis, 142. 



293 



Roye (Somme), Roya, 279. — De 
Roya (Florencius), 109. 

Royon (Pas-de-Calais). — De Ro- 
yon (Donnardus, Vivandus), 83. 

Royssiacum, Roissy, 365. 

Rue (Johannes Wuyde) de Com- 
pendio, 259. 

Ruella (Guillelmus de), 340. 

Rungis (Seine), Rungiacum, 388. 

Ruolium juxta Feritatem Ancoul, 
Reuil, 410. 

Ruphus de Sulhi, 120. 

Ruria, 291, v. la Rivière. 

Rustici (Thomas), 337, 349. 

Saint-Alyre (Puy-de-Dôme, comm. 
de Clermoat-Ferrand) : abhas 
et conventus S. Yllidii Claro- 
montensis, 32. 

S.-Amans-de-Lursinade (Tarn-et- 
Garonne, comm. de Moissaci? 
Ancinade, 108. 

S.-Clément (Paris), v. Sainte-Cha- 
pelle. 

S.-Gloud (S.-et-O.), S. Clodoaldus, 
353. 

S.-Crépin-le-Grand, à Soissons 
( Aisne ), S. Grispinus major 
Suessionensis, 53. 
S. -Denis-sur-Seine (Seine), villa 
S. Dionisii, 362 : S. Dionisii 
ecclesia, 147; dominium abba- 
tis, 368. — Gapella versus S. 
Dionisium, la Chapelle-S. -De- 
nis, 407, cf. 360. — De S. Dio- 
nisio (Johannes), sencscallus 
Pictavensis, M8, 120. 
S.-Éloi, à Noyon (Oise), abbacia 

S. Eligii Noviomensis, 206. 
S.-Fuscien (Somme), S. Fuscia- 

nus in Bosco, 30. 
S.-Germain-des-Prés (Paris), S. 

Germanus de Pratis, 16. 
S.-Germain-en-Laye ( S.-et-O. ), 
S. Germanus in Laya, 149, 398. 
— V. les Fonds-de-S. -Léger, 
Hennemont. 



S. -Germain [leFaubourg-] (Paris), 
villa S, Germani de Pratis, 408. 
S. -Jean-des- Vignes, à Soissons 
(Aisne), S. Johannes in Vineis 
Suessionensis, 26. 
S.-Just (?). — De S. Justo (Jo- 
hannes), 44-64. 
S. -Léger [les Fonds-de-] (S.-et- 
0., comm. de S.-Germain-en- 
Laye), S. Leodegarius in Laya, 
393. 
S.-Léger-de-Gassenville (Seine , 
entre S. -Denis -sur- Seine et 
Stains ; cf. Lebeuf, Hist. de la 
ville et de tout le dioc. de Paris, 
Stains), S. Leodegarius, 383. 
S. -Leu-et-S. -Gilles (Paris), parro- 

chia SS. Lupi et Egidii, 387. 
S. -Marcel (Paris), S. Marcellus, 

359. 
S.-Mars ( S.-et-M. ), v. Villiers- 

Templeux. 
S.-Maur-les-Fossés (Seine), Fos- 

sata, 423, 425. 
S.-Médard, à Soissons (Aisne), S. 

Medardus Suessionensis, 25. 
S.-Mesmes (S.-et-M.), S. Maxi- 

mus, 414. 
S.-Paul-de-Brugues (Tarn-et-Ga- 
ronne, comm. de Durfort) ? — 
De S, Paulo in Caturcino (Pe- 
regrinus), 108. 
S.-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Ca- 
lais) : S. Pauli cornes, Guido, 
bulicularius Francie, 247. 
S. -Quentin (Aisne), S. Quintinus, 
247, 280, 342 : S. Quintini cano- 
nlcus, Robertus Régis, 24 1,242. 
S.-Riquier (Somme), S. Richa- 

rius, 286. 
Sainte-Chapelle [la] (Paris), capel- 
la régis Parisius, 138, 207; ca- 
pella inferior, 139; S, Blasius, 
140. — Capelle régis canonicus, 
Galterus, 202-205; magister, 
207; pueri, 203, 223. 



294 



Ste_Geneviève (Paris), S. Geno- 
vefa Parisiensis, 76, 77. 

Salarium, 256. 

Salis (dominus, alta justicia de), 
113. 

Salomo de Blangi, 99. 

Samois (S.-et-M. ), Samesium, 
299. 

Sancius, 180. 

Sancta, Sancti, Sancto, Sanctus, 
V. le mot suivant. 

Saône-et-Loire, v. Gluny, Mâcon. 

Sarcelles (S.-et-O.), Sercelle, 396. 

Sarraceni (Gobertus) deLauduno, 
321, 446 ; (Odardus), 446. 

Scacarius, 11, 128-132, 248. 

Scale (societas), 334. 

Sceaux (Seine), Geaus le Grant et 
Geaus le Petit, 422. 

Scolares, 204. 

Scoti de Placencia, 328. 

Scripta, scriptura, 92, 256. 

Sec (Leonardus le), 30, 33. 

Seine, v. Adamville, Antony, Ar- 
cueil, Aubervilliers, Aulnay, 
Bagneux, le Bourget, Bourg-la- 
Reine, Bry-sur-Marne, Gham- 
pigny- sur -Marne, Ghâtenay, 
Ghevilly, Ghoisy - le - Roi , la 
Gourneuve, Gréteil, Grèvecœur, 
Drancy, Dugny, Fontenay-sous- 
Bois, Fresnes-lez-Rungis, Gri- 
gnon, l'Hay, Issy- sur -Seine, 
Ivry-sur-Seine, Orly, Pantin, 
Paris (et les renvois sous ce 
mot), Pierrefitte-sur-Seine, le 
Plessis-Piquet, Puteaux, Run- 
gis, S. -Denis-sur-Seine, S.-Lé- 
ger-de-Gassenville, S.-Maur-les- 
Fossés, Sceaux, Stains, Sures- 
nes, Thiais,Yanves, Vincennes, 
Vitry-sur-Seine. 

Seine-et-Marne, v. Armentiè- 
res, la Gelle-sur-Morin, Chain- 
treaux, Changis, Chanteloup, la 
Chapelle - la - Reine , Ghâteau- 



Landon, le Châtelet-en-Brie, 
Ghelles , Ghessy , Gompans , 
Gonches, Condetum, Dammar- 
tin-en-Go('le, Dancy, Faremou- 
tiers, F'errières-en-Brie, la Fer- 
té-sous-Jouarre, Flagy, Fontai- 
nebleau, Germigny - l'Évèque, 
Gouvernes, Grés, Iverny, Ja- 
blines, Jossigny, Jouy-l' Abbaye, 
Jouy-sur-Morin, Juilly, Lagny, 
Longperrier, Lorrez-le-Bocage, 
Maisoncelles, Mauregard,Meaux, 
Melun, le Ménil-Amelot, Mitry, 
Montevrain, Montgé,Moret-sur- 
Loing, Mory, Moussy-le-Neuf, 
Moussy-le- Vieux , Nantouillet , 
Nemours , Pontault , Provins , 
Reuil, Romainvilliers, S.-Mes- 
mes, Samois, Thieux, Trilport, 
Ussy, Vareddes, Villeneuve-sous- 
Dammartin, la Villette - aux- 
Aulnes , Villiers-sur-Morin , 
Villiers-Templeux, Vinantes, 
Vineuil, Voulx. 
Seine-et-Oise, v. Achères, les Al- 
luets-le-Roi, Argenteuil, Arnou- 
ville-lez-Gonesse, Asnières-sur- 
Oise, Beaumont-sur-Oise, Belle- 
fontaine, Bonneuil, Bouqueval, 
Garrières-sous •Bois,Champlan, 
Ghâteaufort , Ghâtenay, Ghau- 
montel, Ghavenay, Ghevreuse, 
Gorbeil, Gormeilles-en-Parisis, 
Groissy, Dourdan, Épiais-lez- 
Louvres , Essonnes , Étampes, 
l'Étang-la- Ville, la Ferté-Alais, 
les Fonds-de-S. -Léger, Fosses, 
Fourqueux, Franconville-la-Ga- 
renne, la Frette, Garges, Go- 
nesse, Hennemont, Herbeville, 
Jagny, Jarcy, Limeil-Brévan- 
nes, Louveciennes, Luzarches, 
Mantes-sur-Seine, Mareil-Mar- 
ly , Marly-la- Ville , Marly-le- 
Roi, Massy, Maule, le Mesnil- 
Aubry, le Mesnil-le-Roi, Meudon, 



21): 



Meulan, Montigiiy-lez-Gormeil- 
les, Montlhéry, Ormesson, Palai- 
seau, Poissy, Pontault, Pontoise, 
Puiseux-lez-Louvres, la Queue- 
en-Brie , Roissy , Rosny-sur- 
Seine, Royaumont, S.-Gloud, 
S.-Gerraain-en-Laye, Sarcelles, 
Sèvres, le Thillay,Vaud'herland, 
Vémars, Yiarmes , Ville-d'A- 
vray, Villemilan, Villeneuve-le- 
Roi, Villeneuve - S. - Georges, 
Villepinte, Villiers-le-Bel, Yil- 
liers-sur-Marne. 

Seine-Inférieure, v. Auppegard, 
Gaux , Épouville , Fréauville , 
Harfleur, Leure, Rouen, Tan- 
carviile. 

Senescalcia Bellicadri, 78-80, 199; 
Carcassonensis , 127; Pictaven- 
sis, 125, 456 ; Pontivi, 66, 448. 

Senescalius Pictavensis, Johannes 
de S. Dionisio, 118, 120. 

Senior (Guill. de Hangest), 35; 
(Renaudus Barbou), 165, cf. 107. 

Senlis (Oise), Silvanectum, 267 : 
Silvanectensis ballivia, 2, 228- 
231, 327, 445, cf. 267-275. — 
De Silvanecto (P. Viarius), 115. 

Sens-sur- Yonne (Yonne), Seno- 
nis, 287 : Senonensis ballivia, 
5, 20, 101, 238-243, 449, cf. 
287-303; provincia, 210; rece- 
ptor, Theobaldus Armigeri, 20, 
101, 238-240, 243, 449. — Villa 
NovajuxtaSenonis, Villeneuve- 
sur- Yonne, 290. 

Sententia, 53, 54. 

September, 222, 318, 335-337, 346, 
349, 353, 365, 369, 371, 373, 
407, 409-433, 447, 449, 450, 453, 
454; V. S. Michael. 

Septimane, 204. 

Sercelle, Sarcelles, 396. 

Sere, 258. 

Servientes, 86, 171, 190, 211, 256. 

Setayns, Stains, 381. 



Sèvres (S.-et-O.), Sevré, 350. 

Sextarii, 57, 59, 61-63. 

Sigillum régis, 34. 

Silvanectensis, de Senlis : balli- 
via, 2, 228-231, 327, 445, cf. 
267-275. 

Silvanectum, Senlis, 267. — De 
Silvanecto (Petrus Viarius), 115. 

Simon, v. Symon. 

Societas Bardorum de Florencia, 
323 ; Gerdorum Alborum de 
Florencia, 324; Gerdorum Ni- 
grorum de Florencia, 325 ; Gla- 
rencium de Pistorio, 333 ; Mo- 
zorum de Florencia, 326 ; 
Petrucie, 332 ; Scale, 334 ; Sco- 
torum de Placencia, 328; Spine 
de Florencia, 335. 

Socii Guillelmi Flammingi, 36, 
37, 74. 

Soissons (Aisne) : S. Grispinus 
major Suessionensis, 53 ; deca- 
nus et capitulum Suessionenses, 
114 ; S. Johannes in Vineis, 26; 
B. Maria, 54 ; S. Medardus, 25. 

Solario (Stephanus de), 362. 

Solutio vadiorum, 91. 

Somme, v. Amiens, Boauquesnc, 
le Gardonnois, Gorbie, Doullens, 
Montdidier , Nesle, Péronne, 
Ponthieu, Roye, S.-Fuscien, 
S.-Riquier. 

Sommières (Gard), Summidrium, 
75. 

Sorene, Suresnes, 372. 

Sornatus Caucinel, 75. 

Soror tbesaurarii Hubcrti : Bea- 
trix, 163. 

Spine (societas) de Florencia, 335. 

Spovilla(Guillelmusde) ou d'Espo- 
villa, d'Éponville, 94, 341, 348, 
454. 

Stagnum Morcti, 13; Petre Fon- 
tis, 60 ; subtus Marliacum Ga- 
strum, l'Étang-la-Ville, 401. 

Stains (Seine), Setayns, 381. 



296 



Stampis (de), Étampes, 58. 

Stephanus li Aasiez, 161 ; Apelot 
de Giemo, 209 ; de Bien Fayte, 
145, 168; de Caméra, 183; fa- 
ber, 182 ; Haudri, 233 ; de Le- 
moYicis, 49 ; de Messilles, 209 ; 
de Monte S. Johannis, 143; de 
Solario, 362; de Susi, archidia- 
conus Brugensis, 236. 

Stipendiarii galearum, 124. 

Subsidium regni, 80-82, 210. 

Subventio personarum ecclesie, 
84, 85. 

Suessionensig, de Soissons, 25, 26, 
53, 54, 114. 

Sulhi (Rupbus de), 120. 

Summarius, 256. — Cf. Equi. 

Summe, 8, 9, 70, 127, 132, 135, 
1.57,164,260, 266,275,282,286, 
303,315, 318,327,338-343,349, 
353, 362, 365, 369, 371, 373, 
407, 411, 414, 428, 445-447, 
449-451, 453, 454,456,457,460. 

Summidrium, Sommières, 75. 

Suresnes (Seine), Sorene, 372. 

Susi, Suzy ? (Stepbanus de), ar- 
chidiaconus Brugensis, 236. 

Suspitio violationis ecclesie, 40. 

Suzy (Aisne) ? — De Susi (Ste- 
phanus), archidiaconus Brugen- 
sis, 236. 

Symon Arcuarius, 120 ; de Bail- 
lolio, 177; Boel, 229, 231; de 
Groyaco, 447; de Marchesiis 
228; Medicus, 116; Payen, 242 
Picardi, 219 ; de Roseyo, 157 
de Vento, 25. 

Tabellio, 256. 

Tallia Judeorum, 83. 

Tancarville (Seine - Inférieure) : 
cambellanus de Tanquarvilla, 
Robertus, 458. 

Tarn-et-Garonne, v. Camparnaud, 
S.-Amans-de -Lursinade, S.- 
Paul-de-Brugues. 



Tartarus (Lanfrancus) de Janua, 
156. 

Temple [le] (Paris), Templum, 
35, 148. — Villare Templi, Mil- 
liers -Templeux, 442. — De 
Templo (Gauffridus), 175. 

Tempus, 126, 224, 258, 260. 

Tergo (a), 9, 67-69, 137, 319. 

Termini, 119, 122, 123, 125-127, 
191, p. 257. 

Terra de Ambliniaco et de Kala, 
114; Guisnensis, 4; Johannis 
de Atrebato, 213; Ludovici fra- 
tris régis , 225 ; Symonis de 
Vento, 25 ; Yille Nove, 22. 

Tertio (pro) , 71, 136, 142, 146, 
149, 150, 158, 163, 165, 166. — 
Tercium feodi, 155. 

Testamentum, 256. 

Theil - sur ■ Vannes (Yonne) , v. 
Fosse-More. 

Theobaldus Arraigeri, 20, 101, 
238-240, 243, 449; de Corbolio, 
162 ; [dePouancé] episcopusDo- 
lensis, 34, 208, 221. 

Thesauraria, 258, 260. 

Thesaurarii, 258, p. 257: Henr- 
ricus, abbas Joyaci, 232, 260; 
Hubertus, 163. 

Thiais (Seine), Thioys, 395. 

Thiboudi (Guillelmus), 115. 

Thieux (S.-et-M.), Thius subtus 
Domnum Martinum, 433. 

Thillay [le] (S.-et-O.), Tilleyum, 
367. 

Thioys, Thiais, 395. 

Thius subtus Domnum Marti- 
num, Thieux, 433. 

Tholosa, Toulouse, 75. 

Thomas Godin, 50 ; Rustici, 337, 
349. — Thomassinus, 233 ; de 
Nealpha, 27. 

Thourotte (Oise), Thorota, 275. 

Tilleyum, le Thillay, 367. 

Tornacum, Tournai, 74. 

Tome Mare (Guido de), 75. 



207 



Toto (pro), 137, 143-145, 149, 

153-156,160, 171, 173, 221,457. 
Touca, Touques, 91. 
Toulouse (Haute -Garonne), Tho- 

losa, 75. 
Touques (Calvados), Touca, 91. 
Tournai (Belgique), Tornacum, 74. 
Tours (Indre-et-Loire) : Turonen- 

sis baliivia, 8, 104, 200, 201. — 

V. Turonenses. 
Trace, Troyes, 232. — De Trecis 

(Vivandus), 102. 
Trecensis, de Troyes, 121, 122. 
Tria (Johannes de), 126. 
Triacum le Port, Trilport, 428. 
Triennii décima, 76, 78. 
Trilport (S.-et-M.), Triacum le 

Port, 428. 
Troyes (Aube), Trecc, 232 : Tre- 
censis baliivia, 121, 122. — De 

Trecis (Vivandus), 102. 
Turonensis, de Tours, 8, 104, 200, 

201.— Turonenses, 71-132, 322- 

326, 328-337, 341, 344, 347-349, 

452, 453, 455, 456. 
Unonense, 151, v. Vernon. 
Ussy (S.-et-M.), Iciacum, 429. 
Usus Gampanie, 428. 
Uxor Guillelmi d'Erneval, Ydo- 

nia, 459 ; Pétri domini Gham- 

bleii, Ysabella, 460; Roberti 

cambellani de Tanquarvilla, 458. 
Vache (Petrus le), 257. 
Vadia, 47, 48, 87, 91, 92, 165-180, 

224, 247. 
Valenc. (Dionisius de), 155. 
Valletus régis : Petrus de Remis, 

218. 
Vallibus (Jehenotus de), iîlius 

Odardi Rebracye de Ponte 

S. Maxencie, 192. 
Vallis (Clara), Glairvaux-sur- 

Aube, 19; Maura,Vaumort,291. 
Vantiduno (Johannes de), 330. 
Vanves (Seine), Vanve, 408. 
Vareddes (S.-et-M.), Varetes, 432. 



Varenne-S.-Iïilaire (la), la Varen- 
ne-S.-Maur ou Adamville (Sei- 
ne, commune de S.-Maur-les- 
Fossés), Varenna, 423. 

Varennes (S.-et-O.), v. Jarcy. 

Varetes, Vareddes, 432. 

Varignies (Antelinus de), 225, 

Vassal (Guillelmus), 84. 

Vaud'herland (S.-ct-O.), Vauder- 
nant, 367. — De Vaudernant 
(Henrricus), 362. 

Vaumort (Yonne), Vallis Maura, 
291. 

Vectura denariorum, 256. 

Vellut (Donatus de) de Florencia, 
111. 

Vémars (S.-et-O.), Vemarç, 385. 

Venatoris (Johannes), 168. 

Venditores boscorum, 168. 

Vento (Symon de), 25. 

Verano (Johannes de S.), ^17. 

Verherie (Oise), Verbria, 273. 

Vermandois (le), Viromandia, 
234, 276-282 : Viromandensis 
baliivia, 3, 28, 42, 43, 97, 198, 
446. 

Verneuil-sur- Avre (Eure) , Verno- 
lium, 94, 132. 

Vernon (Eure), Verno, 132, 341 : 
capitulum V[er]aoaense, 151 ; 
castellania, 341, 

Vertus ( les ) ou Aubervilliers 
(Seine), Haubervillaro, 3G0. 

Vêtus argentum, 17; (Monciacum), 
Moussy-le- Vieux, 384; (Renau- 
dus Barbou), 107, cf. 165. — 
Vetera hernesia, 27. 

Via ad computaudum de décima, 
210; ad regem, 188 ; Britaunio, 
193-196; Burgundie, 218; a 
Leura Parisius, 87; apud Mag- 
dunum super Ligerim, Pruvi- 
num, Trecas, 232; Rome, 18; 
Viromandic et Flandrie, 234. 

Viarius (Petrus) de Silvanecto, 
115, 



298 



Viarmes (S.-et-O.) : dominus de 
Viermes, Petrus de Ghambleio, 
148. 

Vicecomitatus Gadomensis, 347 ; 
Vernolii, 94. 

■yicenne, Vincennes, 139, 202, 
426. 

Yicus, 428. 

Yidaume (dictus), 328, 329. 

Vienne, v. Montreuil - Bonnin, 
Poitiers. 

Vienne (Haute-), v. Limoges. 

Viermes, Viarmes, 148. 

Vierzon (Cher) : feodum Virzonis, 
145. 

Vietus d'Aupegart, 97, 105. 

Vile (Mailiacum la), Marly-la- Ville, 
386. 

Villa Attrebati, 337; Gathalani, 
115; Gorbeye, 337; Gorbolii, 
417 ; S. Dionisii, 362 ; S. Ger- 
mani de Pratis, 408; Lauduni, 
39 ; Parisius, 320; Pissiaci, 338; 
Pontisare, 340. — Villa ad Asi- 
nos, la Villette - aux - Aulnes, 
439; d'Avray, Ville - d'Avray, 
350; (Bona), Bonneville-sur- 
Touques, 86; Millan, Villemi- 
lan, 366; Nova (?), 22; Nova 
subtus Domnum Martinum , 
Villeneuve - sous - Dammartin, 
424; Nova S. Georgii, Ville- 
neuve - S. - Georges, 444 ; Nova 
Régis, Villeneuve-le-Roi, 389; 
Nova Régis in Belvacinio, la 
Villeneuve-le-Roi, 277; Nova 
juxta Senonis, Villeneuve-sur- 
Yonne, 290 ; Picta, Villepinte, 
374. 

Villare le Bel, Villiers-le-Bel, 391; 
super Morayn, Villiers-sur-Mo- 
rin, 443; (Ramatum), Romain- 
villiers, 442; Templi, Villiers- 
Templeux, 442. — De Villari 
(Amelius), dominus de Salis, 



113. — Villaria super Briacum, 
Villiers-sur-Marne, 390. 

Ville - d'Avray (S.-et-O.), Villa 
d'Avray, 350. 

Villemilan (S.-et-O., comm. de 
Wissous), Villa Millan, 366. 

Villeneuve-le-Roi [la] (Oise), Vil- 
la Nova Régis in Belvacinio, 
277. 

Villeneuve-le-Roi (S.-et-O.), Vil- 
la Nova Régis, 389. 

Villeneuve-S. -Georges (S.-et-O.), 
Villa Nova S. Georgii, 444. 

Villeneuve-sous-Dammartin (S.- 
et-M.), Villa Nova subtus Do- 
mnum Martinum, 424. 

Villeneuve-sur- Yonne ( Yonne ) , 
Villa Nova juxta Senonis, 290. 

Villepinte (S.-et-O.), Villa Picta, 
374. 

Villeta (Johannes de), 10. 

Villette [la] (Paris), Villeta S. La- 
zari, 402. 

Villette-aux-Aulnes [la] (S.-et-M., 
comm. de Mitry-Mory), Villa 
ad Asinos, 439. 

Villiers-le-Bel (S.-et-O.), Villare 
le Bel, 391. 

Villiers-sur-Marne (S.-et-O.), Vil- 
laria super Briacum, 390. 

Villiers-sur-Morin (S.-et-M.), Vil- 
lare super Morayn, 443. 

Villiers - Templeux (S. - et - M., 
comm. de S. -Mars), Villare 
Templi, 442. 

Vina, 14, 61-64, 235. 

Vinantes (S.-et-M.), 412. 

Vincencio (Guillelmus de S.), 
228-231, 327, 445. 

Vincennes (Seine) : Vicennarum 
capella, 202; capellanus, 139. 
— Foutanetum versus Vicen- 
nas, Fontenay-sous-Bois, 426. 

Vincestria, Winchester, 35. 

Vineis (S. Johannes in), S.-Jean- 
des- Vignes, à Soissons, 26. 



299 



Vineuil (S.-et-M., comm. de S.- 

Mesmes), Vinolium, 414. 
Vintimille (Italie). — De Vinte- 

milIe(Oliverus), 112. 
Vinum, 14, 61-64, 235. 
Violatio ecclesie, 40. 
Viromandensis, de Vermandois, 

3, 28, 42, 43, 97, 198, 446. 
Viromandia, le Vermandois, 234, 

276-282. 
Virzo, Vierzon, 145. 
Vitam (expensa ad), 158-164. 
Vitriacum : Yitry - aux - Loges 

(Loiret), 308 ; Vitry-en-Perthois 

ou le Brûlé (Marne), 121, 122; 

Vitry-sur-Seine (Seine), 395. 
Vivandus de Royon, 83 ; de Tre- 

cis, 102. 
Voluntatem (expensa ad), 186. 
Voulx (S.-et-M.), Voos, 292. 
Wagnon (Ada) de Lauduno, 23. 
Winchester (Grande-Bretagne) : 

Vincestrie episcopus [Johannes 

de Pontisera], 35. 



Wissous (S.-et-O.), v. Villemilan. 
Wuyde Rue (Johannes) de Gom- 

pendio, 259. 
Ydonia uxor Guillelmi d'Erneval, 

459. 

Yèvre-le-Ghâtel (Loiret), Evra, 
311. 

YUidius (S.) Glaromontensis, S.- 
Alyre, 32. 

Yonne, v. Ghéroy, Dixmont, Dol- 
lot, Fosse-More, Grange-le-Bo- 
cage, Lixy, Malay-le-Roi, Pont- 
sur- Yonne, la Rivière, Sens-sur- 
Yonne, Yaumort, Villeneuve- 
sur- Yonne. 

Yonne (F) . — Pontes super Yonam, 
Pont-sur- Yonne, 288. 

Ysabella uxor Pétri doniini 
Ghambleii, 460. 

Yssiacum, Issy-sur-Seine, 408. 

Yverniacum, Iverny, 409. 

Yvriacum, Ivry-sur-Seine, 395. 



DEUX LETTRES 

DE BERTRAND DU GUESCLIN 



ET 



DE JEAN LE BON, COMTE D'ANGOULÊME 

^368 ET 4444. 



A Monsieur Alfred Maury^ membre de l'Institut^ directeur général 
des Archives nationales. 

Mon cher collègue, confrère et ami, 
Les deux établissements à la tête desquels nous avons l'honneur 
d'être placés se partagent le privilège de conserver les monuments 
les plus précieux de notre histoire. Tous deux ont leurs racines dans 
les anciennes institutions de la France ; tous deux ont passé par les 
mêmes vicissitudes, tous deux se prêtent un mutuel appui pour 
fournir un aliment aux études des historiens. Les classements et les 
catalogues qui se font dans l'un et dans l'autre dépôt convergent 
vers un but commun : la mise en ordre et la connaissance appro- 
fondie de tous les textes dans lesquels les siècles passés ont gravé 
leur image en traits ineffaçables. Quelles preuves vous nous avez don- 
nées, vous, vos chefs de section et vos archivistes, de votre sollicitude 
pour les intérêts de la Bibliothèque ! Quels services vous nous avez 
rendus et vous vous préparez à nous rendre, en portant vos investi- 
gations sur les parties de nos fonds qui peuvent servir à combler des 
lacunes dans vos collections! La Bibliothèque, de son côté, n'a rien 
tant à cœur que d'associer ses efforts à ceux des Archives. Elle vou- 
drait avoir fréquemment l'occasion de leur témoigner ses sentiments 



301 

fraternels et de contribuer à l'accroissement et au }3on aménagement 
des richesses dont vous avez le droit d'être fiers, puisque vous en faites 
largement profiter la nation tout entière. Une de ces trop rares occa- 
sions vient de se présenter ; je me liâte de la saisir et de vous en 
faire part. 

Ces jours derniers, dans un lot de parchemins qu'un ami soumet- 
tait à mon examen, je remarquai deux pièces d'une valeur tout à fait 
exceptionnelle : une longue lettre de Du Guesclin, écrite sur papier, 
et une lettre entièrement autographe, adressée par Jean, comte d'An- 
goulême, à son frère, le poêle Charles, duc d'Orléans. A plus d'un 
signe je reconnus que l'une et l'autre lettre avaient jadis fait partie 
de la section historique de vos archives, et qu'elles avaient leurs 
places marquées dans la série des Monuments historiques^ dont notre 
regrette Jules Tardif a si rigoureusement déterminé les dates, si cor- 
rectement établi les textes, si minutieusement analysé le contenu. Je 
fis part à mon ami de mon observation sur l'origine des deux pièces 
qui étaient sous nos yeux et dont il appréciait parfaitement l'intérêt. 
il me chargea sur-le-champ de les réintégrer dans vos cartons, en 
poussant la délicatesse jusqu'à ne pas vouloir être nommé, pour se 
soustraire aux remerciments que mérite toute personne qui fait ren- 
trer dans nos dépôts publics les pièces qui en sont sorties à des 
époques plus ou moins reculées. 

Pour me conformer aux intentions de mon ami, je remets donc 
entre vos mains, mon cher et savant collègue, la lettre de Du Gues- 
chn et celle de Jean, comte d^Angoulême. La Bibliothèque, je l'avoue, 
enviera aux Archives la possession de tels documents. Je vous les 
livre cependant avec grand plaisir, en vous demandant simplement 
la permission de les publier dans la Bibliothèque de l'École des 
chartes. 

Je me borne à en donner le texte. C'est à notre confrère M. Siméon 
Luce qu'il appartiendra de commenter la lettre dans laquelle Ber- 
trand Du Guesclin a si fièrement laissé l'empreinte de son caractère. 
Quant à la lettre du comte d'Angoulême, je dois laisser à l'historien 
de Charles VII, à M, le marquis de Beaucourt, le soin de mettre en 
lumière les renseignements qu'elle renferme sur les événements de 
l'année ■1444. Je dois seulement faire remarquer la pureté cl l'élé- 
gance avec lesquelles sont tracées les onze lignes de la lettre du 
comte d'Angoulême. Ce prince était, en effet, un calligraphe exercé. 
Un inventaire dressé en l'année -1467 nous apprend qu'il avait copié 

20 



302 

de sa main neuf volumes de théologie, d'histoire et de littérature ^ 
dont l'un (n° 3638 de notre fonds latin) est exposé dans une armoire 
de la galerie Mazarine, comme un témoignage des goûts éclairés du 
grand-père de François I". 

Mais j'oublie que les deux pièces dont je suis détenteur ont hâte de 
regagner la place qu'elles doivent occuper dans vos cartons ou peut- 
être dans les vitrines de votre musée. Il faut m'en séparer sans 
phrases et me consoler de la séparation en pensant que vous et vos 
collaborateurs vous serez heureux de voir rentrer ces deux joyaux 
dans votre trésor. 

Veuillez agréer, mon cher collègue, confrère et ami, l'assurance de 
mon affectueux dévouement. 

Léopold Delisle. 



I. LETTRE DE BERTRAND DU GUESCLIN AU SIRE DE LA VOUTE. 

5 juillet 1368. 

Le sire de la Voûte, j'ay bien veu ce que escript m'avez, com- 
mant, quant Perrin de Savoye fut issu de Tarrasconne^, que 
aucunes gens de mes compaignes voulirent y entrer par force, et 
oultre le gré de ceulx qui la porte gardoient. Si vueillez savoir 
que vous feistes bien semblant que ils y vouloient entrer à force, 
car vous en tuastes un tout mort, et l'autre bleçastes, et aussi 
avez vous monstre samblant que vous ne me voulez aucun bien ne 
à Monseigneur d'Anjou; car vous cuidez mettre les genz qui sont 
aveques moy en rébellion, par quoy ils soient contre Monseigneur 
d'Anjou ; car vous avez cuidé prandre à prisonniers les gens qui 
sont aveques moy et propres de mon hostel, et les avez assailliz 
les espées traittes, en leur demandant la foy, sans vous avoir 
onques en rien mesfait. Et mes bouteillers qui venoient de Biau- 
cayre, vous ou voz gens les avez assailliz et bleciez. Et toute la 
cause que vous povez dire est pour ce que un des corapaignons 
couppa le poing d'un sien prisonnier, qu'il avoit pieça prins en 
prouvance qui li avoit menty sa foy. Si avez trop à faire, se vous 



1. Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, I, 148 et 149. 

2. Ici et plus bas le scribe a écrit Trascon, avec deux signes d'abréviation 
sur le commencement et sur la fin du mot. 



303 

estes corroucié de touz les Prouvançaux qui sont ennemiz de 
Monseigneur, à qui l'an fera desplaisir. Car tout le desplaisir que 
nous leur pourrons faire, nous ferons, ou il vous plaise ou non. 
Et de ce que vous nous appeliez genz de campaigne, nous sommes 
petiz compaignons, qui o l'aide de Dieu aurons droit de vous, se 
vous nous avez fait tort. Et se mes genz vous avoient mesfait, je 
estois assez puissant de vous en faire raison, et lesquelx vous 
détenez prins, ja soit ce que ils ne vous aient en rien mesfait, 
comme j'ay enquis et entendu. Et de ce que vous dittes qu'ils ont 
essayé entrer par force en la ville, et ne savez pour quoy, vueillez 
savoir que mes genz et moy sommes aussi loiaux comme vous, 
ou plus, devers Monseigneur d'Anjou ; car onques pour sa guerre 
ne meistes bacynet sur teste, en assaut de ville ou autrement; 
mais vous avez bien mis l'espée ou poing pour prandre mes gens 
à prisonniers, et les tenez encore prisonniers. Et vueillez savoir 
que, aussi tost comme vous serez hors du service de Monseigneur 
d'Anjou, je vous monstreré* bien que vous avez commancée la 
guerre sur moy ; et tout le dommage que je pourré, je vous por- 
teré, et à toutes voz terres et biens. D'endroit les bestes qui sont 
prinses de la ville de Tarrasconne, envoiez des bonnes genz de la 
ville deux hommes par devers moy, et je leur feray rendre leur 
bestes, se aucunes en ont esté prinses ; car je ne vouldroie pour 
nulle chose faire le desplaisir de Monseigneur d'Anjou. Escript 
à Maillonne, le mercredi v" jour de juillet, soubz le seel Monsei- 
gneur Robert de Lanvalla}- , pour l'absence du mien. 

.B.B^ Bertram du 

GUERCLIN^ 
(Original, écrit sur une feuille de papier longue de 305 millimètres et 
large de 210, sans adresse au dos et sans trace de fermeture.) 

II. LETTRE DE .JEAN LE BON, COMTE d'ANGOULÊME, A SON 
FRÈRE LE DUC d'oRLÉANS. 

11 juin 1444. 
Monseigneur mon frère, comme celui qui plus doit amer vostre 

1. On ]>ourrait lire aussi bien monslcrré. 

2. Ces deux B, à côté desquels se voient les traces d'un cacliet en cire 
rouge, pourraient bien avoir été tracés par Berlran Du Guesclin. 

?>. Cette signature est de la main qui a écrit le corps de la lettre. 



304 

bien et honeiir, je vous escris mon avis qui est tel. Il est de 
nécessité pour le bien de la pais que vous avés commencée et 
avés honeur, que vous vous teniés près du roy, et que pour 
nulle occupacion vous ne vous en absentés, car en cest article 
gist l'avancemaut de la pais, vostre honeur et profit, et ma déli- 
vrance. Item pour aquerir amour du royaume et pour traire le 
roy dez mains où il est, faites que par vostre moyan le araeniés à 
Paris. Item faites que toute diligence soit faite, que le mariage 
du roy d'Engleterre soit consomé, et pour cause. Item faites que, 
pour vuider lez gens d'armes de nostre parti, vous soyés servi en 
vous aydant pour avoir vostre lieritage de Lombardie, etc. Item 
plaise vous moy ayder à ceste fois, car onques n'en eûtes tel mar- 
chié; et ce mez amis me fallent à ceste fois pour cy peu, je me 
tien pour abandoné. Item plaise vous faire que je puisse estre poié 
de ma pencion qui m'est deue de ceste anée et partie de l'aultre ; 
car vous povés pencer que je en ay bien à faire, ce vous ne avez 
oublié^ que c'est d'estre en dangier. Item faites que le roy me 
done aucun don sur Tournay ou autre place, pour moy aquiter 
de pardeça, car nientmains je sçay que le roy me aydera quant 
il me verra. Item prenés vous garde de maistre Jehan le Fuze- 
lier ; car je ay ouy par Angles que il pence à faire ung vidimus ; 
et ce il vous eschape en telle manière, chascun ce moquera 
de vous, et non pas sans cause. Ce la chose est bien conduite, il 
a bien de quoy vous ayder, et moy aucy. Escript de ma main, le 
xi^ jour de juig, à Cliierbourg. 

Jehan. 
A Monseigneur d'Orléans ^ 

(Original autographe, écrit sur une petite bande de parchemin longue 
de 172 millimètres et large de 70. — La lettre pliée ne mesurait que 
60 millimètres sur 8.) 



1. L'original porte oublier. 

2. Cette suscription est écrite au dos de la lettre, de la main du comte d'An- 
goulême. 



LA FORMULE 

REX FRANCORUM ET DUX AQUITANORUM 

DANS LES ACTES DE LOUIS VIL 



Louis VII , qui dans ses plus anciennes chartes s'est intitulé 
reœ Francorum et duœ Aquitanoruni, et qui à la fin de son 
règne ne s'appelait que Francoru7n rex, n'a pas renoncé au 
titre de duc d'Aquitaine au moment où il répudia la reine Aliénor ; 
pendant plus de deux années , quoique sa première femme l'eût 
définitivement quitté pour en épouser un autre, il ne changea 
rien à la suscription de ses actes*. Il peut être intéressant de 
rechercher l'époque à laquelle il a cessé de se qualifier duc d'Aqui- 
taine, les raisons pour lesquelles il a conservé ce titre après la 
dissolution de son mariage, les motifs qui l'ont déterminé à l'aban- 
donner. 

Tout d'abord, il est à noter que la forme duœ Aquitanorum 
est la seule correcte, puisque seule elle se rencontre en tête des 
pièces originales et sur le contre-sceau équestre de Louis VIP; 
on ne trouve dux Aquitaniœ que sur les copies ou dans les 
éditions ; tel est le cas de plusieurs lettres écrites à Suger ou à 
d'autres personnes^; ces lettres, que nous ne possédons plus 
sous leur forme première , ne prouvent rien contre les actes 
authentiques ; elles montrent seulement que l'éditeur n'a pas bien 

1. Ce fait a été remarqué par le Père Daniel : Histoire de France, tome III, 
1729, 111-4", page 293 : « Cependant il retint toujours, ou du moins encore 
quelque tems après, le titre de duc de Guiennc, et on l'y voit porter dans d'an- 
ciennes Chartres signées de lui, après la dissolution du mariage. » 

2. Les mots et dux Aquitanorum figurent en toutes lettres sur le contre- 
sceau. 

3. Recueil des Historiens de France, XV; p. 496, n» 37; p. 501, n°^ 49, 50, 51, 
52; p. 508, n" 68; p. 513, n" 81 ; p. 529, n" 121. 



306 

résolu une abréviation du manuscrit, ou que le copiste, en trans- 
crivant dans son recueil la lettre originale, a fait la même faute; 
ce dernier cas a dû se présenter souvent, puisque la forme dux 
Aquitaniœ est fréquente dans les chroniques '. 

C'est le 21 mars 1152 ^ que l'assemblée de Beaugenci, se fon- 
dant sur la parenté des conjoints, déclara nul le mariage du roi 
de France et d'Aliénor d'Aquitaine. Or le titre de reœ Franco- 
rum et dux Aquitanorum se retrouve sur des actes datés de 
1152, 1153 et 1154. 

Voici rénumération de ceux qui me sont connus ; autant que 
possible , pour diminuer les chances d'erreurs , je me bornerai à 
citer les documents originaux^. 

Actes postérieurs au 2i mars i\52 dans lesquels Louis VII s'intitule 
REX Francorum et DUX Aquitanorum. 

^. Diplôme de Louis VII, par lequel il affranchit une serve nom- 
mée Agnès, veuve de Pierre Leborgne de Villeneuve. Archives natio- 
nales, K 23, n" \^^^] publié par M. Tardif, Cartons desrois^ p. 273, 
col. 'I, no S'IS : « Actum Parisius, anno ab Incarnatione Domini 
M" G" LU", regni nostri XVP. » La seizième année de Louis VII, à 
dater de la mort de Louis VI, commença le l^"" août U^2. 

2 . Diplôme de Louis VII, confirmant une vente de trente sous de 
cens faite par Gervais de Tourotte, sa femme et ses fils, à la maison 
de Saint-Lazare de Paris. Arch. nat., K. 23, n° ^6; Tardif, p. 273, 
col. 2 , no 54 9 : « Actum publiée Parisius , anno dominice Incarna- 
tionis M" G° L" IP, regni vero nostri XVP. » 

3. Diplôme de Louis VII par lequel il afiranchit Jean du Vieil- 
Ëtampes, hôte de l'abbaye de Saint- Victor, sa femme et ses enfants. 

1. M. Delisle a depuis longtemps démontré que le même fait s'est produit à 
propos du titre de Francorum rex, et que les pièces émanées de Philippe- 
Auguste dans lesquelles on trouve la forme Francise rex doivent être corrigées. 
Catalogue des actes de Philippe-Auguste, p. lxiv. 

2. Histovia gloriosi régis, à la suite d'Airaoin, dans le ms. latin 12711, fol. 172 : 
« die Veneris ante dominicam de Ramis Palraarum. » 

3. Parmi les pièces analysées dans la Tat)le des diplômes et chartes, pour les 
années 1152 et 1153, je n'ai rencontré que deux fois le titre de roi de France 
sans celui de duc d'Aquitaine (p. 214). 



307 

Arch. nat., R. 23, n° 17; Tardif, p. 274, col. i, n» 522 : « Aciiim 
publiée Parisius, anno ab Incarnatione Domini millesimo C/" LUI", 
regni nostri XV1°. » 

4. Diplôme de Louis VII en faveur de l'abbaye de Saint-Denis. Le 
roi donne à l'abbaye la mairie d'Argenteuil. L'original de cette pièce, 
qui a été publiée par Doublet, p. 876, se trouve de nos jours à la 
Bibliothèque nationale, fonds latin, nouvelles acquisitions, n" 2222 : 
« Actum publiée in capitulo Sancti Dyonisii, anno Verbi incarnati 
M" G° L° IP, regni vero nostri XVII°. >> La dix-septième année de 
Louis VII, comptée, comme ici, à partir de la mort de Louis VI, 
commença le 1" août ^^33; l'une des deux dates portées par cette 
pièce est donc fausse; il n'en est pas moins certain qu'elle est posté- 
rieure à mars i]52, antérieure au mois d'août 'Hd4 ; elle doit donc 
être citée ici. 

5. Diplôme de Louis VII en faveur de l'abbaye de Fleury. Les 
lieux d'Yèvre, Bouilly, Boulonville et Bouzonville, dépendants de 
l'abbaye, sont déclarés exempts de certaines exactions que leur ont 
imposées les officiers royaux. Le roi donne aux habitants de ces 
villages le droit de témoigner en justice. Bibl. nat.; Clairambaull, 
vol. 209, n° 4; cette pièce a été publiée, d'après le cartulaire de 
Fleuri [Archives du Loiret)^ par M. Luchaire_, Histoire des institu- 
tions monarchiques, tome II, page 3^9, nM6 : « Actum Parisius, 
anno ab Incarnatione Domini M" C° LIIP, regni vero nostri XVP. » 

6. Diplôme par lequel Louis VII confirme un accord conclu en sa 
présence entre Ansoud, prieur de Saint-Denis, et Clémence, comtesse 
de Dammartin, au sujet des droits qu'elle prétendait avoir au Trem- 
blay. Arch. nat., K 23, n" 1 8 ; Tardif, p. 274, col. 2, n" 523 : « Actum 
Parisius , anno ab Incarnatione Domini IVP G° LIIP, regni vero nos- 
tri XVIP. » 

7. Diplôme de Louis VII ; échange de serves entre le roi et les 
chanoines de Notre-Dame de Paris. Arch. nat., K. 23, nM9; Tardif, 
p. 275, col. \, n" 524 : « Actum publiée Parisius, anno ab Incarna- 
tione Domini Mo G° LI1I°, regni nostri XVIP. » 

8. Diplôme de Louis VII, par lequel il donne à Eudes, abbé de 
Saint-Denis, un château construit sur une terre de l'abbaye, près de 



308 

Saint-Clair, dans le Vexin. Arch. nat., K. 23, n» 20; Tardif, p. 275, 
col. 2, n° 525 : « Actum publiée Parisius, anno dominice Incarna- 
tionis M° G° LIIP, regni nostri XVII°. » 

9. Diplôme par lequel Louis VII atteste que les chanoines de Sainte- 
Opportune ont cédé la moitié de leurs marais, pour être mis en cul- 
ture, moyennant douze deniers de cens par arpent. Arch. nat., K. 23, 
n''23; Tardif, p. 277, col. 2, n" 531 : « Actum publiée Parisius, anno 
ab Inearnatione Domini M° G" LIIIP, regni vero nostri X° VIIIo. » La 
dix-huitième année du règne commença le -I" août ^^54. 

Actes portant la date de ^ ^ 54 , dans lesquels Louis VII s'intitule 
Francorum rex. 

^ . Charte du roi Louis le Jeune en faveur des églises de Saint- 
Sernin et de la Daurade de Toulouse. Gartulaire de Saint-Sernin de 
Toulouse; Histoire de Languedoc, édition in-4°, tome V, col. 4 175 : 
a Data Tolosae per manum Rogerii cancellarii régis et abbatis Sancti 
Euvercii Aurelianensis, anno ab Inearnatione Domini M G LIIII. » 

2. Diplôme par lequel Louis VII concède à l'abbaye de Saint-Denis 
un marché qui devra se tenir le vendredi, près d'un château cons- 
truit par Henri, roi d'Angleterre, dans un domaine de l'abbaye, près 
de Saint-Glair-sur-Epte. Arch. nat., K. 23, n° 2< ; Tardif, p. 276, 
col. 2, n° 529 : « Actum pulDliee Mileduni, anno dominice Incarna- 
tionis M° G" LIIIP. » L'année du règne n'est pas indiquée. 

3. Diplôme par lequel Louis VII fonde une chapelle en l'honneur 
de la sainte Vierge, dans son palais, à Paris, et fixe les droits du 
chapelain chargé de la desservir. Arch. nat., K. 23, n° 22; Tardif, 
p. 277, col. -1, n" 530 : « Actum publiée Parisius, anno dominice 
Incarnationis M" G° LIIII. » Pas d'année de règne. 

Les pièces que je viens de citer ne portant jamais la mention 
du jour et du mois, je ne sais si le roi de France a continué à se 
faire appeler duc d'Aquitaine dans la courte période qui précéda 
le mariage d'Aliéner avec Henri Plantagenêt. Il semble qu'en 
droit Louis VII eût dû renoncer dès cet instant à toute préten- 
tion sur l'Aquitaine; Aliénor, en effet, tout en cessant d'être 
reine de France, restait l'héritière de Guillaume X. Mais le roi 



309 

devait avoir peine à se séparer de ces vastes domaines dont il 
avait été longtemps le seigneur*, et même après la rupture de 
son mariage, il ne pouvait oublier les droits éventuels de ses filles 
Marie et Alix à la succession de leur grand-père. D'ailleurs, un 
événement, qui peut-être n'était pas imprévu, ne tarda pas à 
rendre impossible cette renonciation. 

Deux mois s'étaient à peine écoulés qu' Aliéner devenait l'épouse 
d'Henri Plantagenêt*. Henri ne pouvait devenir le seigneur, ni 
même l'administrateur temporaire des domaines de sa l'erame, 
sans que la royauté française en fût menacée. S'il lui naissait un 
fils, la princesse Marie, fille de Louis VH et fiancée de Henri le 
Libéral, perdait ses droits à l'héritage d'Aliénor^. Louis VII ne 
pouvait sanctionner par un abandon volontaire un changement 
aussi grave pour sa monarchie, aussi funeste à ses enfants. 

Après l'assemblée de Beaugenci, la duchesse s'était empressée 
de réclamer sa terre * ; mais rien ne donne à croire qu'avant de 
transporter à Henri Plantagenêt son magnifique héritage, elle ait 
ni demandé ni obtenu le consentement de Louis VII, son suzerain. 
Le roi de France avait dès lors un prétexte à citer en sa cour le 
nouveau duc, qui refusa de comparaître. M. d'Arbois de Jubain- 
ville a démontré ^ que Louis VII devait considérer comme irré- 
gulier le mariage d'une de ses vassales, accompli sans son auto- 
risation, et que la citation adressée à Henri fut la conséquence de 
cet acte contraire aux prescriptions du droit féodal. h'Historia 
gloriosi régis, sans donner les motifs de l'ajournement, dit que le 
défaut de Henri eut pour conséquence l'attaque par Louis VII de 
ses possessions normandes, le siège et la prise de Vernon ^. Il en 

1. Louis VII, à peine marié, date une charte de son palais de Bordeaux [His- 
toriens de France, t. XVI, p. 2). Il se considérait si t»ien comme l'héritier de 
l'Aquitaine qu'on le voit, dans une de ses lettres, traiter de père le duc Guil- 
laume X : (( patris et domini nostri G. Aquitanoruin duels. » {Historiens de 
France, t. XVI, p. 3.) 

2. Vers le 18 mai 1152, « circa Penthecosten, » Robert de Torigui, édition 
Delisle, p. 260. M. Delisle publie en note une charte prouvant que le mariage 
est antérieur au 27 mai 1152. 

3. « Habebat enim duas filias de ea, et ideo nolebat ut ab aliquo illa filios 
exciperet, unde prœJictœ filise suœ exheredarentur (Uoberl de Torigni, t. I, 
p. 2G0-2G1). 

4. Historia gloriosi régis, à la suite d'Aimoin, ms. latin 12711, Fol. 172 : « quo 
peracto Alienor terram suam A(iuitaniam celeriler requisivit. » 

5. Histoire des comtes de Champagne, t. III, p. 29 et suivantes. 

6. Ms. lat. 12711, fol. 171 verso : « Hoc modo quo predictum est adquisivil 



310 

faut conclure que la cour avait déclaré confisqués les fiefs du 
vassal rebelle. Le mariage avec Aliénor est la seule cause que 
l'on puisse trouver à cette citation et à cette sentence, Henri 
n'ayant à ce moment commis aucun autre délit qui soit men- 
tionné par les chroniqueurs. Sous ce prétexte plus ou moins spé- 
cieux, Louis VII put continuer à s'intituler duc d'Aquitaine. 

Je n'ai pas à raconter ici, dans ses détails, la guerre qui fut 
faite à Henri Plantagenêt, en exécution de la sentence prononcée 
par la cour du roi. L'invasion des états normands eut lieu peu 
après le 24 juin 1152, alors que le compétiteur d'Etienne de Blois 
préparait à Bartieur son départ pour l'Angleterre. D'après Robert 
de Torigni, Louis VII avait avec lui Henri P"" le Libéral, comte 
de Champagne, Eustache IV, comte de Boulogne, fils d'Etienne 
de Blois, Robert, comte de Dreux et comte du Perche; en même 
temps, Geofîroi, frère de Henri, se révoltait en Anjou ^ Le roi et 
ses quatre confédérés s'étaient partagé d'avance les états de leur 
adversaire ^ Nul doute que Louis VII ne se fût attribué, entre 
autres, le duché d'Aquitaine. Parti de Barfleur le 16 juillet 1152 ^, 
Henri arriva trop tard pour empêcher la capitulation de Neuf- 
Marché. Je me bornerai à relever, parmi les événements qui 
suivirent, le retour offensif de Henri sur l'Anjou, vers la fin 
d'août 1152, et la soumission de Geoffroi, la conclusion d'une 
trêves le passage de Henri en Angleterre dans la semaine qui 
suivit le 6 janvier 1153^, la reprise des hostilités, le siège et la 

et restituit perfido Henrico Normanniam rex Ludovicus, non previdens perfidiam 
quam postea ille contra ipsum machinatus est. Nam post modicum terapus con- 
tigit quod vulgari proverbio dicitur, quod quanto magis exaltatur iniquus, taato 
amplius adversus benefactorem suum se extollit. Scilicet Henricus, Norraanie 
per manura régis dux etFectus, ultra modum superbiens, ante domiuum suum 
regera Ludovicum defecit a justicia.... » Le chroniqueur raconte ensuite le siège 
de Vernon. 

1. D'Arbois de Jubainville, Hist. des comtes de Champagne, t. III, p. 31; 
Robert de Torigni, édition Delisle, t. I, p. 261. 

2. Robert de Torigni, t. I, p. 261 : « ut ei Normanniam et Andegavensem 
comitatuni, et ducatum Aquitaniœ, quem cum uxore sua acceperat, imrao et 
omnem terram suam auferrent, quam etiam inter se hi quinque diviserunt. » 

3. Robert de Torigni, ibidem : « XVII kalendas augusli. » 

4. Robert de Torigni, p. 262 : « sapienter se habens, sua viriliter defendendo, 
et bumiliter domino suo régi deferendo, ab omnibus, etiam ab inimicis, admo- 

dum laudalus est Inde datis induciis inter eum et regera, prœparavlt se ad 

transfretandum in Angliam ; in qua re potest admirari audatia ejus. » 

5. Le même, p. 271. 



3U 

prise de Vernon, à la fin de juillet, par Louis VII assisté de 
Thierry, comte de Flandre*, le débarquement de Henri en Nor- 
mandie, vers le 4 avril 11542, ^j^g expédition en Aquitaine, où il 
soumit une révolte^, et d'où il était revenu le 24 juin 1154, puis- 
qu'à cette époque il se trouvait à Rouen', enfin la conclusion 
de la paix au mois d'août de la même année : « Mense augusto, 
concordati sunt Ludovicus rex Fraucorum et Henricus dux Nor- 
mannorum hoc modo : rex reddidit ei duo castella, Vernun et 
Novum Mercatum, et dux dédit ei duo milia marcarum argenti 
pro resarciendo darapno quod rex passus luerat in capiendo, 
muniendo, tenendo easdem firmitates^. » Les chroniqueurs s'ac- 
cordent à dire qu'il s'agit bien d'une paix, non d'une trêve*"', et 
Robert de Torigni nous montre les deux adversaires tout à fait 
raccommodés, en apparence du moins, dès le commencement 
d'octobre '. 

Pendant la guerre dont je viens d'énumérer les principaux 
incidents, Louis VII continua de se qualifier en tête de ses divers 
actes 7^ex Francormn et dux Aquitanorum . La révolte que 
Henri dut réprimer en Aquitaine au printemps de 1154 prouve 

1. Le même, p. 277; extrait de la chronique de Lambert de Waterloo, Ilisio- 
riens de France, t. XIII, p. 509. 

2. Robert de Torigni, p. 283. 

3. P. 284 : « inde profectus in Aquitaniam. rebellionem quoriimdam repressit. » 

4. Idem, p. 284 : « Eodem mense, dux Henricus, rediens de Aquitania, Rotho- 
niagi, in die festivitatis Sancli Johannis Baptistœ..,.. » 

5. Idem, p. 285. 

6. ChronicBS Sancti Albini Andegavensis (Soc. de l'Hist. de France; Chro- 
niques des églises d'Anjou, p. 38) : « M G LIV Rex Francise et Henricus dux 

pacificanlur. » 

Chronicon Turonense Magnum (Salraon; Recueil des chroniques de Tou- 
raine, p. 137) : « Anno Domini M C LIV" et Frederici imperaloris 11°, et Ludovici 
régis XVII", pax et concordia inter Ludovicum regcm FrancicS et Ilenricum 
ducem Norraanniae reformatur. » 

Les Annales Uticenses, publiées par M. Delisle en appendice au tome Vd'Or- 
deric Vital, paraissent indiquer, à l'année 1154, la paix conclue entre Louis Vil 
et Henri Plantagen(H, et la cession de l'Aquitaine à ce dernier (p. 1G2) : « [Fit 
concorjdia inter regem Anglorura Stephanum et Henricuin ducem Normanuorum. 

Eodcm Ludovicus rex Francorum dux Normanuorum. Item eodem 

ducatum adeplus est Aquitanorum. » 

7. Robert de Torigni, 1154, t. I, p. 286 : « Circa kaiendas oclobris, Henricus 
dux Normannorum, sopita ad versa valitudine, Deo miserante, qua periculose 
laboraverat, accitus a rege Francorum, cum exercitu perrexit in Wilcasinum, et 
pacilicavit cum rege Goscelinum Crispinum. » 



312 

que les prétentions du roi étaient reconnues au moins par une 
partie des sujets d'Aliênor. 

La naissance de GuOlaume, fils de Henri Plantagenêt, le 
17 août 1153 S n'avait pas déterminé Louis VII à laisser tomber 
son titre ; il n'aurait pu le faire au plus fort d'une guerre qui 
avait précisément eu pour motif l'illégalité du mariage contracté 
par les parents de Guillaume. Mais on sait que la même semaine 
avait vu naître ce jeune prince et mourir Eustache, l'héritier 
d'Etienne de Blois ; de là, entre le roi Etienne et son rival, un 
rapprochement qui vint assurer à ce dernier la succession au 
trône d'Angleterre, et qui certainement hâta la conclusion de la 
paix. C'est à partir de cette paix que Louis VII paraît avoir cessé 
de s'intituler duc d'Aquitaine. 

La formule Ego Ludomcus Dei gratia rex Francorum 
et dux Aquitanorum se trouve encore en tête d'un diplôme 
daté de 1154, dix-huitième année du règne 2; la dix-huitième 
année du règne commença le l" août 1154; la paix fut signée 
dans le courant du même mois. Dans d'autres actes datés de 1154, 
Louis VII se nomme seulement Francorum rex , et, pour les 
années suivantes , le duché d'Aquitaine n'est plus mentionné en 
tête des chartes royales 3. On sait d'autre part qu'à la fin de 
1154 ^ Louis VII, se rendant à Saint- Jacques-de-Galice, fit visite 
à son beau-père le roi de Castille. Au retour, le roi de France, 
passant par Toulouse, y rendit un acte dans lequel il s'intitula 

1. Chronicx Sancti Albini Andegavensis (Chroniques des églises d'Anjou, 

p. 38) : « MCLIII Guillelmus natus est, filius Henrici ducis, XVP kalendas 

sept em bris. » 

Robert de Torigiii, t. I, p. 280, année 1153 : « Mense augusti, circa oclavas 
Sancti Laurentii, morilur Eustachius filius Slepliani régis Anglorum, quia pree- 
datus fuerat, ut quidam dicunt, terram Sancti Edmundi, régis et martiris, in 
ipsa feslivilate Sancti Laurentii. In eisdem octavis, nascitur filius Henrico duci 
Normannorum ex uxore sua Aliéner comitissa Pictavensi. Vocatus est idem puer 
"Willerraus, quod nomen quasi propriura est comilibus Pictavorum et ducibus 
Aquitanorum. » 

2. Arch. nal., K. 23, n° 23. 

3. « Ego Ludovicus, Dei gratia Francorum rex. » Année 1154 : K. 23, n°' 21, 22-, 
Luchaire, UisL des institutions monarchiques, t. II, p. 307, note 11. 

Année 1155 : K. 23, n»» 23", 2312, 23^^. 

4. Robert de Torigni, t. I, p. 289, note 1. M. Delisle établit, en se fondant 
sur des chartes, que Louis VII revint d'Espagne au commencement de 1155 (nou- 
veau style), et que par conséquent il avait entrepris son voyage à la fin de 
l'année 1154. 



313 

simplement Francorum rexK II s'était appelé dux Aquitano- 
rum jusqu'au mois d'août 1154 ; il ne portait plus ce titre au 
commencement de l'année que nous comptons 1155; entre ces 
deux moments, le seul événement qui ait pu le déterminer à chan- 
ger la suscription de ses actes est la paix conclue, dans le cou- 
rant du mois d'août, avec Henri Plantagenêt. Peut-on admettre, 
d'ailleurs, que le puissant vassal de Louis YII, à la veille de 
devenir roi d'Angleterre-, vainqueur des révoltés angevins et 
aquitains, capable de tenir tête au roi de France dans le Vexin, 
débarrassé de sa rivalité avec Etienne de Blois, eût fondé la paix 
sur une autre base que la reconnaissance de son mariage avec 
Aliénor et de ses droits à la succession de Guillaume X ? 

On voit que la formule de suscription employée par Louis VII 
pendant la première partie de son règne présente un double inté- 
rêt : si elle venait à se trouver en tète d'un acte non daté, elle 
suffirait à prouver que cet acte peut être postérieur à mars 1152, 
et qu'il est sans doute antérieur au mois de septembre 1154; elle 
a de plus une valeur historique, puisqu'elle a joué son rôle dans 
la première lutte de Henri Plantagenêt contre la royauté française. 

Elle Berger. 



1. Hist. de Languedoc, nouvelle édition, in-'i°, tome V, col. 1175; charte du 
roi Louis le Jeune en faveur des églises de Saint-Sernin et de la Daurade de 
Toulouse (cartulaire de Sainl-Sernin de Toulouse) : « Ego autem Ludovicus Dei 
gratta Francorum rex, rediens a Sancto Jacobo et per Tolosam transiens, viso 
privilegio Tolosanse ecclesia? quod t'ecerat anlecessor noster gloriosissimus rex 

Karolus Magnus Data Tolosae per rnanura Rogerii cancellarii régis et abbalis 

Sancli Euvercii Aurelianensis, anno ab Incarnatione Domini M C LIIII. » 

2. Henri II monta sur le trône le 19 décembre lloi. 



NOTES 



SUR 



LES MANUSCRITS GRECS 

DU BRITISH MUSEUM 



Les 760 manuscrits grecs conservés aujourd'hui au British 
Muséum ne forment pas un fonds distinct ; on les trouve disper- 
sés dans les différentes collections qui ont constitué au dernier 
siècle le département des manuscrits du Musée ou qui y sont 
entrées depuis. Chacune de ces collections, auxquelles sont tou- 
jours attachés les noms de leurs anciens possesseurs, a gardé son 
individualité propre; l'arrangement n'en a pas été modifié depuis 
leur entrée au Musée où elles forment encore autant de fonds 
séparés sur lesquels on me permettra de donner tout à l'heure 
quelques détails ^ 

Pendant les dix jours que j'ai passés au British Muséum, du 
12 au 22 mars 1883, j'ai pu, grâce à l'exquise obligeance de 
M. E. Maunde Thompson, conservateur du département des 
manuscrits , auquel M. Léopold Delisle avait bien voulu me 
recommander, examiner l'un après l'autre chacun des manus- 
crits grecs du Musée et prendre sur leur histoire, les anciennes 
bibliothèques dont ils ont fait partie, les personnages auxquels ils 

1. On peut consulter pour l'histoire de la formation de la bibliothèque du 
British Muséum les Memoirs of Libraries de M. Edward Edwards (London, 
1859, in-8% tome I, p. 415 ss.), dont l'auteur annonce en ce moment une nou- 
velle édition, le Handbook to the library ofthe British Muséum de M. Richard 
Sirns (London, 1854, in- 12), et les Memories ofthe British Muséum de M. Robert 
Cowtan (London, 1872, in-8°). Je ne citerai que pour mémoire A handbook for 
readers at the British Muséum, by Thomas Nichols (London, 1866, in-8°). 



315 

ont autrefois appartenu et les copistes qui les ont transcrits, les 
notes qu'on trouvera plus loin^ 

La fondation du British Muséum remonte seulement à l'année 
1753. C'est à la suite de la cession faite à la nation, par le natu- 
raliste Hans Sloane, de ses collections, que l'on songea à réunir 
en un seul dépôt public les manuscrits de Sloane et ceux de 
Robert Cotton et de Harley. Peu après, en 1757, la vieille collec- 
tion royale venait enrichir le nouveau Musée, qui s'accrut rapi- 
dement. En moins d'un siècle, les bibliothèques de Lansdowne, 
Hargrave, Burney, celles du roi Georges IV, d'Egerton et 
d'Arundel y entraient successivement. En même temps des acqui- 
sitions de collections moins importantes et de manuscrits isolés 
venaient chaque année augmenter la série des manuscrits Addi- 
tionnels, ouverte à la fondation du Musée et qui se continue 
encore aujourd'hui. 

I. Sloane Collection. — Les manuscrits de sir Hans Sloane 
(1660-1753), au nombre de 4,100, la plupart relatifs aux sciences 
physiques et naturelles, furent acquis après sa mort pour le prix 
de 20,000 liv. st. Ils ont été décrits par Samuel Ayscough, A cata- 
logue ofthe Mss. preser^ved in the British Muséum, hitherto 
undescribed... (London, 1782, 2 vol. in-4°)^ Dans ce cata- 
logue, les notices des différents articles d'un même manuscrit ont 
été séparées et placées respectivement à leur ordre méthodique ; 
une table, à la fin, donne la réunion de ces difierentes notices et 
permet de reconstituer l'ensemble de chaque manuscrit. 

II. CoTTONiAN Collection. — Sir Robert Cotton (1570-1631) 
avait légué à la nation sa riche bibliothèque de manuscrits histo- 
riques et théologiques. A un siècle de là, en 1731, un incendie 
détruisit ou endommagea gravement plus de 200 de ces manus- 

1. Une liste des manuscrits grecs datés, conservés au British Muséum, a été 
dressée par M. E.-M. Thompson. On U-ouvera tous les manuscrits qu'elle men- 
tionné dans la liste de manuscrits datés, publiée par M. Gardlhausen dans sa 
Griechische Palaeographie, p. 342 ss., aussi n'^n sera-t-il point question ici. 

2. L'impression, dans la nouvelle série des catalogues, d'une description 
détaillée des manuscrits de Sloane fut commencée en 1840 : on n'en tira que 
les 220 premières pages, qui forment un volume in-folio intitulé : Catalogus 
librorum mss. bibliothecx Sloanianw, el contiennent les notices des manus- 
crits 1-1091. Une série de 9 volumes in-fol., autographiés, intitulés : Catalogue 
ofAdditional Mss.-Sloane, 1091-4014, en forme la continuation. 



346 

crits* et, en 1753, la collection de Cotton fut réunie à celle de 
Sloane au British Muséum. Ces manuscrits étaient rangés dans 
quatorze armoires, portant les noms des douze Césars, de Cléo- 
pâtre et de Faustine, qui servaient et servent encore à les dési- 
gner. Ils sont au nombre de 900 volumes; un premier catalogue 
en avait été rédigé, avant l'incendie , par le docteur Thomas 
Smith, d'Oxford, Catalogus librorum mss. bibliothecœ Cot- 
tonianœ... (Oxon., 1696, in-fol.)^ Le dernier catalogue de ces 
manuscrits est dû à un ancien directeur du pjritish Muséum, 
Joseph Planta, A catalogue of the mss. in the Cottonian 
Lïbrary deposited in the British Muséum (London, 1802, 
in-foL). 

III. Harleian Collection. — Robert Harley, comte d'Oxford 
(1661-1724), et son fils Edward avaient formé une riche biblio- 
thèque, qui à la mort de ce dernier échut à sa fille Margaret 
Cavendish, duchesse de Portland. En 1753, alors que la fonda- 
tion du British Muséum était décidée, cette magnifique biblio- 
thèque, qui contenait 7,639 manuscrits et 14,236 chartes et 
papiers divers, fut achetée pour une somme de 10,000 liv. st. Le 
catalogue en a été publié parleRev. Robert Nares, A catalogue 
ofthe Harleian mss. in the British Muséum (London, 1808- 
1812,4 vol., iu-fol.)3. 

IV. Royal Collection. — La Royal collection, ordinairement 
appelée -O^c? Royal pour la distinguer de la King's collection 
ou Neiv Royal, avait été fondée par le roi Jacques I" (1603- 
1605) et fut ofierte à la nation^n 1757 parle roi Georges IL Peu 
de temps avant qu'elle ne fût réunie aux collections du British 
Muséum, le catalogue en avait été rédigé par David Casley, A 

1. Voyez : A report from the Committee appointed to view the Cottonian 
Ubrarij... published bij order of the house of Gommons. London, 1732, in-foL 

2. Un supplément à cette description des manuscrits de Cotton se trouve dans 
le Catalogue of the mss. ofthe King's Libranj de D. Casley (Londres, 1734, 
in-4°}, p. 313-345. Un autre catalogue postérieur à l'incendie a été publié par Sam. 
Hooper, ^1 catalogue of the mss. in the Cottonian Librartj (Lond., 1777, in-8°). 

3. tJn premier catalogue des manuscrits de Harley avait été publié au 
xvni° siècle : A catalogue of the Harleian Collection of mss... in the British 
Muséum, by H. Wanley, D. Casley, W. Hocker, C. Morton and T. Astle. London, 
1759 (1762), 2 vol. in-fol. — On peut voir pour l'histoire de la formation de la 
collection de Harley les manuscrits de Lansdowne 771-772, qui contiennent le 
Journal de Wanley (1714-1726), bibliothécaire de Harley. 



3n 

catalogue of the mss. of the King's Library... (Loiidon, 
1734, in-4°)^ 

V. Lansdowne Collection. — William Petty, marquis de 
Lansdowne (1737-1805), avait réuni une importante collection 
de papiers d'Etat, qui fut acquise, en 1807, de ses héritiers pour 
la somme de 4,925 liv. st. Les manuscrits au nombre de 1,245 sont 
divisés en deux parties : la première contient les papiers de lord 
Burleigh, la seconde ceux de sir Julius Csesar, chancelier de 
l'Échiquier et maître des rôles sous Jacques P"" et Charles P"", et 
ceux du docteur White Kennet, évêque de Peterborough. Le 
catalogue de ces manuscrits est suivi de deux index correspon- 
dant à ces deux parties de la collection ; il a été rédigé par 
Francis Douce et sir Henry Ellis, Catalogue of the Lansdowne 
mss. in the British Muséum, with indexes of persons, 
places and matters (London, 1819, in-fol.). 

VI. Hargrave Collection. — Le juriste Francis Hargrave 
(1741-1821) avait réuni une collection de 499 manuscrits juri- 
diques, qu'il céda pour 8,000 liv. st., en 1813; le catalogue en a 
été publié par sir Henry Ellis, Catalogue ofmss. formerly in 
the possession of Francis Hargrave... noio deposited in 
the British Muséum (London, 1818, in-l"). 

VIL BuRNEY Collection. — La bibliothèque du Rev. Charles 
Burney (1757-1817) fut achetée 13,500 liv. st., en 1818; elle 
comptait 524 manuscrits, la plupart d'auteurs classiques, dont le 
catalogue a été rédigé par J. Forshall, Catalogue of mss. in 
the British Muséum. Neio séries. Vol. T. The Burtiey mss. 
(London, 1840, in-fol.). Un index des manuscrits de Burney et 
Arundel (voyez n° X) a été publié à part la même année ; on le 
trouve le plus souvent joint au catalogue des manuscrits de 
Burne}'' . 

VIII. King's Collection. — La collection de livres imprimés, 
réunie par le roi Georges III, fut offerte à la nation en 1823 par 
Georges IV; elle était accompagnée de 446 volumes manuscrits, 

1. On trouvera dans la salle de lecture du Brllisli Muséum un suj)pléinent 
manuscrit au catalogue de Casley, intitulé : Appendix to Casieij catalogue of 
the King's Library, 1832 (n"' 1-85 et index), in-fol. 

2^ 



3^8 

qui furent déposés au British Muséum en 1828. Il n'en existe 
point de catalogue imprimé ; une description détaillée des King's 
mss. par sir Frédéric Madden forme un volume in-folio manuscrit, 
à la disposition du public dans la salle de lecture du British 
Muséum, « Catalogue of the mss. in the Library of king 
George the Third, presented by king George the Fourth to 
the British Muséum, 1841. » 

IX. Egerton Collection. — Francis Henry Egerton, comte de 
Bridgewater (1756-1829), qui passa une grande partie de sa vie 
en France et mourut à Paris, légua en 1825 aux trustées du 
British Muséum sa collection, qui se composait de 607 manuscrits 
et de 906 chartes, avec une rente destinée à entretenir et à 
accroître cette collection. Il n'existe pas de catalogue séparé des 
manuscrits d'Egerton, on les trouve décrits avec les manuscrits 
Additionnels (voyez le n° XI) . 

X. Arundel Collection. — Thomas Howard, comte d'Arun- 
del (1592-1646), avait réuni une belle collection de manuscrits 
et d'imprimés, qui fut en partie dispersée après sa mort. La plu- 
part de ses manuscrits furent partagés, en 1681, entre la Royal 
Society et le Collège of Arms, auxquels ils avaient été offerts par 
le petit-fils d' Arundel, Henry Howard, duc de Norfolk. En 1831, 
par suite d'un accord intervenu entre la Royal Society et le Bri- 
tish Muséum, ce dernier dépôt reçut 550 manuscrits (les manus- 
crits Orientaux n'y entrèrent qu'en 1835). Le catalogue en a été 
rédigé par le Rev. J. Forshall, Catalogue ofmss. in the British 
Muséum. New Séries. Vol. I. The Arundel mss. (London, 
1834, in-fol.). L'index de ce catalogue n'a été pubhé qu'en 1840 ; 
il accompagne ordinairement la description des manuscrits de 
Burney. 

XI. Additional Collection. — La série des manuscrits Addi- 
tionnels est formée de tous les manuscrits, autres que les précé- 
dents, entrés au British Muséum depuis sa fondation, j compris 
les coUeclions qui n'étaient pas assez importantes pour former 
un fonds séparé ; telles sont les collections de Birch, Burrell, Cole, 
Jermyn, Wolley, etc. Cette série de manuscrits, qui fait suite aux 
4,100 manuscrits de Sloane, part du no 4101 pour se continuer 
indéfiniment. Voici la liste des différents catalogues qui en ont 
été rédigés : 



3^t> 

N"' 4101-5015, décrits avec les manuscrits de Sloane dans le 
catalogue de S. Ayscough (voyez n° I), à l'exception des n°' 4324- 
4326 b. 

N«^ 4324-4326 b et *5015-7061 , décrits en 23 volumes manus- 
crits in-folio, à la disposition du public, dans la salle de lecture 
du British Muséum, et intitulés : « Catalogue ofthe Additions 
made to the Department of Mss., since the publication of 
M"" AyscougKs Catalogue in 1782. — (1831-1837.) * » 

Le premier catalogue imprimé de manuscrits Additionnels est 
intitulé : Annual list of Donations and Bequests to the Trus- 
tées of the British Muséum, 1828 (London, 1830, in-4''). On 
n'y trouve point l'indication des. numéros des manuscrits, non 
plus que dans la suivante, publiée en 1831 et qui contient les 
acquisitions des années 1829 et 1830. D'autres listes des manus- 
crits Additionnels, entrés de 1831 à 1835, furent publiées en 
1833-1839, sous le titre de : List of Additions made to the 
collections in the British Muséum, in the year... (in-8°), 
avec l'indication des numéros des manuscrits. 

La publication de ces listes annuelles fut interrompue jusqu'en 
1843; à cette date et en 1850, les listes annuelles (avec pagina- 
tion séparée) des manuscrits acquis pendant les années 1836- 
1845 parurent réunies en 2 volumes avec index, par les soins de 
Frédéric Madden : 1° List of Additions to the Mss. in the Bri- 
tish Muséum, in the years 1836-1840 (London, 1843, in-8°). 
— 2° List, etc. 1841-1845 (London, 1850, in-8''). 

Dans ces deux volumes, comme dans les listes qui les avaient 
précédés, les manuscrits Additionnels ne sont pas rangés suivant 



1. Les quelques mots suivants, mis par Frédéric Madden en tête de ce cata- 
logue manuscrit, disent bien comment les manuscrits additionnels font suite 
aux manuscrits de Sloane : 

« AU the numbers in M"" Ayscough's Catalogue of Mss (2 vol., 4", Lond., 
178-2), from 4101 to 5017 botli inclusive, are Additions to the Library of Mss. 
since the establishment of the Muséum, and are continued from the numbers 
of the Sloanian Collection. 

« The numbers in the présent Catalogue are continued from Ayscough's. 

« The first four of thèse, 4324 a, b and 4326 a, b, are Birch mss. and are 
mentioned by Ayscough but not described, as the volumes were at that Iwice 
scaled up by order of the Trustées. 

« N°* 5018-5027 h are Sloanian mss. omitled in Ayscough's Catalogue, and 
n" 5214-5308 form part of the same collection, sent up from the Department 
of Printed books, subséquent to the publication of M' Answorlh. » 



320 

l'ordre de leurs numéros, non plus que les Egerton mss. et les 
Additional charters ; aussi pour plus de facilité on a eu soin de 
mettre à la disposition du public dans la salle de lecture du Bri- 
tisli Muséum deux volumes factices donnant la série des manus- 
crits Additionnels de 1828 à 1845 (n»^ 6666-15667). 

En 1849, parut par les soins de Frédéric Madden et de M. E.- 
A, Bond, aujourd'hui directeur du British Muséum, un index 
général des manuscrits Additionnels entrés postérieurement à la 
publication du catalogue de S. Ayscough et répondant aux 
n"' Additional mss. 5018-10018, — Egerton mss. 1-606, — 
Additional charters 1-1249, 

On trouve encore dans cet index la mention d'une centaine de 
manuscrits de Sloane entrés au British Muséum après la publica- 
tion du Catalogue de S. Ayscough. Cet index est intitulé : Index 
tothe Additional mss., with those ofthe Egerton collection, 
preserved in the British Muséum, and acquired in the years 
1783-1835 (London, 1849, in-fol.)*. 

Ce n'est qu'à partir de 1864 que la publication du catalogue des 
manuscrits Additionnels s'est faite d'une façon régulière et con- 
tinue : 

1° — Catalogue of Additions to the Mss. in the British 
Muséum, in the years 1846-1847 (London, 1864, in-8°). 

2" — Additions, Mss. 1848-1853 (1868). 

3o_4o _ Additions, Mss. 1854-1875 (1875-1877, 2 vol.) et 
index (1880). 

5" — Additions, Mss. 1876-1881 (1882). 

Le premier de ces volumes a encore été publié par Frédéric 
Madden, les trois suivants par M. E.-A. Bond, l'index et le der- 
nier par M. E.-M. Thompson. Dans ce dernier volume les manus- 
crits Additionnels atteignent le numéro 31896, et les manuscrits 
d'Egerton le numéro 2600 -. 



1. Pour faire suite à cet index M. E. Scott, alors senior assistant au Département 
des Manuscrits, a dressé, à 1 aide des diiférenls index des catalogues des manus- 
crits Additionnels déjà publiés, un index général de 183G à 1853. Cet index, qui 
forme un volume in-folio à la disposition du jmblic dans la salle de lecture du 
British Muséum, comble la lacune qui existait entre l'index de 1783-1835 et 
l'index de 1854-1875, publié en 1880 par M. Thompson. 

2. Au mois d'avril 188i, le registre [Hand-list of Additional Mss.), sur 
lequel sont inscrits année par année les manuscrits Additionnels depuis 1865, 
s'arrêtait au numéro 32051 (entré en 1883). — Dans la collection Stowe, acquise 



324 

Chacune des collections dont il vient d'être question renferme 
un nombre très variable de manuscrits grecs ; deux d'entre elles, 
les Lansdowne et Hargrave Collection, n'en contiennent aucun. Il 
ne sera peut-être pas inutile de donner ici la liste de tous les 
manuscrits grecs disséminés dans les différents fonds du British 
Muséum ' . 

Old Royal Collection, 53 manuscrits grecs: 1. A. ix, xv ; 1. 
B. I, n; 1. D. ii, v-viii; 16. C. i-xxv ; 16. D, i-xviii. 

Cottonian Collection, 3 manuscrits grecs : Otho. B. vi, Ves- 
pas. B. XVIII, Titus. C. xv. 

Harleian Collection, 248 manuscrits grecs : 263, 825, 931, 
1613, 1675, 1686, 1752, 1771, 1803, 1810, 1814, 1822,1837, 
1868, 2427, 3100, 3318, 3329, 3382, 3521, 5051, 5059, 5232, 
5533-5557, 5559-5561, 5563-5582, 5587-5647, 5649-5654, 
5656-5679, 5681, 5684, 5685, 5687-5697, 5723-5744, 5760, 
5776, 5777, 5778, 5782-5792, 5795, 5796, 6290, 6295, 6296, 
6297, 6299-6305, 6307, 6309, 6310, 6311a, 6312, 6313, 
6315-6319, 6322, 6325, 6326, 6478, 6505, 6506, 6510, 6874, 
6875, 6876, 7551 (art. 5-9), 7576. 

récemment de lord Ashburnham par le Brilish Muséum, il n'y a qu'un manus- 
crit grec (n" 340 du Catalogue de Sotheby. Londres, 1849, in-4°). 

A côté de ces inventaires des différents fonds du British Muséum il faut 
signaler le premier volume qui vient de paraître du Catalogue of Romances in 
the Department of Mss. in the British Muséum (1883, in-8°). L'auteur, M. H - 
L.-D. Ward, senior assistant au Département des manuscrits, a relevé dans les 
différents fonds tous les manuscrits qui rentraient dans le cadre de son travail : 
antiquité classique, traditions bretonnes et anglaises, françaises, etc.; le second 
volume comprendra les légendes d'origine germanique. Les notices très détaillées 
des manuscrits sont disposées suivant l'ordre méthodique; quelques manuscrits 
grecs seulement y sont décrits. 

1. Une « List of Greek Mss. in the varions collections of the British 
Muséum, 18G0, » forme un petit volume in-folio, manuscrit, à la disiiosition du 
public dans la salle de lecture. Cette liste ne va que jusqu'au n° 22909. 

Je ne parle point des papyrus pour lesquels une série spéciale a été créée, 
série qui comprend les papyrus égyptiens, grecs et latins. On trouve dans la 
salle de lecture un catalogue spécial des papyrus : « Catalogue of Papyri, etc. 
1849, » in-fol. Cette liste a été continuée seulement jusqu'en 1852. Le Rev. J. 
Forshall a publié autrefois une Description of the Greek Papyri in the Brilish 
Muséum, Part /(London, 1839, gr. in-i"). qui n'a pas été continuée. 

M. Thompson a aussi publié récemment un Catalogue of ancient Mss. in the 
British Muséum. Part I. Greek (London, 1881, in-fol.). C'est un atlas (avec 
texte) de vingt planches de fac-similés des plus remarquables papyrus et manus- 
crits grecs, antérieurs au x' siècle, conservés au Brilish Muséum. 



322 

King's Collection, 2 manuscrits grecs : 16, 17. 

Burmey Collection, 89 manuscrits grecs : 14, 15, 16, 18-23, 
34, 35, 44-58, 60-64, m, 67, 69, 70, 71, 73, 75, 76, 78-82, 84, 
89, 91-98, 100-106, 108-122, 124, 276, 342, 369, 402, 408, 
409, 514, 516. 

Arundel Collection, 36 manuscrits grecs : 211, 516-550. 

Egerton Collection, 4 manuscrits grecs : 265, 266, 850, 942. 

Sloane et Additional Collection, 329 manuscrits grecs : 
324, 627, 745, 804, 1144, 1774, 2003, 2434, 2437, 3326, 
4087, 4382, 4949, 4950, 4951, 4952, 5107, 5108, 5110-5113, 
5115-5119, 5153 AetB, 5423, 5424, 5468, 5662, 6131, 6222, 
6790, 6791, 6898, 7141, 7142, 7143, 8221-8241, 8865, 9347, 
9348, 9349, 9374, 9819, 9824, 10014, 10016, 10017, 10022, 
10023, 10024, 10040, 10057, 10058, 10060, 10078, 10375, 
10379,10968-10971,11270,11300,11356,11752,11835-11841, 
11859-11861, 11868-11871, 11884-11895, 12117 a, 12182, 
14063, 14066, 14080, 14083, 14637, 14638, 14665, 14770- 
14774,15276, 15315, 15422, 15435, 15436, 15581, 16183, 
16184, 16409, 16912, 16943, 16971, 17015, 17045, 17136, 
17210, 17211, 17370, 17469-17475, 17718, 17741, 17900, 
17982, 17998, 18070, 18190, 18211, 18212, 18231, 18232, 
18425, 18492-18494, 18733, 18734, 18775, 18858, 19002, 
19058-19060, 19062, 19352, 19353, 19386-19392 a et b, 
19457-19460, 19550, 19551, 19703, 19737, 19792, 19993, 
20002-20004, 21030, 21061, 21078-21081, 21095, 21165, 
21166, 21259-21261, 21983, 22039, 22087, 22088, 22350, 
22492, 22506-22509, 22732-22750, 22909, 23889, 23890, 
23895, 23927, 24112, 24369-24382, 25881, 26103, 26112- 
26115, 27359, 27563, 27564, 27860-27865, 28270, 28277, 
28816-28830, 29713-29715, 29924, 30043, 30510, 31208, 
31214, 31291, 31919-31921, 31949, 32011, 32051. 

Il sera peut-être plus facile de consulter les notes que j'ai pu 
recueillir sur l'histoire des manuscrits grecs du British Muséum 
en réunissant dans un même ordre alphabétique les noms des éta- 
blissements religieux, des grands seigneurs, des prélats, des 
savants auxquels ces manuscrits ont autrefois appartenu. Dans 
une seconde section on trouvera la liste alphabétique des 
copistes des manuscrits grecs du British Muséum avec le texte 
des souscriptions qu'ils ont pris soin de mettre à la fin des volumes 



323 



par eux transcrits. Je n'ai pas non plus omis de mentionner ceux 
qui, aux xv'' et xvf siècles, ont négligé de nous laisser leur nom, 
mais dont j'ai pu reconnaître certainement l'écriture. 



ANCIENNES BIBLIOTHEQUES ET ANCIENS POSSESSEURS DE MANUSCRITS GRECS. 

Agex (Collège des Jésuites d'). — Vingt-quatre manuscrits grecs 
de la bibliothèque du collège des Jésuites d'Agen sont aujourd'hui au 
British Muséum dans le fonds de Harley. 

On n'a aucun renseignement sur l'origine de cette importante col- 
lection de manuscrits grecs ; peut-être a-t-elle appartenu à Joseph 
Scaliger, dont la bibliothèque, après son départ de France, fut, 
comme on le sait, livrée au pillage ^ . Il semble douteux en effet que 
la liste, publiée au xvii" siècle^, des manuscrits légués àl'UniversiLé 
de Leyde par Joseph Scaliger donne un état complet de ce que dut 
renfermer la collection de manuscrits formée par ce célèbre érudit et 
par son père. "Voici la liste sommaire de ces vingt-quatre manuscrits, 
tous, sauf indication contraire, du xv® ou xvi^ siècle, avec le numéro 
qui leur a été attribué dans le fonds de Harley : 

3594. Mich. Psellus in Aristotehs physica. 

5599. Âristotelis organum, cum Porphyrii isagoge. 

56^2. Plutarchi moraiia. 

5662. Tzetzse Homerica; Dionysii periegesis. ^493. 

3664. Catonis disticha; Solonis versus-, Homcri ])atrachomyoma- 
chia-, [Th. Prodromi] galeomyomachia-, PhocyUdis et Pytliagorœ car- 
mina ; Aristophanis Piutuf,, Nubes et Ranee. 

5678. Dionysius Areopagita et Apocalypsis. 

569^. Man. Briennii harmonica; Aristidis Quintiliani de musica; 
Prolegomena in Hephsestionem. 

3724. Euripidis Hecuba; Hesiodi aspis; Dcm. iMoschi oratio; 

1. Scdligerana secunda, éd. des Maizeaux, 1740, p. 555 : « Les Cordeliers 
m'ont desrobé mes meilleurs livres à Agen. » 

2. HoUinger, Promptuarium sive bibliotlieca oi-ientalis (1GG2, in-4"), repro- 
duit dans le Catalogus bibliolhecx Univers/ lads Lugduno-Batavx {\l\(j, in-fol.), 
p. 339-343. 



324 

Xenophontis apologia Socratis, Agesilaus, Hiero; Demosthenis ora- 
tiones. xiv s. 

5725. Aristophanis Plutus et Nubes; Euripidis Hecuba et Electra. 
XIV s. 

5726. G. Bassi geoponicorum libri xx. 

5728. Matth. Gamariotae rhetorica; Demosthenis Olynthiacse ; 
Libanias. 

5730. Theodosii grammatica ; Man. Moschopuli erotemata; Mich. 
Syncelli syntaxis. 

5733. Pindari Olympia et Pythia. -1492. 

5735. Theophyl. Simocattae epistolœ; Greg. Gyprii fabulœ; Libanii 
et Synesii epistolœ. 

5736. Evangelia. ^506. 

5744. ^Esopi fabulae; Sophoelis Ajax et Electra. 
5782. Menologium, sept.-nov. xiv s. 
6290. Th. Gazae grammatica ; de dialectis. 
6295. Alex. Aphrodisaei , Avicemiœ , Aristotelis, Hippocratis, 
Niceph. Blemmydse, Plethonis opuscula medica. xiv s. 

6300. Euripidis Hecuba, Orestes et Phœnissse. xiv s. 

6301. Philippi et Libanii epistolse; Homeri batrachomyomachia; 
Gatonis disticha ; Agapeti diaconi sententiœ; Apophthegmata-, Iso- 
crates etTheognis. 

6307. Aristophanis Plutus, Nubes, Ranœ. 

63-12. Herodoti historiarum lib. I. 

63-19. Lycophronis Gassandra cum Tzetzœ scholiis. 

Aujourd'hui il ne reste plus à Agen qu'un seul manuscrit prove- 
nant de l'ancienne bibliothèque des Jésuites, j'en dois la description 
à l'obligeance de M. Fallières : 

20. Homeri batrachomyomachia; Th. Prodromi galeomyomachia, 
Gatonis disticha; Pythagorse et Phocylidis carmina; Aristophanis 
Plutus; Euripidis Hecuba-, Tryphonis (?) afTectiones vocabulorum 
etc. XVI s. ^ 

ÂRRiVABENE (Giampictro) . — Les Evangiles, n" 5790 du fonds de 
Harley, ont appartenu à Giampietro Arrivabene (-144 -1-^504], élève 
de Francesco Filelfo; on lit au fol. ^ son ex-libris : « Jo. Pétri Arri- 

1. On trouve encore mentionnée la bibliothèque du collège des Jésuites d'Agen 
dans le catalogue des manuscrits de l'Escurial du P. Alexandre Barvoel, S. J. 
(1647). Voyez E. Miller, Catalocjue des manuscrits grecs de l'Escurial, p. 528; 
cf. p. ixvn. 



325 

vaheni. » Ce manuscrit avait été copié sans doute peu auparavant 
(1478) par Jean Rhosus. 

BoxGARs (Jacques). — Le manuscrit Old RoyaH6. D. xvi, qui con- 
tient les huit livres des Stratagèmes de Polyen, appartenait en -1603 
à Bongars dont on voit la signature en tête du second feuilleta 

Brunck (R.-P.-F.). — La plupart des manuscrits de Brunck sont 
entrés en \ 804 à la Bibliothèque nationale à la suite de la seconde 
vente de sa bibliothèque, que ce célèbre érudit fut contraint de faire 
de son vivant. Quelques autres de ses manuscrits sont maintenant à 
l'étranger ; de ce nombre sont le manuscrit Additional 28277 du Bri- 
tish Muséum qui contient les Argonautiques d'Apollonius de Rhodes 
copiées par Brunck, en 1776, « infuturum fîlii sui Hadriani usum, » et 
une copie de V EUjmologicon Sorhonicum (aujourd'hui Supplément 
grec 172), en 2 volumes in-4°, que M. le professeur L Bywater, 
d'Oxford, a bien voulu me montrer dans sa bibhothèque. 

Cadmustcs (Paul-Émile) , d'Uzès. — Le manuscrit 5552 du fonds 
de Harley, qui contient les épitres de saint Paul et les épitres cano- 
niques, porte au fol. 1 v° la note : naûXou AîiaiXi'ou -coîi Kxo[j,o6gtc'j 
^t'cXoç, ïxv. (ZTub T^ç ôeo^oviaç ^açZY'î ^^ OixîTÎa tyj aÙToD ':iraTpioi èvoo- 
^OTâ-iTT] r.ckzi. 

Casaubon (Isaac). — La première partie du manuscrit Old Royal 
-16. G. XIV, qui contient les Gestes deJulius Africanus, a été copiée en 
1584 par André Darmarius pour Casaubon. On sait que Gasaubon, 
tout en conservant le titre de garde de la librairie du roi, s'était 
retiré en Angleterre à la mort de Henri IV ^. 

Chalce (Monastère de). — Le manuscrit Old Royal I . D. ii présente 
au bas du fol. \ l'ex-libris du monastère de la Sainte-Trinité de l'ile 
de Ghalce, près de Gonstantinople : + ty)ç à^i'aç Tp'.icî; ~.f^z èv ir^ 
vr;(jw Xi>./.r)ç. Il en est de même des manuscrits Arundel 5-19, 523, 
535 et 541, qui portent la mention suivante : + 'H ^t6Aoç auxr; 
zéçuy.s TfjÇ TavToupYoD Totâosç 1r^q èv ir^ vy;(JO) XâXy.Yjç •:£ [xcv^ç ir^q tou 
'EoroTCxpo'j, •/,%'. vr.k. + 0: r.x'ipeq [X£[jlvy)(j6£ xoy MïjTpoçavo'jç. 

1. Le manuscrit grec 2452 de la Bibliothèque nationale porte également la 
signature de Bongars, c'est le seul qui soit resté en France ; on sait que les 
autres manuscrits de Bongars sont aujourd'hui à Berne. 

2. Les manuscrits ayant appartenu à Isaac Casaubon et qui sont aujourd'hui 
à la Bibliothèque nationale y sont entrés avec la bibliothèque des Dupuy, aux- 
quels Casaubon les avait offerts; tels sont les manuscrits grecs 1796 et 2791. 



326 

Clermont (Collège de). — Les manuscrits Additional 6790, 
679^, -10063, -1^890, -15276, ^5435 et 22039 viennent de l'ancien 
collège des Jésuites de Clermont, à Paris. Après avoir passé deux 
fois en vente, en 4 764, à la suite de la suppression de l'ordre des 
Jésuites, et en 4 824, à la mort du fils de Gérard Meermann, les 
manuscrits du collège de Clermont sont aujourd'hui dispersés dans 
plusieurs bibliothèques étrangères : la plus grande partie est à Chel- 
tenham, dans la bibliothèque de feu sir Thomas Phillips; un certain 
nombre d'autres sont à Oxford, parmi les Codices misceUanei de la 
bibliothèque Bodléienne, et à Leyde (voyez le catalogue de Geel). La 
Bibliothèque nationale ne possède que quatorze manuscrits grecs du 
collège de Clermont, et sur ce nombre quatre seulement figuraient 
au catalogue de \ 764 ^ . 

CuES (Nicolas de). — Voyez Nicolas Krebs. 

DuPERRox (David). — Voyez Evreux. 

DuPRAT. — Le manuscrit Old Royal 46. D. xvi, qui a fait partie de 
la bibliothèque de Bongars, avait appartenu auparavant à un membre 
de la famille parisienne des Duprat, dont il porte l'écu : d'or, a la 
fasce de sable accompagnée de trois trèfles de sinople, avec la 
date 1577. 

EoN (Chevalière d'). — Les manuscrits grecs Burney 22, Evangé- 
liaire, et 44, Commentaires sur le Pentateuque, etc., ont appartenu à 
la célèbre chevalière d'Eon dont ils portent i'ex-libris : « De la biblio- 
thèque de la chevalière d'Eon ^. » 

EscuRiAL. — Le manuscrit Burney 4 9, Evangéliaire, porte en tête 
des fol. 4 et 2 la note: « San Lorenzo el Real del Escorial. » — Sur le 
fol. 4, au-dessus et au-dessous de cette note on lit : « Obra del 
4 0^ siglo » et le numéro « 3809 ». 

EsTiENNE (Henri). — Le manuscrit Old Royal 46. C. xi, Galenus, 
de diebus criticis, porte au bas du fol. 4 la mention : « Ex bibliotheca 
Henr. Stephani. ;> Les manuscrits du fonds de Harley, n°' 5594- 
5593, ont aussi appartenue Henri Estienne; ce sont trois volumes de 
la Bibliothèque de Photius couverts de notes et de corrections de la 
main de Henri Estienne. Au fol. 4 du manuscrit 5594 on lit : « Ex 

1. Voyez L. Delisle, Cabinet des manuscrits, I, 435-436, et mon Inventaire 
sommaire des manuscrits du Supplément grec, p. ix. 

2. Les manuscrits latins de Burney 7, 8, G8, 74, 161, 170, 188, 229, 238, 302, 
347 ont aussi fait partie de la bibliothèque de la chevalière d'Eon. 



327 

libris Henrici Slefani , « et au-dessous en monocondyle : 'Ey. tôW 
'Eppîxou Tou Zxscpavou. Au bas du fol. 202 v" du volume 3593 se 
trouve la date : « Venetiis, an. -1553, august. xviii. » '. 

EvREux (Abbaye de Saint-Taurin-d'). — Le manuscrit Additional 
2'l 983 vient de l'ancienne abbaye de Saint- Taurin-d'Évreux et a dû 
appartenir auparavant au cardinal Duperron. Ce sont des homélies 
de saint Jean Ghrysostôme, copiées en grande partie par Jean de 
Sainte-Maure 2. 

Florence. — Le Lexique de Suidas, Additional mss. M 892 et 
^^893, copié en -J 402 par Georgius Bseophorus, vient de la biblio- 
thèque des Bénédictins de Sainte-Marie-de-Florence. Au commence- 
ment et à la fin du premier volume, au commencement du second 
l'ancien ex-libris a été gratté. Il en est de même du Polybe, Additio- 
nal ras. ^-1728, copié en ^4^6 par le moine Etienne. 

Les n"^ -14770, ^477^, 44773 et -14774 du même fonds étaient 
autrefois dans la bibliothèque du couvent des Frères prêcheurs de 
Saint-Marc de Florence; leur ancien ex-libris a aussi été gratté. Dans 
le volume 4 4771 on trouve en écriture du xv" siècle cette mention : 
« De hereditate Nicolai de Nicolis. » (Niccolo Niccoli, de Florence.) — 
Voyez aussi Me'dicis. 

Foucault (Nicolas-Joseph). — Le manuscrit 3603 du fonds de 
Harley a appartenu à N.-J. Foucault dont il porte encore l'ex-Iibris 
gravé avec la mention : « Ex bibliotheca Nicolai Joseph Foucault 
comitis consistoriani ^. » 

Freqer (Marquardt) . — Le manuscrit Old Royal 16.0. xvr, qui con- 
tient le traité des urines d'Artémidore et les pronostics d'Hippocrate 
(gr. lat.), a appartenu à Marquardt Freher après avoir fait partie de la 
bibliothèque de Frédéric Sylburg dont il porte le nom et la marque : 
« F. S. Y. H. [autour d'une croix, dans un cercle,] Friderici Sylburgii 
Veterani Hess[ensis]. » 

1. On peut citer comme ayant encore appartenu à Henri Estienne le manus- 
crit 328 du Supplément grec (autrefois à leglise N.-D. de Paris), (jui porte, en 
télé du fol. 1, la signature : « Henricus Stefanus, » et le manuscrit grec 288^, 
extraits d'Euripide, de la main d'Henri Estienne, dédiés par lui à Odet de 
Selve, ambassadeur de France à Venise. 

2. Six autres manuscrits grecs du cardinal Duperron sont aujourd'hui con- 
servés dans la bibliothèque de la ville d'Evreux ; un septième l'orme le n' 773 
du Supplément grec de la Bibliothèque nationale. 

3. Le manuscrit Burney 317 a aussi appartenu à Fouciuill ; il avait auparavant 
fait partie delà bibliothèque de Saint- San veur-le- Vicomte, en Normandie. 



328 

Georges Rorinthios. — Le manuscril Additional 48232 porte en 
haut de son premier feuillet l'ex-libris : « Kiri[>.a rewpYi'ou K6[ji.y)toç 
Toîi Koptv6iou^ » 

Granvelle (Cardinal de). — Le manuscrit Additional 23893, Ono- 
sandri strategica, a été copié par Constantin Palseocappa pour le car- 
dinal de Granvelle, dont il porte les armes, peintes au fol. 4, avec la 
devise : « Durate » ; dès le xvii« siècle, ce manuscrit paraît n'avoir 
plus été à Besançon avec les autres volumes de Granvelle 2. 

Hœschel (David). — Le manuscrit d'Athénée, Old Royal -16. D. x, 
a appartenu à David Hœschel dont il porte l'ex-libris -. « E biblio- 
theca Davidis Hœschelii x\ugustani. » 

Hdet (Pierre-Daniel) . — Le recueil qui forme le manuscrit Addi- 
tional -16942 porte l'ex-Ubris de l'évêque d'Avranches P.-D. Huet, 
avec la mention du don qu'il fit de ce manuscrit à la maison professe 
des Jésuites de Paris ^. 

JÉSUITES. — Voyez Agen, Clermont, Huet. 

JoASAPH. — Le manuscrit Burney 44, Ménologede décembre, a été 
copié en 4174 pour un abbé nommé Joasaph ; au dernier fol. -163 v 
du second volume on lit la souscription : 

'EtcXyjPwOyj <7Ùv 0£ip Yj xapouaa ^l \ êXoç kv. xpoaTa^eœç, cuvBpoix'îjç | 

xupi'ou y.ai ôeou xai aiùxH^poq yjijlwv 'Iyjcoj | XpicxoD xupoD 'Iwaaatp, [j.yjvI 
touXXuo, tv3. P', sTouç ,ç-/4 P'î I '^^° ^'^ XpicToy ,apoB''''. 

Lamoignox. — Le manuscrit Additional H336, qui contient les 
poésies de Phocylide, Pythagore, etc., légué en 4 799 par le Rev. 
Clayton Mordaunt Cracherode, a fait autrefois partie de la bibliothèque 
de Lamoignon, dont il porte le cachet et l'ancienne cote^. 

1. On trouve dans différentes bibliothèques des manuscrits ayant appartenu à 
Georges Korinthios : la Bibliothèque nationale en possède quatre (n"" 1358, 1805, 
2112 et 2992 du fonds grec). M. le professeur lAichard Fœrster {Pliilologus, 
XLII, I, 164-165) en mentionne un autre dans la bibliothèque du comte de Lei- 
cester à Holkham (n° ccxcin) ; il en existe aussi à Oxford, Vienne et Naples. 
— Sur Georges Korinthios, voyez Sathas, NeosXXyivixyi <^ilo\oyl(x (Athènes, 1868, 
in-S"), p. 139-140. 

2. Voyez le Cabinet historique, 1882, p. 357-364. 

3. Les autres manuscrits grecs de Huet font aujourd'hui partie du Supplément 
grec de la Bibliothèque nationale. 

4. La dernière ligne est de la main qui a repassé à l'encre cette souscri|)tion. 

5. Un autre manuscrit grec de Lamoignon forme aujourd'hui le numéro 584 
du Supplément grec. 



329 

Medicis. — Le manuscrit Addilional M 886, acquis en -184-1 avec 
la bibliothèque de l'évèquc Samuel Butler, est enluminé aux armes 
des JVlédicis; c'est une copie du xv« siècle des Phénomènes d'Aratus. 

Deux autres manuscrits du British Muséum, un lexique dMlarpo- 
cration, Old Royal 16. G. xvrr, et le Maxime de Tyr, Harley 5760, ne 
viennent pas de la bibliothèque des Médicis de Florence, mais de celle 
du cardinal Niccolo Ridolfi. Le premier porte la cote : « N" 9, délia 
X*. A'T. » ; le second : « N° 79 tertiae. N" 24. ^'y. » Au verso du feuillet 
de garde de ce dernier manuscrit on lit en écriture italienne de la fin 
du xvi^ siècle : « Questo autore fu di Grecia portato a Lor^° de Medici 
da Gio. Lascari. » On sait que la plus grande partie des manuscrits 
grecs du cardinal Ridolfi, qui portent des cotes analogues de la main 
de Lascaris ou de Matthieu Devaris, sont aujourd'hui à la Biblio- 
thèque nationale, après avoir appartenu au maréchal Pierre Strozzi 
et à Catherine de Médicis ^ . 

Moutier-Saint-Jean (Abbaye de), au diocèse de Langres. — Le 
manuscrit Burney 97, qui contient les poésies de Manuel Phile, 
copiées par x\nge Vergèce, a autrefois appartenu à cette abbaye ; on 
lit au premier et au dernier folio : « Ex-libris monasterii Sancti 
Joannis Reomensis. » 

Mynas (Minoïde). — Le Babrius rapporté par Mynas du Mont-Athos 
est aujourd'hui le manuscrit Additional 22087 du British Muséum. 
Le numéro suivant est une copie par Mynas du même manuscrit. Les 
autres manuscrits de Mynas sont aujourd'hui à la Bibliothèque natio- 
nale dans le fonds du Supplément grec 2. 

Naclot (Claude). — Le manuscrit Additional 10063, qui provient 
du collège des Jésuites de Glermont, avait appartenu auparavant à 
Claude Naulot Duval ; on trouve en grec, latin et français son ex-libris 
dans le manuscrit, fol. 141 v" : « "Etîi XptaTOJ cwxYjpo; ^a^oy' Tr)v 
Bè TY)v p(6Xov hé-più K^aûdioç 6 NauXwToç KoiXaSeùç A'jaXXojvaioç ày, 

1. Voyez ce que dit sur ces manuscrits de la bibliothèque de Catherine de 
Médicis l'auteur du Mémoire hlslorique sur la bibliothèque du Roy (p. xix), 
cité dans le Cabinet des Manusciits de M. L. Delisle, I, 209. 

2. Sur les manuscrits rapportés d'Orient par Mynas pour le compte du gou- 
vernement français, voyez le Moniteur du '23 janvier 1843 et du 5 janvier 1844. 
On peut consulter sur le manuscrit de Babrius, qui est aujourd'hui au British 
Muséum, les différentes éditions qui en ont été données, depuis celle de Bois- 
sonnade (Paris, 1844, in-8") jusqu'à la dernière que vient de |»ublier M. G. Ru- 
tlierConl, Scriptores fabularum grxci. Vol. l. Babrius (London, 1883, in-S"). 



330 

Tv^ç Tûv AtSouwv otoiy-'/jffswç. — Anno Ghristi servatoris f573°, hune 
legens agnovit librum Claudius Naulotus Vallensis Avallonseus ex 
Haeduorum diocesi. — L'an du saulveur Jésus Christ ^573, Claude 
Naulot Duval Avallonnois, du diocèse d'Austun, ha lisant recognu 
ce livre. » 

Les manuscrits de Claude Naulot se trouvaient auxviii^ siècle dans 
la bibliothèque du collège de Glermont; ils sont aujourd'hui disper- 
sés à Cheltenham, Oxford, Leyde et Londres. 

Nicolas Krebs de Cues. — Le manuscrit 5692 de Harley, qui con- 
tient différents opuscules et vies de Plutarque, a appartenu au cardi- 
nal Nicolas de Cues (Gusa) {iA0\-]A6A). Son ex-libris se trouve au 
dernier folio 346 v" : « Iste liber pertinet re"'"dno. Nicolao, cardinal! 
tt. sci. Pétri ad Vincula, epo. Brixiefl^ » 

Il en est de même du glossaire grec-latin, n" 3792 de Harley, qui 
porte au bas du premier feuillet le nom de son possesseur : « Nicolai 
de Gusa » , au-dessous duquel on lit cette autre note : « Iste liber per- 
tinet ad hospitale Sancti Nicolai circa villam Gusa, in opposito Bern- 
kastel situatum^. » 

Perouse (Saint-Pierre de). — Le manuscrit Burney 96, Oratores 
grseci, vient du monastère de Saint-Pierre de Pérouse. Au quatrième 
feuillet avant la fin du volume (fol. 203 V), on lit au milieu de la 
page en écriture italienne du xvi^ siècle : « Est monasterii sancti 
Pétri de Perusio. » 

Pie VI. — Les manuscrits Additional 22733 et 22734, Méta- 
phraste, décembre, et Actes et Épitres, sont reliés aux armes du 
pape Pie VI. Le premier de ces manuscrits avait appartenu autrefois 
au cardinal Giovanni de Salviati. 

PmcKHEiMER (Bilibald). — Le manuscrit Arundel 326, Manuelis 
Chrysolorse erotemata, a sans doute été donné par Jean Trost à 
Bilibald Pirckheimer, on lit en effet au haut du fol. i : « Bilibaldo 
Pirckaymer adolescen'° c[aris]simo. » A la fin du volume, sur le folio 
de garde se trouve la note de possession suivante : « 1470. Iste libel- 

1. Sur la bibliolhèque de Nicolas de Cues, voyez F. X. Kraus, Die Hands- 
chriften-Sammlung des Cardinals Nicolaus von Casu, dans le Serapeum, 
186'i, p. 353 ss. 

2. Au lieu de Bernkastel (près Trêves), les éditeurs du Catalogue des manus- 
crits de Harley ont lu : beati Raphel. — Sur ce manuscrit voyez le Catalogue 
of ancient Mss. in the British Muséum. Part 1. Greek. p. 10-13. 



331 

lus Erithemata sive declinationes auL rudimenla greca est Johannes 
TrosL, cuslod. RavJ. » 

PiTHotr. — Les quatre manuscrits Additional -10968-10971 vien- 
nent de l'ancienne bibliothèque de Pithou ; après avoir passé dans 
la bibliothèque du premier président Lepelletier de Rosanbo, ils furent 
vendus en 1837 avec les manuscrits du château de Rosny. Ce sont les 
numéros 2352-2334 et 2337 du catalogue de vente de Rosny : Frag- 
ments de la Bible, Denys-le-Periégète, Zosime et Théon de Smyrne. 

Salviati (Cardinal de). — Les manuscrits Burney 109 et 408 et 
Additional 3423 et 22733 ont fait autrefois partie de la célèbre biblio- 
thèque du cardinal de Salviati et portent tous au commencement ou à 
la fin son ex-libris en capitales : Jo. car. de Salviatis. » l^a plupart 
des manuscrits de Giovanni de Salviati sont aujourd'hui au Vatican. 

Seripando (Antonio). — Trois manuscrits du fonds de Harley 
portent à la fm l'ex-libris d'Antonio Seripando : « Antonii Seripandi 
ci mnicorum. » (N"' 3674, 3693 et 5694.) L'un de ces manuscrits 
(n* 3693) avait appartenu à Gaspare Volaterrano, dont on lit l'ex- 
libris en capitales au fol. 1 v°: « Ilomeri Ilias, res Gasparis Volater- 
rani , apostolicx sedis protonotarii. » Un autre (n" 3694) porte 
l'ex-libris d'un ancien possesseur : « Libro de Jo. Cha/ceopylus Cons- 
tant inopo lit anus + » et avait été donné à Antonio Seripando par un 
de ses amis-, on lit à lafm : « Antonii Seripandi, ex HenriciCasolle, 
amici opt. mimer e. » 

Le cardinal Girolamo Seripando (-J- 1563), général des Augustins, 
fit présent au couvent des Augustins de S. Giovanni a Garbonara 
de la bibliothèque de son frère Antonio et aussi des manuscrits qu'il 
avait réunis lui-même. Le ms. Sloane 743 lui a appartenu et porte, 
comme Tun des manuscrits d'Antonio Seripando (Harley 3694) la 
mention : « Libro Jo. Chalceopylus Constantinopo(ifanus+. » Giro- 
lamo Seripando a écrit son nom à la fin : « F. HicronyMi Seripandi. » 
Plusieurs des manuscrits d'Antonio Seripando lui avaient été légués 
par Giano Parrasio (Janus Parrliasius) ; la plupart sont aujourd'hui 
à la Bibliothèque de Naples-. 

1. Trois autres manuscrits, ayant appartenu à Bilibald Pirckheimer, se Irouvent 
aujourd'hui dans la collection d'Arundel, n°' 15'i, 175 et 50.3. On sait que la plus 
grande partie de la bibliothèque de B. Pirckheimer fut achetée à Nuremberg, en 
1636, par le comte d'Arundel. 

2. Cf. Catalogue ofaticient Mss. etc., p. 15. 11 yen a aussi deux à Cambridge, 
dans la bibliothèque de l'Université, cotés Ff. v. 8 et Nn. m. 13. 



332 

SrxAï (Couvent du Mont-), — Le manuscrit Burney 69 vient de la 
bibliothèque du couvent du Mont-Sinaï et porte au fol. ] Tex-libris 
suivant : Tb xapbv bizà-p'/ei tou ôcyiou y.ai ôeoSaoïaxou opouç Ziva. 
Les manuscrits Additional ^^835 et H838 viendraient aussi delà 
même bibliothèque, d'après une note de S. Butler, auquel ils ont 
appartenu. 

SïLBDRG (Frédéric). — Voyez Freher (Marquardt). 

TeÉVENOT (Melchisédech) . — Le manuscrit ^686 de Harley, Gons- 
tantini Porphyrogen. geoponica, porte sur un feuillet de garde la 
mention : « Ex biblioth. Melchis. Thevenot » ; sur le manuscrit Addi- 
tional 15081, on lit aussi au fol. I : « Codex Thevenotianus. » Ce 
dernier volume n'est autre que le manuscrit des Évangiles, grec 76, 
de la Bibliothèque nationale, acquis en 1845 du libraire Th. Roddpar 
le British Muséum. La reliure estampée de ce volume porte en 
lettres gothiques la devise : « mors, quam || amara est memoria tua 
Il homini habenti H spem sitam in diviciis suis. » 

Thou (Jacques-Auguste de). — Le manuscrit Old Royal 16. G. xv, 
Gregorii Nysseni de anima, a dû autrefois faire partie de la biblio- 
thèque de J.-A. de Thou. 

Trêves (Hôpital de Nicolas de Gués, à) . — Les manuscrits du fonds 
de Harley n°' 5576 et 5588 ont autrefois fait partie delà bibliothèque 
de l'hôpital de Nicolas de Cues, à Trêves. L'un et l'autre portent au 
premier feuillet la mention : « Liber hospitalis Gusani Treverensis 
diocesis. » Voyez aussi le manuscrit 5692 de Harley qui a appartenu 
au cardinal Nicolas de Gués. 

UzÈs. — Voyez Cadmustus. 

VÉRONE. — Le Psautier, Harley 5571, a appartenu autrefois au 
monastère de S. Maria in Organo, à Vérone, de la congrégation du 
Mont-Olivet, comme en témoigne l'ex-libris suivant du xv*" ou 
xvi" siècle : WaXTY]piov sXXiQvabv {ji-ovaaTtpiou àyiaç Maptaç èv 'Op-^a- 
voiç àYaOôiv [jLOva/wv tou ce opouç toû à^i'ou 'OXtêéxou xal twv cpiXwv. 
Au fol. 1, on lit l'ex-libris « Stamford, 1693. » 

Vespucius. — Le manuscrit 5541 de Harley porte en écriture ita- 
lienne du xv'' siècle la mention : « Vespucii liber. » 

ViLLoisoN (G. d'Ansse de). — Les manuscrits Additional 23889- 
23890 sont composés de différents débris des papiers de Villoison 
(aujourd'hui à la Bibliothèque nationale, Supplément grec, n"' 929- 



333 

966). Voyez au sujet de ces deux volumes le ms. Suppl. grec 990, 
fol. 64. 

VoLATERRANO (Gaspare). — Le manuscrit de Harley 5693, avant 
d'appartenir à Antonio Seripando, avait été dans la bibliothèque de 
Gaspare Volaterrano -, on lit en elïet en capitales, au verso du fol. -1 
de ce ms. : « Homeri Ilias, res Gasparis Yolaterrani apostolicse sedis 
protonotarii. » Le manuscrit de Harley 5670 lui a peut-être également 
appartenu ' . 

Xanthe (Archevêché de). — Le manuscrit Additional 297^3 porte 
au dernier fol. 295 v" l'ex-libris suivant : Tw •;:apbv e^ci.'^iyéMov 
IfKdpy^i. r^ç aYiwTatYjç [XYjTpo-iXewç HavOou -oî) TtjxiwTâxou IIpoop^ou, 
xal '/.iX. 

ZwoSÔTou r.-fi-{ftç (Mov-}] ty^ç). — Le manuscrit Additional -10014 
porte au verso du fol. I la mention suivante : Kal zé'àt [xexà xûv 
àXXwv Zwçpovi'ou i£po[AOvâ/_ou -cou s^ "Avopou ex [xovt^ç àyiaç x^ç Zwooé- 



IL 



COPISTES DES MANUSCRITS GRECS. 

Alphoxsos Atheniensis. — Harley 5599 : Arislotelis categoriœ, etc. 
(xv^ s.). Au bas du fol. 209, souscription cryplographique en minus- 
cule rouge (s. d.) : 

("AXcpovaoç 'A6-/;vaîoç, sYpa^ev.) 

Andréas monachus. — Additional 28816 : Acta, epistolae et apoca- 
lypsis^. Au dernier fol. -149 v% souscription en minuscule ordinaire, 
de l'an 6618 = de J.-C. l\]\ : 

4 'EtîXs'.wOy; y^à.ç'.-'. Xp'.axo'j r, îecà y.at àuyu'^'^tkriq (â(6Xoç | a'jxr, 8ià 
X^ipcç 'Avopéx à[xxp-(.)Xoij xal r.xp à;iov ] ixovayoj, [xr^vl iJ.ap-(o), îvc'.x- 
Tiôv. TexâpTr) : j "Exo; xTicrscoç xicixo'j é;axir/,iA'.ocxbv éçaxoatoîiTcv | 



1. Les deux manuscrits grecs 2524 et 3002 de la Bibliothèque nationale ont 
aussi appartenu à G. Volaterrano. 

2. Un fac-similé de ce manuscrit forme la planche 84 du recueil de la 
Palaeographical Society. 

•>-2 



334 

é'vvea xal oéxatov • : • etç xb opoç toG xa-cpoç xupou [xovaj^ou MeXe-riou xriç 
MuvTto, I èv T^ [Aov^ Toîi (7(i)T%oç -K 1 [Suit une prière en 9 4/2 lignes, 
et :) • : • TéAoç. 'Ev Ixsi ,çxiO', ivB. o'. 

Andréas Darmarius. — Old Royal -16. G. xiv : Jul. Africanus, etc. 
A la fin du Jul. Africanus, fol. \H v°, en minuscule rouge, la sous- 
cription : 

Hapà 'Avopéou Aap[xapiou tou 'ETCiSaupiou. 

A la fin du volume, fol. 296 v°, souscription en minuscule rouge, de 
l'an -1584 : 

Aa^avï] v.iyX àvaXw[xaTt tw y.up((p | 'Iaaay,o) tw EùirapaSetato , yjwi; 
Kaua I 6évM, tw ■jroXujxaOscxocTO) y.al tpiXé | XXyjci ajcpw xe ty]? icaiBeu- 
aéwç. I + I 'Ev TCO £T£t Tcapà 'Avopéou | Aap[j.apiou tou 'ETTioaupbu | 
^aç^â' : I + I 0£X£|jJp(({) x^', | 'Ev£T(aî^£ : — 

— Old Royal i6. G. xviii : Tzetzse scholiain Anthologiam, etc. A la 
fin des scbolies sur l'Anthologie souscription en minuscule rouge, de 
l'an ^ 580 : 

Tiib 'Avopéou Aapi^api'ou tou | 'ETrtSaupiou utou r£wpYwu. | + | 'Ev 
tÇ> £T£i ^açTj', I louv(ci) a'. I + I 'Ex tyjç PiêXio6Yi/,Y)ç BYjaapiwvoç | xap- 
oivaXiou [j,£TaYpacp6£v, 'Ev£T(a^£. 
Au fol. 21 1 suit la note du copiste : 
<E>uXXa Tbv àpt9[Abv ai', yj wç Biaxéuta Béxa : - ^0 V. 

Neuf autres manuscrits grecs du British Muséum ont été copiés 
entièrement ou en partie par André Darmarios, mais sans porter la 
mention de son nom, ce sont les suivants : 

Old Royal 16. G. xiii; ^6. D. xi (en partie), ^6 D. xii (fol. M 9 et 
56 à la fin), 16. D. xiii (fol. 202-315), 16. D. xv (en partie). — Harley 
5668, 5675, 6310 (fol. 6-29, tout ce qu'il y a de grec dans cems.).— 
Additional 21095 (en partie). 

Andréas Brundisinus. — Harley 5535 : Psautier. Souscription en 
minuscule rouge, de l'an 6792 = de J.-G. 1284 : 

3f 'EteXeiwÔy) to Tcapbv ^têXiov | tou (j^aXTripiou Sià xeipoq 'AvBpéou | 
à[;,apT{ji)Xou T-^ç tîoXewç Bp£VOY;(Jiou, èv [j.y]vI | [jLaico £Ïç tyjv y)', r^i^épa e', 
iàpa I o£ (iXJci 6' : èv £T£i ,ç<^4P' | ty;ç ivSr/.T. i^' : — > 

Angélus. — Harley 5601 : Homeri Batrachomyomachia et Ilias. 
Fol. 281 v% souscription en minuscule rouge (s. d.) : 
A6^a TÛ Geô. TéXoç : — 

+ "A^y-Xoç YP*9''iv : — 



335 

Angélus Vergecius. — Additional ^ ^ 35(> : Phocylidis, Pylhagorœ, 
etc. carmina. Au dernier fol. 38 v", souscription en minuscule rouge, 
de l'an ^ 566 : 

+ TouTt xo 3t6Xiov YSYpaTCxai ev AouT£y.(a twv naprjciwv | tq ytift. 

^kf^éXou BcpYtxtou Tou Kp'/]TCç • SeBwpYjTai | os owpov izap aÙToO to) 
èTrtçavsaTaTO) àvSpl | Mt}(a*rjXa) tû KXr^vt'w ^ouXeuty) èv tyj aùXî^ | tou 
■xaXaTi'ou aYaÔï^ '^'^XTl» ^"^^^ "^^'^ "'^''î? OcO^cviaç | ,a(p^ç', èv [j.7;vl àvGecT'/)- 
ptwvi + 

— Burney^04 : Anonymi et Porphyni introd. in Ptolemœum. Sans 
le nom d'Ange Vergèce, mais de sa main et avec la date au dernier 
fol. 1 28 r», en minuscule rouge : 

Cinq autres manuscrits ont été copiés par Vergèce, mais ne portent 
pas la mention de son nom, ce sont les manuscrits : Old Royal ^6. 
G. XII, Harley 5536 et 567^ (?), Burney 97 et Additional 'I097^. 

AîVTONius Eparchus. — Harley 5736 : Evangelia. Fol. -194 v", sous- 
cription en minuscule ordinaire de l'an 15[6]0 (?) : 

0£o) T£>vci(î)(7avTi âô^a /,ai y^dpiq. \ 0£ou to owpov xai 'Avtwvi'cu 
liivoç. I 'Eyp^çy; Stà 5(£tpbi; i[>.o'ù 'Avxwviou | 'ETcàp^^ou è?:! ëxouçyaçç' | 
louXXio) B' : — 

Antoxius Episcopulus. — Aucun manuscrit grec de ceux qui sont 
conservés au Britislî Muséum ne porte le nom d'Antonius Episcopulus, 
mais j'ai cru reconnaître son écriture dans les neuf manuscrits sui- 
vants : Harley 5604, 5664, 5726 (fol. -(-28 et 141-149 et dernier), 
5728 (?), 5730 (fol. 14-274), 5744, 630^ ; AdditionaH0060 (?), -15276. 

Argyropulus. — Le manuscrit Burney 54 a été restauré au xvi° s. 
par deux copistes, dont le premier seul nous a laissé son nom. 
Fol. -1 84 v, souscription en minuscule rouge (s. d.) : 

+ 0£ou TO Btopov 'ApY'Jp'-'^oûXou Tuovoç à[j.apTa)Xou xal Tax£tvoî) xiXx 
•/.al hpéiùç. I TéXoç. | 

Fol. 22^ , autre souscription en minuscule noire, de l'an 708-1 = 

deJ.-G. -1573 : 

"Etouç /i^xa', [/.Yjvi [xato) i6', tvS. a'. | 'Ev xf^ véa ^toxat'a : + 
Arsenius Monembasiœ. — Les mss. Arundel 530 et Additional 

5^08, qui ne portent pas le nom d'Arsène de Monembasie, paraissent 

avoir été copiés par lui. 

Athanasius. — Additional 21259 : Prophetœ majores et minores, 



336 

cum libro Job'. Fol. 169 v», souscription en minuscule rouge de 
l'an 6945 = de J.-C. U37 : 

è^6Sou y.ai zoôou tcoXou | tou sÙYevedTdcxou, £Vti[;,io)T(Xtou, èvâo^wTaxou 
TraveyAaixTcpwTâTOU YpaiJ-^'^txoj tou | oXou optou TuéXetoç jNîsGwvyjç /.upou 
'Iwavvou, Ypaçèv oè ty) £[xi "/etpi 'AOa | vaciou toQ à[jLapT(i)Xoù liyjx Se 
xai àva^(ou yP^?^**^? '^fl ^TCwvuiAt'a s | /^wv 'E^£8a/.Ti^, èYpaçrj Y°'J'^ ^''^^ 
Itouç ^ç7^\).t', ivB., èv [rr^vl | touviu) èvvatYj, "Oi^ipa cacSâ-uo), y.at ot 
[xéXXovxeç ôcwpsTv xai àvaYtvwcxsiv t'})v Tca | poijaav oé>>TOV cu/sorôai [j-oi 
ûià xbv xùpiov xat [j/J] -/.axapaaSs oti waïuep | oùâèv ècxiv àvGpwTioç St"/ôç 
àjAapTÎaç, oùoe -f) TCapouaa oé^TOç Bt/wç (7ça)v | [/.axwv, crw6^ 6 "^çi^aq, 

èXe-^jô"^ £}((i)V. 'A[J-YjV, à[JLY)V,x6pt£, XÙpi£, x6pi£, Y£ | V0tT0,Y£V0lT0,Y£V0lT6 

[xoi : + 

Ghariton. — Additional •USes : S. Gregorii Nysseni tractatus duo 
inpsalmos. Au fol. 76 v% souscription en minuscule ordinaire (s. d.) : 

+ 0£où To âwpov, ocat Xap(xo)voç ti6voç + 

Christophords Auer. — Additional 8222 : Fol. 437 v», souscription 
en minuscule rouge de l'an \ 554 : 

'AvaXw[xaTi xat oatj^tXEi'a tou £Ù(je6£a':â':ou xal Xa[jL7rpoTaTou | r£(i)pY(ou 
TOU 'Ap[i,Yjvtaxou xapBtvâX£Oç, X£tpl oà XpidTO | çipoi» tou 'Aouépou FEp- 
[xavou Y) Touoi TOU cuYYP^^lJ-H-aTOç ] \xzxT^^!Xf(\^ cîùv 0£(o IXaÊEV £7. tîoaXou 
5(p3VOU Trpofj I ooy.W[J.£Vov téXoç èv Pwixyj ty) xpoT£pa(a tou èay^âTOU | àXa- 
çYjêoXtwvoç, ï^Y°'J'' '^0^ P(0[;,a(oi(; xaXou[Aévou <p£ | 6pouap{ou, £T£i y^iXioaTÛ) 
7C£VTay.o(jiO(TTto T£UGapay,ocTw £y.T(.o. 

Les manuscrits Additional 27863-27864 paraissent de la main de 
Christophe Auer, mais ne portent pas son nom. 

Ghristophorus Benxa. — Additional H083 : Lexicon. Au bas du 
fol. \ 85 et dernier, en minuscule rouge : 

« Deo gratias. Florentise, 144^, die -13 septembris. F. Ghristopho- 
rus Beuna. » 

Ghristophorus Trapezuntius. — King's -16 : Homerus 2. Au dernier 
fol. 28J, souscription de l'an -143'! : 

'EteXeiwOyj Y) Tuapoucia '0[j,£pty,Y) BéXtoç, èv tw [ ^auXa' £T£1 àiCo t'^ç 

TOU XptaxOU èvav | 0pcOTCY;G£(j)Ç : | 0£OU TO OÔpOV, TCOVOÇ 0£ XptCTOÇOpOU : 

1 . Voy. un fac-similé de ce manuscrit dans la Palaeographical Society, pi. 232. 

2. Voy. un fac-similé de ce manuscrit dans la Palaeographical Society , pi. 158. 



337 

Et au verso de ce même feuillet, à demi coupé : 

'H '0[Ji.£pi7,Y] SéXxoç OLuvq £(JTiv £[ji,oû XpiffTOçopou Tou TpaTiel^ovTi'ou : 

CoNSTANTiNOs sacerdos. — Additional 41838 : Evangelia. Au der- 
nier fol. 269 v", souscription en minuscule rouge de l'an 6834 = de 
J.-C. 1326 : 

+ ^EzXripM^-q xb xaxà Oîou scYiov e'JX'-('^éXiO'/ oià y^eiphq KwvcJTavTÎvo'j 
lepébi^ y.al vo[j!.r/,oj | à[jLapT(i)Xou os /.al Ta-stvou 5 toj IlaaT.... xpoç 
KaXi^... tepo | [xcva*/ov /.al àp7i[ji,avop(-CY]v xr,<; à^i'aç [jlovv^ç toî) | a.^(ic'j 
xai èvBs^ou [;,£YaXo[xâpTupûç/,al ta[j.aTt xupoj Ar^iJ/r^xpiou | xcîj MupoSpÙTOu 
y.x\ oî àvaY^vway.ovTsç euy^sdôô §t | à xbv xûptov, sxcuç ^çwXo', ivo. ô'. 

OoxsTANTi?(us Mesobotes. — Additional 9349 : Alexandri Aphro- 
disiensis comment, in sophisticos elenchos Aristotelis. Au fol. 120, 
souscription en minuscule rouge de l'an i 508 : 

Kcovaxavxîvcç jMeaoocbxYjç y.ai xauxYjv xr(V [5( ( 6aov èv naxa6(o) zôvia 
auuov £Ypa4'a xw | icxvxapiaxw xai zepi x£ cprAoTcatav 7,al laxpr/.Yjv e'j | 
Soxtixouvxi /.aùxoïç £XXY)vi/.otç Xo^otç X£TratS£tj ] [jivc.) /.uptco Aaupîvxîw 
xw AiGociSï/po). I "Ex£t à%o x^ç Oso^ovCaç ^açr/ : — 

Go NST AN TIN us presbytcr. — Harley 5598 : Lectionarium, en onciale ', 
Fol. 748 et dernier, souscription en petite onciale de Tan 6303 = de 
J.-C. 995 : 

+ ErPA<E>H AfA XEIPOS RQN 
2TANTIN • nPESBÏTEP 
M MAÏO KZ IN H 
ET ^SOr •:• 

TiONSTANTiNcs Palœocappa. — Old Royal -16. Ç. vi : Catalogue de 
vingt-six manuscrits copiés à Paris par Constantin Palœocappa (s. d.). 
Au v du fol. 30 et dernier, on lit : 

TaHxa KwvsxavxTvoç IlaXa-oxaTU'iroç 6 Kuowv'.âxr^^ Y-ïp^?^'' ^^ Ac'jv.î- 
x(a xûv riapKjiwv. 

■— Harley 5564 : S. Epiphanii Cyprii de xii lapidibus, sans le nom 
de Constantin Palœocappa, mais de son écriture et avec l'envoi sui- 
vant, au fol. \ : 

Eiç xbv [XEYa/vOzpETiYÎ y.'jpiov 'Avxwviov Mop'.X'.ov aoçwxaxôv x£ àvopa 
y.al XoYtwxaxcv + 

1. Voyez un fac-similé de ce manuscrit dans le recueil de la Palaeographical 
Society, pi. 26-27. 



338 

"0X6t£ TTjV B' ÂVTwvie Tcàp ^eivoio sTat'pou 

Ty)v paiàv BéXxov Bé/vuao £ij[;,£Xu)ç, 
S(xapY] [xàv [jLîYâXou Bè Xo^eiou evBoôt xeuOei 

Aa[/,Trpàv BwoexâBa ■:rouXuT£)vti)v Te /a'Gwv, 
"HvTiep 'louoaiwv 10 TuaXat çopéeaxev c 66x^1? 

'Ev VYjw àyto) y.uoaXt[j.oio ai'cov. 
Auto? 8' ouv Tcepi xucTSTev^civ ey^wv ttots X^P"^' 

Mvwso YiY£iJ-wVoç Awptooç •^y*^^"')?' 

— Harley 6326, sans le nom, mais de la main de Constantin 
Palgeocappa. 

— Additional 23985 : Onosandri strategica, sans le nom de Cons- 
tantin Palseocappa, mais copié par lui pour le cardinal de Granvelle. 

CoNSTANimus Hyialea. — Burney 49 : S. Johannis Chrysostomi 
commentarius in S. Pauli epistolas. Au fol. 3'i9 et dernier, sous- 
cription en minuscule rouge, de l'an 6938 = de J.-C. 1430 : 

To) (TuvieXecTY] twv xaXwv 0eô "/âpiç. 1 'Et£A£iw6y; èv [xyjvi ^apTt'w, 
tvB. I Y]', Ixoç à~Q Toij 'ABàjx ^çTèV/;', | otà )(£tpbç Kwvaxavxîvou 'YiaXéa. 
xou I OLTio 0£C(iaXoviy,rjÇ ^fiq [xer-^oCKo \ r^oXéiùC ovxoç, oià xottou v.a\ è^o- 
§01) I X0Î5 TiaviEpwxâxo'J [AYjxpoTCoXixou Kep | xûpaç, xupoD Eùaxaôiou xoû 
A£wvapBou : — 

CosMAS monachus. — Additional 288^7 : Evangeliarium. Au fol. 
penult. 365 v°, souscription en minuscule ordinaire de l'an 6693 = 
de J.-C. -1^85 : 

^uv£Ypâ<|)Y] Y) ':ravi£ | poç ^t'oXoç xaûxvj Bià ^£1 ] pcç Koc^a [jLovay^ou xou 
£V [xovay^ctç | à[/apxo>Xou, [r/)vi louvi'w 0', 1 j xouç .çy^^'î ^^''^ '^uvBpo- | 
[r/;ç y,upoij BoLGiXdou xoîj lia ] TrXrjVou xopY)v àçéffEO);; xwv | à[Aapx(o)v 
aùxoD Y.a\ ixv/](j/r;ç aùxcy : | 'Ex£Xito6-^ Bà fj Upà ^(êXoç 1 auxY] Tcapà ^oyj- 
^doiç xupoij I 6£o3wpou xou Kapa^ô y.ai x% cu[j(. ] 6(ou aùxoû xupaç Zw^ç 
èv TO) OÏV.IÙ I aùxûv èv xw xa'r 5' ayoptcov, | y.cl\ 0£bç itwc£1 aùxouç : — 

La même souscription parait avoir été répétée à l'encre rouge à la 
première colonne du fol. 306 et dernier; elle est aujourd'hui entière- 
ment effacée. 

CosMAs monachus. — Additional ^9389, Evangeliarium, xiii s. 
Au dernier fol. 60, souscription en minuscule ordinaire (s. d.) : 

+ 'EYpâç'O X£ipi Koa[xa [ao | va/ou xoD Ilavapéxou + 

Georgius Bat6?opoç. — Additional -H892-i'l893 : Suidas'. Au 

1. Un fac-similé de ce manuscrit a été publié dans le recueil delà Palaeogra- 
phical Hociety, pi. 181. 



339 

fol. 366 v° du ms. 11893, souscription en minuscule ordinaire de 
l'an 6910 = de J. -G. 1402 : 

+ 'ET£>v£tw6iQ TO r.apov ^icXio'f -q Souioa otà /cipbç £[xoj rsup^t'ou xoj 
Baïoçopou, £V £T£i ,ç I 76 CcxaTO), ivSixTtwvo^ 0£-/.ârriç, ij//;vl buviw te' + 

Georgius Constantinopolitanus. — Harley 5631 : G. Godini chro- 
nicon. Au fol. 329, souscription en minuscule rouge de l'an 7063 = 
de J.-G. 1555 : 

'Et£>;£IwOy) zapcjv xpovoYpâ | «poç £t<; Bé^av 0£ou §ià x^^poç I v<-<ài/.oa 
àixapTtoXou FEwpYÎou èx | ty]? KwvfTTavTivouTrdXewç ctà I cuvopoixviç y.ac 

e^ôBou Toij £v I Tt[j,[a)TaTO'j xxt £ÙY---V£<TTa-o'j 1 -/.upoy [KwvatavTivo'j tcj 
KavTaxoL) | C'^l'^ou], £Tt à^zo y.iiaeiùq y.6^ | [j.ou /Ç^y', àiù oï rr,; èv | 
cipxou oiy.ovû[j,(aç ^a^vs', | èv |j-y]vI aù^oûato) xy)', "ôpipst T£Tpâ5t, topa o' 

Georgids Hermonymus. — Burney 76 : Theodori Gazae gramma- 
tica, XV s., sans le nom, mais de la main de Georges Hermonyme. 

Gregorids SL>Y/.£Xtd)-Y)ç. — Additional 51 H -51 12. A la fin du 
second volume, fol. 235 y, on lit de première main : 

+ 'E)coi[ji.(Oy) h SojXoç toj 0£oij FpyjYopioç ixova/^bç | 6 /.al ih ûcyiov 
toÛto euaYYéXtov i '{piàxq, [iTi'A lavvouapiw Aà, 'N ï,\ etouç \ ////// 

et au fol. 241 : 

'Exoi[ji,(6y] ooijXoç tou 0£Oij Tpr^Y^p'^s H'Ova'/_bç | 6 ;S'jy>'--'/^^^"'OÇ '^^^ 

Y£pcvTi'ou, ô v.a\ Ypâ^Jj^ç | ty]v [3i5Xov txûtyjv, [;,y)v\ tavvouactw, exou^ 
,çx4r, tvB. r, -ni^épa o'. (6697 = de J.-G. 11S9.) 

Igxatius. — Additional 2971 4 : Lectionarium. Au dernier fol. 1 78 v", 
souscription en minuscule ordinaire de l'an 6814 = de J.-G. 1306 : 

+ 'EYpôifY] §tà /eipbç i\i.ou àtxapTwXoy 'Iy''^'^^'^" I ^'' ^'^' ,Ci»>iâ', îvo. 
3'. 1 E!>/£(76a( [jLOi Sià tov vdptov ot àvaYivoiff | -/.ovTiç aùxcv : — 

Ignatios 6 2Y)Xu6p(x;. — Additional 31919 : Menologium. En tête 
du fol. 2 (le' du texte), en minuscule rouge la note suivante : 

+ Kat -rbv TrapévTa çeupouapiov |jL-^va 'lYvaxtoç rcpa'iev ô EïjXuêpiaç, 
xai TY) -/.ax' a'Jxbv | Siowaiv èy,y,XY)ff(a tyj -Tw/OTaTY) /.al -rraGôiv (7ij,txpo- 

TÉpa + 

et au fol. 94, souscription en minuscule rouge, de l'an 6939 = de 
J.-G. 1431 : 

Kai xb Tuxpbv [xr,vatov 6 çsupouapioç j èxeXeiwBYj oià xe'.pbç èiJLOu | xoD 



340 

TaTceivoS \).-fiipo7:o)dzou 2y]Xu | [îpiaç 'lYva-rfou, èvItei^çTl | a6', tvB. 6', 
lj,Y)vi àirpiXXuo o', I xai àçispwÔY) <tùv tûTç )vonroîç | Iv oé/.a [xr^alv, o'ùç 
SYÙ) Ypa'-Î'aç | èv Pei^êpâvatç TcavTaç è[xoi | paca oia96pa)ç èv xw vao) tv^ç | 
àYt(i)TaTr)ç [XYjTpoTïoXewç SïjXuêpi'aç. | A£0[ji,at toi'vuv ïjjjlûv oaot toTç | 
xpocipyjijivoiç èvTUYX*''''''--- (Suit une longue prière occupant en entier 
la col. 2 du fol. 940 

Jacobus hieromonachus. — Harley 5782. Menologiura. Au fol. 24-1, 
souscription en minuscule ordinaire, de Pan 6871 = de J.-G. ^363 : 

+ 'EtsXcIcoôy] xb Tcapcv auvx^aptov otà y^eipoq 7,à[xou | 'lay.wêou à[;.ap- 
TwXou xà'/a xal t£po[j.ovâxo'j | iv hei ^Çwoa', xai eûyeaôai [aoi ol àvayi- 
V(jû<7y,ovTc<; : — tv5. aV r/ovxt xal y?''''!'*'''^^ awxep [xoD cwaov. + | (et 
monocondyle :) TâXoç. 'lotxwéoç lepo[x6^ot.yoq. 

JoANNES. — Harley 263 : Gregorii magni dialogorum libri IV. Au 
dernier fol. 3^3 v°, souscription en minuscule ordinaire (s. d.) : 
0£ou 10 Bûpov xai 'Iwavvou Tr6vo(; 
T)vY]7îa0o0ç IpYOV xal xa/a Ouxou : — 

Un autre Jean a copié les folios -117-308 du ms. Harley 6295. 
Fol. 308 v", souscription en minuscule rouge (s. d.) : 

+ EIX"/;9£ xépfjLa ô tîovoç xûv | "/^^P^v 1[J.oi) xou 'Iwavvou : — 

JoANNES monachus. ~ Additional 20003 : Actus aposlolorum. 
Au dernier fol. 57, souscription en minuscule ordinaire, de l'an 6562 
= de J.-G. -1054 : 

+ 'EYpacp*/) Y] •:rv£UtJLaxox.£(vtxoç j xal t£pa ^lêXoç aux*/] xax£7:ixpo) | Tueîv 
xou /.upoj 'laxwê [xovaxou x,al -itpstrouxépou "/.ai | 'Iwavvou [lO'iayoi) oià 
/Etpbç 'Iwavvo'J [xova}(0!j | Ixouç ^çtpviê', tvS. t6', [xy^voç à7:pi>v>.(ou x'. 

JoANNES lector. — Additional 22736 : Evangelia. Au fol. 
224 v", souscription en minuscule rouge, de l'an 6687 = de J.-C. 
^^79 : 

• : • 'ExXYjpcJÔY) xb Tcapbv aY^ov EuaYY^^^o'' I o^* Z^'poç 'Iwàvvou 
àvaYvw I axcu 8soXo[you] xaxà [;(.Y]và touviou, | ivo. lë', £xcuç .ç/tiC' : — 

JoANNES KjvYjYÔb- — Additional 10375 : Liturgia S. Onuphrii. 
Au fol. 40 v°, souscription en minuscule rouge, de l'an -1597 : 
0£O!j xb Scopov xat 'fwavvou lEpéwç Kuvyjyou y.à'Koq : — 



+ ^-1 



^ Ji ^ + 



- ^ y. 

xa — — 



34 ^ 

Tép[).cf. etX'rjcpev -q icapoijca eopxY) ,af4^', îouvfo) y', îv3. G', | s/, "/etpwv 
aia/pwv y.al eJTeXstvwt 'Iwâvvou Oùxou xb è7c(y.XY)v Kuv*r)fou ] y.ai è^iepoiO"/] 
elq Tcv vabv tou oaiou Tcaxpbç 'Ovo'jçp(ou, XsYifJ-svov ITsTpé | xo'^^iç, ex t/,ai 
stçTcv aYiovvabv tou |;,îy^^^<^1-'''^P'^'^P'^Ç FswpYiO'j v.pai^6[j,£Vov | ty^ç BéXxaç, 
uTïipxst Bà xou EiiXisouç tepéwç <I)paYY(c/.ou Max^a[jLâ | xai oç aùxYjv 
àp7:a(7£t eaTO) àçopi(7[X£Voç èx t^ç Çcoap/,afjÇ | Tptaooç ex tûv ceTCTWv C' 
cuvéowv ToD c<7Îou I xal Tiâvxwv xôiv àvt'tov */,al x% ôsoxczou vX-ripovo]j:'q<sz'. 
~àq 1 àpàç aùv iCù àva6é[ji.axt xal x-^v àpàv | -qixm xûv àvwOôv (3' Upéwv 
xou ■::ovYi | cavxoç /.ai xoû e^ovxoç. 'A[;.V)v • : • | TéXoç. 

JoANNEs Philagrius. — Burney SO (2 vol.) : Vitse patrum^ En tête 
du fol. i , de première main : 

+ 'Q Xpiaxè ^OYjôet [xoi X(o aw BoûXo) 'IwivvY] xw <I>iXxYp((;). 

Et au dernier fol. 34^ du second volume, souscription en minus- 
cule ordinaire, de l'an 6870 = de J.-G. 4 362 : 

'ExsXstœô-^ xb TCapbv ^iSXîov oià auvopo[j-^ç ] xat è^éBou /.upoj TstopYiou 
xoD Xavxa7.riX... xai Bià | xetpbç £[j.oij xoij sùxsAoûç xal àixapxo)Aoîj 
'Iwavvou I xou <î>iXaYp(ou, v.oà ol àvaYtv(i)(7y,ovxe(; su | '/^ecM [t.Qi oià xbv 
xùpiov : — Ixouç ,çwo', t'vS. te' : — 

JoANNEs Rhosus. — Harley 5600 et 6323 : Homeri Ilias et Odys- 
sea. A la fin du ms. 3600, souscription en minuscule rouge, de 
Tan 4486 : 

jf 'Ex£A£to)OY] Y] xoû 'OiJ.Yjpou | 'iXtaç XEipl è[j.ou 'Iwavvou I r.ptGêu- 
xépou 'PcoffO'J xou I Kpr,xiç. | ^f 1 'Ev ,au^ç', [xyjvi | t;.aio) tç', | èv 
<ï>Xw i p£v I x( I a I *. 

— Harley 3790 : Evangiles. Au fol. 299 et dernier, souscription 
en minuscule rouge, de l'an 4 478 : 

<B JNhxrfpâçY) xb zapbv | xîxpaeuaYvéXiov àvaXw 1 [xcuat. -/ôv xou alte- 
<ji[xti) 1 xàxou/,upiou r([j,ôJv/.uptou ] «:I>paYy.(cy,ou xr,ç îspcaYÎaç | ■/.aOo^six.YÏi; 
v.al à7:c(JXo)v'./.Yiç | âxy.XrjCÎaç y.apc*r]va)aou | xy;ç àyiaç Mapîaç véaç, | 
X£tpl 3k 'Iwavvou Upéio; | Po)cou xou Kpr^xb? xb ^Ivo^ | £X£'. àzo xv;^ 
Xpicxou Y£V£'(;£a)ç 1 /iXtocxÔJ xexpaxoaiocxôi j £cSo[xr,/.offxu) 078610, tvo. 
a', I [XTi^hq àr.pùJdou £Î7.ocxyj ] 7cé[J-':rxrj, | £V Pwjj.yj. ] ^ 

— Harley 5737 : Psaumes. Au fol. 4 70, souscription en minus- 
cule rouge, presque entièrement effacée, de l'an 4478 : 

1. Voyez un fac-similé de ce manuscrit dans le recueil de la Palaeographical 
Societij, pi. 207. 

23 



342 

TETeXeitoGY) xb Trapcv | t]>aXT-riptov otà xeifcq | èp-ou 'Iwavvou îepéwç 

[XYjvbç I tcu)a'ou tç', | èv Pwij-y) | * . 

— Harley 5638 : Homeri Odyssea^ Au fol. 239, souscription en 
minuscule rouge, de l'an ^1479 : 

MsTcYpaÇ"') Y) 'coj 'O[r'qpo'j \ 'Ocutjaeia àvaXw | [/.xci [xkv xou £Vti[j,(j)- 
xaxo'j I àvopbç -/.upoû BxpQoXo | [xaîou tou KpuaŒiavoD, | /stpi âè 'Iwavvou 
Upéwç I Pcoso'j TOJ Kp-/)T5i;. 1 "Exei à-rrb xyjç Xpc^xoij ^sw-rjCcioç | x,t}ao(7xw 
Xcxpay.OîtOîxo) | k6^o\>.iv.OGz& èvâxw , | [r/;vbç aÙYOUffxoj S£/,âxY], | Iv 
Pw[;.Y). 

— Additional -10064 : Simplicius in Epictetum. Au fol. ^46. 
souscription en minuscule rouge, de l'an ] 369 : 

'ExeXsiwO'/j xb Tcapbv ^téXîov | /sipl ok à[j.oj 'Io)avvou tépewç ] Pwffou 
xoû Kp'^xiç. I îf I 'Ev £X£C à-KO vqq Xptaxou Y£vvrj(j£(j)ç aw | yw ^Qw^ 
fjLr//i vo£[;-6p(a) ici : | èv B£V£x(a : 

— Les manuscrits Harley 3397 (fol. 20-2^), 3669, 3672, 6322 
(fol. ^-73), etBurney 93 ont été aussi copiés par Jean Rhosus, mais 
ne portent pas son nom. 

JoANXEs de Santa-Maura. — Additional J3433 : Theodorus Stu- 
dita. Au bas du fol. 31, souscription en minuscule rouge (s. d.) : 

0£ou xb Swpov, 7.0.1 'Iwâvvou x6voç : — 
Donum Dei, et labor Joannis. 

— Burney 33 : Origenes. Au dernier fol. 9^ v", note en écriture 
italienne du xvii^ siècle : 

« Accepi in foliis solutis dono Julii Csesaris fUii Joannis a Sancta 
3Iaura, Bomx, die vu mensis januarii ^383. » 

— Les manuscrits de Harley 3394, 3367 et le ms. additional 2^983 
ont aussi été copiés par Jean de Sainte-Maure, mais ne portent pas 
son nom. 

JoANNEs Thessalus Scutariota. — Additional 2H65 : Jamblichus. 
A la fin du volume, fol. 189, souscription en minuscule ordinaire 

(s. d.) : 

• : • AùxY) Y) p(6Xoç Û7câp)r£i 'Iwâvvou 6£xxaXou xou Sxouxaptwxou, 
\}.vzi I YP^'l^v Bè èv <î>Awp£Vxia : — 

1. Un fac-similé de ce manuscrit se trouve dans le recueil de la Palaeogra- 
phical Society, pi. 182. 



343 

JoAN.VES T^ouiCo'jva. — Harley 3337 : Epîtres et Apocalypse. 
Au fol, 100 v", souscription en minuscule rouge, de l'an 6393 = de 
J.-G. 4087 : 

Kùpte 'lY]aou Xpiutà uù /.ai \6^(z xou Geou ^orfir, xw uw SoûXw | 'loj- 
âvvt [JLOva/fi) xai ■Tupecê'jxépw tw èXay^cffxo) x(o xoj àa... | xw y.al szovo- 
[j,a^01Jiéva) xw Ti^ouxÇouva | 6é[xa xoj Aiysou TceXa^ou jSav^ xoj Aa^xou xà | 
^tx*... xw -/.al £V xw àpxa/,i'(i) /.axoi'/.-rjcavxt xô xal | yaijJpw xoD y-upoD 
MavojY)X xr,<; Mapouî(aç xco Y.cà \ va ttoGo) ttoXXco xal (Ji.é/6(i) xxYjaaj^ivw 
x^ à^ia ^{oXw I xaûx?]. Oi xv£U[j.axt7.oi àoeXsoi y.at y^ptaxiavol su'/ecOc 
•jzsp £[;-0J CTCwç I 6 0cC? (juxcop'/jcei [j,ot £•/. xwv tcoXXwv xxaic[j-âxwv | y.at 
à[jLapxY;txâxoJV /.al àvxtXaSsxat xc TCVsijixa ijlo'j dq x[y]v] (âact | Xciav"^. 'Exs- 
XsiwOy] 0£ ô oi^(ioç à-éaxoXoç [j.sxà /.ai xv]? à-o-/.a ] Xûd^tO); [xtqvI [j,afo) 
Yjvouv XY^ N, tv§. i', exo'jç ,ç<fU\ I ^aijtXsuovxog 'AXe^tou xou Ko[j.v^voj 
y.al àv[a(7ffovxoç] | NaoXaou r.cit.zpidpyo\j xoD n[po]6[Xri]xou. 

JoASAPH. — Burney 44 : Vitœ sanctorum (2 vol.) ^ Au fol. 4 63 v" 
et dernier du second volume, souscription en minuscule ordinaire, 
de l'an 6692 = de J.-C. -i'184 : 

'ETïXr^pwOr^ gjv 0sû r, Trapouaa (3: | êXoç 1/. xpo'TxâçcWç, auvBpo[j/^ç | 
y.al è;30ou xoîj àyiou Tcaxpcç yj[ji,G)V | y.al %aGY5Ycu[jivou x^ç [.'.ov'^ç | xoj 
rjpic'j, y.a'i 0eo'j, /.at QUiiT,coq r,\xG)'f 'Iyjïoî) | XptaxoD /.upoj 'Iwâcaç, 
jj.r(Vl louXXiw, fvB. ^\ exouç ^çy^^^', | àiub Se XpiaxoD /apoB'^. 

JoASAPH (Joannes Cantacuzenus) . — Burney 4 8 : Evangelia IV. cum 
Synaxario. Au fol. 222 v° et dernier, souscription en minuscule 
ordinaire, de l'an 6874 = de J.-C. 4 366 : 

0£o5 xb Sûpov 'Ax\ •jTivoç 'Iwaijaç : — 
"Exouç ^Çwoo', ivo. o', i):r,'n touvtw o' : 

Leo. — Additional 4 9387 : Evangiles. Au dernier fol. 233, sous- 
cription en minuscule ordina're (s. d.) : 

+ Aéwv Ypâçîuç + 
+ 

Leo Chalciopulus. — Harley 5662 : Jo. Tzetzes, etc. Au fol. 4 00 V 
(et se rapportant seulement aux fol. 97-4 00), souscription en minus- 
cule ordinaire, de l'an 4 493 : 



1. Voyez un fac-similé de ce manuscrit dans le recueil de la Palaeographical 
Society, pi. 180. 

2. Celle dernière ligne de la main qui a repassé à l'encre une partie de la 
souscription. 



344 

'Ev ,ot.\){-{\ èv MeatJYjVY] iriç \ SasXtaç iv. | -j-pa^èv xapà Aéovxoç XaX- 
xioiiOuXou : 

LoNFFELHOLcz de Nuremberg (Johann). — Ârundel 525 : Phalaridis 
epistolse, gr.-lat. A la fin du texte grec, fol. 70 v", souscription de 
l'an U70 : 

TéXoç + XXV** die septembris, | anno M cccc Ixx"", Papiae. 

A la fin du texte latin, fol. ^20 et dernier : « Finis Papie, 
anno M cccc lxx, per Johannem Lonffelholcz de Noremberga, || die 
xvi" decembris. » 

Marcus. — Burney 96 : Oratores grœci. Page 288, souscription 
en minuscule ordinaire (s. d.) : 

'ExeXetdùÔY] aùv 0£w èv OXwpevctûf. 

Suivent douze vers, imprimés dans le catalogue des manuscrits de 
Burney, p. 43, et qui donnent le nom du copiste Marc. 

Matth^us. — Burney 2i : Evangiles. Au fol. 8 v", à la fin de la 
table et ne se rapportant qu'à cette partie du ms., souscription en 
minuscule ordinaire (s. d.) : 

)f MaTÔaiou tgBs epYov àpiaTOirévoio xeXwvou | oq t6xov Iç paae Oetov 
à7:£ipoYâ[j(,oio ^uvaixcç | fjxéxev àaTcopov Oibv ov où/âoev oùpavbç eùpûç | 
Xptaxbv àel ^wovxa 0£bv Ppoxbv aùxbv è6vTa : — 

Matth^us Moscovita. — Additional ^9002 : Acta synodi Ephe- 
sinœ, prsesid. Gyrillo Alexandrino. Fol. 330 v" et dernier, souscrip- 
tion en minuscule ordinaire, de l'an 4 596 : 

'ExeXEtwÔY] 10 Tûapbv ^i6Xiov oià l^iphq Maxôabu hpo[io \ va/ou v.a\ 
zpwïOGUYYéXou vqq [asy^Xy)? èvy.Xridixq èv | t^ ôeocwaxto iz6\zi MoT/o6ia 
ifiq jjLSYâXïjç Poxn'aç, | è-îrl twv YjiJiépwv toO ôcyiou ^affiXèioç 'rjixwv y.cà 
ai 1 Toxpixopoç 7,up(ou Oeoowpou 'IwavvoS-rjxî^Y), | èv exei, .Cp^'» t'ouXXiw 
xO', ivB. 0' : — 

( 06xr)ç {ji,ova5(,bç àjxapxwXbç MaxÔatoç, 

l "EYpa'l'e xauxYjv xyjv OeÔTiveuaxov ^îêXov : — 

Maximds hieromonachus. — Harley 5575 : Psautier'. Au fol. 307, 
souscription en minuscule ordinaire, de Fan 6789 = de J.-G. ^28J : 

TéXouç £xux£v Tîa | pwv (];aXxY)p ô £p[ji,Y)V£u6£l(; xapà 'Iwivvou [iLOva^ou 
xou ZiYaS'^vo'j /,al Ypa 1 ÇstÇ xapà à[j.apx(i)Xou y,al âOXi'ou Ma^([xou i£po- 
[AOva}(ou èv [AYjvt i 1 ouXio) vj', ivB. 6', èxouç, ^çtl'^ô' : — 

1. Un fac-similé de ce ms. se trouve dans ta Palaeographical Society, pi. 157. 



3 ri 

Metaxares. — Additional 288 i<s : Évanyéliaire. Au dernier foi. H 8, 
souscription en minuscule ordinaire, de l'an 6780 = de J.-G. -1272 : 

'E-Xy)pwÔy) to xapbv ex»cir(^(ekt.ov oi \ à y^eipoq i\xoo tou à[j.ap \ twAoÏj 
io\\uù eiTUcîv xal | lepéwi; lou Mîxa^ipr^, | (xr,vl touXû.), tvo. u' : \ "Exou? 

Methodius. — Additional -H837 : N. Testament. Avant l'Apoca- 
lypse, au fol. 46Î v°, souscription en minuscule ordinaire, de 
l'an 6866 =3 de J.-O. -1358 : 

'ExeXeiwÔY] [j^r^vt | ovtxoêpiw Ç', | ivoaTtwvo; [ta', | sxouç ,ç | wçç' ; 
I jMeôociou '/£ip xou ôu-o | pa'/.£vB6T0'j : | + 

Metrophanes. — Additional -16398 : Menaeum decembns^ Au 
fol. 167 v°, souscription en minuscule ordinaire de l'an 6068 = de 
J.-G. U60 : 

01 âsATOv E^iv T-fjvBe [xéXkovTiç ttcôw cjv xw cuvcâ^av | ti xai tou 
Ypaçéio.; ôr^Ocpiou [jip'/jaOs MïjTpo^avou | 'spoij-ovaxcu. 'EYpa^v; es xb 
■jrapiov PiêXîov oià a!jvopo[j.£Îç | xat èçcBou TC-y àpyowioq y.upo'j M'f;Ay,ou 
utou Toij [xaxxpÎTO'J I <ï>apâTOu xal èj^-ou (puXou /.xXoû iv [t.'fi'^r^ touvtw. | 
Kai àçYjépwŒcV aùxo xb ^i6X(ov etç xb [j-éya AY][j,Yjxpcov xou Trpwxo) | xaxa 
xou M-/)Xy.o'j, -/.al •?) xtç aùxb uaxspias'. à-;:' aùxov xov vaov | va e/st xb 
àvà6£[j,a. 

"Exit ^ÇTfc^r/, r,A. /,u/.a. xo', ceX. -/.jxX. lo', tvûi'/.x(wvoç y)'. 

Metrophanes. — Arundel 5-19 : Palladii historia Lausiaca. Au 
fol. -150 et dernier, souscription en minuscule rouge de l'an 7076 
= de J.-C. -1568 : 

+ 'Ex£A£tcô6ï3 T, -irapo'jffa olXxoç cL>v ©ew àyio) •?] im \ AcYO[J.év/] Néoç 
"apaBîKTO^ : "Exouç X^ç', \ tvo. la', [xr^vi touvtw z,y', rdxépa c' : + 

MrcHAEL Antristus. — Harley 5783 : Simeon Thessalonicensis. Au 
fol. 380, souscription en minuscule ordinaire de l'an -1601 : 

'ExeXeuoÔT, f, Tiapouaa ^îoXoç | cià y^^^poq Mr/ar/A 'Âvxpicxcj | xoj i; 
'A6-r;vwv, èv Ixei ,ay^a', | [j-r^^i à-p'.XXi'w 24, âv Ko)v<7xavxivo'j7:ûX£t : — 

Michael Apostolius. — Harley 5617. Manuel Moschopulus. Au 
fol. 90 et dernier, souscription en minuscule ordinaire (s. d.) : 

Mr/aY;}^o; 'X7:ozz6\r,z, Bu'Çiw-ioq [j.£xà xy;v \ aAwatv xyjç aùxoîj 7:axp(ooç 
-£via G'Jt^wv,, /.ai xsC£ | xb ^t6X(GV i^i-^py.^e't : — 

1. Un fac-similé de ce nis. se trouve dans la Palaeographical Society, pi. 233. 



346 

— Les manuscrits Harley 5618 et Sloane 324 sont également de 
la main de Michel Apostolius, bien qu'ils ne portent pas son nom. 

MicHAEL Damascenus. — Le ras. Harley 5696 parait de la main de 
Michel Damascenus. 

MicHAEL 6 xou AuYYéwç. — Arundel 545 : Thucydides. Au der- 
nier fol. 196, souscription en minuscule ordinaire (s. d.) : 

+ Kai T-rjvSs xr^v Pi6Xov toD aofoû 0ouxu§i'oou Miy^d-^Xoç e.^pa.C^e'^ b tou 
AuYYcWç. 

MicHAEL Lulludes. — Arundel 523 : Gonstantini Manassis chro- 
nicon. Au fol. -142 v", souscription en minuscule rouge, de l'an 682^ 
= de J.-G. ^3^3 : 

)f 'H 7:apoD(7a ^(6Xoç ÊTaAstwÔY) oià yeipoq \ tou èXa/iaTou y.al sùxé- 
Xouç lepitàq Miyarîk xou | AouXXouByj toj àizo iriç, 'Ecpécrou (?) {/.e-zoï \ 
xta[j.évou ovToç èv ty] xpia[jL£Yi<J''^w vf,<7co I KpfjTY) Bià TO TYjv aùxoD Tiaxpioa 
xpaxYjO-^vai | utto Ilspaûv, e-ouç ^çwxa', ba. la' : — 

Suivent fol. 143-144 des vers du même copiste : 
To5 aÙToD lepéwç c-r/ot Trpbç xbv TcpocTaT'/jaavxa xoùtov tov P(6Xov 
Ypatî^at eù^svécTaTov àp/ovTa y,6piov Ma tgv 

MicHAEL Patricius. — Arundel 549 : S. Gregorii Naz. orationes. 
Au dernier fol. 245 v°, souscription en minuscule ordinaire (s. d.) : 

+ Qiôxo'Ae (3or,6ct xô (jû \ âouXo) Mt)(ar)A ] Uarpixio) ^aat I Àixô 
votapi'o) £7ii I xwv o'!y.£ta7.wv | tw uuo eùXaiJ.Tuouç | naipiz-i'ou àvOuTca- 
Tou(?) I •/.ai £7:1 TÛv ol I y,£iaxwv tw | rrjvoô xr,v ^t | êXov YcYpacpoTt : — 

MoREAu (Pierre). — Les manuscrits Old Royal 16. G. iv (2 vol.), 
16. D. III (2 vol.) et -16. D. xii (fol. 20-55) copiés par Pierre Moreau 
portent les souscriptions et notes suivantes : 

Old Royal. 16. G. iv, fol. 2 et 16. D. xii, fol. 20 : 'E% x'^ç ^têXio- 
6-/jXY)ç xou <fCkoX6^(QQ /.ai eùBoxi'ixou 'iioâvvou SaYywXavSpéwç, icaxpi/.t'ou 
Ilapitn'ou. 'Ev xv^ A£U'£x(a iJ,£X£Ypàç-r) u-b Iléxpou Mop-fjXXou [Toupovéxou, 
\j.exa-(zixtmoç [xzGo^'iioq rçi Trpwxv]]. Les mots entre crochets manquent 
dans le ms. -16. D. xii dans lequel cette note a été lacérée; la date 
finale devait être différente dans ce dernier manuscrit. 

On lit encore dans le ms. -16. G. iv (vol. 2), au fol. i : « Joannis 
Grmnmatici Tzetzae de bello Trojano... Petro Morello Turonensi 
interprète, Lochis Turonicis, ^565. » — Et fol. 88 : «. Joan. Tzetzx 
posfhomericorum finis , cujus interpretationem ahsolvi 5 cal. jul. 
\ 565, in gtjmnasio Lochibellilocensi. » 



Neophytus Cyprius. — Addilional 22506 : Evangiles. Au bas de 
la table des chapitres de S. Jean, souscription en minuscule mêlée 
de petite onciale, de l'an 6813 = de J.-G. -1305 : 

+ 'EYpacpYj èv è'r/) .çwcv' : + l'vô. y' : — | At' l\xou io\> èv tepootaxo- 
votç ika'/Ja-zo'j | oaipou Nsoçutou v.a\ xi^a [Aovaxou : + | xoij KuTrpbu : 
— I Kai o>. âvTUYxâvovTEç a^xb eu^saôs uuàp £|j,ou Bià xbv y.ùpiov : + 

NicEPHORDs. — Arundel 532 : S. Basilii horailiae in Hexaemeron. 
ix-x s. Au dernier fol. 120 v", souscription en petite onciale (s. d.) -. 

BaaiXstou èTôiaxc^ou Katca- 
pdoLç x-^ç Ka7:7ra§oy,iaç \6yoi 6'. 

Naïîçépw Ypâi{^3ivxi xyjvûî xy)v ^l'éXov 
Kë Ppaêeuaov [xw] xovYjcavxi *a)v£oç. 

NicEPHORus lector. — Harley 5650 : Lectionarium. xi s. Au 
fol. -167 v°, souscription en minuscule ordinaire, de seconde main, à 
demi effacée (s. d.) : 

'ETrXr^pwÔY) xb Tuapbv £'jaYY-"'*^'3v cià y^etpcç £[j.ou Ni-/,y]ç6 | pou àva- 

yvwaxou y.al •jrpwxodtiXxotJ 31 crr^v | SpoiJ.75ç /,ai è^oSou >tal 7r....x | 

NoaoXâou tepécoç xo'j -ly.u.... xa6/,ciu. Kai o( àv | aYivocrxovxEÇ eux^cx... 
[JLY] apaç (52c). 

NicoDEMcs Romanus. — Addilional -15315 : Nc[;.'.y,ov, xvi-xvii s. 
Au fol. 368, souscription en minuscule rouge (s. d.) : 

+ 0£ou xb owpov •/.à[/.ou èXaxiffxou NixoB*^[j.ou | i£po[ji.ovâxou Pwfxavou 

-évoç : — 

NicoLAUs Galligraphus. — Addilional 28270 : Jo. Moschi novus 
paradisus. Au fol. penull. ^63, souscription en minuscule ordinaire, 
de l'an 66^9 z= de J.-G. ]U\ -. 

+ 2xoî-/ot. Xptaxé jxou ctoou xoîç è^jLotç xôvoiç /âpiv, j Kai xw xxi'aavxi, 
iAwXè. xou xaXax(o'j, | 'Hv va xcOo) xéxô'j/EV (î)ç bXsov [/.sy* : + 

'EYpâçY) xat èxsXtojô-^ ■?; xapojca ^l'oXoç 5 | xép âffxiv xb véov zapa- 
Beiaet, cià "/î'.pb^ N'.xoXâou | eÙxsXojç y.aXXtYpâcpw y.al xaxeivou y^^x\}.%- 
Xoij I [XYjvl aÙYOûcxo), dq xy;v y'î ''ilJ^épa £' M '^"^^^ /ÇX'^'i ^''^- §' : + 

+ "Offoi B' 5v àvaYiva)(7x,£X£ xaxéps; £'yx£aOa( [xot xw | à[;,apxa)Xô) oià 
xbv Kûpiov, tva eupo) eXsoç. 

NicoLAus Turrisanus. — Le manuscrit de Harley 6317 ne porte 



3/. 8 

aucun nom de copiste, mais semble avoir été écrit par Nicolas de la 
Torre. 

NiPHON. — Additional 3^07. Au dernier fol. 2^9 v", sur une 
seule ligne, souscription en minuscule rouge, de l'an 6667 = de 
J.-G. ^^59 : 

'Eypaç-r; y^eipl N'^,çœvoç eùxiKoïiç xa\ à[j,apTo)Xou [j.ovay^ou, iJ.ir)vt aTipi).- 
Xttp, tvo. 'C ho'jqSïM:'- 

PfliLippus Rhodius. — Old Royal 4 6. G. xxv : Aristotelis de anima, 
etc. XVI s. Au fol, 66 (et se rapportant seulement aux fol. 62-66), 
souscription en minuscule rouge (s. d.) : 

Petrds Brabus. — Harley 6290 : Theodori Gazse grammatica, 
XVI s. Fol. ioi \° (et se rapportant seulement aux fol. -146 v"--! 34 v°), 
souscription en minuscule rouge (s. d.) : 

'EYpâ?î'. TTapbv ^têXîov oià y^^'-poç i\j.o^ \ Ilé-ïpou Bpi6ou Oùepwvaîou èv 
Tîo Ilax I au((i), y' fJ-Yjvbç îouvi'ou. 

RoMANUs lector. — Harley 3379 : Athanasii Alex, opérai Au 
fol, 24 0, souscription en minuscule ordinaire, de l'an 6829 = de 

J.-G, iSI] : 

Xeipt àixapTwXw Tw[jLavo) àvaYvcJCTir], Itouç ^çw/.O'. 

SiRMOND (le P. Jacques), — Additional 22039 : Recueil de cata- 
logues et d'extraits de manuscrits grecs. Au fol. 7 v", à la fm d'un 
catalogue de manuscrits de l'Escurial, souscription en minuscule 
ordinaire, de l'an 4 393 : 

« Willelmus Lindanus ex codicibus regiis favente Philippo catho- 
lico describebat an, 4579, in Scoriaco, 4 6 septerabris. 

'0 p'q^ûç, /.aTocAoYoç a^ia t^ uTroYpaçv; [XcisYpacp'^ h' 'AXAsupi'aç 

/ôipbç £•/. TWV XOU AlVûaVOU TUpWTOTÛTTtOV Yp5'l-''1-''3''Î(»)V £V 'PwiXY) T7^ tO' [;,ap- 

TÎou, /açTTs' £Tcuç. 3 augustl 4 393. I. S. ^. 

SoPHONiAS, — Harley 3382 : Psautier, xii s. Au fol. 233 v°, 
souscription en minuscule ordinaire (s, d,) : 

1. Voyez un fac-similé de ce manuscrit dans )e recueil de la Palaeographical 
Society, pi, 133. 

2. Les manuscrits 1493 et 6557, que j'ai pu voir dans la bibliothèque de feu 
sir Thomas Phillipps, à Chelleiiham, ont aussi été copiés par Jacques Sirmond. 



349 

'O Ypi'i/aç à(j,apTa)Xbç | [j,ova/cç Scço | viaç : — | Tw cupoYîVYj îîpo- 
[jLOvâ I -/(i) vcupÇ) 'I())<7-r;cp : | Acça tw Hsw Trâvxwv e | V£y,a | + 

TnEODORUs Hagiopetrites. — Burney 2 i . Évangiles. Au bas du der- 
nier folio 238, souscription en minuscule ordinaire, de l'an ()<S00 =: 
de J.-C. 1292 : 

Xat'po) -cb T£p;j(.a xaxaXaêcbv tûv Xé^wv • èTSAeiwGrj cùv 0£Û) aYi'o) xb 
xapbv ôstov y.al tepbv TeTpasua^Yé^viov [XôTà toj Tïpa^aTrcaTcAou, [^exà 
7:â(JY;ç aùtwv ày,o>.ou0taç, §tà /eipbç xà[ji,oû tou xaTceivou GsoBwpou tou 
'AYtWKSTpiTou Tâz,a xxl xaAAiYpâçou, otà cuvopojxrjÇ Se -/.ai è^ooou xal 
TTOÔcju TïoTvXou Tou Ti;x'.w-âTO'J £V [xovr/Gtç, y.ai [j.sy^/^o'J <7"/-£yo9yXa/,oç 
i;.ova)^ou Toij çiXoy.iXou y.upoj rcpac';xou. Kal ci àvaY'.vwoxovTî; Taj-a xà 
Ispà (3c6Xta £U"/£a6£ UTCÈp tou tcoÔo) ■zoXXw /,Tr)aa[jL£Vou, y.à[AOu ce Toij 
Ypi'iavTOç, )^6(7tv tuoaXwv àixapxYjtxaTwv. 0£bv îA£OU[j.£Voç, tîixu -aTôp, 
0£oocbpou [i,é[xv/;(70 TO'j y.aXXtYpaçou. 

Et plus bas : 

+ "Etouç ^Ç(i)', a£X. xu/,A, c^', rjX. -aù-aK. xS', vo{;.tx,bv çacxa à-::' s' 
r/jjipa !^', ■/p'.îTiav.y.bv T.à.Tfi. %t! ç', f, au' çsêpouaptcu '/ + 

Theodorus monachus. — x\dditional 19332 : Psautier '. Fol. 208 
et dernier, souscription en minuscule d'or, de l'an 1066 : 

"Eax£V ouv xéXoç r^ xoiaos twv G£Î(i)v (J'^^l^^-w'' 1 Sé^TOç xaTà xbv 
ç£6pouapiov \i.r^^i(t. \ xy^ç o' ivoixx. xoij ^ççoo' £x8, èTuixaYTji [;.£V | y^Y-^'O- 
[j-Évr^i xoO OcSTTEJiou 7:axpbç -/.al a\)^('/.€kXo'j | Mty^ar,X y.al xaGr^Y^'-'l^'-''^'^ 
xr,;; zavx ] ^fiizâ-r^q y.at ■7:av£'jçr,[j.0'j [xorfiçl 1 1 / / (et en rouge :) 

X£tpi û£ YP^tç'sv xat /pusoYpaçYjOàv | Geoowpou [/ovay^oj ■;:p£76ux£pou 
xy;ç aux-?;? iJ-cvr^ç xai 3'êXtOYpaço'j xo'j èy. Kai | o-apstaç, ^ç Tuo'.irrjV xai 
9a)sx-r;p o /.As'.v... | wzxa'. y.al Xaixzpbç ^3ca(A£'.o<; 6xu)i | bvx'. ;x£Yaç xal 
o)v xal y.xkoù\i.vicq • : • 

• : • • : • • : • • : • (en onc. d'or :) 

Xpi<7xw àvaxxt Bé^a y.al /.paxoç zpÉTïEt • ; • 

TuEODosius. — Harley 3367 : Evangiles, xii s. A la (în de l'évan- 
gile de S. Jean, de seconde main, souscription en minuscule rouge, 
de Tan 1380 : 

To zapbv èYpoçY) §tà -/eipoq | è^jioj 0£O§o<itou xoj [jiîYâXou ^asiXéo); | 
£v £X£'. ^axz' Xpiaxou. 

1. Voyez un fac-similé de ce manuscrit dans le recueil de la Palaeographical 
Society, pi. 53. 



3dO 

Theophilus. — Burney 20 : Évangiles. Fol. 288 v°, après l'évan- 
gile de S. Jean et avant le Synaxaire, souscription en minuscule 
rouge (lignes -1-7) puis noire, de l'an 6793 = de J.-C. 128.5 : 

+ 'ExeXeiwOï] xaxà tov ;xaïov [rôva | dç xàç Tpia/,ovTa : 'fi\).époL \ 

TS-apTY) : Tr,ç è'nc7'îa[jivoç : | stouç ,Çtl;4ï'^ ''''°- 'ï' = I ^^« «JUVspYeiaç 
Tou Traxpbç /.al tou u'. | oj /.ai toj aYiou 'jr^£'j[xaTO^, sy/ecrOe | -rov Ypâ- 
çovua Sià Tcv xupiov : | (en noir :) 

'IBwv Tc •ïépjj.a ToD Tzapov j toç ^i6)x(ou | àvOpwze /.à[j.oj ] [ÀVir5|ji.6v£Ut70V 
Toîi xâXa 1 0£oq>(Xoy tepoi^-ovây^cj [ TravsuxeXoî)? tî /.ai à/_pct | ou -roTç 
xaai CTîwç 0£ou I Tu/otixi 7:pcç téXst ^l'ou | V£[j.ovtcç [jLOi Xûxpwaiv à[jLTCXa- 
7.-/;[xa-:wv, ô eiç | toùç aiwvaç. 'A[j.yiv. + | + 'A[j-y;v. + 'A[xr,v : + | + 

Valeriadds Albini. — Additional -10063 : Olympiodorus in Pla- 
(onem. Au fol. iA], souscription en minuscule rouge, de l'an -154-1 : 

'0 O'jaXôpiàvoç <I>ûpo/a6i£Ùç 6 'AXotvou vcavôvaoç | h(pa>}^z èv xw tou 
aYiou 'Avcwvt'o'J ] iJ.ova<TT*/]pf(i) 'Ev£'ïyjci | iT£i im à^b tyjç | 'Iyjœou Xpia- 
Tou /.upi'ou 'îi[;-wv ^a(pt/,a', ècxaxv) 0£X£iJ.6piC'J : — 

— Les manuscrits Old Royal ^6. D. x et ^6. D. xiv (fol. -I06-H7 
seulement), qui ne portent pas le nom de Valerianus Albini, ont été 
copiés par lui. 

Zagorous. — Additional \ 61 83 : Evangiles , xi s. A la fin de 
S. Jean, fol. -167 v°, souscription en minuscule, qui parait de pre- 
mière main (s. d.) : 

+ 'Eypaç'O Ss §tà Z-'?'-? ^■''^^ ~^^ ZaYCptvoD /.ai 7:â | vu à[ji,ap- 

TwAou, /al £UX£a6£ [J.01 cià tcv /.upiov ïva /.a'i 'j[j.àç | iXe-qtjei iy. xôiv 
à[j.apT... u[J.ô')v... àcîXçûi [J.OU + 

H. Omont. 

1. On a gratté au xviii° siècle la haste du '| pour le transformer en u, et on 
trouve en marge cette note du faussaire : « A. Xp. 985. » 



BIBLIOGRAPHIE. 



Methods of historical study. by Herbert B. Adams, Ph. D. Balti- 
more, N. Murray, 1884. In-8% 138 p. 

Cet intéressant travail est divisé en deux parties : la première est 
l'exposé de la méthode suivie pour les études historiques à Baltimore, 
dans l'université de John Hopkins ; la seconde est consacrée à l'exposé 
des méthodes nouvelles qui sont pratiquées, soit en Amérique, soit en 
Europe, pour l'enseignement de l'histoire. Nous analyserons brièvement 
ces deux parties. 

I. 

Dans l'université de John Hopkins, on se propose principalement de 
développer, chez les étudiants, l'indépendance des opinions et la liberté 
des recherches ; mais on veut, avant tout, les habituer à exposer clai- 
rement les faits et leurs appréciations, qu'elles leur soient propres ou 
qu'ils les aient empruntées à des auteurs. 

On assigne à chaque élève des matières distinctes à étudier, en leur 
indiquant les sources qu'ils peuvent consulter utilement. Ces matières 
sont tantôt traitées de vive voix, à l'aide de notes très sommaires, 
tantôt exposées par écrit. Dans les deux cas, elles sont longuement 
discutées par les autres élèves. On donne la préférence à la méthode 
orale, parce qu'elle oblige les étudiants à se préoccuper du fond plus 
que de la forme, tandis que, dans les mémoires écrits, on passe habi- 
tuellement plus de temps à 'a rédaction qu'à la recherche des faits. 

Quand l'étudiant a « un petit dossier bien disposé comme celui d'un 
« avocat et des idées dans la tète, il arrive toujours, avec un peu de 
« pratique, à s'exprimer clairement et correctement. » La méthode ex 
tempore, c'est-à-dire l'improvisation sur notes très courtes, est la meil- 
leure pour l'élève comme pour le maître. Les livres sont « des fossiles 
sans vie » ; les lectures endorment l'auditoire, l'improvisation a tou- 
jours plus d'action sur ceux qui écoutent. 

Voici la liste des principaux sujets d'histoire du moyen âge qui ont 
été ainsi traités, en 1878, dans un cours composé d'élèves de 18 à 
22 ans : 



352 

Le droit romain au moyen âge; — Le règne de Théodoric, roi des 
Wisigoths ; — La conversion de la Germanie ; — La conversion de 
l'Angleterre; — L'influence civilisatrice des moines Bénédictins; — 
Les Écoles abbatiales et épiscopales ; — L'origine et le caractère des 
Universités du moyen âge ; — La procédure du droit germanique ; — 
Les lois anglo-saxonnes ; — Origine de la féodalité; — Vices du régime 
féodal ; — Heureux effets du régime féodal; — Le Witenagemot saxon; 

— Origine de la Chambre des communes ; — Origines des libertés com- 
munales. 

En 1881-82, on a organisé, dans l'université de John Hopkins, une 
bibliothèque spéciale pour l'étude de l'histoire, dans un local situé à 
côté de la salle de cours. On a acheté notamment, pour cette biblio- 
thèque, les livres et les manuscrits de Bluntschli, professeur de droit 
constitutionnel et international à Heidelberg. Mais on a voulu surtout 
réunir tout ce qui peut servir à l'histoire constitutionnelle et écono- 
mique du Nouveau-Monde, notamment les travaux sur les écoles, les 
églises, les institutions de bienfaisance, les manufactures, l'industrie, 
les statuts municipaux, les taxes, la législation et la réglementation de 
chaque État. 

Les professeurs sont, en effet, convaincus que l'histoire, comme la 
charité, doit commencer par le Home. En étudiant successivement la 
famille, le hameau, le village, la paroisse, la ville, la province, on arri- 
vera peu à peu à se faire une idée exacte de la vie nationale et interna- 
tionale du peuple tout entier. C'est par une série de monographies 
locales qu'on peut arriver à l'histoire générale. On veut donc, avant 
tout, former des spécialistes ; les généralisateurs viendront plus tard. 
Dans l'étude de l'histoire, comme dans l'étude de la géographie, on ne 
doit pas commencer par l'histoire des dynasties de Thèbes ou des rois 
d'Assyrie, ni par l'étude de la vallée du Nil ou de l'Euphrate, mais 
bien par l'histoire et la géographie du pays qu'on habite. 

n. 

La deuxième partie du volume de M. Herbert Adams est consacrée 
à l'exposé des « Nouvelles méthodes suivies dans les études histo- 
(i riques. » Il en distingue quatre : la méthode locale ou spécialiste 
{Topical Mcthod) ; — la méthode comparative ; — la méthode coopérative; 

— la méthode des conférences {Seminaria, ou laboratoires historiques). 
1° La Méthode locale, suivie avec succès par M. Tyler, dans l'univer- 
sité de Cornell, et par M. Hart, dans l'université de Harvard, se préoc- 
cupe moins de faire des historiens que de bons citoyens et des hommes 
d'État. Elle se préoccupe surtout de ce qui doit intéresser le plus l'étu- 
diant, c'est-à-dire l'histoire de son pays. 

2" La Méthode comparative, qui a produit de si heureux résultats dans 



353 

l'étude de la philologie, de la législation, des religions et des institu- 
tions, ne saurait être moins utile pour l'histoire générale et spéciale- 
ment pour l'histoire littéraire. On l'a beaucoup pratiquée dans les 
collèges de Smith et de Harvard. 

3° La Méthode coopérative a pour but de substituer le travail collectif 
au travail individuel, qui ne peut suffire pour une étude aussi vaste que 
celle de l'histoire. C'était la méthode de l'ancienne école bénédictine, et 
elle n'a point cessé de produire de bons effets en Amérique comme en 
Europe. Dans l'enseignement, elle consiste à répartir les diverses parties 
d'un cours entre les élèves, et à charger chacun d'eux d'étudier un 
point donné et d'exposer oralement et par écrit le résultat de ses 
recherches. Chaque élève doit encore résumer de vive voix les princi- 
paux travaux publiés sur la question dont il a été chargé. 

Voici, pour l'histoire du moyen âge, les principaux sujets qui ont été 
ainsi traités, par des élèves distincts, dans l'université de J. Hopkins, 
pendant l'année 1883-84 : 

Influence des institutions romaines sur l'église et le droit canonique; 

— Léon le Grand ; — Rapports de Charlemagne avec la papauté ; — Le 
saint empire romain dans ses rapports internationaux; — Grégoire VII 
et la comtesse Mathilde ; — Les Normands en Sicile ; — Frédéric Bar- 
berousse et ses rapports avec l'Italie; — Arnaud de Brescia ; — Les 
conflits entre l'Empire et la Papauté ; — Les grands conciles du xv'' s. ; 

— La Grèce au moyen âge ; — Les travaux de Poggio sur les antiquités 
romaines, et ses découvertes de manuscrits des auteurs classiques; — 
Le De Monarchia de Dante; — L'action de Pétrarque sur la renaissance 
littéraire; — Influence de Boccace sur la littérature; — L'académie 
Platonique à Florence; — César Borgia; — Lucrèce Borgia; — 
Machiavel ; — Savonarole ; — Alexandre VI ; — Léon X ; — La vie 
monastique sous les Mérovingiens; — Les Normands; — Lanfranc et 
Anselme; — Les cathédrales du moyen âge; — Les chroniques; — 
Croisade des Albigeois ; — Ordres religieux et militaires ; — Froissart ; 

— Comparaison de Louis XI avec Henri VII et Ferdinand d'Aragon ; 

— Les états généraux de 1468 et 1484. 

Pour la rédaction des travaux écrits ou Thèses, que chaque élève doit 
fournir, M. Hart donne les conseils suivants : 

A. Choisir un sujet qui intéresse l'élève, mais aussi limité que pos- 
sible ; 

B. Dresser une liste des travaux à consulter ; 

C. Les dépouiller soigneusement sur fiches distinctes, ne contenant 
chacune qu'un seul point, et indiquant très exactement le nom de lau- 
teur, le volume et la page ; 

D. Faire un plan du travail indiquant les points principaux qu'on 
doit traiter et leurs sous-divisions ; 

E. Dresser un tableau chronologique des faits ; 



354 

F. Ranger ses fiches dans l'ordre de ce plan ; choisir entre l'ordre 
rigoureusement chronologique, ou l'ordre méthodique, ou un ordre 
mixte ; 

G. Rédiger la thèse. — On aura soin d'en bien établir les propor- 
tions ; d'y introduire les citations les plus importantes, — et de faire 
des renvois exacts pour les points de fait dignes d'attention ; 

H. Donner une bibliographie des sources, avec des remarques som- 
maires sur ce qu'elles offrent de plus intéressant. 

4" Méthode des conférences [Seminaria, Laboratoires d'histoire). 

M. Herbert Adams fait remarquer que cette méthode et son nom ont 
été empruntés à l'enseignement de la théologie dans l'église romaine. 
Les Seminaria des universités modernes ne font que continuer les tra- 
ditions de la scolastique dans l'enseignement de la philosophie. On a 
repris d'abord cette antique méthode pour la philologie : c'est le sémi- 
naire de philologie, fondé en 1733 à Gottingue, par le fameux latiniste 
Gessner, qui a été le modèle de tous les autres. 

Dans les sciences historiques, la première institution de ce genre est 
la conférence d'histoire {Exercitationes historicsB) organisée vers 1830 par 
L. de Ranke, qui a formé une nouvelle école d'historiens parmi lesquels 
on remarque Waitz, Giesebrecht, Wattenbach, de Sybel, Ad. Schmidt, 
Duncker. 

Le séminaire historique de Heidelberg, dirigé par M. Erdmannsdoerffer, 
ne compte que six élèves, qui se réunissent une fois par semaine chez 
leur professeur. Dans cette réunion, qui dure deux heures, on explique 
un texte d'un historien du moyen âge. Chacun des membres préside 
tour à tour la conférence, sous la direction du professeur, qui indique les 
questions sur lesquelles la discussioQ doit porter; en outre, il donne 
souvent à chaque élève des sujets particuliers à étudier et à traiter dans 
la conférence. 

Rluntschli, professeur de droit constitutionnel et international dans 
la même université, dirigeait une conférence d'histoire moderne qui se 
réunissait deux heures chaque semaine dans une des salles de l'uni- 
versité. 

Le séminaire historique de Bonn, institué en 1865, est le plus floris- 
sant de l'Allemagne, parce qu'il a été généreusement doté par le pro- 
fesseur W. Pùtz. Sur les revenus de ce legs, des bourses de 750 francs 
sont accordées à trois élèves qui veulent se consacrer pendant deux ans 
à l'étude de l'histoire ou de la géographie. 

Le séminaire est divisé en quatre sections, et administré par les 
quatre professeurs qui dirigent les sections. Chacune d'elles ne peut 
comprendre plus de douze élèves. Les réunions ont lieu une fois par 
semaine, de 5 à 7 heures du soir. Le séminaire a une bibliothèque bien 
composée, que surveille un des élèves. A Bonn, comme dans les autres 
séminaires allemands, chaque élève n'a guère qu'un sujet à traiter par 



355 

semestre. Un ou deux critiques (Referentes) sont spécialement chargés 
de contrôler chaque thèse, qui est, du reste, très longuement el très 
librement discutée par tous les étudiants de la section. 

Les principaux travaux des séminaires allemands sont publiés dans 
diverses publications : Historische Studien, publiées par une association 
de professeurs; — Giessener Studien aiif dem Gebiet der Geschichte, édité 
par W. Oncken ; — ■ Ilallesche Abkandlungen zur GescJn'clUe, publié par 
G. Droysen ; — Die historischen Uebungen zu Gœttingen, par G. Waitz. 

En Belgique , le premier séminaire historique a été institué par le 
professeur Kurth, à Liège, en 1874-75. Ce séminaire s'occupe spéciale- 
ment de l'histoire du moyen âge. Le travail y est divisé en deux 
sections. Dans la première, on étudie les méthodes historiques, les 
principes de la critique, et on fait des exercices pratiques sur l'emploi 
des sources originales. Dans la seconde partie, on traite, d'une manière 
très approfondie, des questions importantes. Parmi les thèses les plus 
remarquables, on peut citer une étude sur Grégoire de Tours et les 
études classiques au vi* s. ; — les origines de la ville de Liège ; — les 
invasions des Normands dans le diocèse de Liège. 

A Paris, les séminaires historiques sont organisés à l'Ecole pratique 
des hautes études, sous l'intelligente direction de M. G. Monod, et aussi, 
dans une certaine mesure, à l'Ecole des chartes, bien que cette dernière 
institution ait plutôt pour objet de préparer des archivistes et des 
bibliothécaires que de former des historiens. Elle a cependant la bonne 
fortune de pouvoir, tout à la fois, remplir le but principal de son insti- 
tution et contribuer puissamment aux progrès de l'érudition. 

En Amérique, le séminaire le mieux organisé est celui que dirige au 
collège de Harvard M. Henri Adams. Dans ces dernières années, on y 
a étudié notamment les lois romaines et les lois anglo-saxonnes ; — 
l'Eglise et l'État au moyen âge ; — l'histoire des colonies anglaises en 
Amérique; — l'histoire constitutionnelle de l'Angleterre ; — la condi- 
tion des terres en Angleterre, en France et en Irlande ; — le bimétal- 
lisme ; — les doctrines protectionnistes. 

Le séminaire de l'université de J. Hopkins étudie plus spécialement 
l'histoire politique et économique du Nouveau-Monde. Les travaux les 
plus importants de ce séminaire ont été publiés dans les revues de 
l'Amérique, ou en volumes. Les écrits de M. Henry Maine, bien connus 
en France, peuvent donner une idée très exacte de la direction que les 
études historiques reçoivent à Baltimore dans l'université de John 
Hopkins. Ad. Tardif. 

Exempla codicum Amplonianorum Erfurtensium sxculi IX-XV. 
Herausgegeben von Wilhelm Schu.m. Berlin, Weidmannsche 
Buchhandlung, -1882. In-folio de 28 pages et de xxiv planches. 
La bibliothèque royale d'Erfurt renferme un millier de manuscrits, 



356 

provenant la plupart de la collection d'Amplonius Ratink, mort à 
Cologne en 1435. Les principaux ont été passés en revue par Frédéric 
Kritz, dans un opuscule intitulé De codicibus bibliothecw Amplonianse 
Erfurtensis potiorihiis (Erfurti, 1850, m-i° de 50 pages). M. Willielm 
Schum a choisi dans ces manuscrits 55 pages, qu'il a fait reproduire sur 
24 planches héliotypiques et dont il a donné le déchiffrement avec des 
notices explicatives. Le choix a été fait avec beaucoup de discernement; 
il a porté en grande partie sur des manuscrits à dates certaines, et la 
publication, telle que l'auteur l'a comprise et exécutée, est fort utile 
pour l'étude de l'écriture des manuscrits des différents pays de l'Europe, 
du ix^ siècle au commencement du xv". 

Entre les manuscrits que nous a fait connaître M. W. Schum , je 
signalerai ceux qui, en raison de leur origine ou de leur contenu, ont 
un intérêt particulier pour la France. 

Sous le n» 12, le commencement de la chanson de croisade « Cheva- 
lier mult estes guariz..., » dont notre confrère M. Paul Meyer a publié 
des fragments dans son Recueil d'anciens textes bas latins, provençaux et 
français, p. 366 et 367. 

Sous les n°s 17 et 18, deux pages d'un manuscrit dont la nature est 
suffisamment indiquée par la souscription finale : « Explicit liber de 
naturalibus animalium Avicenne, scriptus a Johanne de Suesione, 
nepote prespiteri Sancti Vedasti de Bisacla juxta Atrebatum, ad exem- 
plar magistri Bernardi Columbi in Monte Pessulano. Anno Domini 
M» CC° LVIII, feria tercia post festum beati Nicholai completus fuit. » 
— Sanctus Vedastus de Bisacla juxta Atrebatum doit répondre à Biache- 
Saint-Vaast, commune du canton deVitri, dans l'arrondissement d'Arras. 

Sous le n" 19, fin d'un commentaire de Galien, dont la souscription, 
tracée en apparence d'une façon très nette, présente cependant quelques 
difficultés de lecture : « Explicit commentum Galieni super signis pro- 
nosticis domini gloriosimi {sic) Ypocratis... Anno Christi MoCC°LX°, 
xvi» kalendas junii. A. de Trullariis clericus Perpiniani m. fecit 1. In 
mense madii fuerunt signa ista pronostica cum comento composita et 
post componet. Iste qui m. composuit clericus novus in hac sciencia 
anno primo. » 

Sous le n° 31, dernière page d'un Doctrinal glosé : « Explicit Doc- 
trinale magistri Alexandri de Villadei in Eustria {sic). Deo gratias. 
Amen. Actum anno Domini M" CCC" IIIIo, feria tercia post Assump- 
tionem béate Marie Virginis, a Naudino de Ouche clerico. » 

Sous le n» 35, fragment d'un recueil médical : « Explicit liber Joanis 
de Sancto Amando supra antidotarium. Deo gratias. Die lune ante fes- 
tum béate Marie febroarii, anno Domini M» CCC'"° et XXXIII. Aquis 
Mortuis. J. Bartol. » 

Sous le n» 37, fin d'un traité de déchant : « Explicit compendium 
de discantu musicali, compilatum a fratre Petro dicto Palnia Ociosa, 



357 

oriundo de Bernard! Villa in Pontivo, monacho ecclesie Sancte Marie 
Cari Gampi, Cysterciencis ordinis, Ambianensis dyocesis, anno ab incar- 
natione Domini nostri Jhesu Ghristi 133G. » 

Sous le n° 41, dernière page d'un traité portant ce titre final : « Expli- 
ciunt questiones supra tertium de anima, reportate a magistro Balduino 
de Spernaco. » 

L. Delisle. 

Deutsche Verfassungsgeschichte, Vierten Handcs erste Abtheilung. 
Die Verfassung des Fraenkischen Reichs von Georg Waitz. Dril- 
ten Bandes ersle Abtheilung. Zweite x\utlage. Berlin, •1884. 

L'ouvrage capital de M. George V-^aitz est trop connu et trop estimé 
du monde savant pour réclamer une appréciation nouvelle. En annon- 
çant le volume que vient de publier l'éminent et infatigable historien, 
nous nous proposons seulement de donner quelques indications biblio- 
graphiques qui peuvent être utiles à nos lecteurs. 

Le premier volume de cette grande histoire des institutions de l'Alle- 
magne jusqu'à la moitié du xn^ siècle, et de la France' sous les deux 
premières races, a été publié en 1844. Il porte pour titre : Deutsche 
Verfassungsgeschichte, et il traite des Germains avant les invasions 
du v" siècle. Deux ans après (1846), paraissait, comme complément de 
ce volume, une étude d'une grande valeur sur l'ancien droit des Francs 
Saliens [Das altc Recht der Salischen Franken, in-8°, 304 p.). 

Le tome II de la Deutsche Verfassungsgeschichte est de l'année 1847 
(668 p.). Dans la table des matières se trouve indiquée une grande 
division qui deviendra plus tard, avec une modification, le titre de la 
série consacrée à l'histoire de notre pays : Die Deutsche Verfassung im 
FraenkiscJien Reich. Ge volume traite des institutions mérovingiennes. 

Les tomes III et IV (1860, 534 p.; 1861, 619 p.) portent le même 
titre, ainsi que la même rubrique dans la table des matières. Ils sont 
consacrés à l'époque carolingienne. 

Le tome V (gr. in-8°, 1874) forme le premier volume de la série pro- 
prement allemande, et il est intitulé : Die Deutsche Reichsverfassung von 
(1er Mitte des neunten bis zur Mitle des zwœlftcn Jahrhunderts, 1. Bajid. 
— Deutsche Verfassungsgeschichte, 5. Band. Le quatrième et dernier tome 
de cette série est de l'année 1878. 

Tout en ajoutant de nouveaux volumes à son reuvre, M. G. Waitz 
révisait scrupuleusement les anciens. 

En 1865, il donnait une deuxième édition de son tome I'^'' (gr. in-S", 
496 p.); en 1870, une deuxième édition de son tome II; en 1882, une 
troisième édition de ce même volume, mais en deux tomes de 430 et 
450 p., qui commencent une série exclusivement consacrée au royaume 
de France; ils portent pour titre : Die Verfassung der Fraenkischen Reichs. 



358 

En 1883, paraissait la deuxième édition du tome III de l'ouvrage 
général, tome II de la série franque (648 p.) ; et, enfin, nous venons de 
recevoir la première partie de la deuxième édition du tome IV (tome III 
de la série franque ; 1884, 364 p.). 

Cette livraison comprend le chapitre vi, qui traite de l'administration 
en général, et le chapitre vu, où l'auteur étudie les bénéfices, la vassa- 
lité, les immunités et la condition des personnes sous la seconde race. 

Le chapitre vi avait, dans la première édition, 150 pages petit in-8''; 
dans la nouvelle édition, qui est d'un plus grand format, il en compte 
176. Le chapitre vu a été porté de 154 p. à 188. 

Les additions se trouvent presque exclusivement dans les notes, qui 
ont pris un très grand développement. 

Des chapitres aussi étendus, sans aucune sous-division, paraissent 
bien longs à des lecteurs français, dont l'esprit, éminemment analytique, 
a besoin de plus de clarté qu'on n'en désire en Allemagne. On ne 
demandera pas, sans doute, à la science moderne, d'employer la forme 
hachée de V Esprit des lois ; mais, si M. G. Waitz, dont la phrase claire et 
précise nous rappelle l'exposition de Fr. de Savigny, voulait bien mettre 
un peu plus d'air dans son histoire de nos institutions, elle serait 
encore plus goûtée en France. Souhaitons, du reste, que, malgré les 
travaux multipliés et les préoccupations que lui impose aujourd'hui la 
direction des Monumenta Germaniae historica, ce savant éminent puisse 
mettre la dernière main à une œuvre si laborieusement et si heureuse- 
ment conduite pendant un demi-siècle. 

Ad. Tardif. 

Nous ajouterons une dernière indication de détail, qui peut être 
utile aux bibliographes : 

De 1860 à 1882 inclusivement, l'ouvrage de M. G. Waitz a été publié 
à Kiel par Ernst Homann, et imprimé à Goettingue chez W. Fr. Kaestner. 

Mais la preraière partie du t. II et la première partie du t. III de la 
deuxième édition de la Verfassung des Frwnkischen Reidis (t. III et IV 
de la Deutsche Verfassungsgeschichte)^ parues en 1883 et 1884, ont été 
publiées par la maison Weidmann de Berlin et imprimées aussi à 
Berlin, chez G. Bernstein, pour la couverture, le faux titre et le titre 
seulement. 

Au contraire, la deuxième partie du tome II de la VFRs (t. III, 
2« partie de la DVG.) porte le nom du libraire Homann, à Kiel, comme 
les volumes antérieurs à l'année 1883. 

La Chevalerie, par Léon Gautier. Paris, V. Palmé, ^884. Gr. in-S», 
de xv-788 pages. 

Il serait impossible d'étudier ici, même brièvement, tout ce que con- 
tient au point de vue de l'histoire, de la littérature et de l'archéologie 



359 

le nouvel ouvrage de M. L. Gautier. Aujourd'hui, du reste, beaucoup 
de personnes le connaissent ou en ont pu lire des analyses. Les cri- 
tiques ont fait ressortir ce que présente d'intéressant ce mode d'expo- 
sition qui, dans l'histoire d'un chevalier, résume celle de la chevalerie 
tout entière, et qui peint l'institution même, en faisant vivre à nos yeux 
un de ses représentants. Depuis la naissance jusqu'à la mort, chaque 
épisode de la vie du baron donne lieu à des éclaircissements, à des 
détails précieux, résumé des textes du moyen âge, et fruits d'une con- 
naissance approfondie de toute la littérature épique de notre vieille 
France. On a loué aussi le style, net et coloré, vraiment original, qui 
rehausse cette abondante érudition, et l'on a conclu en admirant le 
souffle d'élévation et de sincérité qui anime et vivifie cette peinture de 
la vie du moyen âge. 

Nous voudrions insister ici sur le côté archéologique de l'œuvre, et 
indiquer quelques-uns des points que l'auteur a étudiés de plus près. 
Le cadre restreint choisi par lui, la seule époque de Philippe- 
Auguste, lui permettait une grande précision dans l'étude des monu- 
ments, et il est difficile d'en donner une idée plus juste et plus complète. 
Partout les textes des chansons de geste sont cités comme les témoins 
les plus autorisés, et M. L. Gautier s'en est habilement servi pour 
relever quelques erreurs trop courantes, ou pour élucider certaines 
questions obscures et douteuses. Il n'a du reste pas négligé les travaux 
des archéologues, et c'est avec plaisir que nous trouvons formulées 
les opinions si sûres, et, nous ajouterons, souvent inédites, de notre 
illustre maître Jules Quicherat. N'oublions pas de mentionner qu'un 
certain nombre de reproductions anciennes ou de figures techniques 
bien choisies éclaircissent le texte. 

Parmi les études spéciales éparses dans le volume, nous signalerons 
surtout : au chapitre v, les cuves baptismales (p. 106). — Ghap. vin, 
Vadoiibement et les armes du nouveau chevalier (p. 309). — Ghap. xi, 
le costume civil (p. 401). — Ghap. xii, l'histoire du château fortifié, du 
ixe au xire siècle (p. 459); — les prisons, le palais, le perron (p. 518). — 
Ghap. XIV (p. 570), la description intérieure des salles du château, les 
peintures, sculptures, cheminées, meubles, carrelages. — Ghap. xv 
(p. 599), celle de la salle du festin, les tapisseries, vitraux, tables, 
sièges, couverts. — Ghap. xvi (p. 651), les jeux de calcul, les instru- 
ments de musique. — Ghap. xvii (p. 684), les tournois. — Ghap. xviii 
(p. 705), le costume de guerre, le camp, un siège de ville (p. 758). — 
Ghap. XIX, les funérailles (p. 777). 

Quant aux notes, souvent fort étendues, elles fournissent les textes, 
cités d'une façon très précise, et discutent les conclusions à en tirer. 
Deux surtout doivent être mises hors de pair, car ce sont des disser- 
tations complètes. L'une traite du costume civil, féminin et masculin, 
dans la seconde moitié du xii^ siècle (p. 401-417). L'autre, qui n'a 



360 

pas moins de 32 pages, étudie beaucoup plus eu détail encore le costume 
de guerre (p. 705-722), le cheval et son harnais (p. 722-735), et les 
campements (p. 735-737). Il faut remarquer l'ordre et la clarté qui 
régnent dans ces notices ; chaque pièce étudiée forme une division, et 
les diverses propositions sont numérotées. L'auteur ne décrit pas seu- 
lement le vêtement ou l'arme et sa composition, mais explique l'usage 
qu'on en faisait, les manières diverses dont on le portait. Il est arrivé 
souvent de la sorte à des définitions et à une représentation des choses, 
plus vraies et plus naturelles qu'on ne les avait généralement présentées. 

Ainsi la question du bliaut (p. 404), qu'il divise en simple ou composé : 
dans ce dernier, presque uniquement porté par les femmes, l'auteur 
distingue trois éléments : le corsage, la jupe et la pièce du milieu, 
sorte de large ceinture réunissant les deux autres parties. Cette expli- 
cation, d'accord avec la grande majorité des textes, permet de ne pas 
recourir à l'emploi, combiné avec celui du bliaut simple, d'une sorte de 
justaucorps, dit gipe, moulant le buste; quelques textes obscurs le jus- 
tifient seuls. Du reste, le bliaut composé, fort incommode, était d'un 
usage restreint, les grands jours seulement ; en temps ordinaire, c'était 
le bhaut simple, et encore pas toujours. Quant à la chemise et au 
chainse (p. 402), dans le costume féminin, il faut décidément les distin- 
guer l'un de l'autre : le chainse est souvent une sorte de peignoir traî- 
nant, vêtement d'intérieur porté sur la première chemise. Chez les 
hommes (p. 408), la chemise n'est pas tant une tunique de dessous 
qu'une vraie chemise en toile fine ou même en soie. Chez les femmes, 
elle est séparée du bliaut par le pelisson hermin, usage extrêmement 
fréquent qui n'a pas toujours été compris. 

Ailleurs nous rencontrons une étude sur la quintaine (p. 331), qui 
n'est qu'un pieu chargé de hauberts et d'écus et fiché en terre, et non 
pas une figure tournant sur pivot : les textes les plus explicites le 
prouvent, du moins pour la France. Plus loin (p. 619-620), l'auteur 
démontre que le maître-dois de la salle à manger, le mot signifie 
uniquement « banc à dossier », n'est ni un dais ni une estrade, mais 
un banc plus élevé que les autres, placé à la table d'honneur et domi- 
nant le reste des convives. Le mot « dois » est venu plus tard à signifier 
la table même, point autre chose. Quant aux formes, bancs inférieurs 
et mobiles, ils n'ont ni dossier ni dais, du moins au xii<= siècle. 

Il serait facile de multiplier ces exemples ; qu'il nous suffise d'avoir 
appelé l'attention des lecteurs sur bien des recherches qui passeraient 
facilement inaperçues dans un ouvrage aussi considérable. Les glossaires 
à venir ne manqueront pas d'en profiter maintes fois et pourront puiser 
sans crainte. A ce point de vue comme à bien d'autres, une bonne 
table analytique serait d'un précieux secours; mais cette lacune est 
près d'être comblée : ce n'était pas une omission, et il ne faut accuser 
du retard que l'importance même de cette table. H. de Gurzon. 



3(H 

Girart de Roussillon, chanson de geste, traduite pour la première fois 
par Paul Meter, membre de l'Institut, professeur au Collège de 
France, directeur de l'École des chartes. Paris, Champion, ^884. 
ln-8°, ccxxxv-35^ pages. 

Girart de Roiissillofi est à tons les points de vue un des poèmes les 
plus intéressants de notre ancienne littérature ; c'est aussi un de ceux 
qui oft'rent à l'éditeur et au traducteur le plus de difficultés. Deux édi- 
tions en ont déjà été données, mais toutes deux insuffisantes en appellent 
une troisième. M. Paul Meyer n'a pas voulu entreprendre aujourd'hui 
ce travail qui, espérons-le, n'est que différé; il s'est contenté de publier 
une traduction, qui permet cependant de se rendre compte d'une façon 
complète de la valeur de l'ouvrage, de la vérité et du naturel des per- 
sonnages, de la vivacité du style et de l'importante contribution qu'il 
apporte à la connaissance du moyen âge français. Des notes explicatives, 
ajoutées à cette traduction, aident à l'intelligence du texte et renferment 
en substance la solution de bien des problèmes philologiques et litté- 
raires. 

La traduction est précédée d'une longue introduction, où le traducteur 
traite toutes les questions qui se rattachent à Girart de Roussillon. 11 
prouve que le héros du poème est bien un personnage historique, le 
comte Girart, vivant au xi« siècle, qui, d'abord gouverneur de la Bour- 
gogne pour Lothaire, devint plus tard administrateur de la Provence ; 
c'est ce même Girart qui fonda les monastères de Pothières et de Vézelay. 
Quant à l'identifier avec Girart de Vienne et Girart de Frète, la chose 
est plus douteuse. 

La vie et les exploits du comte Girart ont dû certainement, au 
xi« siècle, servir de thème à une ancienne chanson de geste aujourd'hui 
perdue, mais dont nous retrouvons des traces évidentes ; d'autre part, 
cette ancienne chanson est la source commune de la Vie latine (du 
XI* siècle) de Girart de Roussillon et du poème renouvelé que nous 
possédons. 

Ce renouvellement, qui date de la seconde moitié ou du dernier quart 
du xn* siècle, est sans doute l'œuvre d'un clerc qui a brodé de nouveau 
sur la matière légendaire que lui offrait son modèle, de sorte que le 
Girart épique n'a que peu de ressemblance avec le Girart historique. 
Le renouveleur cependant a su tenir son poème en dehors des cycles 
épiques qui se partageaient dès cette époque la littérature du moyen 
âge, au nord de la Loire ; sans emprunter aux autres chansons, il leur 
a fourni au contraire, à différentes époques, soit un personnage, soit un 
épisode. Très populaire de bonne heure, la chanson de Girart de Rous- 
sillon se trouve citée maintes fois dans les chroniques et dans la poésie 
provençale et française. 

Le héros de la chanson est un Bourguignon : aussi n'est-il pas éton- 



362 

nant de voir au xiv° siècle un nouveau poème en alexandrins français, 
dédié à Eude IV, duc de Bourgogne, s'inspirer de la chanson du 
xne siècle ; de même au xv« siècle, deux récits en prose, dont l'un est 
de Jean Vauquelin, sont faits pour Philippe le Bon, duc de Bourgogne. 

Cette courte analyse résume les résultats intéressants et nouveaux 
obtenus par M. Meyer dans l'étude historique de Girart de RoussiUon. 
Dans le domaine linguistique, la tâche n'était pas moins pénible, et 
M. Meyer s'en est tiré avec autant de bonheur, bien que son rôle de 
traducteur lui permit presque de négliger l'examen des manuscrits et 
de la langue du poème. Les manuscrits ou fragments de manuscrits, 
qui ont conservé le poème, sont au nombre de quatre et se divisent en 
deux familles, dont l'une renferme à elle seule trois manuscrits. C'est 
cette famille dont M. Meyer a suivi les leçons pour faire sa traduction. 
Nous avons toutefois la preuve de l'existence d'autres manuscrits 
aujourd'hui perdus. 

La chanson primitive était certainement écrite en langue d'oc ; quant 
à la langue du renouveleur, elle est assez difficile à déterminer et pré- 
sente alternativement des formes qui semblent appartenir tout autant à 
la langue d'oïl qu'à la langue d'oc. M. Meyer établit, par des arguments 
suffisants, que ces divergences n'existaient pas dans la langue du renou- 
veleur : ce poète, originaire sans doute d'une région de la France 
placée à la latitude de Lyon, plus sûrement à l'ouest, a dû employer 
arbitrairement des formes empruntées à la langue d'un pays voisin. 

Un glossaire, riche en renvois et en explications, complète cet 

ouvrage, qui, par une heureuse exception, s'adresse aussi bien au grand 

public qu'aux érudits de profession : nous le répétons, espérons que ce 

n'est là que le travail préparatoire d'une nouvelle édition de Girart de 

RoussiUon. 

Gaston Raynaud. 



Kaltenbruxner. Rœmisehe Studien. I. Die pœpstlichen Begister des 
id. Jahrhunderts (Études romaines. I. Les registres pontificaux du 
xiii" siècle). Innsbruck, -1884. In-S", 82 pages. Extrait des 31it- 
theilungen des Instituts fiir œsterreichische Geschichtsforschung . 

Les nombreux volumes qui servent de sujet à ce mémoire ne sont 
pas tous connus, il s'en faut de beaucoup, et surtout on n'avait pas eu 
jusqu'à présent l'occasion de les comparer tous entre eux, pour étudier, 
d'un bout à l'autre du xiii« siècle, les règles qui ont présidé à leur 
rédaction. Avec le soin minutieux qui distingue ses précédentes publi- 
cations sur la diplomatique des papes, M. Kaltenbrunner a dépouillé 
d'un bout à l'autre les registres de Grégoire X et de ses premiers suc- 
cesseurs, soumis à un examen détaillé les suivants, depuis Martin IV 
jusqu'à Boniface VIII, passé en revue, d'une façon plus sommaire, les 



363 

recueils laissés par les papes du xiiie siècle antérieurs à 1272. II com- 
mence par mettre à part un certain nombre de volumes, aujourd'hui 
confondus avec les autres, et qu'il réserve pour la seconde partie de 
son travail; puis il aborde la grande série des registres rédigés pour 
chaque pontificat en autant de livres qu'il y a d'années de règne; pro- 
cédant par ordre de matières, il traite l'une après l'autre les questions 
qu'on peut se poser à leur sujet : noms et travail des scribes, numéros 
portés par les pièces, pagination et réclames, rubriques, ornements, 
abréviations et coupures, mode d'enregistrement, nature des actes 
insérés, etc. Ne pouvant donner ici l'analyse complète de ces pages 
intéressantes, je me bornerai à étudier tout à l'heure quelques-unes des 
opinions particulières à l'auteur. 

On devait s'attendre, de la part de M. Kaltenbrunncr, à d'intéres- 
santes révélations sur les registres de Grégoire X, qu'il a tout spéciale- 
ment travaillés ; et, en effet, il nous y ramène souvent (pages 18, 27, 30 
à 32). Nous apprenons que ces volumes ne donnent rien de la corres- 
pondance politique entretenue par le pape avec Rodolphe de Habs- 
bourg, tandis qu'ils renferment beaucoup de pièces relatives aux projets 
de croisades, de lettres à Simon, cardinal de Sainte-Cécile et légat en 
France ; à côté du recueil général, où certaines périodes de ce pontifi- 
cat sont à peine représentées (p. 32), se rencontre un essai de registre 
qui sort des conditions ordinaires, et auquel on n'a pas donné suite 
ip. 30-31); inséré entre la deuxième et la troisième année de Gré- 
goire X dans le tome XXXVII des Archives (folios 115 à 124), ce frag- 
ment, qui par son écriture et son apparence générale rappelle les 
registres ordinaires, porte une rubrique spéciale ; le nom et le titre du 
pape y figurent en tête de chaque lettre; on y rencontre enfin de.s 
pièces qui ont également été transcrites dans le grand registre. 

M. Kaltenbrunner a reconnu que la série actuelle des registres con- 
servés aux archives du Vatican renferme un certain nombre do volumes 
qui ne doivent pas être confondus avec les autres, dont ils diffèrent par 
l'origine, le mode de composition et les caractères extérieurs. On sait 
que pendant tout le xin« siècle, et longtemps après, la chancellerie 
romaine a travaillé sans relâche à la rédaction d'une série continue de 
registres ; cette grande collection, poursuivie avec une régularité très 
remarquable à travers tous les règnes, malgré les guerres et les chan- 
gements de résidence, a pour divisions les pontificats successifs ; cha- 
cun d'eux comprend un nombre de livres correspondant aux années de 
règne. A part quelques exceptions, qui se rencontrent surtout au com- 
mencement du siècle, on ne trouve dans ces volumes que des change- 
ments lents et progressifs. Partout la même écriture de chancellerie, 
régulière et lisible, les mêmes rubriques, ou plutôt les mêmes adresses, 
abrégées et tracées en rouge en tête des pièces d'après des notes écrites 
le long des marges ; dans chaque année, l'ordre chronologique n'est 



364 

qu'approximatif; les dates, les formules présentent toujours les mêmes 
abréviations, et, quand on mentionne des actes sans en donner le texte, 
c'est conformément à des règles qui changent peu. Que l'on passe d'un 
registre d'Innocent IV ou d'Alexandre IV à un volume de Boni- 
face VIII, on retrouvera la persistance d'une tradition lentement modi- 
fiée en certains points, et conservée dans bien des cas avec une fidélité 
qui étonnerait, si on ne se savait à la chancellerie des papes. En par- 
courant, pour le xiii^ siècle, cette longue suite de volumes qui ont tou- 
jours le même air de famille, M. Kaltenbrunner a distingué des recueils 
qui n'appartiennent pas à la grande série des registres, entre autres des 
collections de lettres politiques et des registres de la chambre aposto- 
lique. En voici l'énumération. 

Recueils de correspondance politique. Registres XXX, XXXIII, 
XXXIV, XXXV et XXXVI des archives (p. 48-50); lettres de 
Clément IV, grand recueil où l'on trouve surtout des pièces d'in- 
térêt politique. Ces volumes ne sont pas divisés selon les années 
du pontificat; dans aucun d'eux on ne rencontre l'écriture, le mode 
de composition, l'ornementation, les index propres aux registres 
ordinaires, dont fait partie le tome XXXII, recueil authentique 
de Clément IV. Les titres ne rappellent en rien ceux qui se lisent 
sur les volumes de la chancellerie ; ces recueils de lettres, confondus 
aujourd'hui dans la grande collection de documents administratifs qui 
se rédigeait année par année, sont postérieurs à Clément IV; on 
retrouve, en eflét, dans le tome XXX, une bulle de Boniface VIII 
en date du 16 février 1300 ; M. Kaltenbrunner signale dans le t. XXXVI 
des additions dues à quatre mains différentes, et qui s'étendent jus- 
qu'à Boniface VIII et Jean XXII; ces manuscrits dérivent sans doute 
d'un recueil émané de la chancellerie apostolique. 

Le volume d'Innocent III connu sous le nom de Regislrum domini 
Innocenta pape super neçjotio Imperii est aussi un recueil de documents 
politiques, mais il est d'origine officielle (pages 50-51) ; les onze années 
qu'il représente ne sont pas séparées, comme dans les registres ordi- 
naires, par des changements de cahiers et par l'insertion de rubriques 
spéciales. En outre, il contient un grand nombre de pièces adressées 
au pape, dans la transcription desquelles on a eu soin de figurer, d'après 
les originaux, des monogrammes, des mots écrits en lettres allongées, 
et autres caractères extérieurs. 

Le tome XL, deuxième de Nicolas III, également réservé à la cor- 
respondance politique, est d'une apparence toute spéciale : l'écriture, 
large et ronde, rappelle celle des expéditions ; des espaces blancs ont 
été laissés presque partout entre les lettres, mais on n'y a pas tracé les 
rubriques, dont la minute n'a pas été écrite le long des marges ; si elles 
avaient été rédigées, elles n'auraient pas reçu, comme dans les volumes 
ordinaires, la forme d'adresses abrégées; en elîet, l'adresse, écrite à 



365 

l'encre noire, ligure en tète de chaque lettre; elle est précédée du titre 
et du nom de Nicolas III, ce qui est contraire à l'usage ; il n'y a pas 
de lettres peintes en tête des années; les titres qui en indiquent le début 
n'ont pas la forme ordinaire et enjambent d'un feuillet sur l'autre; les 
changements de mains sont aussi fréquents qu'ils sont rares dans les 
registres de la grande série; le classement chronologique des pièces est 
plus exact qu'à l'ordinaire, les écarts ne dépassant pas trois ou quatre 
semaines. Enfin les 182 lettres de ce volume sont presque toutes des 
documents politiques. 

Registres de la Chambre apostolique. Tome XXVII, quatrième d'Ur- 
bain IV : c'est un volume de brouillons, seul de son espèce pour le 
xm« siècle ; il se compose de feuilles séparées ou de petits cahiers. Une 
série de numéros contemporains court tout le long du registre, sans 
excepter les feuillets qu'on a laissés en blanc à divers endroits, et qui 
étaient sans doute réservés à des insertions ultérieures. Le contenu des 
pièces et les mentions qu'on lit sur les marges (« satisfactum est 
camere, » etc.) démontrent que le volume vient bien de la Chambre. 

Tome XXXI, deuxième de Clément IV : registre de la Chambre, 
qui par sa régularité diffère du précédent. Les rubriques n'ont pas été 
tracées sur les blancs qui leur étaient destinés, mais les adresses se 
lisent sur le bord des pages. D'ailleurs les années du pontificat ne com- 
mencent pas avec des cahiers nouveaux. En tout 87 pièces, dont 56 de 
la première année, 17 de la deuxième, 12 de la troisième, 2 de la qua- 
trième. 

Tome XLII, deuxième de Martin IV : changements de mains très 
visibles ; beaucoup de surcharges, nombreuses notes de chancellerie ; 
le format des cahiers n'est pas identique, ce qui est une preuve d'ori- 
ginalité. L'ordre chronologique est mieux observé que dans les registres 
ordinaires, mais les années ne sont pas strictement séparées par cahiers, 
et parfois elles se confondent. Le mot item^ qui précède certaines pièces 
ou mentions de pièces, montre que ce recueil est étranger à la grande 
série, où ce mode de désignation ne se rencontre pas. Les lettres sont 
presque toutes relatives au gouvernement de la Romagne, à des levées 
de troupes, etc. 

En dehors des archives, M. Kallenbrunner a étudié dans le ms. 
Ottoboni 2546 (fol. 172-199) un fragment de registre de la Chambre sous 
lioniface VIII. comprenant ï'iO lettres réparties sur les cinq premières 
années du pontificat. 

Recueil d'actes gracieux. Tome XXIX, quatrième d'Urbain IV : 
mêmes dispositions que dans les registres ordinaires ; ce volume n'en 
diffère que par son contenu ; il renferme plus de deux mille pièces, 
toutes relatives à des bénéfices conférés, à des grâces diverses accordées 
pendant la troisième et la quatrième année d'Urbain IV. 

La description de ces manuscrits fournit à M. Kaltenbrunuei' la 



366 

matière d'observations variées ; on remarquera le passage où il men- 
tionne l'emploi de Vanneau du Pêcheur par Clément IV et Nicolas III 
(p. 54), d'autres où il signale les notes tracées en marge des volumes 
(p. 57). Sur un registre de Martin IV il relève en regard d'une pièce 
la mention « clausa fuit » (p. 59), et des indications relatives à l'envoi 
des lettres et à leurs porteurs. EnGn les annotations nombreuses qui 
distinguent le registre des bénéfices d'Urbain IV, et dont une partie était 
déjà connue, sont toutes reproduites à la page 64 ; elles donnent de 
précieux renseignements sur l'examen des lettres par le pape ou par 
d'autres personnes, sur le rôle du vice-chancelier et les opérations qui 
précédaient l'envoi des pièces. 

Dans son dernier chapitre {Histoire des volumes), V auteur, d'après une 
note écrite sur un registre de Clément IV (voir p. 65), montre que ce 
recueil fut enlevé de la Caméra apostolica quand Boniface VIII fut sur- 
pris dans Anagni. Les inventaires dressés à Avignon en 1369, en 1542, 
et d'autres plus récents, lui servent à exposer l'état des registres au 
xiv« siècle et depuis lors, leur transport en France, et leur retour à 
Rome. Ces dix-huit pages, pleines de faits intéressants, méritent d'être 
lues ; il serait difficile de les analyser. 

Dans la partie de son mémoire où il examine la grande série des 
registres, M. Kaltenbrunner expose à diverses reprises ses idées sur le 
caractère propre aux volumes de cette série, et sur le mode d'enregis- 
trement. Tout d'abord il constate que le volume était le plus souvent 
entre les mains d'un scribe qui seul en poursuivait la rédaction ; les 
scribes se succédaient sans que l'apparence du registre subît un chan- 
gement appréciable ; ces employés parfaitement dressés enlevaient à 
leur écriture tout ce qu'elle pouvait avoir de personnel (page 7). Doit-on 
admettre qu'ils ont été les premiers à transcrire les pièces, et d'abord 
ces pièces ont-elles été insérées d'après les expéditions mêmes ? 

Sans aboutir à une affirmation catégorique, M. Kaltenbrunner parait 
disposé à croire que le plus souvent les enregistrements se faisaient 
d'après les originaux; il en donne comme preuves (p. 21) les noms des 
papes antérieurs, qui dans les registres se trouvent parfois écrits en 
lettres allongées, Vin perpetuum et les trois amen des privilèges, qu'on 
y voit figurer, les souscriptions des cardinaux, qui presque toujours y 
sont reproduites à la fin des bulles solennelles, et qui ne peuvent avoir 
été empruntées aux minutes. A ces arguments, M. Kaltenbrunner 
aurait pu en joindre d'autres, empruntés, non plus aux registres, mais 
aux expéditions; sans revenir ici sur une question qui a été plusieurs 
fois traitée, je me bornerai à rappeler qu'un grand nombre de bulles 
portent au dos des marques d'enregistrement. 

D'autre part, on a observé que dans les registres certaines pièces sont 
en avance de plusieurs mois sur celles qui les entourent. Qu'on se 
figure une bulle du mois de juillet transcrite au milieu d'autres, qui 



367 

toutes appartiennent au mois de mars précédent ; si l'enregistremont 
s'est fait d'après les grosses, on en devra conclure que les expéditions 
de lettres rédigées en mars étaient encore à la chancellerie quatre mois 
après. Des faits de ce genre sont allégués par M. Kaltenbrunner à la 
page 18 de son mémoire. Il observe en outre (p. 12) que les rédacteurs 
des registres, à la fin des années, ont souvent employé des cahiers 
moins épais que les autres, comme s'ils avaient à l'avance connu le 
nombre des pièces qu'il leur restait à copier; M. Kaltenbrunner en 
conclut que les registres actuellement conservés au Vatican ont été 
composés après coup, non d'après les minutes qui ont servi à la confec- 
tion des grosses, mais d'après des cahiers rédigés sur ces grosses elles- 
mêmes ; ces recueils de brouillons, où devait exister un classement par 
ordre de matières, auraient été plus" tard utilisés par ceux qui ont écrit 
les registres ; ces derniers ne seraient que la reproduction ultérieure 
des brouillons aujourd'hui perdus. Par cette ingénieuse hypothèse, on 
échappe à la nécessité de supposer que de nombreux actes ont été enre- 
gistrés d'après les minutes, et le désordre chronologique dont les 
registres oftrent des exemples n'oblige plus à croire que certaines 
pièces ont longtemps attendu dans les bureaux avant d'être envoyées 
aux intéressés (pages 11 et 12, 16, 24, 28 et 29, etc.). 

N'ayant pas étudié par moi-même les registres d'Alexandre IV et de 
ses successeurs, je ne puis contrôler l'exactitude de ce système en ce 
qui concerne la seconde moitié du xni^ siècle, mais il me semble impos- 
sible de l'appliquer aux registres d'Innocent IV. Il est facile, en effet, 
de prouver que des lettres d'Innocent IV ont été directement enregis- 
trées, d'après les originaux, dans les volumes que nous possédons. On 
sait que, pendant les trois dernières années de ce pontificat, on prit l'ha- 
bitude d'inscrire au dos des pièces, non plus seulement VR traditionnel 
accompagné du mot script., mais aussi la mention exacte de la place 
que la pièce occupait dans le registre. Or celles de ces mentions qui 
me sont connues renvoient aux registres actuels. On en jugera par les 
exemples suivants : 

1. Archives nationales, J. A42, n» 3. Cette pièce porte au dos, à côté 
de VR, la mention « DLXV capitulo, anno X". » Elle est adressée au 
trésorier de Saint-Hilaire de Poitiers, commence par les mots « Dilecto 
filio .. comiti Pictavensi oh sue, » porte la date de Pérouse, le 12 dos 
calendes d'avril, X^ année. Elle se trouve en effet dans le registre du 
Vatican, à la X^ année, au n» 565, au folio 254 verso. 

2. J. 248, n» 228. « DGLXXXXII» capitulo, anno X». » Lettre à 
l'abbé et au couvent de Saint-Victor. « Ea que judicio. » Assise, le 
2 des nones de mai, X^ année. Cette lettre est enregistrée dans le ms. 
du Vatican, X« année, n° 692, fol. 271. 

3. J. 209, B, n» 60. « DCCVIII capitulo, anno XI». » Lettre à l'évêque 



368 

de Meaux. « Ex parte carissimi. » Assise, le 6 des calendes de juin, 
XI* année. Registre du Vatican, XI^ année, n° 708, fol. 99. 

Les registres étaient donc en cours d'exécution avant que les trois 
pièces en question fussent envoyées ; les expéditions qu'on en avait 
dressées ont été insérées directement dans les manuscrits aujourd'hui 
déposés aux archives du Vatican. Sans doute on conservait pendant 
quelque temps à la chancellerie les minutes au moyen desquelles on 
avait expédié les grosses, et faute de mieux on pouvait s'en servir pour 
enregistrer les actes, si tant est que ces actes fussent déjà parvenus à 
destination lors de l'enregistrement. J'en conclus que sous Innocent IV 
il y eut : 

1" Des minutes aujourd'hui perdues; 

20 Des expéditions faites d'après ces minutes ; 

3" Une seule série de registres, où l'insertion s'est faite très souvent 
d'après les expéditions, et peut-être, dans certains cas, d'après les 
minutes. 

Quant à la juxtaposition de pièces relatives à une même personne, à 
une même église, à un même pays, il est possible de se l'expliquer. 
D'abord il a dû souvent arriver qu'on attendît le départ d'un courrier 
pour enregistrer des lettres de dates différentes, destinées à la même 
région. Supposons, d'autre part, les expéditions déjà parties : l'impé- 
trant, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un de ces procureurs 
qui résidaient au siège de la papauté, pouvait demander l'insertion de 
plusieurs pièces. Si le procureur n'était pas dépositaire des expéditions 
ou de leurs doubles, les pièces pouvaient être enregistrées d'après les 
minutes, et ces diverses insertions, demandées en même temps, étaient 
faites, soit bout à bout, soit à proximité les unes des autres. 

L'usage de tracer au dos de certaines lettres les numéros d'enregis- 
trement s'est conservé sous les successeurs d'Innocent IV; il pourrait 
être curieux de vérifier si pour les années postérieures à 1254 ces numé- 
ros correspondent à ceux des registres ; il semble qu'a priori on ait le 
droit de l'affirmer. 

L'institution des lettres curiales me paraît antérieure à la troisième 
année d'Urbain IV; elles existaient dès 1245, et le mérite d'avoir con- 
sacré à ce genre de pièces des recueils spéciaux doit sans doute être 
attribué au vice-chancelier Marinus ; l'absence de rubrique sur quelques- 
uns des cahiers qui les portent ne les empêche pas d'avoir régulière- 
ment existé, tout au moins entre 1245 et 1254. Parlant des raisons qui 
ont pu déterminer la chancellerie à mettre à part ces documents, 
M. Kaltenbrunner dit à la page 37 : « Ce n'était certainement pas le 
« degré d'importance d'une lettre ou d'un acte qui entraînait son inser- 
« tion parmi les curiales ; il ne nous reste plus ici qu'une supposition 
« possible : on les a isolées à cause de leur mode d'expédition, qui 
« était particulier, et peut-être plus rapide que pour les autres pièces. » 



369 

Je ne crois pas que cette opinion puisse tenir devant le fait suivant. 
La chancellerie apostolique n'a jamais dû songer à rédiger en forme 
d'expéditions les lettres adressées à Innocent IV par les princes musul- 
mans et les Chrétiens orientaux ; elles n'en figurent pas moins sur les 
cahiers de lettres curiales. 

Élie Berger. 

Archives historiques du Poitou. XIII. Recueil des documents con- 
cernant le Poitou contenus dans les registres de la chancellerie 
de France^ publiés par Paul Guérin, archiviste aux Archives 
nationales. II (^ 334-^348). Poitiers, 1883. In-8-, lv-489 pages. 

La publication confiée à M. Guérin par la Société des archives his- 
toriques du Poitou doit comprendre le texte de tous les actes relatifs à 
cette province, existant dans les Registres de la chancellerie royale. 
L'éditeur a volontairement laissé de côté les actes renfermés dans les 
trente-trois premiers volumes du trésor des chartes, et, sauf quelques 
rares exceptions, tous les documents qu'il publie sont postérieurs à 
l'année 1300. Disons tout d'abord que la publication paraît faite avec 
grand soin ; les textes sont corrects, l'annotation géographique et his- 
torique abondante, et la table aussi détaillée qu'on peut le désirer. 

M. Guérin ne donne que les actes intéressant directement le Poitou, 
relatifs à l'administration de ce pays, relatant les faits de guerre dont 
il a été le théâtre ou se rapportant à des villes et à des domaines situés 
dans ses limites. On se tromperait néanmoins en supposant que cette 
collection ne doit pas être consultée par d'autres que les érudits poite- 
vins. Quiconque s'occupe de l'histoire administrative et politique de 
l'époque des Valois y trouvera nombre de curieux renseignements. 

En effet, beaucoup des mandements adressés aux officiers royaux en 
Poitou étaient envoyés à tous les sénéchaux et baillis de France ; la 
plupart étaient inédits avant M. Guérin ; d'autres, en petit nombre, 
n'avaient été imprimés que dans les premiers volumes des Ordonnances, 
et d'une façon très défectueuse. Le tome II de la publication de M. Gué- 
rin présente même à cet égard un intérêt tout particulier; l'éditeur 
avait omis de parti-pris dans son premier volume un grand nombre de 
ces actes administratifs, qu'après nouvel examen il s'est décidé à don- 
ner en tète du tome II, et nous avons de ce chef 57 pièces du plus 
haut intérêt comprises entre les années 1302-1331, et que nul érudit 
s'occupant de l'histoire de Philippe le Bel et de ses fils ne pourra 
négliger. 

A d'autres égards, les documents publiés par M. Guérin présentent 
un grand intérêt. On y trouve mentionnés la plupart des agents de 
Philippe de Valois ; le nombre de ces agents était assez restreint, et le 
premier soin de quiconque voudra étudier sérieusement l'administra- 



370 

tion royale du xi\« siècle devra être de dresser la biographie de ces 
personnages. Les actes réunis par notre savant confrère nous apprennent 
mainte particularité sur leur origine, leurs alliances, leur carrière admi- 
nistrative, leurs succès et la manière dont la royauté récompensait ces 
dévoués serviteurs. Subsides levés dans le royaume, fonctionnement 
de la justice, exercice de la juridiction des tribunaux royaux; autant 
de points dont l'étude obligera à consulter les actes publiés par M. Gué- 
rin. Les notes ajoutées par l'éditeur, notes dans lesquelles il a mis à 
profit les travaux des sociétés savantes du Poitou et les archives natio- 
nales, augmentent la valeur des textes publiés. En y joignant les chartes 
originales de la Bibliothèque nationale, on pourra dresser la liste des 
agents royaux en Poitou et retracer leur biographie depuis le jour de 
leur entrée en fonctions jusqu'à leur mort ou à leur disgrâce. Bien peu 
en effet de ces administrateurs conservaient durant toute leur vie la 
faveur du souverain; la plupart perdaient leur crédit, et quelques-uns, 
coupables de malversations ou d'abus de pouvoir, expiaient cruellement 
leur faveur éphémère. 

Pour l'histoire politique, la collection de M. Guérin fournit également 
beaucoup de renseignements touchant l'administration de Jean, duc de 
Normandie, en Poitou, cette province, à partir de 1344, ayant fait 
partie de l'apanage de ce prince ; sur l'expédition de Henri de Derby, 
en 1346, sur les troubles qui suivirent l'occupation du pays par les 
Anglais, sur les opérations des armées françaises en 1347 et 1348. 
L'expédition de Derby avait déjà été étudiée par plusieurs érudits; 
M. Guérin a pu dater plus exactement certains faits, rectifier sur plu- 
sieurs points le récit de ses devanciers, et son récit des campagnes de 
1346, 1347 et 1348 complète heureusement les travaux de MM. Ber- 
trandy, Luce, et des éditeurs de la Chrotiique normande. 

C'est dans l'introduction dont l'éditeur a fait précéder les documents 
réunis par lui que l'on trouvera traités en détail ces différents épisodes. 
On y trouvera également nombre d'indications sur les troubles qui 
suivirent la proscription du sire de Glisson et de sa femme, Jeanne de 
Belleville, une suite exacte des sénéchaux du Poitou, des lieutenants 
du roi et des capitaines souverains dans cette province, de 1334 à 1348. 

On doit remercier la Société des archives historiques du Poitou 
d'avoir entrepris cette belle publication. Espérons que cet exemple sera 
imité par d'autres sociétés provinciales, et que les compagnies savantes, 
assez bien inspirées pour doter leur pays de si utiles répertoires, trou- 
veront toujours des éditeurs aussi soigneux que notre confrère. 

A. MOLINIER. 



De Joannis de Monsterolio vita et operihus sive de Ronianarum 
litterarum studio apud Gaflos instaurato^ Carolo VI régnante^ 



37^ 

Lhesim proponebat facultati litterarum Parisiens! Antonius Thomas. 

Paris, ^883. In-8°, viii-H4 pages. 

Le personnage dont M. Antoine Thomas nous restitue la vie et les 
œuvres était presque un inconnu jusqu'ici; tout au moins il n'était pas 
estimé à sa juste valeur. 

Jean de Montreuil naquit vers 1354 ; on ne saurait préciser le lieu de 
sa naissance, car rien ne prouve que ce soit Montreuil-sur-Mer, comme 
le dit La Croix du Maine. Après avoir fait ses études à l'université de 
Paris, Jean de Montreuil entra dans les ordres et vécut, de 1375 à 1387, 
auprès de Milon de Dormans, évoque de Beauvais. Ce fut vers la même 
époque, et certainement avant 1391, qu'il fut nommé secrétaire du roi. 
Chanoine de Rouen quelques années plus tard, il devint prévôt de 
Saint-Pierre-de-Lille (et garda cette charge jusqu'à sa mort) vers 1394. 
Dès lors, il entra complètement dans la vie puhlique ; successivement 
envoyé comme ambassadeur en Angleterre, en Italie, en Allemagne, il 
se rendit en 1404 à Avignon auprès du pape Benoît XIII; en 1412, il fut 
chargé d'aller à Rome féliciter le nouveau pape Jean XXIII, de la part 
du roi de France; en 1413, il était ambassadeur près du duc de Bour- 
gogne. A partir de ce moment, Jean de Montreuil semble renoncer à 
la vie politique militante. Partisan des Armagnacs, il reste à Paris, 
malgré les prières de ses amis, pendant les troubles de 1418, et est 
massacré au mois de juin de la même année par les Bourguignons 
vainqueurs, auxquels la trahison de Perrinet Leclerc ouvre les portes 
de la ville. 

Cet homme, dont la vie publique fut si remplie, était en même temps 
un lettré des plus fins et des plus délicats, un admirateur et un con- 
naisseur des lettres latines, à une époque où l'Italie faisait déjà revivre 
le goût des études classiques. Ses écrits, inédits pour la plupart, et dont 
M. Thomas a reconstitué la liste, après bien des recherches dans les 
bibliothèques de France et d'Italie, sont : 1° Pcrbrevis epilo/jus gestorimi, 
Karoli Magni; 2° De gestis et factis memoralibus Francorum ; 3" Libclli 
adversus Anglos (ces libelli sont au nombre de trois : le premier, de 
1415, est en latin; les deux autres, de 1416, sont en français : le der- 
nier ne porte pas de nom d'auteur, mais M. Thomas prouve qu'il doit 
être attribué à Jean de Montreuil) ; 4° Epistulse latinx (ces epistulse^ que 
l'auteur lui-même avait en partie réunies en volume , sont accompa- 
gnées d'une table alphabétique des correspondants) ; 5" Gallicm epistidai. 
A cette liste il faudrait encore ajouter quelques ouvrages perdus, dont 
la mention a été retrouvée par M. Thomas. 

Ce qui caractérise l'œuvre de Jean de Montreuil, — et M. Thomas 
insiste particulièrement sur ce point, — c'est l'amour intelligent et 
éclairé que cet écrivain professe pour les auteurs de l'antiquité, princi- 
palement pour les auteurs latins : les noms de Gicéron, de Virgile, de 
Térence reviennent souvent sous sa plume, et il parle d'eux en homme 



372 

qui a lu et étudié leurs écrits. Jean de Montreuil n'était du reste pas le 
seul en France, à cette époque, à s'occuper de l'antiquité latine : Gerson, 
Christine de Pisan, d'autres encore, s'inspirant de l'influence italienne, 
furent les fervents de ce culte classique, qui malheureusement disparut 
au milieu des trouhles politiques du commencement du xv« siècle, et 
attendit sa renaissance jusqu'au xvi'' siècle. 

L'étude de M. Thomas, habilement faite et pleine de faits nouveaux, 
ajoute un nom, — et ce n'est pas le moins brillant, — au nombre bien 
restreint des humanistes français antérieurs à la Renaissance. 

Gaston Raynaud. 

Don Rodrigo de Villandrando^ conde de Ribadeo. Diseur so leido en 
lajunla pub/ica de aniversario de la Real Academia de la his- 
toria^ el 2\ de maya de 1882, por D. Antonio Maria Fabié, acadé- 
mico de numéro. Madrid, M. Tello, ^882. In-8% 279 p. 

Notre Société a un motif spécial de s'intéresser à tout ce qui con- 
cerne Rodrigue de Villandrando ; ce personnage, en effet, l'un des plus 
marquants parmi les aventuriers étrangers qui prirent part à nos 
guerres du xv" siècle, a été, après quelques siècles d'oubli, retrouvé, 
remis en pleine lumière, admirablement raconté par un de nos membres 
les plus éminents, notre vénéré maître Jules Quicherat. Le premier 
travail consacré par Quicherat au fameux routier espagnol, ébauche du 
beau livre qu'il publia il y a cinq ans à peine, date de 1845. Apprécié 
comme il devait l'être par les lecteurs de notre Bibliothèque, ce mémoire 
documenté eut quelque peine à franchir les Pyrénées ; longtemps il 
passa presque inaperçu en Espagne, où, plus que partout ailleurs, il 
aurait dû, ce semble, piquer la curiosité des érudits. Dans ces dernières 
années seulement, deux Espagnols, MM. Jimenez de la Espada et José- 
Maria de Eguren, témoignèrent qu'ils en avaient pris connaissance en 
s'y référant et en ajoutant aux renseignements recueillis par Quicherat 
quelques données nouvelles sur Villandrando lui-même, sur sa famille 
ou sur le titre de comte de Ribadeo qui lui fut conféré par le roi Jean II 
de Gastille '. Cet apport toutefois n'était pas considérable, aussi l'ancien 
directeur de l'École des chartes, en terminant, en 1879, l'impression de 
la biographie entièrement remaniée de son héros, était-il bien autorisé 
à écrire : « Il me semble difficile que l'Espagne ne fournisse rien de 
plus que ce que j'ai pu en obtenir. » 

L'appel cette fois a eu plus d'écho : un membre distingué de l'Aca- 
démie de l'histoire a jugé qu'il convenait d'étendre aux documents 
espagnols l'enquête si bien menée, presque épuisée, on peut le dire, 



1. Voir Andanças ë Viajes de Pero Tafur, Madrid, 1874, p. 544, et la Revisia 
europea de Madrid, t. VII (1876), p. 51.3 et siiiv. 



373 

pour la partie française du sujet. La dissertation de M, Fabié, rédigée 
à l'aide de pièces d'archives, de quelques notices historiques inédites, 
confirme et complète, corrige aussi sur quelques points le livre de 
notre historien ; c'en est assez pour nous imposer le devoir de rendre 
compte à nos lecteurs des résultats acquis par l'érudit espagnol qui 
s'écartent de ceux qu'avait obtenus, avec les ressources dont il disposait, 
le premier biographe de Villandrando. 

Gomme on pouvait s'y attendre, ce sont les archives jusqu'ici très 
fermées du duc de Hijar, héritier du titre de comte de Ribadeo, qui ont 
fourni à M. Fabié les renseignements les plus authentiques et les plus 
importants. Ainsi, du testament et de deux codicilles, dictés par 
Rodrigue à Valladolid le 15 mars, le 2 et le 15 avril 1448, rapprochés 
d'un acte du 12 juin de la même année, en vertu duquel D» Beatriz de 
Estuniga, femme de feu Rodrigue de Villandrando ^, est nommée tutrice 
des enfants qu'elle avait eus de ce mari, M. Fabié a tiré la date approxi- 
mative de la mort de Rodrigue, que Quicherat avait placée dix ans trop 
tard. « D'après l'époque de sa naissance, disait-il, supputée en combi- 
nant sa grande jeunesse au début de nos guerres civiles (1409) et la 
mort de sa mère arrivée en 1390, il mourut lui-même au commence- 
ment du règne de Henri IV de Gastille, en 1457 ou 1458. » Or, il est 
maintenant avéré que Rodrigue a dû mourir entre le 15 avril et le 
12 juin 1448. Et c'est de cette dernière date qu'il convient de partir 
pour obtenir celle de sa naissance, qu'aucun acte authentique ne nous 
a fait connaître. Rodrigue étant mort en 1448 et (comme le prétend un 
historien presque contemporain, Fernando de Pulgar) à l'âge de soixante- 
dix ans (fenesciô sus (lias en edad de set enta anos), 1378 serait, à ce 
compte, l'année de la naissance du condottiere. Mais les soixante-dix ans 
de Pulgar éveillent des objections. Cette donnée, il faut l'avouer, s'ac- 
corde mal avec l'âge tendre que le même historien attribue à Rodrigue, 
au moment de son entrée en France (vers 1410) ^ : né en 1378, il aurait 
eu alors une trentaine d'années. Autre difficulté : après avoir perdu sa 
première femme Marguerite de Bourbon (qui vivait encore le 2 août 
1436) -^i Rodrigue épousa en Espagne Beatriz d'Estuniga, après 1440, à 
ce qu'il semble '', et en eut deux enfants, qui, en juin 1448, n'avaient 
ni l'un ni l'autre atteint l'âge de quatre ans ^. En s'en rapportant donc 
à Pulgar, ce serait à soixante ans passés que Rodrigue aurait contracté 

1. « Don Rodrigo de Villandrando, conde de Ribadeo, que Dios aija. » 

2. a Seyendo de pocos dias... niozo. » 

3. Quicherat, Pièces justif.,a° XLI. 

4. La date de ce mariage n'est pas donnée par M. Fabié. 

5. « Por qiianto los dichos Don Pedro é Dona Marina, sus (ijos, eran menores 
de los docc anos, é aun menores de cuatro anos. » Acte de tutelle; Fabié, 
append. xxii. 

25 



374 

ce second mariage, ce serait à soixante-six ou soixante-sept ans, peut- 
être encore plus tard, qu'il aurait eu de Beatriz les deux enfants dont 
il s'agit. Est-ce vraisemblable et doit-on faire grand fond sur ce dire de 
l'historien ? Au surplus il ne serait pas impossible qu'à la leçon soixante- 
dix dût être substituée dans le texte de Pulgar celle de soixante : 
entre setenta et sesenta la différence n'est pas grande, et de cette façon 
tout concorderait mieux. Rodrigue, né en 1388, aurait débuté en 
France dans sa carrière de routier à vingt ans ; il se serait marié pour 
la seconde fois à cinquante ans environ, ce qui peut passer pour un âge 
sortable. 

Sur les années de jeunesse de Rodrigue , ses occupations et ses 
prouesses (ce qui se nomme en espagnol las mocedades) avant de venir 
chez nous biisquer fortune, M. Fabié produit un témoignage intéres- 
sant, un passage des Décades d'Alfonso de Palencia, l'historiographe du 
roi Henri IV de Castille. Nous y apprenons que Rodrigue débuta en 
Espagne dans la course ; commandités par un marchand, dont le navire 
avait été pris par des pirates, Rodrigue et un de ses frères se mirent 
pendant un temps à courir les mers et y firent de bonnes captures ; puis, 
ayant appris que la guerre civile en France offrait aux hardis aventu- 
riers de meilleures occasions d'acquérir richesses et honneurs, Rodrigue 
céda à un de ses compagnons de course son commandement, et, accom- 
pagné de son frère, passa les monts. Le récit de Palencia, fort vraisem- 
blable en lui-même, est confirmé par un privilège du roi Jean II, aux 
termes duquel Rodrigue , propriétaire du navire Saint-Jacques , est 
autorisé à trafiquer librement avec les ports anglais *. 

Rodrigue de Villandrando, comme bien d'autres nobles Castillans du 
xiv^ et du xv" siècle, tenait à la France par des liens de famille ; son 
grand-père 2, Garcia Gutierrez de Villandrando, avait épousé une 
Le Besgue de Villaines, sœur de ce Pierre Le Besgue, qui vint avec 
Du Guesclin en Espagne et y rendit au compétiteur de Don Pedro des 
services assez signalés pour en mériter le rang de grand de Castille et 
la donation du comté de Ribadeo en Galice (1369) : le privilège octroyé 
à mo.se Perrcs lo Vege de Vilaties par le roi Henri II a été publié par 
M. Fabié, d'après une copie de 1415, conservée aux archives de Hijar. 
Comme l'a montré Quicherat, Pierre Le Besgue renonça sur ses vieux 
jours à ce bénéfice, dont, après être rentré en France, il ne devait plus 
tirer qu'un médiocre revenu ; il le vendit donc pour acheter en Nor- 
mandie la seigneurie d'Yvetot. Le comté fut acquis par un haut per- 
sonnage, Ruy Lopez de Avalos, troisième connétable de Castille, qui 
ne le garda pas longtemps ; tombé en disgrâce, il dut renoncer à toutes 

1. Publ. par Jimeaez de la Espada; voy. Quicherat, Pièces just., n° LXXVL 

2. Et non pas son oncle, comme dit M. Fabié, p. 8. 



i 



375 

ses charges et dignités ^ Ribadeo fit alors retour à la couronne, et en 
1431 le roi Jean II en disposa à nouveau en laveur de notre Rodrigue» 
dont il voulait récompenser les services. M. Fabié ne veut pas admettre 
avec Quicherat et Eguren que les souvenirs laissés par le premier 
possesseur du comté, Pierre Le Besgue, et la descendance de Rodrigue 
de la sœur de ce dernier aient été pour quelque chose dans cette conces- 
sion, dans le choix de cette terre à laquelle était lié le nom de Le Besgue 
de Villaines. Il y a lieu cependant de supposer que le roi a dû tenir 
compte de ces circonstances et que c'est à bon escient qu'il s'est décidé 
pour cette merccd. M. Fabié oublie que la grand'mère de Rodrigue, 
Thérèse de Villaines, plaida pour assurer à ses enfants une part au 
moins de l'héritage de leur oncle maternel, ce qui indique que les Vil- 
landrando se croyaient en possession de droits, justifiés ou non, sur le 
comté de Ribadeo ; il oublie en outre qu'au rapport de Palencia ce fut 
sur la recommandation spéciale de Charles VII de France que Rodrigue 
obtint de Jean II ladite seigneurie : « necnon, dum apud Gallos mora- 
retur, adeo dilectus régi erat, quod litcn's obtinuit a rege Castellae comi- 
tatum Ribadei, ut apud Hispanos nomen tanti viri ob dignitatem notius 
sublimiusque redderetur. » L'atïaire est simple. En situation de récla- 
mer de son roi une faveur, Rodrigue lui indique ou lui fait indiquer 
celle qui lui conviendrait le mieux et qu'en sa qualité d'héritier des 
Villaines d'Espagne il considère en quelque sorte comme une resti- 
tution. 

Pour ce qui concerne la rentrée de Rodrigue en Espagne en 1439, 
M. Fabié a de plus que son prédécesseur quelques informations qu'il a 
tirées de lettres royales des archives de Hijar et d'une chronique iné- 
dite. A juste titre, il doute que Marguerite de Bourbon ait accompagné 
son mari en Castille et ne voit pas sur quoi a pu s'appuyer Quicherat 
pour écrire : « Marguerite de Bourbon n'avait pas longtemps vécu en 
Espagne où elle était allée s'établir avec son mari. » Tout porte à croire 
en effet que la première femme de Rodrigue mourut en France ; Alfonso 
de Palencia dit expressément : « jam viduatus uxore, exercitum in 
Hispaniam duxit, b etc., et, comme aucune mention n'est faite de 
Marguerite dans les documents espagnols de l'époque, ce chroniqueur 
doit être dans le vrai. 

Les autres faits nouveaux que nous communique l'académicien espa- 
gnol sont empruntés au testament ou aux codicilles de Rodrigue et à 
l'acte qui institue sa veuve tutrice des enfants du second lit ; il y a 
relevé, entre autres, le nom d'un bâtard du routier, Sébastien de Vil- 
landrando. Mais le plus intéressant concerne les enfants de Marguerite 
de Bourbon, qui furent au nombre de trois, un fils, Charles, et deux 

1. M. Fabié publie un document de 1390 (app. ii), où le comte de Ribadeo 
ligure comme alcayde de Marbella, S'agit-il encore de Pierre Le Besgue 'i 



376 

filles, Isabelle et Marie. Quicherat, qui ne connaissait que la mention 
d'un legs de très médiocre importance fait par Rodrigue à ce fils, avait 
supposé ce dernier contrefait ou idiot. « Il faut qu'il ait été contrefait ou 
idiot, car son père le laissa en France et le déshérita, ou à peu près, 
ne lui ayant assigné dans sa succession que la terre de Puzignan et ses 
créances du Bourbonnais. » Or, le texte du testament ne confirme pas 
cette hypothèse. Rodrigue, il est vrai, n'emmena pas le fils de Margue- 
rite en Espagne, mais il ne le déshérita point ; ce Charles au contraire 
recueille toute la partie de l'héritage paternel située en France, à l'ex- 
ception de certaines créances sur le comte de Foix et d'une somme de 
cinq mille doubles due à Rodrigue par la ville d'Avignon qui doivent 
constituer la dot d'Isabelle, mariée en Espagne à D. Lorenço de Figue- 
roa, et que son père substitue à Charles dans le cas où celui-ci mour- 
rait avant d'être en âge de tester. La fille cadette, religieuse au monas- 
tère de San Quirse de Valladolid, ne reçoit aucune part des biens sis 
en France, son père lui assure son entretien sur d'autres biens qu'il 
possédait à Valladolid. 

Par ce qui vient d'être dit, on peut juger de l'importance de cette 
étude, sobrement écrite, bien documentée et qui vraiment peut être 
qualifiée de complément indispensable du livre de Quicherat. N'est-ce 
pas le plus bel éloge qu'on en puisse faire ? Sachons gré à M. Fabié 
d'avoir enfin payé la dette que ses compatriotes avaient contractée 
envers le grand routier castillan, dont les faits et gestes en France 
avaient seuls été jusqu'ici convenablement élucidés, et souhaitons qu'il 
poursuive, après ce premier succès, ses recherches sur l'histoire si 
attachante, si mal connue encore de l'Espagne du xv^ siècle ^. 

Alfred Morel-Fatio. 

Les Colonies franques de Syrie aux XIP et XIW siècles, par E. Rey. 
Paris, Picard, ^883. In-8°, vi-537 pages. 

Le mouvement des croisades détermina au xn<= et au xiti« siècle la 
fondation en Orient de nombreuses colonies franques. Parmi ces 
colonies, celles qui se formèrent en Syrie, et sur lesquelles le livre de 
M. Rey donne les renseignements les plus variés, offrent tout particu- 
lièrement de l'intérêt. 

1. Quelques remarques de détail. P. 7. La mère de Rodrigue ne se nommait 
pas Inës, mais Aldouza; voir le testament, p. 258. — P. 17. Rodrigue était 
neveu, non pas (ils du regidor Ruy Garcia. — P. 59, note 1. Pour savoir de 
quel livre de Pedro del Corral il est ici parlé, il faut recourir à Quicherat, 
p. 29, note 1. — P. 60. M. Jimenez de la Espada n'a point prétendu que le 
privilège du comté de Ribadeo eût été délivré à Cordoue. — P. 124. 11 est tout 
à fait invraisemblable que les vers du Cancionero gênerai de Hernando del 
Castillo, attribués à un comte de Ribadeo, soient de Rodrigue. 



377 

A côté de la noblesse latine, qui, en dépit des modes et des habitudes 
orientales, a conservé le système féodal, nous voyons à cette époque 
s'établir, sur tout le littoral syrien, des bourgeoisies essentiellement 
commerçantes, moins préoccupées des intérêts spirituels de la chrétienté 
que de la prospérité de leurs affaires ; toutes les cités maritimes de la 
Méditerranée concourent à ce mouvement, et les Vénitiens, les Pisans, 
les Génois, les Marseillais établissent partout leurs communes commer- 
ciales. En présence de ces chrétiens nouveaux venus, se dressent d'une 
part les indigènes appartenant aux diverses communions chrétiennes. 
Maronites, Nestoriens, Jacobites, Arméniens, Grecs, etc., qui ne sont 
pas toujours des alliés, et d'un autre côté les indigènes musulmans ou 
juifs, avec lesquels il faut compter sans cesse. Quels rapports existeront 
entre ces différents éléments? Gomment se combineront-ils entre eux? 
Quelle sera l'importance du commerce des colonies franques, de leur 
industrie, de leurs finances, de leur culture intellectuelle ? Ce sont là 
autant de questions auxquelles répondent les chapitres du volume de 
M. Rey. 

A cette publication est jointe une étude géographique de la Syrie au 
temps des croisades, où se trouve une notice sur chacune des localités 
de ce pays. On peut regretter, il est vrai, qu'il faille dans la plupart 
des cas avoir recours à la table pour se reconnaître au milieu de ces 
notices, mais cette légère critique ne diminue en rien la valeur du 
livre, non plus que le caractère vraiment nouveau des renseignements 
qu'il donne. 

Gaston Raynaud. 



Ernest Bosc, architecte. Dictionnaire de l'art, de la curiosité et du 
bibelot. Paris, F. Didot, 'ISSS. In-4°, xvi-69d pages. 

Voici un très beau livre, pour lequel aucun soin n'a été épargné ; 
compact, mais commode, il est plein de détails curieux et intéressants. 
D'une bonne exécution matérielle, il a en outre l'avantage d'être illustré 
de très nombreuses figure';, bien faites d'ailleurs, et souvent inédites. 
Pour 670 pages de dictionnaire, il n'y a pas moins de A chromolitho- 
graphies, 35 planches hors texte et 709 figures dans le texte. Cepen- 
dant, en dépit de ces brillantes qualités, l'ouvrage désappointera plus 
d'un lecteur sérieux. C'est le défaut de tout livre qui, dans un sujet 
aussi complexe et aussi élastique, veut prévenir toutes les questions 
possibles et ne rien laisser de côté. Le résultat est qu'il y a très peu 
d'articles traités à fond, et beaucoup d'écourtés ou même d'inutiles. 
Ainsi, une table synoptique des articles, placée à la fin du volume, nous 
permet de compter 182 termes à.' instriimenls de musique; c'est, avec les 
armes, la matière qui a fourni le plus grand nombre d'articles. Mais 



378 

ouvrira-t-on ce dictionnaire pour avoir seulement le prix-courant d'une 
flûte ou d'un ophicUide? 

D'une façon générale, le côté archéologique est sacrifié : il est vrai 
que c'est à des amateurs que l'auteur s'adresse, et non à des archéo- 
logues. Mais le vrai curieux ne doit-il pas être doublé d'un bon archéo- 
logue ? Au point de vue particulier, l'auteur aurait pu éviter certaines 
définitions vagues ou erronées dans le genre de celles-ci : « Roman (Art). 
Terme générique qui désigne un art qui fleurit depuis la chute de 

l'empire romain jusqu'à l'avènement de l'art ogival (voy. ce mot) 

C'est l'art byzantin ou romano-byzantin quand il se développe en 
Orient, et le style latin quand il s'agit de l'Occident. » — « Ogival 
(Art). On désigne sous ce terme l'art qui fleurit en Europe, et princi- 
palement en Allemagne, en Italie et en France, du xi° siècle au 
xvi« siècle, et qu'on a souvent improprement dénommé Art gothique. » 

Le collectionneur, du moins l'amateur de bibelots, trouvera dans cet 
ouvrage nombre de détails qui l'intéresseront. Chaque article du Dic- 
tionnaire présente une définition assez claire, quelques mots d'histo- 
rique et divers prix de l'objet dans des ventes importantes. L'auteur 
déclare dans sa préface qu'il a voulu être amusant et attachant, même 
dans un dictionnaire : il veut combler une lacune existante, en embras- 
sant toute la science de la curiosité, et toutes les spécialités. Il a beau- 
coup vu, beaucoup comparé et acquis d'utiles connaissances qu'il veut 
partager avec nous. Acceptons ce programme tel qu'il l'a conçu et 
profitons toujours des résultats de ses études, sans nous montrer trop 
exigeants. Évidemment, si l'auteur avait pu donner à son travail une 
étendue encore plus grande, il ne se serait pas borné souvent « à des 
notes très sommaires, à des renseignements très condensés, » car ce 
domaine de la curiosité est inépuisable. Il aurait pu développer davan- 
tage l'histoire et la description des types de certaines collections, et les 
puiser à des sources plus variées ; il aurait pu surtout sacrifier bien 
des points secondaires à l'étude spéciale et approfondie des branches 
capitales de toute collection sérieuse. 

Il serait injuste, néanmoins, de ne pas signaler plusieurs notices par- 
ticulièrement soignées à tous les points de vue, par exemple : bijouterie, 
dentelles, mobilier, orfèvrerie, tapisseries ; et aussi : estampes, faïence, 
gravure, grec (art), ivoire, porcelaine. En le prenant tel qu'il est, cet 
ouvrage pourra souvent être feuilleté avec fruit. N'oublions pas 
d'ajouter que l'auteur a terminé le volume par une liste étendue 
(40 colonnes) des principaux collectionneurs du xix^ siècle. 

H. DE CURZON. 

Étude économique et juridique sur les associations. Les coalitiotis 
d'ouvriers et de patrons de -1789 à nos jours. Précédé d'une étude 



379 

historique sur les collèges d'artisans et la (jilde germanique^ par 
Joseph Drioux, docteur en droit, avocat à la Cour d'appel. Paris, 
A. Rousseau, 1884. In-S", 402 p. 

Le titre de cet ouvrage ne donne pas une idée bien exacte de l'im- 
portance relative des diverses parties dont il se compose ; plus de la 
moitié du livre est consacrée à l'étude historique sur les collèges d'ar- 
tisans et la gilde germanique (v. p. 1-2G5). 

Nous nous occupons uniquement, dans ce compte-rendu, des pages 
comprises sous la rubrique : La gilde germanique, son influence sur la 
société au moyen âge (p. 101-265); car seules elles rentrent directement 
dans le cadre de la Bibliothèque de l'École des chartes. 

M. J. Drioux a pris pour sujet de ses recherches l'histoire do la gilde 
dans les pays Scandinaves, l'Allemagne, l'Angleterre, les Pays-Bas, la 
Flandre et le nord de la France. Il examine d'abord l'origine de la gilde, 
sa liaison avec le convivium, si répandu chez les Germains. En même 
temps qu'il indique les points de rapprochement qui existent entre ces 
deux institutions, il montre qu'on ne peut établir entre elles de rapports 
de causalité. 

Dans ces délicates questions, où les auteurs les plus estimés, Wilda 
et Brentano, ne s'accordent pas, M. Drioux s'abstient soigneusement de 
ces affirmations tranchantes qui plaisent tant aux esprits superficiels ou 
prévenus. Gomme il le dit avec une rare et précoce sagesse : « Au 
« risque de paraître incomplet ou obscur, il faut se garder des sys- 
« tèmes trop lumineux et trop logiques, qui, en histoire, s'accommodent 
« mal de toutes les incertitudes qui enveloppent l'origine des asso- 
« dations. » 

Quant à l'influence exercée sur ces gildes par le christianisme nais- 
sant, M. Drioux pense avec Brentano et Hartwig qu'elle n'est pas con- 
testable, que le christianisme donna une grande impulsion aux gildes, 
y introduisit des éléments nouveaux, mais que leur modèle existait 
avant. Suivent quelques détails sur les premières gildes françaises. 
Elles apparaissent peut-être, dit notre auteur, du temps de Ghilde- 
bert le"-; en tout cas, dès le capitulaire de 779 (cap. 16). Au xi" siècle, 
on n'a plus seulement l'indication précise de gildes locales comme la 
Charité de Yalenciennes (avant 1070), mais les statuts très intéressants 
de la gilde marchande de Saint-Omer (1021). 

Toutes ces gildes exerçaient une sérieuse influence sur la production 
et la répartition des richesses. Plusieurs avaient une grande importance : 
les deux gildes de Bergen comptaient 3,000 adhérents; la gilde d'York, 
appelée Corpus Christi, n'avait pas moins de 14,850 affiliés. 

M, Drioux étudie tour à tour la constitution de ces gildes, leurs con- 
ditions d'admission, Tassistance mutuelle que les memjjres d'une même 
association se donnaient l'un à l'autre, leurs banquets et leurs réunions. 



380 

Banquets et réunions passablement animés, si l'on s'en rapporte à cer- 
taines règles de bienséance inscrites dans les statuts des gildes : « Ne 

« pas chasser violemment un confrère de sa place et la lui prendre 

« — Ne pas être assez ivre pour rouler à terre... tant qu'on n'est pas 
« rentré chez soi, » etc. (V. p. 152.) 

Recherchant ensuite le rôle économique et social que la gilde a pu 
remplir dans la société au moyen âge, M. Drioux montre comment la 
gilde créa, à côté des associations des marchands et peut-être un peu 
postérieurement, les corps de métiers et les associations d'artisans, fai- 
sant ainsi pour l'industrie ce qu'elle avait fait pour le commerce. En 
étudiant le développement des gildes nationales ou hanses et l'origine 
des gildes d'artisans, il s'arrête, un instant, sur les caractères qui dis- 
tinguent les corporations des confréries, disant ^ avec raison, suivant 
nous, que, si le point de vue religieux apparaît dans toutes les corpora- 
tions, il n'y est, en général, qu'accessoire (v. p. 390, note 1). 

L'auteur termine enfin en cherchant à établir que, si les gildes ont 
contribué à la formation des villes, elles n'ont pas, en somme, exercé 
d'influence en ce qui concerne l'émancipation communale. 

Au résumé, l'étude de M. Drioux fait bien augurer des futurs ouvrages 
du jeune écrivain. Elle trahit çà et là de longues recherches bien diri- 
gées et bien comprises. Elle dénote une parfaite mesure dans les appré- 
ciations et les jugements, et porte généralement la marque d'un esprit 
judicieux et sagace. Nous félicitons volontiers l'auteur de cet heureux 
début. 

P. BONNASSIEUX. 

Le Carnet d'un franc-tireur. Novembre ^<S70-mars ^87^. Agen, ^884. 

In-S", 40 p. 

L'auteur de cette brochure s'est modestement caché sous le voile de 
l'anonyme; mais nous ne croyons pas commettre une indiscrétion en 
le faisant connaître aux lecteurs de la Bibliothèque de l'École des 
chartes. C'est M. G. Tholin, archiviste du département de Lot-et- 
Garonne, qui a raconté très simplement les souvenirs de la campagne 
à laquelle il a pris part dans le corps des francs-tireurs vendéens. Sans 
avoir le moins du monde la prétention d'écrire une page d'histoire 
stratégique, notre confrère s'est proposé de faire connaître les senti- 
ments qui animaient nos soldats improvisés et le genre de vie auquel 
ils ont été assujettis pendant le terrible hiver de 1870-1871. La sincérité 
et le patriotisme dont sont empreintes toutes les pages de l'opuscule de 
M. Tholin en rendent la lecture fort intéressante. 

1. Nous citons ici cette opinion, bien qu'elle ne figure que beaucoup plus 
loin, dans le livre de M. Drioux, à la page qu'il consacre à l'œuvre des cercles 
catholiques d'ouvriers. 



384 

Le Tiers Etai^ d'après la charte de Beaumont et ses filiales^ par 
Edouard BoNVALOT. Paris, 1884. In-8°, xxv-357 pages, appendice 
de 88 pages. 

La charte accordée en 1182 par Guillaume de Champagne, arche- 
vêque de Reims, à la ville neuve de Beaumont-en-Argonne, et connue 
sous le nom de loi de Beaumont, doit sa célébrité à l'immense diffusion 
qu'elle a eue, au moyen âge et jusque vers les temps modernes, dans le 
nord-est de la France et en Belgique. Elle a servi de modèle à la plu- 
part des chartes de coutumes ou d'affranchissement octroyées aux vil- 
lages des comtés de Luxembourg, de Bar, de Ghiny, de Réthel, du 
duché de Lorraine; elle a pénétré jusqu'en Champagne. Bien que cette 
loi eût depuis longtemps attiré l'attention des historiens, il était néces- 
saire d'en faire une étude plus approfondie et de soumettre à l'analyse 
et à la comparaison toutes les chartes qui en sont dérivées. M. Bonvalot 
est le premier qui ait tenté ce travail d'ensemble. Il parait toutefois 
oublier que des études partielles lui avaient ouvert la voie, et ne pas 
rendre un hommage suffisant à ses devanciers. Il n'est pas hors de pro- 
pos de rappeler ici les plus remarquables d'entre ces travaux. 

Dom Calmet signalait l'importance de la loi de Beaumont dès 1728'. 
Un article lui est consacré dans le Répertoire de jurisprudence de Guyot '^. 
De nos jours, l'abbé Defourny l'a étudiée en un volume spécial 3. Mais, 
avant lui, Jeantin avait, dans ses divers ouvrages'', indiqué, publié ou 
analysé un grand nombre de filiales de la loi de Beaumont. M. d'Arbois 
de Jubainville a écrit un chapitre sur sa propagation en Champagne ». 
M. Leclercq a dressé une liste des localités du Luxembourg et du comté 
de Ghiny affranchies à la loi de Beaumont, liste qui ne comprend pas 
moins de soixante-seize villages ; il y a ajouté un supplément^. En 1878, 
M. Kurth étudiait la charte d'affranchissement de Saint-Léger, imitée de 



1. Histoire de Lorraine, t. II, col. 314. 

2. T. XI, p. 18-19. 

3. Defourny, Beaumont-en-Argonne et la loi de Beaumont, ou Histoire 
d'une commune et d'une ce itume depuis le Xll siècle jusqu'à la Révolution 
de 1789. Reims, 1863, in-8". 

4. Jeantin, les Clironiqucs de l'Ardenns et de Woépvres... pour servir à 
l'histoire de l'ancien comte de Cliinij. Nancy, 1851-185-2, 2 vol. in-8". — Les 
Marches de VArdenne et des Woépvres. Nancy, 1854, 2 vol. in-8°. — Manuel 
de la Meuse. Nancy, 1801-1863, 3 vol. in-8°. 

5. Histoire des comtes de Champagne, l. IV, 2" partie, p. 715. Voyez au t. II, 
p. cxxxvi, un document intitulé : « Sequuntur loca quae comités Campaniae 
palatini subdiderunt archae seu legi Campaniae vuigo de Belmoat. » 

6. Leclercq, Coutumes des pays, duché de Luxembourg et comté de Chiny. 
Bruxelles, 1867, in-4°, t. I, p. 24. — Supplément aux Coutumes des pays, 
duclié de Luxembourg et comté de Chiny. Bruxelles, 1878, in-4°, p. 1. 



382 

celle de Beaumont^. Et tout récemment le môme professeur publiait 
une excellente brochure sur le renouvellement annuel des échevinats 
dans les localités de Belgique qui suivaient la loi de Beaumont^. Autant 
d'études que M. Bonvalot a connues, mais qu'il n'a point cru devoir 
tout d'abord rappeler au lecteur, bien qu'il ait fait précéder son livre 
d'une sorte de bibliographie. Il lui suffit d'énumérer (p. vii-ix) les auteurs 
qui ont négligé de parler de la loi de Beaumont. Encore ne se pique-t-il 
guère d'exactitude dans cette bibliographie négative. Il regrette de ne 
rien trouver « dans les historiens du régime municipal, dans Leber, 
dans Raynouard » ; il omet le plus illustre d'entre eux, Augustin Thierry, 
qui a tout au moins marqué la diffusion extraordinaire de la loi de Beau- 
mont-^. Il reproche à M. d'Arbois de Jubainville de s'être borné à ana- 
lyser les dispositions de cette charte : un historien du comté de Cham- 
pagne n'avait pas à en faire une étude plus détaillée ; il lui convenait 
seulement de signaler son influence, d'ailleurs assez restreinte, sur les 
coutumes de Champagne. 

Le plan suivi par M. Bonvalot n'est pas à l'abri de toute critique. 
Son ouvrage s'ouvre par une description géographique et un tableau de 
l'état social et économique de la Gaule-Belgique au xii^ siècle. Après 
quoi il entre en plein cœur du sujet en publiant un texte (p. 98) de la 
loi de Beaumont, qu'il eût été préférable de reporter en tête des pièces 
justificatives. Il résume en quelques pages les traits essentiels et carac- 
téristiques de la charte de 1182. Au chapitre m; il retrace la rapide et 
surprenante extension de la loi de Beaumont. Il introduit dans ce cha- 
pitre un catalogue des coutumes qui en sont dérivées. Les chapitres iv 
à vni sont consacrés à l'étude simultanée des dispositions de la charte- 
mère et des filiales. Cette méthode admise, l'ordre adopté par M. Bon- 
valot pour la classification des matières n'est pas satisfaisant. En effet, 
l'étude sur l'état des personnes et de la propriété (ch. v) est séparée de 
celle sur les redevances et services (ch. vu) par le chapitre vi consacré 
à l'administration et la justice. Ces redevances frappant soit les per- 
sonnes, soit les biens, le chapitre vn aurait dû prendre la place du cha- 
pitre VI. Si M. Bonvalot s'est décidé pour un autre ordre, c'est, croyons- 
nous, qu'il voit dans les redevances retenues par le seigneur une 
compensation pour lui des privilèges qu'il avait accordés à ses hommes, 
à savoir : « la liberté, la propriété, le self-gouvernement. » D'ailleurs, 

1. Comptes rendus des séances de la commission royale d'histoire, 4° série, 
l. V, p. 27-40. Bruxelles, 1878, iii-8°. 

2. Kurlh, la Loi de Beaumont en Belgique. Étude sur le renouvellement 
annuel des justices locales. Bruxelles, 1881, in-8", extr. du t. XXXI des Mémoires 
couronnés publ. par l'Acad. royale de Belgique. 

3. Tableau de la France municipale, à la suite de l'Essai sur l'histoire du 
tiers état, in-12, 1866, p. 295. 



383 

l'examen simultané de la charte de Beaumont et de toutes ses liliales 
n'est pas sans avoir entraîné une grande confusion. Ces filiales, encore 
qu'elles aient un lien commun, n'en sont pas moins très différentes les 
unes des autres. Les modifications qu'a reçues la loi primitive dans les 
diverses seigneuries où elle a pénétré sont nombreuses. Les concessions 
sont en outre d'époques très diverses. Il eût donc mieux valu, après avoir 
soumis à une analyse détaillée la charte de Beaumont, l'avoir suivie 
elle-même à travers les âges, répartir les hliales en divers groupes et 
montrer en quoi elles différaient du texte d'où elles sont sorties. Mais 
M. Bonvalot n'a qu'un médiocre souci de la claronologie. Le défaut de 
sa méthode est particulièrement sensible dans le chapitre vni qui traite 
de la procédure. Il a eu le tort de chercher à fondre en un seul tout des 
cléments d'époques diverses. 

M. Bonvalot ne cite que rarement ses sources. Il se contente de ren- 
voyer aux chartes où l'on peut trouver la justification de ce qu'il avance, 
et cela en donnant le nom des villages qui les ont obtenues ; mais, si 
nous exceptons celles qui ont été publiées dans l'appendice, les autres 
se trouvent disséminées dans nombre d'ouvrages que le lecteur n'est pas 
tenu d'avoir sous la main. C'est rendre les vérifications très longues et 
très pénibles. D'autant plus que le livre ne renferme pas de table alpha- 
bétique des filiales, et qu'il est difficile de les retrouver dans les tableaux 
qu'en a dressés l'auteur. Certes, la citation de tous les textes n'eût fait 
qu'encombrer un livre déjà très volumineux, mais il suffisait de trans- 
crire les textes caractéristiques. Les titres des ouvrages auxquels M. Bon- 
valot se réfère ne sont pas indiqués avec un soin suffisant. De telle sorte 
que le lecteur se trouve dans l'impossibilité presque complète de vérilier 
les assertions de l'auteur. 

Il importait tout d'abord de nous introduire dans le milieu où va se 
développer la loi de Beaumont. Mais, au lieu de s'en tenir à une des- 
cription exacte de l'état des terres et des personnes, et spécialement de 
la condition faite aux agriculteurs par la société du xu" siècle dans le 
nord-est de la France et en Luxembourg, M. Bonvalot a entrepris une 
revue générale de toutes les institutions dites féodales (ch. !'='■), dépas- 
sant les limites territoriales de son sujet, remontant jusqu'à la période 
carolingienne, voire même germanique, descendant parfois jusqu'au 
xm^ siècle, invoquant des autorités de toutes provenances et de toutes 
époques. A peine çà et là rencontre-t-on quelques renseignements sur 
la région et l'époque sur lesquelles il convenait que l'auteur concentrât 
ses efforts. Le champ était assez vaste pour qu'on ne fût pas tenté de 
l'agrandir au détriment de l'exactitude et de la précision. 

Bien que l'auteur reconnaisse (p. 278) que les seigneurs ont été déter- 
minés par des raisons économiques à octroyer la loi de Beaumont à 
leurs sujets, il nous semble faire une place trop grande à leur géné- 
rosité, et particulièrement il prête à Guillaume de Champagne des 



384 

vues libérales et des théories de gouvernement étrangères aux idées et 
aux préoccupations de son temps : « La liberté est à ses yeux le seul 
moyen de ruiner les institutions féodales, d'assurer la prépotence royale 
sur les grands vassaux, de créer au trône un solide appui dans les nou- 
velles communautés affranchies » (p. 91). Il voit la preuve de l'influence 
de Guillaume sur l'esprit du roi dans ce fait que Philippe-Auguste « a 
mis son nom au bas de soixante-dix-huit ordonnances créant des com- 
munes, tandis que Louis le Gros n'en avait signé que neuf et Louis le 
Jeune vingt-cinq » (p. 91, note). Si M. Bonvalot veut bien parcourir le 
Catalogue des actes de Philippe-Auguste, il verra que ces concessions de 
chartes communales ne sont pour la plupart que des confirmations d'actes 
antérieurs émanés de Louis VI ou de LouisVII ; il semble même que Phi- 
lippe-Auguste ait été porté à restreindre les droits des communes et sur- 
tout leur juridiction. Au reste, Guillaume de Champagne n'a pas même 
eu dans les domaines de Reims l'initiative des mesures prises en faveur 
dos classes agricoles. En 1181, avant l'octroi de la charte deBeaumont, le 
chapitre de Notre-Dame de Reims avait affranchi ses hommes de Frail- 
licourt^. Et, s'il est vrai qu'en 1182 Guillaume rétablit les échevins de 
Reims, on ne doit pas en conclure qu'il était favorable à la commune, 
ni oublier en quels termes il parlait de l'audace des Rémois, qui, pro- 
fitant d'une vacance du siège archiépiscopal, avaient établi une com- 
mune au détriment de l'église de Reims. Grâce à Dieu, cette funeste 
institution avait été abolie. Et Guillaume, en 1198, s'engageait envers 
son chapitre à s'opposer à toute tentative nouvelle d'association com- 
munale entre les bourgeois 2. En établissant une ville neuve à Beau- 
mont, et en limitant le plus possible les droits qu'il se réservait sur les 
habitants , l'archevêque n'avait d'autre mobile que son intérêt bien 
entendu : il peuplait une terre, sans doute peu cultivée, provoquait et 
assurait par de sages mesures le développement rapide du nouveau 
bourg, et finalement augmentait ses revenus et ceux de ses succes- 
seurs. Le but des seigneurs qui ont suivi son exemple n'a pas été autre. 
M. Bonvalot, à la suite de Jeantin et de Defourny, distingue (p. 254) 
de la charte de 1182, et surtout des traductions françaises qui en ont 
été faites, la compilation française dite Loy de Beaumont ou Arche, 
« édifiée lentement à travers les siècles par des besoins et des intérêts 
nouveaux... recueil de pratiques et de décisions judiciaires, qui, mêlées 
à la charte, maintiennent son texte primitif en certains points, le 
modifient ou l'abrogent en d'autres, mais qui surtout l'enrichissent 
d'additions importantes. « C'est là caractériser en d'excellents termes le 
texte que M. Bonvalot publie sous le numéro 3 de son appendice. Mais 
le nom de loi ne saurait être exclusivement réservé à cette compilation 

1. Archives administratives de la ville de Reims, t. I, p. 385. 

2. Archives administratives, t. I, p. 434, n" cccxin. 



385 

formée au cours des siècles, et dont la dernière rédaction est du 
xYii^ siècle'. La charte de 1182 était appelée loi dès le xiii» siècle^. 
M. Bonvalot ajoute : « Il est donc arrivé à la charte de Beaumont ce 
qui est arrivé à la charte de Lorris. Celle-ci , composée de 35 articles, 
est devenue, dès 1494, un véritable code en 23 chapitres et 236 articles » 
(p. 257). Ce rapprochement est inexact. Il n'y a de commun que le nom 
entre la charte de Lorris de 1155 et la coutume de Lorris-Montargis 
rédigée au xv" siècle. Au contraire, la compilation désignée par 
M. Bonvalot sous le nom de loi de Beaumont n'est que le développe- 
ment de la charte de Guillaume de Champagne. 

Celle-ci, suivant M. Bonvalot, assurait aux bourgeois la liberté, la 
propriété, le droit d'élire leurs magistrats. 

« Les gens de Beaumont étaient, comme les autres habitants des 
campagnes, dans la dépendance de leur seigneur et soumis à la for- 
fuyance, au formariage, à la main-morte, aux tailles et aux corvées. 
Quoique la suppression de ces servitudes n'ait pas été prononcée expres- 
sément, elle eut lieu » (p. 120). Rien ne prouve que les habitants de 
Beaumont (et ils devaient être peu nombreux avant la fondation de la 
ville neuve) aient été soumis aux droits énumérés par M. Bonvalot. Il 
s'en fallait de beaucoup que les habitants des campagnes fussent tous 
ainsi réduits à un servage aussi rigoureux. Et, puisque l'archevêque de 
Reims ne renonce ni au droit de suite, ni au formariage, ni à la main- 
morte, ni au droit d'imposer des tailles et des corvées, l'historien n'a 
qu'à confesser son ignorance sur la condition des habitants de Beau- 
mont antérieurement à 1182. 

En second lieu , l'archevêque « abandonne en toute propriété » aux 
bourgeois sa « terre seigneuriale, les champs, les prés, les jardins, les 
maisons » (p. 121). Il est bien vrai que la distribution des lots de terre 
incombe dans les villes neuves aux magistrats de la communauté. Ce 
qui ne prouve pas que le territoire appartienne à cette communauté. 
Les échevins agissent alors comme mandataires du seigneur. Car, 
bien qu'élus par les habitants, ils n'en restent pas moins, dans 
une certaine mesure, les représentants de l'autorité seigneuriale, par 
exemple lorsqu'ils perçoivent les revenus de la ville et remettent au 
seigneur la part qui lui appartient. Le bourgeois n'a pas davantage la 
pleine propriété de sa maison et de ses terres; ce n'est qu'une tcnure, 

1. La rédaction publiée par M. Bonvalot contient une attestation de justice 
du maire et des échevins de Mussy, en date du G juillet 1605. 

2. En 1223, Louis, comte de Cliiny, concède à la ville neuve d'Aviotli la loi 
de Beaumont, « legem Belliraonlis ». (Jcantin, Chroniques de l'Ardenne, t. II, 
p. 601.) — En 1237, l'archevêque de Reims affranchit Lélanne à la loi de Beau- 
mont: «Nos villam nostram quae dicilur Stanna... intègre franchimus ad legem 
Bellimontis. » (Defourny, Beaumont en Argonne, p. 248, P. Just., n" v.) 



386 

car il faut sans doute voir, dans les douze deniers payés annuellement 
au seigneur par tout bourgeois qui a reçu une maison dans la ville de 
Beaumont, ou un jardin hors l'enceinte (art. i^""), un véritable cens, qui 
affirme le droit éminent du seigneur sur l'héritage du tenancier. Celui- 
ci peut transmettre sa possession ou l'aliéner. Mais, en 1181, le chapitre 
de Reims, affranchissant ses hommes de Fraillicourt, leur assure la 
libre disposition de leurs immeubles, possessiones ^ . Cependant, la pro- 
priété, proprietas et dominium, reste à l'église de Reims, comme en 
témoigne un acte de 1182^. 

Je ne crois pas davantage, en dépit de l'arrêt du conseil de 1769 fp. 348), 
que Guillaume de Champagne, en concédant à la communauté de Beau- 
mont le liberuin usum. nemoris (art. viii), ait entendu lui donner la 
pleine propriété de ses bois. L'expression liber usus indique simplement 
que les bourgeois n'auront, en retour de l'usage, aucune redevance à 
payer au seigneur. 

M. Bonvalot caractérise en quelques lignes (p. 122) la nature des pou- 
voirs du maire et des jurés de Beaumont, tout à la fois juges et admi- 
nistrateurs. On n'aime guère à trouver l'expression toute moderne de 
suffrage universel appliqué au mode d'élection de ces magistrats. D'au- 
tant plus que, comme le démontre M. Bonvalot dans le chapitre vi, un 
des meilleurs du livre, rien n'est si différent du suffrage universel que 
la procédure suivie pour les élections des échevins dans les villes affran- 
chies à la loi de Beaumont. 

Enfin l'interprétation donnée à l'art. Lvn de la charte de 1182 mérite 
d'être examinée : « Archiepiscopus dabit procurationem majori et juratis 
pro placito generali, ter in anno, singulis vicibus quinque solides. » 
« Les maires et jurats tiennent par procuration du seigneur trois fois 
l'an plaid général au civil et au criminel, sur tous procès, d'après la 
procédure et le droit édictés par la charte » (p. 123 ; voyez encore p. 391). 
Je ne sais si l'on pourrait rencontrer au xn^ siècle le nom de procuratio 
employé comme synonyme de mandat. De plus, l'explication de M. Bon- 
valot ne rend pas compte des mots quinque solides. Il faut donner au 
mot procuratio son sens ordinaire : droit de gîte ; il est ici converti en 
une somme d'argent. C'est une procuration de cinq sous qu'on donne 
aux maire et jurés. Si nous rapprochons l'article lvii de l'article pré- 
cédent, qui règle le service d'host et chevauchée, nous n'hésiterons plus 
à penser qu'il s'agit du service de plait auquel la communauté de Beau- 

1. « ut omnes qui in praefata villa per annura et diem habueritis et cor- 
poraliter fixeritis mansionem... perpetuam habeatis libertatem, possessionum 
quoque vestrarum, quas hue usque juste babuistis, vel in futurum acquisituri 
estis, tam vobis quam beredibus vestris pacificam firmitatem. » Archives admi- 
nistratives de la ville de Reims, t. I, p. 385. 

2. Aixhives administratives, t. I, p. 387, n' 259. 



387 

mont, représentée par ses jurés, était tenue envers son seigneur, et 
nous traduirons : « L'archevêque donnera au maire et aux jurés, quand 
ils viendront au plait général qui se tient trois fois l'an, une procura- 
tion de cinq sous à chaque plait. » 

L'auteur nous fait assister, au chapitre ni, à la rapide propagation de 
la loi de Beaumont. A ses yeux, toutes les villes qui l'ont obtenue sont 
des villes neuves; car le mot ville neuve « répond à une idée autre (jue 
celle d'une édification. Ce terme marque une phase nouvelle dans la 
vie d'une localité déjà existante, une révolution juridique dans l'état 
de son sol et de ses habitants » (p. 260). Il est fort douteux qu'on 
puisse étendre ainsi la dénomination de villes neuves à toutes les villes 
franches; les documents les distinguent fort bien. Grâce à de longues 
recherches, M. Bonvalot n'a pas signalé moins de 508 locahtés affran- 
chies à la loi de Beaumont. Pour 342 d'entre elles, il a retrouvé la 
charte primitive ou une confirmation; il en a dressé la liste dans son 
tableau n» 1 ; pour les autres, l'affranchissement ne nous est connu que 
par des actes authentiques, tels qu'aveux et dénombrements, arrêts, 
records de justice, etc.; un second tableau en présente le catalogue. Le 
tableau n° 3 contient les noms des villages que certains auteurs affirment 
avoir été régis par la même loi, sans apporter de preuves suffisantes à 
l'appui de leurs assertions. Un quatrième tableau donne la suite chro- 
nologique des affranchissements. Je ne saurais citer qu'une charte qui 
ait échappé aux investigations de l'auteur, celle de Villeneuve-le-Gomte, 
émanée en 1203 de Gaucher de Chàtillon , bouteiller de Champagne, et 
d'Elisabeth sa femme, comtesse de Saint-Pol^ Si complets que soient 
les tableaux dressés par M. Bonvalot, ils ne fournissent pas tous les 
renseignements qu'on devrait y trouver. Dans le tableau n» 1, le plus 
important, les chartes sont réparties par seigneuries, et, dans chaque 
seigneurie, suivant l'ordre chronologique. Pareille liste comportait l'ad- 
dition d'une table alphabétique qui permît de s'assurer si tel ou tel 
village avait eu la loi de Beaumont, et sous quel numéro est indiqué sa 
charte. Les noms de lieux sont identifiés; mais on n'a pas distingué 
l'orthographe actuelle de l'ancienne. Les dates ne sont pas ramenées au 
calendrier actuel. Au lieu de mettre (p. 156, n^ 3) : 1243, joxir des 
cendres en février, il n'eût guère plus coûté de transformer cette donnée 
chronologique en une autre plus précise : 1244, 25 février. Il eût aussi 
fallu donner de chacune des chartes citées une courte analyse, et ne 
pas se contenter d'indiquer le nom du seigneur qui l'a concédée. Enfin, 
les renvois aux dépôts d'archives ou aux ouvrages manquent de pré- 
cision. 
Ces nombreuses filiales de la charte de Beaumont ont puissamment 

l. Vidimus aux archives de Seiae-et-Marne, E 195G {Inventaire-sommaire, 
supplément à la série E, p. 1Z7). 



3SS 

contribué au relèvement de l'agriculture, de l'industrie et du commerce 
dans la région du Nord-Est. Elles ont aussi en partie déterminé l'avène- 
ment des communautés rurales à la vie politique. M. Bonvalot a très 
bien montré (ch. ix, p. 513 et suiv.) comment les seigneurs, ne pouvant 
plus faire face à leurs dépenses avec leurs seuls revenus ordinaires, ont 
dû avoir recours à des impositions extraordinaires, et comment, s'étant 
privés du droit de lever ces impositions dans la plupart des villes 
affranchies à la loi de Beaumont, ils ont dû convoquer les bourgeois 
aux états provinciaux, pour solliciter d'eux des dons gracieux et des 
aides. 

Avec le xv^ siècle s'arrête l'expansion de la loi de Beaumont. Au siècle 
suivant, les seigneurs entament la lutte contre les libertés locales (ch. x). 
Les attaques les plus vives sont dirigées par les officiers seigneuriaux 
contre les échevinages, auxquels on retire successivement toutes leurs 
attributions. Le privilège dont les bourgeois se montrent le plus jaloux 
et qu'ils défendent avec le plus d'opiniâtreté, c'est le renouvellement 
annuel des corps municipaux. Toutefois Beaumont ne perd ce privilège 
qu'en 1778. Le chapitre où M. Bonvalot retrace la décadence de la loi 
de Beaumont est parmi les plus intéressants du livre. 

Le texte qui est donné de la loi de Beaumont (p. 98), s'il marque un 
progrès sur celui qu'avaient publié d'abord M. d'Arbois de Jubainville^, 
puis M. Teulet2 d'après une copie du Trésor des chartes, n'est pas 
meilleur que celui qu'avait donné M. Leclercq ^. Au reste M. Bon- 
valot, comme M. Leclercq, a pris pour base de l'établissement du texte 
un vidimus délivré le 7 avril 1788 par le greffier de la Chambre des 
comptes de Bar ; il l'a corrigé, dit-il, à l'aide de la copie du Trésor des 
chartes et des plus anciennes filiales. On ne s'explique pas alors pour- 
quoi à l'article xxxv il n'a pas substitué à Buerna la bonne leçon 
Brueriis fournie par la copie du Trésor des chartes. A la suite du texte 
latin vient une traduction française inédite (p. 110), tirée des papiers 
de Dom Calmet. Il eût été préférable de l'imprimer en regard du texte 
latin. M. Bonvalot a divisé la charte de 1182 en 57 articles; la traduc- 
tion en a 58. Cette différence provient, non pas d'une addition, mais 
de la division en deux de l'article Lvn, division très justifiée d'ailleurs, 
et qu'on aurait pu adopter pour le texte latin. 

M. Bonvalot a publié en appendice soixante documents inédits, qui se 
répartissent de la manière suivante : la charte donnée à Ormes par Guil- 
laume de Champagne en 1189 (traduction) ; la charte de Parroy (1199?); 
la Loi ou Arche de Beaumont; cinquante filiales de Beaumont, rangées 
dans l'ordre du tableau n» 1 ; cinq procès-verbaux d'élections, et deux 

1. Bibliothèque de l'École des chartes, 1851, 3^ série, t. II, p. 249. 

2. Teulel, Layettes du Trésor des chartes, iv 314, t. I, p. 134. 

3. Op. cit. 



389 

règlements pour le renouvellement de la justice, à Virton et à Stenay. 
Je ne saurais porter de jugement sur rétablissement des textes, n'ayant 
pu consulter les originaux conservés pour la plupart dans les dépôts 
d'archives et les bibliothèques des départements. Je ferai seulement 
remarquer que M. Bonvalot a négligé de diviser en articles les chartes 
de coutumes et de les faire précéder d'une courte analyse. La ponctua- 
tion est très défectueuse. La finesse des caractères employés pour l'im- 
pression vient encore augmenter la difficulté de la lecture. 

Ce rapide examen suffit à montrer l'étendue des recherches de M. Bon- 
valot. Tous ceux qu'intéresse l'histoire des classes agricoles et du tiers 
état trouveront profit à l'étude de cet ouvrage. Cependant, on ne doit 
s'en servir qu'avec précaution. En effet, en négligeant de citer les textes 
sur lesquels il s'appuie, M. Bonvalot met le lecteur dans l'impossi- 
bilité de contrôler facilement ses assertions. De plus, l'examen simul- 
tané de chartes d'époques et de provinces diverses nuit à la clarté de 
l'exposition; outre que le style est trop peu précis et que l'auteur se 
complaît dans les digressions. M. Bonvalot a recueilli une ample 
moisson de documents : après lui, il n'y a plus qu'à glaner. Il est 
regrettable qu'il n'ait pas apporté dans la mise en œuvre de matériaux 
amassés avec tant de patience une méthode plus scientifique et une 

critique plus rigoureuse. 

Maurice Prou. 



LIVRES NOUVEAUX. 



SOMMAIRE DES MATIÈRES. 

Sciences auxiliaires. ^^ Épigraphie, 317. — Paléographie, 245. — 
Chronologie, 331. — Bibliographie, 244, 293, 351 ; manuscrits, 255, 
274, 290, 330, 342, 352. 

Sources, 311. — Chroniques, 271, 295. — Lettres, 320, 373. — Archives, 
381 ; cartulaires et documents, 243, 256, 268, 270, 272, 276, 308, 312, 
336, 355; obituaire, 3.44. 

Biographie et généalogie. — Saint Antoine de Padoue, 319; Balue, 
273; Bataille, 298; Baudoin de Mauville, 371 ; Beaurepaire, 292; Bec- 
quet de Mégille, 370; saint Bernard, 378; Charles V, 342; Crépy, 257; 
saint Eutrope, 327 ; Fortunat, 266; Gréard, 249; Henri IV, 373; Hinc- 
mar. 364; saint Léonard, 303; Ligniville, 293; Maugue, 247; Norman, 

26 



390 

340 ; Remerville, 353 ; Sforza, 243 ; Taveau, 268 ; Varmo, 377 ; Wagnon- 
ville, 371 . 

Droit, 249, 260, 284, 338, 345, 367, 372, 382. 

Institutions: agricoles, 301; charitables, 248, 297; judiciaires, 273, 343; 
municipales, 265, 300, 368; de police, 244; représentatives, 326; univer- 
sitaires, 277, 386. 

MCEURS ET CIVILISATION, 264, 334. 

Religions. — Bible, 258. — Catholicisme : papauté, 336; diocèses, 
344, 380; églises locales, 259, 344; ordres, 315; monastères, 237, 251, 
267, 369 ; corporations religieuses, 288, 297, 324. — Gatharisme, 335. 

— Protestantisme, 308, 353. 

Archéologie, 281, 291, 317. — Architecture, 325 : édifices civils et 
militaires, 253, 263, 283, 286, 299, 316, 329; édifices religieux, 246, 251, 
254, 256,267,302,309,318,3.32, 341,346, 369, 384. — Sculpture, 310. — 
Peinture, 332. — Gravure, 385. — Tissus, 289, 298. — Blason, 288. — 
Sphragistique, 336. — Numismatique, 280, 294, 336, 350, 358. — 
Musique, 354. 

Langues et littératures. — Latin, 266, 305, 306, 315, 319, 378, 387. 

— Langues romanes, 304, 374 : français, 258, 282, 287, 314, 328, 337, 
348, 351, 354, 362, 375; italien, 242; provençal, 270. — Langues cel- 
tiques, 374. — Langues germaniques, 348, 352, 360. 

SOMMAIRE GÉOGRAPHIQUE. 

Allemagne, 349. — Alsace-Lorraine, 247, 350. — Prusse, 302, 307, 
355. — Saxe, 322. 

Belgique, 320, 342, 344. 

Espagne, 239, 272. 

France, 244, 311, 320. —Bretagne, 333; Franche-Comté, 288; Gas- 
cogne, 365; Guyenne, 356; Lorraine, 358; Normandie, 249; Savoie, 
338. _ Aisne, 341; Hautes-Alpes, 359; Bouches- du-Rhône, 310; Cha- 
rente-Inférieure, 312, 327; Cher, 256; Côte-d'Or, 361 ; Doubs, 289-291, 
369; Eure, 253; Gard, 270, 324; Hérault, 327; Ille-et- Vilaine, 346 
Indre-et-Loire, 342; Landes, 386; Loiret, 342, 384; Lot-et-Garonne 
316, 353, 373; Marne, 267, 309, 332, 364; Meurthe-et-Moselle, 262, 
Meuse, 366; Nièvre, 296; Nord, 259, 265, 299, 321, 345, 371; Oise 
275, 344 ; Pas-de-Calais, 264, 323, 325, 342 ; Puy-de-Dôme, 247 ; Hautes 
Pyrénées, 308 ; Pyrénées-Orientales, 382 ; Rhône, 255, 300, 362, 368 
Saône-et-Loire, 248,274, 379; Seine, 273, 274, 277,298,372; Seine-et- 
Marne, 250; Seine-et-Oise, 280, 318, 383; Seine-Inférieure, 261, 303, 
326, 347, 363; Deux-Sèvres, 254; Somme, 281, 343, 363; Tarn-et- 



39^ 

Garonne, 286; Var, 251 ; Vaucluse, 263, 269, 283, 329; Vendée, 357; 
Vienne, 317; Haute- Vienne, 279, 297; Vosges, 276; Yonne, 268. 

Grande-Bretagne, 241. — Ecosse, 360. 

Italie, 260, 381, 385. — Lombardie, 237, 243, 252, 271, 294, 367; 
Marches, 240 ; Piémont, 278, 295 ; provinces napolitaines, 285 ; Rome, 
336; Toscane, 246, 330 ; Vénétie, 319, 377. — Sicile, 272. 

Suisse, 376, 380. 

Orient, 238, 239. 

236. Additions à VHistoire de Saint-Trivier-en-Dombes, par unDombo- 
mane. Lyon, imprimerie générale, 1884. In-8°, 62 p. 

237. Agnelli (Giovanni). Monografia délia abbazia cisterciense di Cer- 
reto. Lodi, tip. délia Paco, 1883. 

238. 'Al 'Umari. Condizioni degli stati cristiani dell' Occidente, secon- 
de una relazione di Domenichino Doria da Genova. Testo arabo, con 
versione italiana e note di M. Amari. Extrait des Memorie delV Accade- 
mia dei Lincei, classe des sciences morales, 3' série, vol. XI. Roma, tip. 
Salviucci, 1883. 

239. 'Al 'Umari. Trattato stipulato da Giacomo II d'Aragona col sul- 
tano d'Egitto il 29 gennaio 1293. Memoria di M. Amari. Extrait des 
Memorie deW Accademia dei Lincei, classe des sciences morales, 3" série, 
vol. XL Roma, tip. Salviucci, 1883. 

240. Anchise (E. d'). Una Planta di Ancona dei secolo xvi. Pernozze 
Mariotti-Baldassari. Ancona, Morelli. In-S», 118 p. 

241. Ancient and modem Britons. A retrospect. London, Kegan Paul, 
1884. 2 vol. in-8", vni-401, yiii-449 p. 1 1. 4 s. 

242. Ancona (Alessandro d'). Studii sulla letteratura italiana de' primi 
secoli. Ancona, A. Gustavo Morelli. In-16, 462 p. 5 1. 

243. Ancona (Amilcare). Documenti sforzeschi provenienti dalla rac- 
colta Morbio, venduti a Parigi ed otforti alla Società storica lonibarda. 
Milano, tip. Reslieri. In-16. 

244. Andrieu (Jules). La Censure et la Police des livres en France 
sous l'ancien régime. Une saisie de livres à Agen en 1775. Agen, 
J. Michel et Médau, 1884. In-S", 47 p. 

245. Andrioli (Eliodoro). Raccolta compléta di scritture moderne e 
medioevali, dal secolo xv al xix. Milano, tip. G. Agnelli di A. Colombo 
e I. Lozza. Planches lithographiées. 15 1. 

246. Arus (Arturo). Una Visita alla cattcdrale di Massa Marittima. 
Genno storico dimostrativo. Massa Marittima, tip. frat. Minucci. In-16, 
46 p., 50 c. 



392 

247. AuRELLE (le vicomte Théophile d'). Notice biographique sur 
Benoist Maugue, écuyer, seigneur de la ville et vicomte d'Ennezat, 
docteur en médecine, conseiller-secrétaire du roi près le conseil supé- 
rieur d'Alsace, inspecteur général des hôpitaux royaux de cette pro- 
vince, chevalier de l'ordre de Saint-Michel (1657-1749). Clermont-Fer- 
rand, impr. Malleval, 1884. In-8% 33 p. 

248. Batault (Henri). Notice historique sur les hôpitaux de Chalon- 
sur-Saône avant 1789. Avec deux eaux-fortes de M. Jules Ghevrier. 
Chalon-sur-Saône, typ. L. Marceau, 1884. In-8°, xxviii-477 p. 

249. Beaurepaire (Gh. de). Notice sur Gréard, ancien avocat au par- 
lement de Normandie, à propos d'un manuscrit de droit normand. 
Rouen, impr. Espérance Gagniard, 1884. In-8'', 28 p. 

250. Benoist(L.). Notice historique et statistique sur Mary-sur-Marne, 
Meaux, A. Le Blondel, 1884. In-8% 27 p. 

251. Bérard (l'abbé F.). Étude historique et archéologique sur l'ab- 
baye du Thoronet (^^ar). Avignon, Seguin, 1884. In-8°, 39 p., pi. 

252. BERGAMAScm (Domenico). Storia di Gazolo e suo marchesato. 
Casalmaggiore, tip. Contini, 1883. 

253. Bernard (F. Constant). Salon de 1884, Notice sur le château de 
Gisors. Extrait d'une Monographie du château de Gisors en voie de pré- 
paration. Paris, impr. Ghaix, 1884. In-8", 6 p. 

254. Berthelé (J.). Architecture mérovingienne. La date de la crypte 
de Saint-Léger à Saint-Maixent (Deux-Sèvres). Extrait du Bulletin 
monumental, 1884. Tours, impr, Paul Bousrez, sans date. In-S", 28 p. 

255. Bibliothèque de la ville de Lyon. Rapport à la commission des 
manuscrits. Signé : A. Yingtrinier. Lyon, Association typographique, 
1884. In-4°, 14 p. 

256. BoissouDY (Alfred de). Le Gartulaire de l'église Saint-Étienne de 
Bourges (xni^ siècle). Visite aux voûtes de ladite église. Les lustres. 
Bourges, impr. H. Sire. In-8% 29 p. 

257. Bommart (Th.). Généalogie de la famille Grépy, dressée sur titres. 
Lille, impr. L. Danel, 1883. Gr. in-8% 317 p. 

258. Bonnard (Jean), Les Traductions de la Bible en vers français au 
moyen âge. Ouvrage honoré d'une récompense par l'Académie des ins- 
criptions et belles-lettres. Paris, imprimerie nationale, librairie H. 
Champion, 1884. In-8°, ii-244 p. 

259. Bonvarlet (A.). Notes et Documents sur le culte de Saint-Jacques- 
le-Majeur à Gapelle-Brouck. Lille, impr. Lefebvre-Ducrocq, 1884. In-8°, 
28 pages. 

260. Bovio (G.). Sommario délia storia dei diritto in Italia dall' ori- 



393 

ginc di Roma ai nostri lempi. Napoli, Anfossi, s. d. In-8", 406 p. 12 1. 

261. Braquerais (Léon). Histoire de Bléville. Havre, impr. Lepelle- 
tier, 1884. In-16, 191 p., 1 planche. 3 fr. 

262. Briquel (G.). Lunéville depuis sa fondation jusqu'à sa réunion à 
la France. Nancy, typ. G. Crépin-Leblond, 1884. In-8°, 40 p. 

263. Ganron (Augustin). Le Palais des papes à Avignon (notice his- 
torique et archéologique). 3^ édition, revue, modifiée et augmentée. Avi- 
gnon, Aubanel, 1884. In-16, 56 p. 

264. Cardevacque (A. de). Les Cabarets à Arras à travers les siècles. 
Arras, typ. de Sède, 1884. In-8°, 48 p. 

265. Cardevacque (A. de). Les Serments de la ville de Cambrai. Cam- 
brai, J. Renaut, 1883. In-8% 187 p. 

266. Caron (Laurent). Le poète Fortunatet son temps. Lectures laites 
à l'Académie d'Amiens le i7 avril et le 13 juillet 1883. Amiens, impr. 
H. Yvert, 1884. In-8% 79 p. 

267. Carré (l'abbé J.-B.-E.). Histoire du monastère de Notre-Dame 
d'Igny, de l'ordre de Cîteaux, au diocèse de Reims, depuis sa fondation 
jusqu'à nos jours, 1126-1884, avec gravures et pièces inédites. Reims, 
F. Michaud, 1884. In-8'>, xxxvi-633 p., planches. 

268. Cartulaire sénonais de Balthasar Taveau, procureur au bailliage 
et siège présidial de Sens, procureur aux causes et greffier de la chambre 
de ville, publié sous les auspices de la Société archéologique de Sens 
par G. Julliot. Sens, impr. Charles Uuchemin, 1884. ln-4'', xvi-223 p., 
planches. 

269. Constantin (l'abbé J. -M. -J.). Histoire de Saint-Pierre-de-Vassols, 
couronnée par l'Académie de Vaucluse, dans sa séance du 3 novembre 
1883. Carpentras, impr. Tourrette, 1884. In-8°, 45 p. 

270. Criées de la baronnie d'Hierle, texte en langue d'oc, de 1415, 
publiées par Edouard Bondurand. Extrait des Mémoires de V Académie 
de Nîmes, 1883. Nimes, typ. Clavel et Ghastanier, 1884. In-8°, 15 p. 

271. Cronichetta di Lodi del secolo xv, annotata dal dott. G. Casati. 
Milano, fratelli Dumolard. Li-16, 88 p. 1 1. 50 c. 

272. De rébus regni Siciliae. Documenti inediti, estratti dall' archi- 
vio générale délia corona d'Aragon, pubblicati da Giuseppe Silvcstri. 
Vol. I, fasc. 1-11. Palermo, 1883. Gr. in-8*, 794 p. (Documenti perser- 
vire alla storia di Sicilia, pubblicati per cura délia Società siciliana per 
la storia patria. la série, diplomatica, vol. V.) 

273. Delaborde (H. -François). La Légation du cardinal Balue en 
1484 et le Parlement de Paris. Extrait du Bulletin de la Société de l'his- 
toire de Paris et de l'Ile-de-France, 11* année, 1884, p. 36-51. Paris, 1884. 
In-80, 16 p. 



394 

274. Delisle (Léopold). Inventaire des manuscrits de la Bibliothèque 
nationale. Fonds de Gluni. Paris, H. Champion, 1884. In-8'', xxv-413 p. 

275. Dion (A. de). Les seigneurs de Breteuil en Beauvaisis. Extrait 
des Mémoires de la Société de Vhistoire de Paris et de l'Ile-de-France, t. X, 

1883. Paris, 1884. In-8°, 52 p. Ne peut être mis en vente. 

276. Documents rares ou inédits de l'histoire des Vosges, publiés au 
nom du comité d'histoire vosgienne par J.-C. Chapellier, P.-E. Ghe- 
vreux et G. Gley. Tome VIII. Paris, J.-B. Dumoulin, H. Champion, 

1884. In-8% xi-393 p. 

277. Documents relatifs à la fondation et aux premiers temps de 
l'université de Paris, pubhés par le P. Henri Denifle, de l'ordre des 
Frères prêcheurs. Extrait des Mémoires de la Société de l'histoire de Paris 
et de l'Ile-de-France, t. X, 1883. Paris, 1884. In-S», p. 243-267. Ne peut 
être mis en vente. 

278. DoNBANA (A.). Memorie storiche di Montanaro. Torino, tip. 
Botta. In-8% 261 p. 

279. DucouRTiEUX (Paul). Limoges d'après ses anciens plans. Ouvrage 
accompagné de quatre reproductions d'anciens plans. Limoges, M™e V« 
H. Ducourtieux, 1884. In-8", 191 p. 4 fr. 

280. DuFOUR (A.). Un Atelier monétaire à Corbeil de 1654 à 1658. 
Extrait des Annales de la Société historique et archéologique du Gâtinais. 
Fontainebleau, irapr. E. Bourges, 1884. In-8'', 10 p. 

281. Duhamel -Décéjean. Description archéologique du canton de 
Nesle, accompagnée de 45 planches contenant 112 dessins et vues de 
monuments. Péronne, impr. Quentin, 1884. In-S", xviii-311 p., planches. 

282. Feilitzen (Hugo von). Li Ver del juise. En fornfransk predikan. 
Akademisk afhandling. Upsala, Edv. Berling, 1883. In-8°, GXxxni-72- 
32 pages. 

283. Ferand (Hippolyte). L'Ancien Château féodal d'Orange. Extrait 
des comptes rendus du congrès tenu à Avignon par la Société française 
d'archéologie, en septembre 1882. Tours, impr. Paul Bousrez, sans date. 
In-8% 28 p. 

284. Fonssagrives (J.-B.). Étude historique sur le droit de bris. Extrait 
de la Revue maritime et coloniale. Paris, Berger-Levrault, 1884. In-8', 
45 pages. 

285. Forcella (V.). Notizie storiche sul comune di Toora. Aveilino, 
tip. Tulimiero, 1883. In-16, 53 p. 

286. FoRESTiÉ (Edouard). Une Journée au château de Saint-Roch. 
Extrait du Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne. Mon- 
tauban, impr. Forestié, 1883. In-8°, 24 p. 



395 

287. Gârreaud (L.). Causeries sur les origines et sur le moyen âge 
littéraires de la France. Paris, F. "Vieweg, 1884. 2 vol. in-12, 296, 
388 p. 

288. Gauthier (Jules). Armoriai des corporations religieuses de 
Franche-Comté. Besançon, Ch. Marion, Morel et C'«, 1884. In-8», 16 p., 
2 planches. 

289. Gauthier (Jules). Notes iconographiques sur le saint suaire de 
Besançon. Extrait du Bulletin de l'Académie de Besançon, séance du 
15 mars 1883. Besançon, impr. Dodivers, 1884, In-S", 42 p., 4 planches. 

290. Gauthier (Jules). Notice sur les manuscrits de la bihliothèque 
publique de Pontarlier (Doubs). Extrait de la Bibliothèque de l'École 
des chaînes, t. XLV, 1884. Nogent -le-Rotrou, impr. Daupeley-Gouver- 
neur. In-8'^, 15 p. 

291. Gauthier (Jules). Répertoire archéologique du canton de l'Isle- 
sur-le-Doubs (Doubs). Besançon, Ch. Marion, Morel et G'«, 1884. In-8<», 
15p., 1 planche. 

292. Généalogie de la maison de Beaurepaire, d'après un manuscrit 
de M. Lambert de Barive, avocat, commissaire du roi pour la recherche 
des anciennes chartes et des monuments qui intéressent toutes les par- 
ties de l'histoire, le droit public, l'origine des coutumes de la pairie et 
des grands vassaux. Paris, impr. Pilletet Dumoulin, 1884. In-S», 219 p. 

293. Germain (Léon). Philippe-Emmanuel, comte de Ligniville. Ren- 
seignements bibliographiques. Nancy, typ. G. Crépin-Leblond, avril 
1884. In-S», 14 p. 

294. Gnecchi (Francesco ed Ercole). Le Monete di Milano da Carlo 
Magno a Vittorio Emanuelc II, descritte ed illustrate, con prefazione di 
Bern. Biondelli. Opéra corredata di 58 tavole in eliotipia. Milano, Dumo- 
lard. In-4% xiv-248 p. Broché, 75 1.; relié, 80 et 90 1. 

295. GoRRiNi (Giacomo). Il Comune astigiano e la sua storiogralia. 
Saggio storico-critico. Firenze, C. AdemoUo. In-16, 483 p. 5 1. 

296. Gueneau (Lucien). Un Chapitre de l'histoire de Luzy (Nièvre). 
Nevers, impr. J. Vincent, 1884. In-8°, 132 p. 

297. Guihert (Louis). Les Confréries de dévotion et de charité et les 
Œuvres laïques de bienfaisance à Limoges avant le xv« siècle. Paris, 
H. Champion, 1883. In-8o, 20 p. 

298. Guiffrey (J.-J.). Nicolas Bataille, tapissier parisien du xiv" siècle. 
Sa vie, son œuvre, sa famille. Extrait des Mémoires de la Société de l'his- 
toire de Paris et de l'Ile-de-France, t. X, 1883, p. 268-317. Paris, 1884. 
In-S", 54 p. Ne peut être mis en vente. 

299. Guillaume (Georges). La Porte tournisienno à Valonciennes. 
Notes et dessins. Valenciennes, Lemaître, 1884. ln-8'', ii-40 p. 



396 

300. GuYAZ (Marc). Histoire des institutions municipales de Lyon 
avant 1789. Ouvrage couronné par l'Académie des sciences, belles-lettres 
et arts de Lyon dans sa séance du 10 juillet 1883. Paris, E. Dentu; 
Lyon, H. Georg, 1884. In-12, xvii-349 p. 4 fr. ( Voy. ci-dessous, n' 368.) 

301. Hanssen (Georg). Agrarhistorische Abhandlungen. IL Band. Leip- 
zig, S. Hirzel, 1884. In-S", v-577 p. 

302. Haupt (Richard). Die Vizelinskirchen. Baugesctiichtliche Unter- 
suchungen an Denkmaelern Wagriens. Als ein Beitrag zur Anfangs- 
geschichte des Oldenburg-Lûbecker Bistums und zur Schaetzung seiner 
Quellenschriften. Mit Abbildungen und Rissen. Kiel, Lipsius und Ti- 
scher, 1884. In-8», 184 p., pi. 4 m. 

303. Hellot (A.). L'Histoire de Bacqueville-en-Gaux et la Légende 
de Saint-Léonard selon M. l'abbé Sauvage. Réfutation et additions. 
Rouen, Ch. Métérie, mars 1884. In-8°, 35 p. 

304. Héron (A.). Du développement des études romanes en France. 
Discours de réception à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts- 
de Rouen. Rouen, impr. Espérance Cagniard, 1884. In-8», 37 p. 

305. Hervieu-k (Léopold). Les Fabulistes latins depuis le siècle d'Au- 
guste jusqu'à la fin du moyen âge. Paris, Firmin Didot, 1884. 2 vol. 
gr. in-8% vni-734, 852 p. 30 fr. 

306. Hervieux (Léopold). Notice historique et critique sur les fables 
latines de Phèdre et de ses anciens imitateurs directs et indirects, lue à 
l'Académie des inscriptions et belles-lettres dans les séances des 8 et 
22 février 1884. Paris, Firmin Didot, 1884. In-12, 69 p. 

307. HoLDT (A.-G.-C). Flensburg friiher und jetzt. Historisch-topo- 
graphische Bilder aus Vorzeit und Gegenwart. Mit einer photographi- 
schen Ansicht : « Flensburg anno 1700. » Flensburg, 0. Hollesen, 1884. 
In-8o, xn-416 p. Broché, 5 m.; rel. toile, 6 m. 

308. Huguenots (les) en Bigorre. Documents inédits publiés pour la 
Société historique de Gascogne. Texte préparé par Gh. Durier et annoté 
par J. deGarsalade du Pont. Paris, Honoré Ghampion; Auch, Gocha- 
raux, 1884. In-S", 281 p. (Archives historiques de la Gascogne, fasc. 4.) 
8 fr. 50 c. 

309. Jadart (Henri). Le Bourdon de Notre-Dame de Reims, œuvre 
du Rémois Pierre Deschamps. Sa description et son histoire (1570-1883). 
Avec dix figures par Ed. Lamy. Extrait des Travaux de i' Académie de Reims, 
t. LXXHL Reims, F. Michaud, 1884. In-8% 100 p., 1 pi. 

310. Jessé-Gharleval [le marquis de). La Statue de Notre-Dame de 
Gonfession. Histoire et iconographie. Marseille, Société anonyme de 
l'imprimerie marseillaise, Marins Olive, directeur, 1884. In-8°, 16 p., pi. 



307 

3U. Jourdain (Gh.)- La Société de l'histoiro de France de 1883 à 
1884. Extrait des Notices et documents, publiés pour la Société de l'his- 
toire de France, etc. Paris, 1884. In-S», 47 p. 

312. Labat (Gustave). Documents sur la ville de Royan et la tour de 
Gordouan, 1622-1789. Bordeaux, impr. G. Gounouilliou, 1884. In-4°, 
40 p., planches. 

313. La Boutetière (le comte de). Notices historiques. Saint-Philî)ert- 
du-Pont-Gharrault, 1883. In-S", xvi-149 p., 4 pi. 

314. Lai (le) de l'Oiselet, poème français du xnf siècle, publié d'après 
les cinq manuscrits de la Bibliothèque nationale et accompagné d'une 
introduction par Gaston Paris. Imprimé pour le mariage Depret-Bixio, 
19 avril 1884. Paris, typ. Georges Ghamerot, 1884. In-8°, 99 p. 

315. [La Marche (Gui de).] Disputatio mumli et rcligionis. Publié par 
B. Hauréau. Extrait de la Bibliothèque de l'École des chartes, t. XLV, 
1884. Paris, 1884. In-8% 30 p. 

316. Lauzun (Philippe). Le Château de Bonaguil en Agenais. Des- 
cription et histoire. Deuxième édition, entièrement refondue et augmen- 
tée. Paris, Ghampion ; Agen, Michel et Médan, 1884. In-8'', ix-183 p., 
planches, 

317. Ledain (Bélisaire). Musée de la Société des antiquaires de l'Ouest. 
Catalogue de la galerie lapidaire. Poitiers, impr. Tolmer, 1884. In-8o, 
87 pages. 

318. Lefèyre (Albert). La Seigneurie et l'Église de Ghampcueil, arron- 
dissement de Gorbeil (Seine-et-Oise). Fontainebleau, impr. E. Bourges, 
1884. In-8'', 58 p. 

319. Legenda seu Vita et Miracula sancti Antonii de Padua, sae- 
culo xni concinnala, etc., et nunc primum edila a p. m. Antonio M. 
Josa. Bononiae, typ. Mareggiani, 1883. In-8°, xii-188 p. 

320. Lettres missives tirées des archives de Belgique, concernant 
l'histoire de France, 1317-1324. (Communication de M. Alexandre Pin- 
chart.) Extrait de la Bibliothèque de l'École des chartes, t. XLV, 1884. 
Nogent-le-Rotrou, impr. Daupeley-Gouverneur. In-S", 8 p. 

321. Leuridan (Théodore). Histoire de Linselles. Lille, impr. L. Danel, 
1883. Gr. in-8°, 261 p., pi. 

322. LuNDAu (M.-B.). Geschichte der koeniglichen Haupt- und Resi- 
denzstadt Dresden von der aeltesten Zeit bis zur Gegenwart. Zweite, 
verbesserte Auflage. Mit raehreren colorirten Abbildungen, zahlreichen 
lUustrationen in Lichtdruck, Karten und Plaenen. Dresden, R. von 
Grumbkow, 1884. In-8°. Parait en 20 livraisons, de 48 à 64 p. chacune, 
à 1 m. 



398 

323. Lion (Jules). Hesdinfort. Extrait de la Picardie, revue historique, 
archéologique et littéraii^e. Amiens, typ. Delattre-Lenoel, 1884. In-S", 
395 p. 

324. Livre (le) des pèlerins de Saint-Jacques, confrérie nîmoise du 
xiv« siècle, publié par Edouard Bondurand. Extrait des Mémoires de 
l'Académie de Nîmes, 1883. Nîmes, A. Catélan, 1884. In-8°, 36 p., 1 pi. 

325. LoRiQUET (Henri). La Place Saint-Waast et la Croix dite de Saint- 
Bernard. Arras, typ. de Sède, 1884. Gr. in-8'', 18 p. 

326. LoTH (l'abbé Julien). L'Assemblée du clergé de Rouen pour les 
états généraux de 1789. Rouen, irapr. Espérance Cagniard, 1883. In-S", 
38 p. 

327. LouRiAC (l'abbé), Ca vailles (l'abbé), Mas (l'abbé Adrien). Saint 
Eutrope, premier évêque de Saintes. Son culte à Gastanet-le-Haut. Sa 
vie et sa mort, en forme de panégyrique. Castanet-le-Haut (Hérault), le 
curé; Montpellier, Gazas; Béziers, Bénezech-Roques, 1884. In-16, 62p. 

328. Maetzner (Eduard). Franzoesische Grammatik mit besonderer 
Berùcksichtigung des Lateinischen. 1' Abtheilung. 3^ Auflage. Berlin, 
Weidmann, 1884. In-8% 320 p. L'ouvrage complet, 10 m. 

329. Maire (Albert et Auguste). Les Signes de tâcherons sur les rem- 
parts d'Avignon. Extrait du Bulletin monumental. Tours, impr. Paul 
Bousrez, 1883. In-8°, 24 p. 

330. Mangini (Girolamo). I Manoscritti délia libreria del comune e 
deir Accademia etrusca di Gortona. Cortona, Bimbi. In-8°, 284 p. 4 1. 

331. Mas Latrie (L. de). Glossaire des dates ou Explication par ordre 
alphabétique des noms peu connus des jours de la semaine, des mois 
et autres époques de l'année, employés dans les dates des documents du 
moyen âge. Extrait du Cabinet historique. Paris, Ghampion, 1883. In-8°, 
64 pages. 

332. Maxe-Werly (L.). Les Vitraux de Saint-Nicaise de Reims. 
Extrait du Bulletin du Comité des travaux historiques, archéologie, n° 2 
de 1884. Paris, imprimerie nationale, 1884. In-S», 8 p., 2 planches. 

333. Mémoire adres.'îé à la dame de Beaujeu, sur les moyens d'unir 
le duché de Bretagne au domaine du roi de France (1485 ou 1486), publié 
par Julien Havet. Extrait de la Revue historique, 9^ année, 1884, t. XXV, 
p. 275-287. Nogent-le-Rotrou, impr. Daupeley-Gouverneur, 1884. In-8'', 
13 pages. 

334. MEYER(Carl). Der Aberglaube des Mittelalters und der naechst- 
folgenden Jahrhunderte. Basel, Adolf Geering, 1884. In-8o, 383 p. 

335. MoLiNiER (Gharles). Un Traité inédit du xnf siècle contre les 
hérétiques cathares (bibliothèque de la ville de Toulouse, ms. n» 301, 



399 

l^e série). Extrait des Annales des facultés des lettres de Bordeaux et de 
Toulouse. Bordeaux, impr. G. Gounouilhou, 1883. In-8°, 30 p. 

336. MùNTZ (Eugène). L'Atelier monétaire de Rome. Documents iné- 
dits sur les graveurs de monnaies et de sceaux et sur les médailleurs 
de la cour pontificale depuis Innocent VIII jusqu'à Paul III. Extrait de 
la Revue numismatique, 3« série, t. II, 2® trimestre 1884. Paris, impr. 
G. Rougier, 1884. In-8o, 52 p., planches. 

337. -Mystère de l'incarnation et nativité de notre sauveur et rédemp- 
teur Jésus-Christ, représenté à Rouen en 1474, publié d'après un imprimé 
du xv^ siècle, avec introduction, notes et glossaire, par Pierre Le Ver- 
dier . Texte. Première journée. Rouen, impr. Espérance Gagniard, 1884. 
Petit in-4°, 355 p. Société des bibliophiles normands. 

338. Nani (Cesare). Nuova edizione degli Statuti del 1379 di Ame- 
deo VI di Savoja. Torino, I. Vigliardi, 1883. In-8°, 48 p. Non mis dans 
le commerce. 

339 . NooRDEN (Garl von). Historische Vortraege. Eingeleitet und heraus- 
gegeben von Wilhelm Maurenbrecher. Mit dem Portraet G. von Noor- 
dens in Lichtdruck. Leipzig, Duncker und Humblot, 1884. In-8°, *58- 
277 p. 6 m. 50 pf. 

340. Norman (Gh.). Notice généalogique sur la famille Norman. Arras, 
typ. de Sède, 1884. In-4% 44 p. 

341 . Notice sur les cloches de l'ancien doyenné de Blérancourt, qui 
comprenait dix-sept paroisses. Saint-Quentin, impr. du Conservatex^ de 
l'Aisne, 1884. In-16, 64 p. 

342. Notices et Extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale 
et autres bibliothèques, publiés par l'Institut national de France, fai- 
sant suite aux Notices et Extraits lus au comité établi dans l'Académie 
des inscriptions et belles-lettres. Tome XXXI, l'^ partie. Paris, impri- 
merie nationale, 1884. In-4°, 506 p. (Notice sur deux livres ayant appar- 
tenu au roi Charles V, par M. Léopold Delisle ; Notice sur un manus- 
crit mérovingien de la BibUothèquo royale de Belgique, n°^ 9850-0852, 
par JM. Léopold Delisle ; Notice et Extraits des manuscrits de la biblio- 
thèque de Saint-Omer, par M. Charles Fierville; Notice sur les manus- 
crits disparus de la bibliothèque de Tours pendant la première moitié 
du xix^ siècle, par M. Léopold Delisle; Notice sur plusieurs manuscrits 
de la bibliothèque d'Orléans, par M. Léopold'Delisle ; les Ressorts bat- 
tants de la chirobaliste d'Héron d'Alexandrie, d'après les expériences 
de 1878 et suivant la théorie qui en a été déduite en 1882, par M. Vic- 
tor Prou.) 

343. NoYELLE (Ernest). Société des antiquaires de Picardie. Basoche 
et Basochiens à Amiens au xvi« siècle. Lecture faite à la séance publique 



du 2 juillet 1882. Extrait des Mémoires de la Société des antiquaires de 
Picardie, t. XXVIJT. Amiens, impr. A. Douillet, 1884. In-8'', 41 p. 

344. Obituaire ou Livre des distributions de l'église cathédrale de 
Beauvais (xiii^ siècle), publié, d'après un manuscrit des archives de 
l'État à Mons, par le comte de Marsy. Extrait du t. XII des Mémoires 
de la Société académique de l'Oise, 1883. Beauvais, impr. D. Père, 1883. 
In-8°, 64 p. 

345. Pagart d'Hermansart. La Ghisle ou la Coutume de Merville, 
1451. Extrait des Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, 
t. XIX. Saint-Omer, impr. H. d'Homont, 1883. In-8% 86 p. 

346. Palustre (Léon). L'Ancienne Cathédrale de Rennes, son état au 
milieu du xvrii'' siècle, d'après des documents inédits. Paris, H. Cham- 
pion, 1884. In-8'', 212 p., 7 planches. 

347. Paris (l'abbé). Mesnières. Courte notice. Rouen, Edmond Fleury, 
1884. In-8% 69 p. 

348. Parmentier (J.). Le Henno de Reuchlin et la Farce de maistre 
Pierre Pathelin. Extrait du Bulletin mensuel de la faculté des lettres de 
Poitiers, avril et mai 1884. Paris, E. Leroux; Poitiers, Blanchier, Drui- 
naud, 1884. In-8°, 36 p. 

349. QuiDDE (L.). Der schwaebisch-rheinische Staedtebund im Jahre 
1384 bis zum Abschluss der Heidelberger Stallung. Stuttgart, J. G. 
Cotta, 1884. In-8% 237 p. 

350. QuiNTARD (Léopold). Monnaie inédite d'un maitre échevin de 
Metz. Extrait des Mémoires de la Société d'archéologie lorraine ^ouv IS8A. 
In-8% 3 p. 

351. Ravnaud (Gaston). Bibliographie des chansonniers français des 
xni« et xiv« siècles, comprenant la description de tous les manuscrits, 
la table des chansons classées par ordre alphabétique de rimes et la 
liste des trouvères. Paris, F. Vieweg, 1884. 2 vol. in-8°, xiii-252, xviii- 
249 p. 15 fr. 

352. Raynaud (Gaston). Catalogue des manuscrits anglais de la Biblio- 
thèque nationale. Extrait du Cabinet historique, 1883. Paris, H. Cham- 
pion, 1884. In-S", 30 p. 

353. Récit de la conversion d'un ministre de Gontaud [Pompée de 
Remerville] (1629), publié d'après le seul exemplaire connu par Phi- 
lippe Tamizey de Larroque. Extrait de la Revue de l'Agenais. Bordeaux, 
Paul Chollet,"'l884. In-8°, 15 p. 

354. Recueil de motets français des xn^ et xm« siècles, publiés d'après 
les manuscrits, avec introduction, notes, variantes et glossaires, par 
Gaston Raynaud. Suivis d'une étude sur la musique au siècle de saint 



4o^ 

Louis par Henry Lavoix fils. Tome IL Chansonniers divers. Etude musi- 
cale. Paris, F. Vieweg, 1883 (1884). In-8°, xvni-499 p. 

355. Regesten zur schlesischen Geschichte Namens des Vereins fur 
Geschichte und Alterthum Schlesiens herausgegeben von D"" C. GriJnha- 
gen. Zweite umgearbeitete und vermehrte Auilage. L Theil. Bis zum 
Jahre 1250. Nebst Register. Breslau, Josef Max, 1884. In-4'', 400 p. 
(Codex diplomaticus Silesiae. VIL Band. I. Theil.) 

356. RiBADiEU (Henrj'j. La Guyenne d'autrefois, ses clercs, ses abbés, 
ses moines, ses églises et ses monastères. Bordeaux, Féret, sans date. 
In-8°, 232 p. 

357. Richard (O.-J.). L'Cle-d'Yeu d'autrefois et l'Ile-d'Yeu d'aujour- 
d'hui. Niort, L. Clouzot, 1883. In-8», 320 p., 1 carte, 3 planches. 

358. RioGouRT (le comte E. de). Les Monnaies lorraines. Extrait des 
Mémoires de la Société d'archéologie lorraine pour 1884. Nancy, typ. G. 
Crépin-Leblond, 1884. In-8°, 44 p. 

359. Roman (J.). Dictionnaire topographique du département des 
Hautes-Alpes, comprenant les noms de lieu anciens et modernes. Paris, 
imprimerie nationale, 1884. In-4°, lxxi-200 p. (Dictionnaire topogra- 
phique de la France, comprenant les noms de lieu anciens et modernes, 
publié par ordre du ministre de l'instruction publique et sous la direc- 
tion du Comité des travaux historiques.) 

360. Ross (John M.). Scottish History and Literature to the period 
of the Reformation. Edited, with biographical sketch, by James Brown. 
Glasgow, James Maclehose, 1884. In-8°, xxvni-420 p. 14 s. 

361. Saint-Genis (Victor de). Monographie de la commune de Vic-de- 
Ghassenay, canton de Semur (Côte-d'Or). Études statistiques sur le 
mouvement de la population dans cette commune rurale et sur les con- 
ditions économiques, agricoles et scolaires de ses habitants, d'après les 
documents originaux, avant et depuis 1789. Extrait du Journal de la 
Société de statistique de Paris, numéro de mai 1884. Nancy, impr. Berger- 
Levrault, 1884. In-8°, 16 p. 

362. Sala (l'écuyer Pierre), Lyonnais. Le Livre d'amitié , dédié à 
Jehan de Paris. Publié pour la première fois d'après le manuscrit de la 
Bibliothèque nationale par Georges Guigue. Lyon, Henri Georg, 1884. 
In-12, xii-93 p. 

363. Sauvage (l'abbé). La question d'Augusta. Extrait de la Picardie, 
revue historique et littéraire, février 1884. Amiens, typ. Delattre-Lenoel, 
1884. In-8°, 22 p. 

364. ScHROERS (Heinrich). Hinkmar Erzbischof von lieims. Sein 
Leben und seine Schriften. Froiburg im Breisgau, llerder, 1884. In-8% 
xii-588 p. 10 m. 



402 

365. Société historique de Gascogne. Réunion générale du 27 mars 
1884. Rapport sur les travaux de la commission des Archives historiques 
de Gascogne, par M, J. de Garsalade du Pont. Auch, impr. G. Foix, 1884. 
In-8'', 23 p. 

366. SouHESMES (Raymond des Godins de). Notice sur Souhesmes. 
Extrait des Mémoires de la Société d'' archéologie lorraine pour 1884. 
Nancy, typ. G. Crépin-Leblond, 1884. In-S», 74 p. 

367. Statuti vecchi di Lodi, ritrovati e pubblicati da Gesare Vignati. 
Milano, tip. Bortolotti di Dal Bono. 12 1. 

368. Steyert (A.). A propos d'une prétendue Histoire des institutions 
municipales de Lyon avant 1789, par M. Marc Guyaz, couronnée par 
l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Étude au cou- 
rant de la plume, précédée d'une dédicace à l'Académie de Lyon. Lyon, 
impr. A. Waltenaer, 1884. In-8o, 46 p. (Voy. ci-dessus, n" 300.) 

369. SuGHET (le chanoine), Gauthier (Jules). L'Abbaye de Mont- 
Sainte-Marie et ses monuments. Extrait du Bulletin de V Académie de 
Besançon, séance du 17 mai 1883. Besançon, impr. Dodivers, 1884. 
In-8o, 39 p., 4 pi. 

370. Ternas (le chevalier A. Le Boucq de). Généalogie de la famille 
Becquet de Mégille, fixée à Douai en 1532, dressée sur titres. Publiée 
avec une préface par Félix Brassart. Douai, Louis Dechristé, 1884. 
Gr. in-4o, xvi-127 p. 

371. Ternas (le chevalier Am. de). Recherches historiques sur la sei- 
gneurie et les seigneurs de Wagnonville-lez-Douai, suivies delà généa- 
logie de la famille Baudain de Mauville, et précédées d'une notice 
nécrologique sur l'auteur par Félix Brassart. Extrait des Souvenirs 
de la Flandre wallonne, 2' série, t. IL Douai, L. Grépin, 1884. In-S", 
75 p. 

372. Textes de droit coutumier, classés et mis en ordre par MM. E. 
G., professeur, et Gl. L., maître de conférences à l'Institut catholique 
de Paris. Coutume de Paris. Paris, impr. G. Lambert, 1884. In-8», 
26 p. 

373. Tholin (Georges). Documents inédits pour servir à l'histoire de 
TAgenais. Dix lettres du roi de Navarre (Henri IV). Extrait de la Bévue 
del'Agenais. Agen, impr. V« Lamy, 1884. In-8% 21 p. 

374. Thurneysen (Rudolf). Keltoromanisches. Die keltischen Etymo- 
logieen im Etymologischen Woerterbuch der romanischen Sprachen 
von F. Diez. Halle, M. Niemeyer, 1884. In-8°, 128 p. 3 m. 60 pf. 

375. Thurot (Gharles). De la prononciation française depuis le com- 
mencement du xvi<= siècle, d'après les témoignages des grammairiens. 



403 

Index. Paris, Imprimerie nationale, 1883. In-8% xYni-75 p. Préface de 
Gaston Paris. 

376. ToBLER (Gust.). Beitrag zur Geschichte der Grafen von Kyburg. 
Beigabe zum Jaliresbericht iiber das staedtische Gymnasium. Bcrn, 
Staempfli, 1884. In-4'', 18 p. 

377. ToNissi (Valentino). Memorie storiche suUa famiglia dei Conti 
di Varmo. Udine, M. Bardusco, 1883. In-8°, 35 p. 

378. Vagandard (l'abbé). Etude sur les poèmes latins attribués à saint 
Bernard, par M. Hauréau : note lue à l'Académie des sciences, belles- 
lettres et arts de Rouen. Rouen, impr. Espérance Cagniard, 1884. 
In-S", 16 p. 

379. Varax (Paul de). Notice sur la seigneurie de Masoncles en Gha- 
roUais. Lyon, imprimerie générale, 1884. In-8°, xvi-59 p., pi. 

380. Vautrey (Mgr). Histoire des évèques de Bàle. Ouvrage publié 
sous les auspices de S. G. Mgr Lâchât, évoque de Bàle. Avec illustra- 
tions, portraits, etc. Tomel. Einsiedein, G. elN. Benziger, 1884. In-8°, 
260 p. 10 fr. 

381. Vazio (N.). Relazione sugli archivii di stato italiani (1874-1882). 
Roma, tip. Gecchini, 1883. Gr. in-S", 410 p. Non mis dans le com- 
merce. 

382. VicENS (Firmin). Usages locaux des comtés de Roussillon et de 
Gerdagne, province de Roussillon, département des Pyrénées-Orien- 
tales, contenant la distance à observer dans la plantation des arbres et 
des haies vives ; la distance et les ouvrages intermédiaires requis pour 
certaines constructions ; la hauteur des murs de clôture ; les délais en 
matière de congé; les routes, les bois, les eaux, etc., etc. Texte et tra- 
duction des constitutions de Gatalogne relatives à ces matières, poids, 
mesures, monnaies anciennement en usage, leur rapport avec notre 
système métrique. Prades, impr. G. Larrieu, 1884. In-S", vm-70 p. 

383. ViDEGOQ (Eugène). Recherches historiques et archéologiques. 
Voisins-le-Bretonneux, la paroisse, la seigneurie, les seigneurs. Beau- 
vais, typ. D. Père, 1884. In-8o, 44 p. 

384. ViLLARET (Araicie de Foulques de). Les Antiquités de Saint- 
Paul d'Orléans, d'après des documents inédits [plans et vues de l'an- 
cienne église). Orléans, G. Séjourné, H. Herluison, 1884. In-S», 228 p., 
planche. 

385. Works of the Italian engravcrs of the ûftecnth century. Repro- 
duced in fac-similé by photo-intaglio with an introduction by George 
William Reid. With letterpress descriptions of the works illustrated, 
and copious extracts from the text of the poems. First séries. Illustra- 



404 

tions : il Libro del Monle Sancto di Dio, 1477; la Divina Commedia of 
Dante, 1481 ; and the Triumphs of Petrarch. London, Bernard Quaritch, 
1884. In-fol., planches et texte. 

386. Xambeu (M.). Histoire du collège de Saint-Sever (Landes). Dax, 
impr. J. Justère, 1884. In-8% 56 p. 

387. Ysengrimus. Herausgegeben und erklaert von Ernst Voigt. 
Halle a. S., Buchhandluag des Waisenhauses, 1884. In-8°, cxLvn-470 p. 
8 m. 



=-^= 



CHRONIQUE ET MÉLANGES. 



Les examens de fin d'année de l'École des chartes ont eu lieu du 15 
au 19 juillet 1884. Ils ont porté sur les textes et les questions qui 
suivent. 

PREMIÈRE ANNÉE. 

Épreuve orale. 

\° Charte latine à lire d'après l'original des Archives nationales : 
Philippus, Dei gratia Francorum rex, universis présentes litteras 
inspecturis, salutera. Notum facimus quod, cum contencio verteretur 
inter Petronillam, quondam uxorem Philippi Barbete, ex una parte, et 
Guillelmum Glivet, ex altéra, super eo quod dicta Petronilla dicebat 
contra dictum Guillelmum Glivet Johannem filium suum ad mortem 
posuisse, tandam (sic)., de bonarum gencium et amicorum utriusque 
partis consilio, pro bono pacis, concordatum fuit in hune modum, vide- 
licet quod dictus Guillelmus infra instans festum Assumptionis béate 
Marie Virginis transfretabit et in servicio terre sancte per quatuor 
annos continue morabitur, et in fine dictorum quatuor annorum litte- 
ras Templi vel Hospitalis Jerosolimitani secum asportabit^ testimo- 
niales quod per dictos quatuor annos in terra sancta moram traxit. 
Insuper dicte partes voluerunt et in curia nostra consenscrunt quod 
Pctrus Marcel, civis Parisiensis, et Gencianus, panetarius nostor, pos- 
sint dictum Guillelmum Glivet ad partes Gallicanas infra dictos qua- 
tuor annos revocare, si sibi placuerit et viderint bonum esse. Et si ita 
accideret quod dictum veagium, prout dictum est, non vellet facere, et 
quod deficeret in toto vel in parte, voluit idem Guillelmus Glivet et 
consensit quod ubicunque inveniretur in regno Francie quod caperetur 
et justiciaretur tanquam pro dicto facto recognito quod dicta Petronilla 
pro suo ûlio eidem imponebat. Et ad predicta tenenda et fideliter obser- 
vanda et complenda, Mathuetus dominus Montis Mauriciaci, Matheus 
de Vere, Johannes dominus de Dynisiaco et Johannes de Bello Monte, 
milites, sub pena centum marcharum argenti solvendarum dictis Petro 
Marcel et Genciano, panetario nostro, coram nobis se obligarunt. Et si 

1 . On avait d'abord écrit lifteras Templi transmarini sive Hospitalis secum asp. 



406 

contigeret {sic) quod dicti Petrus et Gencianus vel aliquis ex eis duobus 
décédèrent sive decederet, loco ipsorum vel ipsius unum de suis amicis 
eligent qui potestatem hahebunt vel habebit revocandi ad partes Gallica- 
nas dictum Guillelmum infra terminum dictorum quatuor annorum, si 
sibi placuerit et viderint expedire. Et, quia huic paci Petrus Martel, 
Gencianus, panetarius noster, et Johannes Bigue, amici mortui pro- 
pinquiores, prebuerunt assensum, ad requisitionem parcium presenti- 
bus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. Actum, etc.''. 

2° Question de chronologie : 

Indiquer la période chronologique à laquelle la pièce précédente doit 
être rapportée, en tenant compte du caractère de l'écriture, du nom du 
roi et de l'intervention des templiers. 

3" Le texte latin à traduire était une charte empruntée aux Layettes 
du Trésor des chartes, t. III, p. 287, n» 4239. 

4» Charte française à lire, d'après l'original des Archives nationales : 
Thevenin le Melinat, maçon, demourant à Mongison, confesse avoir 
pris et retenu à tiltre de cens portant les ventes, saisines et amende des 
religieux, abbé et couvent de Saint Victor lez Paris , une pièce de 
friche, si comme elle se comporte, contenant arpent et demi, apparte- 
nant aux diz religieux assis ou vigno de Montgison , ou lieu dit en 
Nosay, tenant d'une part et d'autre à Jehan Marteau, aboutissant d'un 
bout à Guillaume de l'Ourme en la censive des diz religieux. Geste 
prise faite pour dix huit deniers parisis de cens que le dit preneur 
engaige et promet paier aux diz religieux etc. chascun an au jour de 
feste Saint Remy, sur peine d'amende, et commençant à la Saint Remy 
prouchain venant etc. en et sur le dit lieu, promettant etc., couz etc., 
obligant etc. Fait le samedi xni« jour de février, l'an mil quatre cens 
et cinq. (Signé :) Glosier. Bataille. 

5« Question sur la matière du cours de langues romanes : 

Déterminer par les caractères linguistiques l'origine du texte ci- 
après : 
Lois est en cheste ville que quiconques assaut maison dedens l'es- 



1. Cette pièce a été publiée par Boutaric {Actes du parlement, I, 209), d'après 
un autre exemplaire qui porte la date : « Actum Parisius, die lune ante festum 
béate Marie Magdalene, anno Doniini M CC LXXIX. » — Au bas de la minute dont 
nous reproduisons le texte, différentes mains ont inscrit ces notes ou ces essais 
de plume : 

« S. duci de Namul. duci de Lainborc pro Girardo de Mautaigne. 

({ Notum facimus. Notum faciraus universis. 

« Bertrandum le Tors bannitum tanquam murtrarium. » 



407 

quevinage, il est a .x . livres de fourfait de loi, et chis fourfais est tous 
au signeur. Et est assavoir qu'en tel fourfait et en tous autres il a estet 
et est us et coustume en cheste ville que fais de nuis e fais qui est fais 
as cans et fais qui est fais en maison sont sanlavle selonc le grandeur 
de cascun fait. 

Épreuve écrite. 

l" Texte latin à transcrire d'après le fac-similé n» 264 du fonds de 
l'École : 

Notum sit cunctis quod Guillelmus de Ganeto per me et per meos 
présentes atque futures, bona fide ac per firmam stipulacionem, pro- 
mito tibi Guillelmo de Monte Esquivo et tuis et quibus volueris, quod, 
si uxor mea Cerdana vel sui vel aliquis nomine ejus evinceret tibi 
aliquid vel totum in toto illo honore quem ego tibi vendidi in adja- 
centia Sancti Stephani de Orulo, sim tibi legitimus auctor et tuis et ob 
eviccionem jamdicti honoris me et meos et omnia mea bona presentia 
atque futura tibi et tuis oblige. Actum est hoc .vj. idus Junii, anno 
Domini m», ce». vij\ Signum Guillelmi de Ganeto, qui hoc fieri 
jussi, laudavi, firmavi, testesque firraare rogavi. Signum Guillelmi 
de Sancto Martine. Signum Raimundi Datsati. Signum Guillelmi 
de Burgo. Signum Raimundi de Sancto Martine. Signum Guitardi de 
Alemano. Berengarius de Qassa, publions scriptor, hoc scripsit et hoc 
signum fecit. 

2" Texte provençal à transcrire d'après le fac-similé n" 196 du fonds 
de l'École : 

Gonoguda causa sia que n Ar. de Borderes en W. de Borderes sos 
frair, an vendud et quitad et gorpid et afranquid et dczemparad per lor 
e per tôt» los lor, per ara et per tots ios temps del mon, lo dodzen de 
tota la deima de la paropia de Seres, ab tots los dritadges els deves 
quel dodzens a ne aver deu per totes parts, exceptad la carta part del- 
dit dodzen que diss e reconego lo dits n Ars. de Borderes en W. sos 
frair que lor linhadges ave dad al senhor abesque de Bazads per acort, 
et j. morlan de sportla al meziss abesque cada senhor mudant, et an 
vendud autressi lo dits lo dits n Ars. en W. sos frair la carta part 
de tota la deima de la paropia de Sent Ausbcrg ab tots los dritadges els 
deves et les senhories que la dita carta parts de la deima a ne aver deu, 
per totes parts, exceptad .xv. diners bordales de sens que diss et 
reconego lo dits n Ars. en "W. sos frair quen deven cadan a la sent 
Johan mostoza a la taula dels calonges de Bazads pagar 

3° Texte latin imprimé à traduire : 

Ludovicus Dei gratia Francorum rex dilecto et fideli suo J. deCranis 
senescallo Garcassone salutem ot dilectionem. Mandamus vobis quatinus 



omnes illos Judeos qui nostri non sunt sed alterius quos captos tenetis 
eis quorum sunt reddatis nec ab eis aliquid capiatis. Ab illis autem 
qui nostri sunt Judei quos captos tenetis quia volumus habere de suo 
quantum plus poteritis capiatis et summam quam exinde habere pote- 
ritis nobis intimantes ipsam bene et salvo custodiri et conservari facia- 
tis. Mandamus etiam quatinus tam captis quam aliis Judeis senescallie 
vestre et qui in partibus illis in nostro posse existunt inhiberi faciatis 
ex parte nostra super corpora et catalla ne de cetero extorquere présu- 
mant usuras sed aliunde sibi victum acquirant vobis quoque precipi- 
mus et mandamus quatinus neminem ad reddendum Judeis débita 
compellatis, et de debitis que debent Christiani Judeis nichil recipiatis. 
Actum apud Sanctum Germanum de Layaanno Domini .M» GG» XL" VI-, 
mense Julii. (D. Vaissète, Hist. de Languedoc, éd. Privât, VIII, 1 191.) 

4° Texte provençal imprimé à traduire : 

Razos non es que hom déjà chantar 
De so don a dolor e marrimen 
Mas mi cove en chantan remembrar 
La mort del plus pros e del plus valen 
Baro qu'anc fos mil ans a en Proensa 
Qu'es mortz don ai ira e malsabensa 
Quar elh era de totz bos aips complitz 
E par los bos e pels autres grazitz. 

A Proensal vos devetz tug plorar 
L'onrat senhor del Baus quar veramen 
Pus l'onratz coms mori a mi non par 
Perdessetz tan cum ar c'anatz perden 
De pretz lo fruit la flor e la semensa 
En mon senhor en Barrai don dolensa 
Ai en mon cor que tan fort sui marritz 
Que ges non cug esser mais esbauditz. 

E cavalher e donzel e joglar 

Devon venir en Proensa temen 

Quar selh es mortz que sabia renhar 

Retenen grat de Dieu e de la gen 

Si qu'anc ves pretz nulh temps no fes falhensa 

Ni anc nolh plac nulh'ora recrezensa 

Ar es pretz mortz e paratges.delitz 

En Proensa quar elh lor es falhitz. 

Dieus ques laisset per nos en crotz levar 
Per cui venran li bon a salvaraen 
Li denh sil platz per merce perdonar 



409 

E l'acuelha en son renhe plazcn 
Aissi com elh a bona chaptcnensa 
Aculhia en sa cort de plazensa 
El salv el gui aissi sanhs Esperitz 
Gum elh era a pretz capdelhs e guitz. 

5" Questions tirées du cours de bibliographie : 

I. Donner une idée de l'histoire, de l'utilité et du rôle de l'ouvrage 
intitulé : Concordantix Bibliorum. 

II. Rédiger, pour un catalogue de bibliothèque, les cartes du volume 
suivant : Joannis Stobsei Eclogarum libri duo, nunc primùm grsece editi, 
interprète Gulielmo Gantero, una et Georgii Gemisti Plethonis de rébus 
Peloponnesiis orationesdu,'r>,eodem G. Gantero interprète; accessit et altcr 
ejusdem libellus graecus de virtutibus, ex Bibliothecà clar. viri Johannis 
Sambuci. Antuerpiae, ex officinà Ghristophori Plantini, M. D. LXXV, 
in-folio de 6 feuillets non chiffrés et 238 pages, sous les signatures 
A-V, par cahiers de 6 feuillets. 

DEUXIÈME ANNÉE. 

Épreuve orale. 

1° Document à déchiffrer : 

De illis qui fuerunt capti a Sarrasenis et postulant litteras rcmissionis. 

Significat Sanctitati Vestre B. miles quod, cum pro recuperatione 
sancte terre maneret in partibus ultra marinis, inter Jordanem et Jhe- 
rico, fuit captus a Sarrasenis et ita in Babylonia fuit annis duodecim 
incarceratus ; demum A. civis Pisanus pro mille bisantiis redemit eum- 
dem. Quos ipse sub juramenti vinculo reddere compromisit. Verum 
quidemad^ hec persolvenda cum sibi proprie non suppetant facultates, 
petit a Sanctitate Vestra ut, divine pietatis intuitu, litteras concedatis, 
quibus fidelium animi ad conferenda sibi elemosinarum sulfragia invi- 
tentur. (Bibl. nat., ms. latiu 15167, fol. 87.) 

2° Question de diplomatique : 

On a soumis aux candidats la date suivante d'un diplôme de Gharles 
le Simple : 

Datum II idus Martii, indictione YI, anno XXVI régnante Karolo 
rege glorioso, redintegrante XXI, largiore vero hereditate indepta VI. 
Actum Gompendio palatio. In Dei nomine féliciter. Amen. 

Les candidats ont dû dire à quel prince on devait attribuer le diplôme 
ainsi daté, à quels événements faisaient allusion les formules redinte- 

1. Le texte porte : ab. 



410 

grante et largiore hereditate indepta; à quel quantième correspondait la 
date // idus Martii; à quelle époque les dates des diplômes royaux con- 
tiennent la mention de l'indiction. 

3° Question d'iiistoire des institutions : 

I. Quelles sont les deux significations principales de l'expression 
grand conseil sous l'ancien régime ? 

II. Quelles étaient les juridictions désignées sous le nom de tables 
de marbre? 

m. Quelles étaient, pour l'administration départementale, les diffé- 
rences entre la constitution de l'an VIII et le régime antérieur? 

40 Question relative aux sources de l'histoire de France : 

I. Quelles sont les dates extrêmes de la Vita Hludovici attribuée à 
l'Astronome, et quelle est l'origine de ce surnom de l'Astronome ? 

II. Quelle est la date de la rédaction de cet ouvrage ? 

ni. Quelles sont les sources et quelle est la valeur historique des 
diverses parties dont il se compose ? 

5° Question tirée du cours de classement des archives : 
Dans quel dépôt sont conservés les registres des assises des Grands 
Jours ? 

Quel est le caractère particulier de ce tribunal? Citer les villes les 
plus importantes où ils se sont réunis, à propos de quelles grandes cir- 
constances, et dire entre quelles époques ils sont compris. 

Épreuve écrite. 

1° Texte à transcrire d'après le fac-similé n" 269 du fonds de l'École. 
(Ce document devant être bientôt publié dans notre recueil, nous nous 
abstenons de le reproduire ici.) 

2° Texte latin imprimé à traduire : 

Pateat universorum notioni bonorum quod ego Walerannus sub 
fidei gratia christiane seculari militie deditus possessor in Francia 
castri vocabulo Bretulii ob amorem domini germanique mei fratris 
Ebrardi ante paucum tempus monachi in Majori Monasterio Sancti 
Martini Turonensis effecti ipse quoque factus eidem loco devotus et 
familiaris donaverim Deo et ipsi Sancto Martino sibique inibi famulan- 
tibus monachis serves omnes et ancillas quas habebam in illa posses- 
sione quae vocatur Nantulfi ita ut nullum eorum aut aliquid suum reti- 
neam michi sed quicquid in eis et in rébus suis juris fuit hactenus mei 
sit deinceps Sancti Martini et monachorum Majoris Monasterii sui. 
Quisquis etiam ex ipsorum progenie servorum vir sive femina ad alia 
forte transierit loca sive prope sive longe aliam inhabitet villam vicura 
castellum aut civitatem eodem servitutis nexu sit obstrictus et ibi tenea- 



AU 

tur eisdem. Facta est a me ista donatio in eorumdom monachorum 
capitule anno ab incarnatione Domini M" LXX» YII» présidente illis 
reverendo abbale Bartholomeo cujus manui postquam ex modo donum 
exinde tradidi propria deinde manu posui hoc idem super altare eccle- 
sie beati Martini videntibus his qui erant mecum cum quibus per- 
rexeram in predictum capituium sufficientibus scilicet ad tcstimonium 
quandoquidem in ore etiam duorum vel trium testium stat omne ver- 
bum Ursione vicedomino Belvacensi et possessore Girbereici castri Elia 
cognato ejus Hetdone filio Rainaldi Bernerio fratre Lancionis clerici. 
(Cartulaire de Marmoutiers pour le Dunois, n" xxxix.) 

3° Texte imprimé à analyser : 

Stephanus Dei gratia Noviomensis episcopus omnibus présentes lit- 
teras inspecturis notum fieri volumus quod cum major et jurati com- 
munie Noviomensis quendam servientem ecclesie videlicet qui ipsius 
thelonea coUigebat cepissent incarcérassent et ad ultimum bannuissent 
decanus et capituium Noviomensis super hoc coram nobis moverunt 
questionem asserentes cum judiciaria potestas teloneorum ad ipsos 
omnino pertineat injuriam super dictis capcione incarceracione et ban- 
nicione sibi fuisse irrogatam unde sibi super his fieri petebant emen- 
dam. Nos autem dictis majore et juratis coram nobis convocatis ipsis 
injunximus ut vel hoc emendarent vel se immunes per suum sacra- 
mentum a predictis ostenderent. Predictisigi tur majore et juratis coram 
nobis constitutis dictis etiam decano et capitulo prosentibus ab ipso 
majore et juratis in jure quesivimus utrum aliquid justicie vel juris in 
theloneis Béate Marie reclamarent qui aperte coram nobis dixerunt 
quod nec jus aliquid nec justiciam in ipsis theloneis habcbant vel recla- 
mabant. Insuper etiam dicti major et jurati coram nobis sacramentum 
corporaliter prestiterunt quod nec occasione theloneorum vol alicujus 
vel aliquorum ad telonea pertinentium ipsum servientem ceperant 
incarceraverant vel banniaverant. In cujus rei memoriam presens scrip- 
lum nostrofecimus sigillocommuniri. ActumannogratieMoCGoXXoI", 

■'i° Question de diplomatique : 

Quels sont les caractères généraux du diplôme royal carolingien ? 
Quels sont les caractères spéciaux aux diplômes de CharJemagne? 
Quels sont en particulier les éléments chronologiques qui composent 
les dates des diplômes de Charlemagne? 

5° Question d'histoire des institutions : 

I. Quelle était la loi des apanages? 

II. Quelle différence y avait-il entre les baillis de robe courte et les 
baillis de robe longue? 

III. Énumérez les divers tribunaux institués par l'Assemblée cons- 
tituante. 



412 

TROISIÈME ANNÉE. 

Épreuve orale. 

1° Texte à déchiffrer : 

De nepote scolare ad prelatum pro subcidio. 

Venerabili patruo, immo patri in Ghristo, et domino metuendo G. 
Dei gratia dignissimo plebano sancte Marie talis loci, G. ejus nepos, 
littéral! studio Bononie mancipatus, se ipsum totum datus. In scolis 
dicitur publiée et indubitabili credulitate firmatur quod largitatis vestre 
manus michi neccessaria porrigat habundanter quod leto animo non 
desino confiteri ut persona vestra honorificentia débite extoUatur. Quare 
benignitatem vestram exoro subpliciter»et dévote quatinus mei recor- 
dari velitis intuitu pietatis vestre bonitatis providentia faciendo quod 
saltem in aliquo fama respondeat veritati et dicta factis conveniant et 
non sicut penitus aliéna. (Bibl. nat., ms. latin 15167, fol. 49.) 

2° Question d'histoire du droit : 

I. Quelles étaient les sentences appelées : 

Esgard, 
Conseil, 
Appointement ? 

II. A quelle époque la preuve par batailles a-t-elle été prohibée? A 
quelle époque a-t-elle été autorisée de nouveau ? 

3° Archéologie : 

On a soumis aux candidats les moulages de trois sceaux du moyen 
âge représentant des chevaliers. Ils ont dû déterminer la date approxi- 
mative de chacun d'eux et décrire les pièces caractéristiques du cos- 
tume militaire de chaque personnage. 

Épreuve écrite. 

1" Texte à transcrire, d'après le fac-similé n°267 du fonds de l'École : 

Beringer Fontanes. 

Lo senyor Roy comana an Be- Fo presentada divenres a xxiin 

ringer de Fontanes la garda del de setembre M CGC XXVIIII. 
castell de Muntesquiu. 

Jacobus, Dei gracia, etc., dilecto et fideli nostro Beringerio de Fon- 
tanis domicello, salutem et dilectionem. De vestra fidelitate confisi, 
vobis commitimus custodiam castri nostri de Montesquivo, vos inde 
castellanum constituentes, sub pensione triginta librarum annualium 
solvendarum vobis terminis consuetis, volontés quod dictum officium 



413 

reguatis et gubernetis, prout per cos qui ibidem prefuerunt actenus est 
fieri consuetum. Hec itaque per ofûciales et alios nostros Qdelcs ])reci- 
pimus observari. Datum Perpiniani , nono kalcndas Octobris, anno 
Domini m ccc xxxviiij". 
Per dominum regem ad relationem B. de Podio-Aul. 

2° Questions d'histoire du droit : 

Quelles ont été les formes successives de la tradition dans les pays 
de droit coutumier? 

Quelle est la forme de tradition qui a prévalu dans les provinces du 
nord de la France, et spécialement dans l'Artois et les Flandres, jus- 
qu'à la promulgation du code civil ? 

Comment s'opérait la transmission de propriété dans ces provinces ? 

3° Archéologie : 

Décrire les différentes variétés de sépultures en usage du xi« au 
xvi« siècle. 

Nota. — On devra s'en tenir aux monuments apparents, et s'attacher 
à rappeler les exemples que l'on a pu remarquer dans les excursions 
archéologiques faites avec le professeur. 

4° Sources de l'histoire de France : 

I. Quels sont, parmi les récits de la première croisade, ceux qui 
dérivent d'une source commune, et quelle est cette source? 

II. Quelles sont les dates extrêmes de la partie relativement originale 
de la chronique universelle de Sigcbert de Gembloux, et quelle est la 
valeur historique de cette partie ? 

III. Quel rapport y a-t-il entre VHisloria gloriosi re(jis Ludovici sep- 
timi et les Gesta Ludovici septimi? 



A la suite des examens et par arrêté ministériel ont été admis à 


passer en deuxième < 


innée (ordre de mérite) : 


MM. 1. 


De Manneville. 


2. 


GOYE JQUE. 


3. 


Laloy. 


4. 


Labrouche. 


5. 


De Grandmaison. 


6. 


SOULLIÉ. 


7. 


Lhermitte. 


8. 


Boulloghe. 


9. 


VlREY. 


iO. 


ToURNOUëR. 


11. 


DUCOM. 


12. 


Dallemagne. 



41/r 

En outre, M. Jarry a été autorisé à redoubler sa deuxième année 
d'études. 

Ont été admis à passer en troisième année (ordre de mérite) : 

MM. 1. MORANVILLÉ. 

2. GOUDERG. 

3. De Fréminville. 

4. Levavasseur. 

5. Prunière. 

6. Richard. 

7. Isnard. 

8. André. 

9. Bellemain. 

10. De Romanet. 

11. Lefranc. 

12. Froment. 

13. BONNIER. 

14. TiERNY. 

15. Thiesset. 

16. Gautier. 

Et hors rang, à titre étranger, M. Borel, qui, s'il eût été classé, l'au- 
rait été au 5« rang. 

MM. Baudon de Mouy et Gadier ont été autorisés à redoubler leur 
troisième année d'études. 

Ont été admis à subir l'épreuve de la thèse (ordre alphabétique) : 

MM. AUVRAY. 

Barroux. 

DUNOYER DE SeGONZAG. 
DUPOND. 

duyernoy. 

Funck-Brentano. 

Grand. 

Lanrlois. 

Lefèvre-Pontalis. 

Legrand. 

MiLLOT. 

Perret. 

Stein. 

Tausserat. 
— Par arrêté du l^r janvier 1884, nos confrères M. Pasquier, archi- 
viste de l'Ariège, M. Duchemin, archiviste de la Sarthe, et M. Kaulek, 
attaché aux archives des afl'aires étrangères, ont été nommés officiers 
d'académie. 



4^5 

— Par arrêté du 10 janvier 1884, notre confrère M. Georges Durand 
a été nommé archiviste du département de la Somme. 

— PaT arrêté du 5 février 1884, M. Aubert, archiviste paléographe, a 
été nommé surnuméraire à la bibliothèque Sainte-Geneviève. 

— Par arrêté du 17 mai 1884, ont été nommés : 

M. d'Arbois de Jubainville, membre honoraire du Comité des tra- 
vaux historiques ; 

MM. Blancard, de Grandmaison et Merlet, membres non résidants 
du même Comité ; 

M. l'abbé Lebeurier, correspondant honoraire du même Comité. 

— Le 14 juin 1884, notre confrère M. Himly a été élu membre de 
l'Académie des sciences morales et politiques, en remplacement de 
M. Mignet. 

— L'université catholique de Louvain, à l'occasion du cinquantième 
anniversaire de sa fondation, a décerné le titre de docteur honoris causa 
à notre confrère M. Léon Gautier. 

— Notre confrère M. Bonnardot a été chargé d'une mission à Trêves 
et à Luxembourg, en vue de rechercher dans les archives de ces deux 
villes des documents destinés au recueil des chartes françaises de Metz 
(16 mai 1884). 

— Notre confrère M. Gustave Desjardins a été nommé officier de 
l'instruction publique. 

— Notre confrère M. Lacombe a été nommé officier d'académie. 

— L'Académie des inscriptions et belles-lettres a décerné le premier 
prix Gobert à notre confrère M. Paul Viollet, pour son édition des 
Établissements de saint Louis et son Précis de l'histoire du droit français, 
et le second prix à notre confrère M. Alexandre Tuetey, pour son livre 
intitulé les Allemands en France, etc. 

Au concours des antiquités de la France, la troisième médaille a été 
décernée à notre confrère M. Charles Mortet, pour sa publication du 
Livre des constitucions denienées el chastelet de Paris. Des mentions 
honorables ont été accordées à trois autres de nos confrères : la troi- 
sième, à M. Léon Flourac (Jean I", comte de Foix, vicomte souverain de 
Béarn); la quatrième, à M. Paul Guérin {Recueil de documents concer- 
nant le Poitou, contenus dans les registres de la chancellerie de France):, 
et la sixième, à M. le comte Amédée de Bourmont (la Fondation de 
l'universitâ de Caen el son organisation au XV^ siècle). 

Le prix fondé par le marquis de la Grange a été décerné à l'ouvrage 
intitulé : Recueil de motets français des XII^ et Xllh siècles, publié par 
Gaston Raynaud, suivi d'une étude sur la musique au siècle de saint Louis, 
par Henry Lavoix fils, 2 vol. grand in-16. La commission chargée d'exa- 



4i6 

miner les travaux des concurrents n'a point examiné l'étude sur la 
musique, qui fait partie de l'ouvrage couronné. 

— L'Académie des sciences morales et politiques avait ouvert un 
concours sur les Grandes Compagnies de commerce. Le prix n'a pas été 
décerné ; mais une récompense de 1 ,000 francs a été accordée au 
mémoire inscrit sous le n° 5, dont l'auteur est notre confrère M. Pierre 
Bonnassieux. 

— L'œuvre de secours des anciens élèves de l'École des chartes vient 
d'entrer dans sa neuvième année. Le 29 mai dernier, le bureau a arrêté 
le compte du trésorier pour l'exercice de 1883-1884; nous croyons utile 
d'en donner connaissance à nos lecteurs. 

i{eceiic5 : Reliquat en caisse au 29 mai 1884 . . . 939fr. 85 

Cotisations acquittées 689 95 

3 rachats de cotisations 300 »» 

Arrérages de rentes 130 75 

2,060 fr. 55 

Z>(/pcn5e5 : Secours distribués 600 fr.»» 

Frais d'administration et de recouvrement. 73 »» 

Achat de rente 476 » » 

1,159 fr. »)) 

Reliquat . . . .' 901 fr. 55 



L'œuvre de secours, qui comptait au début 95 adhérents, en a 
aujourd'hui 182; ce chiffre prouve éloquemment combien l'utilité de 
l'institution est appréciée. Néanmoins, nous voyons encore un grand 
nombre de confrères qui n'en font pas partie, et nous rappellerons à 
ceux qui, chaque année, viennent augmenter la liste des anciens élèves 
de l'École des chartes , combien il importe qu'ils se joignent à leurs 
anciens. 

Les secours distribués ont été de 200 fr. en 1875; de 250 fr. en 1876 
et en 1877 ; de 750 fr. en 1878; de 800 fr. en 1879; de 350 fr. en 1880; 
de 360 fr. en 1881 ; de 465 fr. en 1882, et de 600 fr. en 1883; c'est un 
total de 2,025 fr. pendant ces 8 exercices. 

Les versements de 100 fr. faits par ceux des adhérents qui préfèrent 
se libérer de la cotisation annuelle s'élèvent à 21 depuis la création de 
l'œuvre; deux de ceux-ci sont décèdes. Ces 21 versements ont été capi- 
talisés et placés en rentes sur l'État. 

La cotisation est si faible (cinq francs) qu'il importerait que chacun 
des adhérents voulût bien penser à en faire parvenir le montant au tré- 
sorier. Les frais de recouvrement que l'on doit payer au banquier et 
ceux de correspondance, quelquefois réitérés, diminuent cette modeste 
offrande dans une proportion regrettable. 



417 



GEORGES FANJOUX. 

Notre confrère M. Georges Fanjoux, qui vient d'être enlevé à l'affec- 
tion de sa famille et de ses nombreux amis le 28 mai de cette année, à 
l'âge de soixante-deux ans, était né le 28 avril 1822, à Moulins, où il 
fit de brillantes études. Le 4 janvier 1847, il fut admis comme élève 
pensionnaire à l'École des chartes et fit partie de cette belle promotion 
que les noms de Léopold Delisle, d'Auguste Himly, d'Adolphe Tardif 
et de plusieurs autres, qu'il serait trop long de citer, ont rendue célèbre 
dans nos fastes scolaires. Nommé bibliothécaire à Moulins en mars 1849, 
puis archiviste de l'Allier en octobre 1850, Georges Fanjoux était devenu 
secrétaire de M. de Maupas, alors préfet de ce département, le 22 août 
de la même année; il fut dès lors perdu pour l'érudition, et quelques 
articles publiés dans VAi^t en province attestent seuls la finesse de son 
goût, ainsi que la compétence qu'il aurait su apporter dans une foule 
de questions relatives à l'archéologie nationale. Dans la direction nou- 
velle où il venait de s'engager, notre confrère montra dès le début des 
qualités de premier ordre qui auraient dû lui faire franchir plus vite 
les degrés inférieurs de la carrière administrative. Attaché à la légation 
de Naples en juillet 1853, sous-préfet à Rocroi le l^'" mars 1855, à 
Nogent-sur-Seine le !«■• juillet 185G, secrétaire général de la Corse le 
14 février 1859, sous-préfet de Bastia le 23 février 1861, l'ancien archi- 
viste de Moulins fut chargé des importantes fonctions de secrétaire 
général des Bouches-du-Rhône le 10 mai suivant, trois mois à peine 
après sa nomination à Bastia; il a exercé ces fonctions jusqu'au 
23 mars 18G7, pendant une période d'environ six ans. On sait que le 
vieux INIarseille subit pendant ces six années une heureuse, quoique 
trop rapide, transformation matérielle, et personne ne prit à cette 
transformation une part plus active et plus intelligente que Fanjoux ; 
ce fut d'après ses indications que l'on fit choix d'artistes tels que Duret, 
Guillaume et Nolau pour décorer le nouvel hôtel de la préfecture; il 
contribua à faire confier à Espérandieu la construction du palais des 
beaux-arts ou de l'avenue de Longchamp ; il eut la bonne inspiration 
de solliciter le ruban de la Légion d'honneur pour le grand poète Fré- 
déric Mistral. En môme temps, il n'avait garde d'oublier l'École des 
chartes, dont il était si fier d'avoir été l'élève et qu'il aima jusqu'à la fin 
de sa vie du plus filial amour, et, grâce à ses démarches, une aile tout 
entière de la nouvelle préfecture fut réservée tant pour le dépôt des 
archives départementales que pour le logement de l'archiviste, notre 
savant confrère Louis Blancard. Sauf l'énergie qui manquait un peu à 
sa placide nature, Fanjoux possédait au plus haut degré les principales 
qualités administratives, une discrétion à toute épreuve, une bienveil- 



4^8 

lance et une obligeance naturelles qui lui conciliaient la sympathie 
même de ses adversaires politiques, une patience et une politesse que 
les plus insupportables fâcheux n'auraient pu mettre en défaut. Du 
reste, il faisait à la politique la part la plus petite possible et n'était 
pas loin de la considérer, du moins quand on y mettait de l'ostentation, 
comme une ressource de mauvais aloi dont les fonctionnaires plus 
ambitieux que capables abusent souvent pour se faire valoir. De 
pareilles tendances rendaient Fanjoux encore plus apte aux affaires qu'à 
l'administration. Aussi, M. Armand Béhic, qui, comme président du 
conseil général des Bouches-du-Rhône, avait été en mesure d'apprécier 
les rares qualités de notre confrère, n'hésita point à lui confier en 1867 
la direction de l'exploitation des Forges et Chantiers de la Méditer- 
ranée ; Fanjoux fut relevé sur sa demande de ses fonctions adminis- 
tratives et reçut le titre de secrétaire général honoraire ; nommé cheva- 
lier de la Légion d'honneur le 14 août 1852, il quittait l'administration 
avec le grade d'officier dans le même ordre, qui lui avait été conféré en 
novembre 1864. 

Soit comme directeur de l'exploitation des Forges à Marseille 
depuis 1867, soit comme secrétaire général à Paris depuis le mois 
d'avril 1873, Fanjoux a mis pendant les dix-sept dernières années de 
service toute son activité et toute son intelligence au service de cette 
grande Compagnie des Forges et Chantiers, qui représente si digne- 
ment dans les contrées les plus lointaines le génie français appliqué à 
toutes les branches de la grande industrie et spécialement à la fabrica- 
tion des pièces d'artillerie et aux constructions navales. Secondé par 
d'habiles ingénieurs chargés de lui fournir les renseignements tech- 
niques, l'ancien archiviste entretenait une correspondance d'affaires et 
débattait des marchés avec les puissances du monde entier; et telle 
était sa facilité qu'il sut toujours s'acquitter à la satisfaction générale 
d'une aussi lourde tâche, sans y rien perdre de son entrain jovial et de 
sa bonne humeur communicative. Cet entrain et cette bonne humeur 
avaient résisté même aux atteintes de la maladie terrible qui l'avait 
frappé il y a trois ou quatre ans et dont il ne s'était jamais complète- 
ment remis. Le dévouement à sa famille et à ses devoirs lui donnait 
un courage qui suppléait à l'épuisement des forces physiques, et, le 
jour où il est tombé pour ne plus se relever, il n'en avait pas moins 
accompli sa besogne quotidienne. La Société nouvelle des Forges et 
Chantiers de la Méditerranée et de l'Océan, à la fois pour honorer la 
mémoire de son ancien secrétaire général et témoigner sa reconnais- 
sance de si bons services, a voulu prendre entièrement à sa charge les 
frais occasionnés par les funérailles de notre confrère. 

S. L. 



4^î> 

RAPPORT AU MINISTRE DE LA MARINE ET DES COLONIES 

SUR LES TRAVAUX DE LA COMMISSION SUPÉRIEURE DES ARCHIVES ' . 

Paris, le 22 mars 1884. 
Monsieur le Ministre, 

Je viens, conformément à l'invitation que vous m'avez fait l'honneur 
de m'adresser, vous rendre compte des travaux accomplis par la Com- 
mission supérieure des Archives depuis son entrée en fonctions. 

Instituée par décision présidentielle du 25 avril 1883, à la suite d'un 
rapport de votre honorable prédécesseur, M. le sénateur Charles Brun, 
complétée par une seconde décision en date du 13 mai suivant, la Com- 
mission a tenu sa première séance le 23 mai, et depuis lors elle a régu- 
lièrement siégé le second mercredi de chaque mois, excepté pendant la 
période des vacances parlementaires. 

Après une reconnaissance générale et sommaire de l'installation 
matérielle du dépôt et de son contenu, elle a pensé que le meilleur 
moyen de remplir d'une manière à la fois complète et rapide la mission 
qui venait de lui être confiée était de se fractionner en autant de sous- 
commissions qu'il y avait de problèmes à étudier et de questions à 
résoudre. 

1. Au 22 mars 1884, cette commission était ainsi composée : 

Président : M. de Rozière, O. îJ^, sénateur, membre de l'Institut. 

Vice-Président : M. le vice-amiral Jurien de la Gravière, G. C. '^, 
membre de l'Institut. 

Membres : MM. Barbey, O. ^, sénateur; Dupuy de Lôme, G. O. ^, séna- 
teur, membre de l'Institut; de Rémusat, sénateur; Gerville-Réache, député; 
La Vieille, 0. ^, député; Mathieu, (lé|)uté : Pellet (.Marcellin), député; 
Dislére, 0. 'jf(i, conseiller d'État; Delisle, C. ifif, administrateur général de la 
Bibliotlièque nationale, membre de l'Institut; Himly, O. ^, doyen de la 
Faculté des lettres de Paris; Maury, G. ^, directeur général des Arcliives natio- 
nales, membre de l'Institut; Picot (Georges), membre de l'Institut ; Servois, ^, 
inspecteur général des .\rchives départementales; Sorel, '^, secrétaire général 
delà présidence du Sénat; le contre-amiral Martin, C. ^; Fournier, O. ^, 
conseiller d'État, directeur de la comptabilité générale au Ministère de la 
marine et des colonies; Goldsgheider, ^, sous-directeur au service central 
des colonies. 

Secrétaires : MM. Renard, ej^, chef de bureau au Ministère du commerce; 
BÉRALDi (Henri), sous-chef de bureau au Ministère de la marine et des colonies. 

Service des Archives : MM. de Branges de Bourcia, 'ff , chef de bureau; 
DE Resbecq, sous-chef: Neuville (Didier), commis de l'" classe; Brissaud, 
commis de 2° classe; Téphany, commis de 3' classe. 

Section des Colonies : MM. Guet, sous-chef; Boudonnet, commis auxiliaire. 

Bibliothèque : MM. Durassier, bibliothécaire; Pellerin, commis auxiliaire. 



420 

Quatre sous-commissions ont donc été formées immédiatement et 
chargées : 

La première, d'examiner les locaux affectés au service des Archives 
et de signaler les améliorations dont ils paraîtraient susceptibles ; 

La seconde, de préparer la revision du règlement relatif aux commu- 
nications de pièces et de poser les principes qui devront présider dans 
l'avenir au triage des versements opérés par les bureaux, ainsi qu'à la 
suppression des papiers inutiles ; 

La troisième, de vérifier et au besoin de modifier le système de clas- 
sement suivi jusqu'à ce jour, en tenant grand compte de cette double 
circonstance que le cadre adopté devra répondre à la nature particulière 
des Archives maritimes et coloniales, et qu'il servira de base aux inven- 
taires qui seront ultérieurement dressés et probablement publiés ; 

La quatrième, d'indiquer les mesures provisoires de conservation 
qu'elle jugerait d'une application immédiate. 

Toutes les solutions proposées par ces quatre sous-commissions et 
adoptées par la Commission plénière ont été successivement soumises à 
votre sanction. 

Je me suis efforcé de résumer dans les quatre paragraphes qui suivent 
ce que les délibérations de la Commission plénière et des sous-com- 
missions ont offert de plus important. 

§ l*"". Organisation matérielle. 

On ne saurait nier que la disposition des locaux consacrés au service 
des Archives ne présentât d'assez grands inconvénients. 

La dispersion des salles, situées en partie au troisième, en partie au 
quatrième étage, et dont quelques-unes étaient séparées du reste par 
des locaux affectés à d'autres services; le mélange ou, pour mieux dire, 
le chevauchement des Archives maritimes proprement dites et des 
Archives coloniales, qui constituait déjà un empêchement à toute 
espèce de classification régulière, et qui serait devenu la source d'une 
difficulté sérieuse le jour où les deux services de la Marine et des Colo- 
nies auraient été érigés en ministères distincts ; l'isolement des 
membres du bureau des Archives, dont le chef et le sous-chef se trou- 
vaient séparés du dépôt par deux pièces occupées par les fonctionnaires 
du Contrôle, et dont le principal commis avait dû être relégué à 
l'étage supérieur; le voisinage immédiat d'une chambre habitée par un 
de vos officiers d'ordonnance, qui restait libre d'y conserver de la 
lumière et du feu à l'heure où, dans tous les bureaux du ministère, les 
feux doivent être éteints; la multiplicité des ouvertures qui donnaient 
accès aux diverses parties du dépôt ; la présence enfin, au sein même 
des salles, de deux calorifères, qui auraient pu devenir un danger si 
l'on s'en était servi : toutes ces circonstances formaient autant d